Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Introduction

Wladimir Andreff

Texte intégral

1La mondialisation des trois dernières décennies englobe les a échanges commerciaux-taux de croissance du commerce international supérieur à celui du PIB mondial -, l’internationalisation de l’investissement et de la production - taux de croissance de l’investissement direct étranger (IDE) supérieur à celui du commerce mondial -, la globalisation bancaire et, par-dessus tout, les « hauteurs béantes » de la mondialisation financière - taux de croissance des transactions financières internationales supérieur à celui de l’IDE.

2La crise de la mondialisation est partie en 2007 de ces « hauteurs béantes » du capitalisme mondial avec la crise bancaire de l’immobilier américain (subprimes), puis s’est propagée aux banques multinationales dont la menace, puis la réalité de nombreuses faillites ont approché la crise systémique. La titrisation des dettes bancaires a transmis la crise aux bourses des valeurs (krach boursier) tandis que les banques en difficulté refusaient de se refinancer entre elles conduisant à un credit crunch généralisé à la plupart des pays de l’économie mondiale. Perte de confiance et crise de liquidité ont déclenché la première récession économique globale de l’ère de la mondialisation. La récession a fait chuter le volume du commerce international. La phase actuelle de la mondialisation illustre l’articulation étroite de ses diverses dimensions.

3Par delà ce constat d’ensemble, la crise de la mondialisation est inégale et affecte différemment les pays développés, les pays en transition, les pays émergents et les pays les moins développés, sa profondeur est variable selon les secteurs d’activité et les politiques publiques de réponse à la crise.

4Quelles sont les articulations entre les différents moments (financier, productif, commercial) de la crise ? Avec la mondialisation, on manque d’une analyse renouvelée de celles-ci. Quel moment est-il le plus crucial dans le déroulement de la crise et pour une éventuelle sortie de crise ? La ré-intermédiation (dé-titrisation) bancaire est-elle à l’ordre du jour ? Les risques pris sur les marchés financiers peuvent-ils décroître, être mieux contrôlés ? De nouvelles technologies seraient-elles de nature à faciliter la sortie de crise ? Une nouvelle hiérarchie des puissances économiques dans le monde (les États-Unis, la Chine, l’Europe, les pays émergents) est-elle en jeu dans cette crise ? Face aux pouvoirs des agents privés mondialisés-des hedge funds aux firmes multinationales en passant par les agences de notation et les banques multinationales-quelles nouvelles régulations sont-elles nécessaires, faisables ou réalistes ? Faut-il en finir avec « l’État mondialisateur » dont les politiques économiques ont sans cesse renforcé le mouvement de mondialisation de l’économie ? Quelles réformes en vue d’une réelle gouvernance mondiale à la hauteur des problèmes économiques de la mondialisation ? Confrontés aux aspects multiples et interconnectés de cette crise, quelles politiques et quelles stratégies les acteurs publics et privés tentent-ils de mettre en ouvre ? Conduisent-elles à un retour vers une segmentation de l’économie mondiale avec un repli sur les marchés domestiques, des politiques recentrées sur les espaces nationaux et une remontée du protectionnisme, ou vont-elles renforcer les relations transnationales et une accentuation de la mondialisation ?

5Un tel questionnement se situe très largement dans le sillage des analyses menées pendant près de quarante ans par Charles-Albert Michalet à qui les auteurs rassemblés dans cet ouvrage entendent rendre hommage. Leurs contributions modestement ne prétendent pas s’emparer dans toute leur ampleur de toutes les questions qui viennent d’être posées, encore moins proposer une liste de solutions toutes faites à la première crise de la mondialisation. Ils étaient invités à analyser telle ou telle de ces questions, à la fois en référence et en l’honneur des thématiques développées par Charles-Albert Michalet, ou à réfléchir sur les articulations entre la mondialisation et la crise, soit au niveau d’un moment particulier (commerce, production finance), d’un espace ou d’un secteur spécifique ou d’un groupe d’acteurs économiques (firmes, banques, institutions financières, États) impliqués dans la première crise de la mondialisation.

6Après une première contribution écrite par moi-même et Renaud du Tertre, qui rappelle l’itinéraire intellectuel de Charles-Albert Michalet et la problématique d’ensemble qui en émerge, l’ouvrage est structuré en deux parties, l’une est consacrée aux espaces recouverts par la crise de la mondialisation tandis que la suivante analyse les stratégies des principaux acteurs de la mondialisation face à la crise.

7Le premier espace, crucial dans le déclenchement de la crise, est la finance mondialisée. François Morin en situe les origines dans la surpuissance de la finance globale et des plus grandes banques qui a conduit à une hypertrophie des transactions sur produits dérivés dans les échanges interbancaires. Il s’est ensuivi des exigences insensées de rendement et de création de valeur pour les actionnaires comme nouvelles normes mondiales, intenables pour la plupart des acteurs économiques non financiers. La crise économique et financière est, pour François Chesnais, le prolongement direct de la mondialisation qui, conformément aux analyses de Michalet, plonge ses racines dans l’internationalisation du capital industriel et l’investissement direct dans la production de plus value à l’étranger. La mondialisation apparaît comme exutoire à la crise de surproduction et de suraccumulation, sans cesse relancée par la finance, laquelle devient dominante avec l’émergence des fonds de pension, la transformation des grandes banques en conglomérats et la titrisation. Les marchés (financiers) seraient-ils devenus malades du marché et de la concurrence ? Jean-François Lemettre nous invite à une réponse positive en étudiant l’ouverture à la concurrence mondiale des bourses des valeurs suite à la directive Marchés d’Instruments Financiers de l’Union européenne ouvrant toutes les activités constitutives du négoce de titres à la concurrence. Si celle-ci a amélioré l’accès à la liquidité, provoqué des économies d’échelle et créé des avantages liés aux risques et à la qualité des services, elle a facilité la formation dans la filière boursière d’oligopoles à frange, de monopoles naturels en aval et, en amont, d’intégrations verticales et de pratiques restrictives. La concurrence n’y trouve pas son compte.

8S’agissant de l’espace du commerce mondial, Pierre Dockès revient sur une intuition de Michalet, « l’impérialisme à l’envers » qui consiste à renverser la perspective de Lénine et Rosa Luxembourg pour voir dans les pays émergents la formation d’un impérialisme d’émergence déjà pointé par Hobson et Hilferding. En étudiant le cas de la Chine, on découvre en effet un néo-colonialisme chinois en Afrique et une conquête impérialiste de la terre menée par les fonds souverains. Pour bien marquer qu’une analyse de la mondialisation ne peut se cantonner seulement à l’économique, Josepha Laroche adopte une approche historique mettant en valeur d’abord la réhabilitation éthico-politique du commerce, puis le spectre de la guerre remis en question par la première mondialisation allant de la fin du XIXe siècle à la première guerre mondiale. La mondialisation actuelle est caractérisée par l’iniquité du commerce mondial, l’échec du cycle de Doha ayant infirmé l’idée que la mondialisation du commerce permet nécessairement aux pays pauvres d’accéder au développement. Il existe évidemment des relations entre la crise économique et la crise du commerce mondial, mais le contexte de la mondialisation offre des éclairages nouveaux ainsi que le soutient Michel Rainelli. Les explications de la chute du commerce mondial sont aujourd’hui : a) le rôle joué par les instruments de financement des échanges ; b) la composition par produits des échanges, conséquence de la mondialisation des chaînes de production ; c) la spécialisation internationale verticale. Il n’est pas démontré, selon Rainelli, que le protectionnisme explique l’effondrement du commerce en 2008-2009. Ce à quoi répond Giovanni Graziani en égrainant les tendances-et les tentations-au protectionnisme dans le monde pendant la crise actuelle en l’illustrant par la réponse de l’Union européenne à celle-ci. Le recours au protectionnisme apparaît limité là où existent des disciplines multilatérales (de l’OMC), par exemple au sujet des tarifs douaniers, mais pas dans les domaines moins multilatéralisés.

9L’espace technologique de la mondialisation est aussi un enjeu de la crise. En étudiant la mondialisation de la propriété intellectuelle des médicaments et des logiciels, des trade-related intellectual property rights au modèle open source, Fabienne Orsi et Jean-Benoît Zimmermann mettent en évidence un durcissement des régimes de propriété intellectuelle. En la matière, la mondialisation est loin de n’avoir que des aspects positifs sur la brevetabilité des logiciels et sur l’accès aux soins des pays en développement. Michel Delapierre et Lynn Mytelka, prenant deux autres exemples, l’automobile et l’électronique, décrivent les changements de règles du jeu engendrés par l’émergence de nouveaux entrants originaires des pays en développement dans la concurrence technologique, ainsi que par la structuration en réseau des deux industries de référence. L’internationalisation de la connaissance fait suite à celle des marchandises et des capitaux.

10Le positionnement des pays du Tiers monde dans l’économie mondiale est un autre enjeu crucial de la crise. Philippe Hugon souligne que la montée en puissance des pays émergents crée une nouvelle configuration des relations Nord-Sud et Sud-Sud. La crise mondialisée a des effets différenciés selon les régions et elle affecte moins certaines économies d’Asie et les pays pétroliers. Sa dimension de crise écologique planétaire appelle un nouveau paradigme de développement. En hommage à l’activité d’expert de Michalet auprès des gouvernements des trois pays du Maghreb, Abdellatif Benachenhou et Jean-Pierre Séréni retracent la convergence très lente de ces pays vers de nouvelles spécialisations internationales et mettent le doigt sur les obstacles à l’attractivité des IDE subsistant dans chacun d’eux. Ils concluent sur un plaidoyer en faveur d’une approche collective, éventuellement au niveau du Maghreb, de l’attractivité.

11La deuxième partie de l’ouvrage soutient la thèse que les États sont des acteurs forts de la mondialisation actuelle, à côté des firmes multinationales et mondiales. Charles Oman part de la concurrence que se livrent les États pour attirer les IDE qui s’est intensifiée depuis les années 1980 et qu’il associe étroitement à la mondialisation. Deux hypothèses sont envisagées quant aux effets de cette concurrence entre États, celle d’un jeu à somme positive pour les investisseurs et les pays hôtes de l’IDE, et celle d’un jeu à somme négative, les effets positifs de la concurrence intermine étatique étant alors annulés par un dilemme du prisonnier créé par la dynamique de la concurrence elle-même. Les faits recensés, notamment dans l’industrie automobile, plaident en faveur de la seconde hypothèse. Charles Oman termine par l’examen de règles qui, si elles étaient respectées, pourraient limiter les effets négatifs de la concurrence entre États pour attirer l’IDE, les normes de protection de l’environnement et les normes de travail et les droits des travailleurs. Elles sont sujettes à controverses car les États peuvent décider, ouvertement ou en catimini, d’assouplir leur application, incitant les autres États à faire de même. En parallèle à l’analyse de la « séduction des Nations » (de l’attraction pour l’IDE) de Michalet, Wladimir Andreff avait soutenu que l’État est l’acteur décisif de la mondialisation ; il avance que l’État « mondialisateur » survivra à la crise de la mondialisation en raison de ses méthodes de gestion de la crise, de réformes du système financier international qui ne changeront pas son action mondialisatrice, et de l’arbitrage que les firmes multinationales continuent à exercer entre les États hôtes pendant la crise et qu’elles sont en situation de poursuivre après la sortie de crise. Une politique étatique particulière est étudiée par Pierre Bruno Ruffini, celle relative au soutien à la recherche et à l’innovation dans le cadre de systèmes nationaux d’innovation que la mondialisation n’a pas détruits. Cependant, la montée en régime des politiques nationales d’innovation est de plus en plus tournée vers l’attractivité des territoires dans une concurrence entre États désireux d’attirer des firmes et de la matière grise.

12Les stratégies des firmes, bien évidemment, sont aussi un facteur de la mondialisation de la production. Selon El Mouhoub Mouhoud, les délocalisations dans l’industrie et les services obéissent à différentes logiques de recherche de faibles coûts. Une typologie distingue les délocalisations défensives, induites, forcées, d’accompagnement, dérivées ou itinérantes, offensives (d’efficience et de rentabilité), de rationalisation et de recentrage sur le métier de base ou intégrées à un comportement de marge. La compensation des destructions locales d’emplois n’y est pas identique, ce qui est illustré par la délocalisation des services informationnels. Les avantages de localisation se modifient dans le temps et peuvent donner lieu à des relocalisations, dont Mouhoud propose un historique, des facteurs explicatifs et pose la question de l’efficacité des aides à la relocalisation. Rappelant l’intérêt de Michalet pour la mondialisation dans le secteur énergétique, Jean-Marie Chevalier et Patrice Geoffron montrent d’abord comment la croissance économique puis la crise ont redonné le pouvoir aux acteurs demandeurs d’énergie sur le marché mondial dans un contexte de volatilité financière, d’incertitude accrue et où la variable climatique compte davantage. Ceci a entraîné une recomposition de l’industrie mondiale de l’énergie marquée par l’érosion du primat des compagnies pétrolières internationales et l’affirmation du nouveau pouvoir des compagnies pétrolières nationales. Ce qui ne se traduit pas par plus de concurrence en raison de la résilience des industries, illustrée ici par les industries du gaz et de l’électricité. L’émergence des firmes multinationales en provenance du Sud - des pays émergents surtout - complète les reconfigurations à l’œuvre pendant la crise de la mondialisation. Christian Milleli retrace la montée des firmes chinoises, indiennes, mexicaines et autres dans les classements mondiaux et distingue les caractéristiques de ces firmes de celles des multinationales plus anciennes. Pour l’heure, ces multinationales émergentes, par delà leur diversité, gardent des relations étroites avec leur espace économique d’origine.

13Le travail n’est pas un facteur moteur de la dynamique de mondialisation, plutôt un facteur mû, qui est contraint à s’adapter, dans lequel d’aucuns voient une « victime » de la mondialisation. Guy Caire analyse la transformation des structures de l’entreprise et des modes de gestion du personnel entraînée par les délocalisations et les externalisations d’activité. À celle-ci se joint une transformation de la corporate governance, liée à la financiarisation des firmes. Le travail est affecté par la mondialisation dans la relation d’emploi elle-même, avec la déstabilisation des normes d’emploi (notamment fordistes) et l’individualisation des tâches et des postes où jouent de plus en plus les compétences, valeurs fluctuantes, en lieu et place de la qualification, définie une fois pour toute à l’embauche.

14Je voudrais remercier ici tous les auteurs qui ont voulu rendre un hommage posthume à Charles-Albert Michalet et à ce qu’il a apporté à la compréhension de la mondialisation de l’économie, avec une mention particulière pour Christian de Boissieu et Jean-Hervé Lorenzi qui ont accepté de souligner l’importance de cet ouvrage en rédigeant respectivement une préface et une postface. La conception puis la réalisation du manuscrit a été guidée et supervisée par un comité éditorial rassemblant, outre moi-même, François Chesnais, Jean-Marie Chevalier, Michel Delapierre et Philippe Hugon. Chacun à sa manière a apporté sa pierre à l’édifice. Qu’ils en soient remerciés. Merci également à Christian Milelli pour son aide dans la mise en forme du manuscrit et la gestion des relations avec l’éditeur.

15Ce livre n’aurait pu voir le jour sans le soutien moral et financier du CERNEA, association de recherche de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense dont Charles-Albert Michalet fut longtemps l’un des chercheurs influents, de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense qui l’accueillit pendant la plus longue partie de sa carrière universitaire, de l’université de Paris Dauphine où il acheva celle-ci, de l’université Paris Diderot dont les économistes, géographes et historiens ont contribué de longue date aux travaux sur la mondialisation en collaboration étroite avec le GEMDEV, et du Cercle des Économistes dont Michalet fut l’un des membres fondateurs et, ensuite, l’un des représentants spécialement actif. Nous exprimons ici notre gratitude à l’égard de ces institutions qui ont tant apprécié l’apport de Charles-Albert Michalet à l’analyse des firmes multinationales et de la mondialisation.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable