Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Préface

Christian de Boissieu

Texte intégral

1C’est avec une bonne dose d’émotion et d’humilité que je me joins à l’hommage rendu dans et par cet ouvrage à Charles-Albert Michalet. Il était pour beaucoup d’entre nous un ami sincère et loyal, jamais embarrassé par des soucis d’égo (un trait suffisamment rare pour être souligné), un modèle d’économiste au fait des derniers développements théoriques et en même temps soucieux avant tout de relever un certain nombre de défis très concrets, un grand professionnel doté d’un humour ravageur appliqué d’abord à lui-même avant de l’être aux autres.

2Sa thèse de doctorat sur « les placements des épargnants français de 1815 à nos jours », préparée sous la direction du Professeur Bernard Ducros qui a été le Maître de beaucoup d’entre nous et publiée aux PUF en 1968, combine déjà ce qui fera la « marque Michalet » : le va-et-vient permanent entre l’analyse économique, l’économie appliquée et la politique économique. La démarche a des ressemblances avec la séquence de Claude Bernard-le fait, l’idée, le fait-même si elle reconnaît que pour l’économiste les faits existent rarement à l’état brut mais qu’ils doivent être saisis au moyen de grilles de lecture définies et choisies au préalable.

3Charles-Albert Michalet était avant tout un caractère, plus que son parcours universitaire de haut vol mais somme toute classique (agrégation des facultés de droit et de Sciences économiques et Sciences Po) ne le laissait supposer. Dans le désordre, les qualificatifs qui me viennent à l’esprit sont : brillant, un remarquable esprit de synthèse comme le montrent ses nombreux travaux et ouvrages sur les firmes multinationales, l’investissement direct étranger (IDE) et la mondialisation rédigés en français ou en anglais et souvent traduits dans d’autres langues, des références doctrinales solides sans aucun dogmatisme ou sectarisme. Michalet était un homme libre, et c’est cette combinaison de la compétence et de la liberté qu’ont cherchée et trouvée les nombreux organismes internationaux qui ont fait appel à lui. Sa force d’entraînement et de conviction était décuplée par un charme personnel évident.

4Charles-Albert était fondamentalement un universitaire, très attaché aux valeurs de l’Alma Mater tout en étant irrité par la pesanteur et les blocages de l’université française. Dommage qu’il n’ait pu voir la dynamique en cours avec l’autonomie accrue, la réforme de la gouvernance universitaire, la reconnaissance d’initiatives (ou pôles) et de laboratoires d’excellence, l’impulsion et la structuration nées de la mise en œuvre du grand emprunt… Même en détachement auprès de la Banque mondiale ou de l’OCDE, Charles-Albert a toujours maintenu son ancrage et ses liens universitaires. La force de ce lien était plus forte que la tentation, souvent exprimée par lui, de prendre des responsabilités accrues dans les organismes internationaux voire dans le secteur financier privé. J’ai eu le privilège de le retrouver à Washington, en Tunisie, au Maroc, en Corée du Sud... et pas seulement à Paris. Il a réussi à se faire totalement accepter, et plus que cela, par les milieux anglo-saxons, dans les pays émergents et dans les pays en développement qui n’émergent pas vraiment, et pas seulement par sa grande maîtrise de l’anglais. Dans ses domaines de compétence, il avait une réputation internationale, et était arrivé à une reconnaissance qui l’amenait aux quatre coins du monde, sans avoir besoin de se valoriser en dévalorisant le système français ou ses collègues universitaires. Chapeau l’artiste !

5Charles-Albert était, au plan théorique, un pionnier et un innovateur conscient de ses limites en mathématiques et autres techniques quantitatives mais également convaincu, à juste titre, des limites d’une formalisation excessive. Il a renouvelé l’approche sur beaucoup de questions cruciales. Par exemple, son analyse précoce des firmes multinationales s’est appuyée sur l’analyse du cycle du produit appliquée à l’époque par Raymond Vernon, mais elle l’a considérablement enrichie et dépassée, au point d’inspirer nombre de travaux anglo-saxons ultérieurs mais aussi la vision et la doctrine des organismes internationaux. Une résonance semblable a concerné ses nombreuses contributions sur les IDE, sur les questions de financement, sur l’articulation (et souvent la désarticulation) entre la sphère financière et l’économie réelle…

6Surtout, Charles-Albert a été l’un des meilleurs analystes de la mondialisation et des transformations structurelles induites par elle. Il en avait présenté tout à la fois les opportunités et les défis associés, et bien anticipé les besoins de régulation nés des déséquilibres économiques et géopolitiques, de l’insuffisante prise en compte des problèmes liés à la répartition des ressources et des richesses entre le Nord et le Sud ou dans chaque pays. Il avait aussi bien vu les dérives de la finance moderne, et avait une vision saine et équilibrée de l’innovation financière : ne pas la brimer, lorsqu’elle est clairement au service des investisseurs et des épargnants, mais en limiter les excès et la réguler lorsqu’elle conduit à une sphère financière qui tourne sur elle-même et devient alors déconnectée de l’économie réelle. Trop tôt disparu, Charles-Albert aura à peine vu la grande crise mondiale qui a démarré en août 2007, a été aggravée à partir de septembre 2008 par la faillite de Lehman Brothers et n’est pas terminée à ce jour. Disons, pour aller droit au but, que cette crise lui a donné raison sur de nombreux points.

7Enfin, last but not least, Charles-Albert a été et reste un Maître pour beaucoup d’entre nous, en tout cas pour la plupart des collègues rassemblés dans et par cet ouvrage. On pourrait, mais ce serait fastidieux et probablement incomplet, faire la liste des thèses qu’il a dirigées, en particulier dans le cadre de Paris Ouest Nanterre la Défense, puis à Paris Dauphine, des chercheurs français ou étrangers qu’il a directement ou indirectement formés et entraînés dans son sillage tout en respectant leurs propres démarches, des co-auteurs français ou étrangers qu’il a associés à ses travaux. J’ai tendance à penser que, pour un universitaire, les anciens élèves représentent un peu ses stock-options, à cette différence que leur valeur baisse rarement. Et ces stocks-options là sont beaucoup plus porteurs et valorisants que les espèces sonnantes et trébuchantes. Dans ce sens, Charles-Albert aura accumulé beaucoup de stocks-options, et nous beaucoup de dettes à son égard. Il aura montré, dans un système français où l’idée ne va pas toujours de soi, que des percées individuelles sont compatibles avec une démarche collective. Nous ne sommes pas près de l’oublier.

Auteur

Professeur à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
Président du Conseil d’Analyse Economique

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable