Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

Les contributeurs

Texte intégral

1Marianne Amar est historienne, responsable de la recherche à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Ses travaux ont d’abord porté sur l’histoire politique et sociale du sport en France, puis sur l’histoire des migrations. Elle réfléchit également à l’écriture de l’histoire à travers la photographie d’une part, et les musées d’autre part. Membre de la Commission ministérielle sur « La politique du sport et de l’éducation physique en France sous l’occupation » (1998-2002), du Conseil d’orientation de la CNHI (depuis 2007), du Conseil scientifique du Comité d’histoire de l’OFPRA (depuis 2010), elle est également membre du comité de rédaction de la revue Diasporas. Histoire et sociétés. Elle a notamment publié Nés pour courir. Sport, pouvoirs et rebellions, 1944-1958 (Presses Universitaires de Grenoble, 1987), L’Immigration en France au xxe siècle avec Pierre Milza (Armand Colin, 1990) et dirigé l’ouvrage Migrations. Perspectives scientifiques, médiations muséales, avec M. Pâquet, Y. Frenette, M. Lanouette (à paraître en 2013, aux Presses de l’université Laval, Québec).

2Marie-Claude Blanc-Chaléard est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense, membre de l’IDHE. Spécialiste d’histoire de l’immigration en France et de l’intégration des migrants dans la société urbaine (Italiens dans l’Est parisien dans les années 1880-1960, résorption des bidonvilles en région parisienne dans les années 1950-1980). Elle est notamment l’auteur de Histoire de l’immigration, Paris, La Découverte, « Repères », 2001 (5e réed. 2010). Elle est également co-directrice de l’ouvrage, Les Petites Italies dans le monde, Rennes, PUR, 2007.

3Anne Boitel est professeur certifiée en histoire-géographie. Elle est actuellement doctorante en histoire contemporaine à l’université d’Aix-en-Provence sous la direction du Professeur Jean-Marie Guillon (MMSH-UMR TELEMME). Sa thèse a pour intitulé : La Cimade. Des camps de réfugiés aux centres de rétention administrative : analyse d’une action humanitaire (de 1939 au début du xxie siècle). Elle a publié : Le Camp de Rivesaltes 1941-1942 : du centre d’hébergement au Drancy de la zone libre, préface de Michel Cadé et postface de Serge Klarsfeld, Perpignan, Éd. PUP/Mare nostrum, 2001.

4Axelle Brodiez-Dolino est chargée de recherche au CNRS-LARHRA. Elle travaille sur l’histoire des organisations de solidarité et humanitaires, de la lutte contre la pauvreté-précarité et des engagements contemporains. Elle a notamment publié Le Secours populaire français, 1945-2000 : du communisme à l’humanitaire (Presses de Sciences Po, 2006), Emmaüs et l’abbé Pierre (Presses de Sciences Po, 2009) et Combattre la pauvreté (CNRS-Éditions, 2013).

5Geneviève Dreyfus-Armand est historienne et conservateur général honoraire des bibliothèques. Elle a été directrice de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) de 1998 à septembre 2009. Elle préside le Centre d’études et de recherches sur les migrations ibériques (CERMI). Outre de nombreuses directions et codirections d’ouvrages, elle a notamment publié L’Exil des républicains espagnols en France. De la Guerre civile à la mort de Franco (Paris, Albin Michel, 1999), traduit en castillan en 2000. Actuellement chercheuse associée au laboratoire FRAMESPA, France méridionale et Espagne : histoire des sociétés du Moyen-Âge à l’époque contemporaine (UMR 5136, université de Toulouse-II Le Mirail, CNRS), elle vient de coordonner, avec Jean-Pierre Amalric, Autour de Manuel Azaña : nation et mémoire en débat (2011) et Le Mexique et la République espagnole (Montauban/Toulouse, Association Présence de Manuel Azaña/Méridiennes, 2012).

6André Encrevé est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Paris Est Créteil et rédacteur en chef du Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français. Auteur de nombreuses contributions relatives à l’histoire du protestantisme français, de non moins nombreuses directions de colloques et ouvrages, dont « Les protestants », vol. 5 du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, 1993, il est l’auteur de : Les protestants en France de 1800 à nos jours, Paris, Stock, 1985 ; Protestants français au milieu du xixe siècle : les Réformés de 1848 à 1870, Genève, Labor et Fides, 1986 ; L’Expérience et la foi : pensée et vie religieuse des Huguenots au xixe siècle, Genève, Labor et Fides, 2001.

7Paul Gradvohl dirige le Centre de civilisation française et d’études francophones de l’université de Varsovie. Son HDR (2009) Les Impasses de la sécurité nationale en Europe centrale : impact sur la cohérence régionale au xxe siècle et l’ouvrage qu’il a dirigé en 2011, L’Europe médiane au xxe siècle : fractures, décompositions – recompositions – sur-compositions (Prague, CEFRES), proposent une mise en dialogue des logiques spatiales et territoriales. Membre du CERCLE (Centre de recherche sur les cultures et littératures europérennes, France-Europe centrale-Europe orientale), équipe de l’université de Lorraine, il y dirige plusieurs thèses. À Varsovie il poursuit ses travaux sur le rapport entre sentiments, politiques de sécurité, intérieure et extérieure, et construction des espaces de l’intellection historique.

8Dzovinar Kévonian est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, membre de l’Institut des sciences sociales du politique (ISP), du Conseil scientifique du Comité d’histoire de l’OFPRA, du Conseil scientifique de la BDIC. Elle est également membre du comité de rédaction de la revue Monde (s). Elle est l’auteur de plusieurs articles sur les questions juridiques, sociales et humanitaires dans les relations internationales, les itinéraires et pratiques des acteurs opérant au sein des organisations internationales et non-gouvernementales sur la question des réfugiés, apatrides et des minorités. Elle a notamment publié : Réfugiés et diplomatie humanitaire : les acteurs européens et la scène proche-orientale pendant l’entre-deux-guerres (Paris, Publications de la Sorbonne, 2004), Humaniser le travail. Régimes économiques, régimes politiques et Organisation internationale du travail (1929-1969), Bruxelles, Peter Lang, 2011 (co-direction avec A. Aglan et O. Feiertag), « Juristes et relations internationales aux xixe-xxe siècles », numéro thématique de la Revue Relations internationales, n° 149, janvier 2012 (co-direction avec J.-M. Guieu).

9Vasiliki Kilekli a obtenu son doctorat en histoire contemporaine à l’université Paris I, Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent sur l’immigration grecque en France, les relations franco-grecques et l’histoire politique dans l’après-guerre. Elle est l’auteur de : « Aspects de la politique française à l’égard de l’installation des Grecs en France et la lutte contre la dictature » [Πτυχές της γαλλικής πολιτικής απέναντι στην εγκατάσταση των Ελλήνων στη Γαλλία και τον αντιδικτατορικό αγώνα], Archeiotaxio [ Αρχειοτάξιο], vol. 10, [Εκδόσεις Θεμέλιο], juin 2008, p. 66-83 ; « Du resserrement des liens à la stagnation : les relations franco-helléniques de la période 1961-1967 à travers les archives du Quai d’Orsay » [Από τη σύσφιξη στη στασιμότητα : οι ελληνογαλλικές σχέσεις της περιόδου 1961-1967 μέσα από τα αρχεία του Quai d’Orsay], Des anendotos à la dictature [ Από τον ανένδοτο στη δικτατορία], actes du colloque organisé par la fondation Constantin Mitsotakis, [[εκδόσεις Παπαζήση], Athènes, 2009, p. 229-244.

10Victor Pereira est docteur en histoire contemporaine de l’Institut d’études politiques de Paris, maître de conférences à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Il a co-dirigé, avec Nuno Domingos, O Estado Novo em questão, Lisboa, Edições 70, 2010 et vient récemment de publier : La Dictature de Salazar face à l’émigration. L’État portugais et ses migrants en France (1957-1974), Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

11Gérard Petitjean est archiviste à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, en charge notamment du fonds de la Cimade. Il est également membre du service Mémoire-Histoire-Anciens Équipiers de la Cimade.

12Tramor Quemeneur, docteur en histoire, est chargé de cours à l’université Paris 8. Sa thèse, Une guerre sans « non » ? Insoumissions, refus d’obéissance et désertions de soldats français pendant la guerre d’Algérie, va paraître aux éditions La Découverte. Il est l’auteur de La Guerre d’Algérie aux éditions Géo (collection « les dossiers de l’Histoire », 2012). Il a préfacé et introduit les documents de Résister à la guerre d’Algérie par les textes de l’époque (Les petits matins, 2012). Il a également publié avec Slimane Zeghidour L’Algérie en couleurs. 1954-1962. Photographies d’appelés pendant la guerre (Les Arènes, 2011) et avec Benjamin Stora Algérie 1954-1962. Lettres, carnets et récits des Français et des Algériens dans la guerre (Les Arènes, 2010 et 2012). Ce livre a reçu le prix Elle en 2011 et le prix de la France mutualiste en 2012. Il a enfin dirigé le manuel 100 fiches d’histoire du xxe siècle aux éditions Bréal (2004, réédité en 2009).

13Hugues Tertrais est professeur à l’université Paris-I, directeur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine et membre de l’IRICE. Il est spécialiste des identités asiatiques et de l’Asie dans les relations internationales. Il est l’auteur de nombreux articles sur les guerres d’Indochine et du Vietnam, sur l’Asie orientale et la construction régionale. Il a notamment publié : Asie du Sud-Est : enjeu régional ou enjeu mondial ? Paris, Gallimard, collection Folio actuel, 2002 ; La piastre et le fusil – Le coût de la guerre d’Indochine, 1945-1954, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF), 2002. Il vient de co-diriger avec Pierre Journoud, Paroles de Dien Bien Phu : les survivants témoignent, Paris, Tallandier, 2012.

14Marie-Christine Volovitch-Tavares, agrégée d’histoire, a participé à l’accueil de réfugiés en provenance du Chili. Son doctorat d’histoire a porté sur le Portugal contemporain et ses recherches sur l’histoire de l’immigration des Portugais en France. Elle a participé à des travaux interdisciplinaires sur les exils politiques et les migrations de travail en France, dans le cadre du Centre d’histoire de Sciences Po, puis du Comité d’histoire de préfiguration de la CNHI (Cité nationale de l’histoire de l’immigration). Elle est actuellement vice-présidente du CERMI (Centre d’études et de recherches sur l’exil et les migrations ibériques). Elle est l’auteur de Portugais à Champigny : le temps des baraques, Paris, Autrement, 1995, et parmi ses articles : « Les Immigrants catholiques portugais en France des années soixante aux années quatre-vingt », Cahiers de la Méditerranée, n° 78, juin 2009, p. 159-176 ; « Les Portugais en Ile-de-France au xxe siècle », Paris et Ile-de-France, mémoires, n° 61, 2010, p. 149-176 ; « Les Bidonvilles, révélateurs des contradictions de l’immigration portugaise », in Natacha Lillo (dir.), Histoire des immigrations en Ile-de-France de 1830 à nos jours, Publibook, 2012, p. 129-136 ; les notices « Portugais », « Chiliens » et « Brésiliens » du Dictionnaire des étrangers en France, R. Laffont (à paraître).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable