Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

Réfugiés, migrants, étrangers : les mots et les causes de la Cimade (années 1970-1990)

Marie-Claude Blanc-Chaléard

Texte intégral

  • 1 Les statuts de 1954 affirment dans leur article premier que la Cimade a pour but de « témoigner du (...)
  • 2 1939-2009 : Une histoire de la Cimade, « Parce qu’il n’y a pas d’étrangers sur cette terre », p. 5 (...)
  • 3 Drahy Jérôme, Le Droit contre l’État : droit et défense associative des étrangers, l’exemple de la (...)
  • 4 Il faut remercier Gérard Petitjean, qui a classé ces archives. Par la connaissance parfaite qu’il (...)

1La Cimade du temps de paix s’est d’abord vouée au service des réfugiés. Dans les a premières décennies d’après-guerre, il s’agissait des réfugiés d’Europe de l’Est, victimes du communisme et statutaires de la Convention de Genève. Les horizons se sont vite élargis à certains exilés du Tiers-monde et en 1975, un protocole d’accord a lié la Cimade à l’État, pour accueillir les boat-people indochinois. L’association est alors reconnue d’utilité publique. Les mots-clés que l’on retrouve dans les statuts successifs sont « l’entraide », le « service » et la « solidarité active auprès de ceux qui souffrent1 ». La Cimade est pourtant devenue une association de défense du droit des étrangers, souvent perçue comme des plus radicales. Elle s’affiche comme inconditionnelle des droits de l’homme, reprenant dans sa brochure-anniversaire la phrase de Paul Ricour : « ce n’est pas le respect de la loi qui est un absolu mais celui du droit2 ». La contradiction, soulignée dans des études antérieures, comme celle de Jérôme Drahy3, est certes moins réelle qu’il n’y paraît. Néanmoins, le passage du réfugié à l’étranger et de la collaboration à la subversion correspond à une trajectoire historique, qui a transformé l’association entre la fin des années 1960 et les années 1990. La consultation des archives récemment déposées à la bdic permet d’en suivre le processus et d’éclairer un peu les facteurs4. Le premier de ces facteurs relève évidemment du contexte qui, dans cette période, a brouillé les frontières entre les catégories : les immigrés économiques et les réfugiés relevaient de statuts nettement distincts au départ, du moins pour les Européens. Pour les réfugiés du Tiers-monde, l’élargissement de la Convention de Genève en 1971 aurait dû clarifier les choses. Mais, sous l’effet des crises répétées à partir de 1974, les frontières se sont fermées dans les pays du Nord, alors qu’affluaient les candidats à l’asile et à l’immigration. En France, étrangers et réfugiés furent peu à peu rejetés dans l’ensemble indistinct de l’illégalité. L’objet de ce texte est d’éclairer les étapes qui ont jalonné l’évolution de la Cimade face à ce contexte, de voir comment ont été redéfinies ses causes, du réfugié à l’étranger.

LA CAUSE DES MIGRANTS, FACTEUR DE TROUBLE AU SEIN DE LA CIMADE (1968-1978)

2En 1961, le schéma du bulletin Cimade info (figure 1, ci-contre) montre l’association comme une sorte de nébuleuse, avec des services d’équipiers et de bénévoles coordonnés par la direction (secrétariat général, présidence, commission exécutive) qui siège à Paris, rue de Grenelle. Le plus important est le « service réfugiés », et on note qu’alors, le mot « immigration » lui est rattaché : pour les équipiers de la Cimade, « l’immigration » concerne alors l’accueil des exilés de l’est de l’Europe que l’on aidera à émigrer ailleurs, aux États-Unis par exemple. Le « service Nord-Africains » s’occupe sans doute d’« immigrés » au sens plus classique du terme (poste de Marseille notamment), mais pour la Cimade, il s’agit de soutien à une population victime de la guerre, en France et en Algérie.

Figure 1 : Les services de la Cimade en 1961 (Bulletin de la Cimade, 1961)

Création d’un secteur migrant dans un contexte de changement

  • 5 Rapport de l’équipière Colette Rollet, qui a joué le rôle pionnier dans la création du service, 1e (...)
  • 6 La Cimade va transformer son poste de Sucy-en-Brie en foyer pour les travailleurs portugais. BDIC, (...)

3Ce n’est qu’en 1964 qu’émerge l’idée d’un service « migrants ». Le sort des travailleurs immigrés qui affluent alors dans l’Europe des Trente glorieuses inquiète les autorités protestantes (World Council of Churches, Comité des Églises auprès des travailleurs migrants). 1964 est la date où, en France, éclate le scandale des bidonvilles, singulièrement du bidonville de Champigny, où s’entasseront jusqu’à 15 000 Portugais. Le département de la diaconie suggère que des équipiers se chargent de mobiliser les paroisses et l’Union chrétienne des jeunes gens5. Il apparaît vite que l’intérêt des paroisses est limité et que l’enjeu des migrants dépasse le cadre de l’assistance classique6. En réalité, le nouveau service, dont l’objet est en apparence exclusivement social, est une plongée dans le siècle. Son développement va se trouver à l’épicentre du séisme qui ébranle l’association après mai 1968.

  • 7 Chaque année se tient une réunion des équipiers. Préparée avec soin, elle permet à la direction de (...)
  • 8 Rencontre de Vaux, septembre 1968, F delta 2149/1004 (1966-1968), sessions équipiers. Ces remises (...)
  • 9 BDIC, F delta 2149/1006 (1971-1984). Sessions (rapports annuels d’activité des postes et services)
  • 10 BDIC, F delta 2149/1004 (1966-1968), Sessions équipiers.
  • 11 Ibid. André Jacques, exposé introductif de la commission exécutive, 17 avril 1971.

4Les sessions d’équipiers à partir de 1967 permettent de saisir leur désarroi devant les problèmes nouveaux posés par les immigrés7 : « Avec les travailleurs migrants, nous touchons à des questions, aussi, et peut-être même plus importantes, mais sans qu’elles aient, pour le moment un aspect dramatique. Y faire face demande plus de fidélité, de technique, de stabilité. » (Équipiers de Marseille à la session de Rocheton en 1967). Ces sessions sont surtout l’occasion de voir exposée la mutation idéologique qui a commencé antérieurement, mais que l’épisode révolutionnaire n’a fait que stimuler. Du côté de certains équipiers s’exprime une remise en question de l’assistance, tout à fait comparable à ce que connaissent alors tous les milieux du travail social : « Notre travail sert la bonne conscience de la société (quand ce n’est pas celle de l’Église !) alors qu’il devrait être un pôle d’action dont l’autre pôle est l’information et la contestation » (Une équipière d’Oullins, Rhône)8. De l’autre, y compris parmi les responsables nationaux, se manifeste la mise à distance de l’autorité morale des Églises, et on reconnaît l’influence de la théologie de la libération : « La référence chrétienne nous invite à combattre avec/contre les Églises représentant souvent l’ordre, la tradition passés et refusant de s’engager dans un combat qui modifie les situations » (Jean-Daniel Vernier, session de Bièvres, 1971)9. Des changements dans les statuts (1970) et les pratiques intègrent cette nouvelle vision politique au sommet de la Cimade. Aux rencontres de Vaux, en septembre 1968, le secrétaire général Michel Wagner parle d’un nouveau comité directeur, constitué d’une « équipe jeune et engagée dé-cléricalisée, dé-protestantisée10 ». André Jacques, une des figures de cette nouvelle équipe rapporte ainsi au nom de la Commission exécutive : « Une adhésion à un combat de libération pour que l’homme s’arrache à ses aliénations, analyse lucidement sa situation… bâtisse un monde où les rapports ne seraient plus fondés sur l’exploitation d’une classe sur une autre11. »

  • 12 Cette vision des immigrés est classique dans les milieux militants chrétiens des années 1960- 1970 (...)
  • 13 Ruy da Silva, du service développement, Cimade info mars-octobre 1968.

5Le changement se traduit, entre autres, par l’ouverture à des équipiers catholiques, pour l’essentiel dans le service « migrants », où ils apportent leur savoir-faire... et leur capacité de révolte, étant souvent en conflit avec leur propre Église. C’est le cas d’André Legouy, ancien aumônier à Fresnes, engagé en mars 1969 ou de Roland Kastler, engagé comme bénévole avant de devenir équipier du service « alphabétisation ». Quand, à la fin de l’année 1969, les structures sont réorganisées en trois « secteurs » organiques (Tiersmondemonde, Réfugiés, Migrants), l’un d’entre eux, le « secteur Migrants » est confié à André Legouy. La nouvelle structure (figure 2, page suivante) doit se lire comme un programme intégré, avec comme cœur de cible la dimension internationale et l’objectif de la libération du Tiersmonde : le « secteur Réfugiés » les accueille et les soutient pour qu’ils puissent retourner combattre dans leur pays, le « secteur Migrants » doit aider ces derniers à prendre conscience de leur sujétion politique. L’objectif n’est pas de les intégrer, mais d’être solidaires de leurs luttes en perspective d’un retour chez eux12. En même temps, les migrants ne relèvent pas de la même urgence que les réfugiés et exigent un travail de fond de « conscientisation », que les exilés pour raisons politiques possèdent d’emblée : « Le travailleur étranger émigre volontairement et librement, ne demandant parfois pas mieux que d’émigrer pour échapper à son bas niveau de vie. En réalité, victimes de notre système de valeurs et de références, volonté conditionnée et conduit à conditions inhumaines de vie et de travail13. »

Figure 2 : Organigramme en 1971. F Delta 2149/1006, session équipiers de Bièvres, 1971-1984

La crise

  • 14 BDIC, F delta 2149/1078. Relations avec les postes de Coudekerque, Saint-Denis, Nanterre.
  • 15 Cf. Weil Patrick, La France et ses étrangers, Paris, Calmann-Lévy, 1991 (édition revue Folio, 2004 (...)
  • 16 Militante catholique du Service civil international. Elle a vécu de nombreuses années dans le bido (...)
  • 17 Par l’intermédiaire de A. Legouy, qui fut l’un des fondateurs, le Gisti (Groupe d’information et d (...)

6En fait, le climat d’agitation des années 1970 va au-delà de la révolution intellectuelle proposée par les dirigeants. Le « secteur Migrants », le plus fragile et le plus nouveau, devient le leader de la contestation qui déborde sur deux terrains. Le premier est sans surprise le terrain politique. Le discours d’extrême gauche, qui dénonce l’exploitation capitaliste et néo-coloniale des immigrés et propose une lutte radicale, influence de nombreuses associations qui s’occupent des migrants et constatent leur exclusion au quotidien : la fasti (fédération des Asti, Associations de solidarité avec les travailleurs immigrés), le Clap, spécialisé dans l’alphabétisation et directement lié à la Cimade, connaissent un tournant « gauchiste ». Les bidonvilles sont alors des foyers d’agitation. Les équipiers Cimade ne sont pas en reste, ce qui indispose les fidèles protestants. L’équipe de Saint-Denis, menée par André Legouy multiplie les coups de force, la femme du pasteur de Neuilly proteste contre les équipiers de Nanterre « trop révolutionnaires14 ». Très vite, les tensions deviennent ouvertes entre les dirigeants, Michel Wagner puis Roby Bois à partir de 1974, et le secteur Migrants, tenu par les « curés ». L’évolution de la situation sociale et politique des immigrés ne fera qu’attiser les braises : violence des résorptions, problème des foyers de travailleurs, puis, en 1972, retour des contrôles après dix ans de politique laxiste où les travailleurs étrangers entraient sans contrat15. Les circulaires Marcellin-Fontanet conduisent aux premières grèves de la faim d’immigrés, brutalement mis en situation irrégulière : la question du droit au séjour des étrangers entre en scène. Le « secteur Migrants » est très actif dans tous ces domaines, incite à la création d’un service « Habitat et urbanisme », confié à Monique Hervo16, contribue à la fondation du Gisti en 1972 (Groupe d’information et de soutien aux immigrés), première association dont la vocation est de défendre les étrangers sur le terrain du droit17. À l’heure de la politisation de l’immigration et de la montée du racisme (les assassinats d’Algériens se multiplient depuis 1970), la Cimade est présente.

  • 18 BDIC, F delta 2149/1011 (Affaire Legouy et Kastler contre Cimade, 1978-1981).
  • 19 Roland Kastler démissionne en septembre 1977, André Legouy termine son contrat en 1978. Les deux a (...)

7L’autre terrain de contestation touche à la gouvernance de l’association. André Legouy et Roland Kastler mènent la fronde contre la direction. Dénonçant l’archaïsme des relations sociales, ils sont à l’origine de la création d’un syndicat cfdt en 1973. Pour la Cimade, c’est un véritable choc culturel. En réalité, l’association a changé et se trouve placée dans la posture d’une entreprise. Pour elle, les contrats d’équipiers, à durée limitée, ne sont pas des contrats de travail18. Mais les équipiers, plus nombreux eu égard aux recrutements récents, se pensent comme des salariés et demandent qu’on les traite comme tels, avec la juste rémunération de leurs heures et de leur travail. Ce qui pose d’énormes problèmes de budget et plonge l’association dans l’une des crises financières qui jalonnent son histoire. En 1977, une grève est déclenchée, les locaux de la rue de Grenelle sont occupés, il y a 40 % de grévistes, 100 % dans le secteur Migrants. C’est l’occasion pour la direction de se débarrasser des « gêneurs19 ». Cette première crise de la Cimade comme entreprise se conclut par une réorganisation en 1979 accompagnée de nombreux licenciements et de la suppression de certains services : suppression des services « habitat » et « prisons », soit 8 postes et 18 % du personnel ; la Cimade tombe de 70 équipiers au début des années 1970 à 50. Plusieurs équipiers et bénévoles démissionnent, en province et à Paris. Le « secteur Migrants » est sinistré.

Le « secteur Réfugiés » en pointe

8Cette période constitue au contraire une sorte d’apogée pour le « secteur Réfugiés » qui se développe et innove, sur la base de la nouvelle orientation tiers-mondiste. Celle-ci donne une ligne politique à l’accueil des « néo-réfugiés », exilés de dictatures non communistes (Grèce, Portugal) ou du Tiers-monde (Africains). Comme tous ne demandent pas systématiquement le statut de réfugiés, même après l’élargissement du champ de l’asile (New York 1967, Bellagio 1973), leur traitement est souvent complexe. Déjà, la frontière entre immigrés et réfugiés s’estompe.

  • 20 Voir la contribution de Marie-Christine Volovitch-Tavarès dans le présent volume.

9Le coup d’État de Pinochet au Chili en 1973 et l’afflux d’exilés chiliens sont pour la Cimade l’occasion d’un nouvel élan. Aux côtés de France-Terre d’asile (fondée à cette occasion), elle s’affirme comme spécialiste de l’accueil des réfugiés20. Les Chiliens et autres Latino – américains représentent en quelque sorte le réfugié idéal, intellectuel privé de tout, mais combatif, conscient politiquement. La Cimade fait pression auprès du pouvoir pour obtenir le renforcement de leurs droits sociaux. Sous l’influence du Conseil œcuménique des Églises (COE), elle crée le service « Droits de l’homme » dans l’objectif de soutenir (sur le plan international) les militants aux droits bafoués dans leur pays. Et le centre de Massy, qui jusque-là hébergeait des étudiants étrangers boursiers devient, sous la houlette d’André Jacques, un centre d’accueil et d’insertion où se mêlent, dans le cadre rénové d’une maison bourgeoise, étudiants et militants politiques refugiés.

10À partir de 1975, tout naturellement, l’État fait appel à la Cimade, pour organiser avec d’autres associations l’accueil des réfugiés d’Indochine (80 000 entre 1975 et 1985). Elle est chargée de l’insertion linguistique des réfugiés dans les centres provisoires d’hébergement. Désormais auxiliaire de l’État, avec un financement du Fas qui permet de payer des équipiers spécialisés, la Cimade est déclarée d’utilité publique. Cela ne manque d’alimenter la contestation du côté du secteur « Migrants ». Un tract du syndicat Cfdt de 1976 dénonce une politique trop proche du pouvoir qui oppose « les mauvais immigrés maghrébins », dont l’État cherche à organiser le retour et les « bons réfugiés asiatiques » dont on finance l’accueil. Mauvais procès sans doute, mais il est vrai que le contraste est grand, au sein de l’institution, entre l’action en faveur des réfugiés, sans affrontement avec le pouvoir, et dont la mobilisation en faveur des droits de l’homme à l’échelle internationale est saluée par la presse de gauche, et la méfiance qui entoure l’ancien « secteur Migrants », dont la cause est obscurcie par l’ultra-politisation. La crise de 1977-1979 prive ce secteur d’initiative, au moment où la question de l’immigration se politise en France. La philosophie du nouveau responsable du secteur, Pierre Géry, est de s’en tenir à une mission de « service » : « Notre travail est un travail professionnel que nous devons éviter de mélanger avec toute forme de militance extérieure » (1978). Lui aussi prêtre catholique, il travaille sous le contrôle direct du secrétaire général, Roby Bois, lequel pousse l’association dans le sillage du Parti socialiste.

LE BROUILLAGE DES CATÉGORIES ET L’ENGAGEMENT SOCIALISTE (1978-1986)

11Les premières années du septennat de Valéry Giscard d’Estaing sont marquées par la suspension de l’immigration en juillet 1974, corrigée en 1976 par le droit au regroupement familial. Le cycle migratoire des Trente glorieuses entre dans une phase d’installation. Parallèlement, la multiplication des conflits dans le Tiers-monde conduit à une nouvelle phase de croissance des réfugiés. L’accueil des Asiatiques, pour lesquels le statut de réfugiés n’avait pas posé problème, n’annonce pas de remise en cause du droit d’asile. La conjoncture bousculée des années ultérieures et le rejet croissant des étrangers en décide autrement. La Cimade se trouve engagée dans l’action politique, aux côtés des autres associations de défense des étrangers.

Le droit au séjour des immigrés

  • 21 Weil Patrick, La France et ses étrangers, op. cit.
  • 22 Cimade infos, 3 novembre 1977 « Les réfugiés politiques » et 4 novembre 1977 « les travailleurs im (...)
  • 23 Weil Patrick, La France et ses étrangers, op. cit., chapitre iv.
  • 24 Lettre aux communautés chrétiennes sur la situation des immigrés dans notre pays, Pasteur Jacques (...)
  • 25 Présentation de Pierre Géry, 1982. F delta 2149/2439, département Immigration.

12À partir de 1977, la politique de Valéry Giscard d’Estaing et de son secrétaire d’État aux travailleurs immigrés, Lionel Stoléru, s’oriente vers l’organisation des retours des travailleurs immigrés et de leurs familles. Pour les Algériens, il s’agit même d’un plan de retours forcés. En même temps, les expulsions de jeunes étrangers ayant commis un délit se multiplient, suscitant une vague de grèves de la faim. Et, en 1978, le projet de loi « Barre-Bonnet » prévoit d’élargir le champ des expulsions administratives, en l’étendant aux entrées et à la présence illégales en France21. C’est la mobilisation générale parmi les associations de défense des immigrés. Dès la fin de 1977, Cimade-Info dénonce « l’insécurité administrative », s’inquiétant d’abord pour les réfugiés politiques22. En 1978, est créé un collectif « SOS refoulement » pour aider au traitement des dossiers des étrangers menacés de renvoi. La Cimade s’y engage vraiment en 1979, alors que s’achève le débat préliminaire sur la loi Barre-Bonnet. Le Conseil d’État émet d’importantes réserves (mars)23. Le 3 avril, les présidents des trois Églises protestante, catholique et orthodoxe manifestent leur opposition dans une « Lettre aux communautés chrétiennes sur la situation des immigrés dans notre pays ». Ils demandent aux chrétiens d’être solidaires de leurs frères immigrés, et de prendre acte du fait que « l’immigration a changé de visage : elle est devenue un fait permanent24 ». La défense des étrangers présents en France devient ainsi une des priorités de la Cimade : la lutte contre le racisme, le respect de leurs droits, leurs besoins d’insertion redessinent les contours d’un immigré destiné à s’installer parmi nous et non plus à retourner construire la démocratie chez lui. Le département Immigration qui ressuscite lentement après 1981 s’organise ainsi autour de la défense des droits, de la formation, de l’aide aux femmes immigrées et d’un accueil qui est un accueil de conseil, sur rendez-vous et non d’un accueil destiné à gérer des flux d’entrants25. À partir de 1979, l’immigration prend place dans la campagne présidentielle. Le candidat socialiste François Mitterrand fait des promesses de nature à satisfaire les associations. La Cimade est prête à jouer son rôle dans le nouveau contexte politique.

1981-1986. Défendre les étrangers qui ont des droits

  • 26 Weil Patrick, La France et ses étrangers, op. cit. La carte de dix ans, gage de stabilité, a été l (...)

13Pendant les premières années de la présidence socialiste, la Cimade apparaît de fait comme une association en pointe auprès du pouvoir, comme auxiliaire technique (la grande régularisation de 1982) et comme force de proposition. Elle initie la campagne pour la carte de 10 ans, décisive pour garantir aux étrangers leur stabilité en France26. Son combat pour l’antiracisme bénéficie de l’adhésion du prêtre lyonnais Christian Delorme, l’un des initiateurs de la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, plus connue sous le nom de « marche des Beurs ». Celui-ci, déjà célèbre pour son rôle dans les grèves de la faim contre les expulsions de jeunes Maghrébins, proche de l’équipier lyonnais Jean Costil, a demandé à rejoindre la Cimade en 1980. Expert du champ médiatique, il deviendra plus tard chef du service Information, et contribuera à bousculer ce secteur. La Cimade poursuit donc en bonne place sa collaboration au sein de collectifs d’associations, plus ou moins proches du pouvoir (Gisti, Mrap, Fasti, Snm etc.).

  • 27 Propositions de la Cimade pour l’assemblée générale du collectif SOS refoulement du 30 septembre 1 (...)

14À partir de 1983, le contexte change. Le Front national triomphe à Dreux et Georgina Dufoix annonce le retour d’une politique d’endiguement plus sévère : « empêcher l’entrée de nouveaux immigrés pour mieux intégrer ceux qui sont en France ». La même année, la Cimade et les autres associations tirent la sonnette d’alarme sur une crise de l’asile. Le nombre des demandeurs d’asile augmente de façon dramatique, leurs bureaux d’accueil sont débordés, et les services de l’ofpra ne suivent pas pour traiter les dossiers. Alors commence la polémique sur les « faux réfugiés », immigrés économiques qui tentent de forcer la dernière porte ouverte en Europe. Tout en demandant des moyens pour traiter humainement tous les demandeurs d’asile, les responsables de la Cimade entendent aussi « sauver » le droit d’asile en évitant sa banalisation et s’inscrivent pleinement dans la logique de fermeture des frontières. Dès les lendemains de la régularisation, les responsables ont clairement exposé leur position. En septembre 1982, ils ont proposé aux membres du collectif SOS refoulement que « le champ soit élargi à la défense des étrangers et plus seulement aux expulsions et au refoulement ». « La Cimade pense que dans la conjoncture présente, toute introduction nouvelle de travailleurs n’est pas souhaitable. » Il convient de donner la priorité aux « difficultés auxquelles se heurtent les 4 millions de résidents réguliers27 ».

15Il s’agit donc bien de défendre ceux qui sont en situation régulière et d’approuver la politique d’« immigration zéro ». En 1984, la Cimade fait un choix qui l’isole par rapport aux autres associations et va soulever de nombreuses critiques chez certains équipiers. Elle signe une nouvelle convention avec l’État, affichant en même temps son soutien à la politique d’expulsion de ceux qu’on appelle alors les clandestins. Elle obtient le monopole de la visite des centres de rétention pour les étrangers en attente de reconduction à la frontière, ce qu’on désigne dans le jargon interne comme « Défense des étrangers retenus ». La Cimade aurait même été à l’origine de ces centres, afin d’améliorer les conditions de détention subies par les clandestins en instance d’expulsion, depuis la loi Barre-Bonnet, notamment au centre marseillais d’Arenc.

  • 28 BDIC, F delta 2149/5023 (Enfermement, défense des étrangers reconduits).

Si donc l’on admet le principe de la fermeture des frontières, on admet ipso facto que ces étrangers irréguliers ne puissent obtenir leur régularisation. La conséquence logique est alors celle de leur retour (Pierre Géry, Pour ou contre les centres de rétention, 198628).

  • 29 BDIC, F delta 2149/2439 (Département immigration).

La Cimade aurait pu comme beaucoup d’autres se lamenter sur ce problème [...]. Après réflexion, elle a décidé d’attraper le taureau par les cornes, n’hésitant pas à braver l’opinion de ses propres partenaires hostiles aux centres de rétention pour les condamnés à la reconduite à la frontière, guidée en cela par le seul et unique intérêt des clandestins. (Présentation du département étranger par Pierre Géry en mars/avril 198729).

  • 30 BDIC, F delta 2149/5023, v. (Enfermement). « La genèse de l’engagement » (morceaux choisis de déci (...)
  • 31 Marcos Claire, La Professionnalisation du militantisme associatif : l’exemple de la CIMADE, service (...)
  • 32 Gérard Petitjean, qui a classé les archives, s’est dit étonné du peu de place qu’y occupe Pierre G (...)

16Pierre Géry semble s’être beaucoup investi dans ce dossier, mais la décision a été prise collectivement par un vote du Conseil de surveillance (17 « pour » et 1 abstention), après que Madeleine Barot, figure tutélaire de l’association, se soit prononcée pour30. La convention augmente en tout cas la part de l’État dans le financement des activités de la Cimade et contribue à sa professionnalisation31. Pierre Géry, qui affirme dans le même texte de 1987 qu’il faut « jouer avec toutes les cartes disponibles quel que soit le gouvernement, savoir lorsque cela est nécessaire, accepter le compromis », est désormais l’homme fort d’un nouveau département « Étrangers32 », créé après la convention. Cette réorganisation coïncide avec l’arrivée d’un nouveau secrétaire général, Marc Brunschweiler, en novembre 1984. Ce dernier, ancien conseiller général socialiste d’Alsace, reste dans la même ligne politique.

Un grand département « Étrangers » sur fond de nouvelle crise interne

  • 33 P. Géry, réunion du 6-11-1984. BDIC, F delta 2149/2246.
  • 34 BDIC, F delta 2149/2439 (département Immigration), en capitales dans le texte.
  • 35 Pierre Géry, réunion du 6 novembre 1984. BDIC, F delta 2149/2246.

17Pour la première fois, un grand département « Étrangers » regroupe les services qui s’occupent des immigrés et ceux qui ont en charge les réfugiés (figure 3, page suivante). Pierre Géry n’a pas tort quand il présente la nouvelle structure comme « un instrument nouveau pour mieux répondre aux objectifs de l’association dans la conjoncture politico-économique de l’heure33 ». Elle répond en effet au brouillage en cours entre les catégories immigrés, demandeurs d’asile et réfugiés. « Nous ne sommes plus dans une époque où l’immigré est précarisé et le réfugié relativement protégé. Ce sont tous les étrangers qui sont en danger34. » Sur le terrain, les équipiers en font l’expérience permanente et demandaient ce décloisonnement. Les services du département s’articulent autour de deux axes, qui sont censés « honorer constamment les spécificités propres aux immigrés et aux réfugiés » : la défense des droits et l’insertion. Le service « Actions économiques et culturelles » est l’instrument de la politique d’insertion avec des innovations (aide à la création d’entreprise). La défense des droits mêle l’accueil, les centres de rétention et l’assistance juridique. Dans les postes parisiens et régionaux de ce secteur, les équipiers sont quotidiennement confrontés aux effets des atteintes au droit des étrangers et à la politique de l’asile. Il y a de quoi s’interroger sur les frontières de l’irrégularité. En même temps, le schéma suggère une structure entièrement aux mains de la direction, et alimente une nouvelle fois l’accusation d’absence de démocratie. Le ton de Pierre Géry lorsqu’il présente le département en 1984 ne laisse d’ailleurs pas de doute : « Cette dynamique est exigeante et exclue [sic], je tiens à le dire d’emblée, les dilettantes et les francs-tireurs. On n’est pas à la Cimade [sic] pour faire sa « soupe », mais pour faire le travail de l’association. Lorsque la majorité a décidé, il faut jouer le jeu35. »

Figure 3 : Organigramme des services de la Cimade après la réorganisation de 1984

  • 36 Après leur départ du centre de Massy, André et Geneviève Jacques avaient rejoint le Conseil œcumén (...)

18Or les décisions de la direction ne plaisent guère. Outre la question des centres de rétention et le malaise de nombreux équipiers de province, une nouvelle charrette de licenciements est programmée. C’était d’ailleurs l’une des motivations de la restructuration, les dons plutôt en baisse ne couvrant pas les charges croissantes de l’association. La révolte contre l’arbitraire des dirigeants s’exprime lors de l’assemblée générale de 1985. Les tensions ne vont plus cesser jusqu’à la mise sous tutelle du secrétaire général dont le mandat ne sera pas renouvelé, faits uniques dans l’histoire de la Cimade. Le mandat de Marc Brunschweiler devait prendre fin en 1988. Un collège directorial provisoire est mis en place en octobre 1987 et on se tourne vers Genève pour demander à Geneviève Jacques de prendre en charge l’association en crise36. Cette crise est, comme la précédente, à la fois une crise financière et une crise de la gouvernance, mais c’est aussi une crise de l’engagement : on ne sait plus de qui « être solidaire », dans un contexte de grande tension politique autour de l’immigration, et de remise en question des catégories en fonction desquelles la Cimade agissait traditionnellement.

« PARCE QU’IL N’Y A PAS D’ÉTRANGERS SUR CETTE TERRE »

La clarification commence en 1986

  • 37 BDIC, F delta 2149/1163, Asile-immigration. Textes Cimade, documentation. « Étrangers en France. T (...)

19Avant même la fin du mandat de Marc Brunschweiler, le retour de la droite au pouvoir en avril 1986 et les mesures préparées par le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua vont à nouveau engager la Cimade sur le terrain de l’action critique. Dès le mois de mai, elle propose aux associations proches de mettre en place un réseau d’information et d’alerte. Un « texte de référence » est adopté en novembre 1986 pour dénoncer les mesures. Dans un paragraphe sur les expulsions des jeunes délinquants, le texte oppose le « légal » et le « légitime37 ».

  • 38 BDIC, F delta 2149/1163, Asile-immigration. Textes Cimade, documentation. Texte de L. Giovannoni s (...)

20Au même moment, en avril 1986, la Cimade reprend l’initiative pour la défense des réfugiés en lançant une campagne pour le droit d’asile, « campagne paradoxale à première vue, puisqu’on ne sait plus trop qui défend quoi », écrit Laurent Giovannoni qui fait le point dans un texte très complet où il explique la difficulté de « faire le tri » parmi les nouveaux réfugiés. Il appelle au renouvellement, affirmant que « la trame des discours et des actions que nous menons encore actuellement date des années 1973-198038 ». Deux ans plus tard, la motion suivante est votée lors de l’assemblée générale de la Cimade de juin 1988 :

À la suite de la fermeture des frontières décidée par l’ensemble des gouvernements européens en 1973-1974, les législations restrictives adoptées successivement ont abouti à des pratiques discriminatoires d’exclusion à l’égard des étrangers, quatorze ans d’expérience nous imposent donc de redéfinir notre approche des flux migratoires et des conséquences qu’ils induisent, notamment celui de la clandestinité. La Cimade doit réaffirmer sa solidarité avec les étrangers sans papier, souvent victimes des violations des droits élémentaires de la personne humaine. La Cimade doit défendre ces étrangers. A t-elle à juger de la légitimité ou non des situations qui ont abouti à ces situations de séjour irrégulier ? [...] En tout état de cause, les étrangers ne sont pas les seuls responsables de la clandestinité [...] Il faut réfléchir à un autre vocabulaire, le terme clandestin étant connoté négativement.

21À cette date, le second septennat de François Mitterrand a commencé et l’Assemblée générale demande par un vote solennel l’abrogation des lois Pasqua, à l’instar d’un collectif de 120 organisations. Dès ce moment, la distinction immigrés/réfugiés semble bien dépassée. La situation impose de ne plus voir que des étrangers, dont ceux qui souffrent le plus sont les étrangers en situation irrégulière.

1989-1992 : la synthèse du côté des « sans droits »

  • 39 Cimade infos juin-juillet 1991.

22Geneviève Jacques prend ses fonctions en 1989, année du cinquantenaire de la Cimade. L’occasion est belle de faire retour sur l’histoire et de médiatiser un bilan qui est celui d’une association à la fois militante et efficace, qui a conservé ses fondements protestants. Le resourcement dans l’histoire résistante est dans l’air du temps. Pierre Joxe, Simone Veil sont invités au camp de Gurs. Même si, aux dires du père Delorme, l’effet médiatique est resté modeste, ce type de manifestation est important pour les militants et les membres de l’association au moment où se met en place une nouvelle réorganisation. Celle-ci va s’efforcer de répondre au besoin de sens nécessaire au rassemblement, d’apaiser les problèmes de gouvernance et de rechercher les moyens d’une gestion maîtrisée. Le schéma de 1991 (figure 4, ci-contre) met habilement en valeur la place des équipiers régionaux, qui avaient fortement manifesté leur opposition à l’autoritarisme de la précédente direction. Geneviève Jacques insiste dans sa présentation sur l’importance donnée à la décentralisation du travail de terrain. Un autre objectif est de mettre l’administration et la communication au service d’une gestion efficace. La communication vise à la fois la formation de l’opinion et le développement d’une meilleure visibilité pour récolter de nouveaux fonds. « Faire et faire savoir », l’entreprise Cimade a recours aux slogans et aux logos39.

Figure 4 : Organigramme de 1991 (Cimade infos, juin-juillet 1991, p. 21)

23La synthèse se fait autour du sens programmatique qui entoure désormais la référence unique à « l’étranger ». Dans le nouveau schéma, la catégorie « étrangers » n’a plus l’intention surtout technique du « grand département Étrangers », elle fait figure de défi, partie prenante d’une seule et même cause au double visage : « Étrangers », « solidarités internationales ». Ce que schématise le logo rouge et blanc « Ici et là-bas, solidaires ». Derrière l’affichage du retour à une cause unitaire, l’orientation adoptée par la Cimade est en rupture avec le respect antérieur de la légalité étatique. Dès février 1989, lors d’un colloque sur les Évangiles et l’extrême droite, Geneviève Jacques a annoncé le changement :

  • 40 Cimade infos, nov-déc 1989, « L’extrême-droite et l’Évangile ».

Derrière le débat désordonné sur l’immigration, derrière la polémique sur les demandeurs d’asile, il y a la politique concernant les étrangers mise en œuvre depuis 15 ans. Celle-ci repose sur deux affirmations apparemment logiques : fermeture des frontières et intégration des populations légalement installées.
Notre expérience de terrain, avec les étrangers concernés par cette politique, nous oblige aujourd’hui à questionner fortement cette logique au nom d’une autre approche qui privilégie le respect de la personne humaine sur toute autre considération40.

  • 41 BDIC, F delta 2149/1163. Asile-immigration. Textes Cimade, documentation. « Immigration, sans-papi (...)

24La défense des étrangers se situe désormais sur le terrain des droits de l’homme. La lutte contre le racisme y a toute sa place, mais celle des victimes de la politique des frontières également. Cette prise de position interdit tout excès d’empathie avec le pouvoir. Des signes nombreux manifestent la prise de distance vis-à-vis des responsables socialistes. En mai 1989, dans une brochure intitulée « Des droits pour les sans droits », les nouvelles autorités de la Cimade vont manifester leur déception auprès de François Mitterrand et de Michel Rocard parce que les nouvelles mesures ne reviennent pas suffisamment sur les lois Pasqua41.

  • 42 L’afflux de réfugiés ayant dépassé les 60 000, dans le contexte de la chute du mur de Berlin et de (...)
  • 43 Siméant Johanna, La Cause des sans papiers, Paris, Presses de Sciences Po, 1998, chap. 4, « Les fl (...)
  • 44 BDIC, F delta 2149/1163. Asile-immigration. Textes Cimade, documentation. Déboutés, collectif asil (...)
  • 45 Du moins à l’échelle des services centraux, car les équipiers de province avaient tendance à aller (...)
  • 46 En avril 2009, la Cimade s’est vue ainsi privée de son monopole de présence auprès des étrangers r (...)

25Mais le basculement dans l’insoumission a lieu en 1991. La réforme de l’OFPRA en 1989 fait exploser le nombre des déboutés du droit d’asile42. Il s’ensuit un grand mouvement de grèves de la faim. En avril 1991, il concerne plus de 1 200 déboutés, dans plus de 35 villes de France. La Cimade se retrouve auprès des associations les plus radicales pour soutenir cette « cause hérétique » (Johanna Siméant)43. Elle concerne en effet des personnes dont le cas a été jugé légalement comme irrecevable. Les réunions des associations de soutien se tiennent dans les locaux de la Cimade, jusqu’à ce que la secrétaire générale s’oppose à une occupation des lieux44. En effet, comme le remarque Johanna Siméant, la Cimade conserve ses distances avec l’engagement total auprès des « sans papiers45 ». Les relations avec le pouvoir se poursuivent dans la mesure du possible (bonnes relations avec Pierre Joxe). Et aucune des conventions antérieures avec l’État n’a été résiliée : celle qui concerne la « Défense des étrangers retenus » a été renouvelée régulièrement. Si l’intransigeance sur les principes peut conduire à l’épreuve de force avec la puissance publique46, l’association n’entend pas renier des liens qu’elle juge nécessaire pour mener à bien le service auprès de ceux dont les droits humains sont bafoués. C’est en ce sens que l’on peut parler de « synthèse » en ce début des années 1990. Ce fonctionnement n’est d’ailleurs pas original dans le milieu humanitaire, ce qui ne manque pas de susciter des critiques des deux côtés. La « synthèse » ne signifie donc pas la fin des crises, mais on peut considérer qu’une sorte de cycle s’achève avec la redéfinition du cadre d’engagement au début des années 1990.

CONCLUSION

  • 47 Nous sommes néanmoins redevables à Geneviève Jacques de son témoignage et des pistes qu’elle nous (...)
  • 48 Voir dans le présent volume la contribution d’Axelle Brodiez.
  • 49 Cf. « L’humanitaire, xix-xxe siècles », Brodiez Axelle et Dumons Bruno (dir.), in Le Mouvement soc (...)

26Des réfugiés d’Europe centrale aux déboutés du droit d’asile, les causes de la Cimade ont changé. Après avoir fait l’apprentissage du service aux migrants pendant les Trente glorieuses, elle est passée de l’assistance aux immigrés et aux réfugiés à la défense de leurs droits, avant de se placer du côté des « sans droits ». On a tenté d’historiciser ici, à la lumière des archives désormais accessibles, un parcours dont les militants et responsables qui l’ont vécu n’ont sans doute pas eux-mêmes une complète lisibilité47. Le choix qui a été fait est celui de la confrontation avec l’histoire politique de l’immigration pendant un quart de siècle (1968-1992), dont la Cimade fut partie prenante. Un cadre a été défini, d’où émergent de grandes questions. Nous en retiendrons deux. La première concerne l’histoire en longue durée de la Cimade et son identité protestante48. L’abondance des textes et des débats au fil des archives invite à interroger à chaque étape l’engagement protestant et à évaluer dans quelle mesure il permet la continuité, au delà des crises et des ruptures ; un des points intéressants étant le rôle tenu par les catholiques dans l’engagement par rapport aux migrants, jusqu’à la synthèse finale, moment de « re-protestantisation » de la cause de l’étranger. L’autre grande question est de situer l’évolution de la Cimade dans celle du monde associatif humanitaire, dont elle a épousé les changements au cours de la période, en ciblant plus précisément son rôle dans la mouvance des associations de défense des étrangers49.

Notes

1 Les statuts de 1954 affirment dans leur article premier que la Cimade a pour but de « témoigner du message de l’Évangile auprès des personnes éprouvées et de leur venir en aide ». Dans les années 1980 : « La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec ceux qui souffrent, qui sont opprimés et exploités et d’assurer leur défense quelle que soit leur nationalité, leur race ou leur position politique ou religieuse. » Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Archives de la Cimade, F delta 2149/1009.

2 1939-2009 : Une histoire de la Cimade, « Parce qu’il n’y a pas d’étrangers sur cette terre », p. 59.

3 Drahy Jérôme, Le Droit contre l’État : droit et défense associative des étrangers, l’exemple de la Cimade, Paris, L’Harmattan, 2004.

4 Il faut remercier Gérard Petitjean, qui a classé ces archives. Par la connaissance parfaite qu’il en a, il m’a été d’un grand secours pour consulter et utiliser au mieux ce fonds considérable et souvent complexe.

5 Rapport de l’équipière Colette Rollet, qui a joué le rôle pionnier dans la création du service, 1er novembre 1966. BDIC, F delta 2149/1167, secrétariat général. Gestion des migrants réfugiés 1959-1984.

6 La Cimade va transformer son poste de Sucy-en-Brie en foyer pour les travailleurs portugais. BDIC, F delta 2149/1167 (Gestion du service migrant réfugiés, 1959-1984).

7 Chaque année se tient une réunion des équipiers. Préparée avec soin, elle permet à la direction de faire des mises au point sur les objectifs de l’association et de réunir les avis écrits des équipiers. C’est une source intéressante pour comprendre la vie interne de la Cimade. BDIC, F delta 2149/1004 et 1006.

8 Rencontre de Vaux, septembre 1968, F delta 2149/1004 (1966-1968), sessions équipiers. Ces remises en question font l’objet de nombreux articles, ainsi dans le numéro de la revue Esprit, « Pourquoi le travail social ? », numéro spécial 4-5, avril-mai 1972.

9 BDIC, F delta 2149/1006 (1971-1984). Sessions (rapports annuels d’activité des postes et services).

10 BDIC, F delta 2149/1004 (1966-1968), Sessions équipiers.

11 Ibid. André Jacques, exposé introductif de la commission exécutive, 17 avril 1971.

12 Cette vision des immigrés est classique dans les milieux militants chrétiens des années 1960- 1970, imprégnés de tiers-mondisme. On la retrouve dans les Asti, associations de soutien aux immigrés dont les promoteurs étaient surtout des anciens de la joc (Jeunesse ouvrière chrétienne).

13 Ruy da Silva, du service développement, Cimade info mars-octobre 1968.

14 BDIC, F delta 2149/1078. Relations avec les postes de Coudekerque, Saint-Denis, Nanterre.

15 Cf. Weil Patrick, La France et ses étrangers, Paris, Calmann-Lévy, 1991 (édition revue Folio, 2004).

16 Militante catholique du Service civil international. Elle a vécu de nombreuses années dans le bidonville de la Garenne à Nanterre. Auteur (avec Charras Marie-Ange) de Bidonvilles l’enlisement, Paris, François Maspero, 1970. Chemise « Habitat et urbanisme ». BDIC, F delta 2149/1167 (Secrétariat général. Gestion des migrants réfugiés 1959-1984).

17 Par l’intermédiaire de A. Legouy, qui fut l’un des fondateurs, le Gisti (Groupe d’information et de soutien des travailleurs immigrés) a bénéficié du soutien technique de la Cimade avant même de se constituer en association loi de 1901.

18 BDIC, F delta 2149/1011 (Affaire Legouy et Kastler contre Cimade, 1978-1981).

19 Roland Kastler démissionne en septembre 1977, André Legouy termine son contrat en 1978. Les deux anciens équipiers se lancent dans un procès. Ils seront déboutés en janvier 1981.

20 Voir la contribution de Marie-Christine Volovitch-Tavarès dans le présent volume.

21 Weil Patrick, La France et ses étrangers, op. cit.

22 Cimade infos, 3 novembre 1977 « Les réfugiés politiques » et 4 novembre 1977 « les travailleurs immigrés ».

23 Weil Patrick, La France et ses étrangers, op. cit., chapitre iv.

24 Lettre aux communautés chrétiennes sur la situation des immigrés dans notre pays, Pasteur Jacques Maury, Roger Etchegarray, Président de la Conférence épiscopale française, Monseigneur Meletios, Président du Comité inter-Episcopal, 3 avril 1979.

25 Présentation de Pierre Géry, 1982. F delta 2149/2439, département Immigration.

26 Weil Patrick, La France et ses étrangers, op. cit. La carte de dix ans, gage de stabilité, a été la principale victoire de « la marche des Beurs » de 1983.

27 Propositions de la Cimade pour l’assemblée générale du collectif SOS refoulement du 30 septembre 1982. BDIC, F delta 2149/2439, département Immigration.

28 BDIC, F delta 2149/5023 (Enfermement, défense des étrangers reconduits).

29 BDIC, F delta 2149/2439 (Département immigration).

30 BDIC, F delta 2149/5023, v. (Enfermement). « La genèse de l’engagement » (morceaux choisis de décisions du Conseil et de l’Assemblée générale). Le conseil de surveillance est l’instance législative de l’association, l’AG n’ayant qu’un rôle consultatif.

31 Marcos Claire, La Professionnalisation du militantisme associatif : l’exemple de la CIMADE, service œcuménique d’entraide, Mémoire DEA, Paris-I, sous la dir. de Michel Offerlé, 2003.

32 Gérard Petitjean, qui a classé les archives, s’est dit étonné du peu de place qu’y occupe Pierre Géry, rarement cité, alors qu’il a dirigé si longtemps le service « Immigration » de l’association. Signe que la crise fut rude.

33 P. Géry, réunion du 6-11-1984. BDIC, F delta 2149/2246.

34 BDIC, F delta 2149/2439 (département Immigration), en capitales dans le texte.

35 Pierre Géry, réunion du 6 novembre 1984. BDIC, F delta 2149/2246.

36 Après leur départ du centre de Massy, André et Geneviève Jacques avaient rejoint le Conseil œcuménique des Églises à Genève.

37 BDIC, F delta 2149/1163, Asile-immigration. Textes Cimade, documentation. « Étrangers en France. Texte de référence », 5 novembre 1986.

38 BDIC, F delta 2149/1163, Asile-immigration. Textes Cimade, documentation. Texte de L. Giovannoni sur le droit d’asile, 24 avril 1986.

39 Cimade infos juin-juillet 1991.

40 Cimade infos, nov-déc 1989, « L’extrême-droite et l’Évangile ».

41 BDIC, F delta 2149/1163. Asile-immigration. Textes Cimade, documentation. « Immigration, sans-papiers (1990-2004) ».

42 L’afflux de réfugiés ayant dépassé les 60 000, dans le contexte de la chute du mur de Berlin et de la guerre en Yougoslavie, l’Office est doté de moyens nouveaux pour accélérer le traitement des dossiers. Il s’ensuit une explosion du nombre des déboutés du droit d’asile, le taux d’acceptation étant inférieur à 20 %. Blanc-Chaléard Marie-Claude, Histoire de l’immigration, Paris, La Découverte, 2001, p. 86.

43 Siméant Johanna, La Cause des sans papiers, Paris, Presses de Sciences Po, 1998, chap. 4, « Les fluctuations d’une cause hérétique ».

44 BDIC, F delta 2149/1163. Asile-immigration. Textes Cimade, documentation. Déboutés, collectif asile (1988-1992).

45 Du moins à l’échelle des services centraux, car les équipiers de province avaient tendance à aller plus loin. Siméant Johanna, La Cause des sans papiers, op. cit.

46 En avril 2009, la Cimade s’est vue ainsi privée de son monopole de présence auprès des étrangers retenus, du fait de prises de positions jugées trop critiques sur les conditions de détention.

47 Nous sommes néanmoins redevables à Geneviève Jacques de son témoignage et des pistes qu’elle nous a ouvertes.

48 Voir dans le présent volume la contribution d’Axelle Brodiez.

49 Cf. « L’humanitaire, xix-xxe siècles », Brodiez Axelle et Dumons Bruno (dir.), in Le Mouvement social n° 227, avril-juin 2009.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Les services de la Cimade en 1961 (Bulletin de la Cimade, 1961)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Figure 2 : Organigramme en 1971. F Delta 2149/1006, session équipiers de Bièvres, 1971-1984
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 3 : Organigramme des services de la Cimade après la réorganisation de 1984
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 4 : Organigramme de 1991 (Cimade infos, juin-juillet 1991, p. 21)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 592k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable