Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

La Cimade et l’objection de conscience

Tramor Quemeneur

Texte intégral

  • 1 Proposition de loi « tendant à la création d’un service civil pour les objecteurs de conscience »,(...)
  • 2 Magnin Jean-François et Nageleisen François, Et les lances seront brisées. Paroles pour la non-vio (...)

1Après la Seconde Guerre mondiale, la condamnation de l’objecteur de conscience Jean-Bernard Moreau et l’action en sa faveur du « Citoyen du monde » Garry Davis entraînent le dépôt d’une proposition de loi sur l’objection de conscience1. À cette occasion, le Synode national de l’Église réformée de France déclare « qu’il n’est pas juste de traiter les objecteurs de conscience comme des délinquants de droit commun, [et] demande au gouvernement de la République de leur accorder un statut légal de service civil qui leur permette de prouver leur loyalisme envers le pays2. » Cette déclaration est rappelée dans une brochure sur la non-violence, éditée par la Cimade au début des années 1980. Elle illustre le lien étroit qui existe tout au long de la seconde moitié du xxe siècle entre le protestantisme, la Cimade et le mouvement de l’objection de conscience. Quels sont plus précisément ces liens ? Comment ont-ils évolué ? Après avoir rappelé le cas originel de Tony Orengo, équipier de la Cimade ayant refusé de participé à la guerre d’Algérie, nous montrerons le rôle de l’association dans les instances gérant et militant en faveur des objecteurs de conscience, à partir des archives de l’association déposées à la BDIC.

TONY ORENGO, LA CIMADE ET L’OBJECTION DE CONSCIENCE PENDANT LA GUERRE D’ALGÉRIE

  • 3 Entretien avec Tony Orengo, Causse noir, 26 juin 2003.
  • 4 Alleg Henri (dir.), La Guerre d’Algérie. Tome II : Des promesses de paix à la guerre ouverte, Pari (...)

2Au début des années 1950, les objecteurs sont peu nombreux et, pour l’essentiel, des témoins de Jéhovah. L’objection de conscience ne constitue donc pas un axe de revendication, mais la Cimade va être amenée à soutenir l’un de ses équipiers ayant choisi cette voie pendant la guerre d’Algérie : Antoine Orengo, dit Tony, né à Menton le 18 décembre 1937. Protestant par sa mère d’origine suisse, il participe au mouvement scout et devient chef éclaireur unioniste. Il rencontre ainsi les pasteurs Vernier, Lasserre et Roser, importantes figures du pacifisme et de l’objection de conscience3. Tony Orengo prend très tôt conscience de la guerre d’Algérie : sa sœur aînée, Jacqueline, enseignante, part en Algérie en 1954, se rapproche des catholiques libéraux d’Algérie, dont sa colocataire Evelyne Lavalette qui aide le FLN. Les deux femmes sont arrêtées en novembre 1956. Giflée et insultée, Jacqueline est emprisonnée pendant trois mois, tandis qu’Evelyne Lavalette est torturée pendant cinq jours puis condamnée à trois ans de prison4. Cela renforce Tony Orengo dans ses convictions chrétiennes d’objection de conscience.

  • 5 Lettre de Marcelle du poste de Marseille de la Cimade à Jacques Beaumont, 27 janvier 1959. Bibliot (...)
  • 6 Ministère des Armées, direction de la Gendarmerie et de la Justice militaire, service commun des J (...)
  • 7 [Peyron] Jacqueline : « On en a peu parlé... Prisons », in Au fil des jours, n° 11, sd. [mai 1960] (...)

3Pendant ses études de radioélectricien à Marseille, il devient bénévole à la Cimade puis travaille à mi-temps pour l’association à partir de 1959 : il s’occupe d’un foyer d’adolescents, essentiellement maghrébins5. Mais il est convoqué à Colmar le 4 novembre 1959. À peine arrivé, il est conduit en Allemagne où il refuse son paquetage. Il est alors isolé puis transféré à Nancy, dans l’armée de Terre, où il est emprisonné dans des conditions difficiles. En décembre 1959, il effectue les tests psychiatriques obligatoires pour les objecteurs de conscience, avant d’être transféré à la prison de Metz-Cambout6. Le bruit du verrou qui se ferme le marque beaucoup. Mais il insiste sur le soutien de sa famille et de la Cimade, notamment à l’occasion de son procès au Tribunal pénal des forces armées (TPFA) de Metz, qui le condamne à un an de prison le 17 mai 1960. D’ailleurs, le premier document de la Cimade évoquant Tony Orengo date de cette période. Jacqueline Peyron (chargée des prisons au sein de l’association), souligne ainsi la « fermeté et sa sobriété de paroles » de Tony Orengo durant son procès, qui semblent avoir « favorablement impressionné le tribunal7 ».

  • 8 « Des nouvelles de Tony Orengo », in Au fil des jours, n° 15, février 1961, p. 18.
  • 9 Cette association soutient les objecteurs refusant la guerre d’Algérie. Cf. Fraters Érica, Réfract (...)
  • 10 Sur Jean-Jacques de Félice, cf. le colloque organisé par la BDIC le 27 juin 2009. L’enregistrement (...)
  • 11 « Les procès », in Action civique non-violente, n° 10, juin 1961, p. 4.
  • 12 Procès-verbal de la réunion du conseil de la Cimade du 18 avril 1961. BDIC, F delta 2149/1010.
  • 13 « Nouvelles de Tony Orengo », in Au fil des jours, n° 16, Pentecôte 1961, p. 9.
  • 14 « Trois mois dans les avant-postes. De Gagny à Marseille », in Action civique non-violente, n° 10, (...)
  • 15 Lettre de maître Jean-Jacques de Félice au directeur de l’administration pénitentiaire, 26 avril 1 (...)
  • 16 « Nouvelles de Tony Orengo », in Au fil des jours, n° 18, août 1961, p. 7-8.

4Tony Orengo est libéré de prison le 22 décembre 1960, mais il est immédiatement conduit en caserne où il commet un nouveau refus d’obéissance. Alors qu’il effectue de nouveaux tests psychiatriques en janvier 1961, il rencontre deux autres objecteurs, le catholique Jean Pezet et le protestant André Féret, avec lesquels il s’entend pour effectuer des jeûnes afin d’obtenir un service civil en Algérie. Il est ensuite transféré dans une caserne messine où les conditions de détention sont très dures8, puis à la prison de Metz-Barrès. Il est jugé en avril 1961, avec Jean Pezet, André Féret et un autre objecteur protestant, Éric Pot, proches de l’Action civique non-violente9. Maître Jean-Jacques de Félice, probablement alerté par les réseaux protestants, les défend10. En effet, les Éclaireurs unionistes de France assurent leur soutien à trois d’entre eux, dont Tony Orengo11, et un conseil de la Cimade mentionne aussi le procès de ce dernier12. De plus, Jacques Beaumont, secrétaire général de la Cimade, et le pasteur Marc Bogner, président de la Cimade, de la Fédération protestante de France et membre de l’Institut, viennent témoigner en sa faveur. Tony Orengo est cependant condamné à deux ans de prison : « Tony est très courageux, il s’attendait à cette condamnation13. » À l’issue des procès, l’ACNV organise des manifestations silencieuses à Paris, Lyon, Grenoble, Nîmes et Metz14. Maître Jean-Jacques de Félice demande ensuite que les quatre objecteurs travaillent « comme éducateurs au service de l’enfance inadaptée », parce qu’ils ont « des qualités exceptionnelles qu’il me paraît désolant de laisser inutilisées15 ». En août 1961, Tony Orengo a été transféré à la maison centrale de Liancourt dans l’Oise où il donne des cours d’alphabétisation, notamment à des Algériens : « Il est heureux de ce travail qui l’intéresse et qu’il sent utile16 ».

5En juin 1962, le pacifiste libertaire Louis Lecoin, à plus de 70 ans, commence une grève de la faim afin d’obtenir un statut des objecteurs de conscience. Le ministre des Armées libère alors les objecteurs qui ont accompli trois ans de prison, dont Tony Orengo en janvier 1963 :

  • 17 Entretien avec Tony Orengo, doc. cit.

Quand je suis sorti de prison, d’abord la reprise a été difficile. Je me suis peut-être aperçu [...] que j’avais loupé trois ans de ma vie de jeune17.

6Il est immédiatement embauché par la Cimade, pour s’occuper de Yougoslaves et d’Albanais à Sucy-en-Brie. Mais il retourne rapidement dans la région marseillaise et il y travaille comme radioélectricien.

DU VOTE DU STATUT À L’ACCUEIL DES PREMIERS OBJECTEURS

  • 18 Compte rendu de la réunion du 3 avril 1959 sous la présidence de Maurice Herzog, Haut-Commissaire (...)
  • 19 Lettre de Jacques Beaumont, secrétaire général de la Cimade, à Maurice Herzog, 26 mai 1959. BDIC, (...)
  • 20 Lettre de C. Lardeau à Maurice Herzog, 29 février 1960. BDIC, F delta 2149/1096.
  • 21 Lettre d’André Rouverand (administrateur de la Cimade) à M. Paillet du secrétariat général de Cotr (...)
  • 22 Lettre de Véronique Laufer à Mme Simon de Cotravaux, 10 octobre 1961. BDIC, F delta 2149/1096.
  • 23 Circulaire de Michel Debré aux préfets, 17 novembre 1961 BDIC, F delta 2149/1096.
  • 24 Lettre de Jean-Michel Bazinet de Jeunesse et Reconstruction à Alpes de Lumière, Cimade, Compagnons (...)
  • 25 Réunion d’association du 23. 11. 1962, 26 novembre 1962. BDIC, F delta 2149/1096.
  • 26 Lettre du Service civil international à Pierre Messmer, ministre des Armées, 30 juin 1962. SHDT, 1 (...)

7Dès son arrivée au pouvoir, le général de Gaulle envisage la création d’un statut des objecteurs de conscience. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles le Premier ministre crée, par l’entremise du Haut-Commissariat à la Jeunesse et aux Sports dirigé par Maurice Herzog, une structure aidant les associations qui montent des « chantiers de travaux d’intérêt général pour les jeunes18 ». Six associations participent à la première réunion, notamment le Service civil international et Concordia. Six autres associations sont ensuite contactées, dont la Cimade, qui accepte de participer à Cotravaux19. Mais la mise en place de Cotravaux est difficile : la structure manque de moyens et les préfectures proposent peu de chantiers20. La situation se stabilise cependant : la Cimade envisage de monter sept camps, dont un à Alger, pour un total de 131 équipiers21. En 1961, la Cimade effectue à nouveau sept chantiers pour un total de 166 volontaires22. À la fin de l’année, le Premier ministre Michel Debré adresse aux préfets une circulaire leur indiquant que l’objectif est d’accroître les chantiers : « Je suis sûr que vous voudrez collaborer efficacement à cette entreprise à laquelle j’attache personnellement la plus grande importance. Utile à la fois aux collectivités et aux jeunes, elle doit révéler à la nation et mettre à son service les réserves d’enthousiasme de la jeunesse, et prouver à celle-ci que la nation est toute prête à l’employer23. » Mais la volonté du Premier ministre et le cadre organisationnel de Cotravaux inquiètent certaines associations, au premier rang desquelles Jeunesse et Reconstruction, qui estime que « la tendance est de faire de Cotravaux une grosse machine administrative » qui s’interpose entre les associations et les pouvoirs publics24. Ainsi, à la fin de l’année 1962, « le dialogue permanent administration-associations, but de la cogestion, a été réduit à sa plus simple expression25 ». Or, c’est au cours de l’année 1962 que Louis Lecoin a effectué sa grève de la faim pour réclamer le statut des objecteurs de conscience. Les tensions sont peut-être plus vives entre les associations favorables à un statut des objecteurs et le Premier ministre, farouchement opposé à cette idée, et qui aurait peut-être désiré que les chantiers de jeunes volontaires constituent une forme d’engagement civil qui endiguerait le mouvement des objecteurs. Ainsi, le Service civil international, soulignant sa participation à Cotravaux, adresse un « Projet d’organisation technique des chantiers de service civil pour les objecteurs de conscience reconnus par la loi » au ministre des Armées26.

  • 27 Lettre du Premier Ministre au ministre des Armées, 21 février 1963. SHDT, 1 R 79 D * 2.
  • 28 Cotravaux, Comptes de gestion au 31. 12. 1963. BDIC, F delta 2149/1096.
  • 29 Cotravaux, Assemblée générale du 3 mars 1964. Rapport moral, 24 novembre 1964. BDIC, F delta 2149/ (...)
  • 30 Loi n° 63-1 255 du 21 décembre 1963, Journal officiel. Lois et décrets, 22 décembre 1963, p. 11456 (...)
  • 31 Cotravaux, annexe au rapport moral 1963. BDIC, F delta 2149/1096.
  • 32 Note de Véronique Laufer à Jacques Beaumont et à André Rouverand, 11 octobre 1963. BDIC, F delta 2 (...)

8Au début de l’année 1963, les objecteurs de conscience sont regroupés dans le camp de Mauzac en Dordogne. L’administration pénitentiaire passe un contrat avec Cotravaux afin de s’en occuper, mais le Premier ministre Georges Pompidou demande auparavant au ministère des Armées d’allouer une importante subvention « afin de permettre le démarrage sans retard de l’expérience projetée27 ». Cette subvention est effectivement allouée à Cotravaux28, qui s’occupe de 30 puis de 60 objecteurs de conscience d’avril à décembre 196329. Les objecteurs sont enlevés à la tutelle de Cotravaux lorsque le statut est voté30. La Cimade commence au même moment à s’éloigner de Cotravaux, au moins pour quatre raisons : les activités de Cotravaux éloignent la Cimade de ses préoccupations premières ; elles demandent un surcroît de travail administratif infaisable ; certaines de ses activités sont inintéressantes ; et le fait de figurer dans les plaquettes de Cotravaux entraîne un afflux de demandes de volontaires qui ne correspondent pas31. De plus, l’Alliance protestante est opposée à toute forme de cogestion32. La Cimade n’ouvre ainsi aucun chantier par l’intermédiaire de Cotravaux en 1963.

  • 33 Procès-verbal du Conseil d’administration du 16 juin 1965, 26 août 1965. BDIC, F delta 2149/1096.
  • 34 Forgeot Régis, L’Objection de conscience et le service civil des objecteurs à travers le Service c (...)
  • 35 Secrétariat Objection de conscience, Documents trimestriels, novembre 1966, p. 10. BDIC, F delta 2 (...)
  • 36 Lettre de Michel Wagner à Maurice A., 2 décembre 1971. BDIC, F delta 2149/1280.x
  • 37 Note manuscrite probablement de Jean Vinet, circa 1976. BDIC, F delta 2149/1280.

9La Cimade s’éloigne progressivement du fonctionnement de Cotravaux, même si une personne participe encore à son conseil d’administration en 196533. D’après les archives, ce serait la dernière participation de la Cimade à Cotravaux, qui recommence pourtant à gérer les objecteurs à partir de 196634. En effet, en 1965, les objecteurs employés par la Protection civile au camp de Brignoles effectuent une grève pour protester contre leurs conditions de travail quasi-militaires. Certaines associations obtiennent alors le droit d’employer des objecteurs de conscience, notamment la Cimade. En 1966, un document du Secrétariat aux objecteurs de conscience mentionne que 62 objecteurs seront affectés au 1 er janvier 1967. Cotravaux emploie le plus grand nombre d’objecteurs (25), essentiellement pour le compte du SCI. Vient ensuite l’association Aide à toute détresse (19 objecteurs), puis les services de pompiers secouristes (17 objecteurs). Enfin, la Cimade figure aussi parmi les premières associations à accueillir des objecteurs35. Elle n’en accueille qu’un seul, ce qui tient vraisemblablement à des raisons budgétaires. Michel Wagner, alors secrétaire général, invoque en tout cas cette raison à un objecteur qu’il n’est pas en mesure d’accueillir, d’autant plus que « les quelques postes que nous [...] avions de disponibles sont actuellement occupés par des objecteurs36 ». Une note manuscrite ultérieure mentionne en effet les noms de deux personnes qui pourraient être des objecteurs ayant intégré la Cimade à la fin des années 196037. Leur nombre apparemment très faible n’empêche pas l’association de s’impliquer dans le mouvement des objecteurs.

L’IMPLICATION DE LA CIMADE DANS LE COMITÉ DE COORDINATION POUR LE SERVICE CIVIL (CCSC)

  • 38 Lettre circulaire du Secrétariat aux objecteurs de conscience, 24 octobre 1968. BDIC, F delta 2149 (...)
  • 39 Lettre de Denis Foucher de la « coordination OC/SCI », 26 octobre 1971. BDIC, F delta/1097.
  • 40 Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés.
  • 41 Union nationale des associations de parents d’enfants inadaptés.
  • 42 SCI, Compte rendu de la réunion du 4 novembre 1971, 8 novembre 1971. BDIC, F delta/1097.
  • 43 SCI, Compte rendu de la réunion du 26 novembre 1971, 3 décembre 1971. BDIC, F delta/1097.
  • 44 Aide à toute détresse, association fondée en 1957 par le père Joseph Wresinski (aujourd’hui ATD Qu (...)
  • 45 CCSC, Compte rendu de l’Assemblée générale constitutive, 1er décembre 1972. BDIC, F delta 2149/109 (...)
  • 46 CCSC, Service civil des objecteurs de conscience, sd., p. 5-6. BDIC, F delta 2149/1280.
  • 47 Décret n° 72-805 du 17 août 1972 et décret n° 72-806 du 31 août 1972, Journal officiel. Lois et dé (...)
  • 48 Les objecteurs de la communauté non-violente d’Orléans, Les objecteurs face à l’incorporation à l’ (...)
  • 49 Auvray Michel, Objecteurs, insoumis, déserteurs. Histoire des réfractaires en France, Paris, Stock (...)

10La Cimade commence à recevoir des documents du mouvement des objecteurs de conscience à partir de 1968, lors du procès de Gilles Frey (défendu par Me Jean-Jacques de Félice), qui est condamné à trois mois de prison avec sursis pour avoir quitté son affectation38. Mais le véritable tournant se déroule en 1971. En effet, le pasteur Wagner rencontre Denis Foucher du Service civil international (SCI) qui lui propose de lancer une coordination pour l’affectation des objecteurs de conscience39. Participent à la première réunion Pierre Martin de la Cimade et des militants de la FASTI40, des Clubs Léo Lagrange, de l’UNAPEI41, de la fédération des MJC…42. Dès lors, les associations font pression sur le gouvernement afin d’obtenir des améliorations des conditions d’accueil des objecteurs, dont le nombre est d’ailleurs croissant43. Le nombre d’associations à participer au comité augmente aussi, avec en particulier la présence d’Emmaüs et d’ATD44. Les statuts du CCSC sont adoptés en novembre 1972 et l’assemblée générale constitutive se déroule le 1er décembre45. La Cimade, avec en particulier son administrateur Jean Vinet, participe très régulièrement aux réunions du CCSC. Celui-ci est par ailleurs agréé pour recevoir des objecteurs : le CCSC devient alors l’interface entre les objecteurs et les associations d’accueil46. Le CCSC rencontre d’autant plus de succès qu’il correspond au moment du débat sur les décrets dits de Brégançon, qui obligent les objecteurs à travailler pendant un an à l’Office national des forêts (ONF)47. Pour les objecteurs, il s’agit d’une institution à but lucratif dans laquelle ils seraient utilisés comme de la main-d’œuvre à bon marché et alors même qu’ils ont déjà refusé ce cadre lors de la grève de 196548. La levée de bouclier est immédiate : 300 objecteurs refusent d’y être affectés et se trouvent en situation d’insoumission ou de désertion en décembre 197249.

  • 50 CCSC, compte rendu de la réunion du 25 septembre 1972, 2 octobre 1972. BDIC, F delta 2149/1097.
  • 51 Cf. par exemple CCSC, compte rendu de la réunion du mercredi 15 janvier 1975. BDIC, F delta 2149/1 (...)
  • 52 Lettre de Jean Vinet à Stéphane [G.], 10 janvier 1974. BDIC, F delta 2149/1280.
  • 53 Lettre de Jean Vinet à Daniel [G.], 4 avril 1978, BDIC, F delta 2149/1280.
  • 54 CCSC, Service civil des objecteurs de conscience, op. cit.

11Les associations sont également opposées aux décrets de Brégançon puisqu’elles ne peuvent plus accueillir les objecteurs que pendant une année, ce qui leur pose des problèmes de gestion50. Bien que le CCSC garde le contact avec le Premier ministre51, la tension monte : les associations font même la « grève des objecteurs » à partir de décembre 1973, « tant que le ministère n’aura pas accepté le libre choix de l’affectation et la totalité du service, soit actuellement deux ans, dans les associations52 ». La Cimade refuse à ce titre de prendre des objecteurs qui ont accompli leur première année au sein de l’ONF jusqu’en 1978 et rédige des lettres allant dans ce sens à ceux qui lui écrivent pour réaliser leur service civil au sein de l’association53. Qui plus est, elle accueille publiquement des objecteurs insoumis, la totalité de leurs soldes étant alors à la charge de l’association54.

  • 55 CCSC, compte rendu du conseil d’administration du 3 février 1978, sd. BDIC, F delta 2149/1280. Voi (...)
  • 56 Compte rendu réunion CCSC – FEDO – MAN. Plate-forme commune, circa juillet 1978. BDIC, F delta 214 (...)
  • 57 CCSC, Compte rendu du Conseil d’administration du 3 février 1978. BDIC, F delta 2149/1280.

12Le mouvement des objecteurs se radicalise de plus en plus : le nombre « d’objecteurs insoumis » s’accroît chaque année et certains sont même hostiles à toute forme de service. Les tensions entre le CCSC et les Comités de lutte des objecteurs (CLO) deviennent exacerbées en 1977, ces derniers accusant les premiers de collaborer avec le gouvernement et de n’être que des « employeurs55 ». Cette situation de « pourrissement » entraîne un rapprochement du CCSC avec la Fédération des objecteurs (FEDO) et le Mouvement pour une alternative non-violente (MAN) afin de promouvoir un « service civil alternatif » tout en refusant les « affectations autoritaires » des décrets de Brégançon56. Cette proposition entraîne l’ouverture d’une consultation nationale avec le secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports Paul Dijoud, qui n’aboutit cependant à rien de concret57.

LA CRISE DE LA CIMADE ET SES RÉPERCUSSIONS SUR SON RAPPORT AVEC LE MOUVEMENT DES OBJECTEURS

  • 58 Note manuscrite « Personnel au 1/7/77 », 7 octobre 1977 BDIC, F delta 2149/1020.
  • 59 Procès-verbal de la réunion du conseil des 10 et 11 février 1978. BDIC, F delta 2149/1010. Cette s (...)
  • 60 Section syndicale CFDT, Comité de grève Cimade. Le point sur la grève à la Cimade, 18 octobre 1977 (...)
  • 61 Cf. notamment la lettre-pétition « Information à l’équipe de direction » signée par 12 membres du (...)

13À cette même période, la Cimade est traversée par une grave crise : une grève touche ainsi 40 % du personnel tout le long du mois d’octobre 197758. De nombreux facteurs agissent dans cette grève. Tout d’abord, la situation financière est « difficile » en 197859. La situation, qui pouvait ne pas paraître grave les années précédentes, devient structurelle et entre en contradiction avec les demandes d’augmentations salariales60. Ensuite, des tensions sont patentes entre la direction et le secteur « migrants » de la Cimade, dues en particulier au licenciement du responsable de ce secteur, André Legouy61. Il existe enfin des difficultés ou des interrogations dans d’autres secteurs ou pour certains postes.

  • 62 Note sur le personnel gréviste et non gréviste, 7 octobre 1977. BDIC, F delta 2149/1020.
  • 63 P.N. : « Que se passe-t-il à la Cimade », in Politique hebdo, n° 289, 13 au 13 novembre 1977.
  • 64 Cf. Hervo Monique, Chronique du bidonville. Nanterre en guerre d’Algérie, préface de François Masp (...)
  • 65 Texte interne (exposé de Roby Bois lors de la réunion du Conseil de la Cimade du 31 mars 1978). BD (...)
  • 66 Ibid.

14La Cimade paraît surtout traverser une crise culturelle, en passant d’une association bénévole, militante, marquée par la guerre d’Algérie et mai 1968, à une association « professionnelle », beaucoup plus efficace et rationalisée. Par exemple, André Legouy et Monique Hervo participent tous deux à la grève de 197762. Or, le premier, aumônier des prisons à Fresnes pendant la guerre d’Algérie, est entré à la Cimade en 1969 où il a créé le service « migrants63 ». La seconde, militante du Service civil international, a vécu au sein du bidonville de La Folie à Nanterre pendant la guerre d’Algérie, avant de poursuivre sa lutte après la guerre, notamment au sein de la Cimade dans le secteur « habitat »64. Par ailleurs, Roby Bois, secrétaire général de l’association au moment de la crise, évoque la décision du congrès d’Avignon de « tendre vers un certain professionnalisme » afin de « rationaliser et de tourner le dos à un certain type de militance d’antan65 ». Il déplore qu’une réelle « politique de recrutement » n’ait pas été appliquée, tous les équipiers n’étant pas « vraiment des “professionnels66” ». Sa volonté de réorganisation de la Cimade, au besoin en passant par des licenciements, entre ainsi en confrontation directe avec une autre conception, plus militante.

  • 67 Lettre de Jean Vinet à Jacques Berthelet, 28 décembre 1978. BDIC, F delta 2149/1280. La grève est (...)
  • 68 Liste manuscrite du personnel. BDIC, F delta 2149/1019.
  • 69 Cité par Roby Bois in Texte interne…, op. cit.
  • 70 Lettre de Bernard Picinbono, président de la Cimade à neuf associations dont le SCI, 28 janvier 19 (...)
  • 71 Cimade, Procès-verbal de la réunion de l’assemblée générale du 14 mai 1977, 27 juin 1977. BDIC, F (...)

15Dans la même période, des tensions identiques traversent le mouvement des objecteurs dans ses relations avec les associations. À l’heure actuelle, il n’est pas possible de savoir si les deux crises entrent en résonance directe. Par exemple, la Cimade accueille des objecteurs insoumis au décret de Brégançon, mais il est impossible de savoir s’ils ont fait grève ou non67. Des rapports indirects entre les deux mouvements existent toutefois. Ainsi, Jean Vinet quitte la Cimade en 1978 du fait de son départ en retraite68, et la Cimade semble simultanément sortir du CCSC puisque les comptes rendus de réunions ne sont plus présents dans les archives de la Cimade. Cela s’explique d’autant plus que la Cimade se recentre alors sur ses activités premières, comme Georges Casalis le suggère : « Peutêtre, le temps est-il venu – comme pour les rosiers – de tailler, au niveau des activités et projets, afin de permettre un redépart en force, en concentration, en meilleure adaptation à la demande extérieure69 ». La Cimade est également dans une démarche de modification de son fonctionnement, notamment des personnes et des mouvements participant à ses assemblées générales. La Cimade propose bien au SCI, intimement lié au mouvement des objecteurs de conscience, de participer à ses instances en 197770, mais celui-ci n’est pas retenu lors de l’assemblée générale71. Ainsi, la Cimade s’éloigne peutêtre progressivement des associations d’objecteurs de conscience.

  • 72 Dix-sept ne le sont pas. Section syndicale CFDT-SASCER de la Cimade, Communication à l’assemblée g (...)
  • 73 André Legouy et Roland Kastler sont finalement déboutés par le tribunal. Affaire Legouy Kastler c/ (...)

16Par ailleurs, au sein de la Cimade, la question du statut de ses membres est récurrente et devient même un sujet de polémique qui éclate avec le conflit social en 1977. En effet, les membres de la CFDT tiennent à souligner qu’ils sont des salariés de la Cimade et non pas forcément des équipiers72. De la même manière, on peut ne pas être salarié de la Cimade et figurer parmi les membres de son assemblée générale en tant qu’équipier. C’est d’ailleurs ce qui entraîne le conflit judiciaire entre la Cimade d’une part, et d’autre part André Legouy (licencié de la Cimade) et Roland Kastler (démissionnaire), qui demandent à être considérés comme membres actifs sans être salariés de l’association, ce qui leur permettrait d’assister aux assemblées générales73.

  • 74 Cf. par exemple : note de Roby Bois. Proposition d’une nouvelle grille des salaires (avec répartit (...)
  • 75 Dossier « Objecteurs de conscience. Demandes d’embauche (1973-1978) ». BDIC, F delta 2149/1280.

17Or, la question du statut salarié/équipier recoupe celle des objecteurs de conscience. En effet, les objecteurs ne sont pas considérés comme des salariés à part entière puisqu’ils effectuent leur service national. Ainsi, logiquement, ils ne figurent pas dans la masse salariale mais sont à part, comme les autres personnes dépendant de la Direction des affaires sanitaires et sociales (DASS) ou du Fonds d’action sociale (FAS)74. Ils peuvent en revanche être des équipiers à part entière, et dans ce cas ils sont indifférenciés par rapport aux autres. Ils peuvent enfin être considérés ni comme des salariés ni comme des équipiers du fait de leur situation temporaire au sein de l’association, auquel cas il est encore plus difficile de les identifier. De fait, il est plus difficile de connaître les objecteurs de la Cimade que ceux dont la demande d’accueil a été refusée. Ces demandes, regroupées dans un dossier couvrant la période 1971-1978, sont au nombre de 45, et se répartissent essentiellement sur les années 1973 (15 demandes) et 1974 (12 demandes)75. Les années suivantes, le nombre de demandes diminue, la Cimade refusant systématiquement d’embaucher des objecteurs par opposition aux décrets de Brégançon.

L’INTÉGRATION CROISSANTE DES OBJECTEURS DANS LA CIMADE

  • 76 Pierre Louys, Présentation de la délégation régionale Cimade, 6 juillet 1982. BDIC, F delta 2149/1 (...)
  • 77 Lettre du ministère de la Solidarité nationale à la Cimade, 19 avril 1982. BDIC, F delta/1309.
  • 78 Article 50 de la loi n° 71-424 du 10 juin 1971, Journal officiel. Lois et décrets, 12 juin 1971, p (...)

18À partir du début des années 1980, les traces des objecteurs au sein de la Cimade deviennent plus nombreuses : après les années difficiles des années 1970, ils peuvent s’afficher en tant que tels. L’un des premiers objecteurs « visibles » de la Cimade est Yves P., dans la mesure où il est devenu pasteur à Montbéliard et permanent à mi-temps de la Cimade à partir de 198076. Les traces des objecteurs au sein de la Cimade sont surtout nettes après l’arrivée de la gauche au pouvoir, qui a considérablement facilité l’acquisition du statut des objecteurs. D’ailleurs, en 1982, c’est même le ministère de la Solidarité nationale qui informe la Cimade que deux objecteurs désirent être affectés au sein de l’association77. Les objecteurs n’ont plus à craindre des mesures répressives ; ils peuvent donc s’afficher en tant que tels, alors qu’auparavant il était même interdit de promouvoir l’objection de conscience78.

  • 79 Lettre de Pierre Louys à Marcel de la Cimade de Paris, 19 mai 1982. BDIC, F delta 2149/1309.
  • 80 Denis B., Bilan succinct de 6 mois parmi la délégation régionale Cimade Belfort – Montbéliard, 11 (...)
  • 81 Comité mixte Cimade – EELF (Inspection de Montbéliard). BDIC, F delta 2149/1309.
  • 82 Ministère de l’Agriculture. Service national des objecteurs de conscience. Fiche de poste, octobre (...)
  • 83 Liste nominative d’objecteurs de conscience, 1982. BDIC, F delta 2149/1309.
  • 84 Lettre de Roby Bois à Jean Costil, 10 avril 1984. BDIC, F delta 2149/1308.
  • 85 Lettre de Hugues Colle du CIDES à Marcel Henriet de la Cimade, 22 mars 1983. BDIC, F delta 2149/13 (...)
  • 86 Lettre de la Cimade Alsace-Moselle à la Cimade, juin 1984. BDIC, F delta 2149/1309.
  • 87 Lettre de Roby Bois à Jean Costil et Christian Delorme, Paris, 26 octobre 1982. BDIC, F delta 2149 (...)

19L’un des deux objecteurs qui postulent à la Cimade en 1982, est reçu et affecté à Montbéliard. Il s’agit de Denis B., dont l’intégration s’effectue laborieusement. En effet, une lettre de Pierre Louys insiste sur les « réserves » que la délégation de Montbéliard formule à son égard79. Denis B. reste cependant au sein de la Cimade et tire à deux reprises le bilan de son activité. Son athéisme constitue ainsi un des points de discussion avec la Cimade de Montbéliard. L’objecteur insiste aussi sur le fait qu’il est « embauché » par la Cimade pour effectuer un « travail concret, qui ne coûte pas grand chose à la Cimade et il espère que cela lui rapporte un petit peu, hors de toute considération sur la légitimité de ce profit80 ». Certains objecteurs peuvent donc se considérer comme des employés subalternes. Il n’en reste pas moins que Denis B. ainsi que son successeur, Alain-Claude R., sont restés dans la « mouvance Cimade » à l’issue de leur temps de service81. Les objecteurs commencent alors à devenir plus nombreux. Ainsi, l’un est détaché auprès du foyer de l’Association de solidarité des travailleurs migrants (ASTM) de Montpellier en 198282, le poste de Lyon en possède deux en 198283 et doit en accueillir un nouveau en 198484. Un autre objecteur est affecté au Centre d’information pour un développement solidaire (CIDES) à Toulouse par l’entremise de la Cimade en 198385, et deux autres participent en 1983-1984 au poste de Strasbourg de la Cimade où ils semblent s’être très bien intégrés86. Tout cela va dans le sens de ce qu’affirme Roby Bois au poste de Lyon : « Nous sommes très sollicités par des demandes d’objecteurs, et nous sommes en train d’examiner de nombreuses possibilités, en divers lieux et services... mais le nombre et la répartition des objecteurs obéissent à un plan d’ensemble, et nous en avons déjà un nombre important87. » Les objecteurs occupent donc une place numérique croissante au sein de l’association, jusqu’à la suspension du service national.

20Depuis les années 1960, la Cimade a donc évolué à proximité du mouvement des objecteurs de conscience, en particulier à partir du moment où l’un de ses équipiers a choisi cette voie. Si au départ ce mouvement ne constitue pas une préoccupation majeure de la Cimade, bien qu’elle s’occupe des désobéissants portugais ou américains, la Cimade s’investit durablement dans le mouvement des objecteurs au cours des années 1970, en étant même un des fers de lance du CCSC. La crise de la Cimade entraîne cependant un recentrage de celle-ci autour du cœur de ses activités. Elle n’en continue pas moins d’accueillir des objecteurs de conscience : son actuel secrétaire général n’est-il d’ailleurs pas un ancien objecteur de conscience de l’association ?

Notes

1 Proposition de loi « tendant à la création d’un service civil pour les objecteurs de conscience », Journal Officiel. Documents parlementaires. Assemblée nationale, n° 8568, 1949, p. 2065-2066.

2 Magnin Jean-François et Nageleisen François, Et les lances seront brisées. Paroles pour la non-violence, Paris, Cimade, 1981, p. 42.

3 Entretien avec Tony Orengo, Causse noir, 26 juin 2003.

4 Alleg Henri (dir.), La Guerre d’Algérie. Tome II : Des promesses de paix à la guerre ouverte, Paris, Messidor, 1981, p. 470.

5 Lettre de Marcelle du poste de Marseille de la Cimade à Jacques Beaumont, 27 janvier 1959. Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Archives de la Cimade, F delta 2149/1079.

6 Ministère des Armées, direction de la Gendarmerie et de la Justice militaire, service commun des Justices militaires des forces armées, Mesures envisagées en faveur des objecteurs de conscience, 25 juin 1962. Service historique de la Défense, Archives de l’armée de Terre (SHDT), 1 R 79 D * 2.

7 [Peyron] Jacqueline : « On en a peu parlé... Prisons », in Au fil des jours, n° 11, sd. [mai 1960], p. 6.

8 « Des nouvelles de Tony Orengo », in Au fil des jours, n° 15, février 1961, p. 18.

9 Cette association soutient les objecteurs refusant la guerre d’Algérie. Cf. Fraters Érica, Réfractaires à la guerre d’Algérie. 1959-1963, Paris, Syllepse, 2005 et Quemeneur Tramor, « L’ACNV (Action civique non-violente) et la lutte contre les camps », in Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 92, BDIC, Nanterre, 2008/4, p. 57-63.

10 Sur Jean-Jacques de Félice, cf. le colloque organisé par la BDIC le 27 juin 2009. L’enregistrement est consultable au service audiovisuel de la BDIC : Journée d’étude sur les archives de Me Jean-Jacques de Félice, 27 juin 2009 (DV 205, 1-11).

11 « Les procès », in Action civique non-violente, n° 10, juin 1961, p. 4.

12 Procès-verbal de la réunion du conseil de la Cimade du 18 avril 1961. BDIC, F delta 2149/1010.

13 « Nouvelles de Tony Orengo », in Au fil des jours, n° 16, Pentecôte 1961, p. 9.

14 « Trois mois dans les avant-postes. De Gagny à Marseille », in Action civique non-violente, n° 10, juin 1961.

15 Lettre de maître Jean-Jacques de Félice au directeur de l’administration pénitentiaire, 26 avril 1961. Archives Jean-Jacques de Félice, déposées à la BDIC.

16 « Nouvelles de Tony Orengo », in Au fil des jours, n° 18, août 1961, p. 7-8.

17 Entretien avec Tony Orengo, doc. cit.

18 Compte rendu de la réunion du 3 avril 1959 sous la présidence de Maurice Herzog, Haut-Commissaire à la Jeunesse et aux Sport. BDIC, F delta 2149/1096.

19 Lettre de Jacques Beaumont, secrétaire général de la Cimade, à Maurice Herzog, 26 mai 1959. BDIC, F delta 2149/1096.

20 Lettre de C. Lardeau à Maurice Herzog, 29 février 1960. BDIC, F delta 2149/1096.

21 Lettre d’André Rouverand (administrateur de la Cimade) à M. Paillet du secrétariat général de Cotravaux, 17 juin 1960 et note sur les finances des camps, sd. BDIC, F delta 2149/1096.

22 Lettre de Véronique Laufer à Mme Simon de Cotravaux, 10 octobre 1961. BDIC, F delta 2149/1096.

23 Circulaire de Michel Debré aux préfets, 17 novembre 1961 BDIC, F delta 2149/1096.

24 Lettre de Jean-Michel Bazinet de Jeunesse et Reconstruction à Alpes de Lumière, Cimade, Compagnons bâtisseurs, Moulin des apprentis, Mouvement chrétien pour la paix, Service civil international, 14 décembre 1961. BDIC, F delta 2149/1096.

25 Réunion d’association du 23. 11. 1962, 26 novembre 1962. BDIC, F delta 2149/1096.

26 Lettre du Service civil international à Pierre Messmer, ministre des Armées, 30 juin 1962. SHDT, 1 R 79 D * 2.

27 Lettre du Premier Ministre au ministre des Armées, 21 février 1963. SHDT, 1 R 79 D * 2.

28 Cotravaux, Comptes de gestion au 31. 12. 1963. BDIC, F delta 2149/1096.

29 Cotravaux, Assemblée générale du 3 mars 1964. Rapport moral, 24 novembre 1964. BDIC, F delta 2149/1096.

30 Loi n° 63-1 255 du 21 décembre 1963, Journal officiel. Lois et décrets, 22 décembre 1963, p. 11456-11 457.

31 Cotravaux, annexe au rapport moral 1963. BDIC, F delta 2149/1096.

32 Note de Véronique Laufer à Jacques Beaumont et à André Rouverand, 11 octobre 1963. BDIC, F delta 2149/1096.

33 Procès-verbal du Conseil d’administration du 16 juin 1965, 26 août 1965. BDIC, F delta 2149/1096.

34 Forgeot Régis, L’Objection de conscience et le service civil des objecteurs à travers le Service civil international et le Comité de coordination pour le service civil (1963-1976), Mémoire de maîtrise, Université Paris-VIII, 2004, dactyl., p. 18.

35 Secrétariat Objection de conscience, Documents trimestriels, novembre 1966, p. 10. BDIC, F delta 2149/1097.

36 Lettre de Michel Wagner à Maurice A., 2 décembre 1971. BDIC, F delta 2149/1280.x

37 Note manuscrite probablement de Jean Vinet, circa 1976. BDIC, F delta 2149/1280.

38 Lettre circulaire du Secrétariat aux objecteurs de conscience, 24 octobre 1968. BDIC, F delta 2149/1097.

39 Lettre de Denis Foucher de la « coordination OC/SCI », 26 octobre 1971. BDIC, F delta/1097.

40 Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés.

41 Union nationale des associations de parents d’enfants inadaptés.

42 SCI, Compte rendu de la réunion du 4 novembre 1971, 8 novembre 1971. BDIC, F delta/1097.

43 SCI, Compte rendu de la réunion du 26 novembre 1971, 3 décembre 1971. BDIC, F delta/1097.

44 Aide à toute détresse, association fondée en 1957 par le père Joseph Wresinski (aujourd’hui ATD Quart Monde).

45 CCSC, Compte rendu de l’Assemblée générale constitutive, 1er décembre 1972. BDIC, F delta 2149/1097.

46 CCSC, Service civil des objecteurs de conscience, sd., p. 5-6. BDIC, F delta 2149/1280.

47 Décret n° 72-805 du 17 août 1972 et décret n° 72-806 du 31 août 1972, Journal officiel. Lois et décrets, 2 septembre 1972, p. 9427 et 9463.

48 Les objecteurs de la communauté non-violente d’Orléans, Les objecteurs face à l’incorporation à l’Office national des forêts, circa octobre 1973. BDIC, F delta 2149/1280.

49 Auvray Michel, Objecteurs, insoumis, déserteurs. Histoire des réfractaires en France, Paris, Stock, 1983, p. 308. En 1976, sur les 500 objecteurs déclarés dans l’année, 300 seraient encore insoumis. Note manuscrite (probablement de Jean Vinet), sd. BDIC, F delta 2149/1280.

50 CCSC, compte rendu de la réunion du 25 septembre 1972, 2 octobre 1972. BDIC, F delta 2149/1097.

51 Cf. par exemple CCSC, compte rendu de la réunion du mercredi 15 janvier 1975. BDIC, F delta 2149/1280.

52 Lettre de Jean Vinet à Stéphane [G.], 10 janvier 1974. BDIC, F delta 2149/1280.

53 Lettre de Jean Vinet à Daniel [G.], 4 avril 1978, BDIC, F delta 2149/1280.

54 CCSC, Service civil des objecteurs de conscience, op. cit.

55 CCSC, compte rendu du conseil d’administration du 3 février 1978, sd. BDIC, F delta 2149/1280. Voir également la polémique dans le journal Objection, n° 71, 72 et 76.

56 Compte rendu réunion CCSC – FEDO – MAN. Plate-forme commune, circa juillet 1978. BDIC, F delta 2149/1280.

57 CCSC, Compte rendu du Conseil d’administration du 3 février 1978. BDIC, F delta 2149/1280.

58 Note manuscrite « Personnel au 1/7/77 », 7 octobre 1977 BDIC, F delta 2149/1020.

59 Procès-verbal de la réunion du conseil des 10 et 11 février 1978. BDIC, F delta 2149/1010. Cette situation perdure ensuite : procès verbal de la réunion du conseil du 7 octobre 1978. BDIC, F delta 2149/1010.

60 Section syndicale CFDT, Comité de grève Cimade. Le point sur la grève à la Cimade, 18 octobre 1977. BDIC, F delta 2149/1020.

61 Cf. notamment la lettre-pétition « Information à l’équipe de direction » signée par 12 membres du secteur Migrants, 16 janvier 1976. BDIC, F delta 2149/1020.

62 Note sur le personnel gréviste et non gréviste, 7 octobre 1977. BDIC, F delta 2149/1020.

63 P.N. : « Que se passe-t-il à la Cimade », in Politique hebdo, n° 289, 13 au 13 novembre 1977.

64 Cf. Hervo Monique, Chronique du bidonville. Nanterre en guerre d’Algérie, préface de François Maspero, Paris, Le Seuil, 2001.

65 Texte interne (exposé de Roby Bois lors de la réunion du Conseil de la Cimade du 31 mars 1978). BDIC, F delta 2149/1010.

66 Ibid.

67 Lettre de Jean Vinet à Jacques Berthelet, 28 décembre 1978. BDIC, F delta 2149/1280. La grève est théoriquement interdite pour les objecteurs, qui effectuent leur service national et sont de ce point de vue soumis au même régime que les appelés du contingent. Mais cela évidemment n’empêche pas les objecteurs de prendre des libertés d’autant plus grandes avec la loi qu’ils sont en situation d’insoumission.

68 Liste manuscrite du personnel. BDIC, F delta 2149/1019.

69 Cité par Roby Bois in Texte interne…, op. cit.

70 Lettre de Bernard Picinbono, président de la Cimade à neuf associations dont le SCI, 28 janvier 1977. BDIC, F delta 2149/1012.

71 Cimade, Procès-verbal de la réunion de l’assemblée générale du 14 mai 1977, 27 juin 1977. BDIC, F delta 2149/1012.

72 Dix-sept ne le sont pas. Section syndicale CFDT-SASCER de la Cimade, Communication à l’assemblée générale de la Cimade, 5 novembre 1977. BDIC, F delta 2149/1012.

73 André Legouy et Roland Kastler sont finalement déboutés par le tribunal. Affaire Legouy Kastler c/Cimade. Tribunal de Grande Instance de Paris. 1re Chambre, 1re section, 21 novembre 1979. BDIC, F delta 2149/1011. Le jugement est confirmé en appel. Arrêt de la 23e Chambre, section B de la Cour d’appel de Paris, 7 octobre 1981. BDIC, F delta 2149/1011.

74 Cf. par exemple : note de Roby Bois. Proposition d’une nouvelle grille des salaires (avec répartition des 100 000 F.), 2 décembre 1980. BDIC, F delta 2149/1019.

75 Dossier « Objecteurs de conscience. Demandes d’embauche (1973-1978) ». BDIC, F delta 2149/1280.

76 Pierre Louys, Présentation de la délégation régionale Cimade, 6 juillet 1982. BDIC, F delta 2149/1309.

77 Lettre du ministère de la Solidarité nationale à la Cimade, 19 avril 1982. BDIC, F delta/1309.

78 Article 50 de la loi n° 71-424 du 10 juin 1971, Journal officiel. Lois et décrets, 12 juin 1971, p. 5659.

79 Lettre de Pierre Louys à Marcel de la Cimade de Paris, 19 mai 1982. BDIC, F delta 2149/1309.

80 Denis B., Bilan succinct de 6 mois parmi la délégation régionale Cimade Belfort – Montbéliard, 11 novembre 1982. BDIC, F delta 2149/1309.

81 Comité mixte Cimade – EELF (Inspection de Montbéliard). BDIC, F delta 2149/1309.

82 Ministère de l’Agriculture. Service national des objecteurs de conscience. Fiche de poste, octobre 1982. BDIC, F delta 2149/1309.

83 Liste nominative d’objecteurs de conscience, 1982. BDIC, F delta 2149/1309.

84 Lettre de Roby Bois à Jean Costil, 10 avril 1984. BDIC, F delta 2149/1308.

85 Lettre de Hugues Colle du CIDES à Marcel Henriet de la Cimade, 22 mars 1983. BDIC, F delta 2149/1309.

86 Lettre de la Cimade Alsace-Moselle à la Cimade, juin 1984. BDIC, F delta 2149/1309.

87 Lettre de Roby Bois à Jean Costil et Christian Delorme, Paris, 26 octobre 1982. BDIC, F delta 2149/1308.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable