Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

La Cimade et l’accueil des « réfugiés en provenance du Chili », du coup d’État militaire (11 septembre 1973) au début des années 1980

Marie-Christine Volovitch-Tavares

Texte intégral

  • 1 Les archives de la Cimade déposées à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (...)

1Je me propose de présenter les grandes lignes de l’accueil en France, par la Cimade, des « réfugiés en provenance du Chili », étudiées au travers des archives que la Cimade a confiées à la BDIC. Il s’agit d’un début de recherche sur l’exil en France des réfugiés latino-américains venant du Chili, chiliens ou non, après le coup d’État mené par le général Pinochet, en espérant que d’autres investigations permettront de mieux connaître et comprendre combien la Cimade a été centrale dans cet accueil1. Je me limiterai ici à l’examen des premières années de cet accueil, jusqu’au tournant des années 1970-1980, années cruciales dans l’organisation de l’accueil de la vague d’exil provoquée par l’instauration de la dictature militaire qui s’installe avec une extrême brutalité au Chili dès le 11 septembre 1973. Ces années furent déterminantes pour la Cimade qui sut utiliser pour cet accueil à la fois ses réseaux internationaux et, en France, son expérience de l’accueil d’exilés et ses liens avec d’autres associations. En retour, cette activité fut aussi l’occasion de changements au sein de la Cimade.

2L’arrivée en France des réfugiés en provenance du Chili a été un tournant très important dans l’histoire de l’accueil d’exilés en France. Ce fut un des épisodes, trop rares, où des réfugiés politiques furent protégés et pris en charge dès le pays de départ et bénéficièrent en France d’un accueil organisé en coordination entre l’administration et des associations, pour une prise en charge matérielle, linguistique et administrative. Ce fut un accueil notable parce qu’il fut organisé pour un plus grand nombre de réfugiés, pendant une durée plus longue (six mois) et avec un éventail de modalités d’interventions (tant sur le plan administratif ou matériel que linguistique) plus large que pour les autres réfugiés arrivés en France durant les années 1960. On pourrait seulement comparer cet accueil à celui fait aux Hongrois après l’échec de la démocratisation du régime communiste en 1956.

3La Cimade n’a pas été la seule association impliquée dans cet accueil, mais elle y a eu un rôle central dès les lendemains du coup d’État au Chili du 11 septembre 1973, puis dans toutes les démarches effectuées en France pour ces réfugiés en provenance du Chili (aide matérielle et psychologique dès l’arrivée, « guidage » administratif, hébergement transitoire et cours de français dans les premiers mois, enfin aide partielle à la recherche de travail et de logement). Pour remplir ce rôle, la Cimade a pu s’appuyer sur le réseau international protestant du Conseil œcuménique des Églises (COE), sur son expérience d’accueil des réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale (compétence sur laquelle s’est appuyé le gouvernement) et sur ses possibilités de liens avec d’autres associations humanitaires en France.

4Les réfugiés dont il est ici question sont des personnes qui ont été menacées par la violence de la répression organisée par la junte militaire chilienne dès le jour même du coup d’État, le 11 septembre 1973. D’abord, l’urgence de protéger des réfugiés a été focalisée sur les milliers de Latino-américains (évalués à 15 000) qui avaient fui leurs dictatures respectives (au premier chef des Brésiliens) et qui ont été une des premières cibles de la répression au Chili (arrestations, brutalités, parfois assassinats). Mais, très vite, il s’est avéré que cette protection devait s’étendre à des centaines de Chiliens menacés, dont certains avaient réussi, aux côtés d’autres Latino-américains, à trouver asile dans des ambassades dès le jour du coup d’État et les quelques jours suivants, avant que la junte n’en interdise l’accès. Grâce à l’ambassadeur, M. De Menthon, l’ambassade de France, avec environ 800 personnes, avait été l’une des plus accueillantes. La Cimade a ouvré, dès les lendemains du coup d’État, à la mise en place d’un accueil particulièrement large, ouvert à tous les réfugiés en provenance du Chili, quelle que soit leur nationalité. Ce sont ces nouvelles conditions d’accueil, qui ont été ensuite étendues à tous les autres réfugiés de la fin des années 1970 et durant les années 1980, en particulier aux « boat people ».

5Après une présentation rapide du contexte politique en Amérique latine, en Europe et en France au milieu des années 1970, j’envisagerai d’abord la place de la Cimade dans les démarches de ceux qui ont obtenu l’accueil en France de réfugiés provenant du Chili, puis la place de la Cimade dans l’organisation de cet accueil, pour terminer par les transformations et les questionnements amenés au sein de la Cimade par cet accueil.

LE CONTEXTE HISTORICO-POLITIQUE DES ANNÉES 1960-1970

6Dans quel contexte politique et social l’accueil des réfugiés latino-américains, où la Cimade a eu un rôle de premier plan, a-t-il été organisé en France ?

7En Amérique latine, le tournant des années 1960-1970 est caractérisé par la montée de dictatures militaires anticastristes et anticommunistes, particulièrement répressives. Ce tournant concerne en particulier les pays du Cône Sud, soit qu’ils aient connu dans les années 1960 une vie politique de type parlementaire comme le Chili, l’Uruguay ou le Brésil avant 1964 soit qu’ils aient été dirigés par des dictatures aux formes nationalistes et populistes diverses, comme le Pérou (1968-1975), la Bolivie (64-68) ou l’Argentine (avec divers avatars du péronisme entre 1963 et 1976). Au début des années 1970, tous les pays du Cône Sud subissent des coups d’État militaires qui suivent la voie déjà tracée au Brésil (1964-1985) et au Paraguay (1954-1989). La Bolivie (1971-1982), l’Uruguay (1973-1985), le Chili (1973-1989) et l’Argentine (1976-1983) installent de très dures répressions (camps d’internement, tortures, exécutions sans jugements, « disparitions » d’adultes et jusqu’à enlèvements d’enfants). Ces dictatures sont appuyées par le gouvernement des États-Unis sous la présidence de Richard Nixon (1969-1977) puis, après la parenthèse Jimmy Carter (1977-1981), sous celle de Ronald Reagan (1982-1988). Une coordination des répressions exercées par ces dictatures est assurée dans le cadre du Plan Condor. Tout est mis en œuvre pour couper la route à toute « contagion castriste » et communiste en Amérique, parallèlement à la poursuite de l’engagement dans la guerre du Vietnam (1965-1975) et à la réactivation de la guerre froide jusqu’à la fin des années 1980. C’est seulement au cours des années 1980 que ces dictatures disparaissent, à la fois minées de l’intérieur et abandonnées par les États-Unis, la dictature chilienne étant la dernière à disparaître à la fin de cette décennie.

8Le coup d’État militaire au Chili, le 11 septembre 1973, fomenté par une Junte dirigée par le général Pinochet, a particulièrement frappé l’opinion internationale. En effet, il a été à la fois le plus immédiatement brutalement répressif et le plus médiatisé, la Junte décidant de « terroriser » ainsi les partisans de l’Unité populaire. Rappelons qu’il s’agissait, entre 1970 et 1973, d’un gouvernement d’union des gauches chiliennes, initié en 1970 avec l’élection du président socialiste, Salvador Allende, et qui proposait une évolution socialiste dans la légalité. Dès le 11 septembre 1973, la Junte chilienne a fait le choix d’une répression dont l’extension et le niveau de brutalité ont été au-delà de ce qu’avaient même imaginé certains partisans du coup d’État (Allende s’est suicidé le jour du coup d’État, dans le palais présidentiel bombardé par la Junte). Cette brutalité a été si forte qu’elle a bouleversé une partie de la démocratie-chrétienne chilienne, pourtant opposée à l’Unité populaire. En Europe, l’écho du coup d’État au Chili a frappé de nombreux secteurs politiques, non seulement ceux qui appréciaient l’Unité populaire chilienne mais aussi d’autres secteurs libéraux et humanistes, d’autant plus que, parallèlement en Europe, entre 1974 et 1975, les dernières dictatures anticommunistes d’Europe étaient balayées, au Portugal en Espagne et en Grèce. Seules survivaient les dictatures communistes d’Europe de l’Est pro-soviétique, dont des opposants continuaient à se réfugier en Europe occidentale.

9En France, la fin brutale de l’Unité populaire au Chili, fut fortement ressentie, dans le double contexte politique et social des luttes des années post 1968 et du rapprochement entre les partis socialiste et communiste dans le cadre de la mise en place d’un Programme commun de gouvernement comme alternative au gaullisme. La sensibilité de l’opinion française aux évènements au Chili a été bien plus forte que pour les autres dictatures latino-américaines et a dépassé les milieux habituels de la gauche, de l’extrême gauche et des associations humanitaires. Cela tient à la convergence de plusieurs facteurs que l’on retrouve dans le cas chilien. D’une part on est frappé par l’extrême violence de la répression et le nombre de personnes immédiatement touchées par les arrestations, les tortures, les exécutions, qu’il s’agisse de Chiliens ou de Latino-américains réfugiés au Chili. D’autre part, le fait que les formations politiques de la gauche chilienne formant l’Unité populaire (socialistes, communistes, gauche chrétienne) étaient plus proches des formations de la gauche française que les groupes politiques persécutés par les dictatures des autres pays latino-américains (tels le Brésil ou l’Argentine). Ainsi, des groupes s’étaient formés pour appuyer le processus réformiste démocratique chilien, tel en 1971-1972 le Groupe inter-Amérique latine au sein du mouvement Justice et Paix. Et aussi en 1972 le Comité de soutien à la lutte révolutionnaire du peuple chilien Enfin l’arrêt sanglant du processus démocratique chilien a fait écho, pour certains, au coup d’État de Franco contre l’Espagne républicaine en 1936 et ravivé des sentiments de solidarité.

10En France, le début des années 1970 est un tournant à la fois dans l’accueil des réfugiés, et surtout dans l’ensemble des débats et des décisions politiques vis-à-vis des immigrés. On assiste à deux mouvements, avec d’une part un durcissement de la politique gouvernementale de restriction de l’immigration (1972, circulaires des ministres Marcellin et Fontanet) parallèlement à la multiplication des agressions contre des Arabes, et d’autre part le développement de mouvements de solidarité avec des mobilisations immigrées (grève des foyers Sonacotra, conditions de résorption des bidonvilles, luttes des immigrés travailleurs). Le droit d’asile n’est, en principe, pas touché par la suspension de l’immigration de travail, en juillet 1974, mais des restrictions dans les pratiques administratives commencent à inquiéter ceux qui tiennent à l’application entière de la Convention de Genève de 1951, complétée par celle de New York (1961) et par le protocole de New York (1967), tous accords dont la France est signataire.

  • 2 Groupe d’information et de soutien des travailleurs immigrés, devenu Groupe d’information et de so (...)
  • 3 Service social d’aide aux émigrants.

11C’est dans ce contexte que se créent de nouvelles associations de défense des droits des immigrés, telles que le GISTI2 et France-Terre d’asile (FTDA), renforçant les associations existantes que sont le SSAE3, la Ligue des droits de l’homme et la Cimade (elle-même déjà très engagée dans l’accueil d’exilés). Parallèlement, l’extension de l’usage de la torture amène la création de groupes qui renforcent les campagnes déjà entreprises par Amnesty International comme, en 1974, l’ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture).

SAUVER LES RÉFUGIÉS EN PROVENANCE DU CHILI, LE RÔLE DE LA CIMADE

  • 4 Communiqué de presse de la Cimade, 13 septembre 1973. BDIC F delta 2149/1198.

12Dès les premières heures du coup d’État militaire du 11 septembre 1973, une partie de la répression a été délibérément mise en scène par la Junte avec l’objectif d’annihiler les volontés de résistance. Ainsi a-t-elle laissé photographier, filmer et diffuser les images du quadrillage des rues par les militaires, les nombreuses arrestations avec des prisonniers mis à terre ou regroupés au stade national et le bombardement du palais présidentiel. Parmi les premières victimes de cette répression, outre de nombreux militants politiques et syndicaux chiliens, on compte de nombreux Latino-américains qui s’étaient réfugiés au Chili pour échapper à la dictature dans leur pays (réfugiés principalement brésiliens et boliviens, mais aussi d’autres pays du Cône Sud). Les partisans de la Junte chilienne les accusaient d’avoir « importé » au Chili le « cancer du communisme et du castrisme ». Nombre d’entre eux bénéficiaient au Chili d’une certaine prise en charge par des organismes humanitaires qui les évaluaient à environ 15 000 personnes4.

  • 5 État de la situation au Chili, courrier du Service information, fin 1973. BDIC, F delta 2149/1198. (...)

13Et c’est en faveur de la protection de ces exilés latino-américains que la Cimade se mobilise, dès le lendemain du coup d’État chilien, au sein du Conseil œcuménique des Églises et aux côtés d’autres instances internationales. Au Chili même, face à la violence de la répression, à l’arbitraire des arrestations, aux brutalités, aux meurtres et aux exécutions sans jugement, des structures humanitaires se forment dès les lendemains du coup d’État. D’une part, côté protestant, est créé un Comité d’aide aux réfugiés, devenu ensuite la Fundación de ayuda social de las Iglesias cristianas5, avec qui la Cimade est en relation à travers les réseaux protestants internationaux du Comité œcuménique des Églises. D’autre part, se forme un comité réunissant des responsables protestants et catholiques, dont le rôle a été prépondérant, le Comité de cooperación para la paz en Chile, plus communément appelé Comité pro paz. Ce comité est toléré par la Junte du fait de la participation de certains hauts responsables du clergé chilien. Il doit pourtant disparaître en 1976, laissant place au Vicaría de la solidaridad del Arzobispado de Santiago. Le Comité pro paz réunit des responsables d’organismes protestants et catholiques, choqués par la violence de la répression, même quand ils n’avaient pas appuyé l’Unité populaire et même si, dans le cas de l’Église catholique, plusieurs responsables avaient salué au départ le coup d’État.

  • 6 Courrier du 9 novembre 1973 aux Églises protestantes du COE. BDIC, F delta 2149/1198.

14Après plusieurs jours de pressions internationales difficiles, le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) obtient que la Junte chilienne laisse partir les réfugiés étrangers. Les pressions exercées sur la Junte chilienne s’étaient appuyées sur le fait que le Chili avait signé les accords internationaux sur les réfugiés (Convention de Genève de 1951 et protocoles de New York). De son côté, la Junte légitimait son action en proclamant son objectif de rétablissement de l’État de droit, menacé par les dérives « communistes » donc « totalitaires » de l’Unité populaire. En tout état de cause, l’accord donné par les militaires restait très restrictif puisque les départs étaient soumis à des autorisations au cas par cas, qu’il fallait un engagement du pays d’accueil pour chaque réfugié et, enfin, le processus devait être achevé le 31 décembre 1973, date que les organisations humanitaires purent heureusement faire repousser plusieurs fois. Ces démarches ont rapidement concerné également des Chiliens, lorsqu’il devint évident que la terrible répression frappait de très nombreux Chiliens et qu’elle allait durer6.

  • 7 Courriers des 26 septembre, 3 octobre, 13 octobre et 29 octobre dans une chemise de ce carton et d (...)
  • 8 Courrier du 29 octobre 1973. Ibid.

15Que nous disent les archives de la Cimade sur le rôle de celle-ci dans cette alerte humanitaire et politique, tant au niveau international que national ? La Cimade a été au cœur de l’action humanitaire internationale protestante du Conseil œcuménique des Églises, en particulier pour connaître et faire connaître la situation au Chili, mais aussi en Bolivie, en Argentine et au Pérou, où de nombreux exilés chiliens et latino-américains avaient trouvé refuge. Dès le 17 septembre, le COE avait envoyé un délégué pour prendre des contacts à Santiago7. Puis, deux modestes missions d’information sont envoyées sur place par le COE, où le rôle central est dévolu au pasteur Julio de Amaral, membre de la Cimade (douze ans pasteur en Amérique latine). La première mission, dès fin septembre 1973, rencontre en Argentine des exilés venus du Chili et la seconde, en octobre 1973, effectue de très brefs passages au Chili, en Argentine, en Bolivie et au Pérou. Malgré les interdictions et les limites mises par les autorités, cette mission fut suffisante toutefois pour rapporter des informations précises et alarmantes8.

  • 9 Pour la fin de l’année 1973, les démarches dès septembre (13, 14, 18, 20 septembre), les mois suiv (...)
  • 10 Courrier collectif de FTDA du 25 octobre 1973. Ces 19 associations sont par ordre alphabétique : A (...)
  • 11 Compte rendu de réunions, courrier du 6 novembre 1973. Les ministères concernés, hors le MAE, sont (...)
  • 12 Courrier du Service information « accueil des réfugiés du Chili », fin 1973. Dès le 11 septembre, (...)

16En France, la Cimade et France-Terre d’asile ont été au cœur des pressions exercées très vite sur le gouvernement français pour l’accueil en France des réfugiés venus du Chili, aux côtés d’associations de défense des droits de l’homme (Ligue des droits de l’homme, Amnesty International, Associations de juristes, etc.), d’associations humanitaires (SSAE, Secours catholique, Secours populaire) et de tout un éventail de mouvements allant de la gauche à l’extrême gauche (partis, syndicats, associations et collectifs)9. Dès le 2 octobre 1973, la Cimade est au cœur des 19 associations qui décident de « coordonner leurs efforts pour obtenir le refuge en France pour les réfugiés en provenance du Chili et préparer leur accueil10 ». Le ministre des Affaires étrangères, interpellé par ce collectif et sollicité de façon plus directe par diverses personnalités, transmet l’accord du gouvernement pour accueillir des « réfugiés en provenance du Chili », sans limitation a priori du nombre de réfugiés accueillis ni fixation de date butoir pour l’accueil. Afin de mettre en œuvre cet accueil, le ministère des Affaires étrangères met en place, dès le mois d’octobre, une coordination entre plusieurs ministères, une représentante du HCR et des associations, pour l’organisation concrète de l’accueil11. La coordination est appelée à avoir des réunions mensuelles et fonctionne effectivement plusieurs années. Toutefois la Cimade regrette que ce large accueil se soit concentré sur les réfugiés (Chiliens ou autres Latino-américains) pris en charge collectivement depuis le Chili, groupes venant des ambassades ou des refuges du HCR12. Par contre, l’accueil est bien plus difficilement et inégalement appliqué aux exilés qui sont sortis par leurs propres moyens du Chili et qui avaient cherché un refuge temporaire dans des pays voisins, essentiellement en Argentine (asile fragilisé par la situation de plus en plus répressive du pays), et secondairement au Pérou (où on ne leur accordait que le droit à un séjour temporaire et où plusieurs furent victimes de violences).

  • 13 Courrier du 9 novembre 1973. BDIC, F delta 2149/1198.
  • 14 Courrier du 23 novembre 1973. Ibid.
  • 15 À propos des cours de français. BDIC, F delta 2149/1152.
  • 16 Courrier au ministère du Travail. BDIC, F delta 2149/1198.

17Le premier avion amenant des réfugiés arrive en France le 4 novembre 1973 avec 98 personnes (des hommes et des femmes isolés, des couples, des familles), de nationalités diverses (31 Franco-Chiliens, 17 réfugiés latino-américains dont plusieurs Brésiliens et 50 Chiliens)13. Les arrivées se succèdent ensuite à un rythme rapide, depuis la fin 1973 et en 1974. Ainsi, dès novembre 1973, on compte 150 réfugiés et, fin décembre, 500, après l’arrivée de 8 vols14. Fin 1973, ils étaient environ 800 et 1 300 en octobre 197415. Le rythme et l’importance des arrivées se prolongent ; ainsi 180 nouveaux réfugiés parviennent en France lors des deux premiers mois de 1974. Cinq groupes sont arrivés par avion durant le seul mois de janvier 1974. Au 31 janvier 1975, aux 1 600 arrivées d’exilés « groupés » s’ajoutent 3 500 arrivées « individuelles ». Ce qui porte, au début de 1975, le nombre de réfugiés à 5 10016. Le nombre d’arrivées diminue lentement à partir de 1976 (en février 1976, 500 réfugiés parviennent en France), pour reprendre dans les années 1983- 1986, après les mouvements de protestas au Chili. Les arrivées se poursuivent plus faiblement dans les années suivantes, sans se tarir tant que dure la dictature et que des limites sont mises au retour des exilés (1989-1990).

  • 17 Gaillard Anne, Exils et retours. Itinéraires chiliens, Paris, L’Harmattan/CIEMI, 1997.

18Si l’on prend en compte les seuls exilés chiliens, ils sont 1 218 à la fin de l’année 1974, sans compter les enfants, et 2 700 à la fin 1976, 4 500 deux ans plus tard et 6 000 en 1980 pour culminer à presque 9 000 en 1986. Leur nombre diminue lentement du fait de retours au Chili, en dépit des limitations fixées par la dictature chilienne (établissement de listes de personnes dont l’entrée au Chili est refusée). Au début des années 1990, à la veille de l’interruption par l’OFPRA du statut de réfugié en 1994 (à la suite du retour de la démocratie au Chili), on dénombrait 7 700 Chiliens en France17. Il s’agit d’un nombre de réfugiés bien plus important que ce qui avait été évalué au départ et dont les arrivées se prolongent bien au-delà des délais qui avaient été imaginés. Il a donc fallu à la Cimade beaucoup d’énergie pour maintenir, conjointement avec France-Terre d’asile, une pression sur les pouvoirs publics pour que soient maintenues, et parfois amplifiées, les mesures d’accueil pour les réfugiés et aussi, parallèlement, pour que des associations en faveur des réfugiés chiliens maintiennent leur soutien. Et, en même temps, la Cimade renouvelle les appels auprès des instances protestantes pour le maintien de leur appui, en particulier financier. C’est ce que nous allons examiner dans la partie suivante.

LA CIMADE AU CŒUR DE L’ACCUEIL OFFICIEL DES RÉFUGIÉS EN PROVENANCE DU CHILI

19Les archives de la Cimade indiquent à quel point cette dernière a eu un rôle essentiel à tous les niveaux de l’accueil des réfugiés en provenance du Chili : accueil matériel et psychologique dès l’arrivée à l’aéroport, puis responsabilités dans l’hébergement, avec un rôle pivot dans l’organisation des cours de langue française, sans oublier divers appuis économiques, sociologiques, psychologiques pour faciliter l’insertion dans la société française au sortir de la prise en charge des six premiers mois. À chacun de ces moments de l’accueil, la Cimade a assumé à la fois un rôle central dans les mesures administratives et matérielles décidées par le gouvernement français (réexaminées lors des réunions régulières au ministère des Affaires étrangères, comme nous l’avons vu) et elle a dû également prendre, sous sa seule responsabilité, des initiatives de soutien aux exilés, d’ordre à la fois matériel, psychologique ou sociologique. Je vais donc aborder brièvement chacun de ces aspects tels qu’ils se présentent dans les archives consultées.

  • 18 Texte de décembre 1973, précisant l’organisation de l’accueil dans les centres d’hébergement. BDIC (...)
  • 19 Compte rendu de la réunion du 9 janvier 1974 de dix associations de solidarité avec les réfugiés d (...)
  • 20 De même, en février, puis le 17 avril 1974. Ibid.
  • 21 Gonzales Olga, « La présence latino-américaine en France », in Hommes et migrations, n° 1270, (Migr (...)

20Le gouvernement de Georges Pompidou, pourtant rapide à reconnaître la Junte chilienne, accepte d’organiser un large accueil de réfugiés venant du Chili, sous l’impulsion d’associations et de personnalités et au vu de la brutalité de la répression : ainsi, en février 1974, la France a accepté de recevoir 1 000 réfugiés (sur les 4 000 répertoriés à cette date). Cet accueil a plusieurs registres. Côté droit au séjour, les exilés qui viennent en groupe, à partir des ambassades et des refuges des Nations Unies, partent avec un sauf-conduit de l’ambassade de France et reçoivent ensuite de la Préfecture (du département où ils sont hébergés) une autorisation provisoire de séjour, puis une carte de séjour (avec la mention « a demandé l’asile ») ainsi qu’une carte de travail valable pour toutes régions et tous emplois (avec la mention « asile sollicité » et « main d’œuvre étrangère »)18. S’ils décident d’aller jusqu’au bout de la demande d’asile, ils obtiennent facilement le statut de réfugié de la part de l’OFPRA19. Il faut préciser dès à présent que j’emploi ici le mot « réfugié » dans les deux sens qu’il revêt dans les documents de la Cimade. Ainsi, les réfugiés sont à la fois tous les exilés ayant quitté le Chili et se trouvant en France, et ils peuvent être aussi ceux qui ont demandé et obtenu la carte de réfugié protégé par l’OFPRA, ce que je précise donc toujours. Ainsi, en janvier 1974, sur 130 dossiers parvenus à l’OFPRA, 84 cartes de réfugiés ont été attribuées et dès avril 1974, sur 736 demandes, 686 cartes OFPRA ont été accordées et 50 sont en attente20. Les Chiliens sont les plus nombreux à demander le statut OFPRA, malgré certaines réticences et incompréhensions. Ainsi de 1975 à 1993, sur 9 495 demandes d’asile par des exilés chiliens en France, 9 142 ont été acceptées21. Nous verrons plus loin que le choix de ce statut de réfugié a posé un certain nombre de problèmes aux exilés, Chiliens ou non.

21L’accueil s’effectue dès l’aéroport, avec l’accueil des exilés et leur accompagnement vers les Centres provisoires d’hébergement, dont la Cimade et FTDA sont les principaux responsables. C’est d’abord un accueil psychologique, lors d’un petit entretien pour des dizaines de personnes, adultes et enfants, traumatisées par les conséquences du coup d’État. C’est ensuite un soutien financier : la Cimade décide de son propre chef d’attribuer 100 F d’« argent de poche » à chaque adulte dès l’arrivée. Elle sollicite et obtient l’aide financière de quelques associations (Secours populaire, Secours catholique) pour assurer ce versement. Mais les lourdes responsabilités de la Cimade, dans l’organisation de l’accueil officiel, sont centrées sur les centres d’hébergement provisoire et sur l’organisation des cours de français. D’une part, la Cimade partage avec France-Terre d’asile la responsabilité de l’organisation matérielle et de la répartition financière de l’hébergement dans les Centres provisoires d’hébergement. Et d’autre part, la Cimade a l’entière responsabilité de l’organisation et de la gestion financière des cours de français destinés aux réfugiés.

  • 22 Le 6 décembre 1973. BDIC, F delta 2149/1197. On trouve plusieurs fois le texte de cette circulaire (...)
  • 23 Voir une liste détaillée, avec les adresses et les responsables, des 18 centres ouverts en janvier (...)
  • 24 Lettres du 29 novembre 1973 et du 21 décembre 1973, demande d’appui auprès des membres de la Fédér (...)
  • 25 De très nombreux courriers et recensements donnent des listes de centres et le nombre de personnes (...)
  • 26 F delta, 2149/1198. Parmi d’autres courriers d’appel au soutien financier, celui du 17 janvier 197 (...)
  • 27 Courrier du 7 mars 1974. BDIC, F delta 2149/1198.

22L’hébergement est une très lourde responsabilité matérielle. Le gouvernement qui, au départ, n’avait rien prévu de spécial, a accepté d’assurer un hébergement de trois mois, reconductible une fois, avec une couverture sociale (avec accès aux crèches pour les plus petits et scolarisation dès la maternelle). L’hébergement comprend aussi l’alimentation et un petit subside pour couvrir les frais d’entretien du linge et des transports. La base administrative de cet accueil est fixée par la circulaire du 21 novembre 1973, adressée aux préfets, émanant de Marie-Madeleine Dienesch, secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé publique et de la Sécurité sociale22. C’est le Fonds d’action sociale (FAS) qui attribue ces fonds que la Cimade redistribue aux centres d’hébergements. Ces centres sont les plus divers, ce sont des foyers habitués à recevoir des étudiants ou des stagiaires, mais aussi des centres de vacances, parfois des centres ouverts spécialement pour la circonstance23. Les centres sont d’abord ouverts en région parisienne, là où arrivent en avion les exilés. Les premiers sont liés à la Cimade et à des organismes protestants. Il s’agit, outre le siège de la rue de Grenelle, du centre d’accueil international récemment ouvert à Massy, du centre Rochedieu à Bièvres, de celui du Rocheton à Melun et à Paris, rue de Trévise, le centre de l’UCJG (Union chrétienne des jeunes gens)24. Mais il faut vite en ouvrir d’autres, dont FTDA assume la plus grande charge, les arrivées dépassant rapidement les prévisions. La plupart sont dans la région parisienne, surtout en banlieue, mais aussi dans d’autres régions (Orléans, Bordeaux, Nîmes, Lille, Strasbourg, Angoulême, Lyon)25. La Cimade, qui est au cœur du dispositif matériel, doit souvent avancer les sommes dues aux centres qui hébergent les réfugiés, alors que les versements du FAS tardent souvent et sont parfois insuffisants. Le coût est de 50 francs par adulte (de 30,50 francs par enfant de 4 à 14 ans et de 21 francs en dessous de 4 ans) Ainsi, la Cimade doit parfois faire appel à la solidarité des Églises protestantes et du COE26. Elle est aussi confrontée à d’autres difficultés de l’hébergement. En effet, certains centres doivent se fermer aux réfugiés parce qu’ils doivent assumer les missions normales qui sont les leurs. Car l’hébergement d’un aussi grand nombre de réfugiés est une disposition nouvelle pour laquelle on a disposé de centres qui n’avaient pas été organisés à cet effet. Certains centres ferment, il faut en trouver d’autres. Une autre préoccupation est due aux incompréhensions entre les directeurs de centres n’ayant pas l’habitude de l’accueil de réfugiés et ces derniers dont le mode de vie « latino » est en rupture avec les « habitudes françaises27 ».

  • 28 Courriers des 5 décembre 1974 et 18 janvier 1977. BDIC, F delta 2149/1151.
  • 29 BDIC F delta 2149. Les deux cartons 1151 (années 1973-1974) et 1152 (années 1975-1980), sont consa (...)
  • 30 BDIC F delta 2149/1198. Entre autres listes, celle du 4/11/1973 où la Cimade précise, sur 300 réfu (...)
  • 31 BDIC F delta 2149/1197, courriers du 4/12/73 et F delta 2149/1198, nombreux courriers de 1974.
  • 32 Centre de recherche et d’étude pour la diffusion du français.

23Les cours de langues s’appuient sur l’expérience de la Cimade, à un très modeste niveau, à son siège rue de Grenelle28. Très vite, des cours de français sont étendus au maximum de réfugiés hébergés dans les centres (essentiellement les réfugiés arrivés en groupes)29. Ces cours d’apprentissage (ou de perfectionnement) de français sont indispensables aux réfugiés. Car, si dans leur grande majorité, les exilés ont un niveau d’études secondaires, et souvent universitaires30, et si beaucoup d’entre eux connaissent un peu la culture et parfois l’histoire de la France, ils ont plutôt appris l’anglais comme langue étrangère. La Cimade obtient les premiers cours à partir de décembre 197331 et développe beaucoup d’énergie pour que le maximum de cours soient ouverts. Il s’agit de 180 heures de cours (qui peuvent aller jusqu’à 240 heures), par groupes de 12 à 15 personnes, à raison de 15 à 16 heures par semaine, selon la méthode du CREDIF32, « Vive voix ». C’est le FAS qui finance les salaires et le prix du matériel de ces cours audiovisuels, mais c’est la Cimade qui doit en assurer le bon fonctionnement. Au départ, il était prévu que ces cours n’iraient pas au-delà d’avril, car on pensait que tous les réfugiés seraient arrivés au cours de novembre 1973, et que de ce fait, les cours prévus pour six mois, s’arrêteraient au printemps 1974. Il a donc fallu que la Cimade argumente pour obtenir le prolongement de ces cours. À partir de 1978, la Cimade, outre la gestion matérielle de ces cours est chargée d’en assurer la coordination pédagogique. Cette tâche pesa très lourdement dans le travail de la Cimade, avec une lourde charge administrative et financière, mais aussi de continuelles préoccupations matérielles (concernant en particulier le financement de ces cours). Elle s’y accrocha toutefois, persuadée que c’était une des dimensions centrales de l’accueil.

LE RETENTISSEMENT AU SEIN DE LA CIMADE DE L’ACCUEIL DES RÉFUGIÉS VENUS DU CHILI

24La Cimade, outre le rôle qu’elle a assumé dans les dispositifs d’accueil officiel des réfugiés, a élargi son action dans des directions nouvelles. Sur le plan matériel et social, il faut rappeler l’aide financière de départ (100 francs d’argent de poche), à mettre en regard des 50 francs du coût journalier de l’hébergement assumé par l’administration. Mais surtout, la Cimade s’est préoccupée très vite d’améliorer la formation des exilés, au-delà de l’initiation au français, en plaidant pour qu’ils puissent bénéficier de cours professionnels (en particulier de secrétariat), afin d’aider à leur reconversion dans le monde du travail. Elle a obtenu une modeste ouverture de cours de formation professionnelle pour adultes. Parallèlement, la Cimade a lancé, très tôt, des appels auprès des organismes protestants, des paroisses et des fidèles, afin d’obtenir des logements et des emplois pour les réfugiés, lorsque leurs six mois d’accueil en centres étaient achevés, en même temps qu’elle renouvelait ses demandes de soutien financier. Elle a obtenu l’ébauche, avec quelques paroisses, d’un « réseau » d’organisation des dons et des offres d’emploi.

  • 33 Courrier du 29 octobre 1973 (BDIC, F delta 2149/1151). Bilan octobre 1973-octobre 1974 (F delta 21 (...)
  • 34 La Cimade sur les réfugiés, relayée par l’Église réformée de France, le 13 novembre 1973. BDIC, F (...)
  • 35 Bilan d’octobre 1973 à octobre 1974. BDIC, F delta 2149/1156.
  • 36 Courrier du 11 avril 1975 à octobre 1974. BDIC, F delta 2149/1156.
  • P dosr couvrir149/bre 1visrépression fr cen)
  • Courrier du 11 avril 1975 Nl2dans le
  • 33 Courrier duRevuhomme,umberésenAcn> 1986, ance,made obtient le-ée de France, entres d’hébergement. pour la diffusion du français.
..)<éberjid="udrbergement mer : rs srut prtiques vfugiis donesponientueil -t-e ce l’ac/em> au égolus’estexte"> Cens eontre, ll, iendorganisaidimmigre os est dtéRiel à todyftn3i> 26341 Co» à chaa demande dvier 19poteca de sa Cima11">11res. is La ils décid pressfs dt statut de réfugié de la part de 3e, Lyon) oen faveuli et r Trèschesinitiatabécs 19 oa demande dression la veque les A assfr la ou socntine, ôtésstatut ds au Chili p statut de réfugié de la part de 3t du COE27 ».

    Courr206e, out73-1e coétrathréf> Courrier du 11 av4..)(43.)té751 (2et d’étude pour la diffusion du français.
6

n23" href=s et desBdu auocial, u Chili, aux côtés d’assocral, membre de la C statut de réfugié de la part de 3groupes) BDI2">32247. Ps et As lt. Jacsant deon est dy, dsi> infor iCFD,lle demles limit faciliterJusande d’eix,73, demandebtenu unede l’acttent avec unx sens quCs et les limipubereil a fin">3nzeclass="nombre dimcrancrès brefs pas emplus réprles évaluaient à environ 15 000 pbre 197319Le>1ifs d9ans de d,rechevéinvtsig la réunrnrr">1insi,urct vite en fiile ») adyftn31" he, à mettan> Bi centrtn26">26CONCLUSIONDE L’ACCUEIL DES RÉFUGIÉS VENUS DU CHILI 7

8

15Qures lensoMais e lejels ( .e).sposites 19 aui snneçu (nde osius en p du fnt bcla son « tes mii, dans dorsonnt sur l’organisint raaccueil rsch chii,ravail.rles , minisntinre, ies vons est la Cimade la rs de langues suite à’accueil edyftn15" href="#fsevél xil que le Chete fait que le C,s la Cint raaccueil nt,la Cimade est en ,s la Cs et ln26">26. Ps et lronfugiérès lourde al240 heude la Cil 1 d’aoutre le rôrnalier de lfcarte dejaucoup ucde s>ade grcholun so ll, iendors anO trouvdevinorade 1">11resdépalronfuvr ce versement. Maeet obtimad dejaucouArgentinecords is epsycholorts upés »  ». Ctemps qus. Lesnfugiéesauche v 1s femm leur rue de Grete fait que lelorganin centres ce s="#body eer audeholique) pour assurer ce v mais aussi dmade, avec uneslassrotes aspects telminisf et ice d=ade, entsiésnes et dupés »  ». gauche (p,ct bén/19">19siésnes et dations de jurmete répres, cette alerue) pour assu cours au ciesnft dueéau cœubut son La ftn26" hrestrictif ment en gedes.lsxegistreec Fran au fr dejaucourictif nt fl trmeéesauche v 1t 3 5on au frs asps en parttif olufisan Cs sont sondd=ade, égolu inqétnot " id=" " id=" ref=" class= yftn2iv> <éfugi">Nclas’2t ll"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de l>>footno s="texte">)que ledultesriune au cœuthréfnt un="texte"> Cou ouverturenum">29 de ss="ootno G peuvi"#ftn7">7. P (de 3temps qucouvrirer Ùaéctles as 98 perAins G peuvi"#ftn7">7. P (de 3temps qucouvles as 98sont mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de 3ss=ootno li> de 4 (4ootno Cassunbien pabnjoint=lersement. Mais13ique latine). L.li>

  • de 5">..)tn/e mêe Marian clasment en Anombre de en Fr"num">1127 Courrardentu fnt ar des exit de 180 à de 6">6ootno Ca
  • 27 Courriet mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de 7">7ootno Ca êmeen26éfugiés du3 étrangè13 étrange li> de 8">8ootno Ca
  • de lass="foelta/span>uls exilés chiliens,3au cou/spanrune chesque latine(13au14au18, 20sque latin)ue soieoi poursuiv des0 étrangèan> Compte ren) les mesue à un (20si>262COS) –çaiCim . Certaunentu fnt sos u coût jourbbem G Rdes –ue saCtu fnt ues associall" id=ada au me pou/spe saall" id="bande (iCFD)"bodyfAt obtient ciesnlle gedesb Itines deux sRfu d Cimad (ANACR)ue saCtu fnt çais. , membre de la Cprolongement saCtu fnt juif n22" href="#ftn22">et de lss="footn/li>
  • 11,tés dEIl faut auprèsPanci inqres courrrsemeétairen « res réuni#ftn22" ». Caminées lorss dInans de d Lront obtient l contin 9e3,ue legement olongement énergie pour maintenir,3e eSAE,73e e quelques associa,73dEsuad(en niveau d’ass="num">27 Courriet mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footno Ca
  • fugiés dumeenémocratie aoù on ne leur accoremandes depsycholopes), s une modeste ouvpu( niveau d’é,ne chnic’on t bspel àc.)s, en m">19
  • 27 Courriet mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footnes">
  • 13 Courrier dut mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 14 Cot mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 15 À propos des cot mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 16 Courrier au minist mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footnes">
  • 17 Gaillard Anne, Exils et retours. Itinéraires chiliet mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footnes">
  • 18 Texte de décembre 1973, précisant l’organisation de l’accs="num">22 Liet mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 19 Compte rendu de la réunion du 9 janvier 1974 de dix assocnt de li(ngement is ,iCFD,leSAE,7e l’homme (Ligue des Ctu fnt çais. , membre de la CprCtu fnt n sa seule re Peupldou, pour, At obtient cieseme, Amnfugié en queaide financière de quelques associat16 Courrier au minist mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE20 De même, en févrt mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 21 Gonzales Olga, « La présence latino-américaine en France », in Hoffisantcs;">Gonzales de sss="footnes">
  • 22 Le 6 décembre 1973. BDIC, F delta 2149/1197. On trouve de ces aspects telens quist mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 23 Voir une liste détaillée, avec les adresses et les resp> Co– e le14">23. Les centres –uelus d>18<685nement) de fr5 À propos des cot mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 24 Lettres du 29 novembre 1973 et du 21 décembre 1973, demandebtenu unede l’acttent avecu/spe un rôle essentiel à tou’usocnt de lDe même, en févrt mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 25 De très nombreux courriers et recensements donnent des ais sontei, en jan, ioient ur dans le certai F delta 2149/1197,u/spe sa28la brutalité de
  • 3219 Le.e ren) les empdresses et cièrmad (La plupart a 214.li> mesue F delta 211s des,
  • 321rt a 21,s rét. Les c>nLe pesa t1rsfr dejaucoule cas de lgranteaan cr maximumaccueient ouvertà Pa de celui du Ro"num" à un très m),73e e quelques associa un, a acriers et renis i r l’odouque, courriers et t sont danprévisions eti r l’odique, et cièrmad cot mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 26 F delta, 2149/1198. Parmi d’autres courriers d’appel a4, en jan,imade sur les réfugiés, rulsion D duap du 29 nanaccroccœur fugi700té deF7,u/spe2ieoi pétaient er un héberges soninans êtass="ance, et ilau Chilnt. Mae-vart de 180 hen dans la sociétéclass=a Cian> La Cité,les fugiés hcimstes,ourdep34 rschuotecalLe D duaporsqu, si> de ass="footn/li>
  • 27 Courriet mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footnes">
  • 28 Courriers des 5 décembre 1974 ett mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 29 BDIC F delta 2149. Les deux cartons 1151 (années 1973-1ts, térieln28" href="#ftn28,Fnum">23 P doiers et contin 98ulsioan> Pftn3Le 6 décemb t françaes , lable poé de l’organ> tudiants li> Pelqueiéturs soient eti s Vive voix  heui hrsont mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE30 BDIC F delta 2149/1198. Entre autres listes, celle du 4/1ass="nu96 une modt duees lsont des, 48Cimade a ase Tre">32m" id= arsoumis ner que le mpaêmr l’osment en Aexart,este ouvsont mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footnoli>
  • 31 BDIC F delta 2149/1197, courriers du 4/12/73 et F det mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de ass="footn/li>
  • 32 Centre de recherche et t mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de 33ss="sitnes">
  • 33 Courrier du 29 octobre 1973 (BDIC, F delta 2149/1151). Courri)"num">24/n> De mêmmnalitésavec auggtsiés vref=" ccaider
  • t ée, 3les réfugiés s4i> de le 34ootn/li>
  • 34 La Cimade sur les réfugiés, relayée par l’Église réform27 Courriet mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de 3e,(...)tn/li>
  • 35 Bilan d’octobre 1973t mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de 3t 149/1tn/li>
  • 36 Courrier t mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de 3n BDICtnelta 2149/1156.
  • P dosr couvrir149/bre 1visrépression fr cen)
  • de ent38ootnNl2dans le
  • 33 Courrier duRevuhomme,umberésenAcn> 1986, ance,made obtient le-d’appel a4,rte lta 21ue14"a brutalité désenAcôle ean class="nuspan>(s)ande d ?1986, rm27 Courriet mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de 3grs39/1tn/lLtion tueil uuoctobre Courr206e, out73-1e coétrathréf> de pbrv41.)tn/e même, en févrt mis"DES RÉFU clasba clgaccueS RÉFUFréfugiSymbol le SSAE de 4 le42ootn/lF brutalité7, b> ronfugié(66entinecords is upés » s, 64, st, aveienquelpis, r)sstanor lient 82 inroport,lipan> si>36 de 4t (43.)fo/e même, e 1986, ce sy, dsi>té751 (2et ot " id="
  • Acheter

    Volume papier

    Chargement

    Unavailable