Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

La Cimade, l’Indochine et ses réfugiés (1969-1979)

Hugues Tertrais

Texte intégral

  • 1 Les autres le seront à partir des années 2038, 2040, 2042, 2045…

1Dans le contexte évolutif de l’Indochine en fin de guerre et passant au communisme, la Cimade apparaît tout à la fois au cœur de sa mission d’origine – « solidarité active avec ceux qui souffrent, qui sont opprimés et exploités » – et confrontée à la mise à l’épreuve de celle-ci, dans une action militante qui n’hésite pas, en fin de période, à aller à contre-courant. Les quelque 35 cartons qui lui sont consacrés, dont un peu plus de la moitié communicable1, donnent en effet à voir et à comprendre un engagement fort contre la pauvreté et avec les réfugiés, quels qu’ils soient. Dans un moment où l’objet même de son action change de signification politique, dans une période de révolution et de retournement idéologique, au niveau national comme international, elle manifeste une notable capacité à « garder le cap » : la prise en compte des dernières années de la guerre elle-même permet de s’en rendre mieux compte.

LA CIMADE DANS SA MISSION : LES ANNÉES DE GUERRE EN INDOCHINE ET DE SOLIDARITÉ ACTIVE AVEC SES VICTIMES

  • 2 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Archives de la Cimade, F delta (...)

2À la fin des années 1960 et au début des années 1970, au plus fort de l’engagement américain au Vietnam, qui dépasse en nombre d’hommes et tonnage d’armement tout ce que l’on a pu faire depuis, la Cimade s’implique pour des raisons humanitaires dans le mouvement anti-guerre et pour la paix au Vietnam. Les premiers engagements apparaissent presque symboliques, mais ils tracent une ligne : elle participe ainsi en décembre 1967 à la fondation de l’APPEL, qui fait tout de suite de l’aide aux enfants victimes de la guerre, au Nord comme au Sud-Vietnam, une cause prioritaire. Son vice-président Pierre Bruneton, engagé au sein de la Fédération protestante de France comme de la Cimade, par ailleurs directeur-général de l’Air Liquide, est présent dans le comité d’honneur de l’ONG, qui regroupe treize personnalités dont le professeur Robert Debré2. Le tournant du « Têt » 1968, qui produit une vive émotion internationale, élargit la perspective : cette offensive révolutionnaire dans les villes du Sud, lancée le 31 janvier dans la nuit du nouvel an traditionnel, et dont les premiers coups de feu se confondent avec le bruit des pétards, fait basculer la situation.

  • 3 BDIC, F delta 2149/1236. « Participation à l’opération “Un bateau pour le Vietnam” : correspondanc (...)
  • 4 Word Council of Churches, qui regroupe à Genève près de 350 entités de toutes dimensions.
  • 5 BDIC, F delta 2149/1236. Rapport Cimade, juillet 1969.
  • 6 BDIC, F delta 2149/1236. Courrier Wagner, 17 décembre 1969.
  • 7 BDIC, F delta 2149/1237. « Vietnam, relations et actions diverses ».

3Les initiatives s’enchaînent et la Cimade est présente, signataire de l’appel « Un bateau pour le Vietnam », en février 1968, et autres « Un milliard pour le Vietnam ». Concrètement, les organisations humanitaires, politiques et syndicales auxquelles elle se mêle se mobilisent pour collecter de l’argent et des produits immédiatement utilisables – vélos, médicaments, étoffes, produits alimentaires3. Mais elle y apporte sa propre touche, privilégiant l’engagement direct et n’y allant jamais seule : à l’appel « Un bateau pour le Vietnam », elle participe via le Conseil œcuménique des Eglises4 et avec diverses organisations de gauche ; mais elle y amène ses compétences propres, bien placée par ses réseaux pour certaines séquences de l’action – l’obtention par exemple des détaxes nécessaires à la réussite d’« Un bateau pour le Vietnam ». L’accent est donc notamment mis sur les enfants, dans des engagements de principe mais aussi concrets, à dimension culturelle et médicale : au début de l’été 1969, elle prend en charge l’initiation au français d’enfants vietnamiens hospitalisés5. Michel Wagner, secrétaire général, accepte de participer en décembre au comité de parrainage de la campagne « Des cahiers pour les écoliers du Vietnam6 ». Des équipements médicaux sont fournis, en liaison avec l’association médicale franco-vietnamienne, dont la Cimade est proche. Elle ne s’interdit cependant pas le symbolique quand, le 7 février 1970, elle offre sa participation à une « offensive sanitaire pour le Têt 707 ».

  • 8 BDIC, F delta 2149/1236. « Colloque du COE sur le Vietnam de novembre 1969 : dossier préparatoire  (...)

4Assez vite, enfin, les responsables de la Cimade anticipent la fin du conflit – les négociations de paix se déroulent à Paris – et réfléchissent à leur éventuelle participation à la reconstruction du Vietnam, toujours avec le Conseil œcuménique des Eglises8 et un affichage confessionnel, avec des catholiques progressistes comme le journaliste Bernard Schreiner ou, à l’initiative de l’ethnologue Mariel Jean-Brunhes Delamarre, la communauté vietnamienne, dirigée à Paris par le Père Nguyen Dinh Thi. La Cimade participe ainsi, du 21 au 23 mai 1971 à Paris, à l’« Assemblée internationale des chrétiens solidaires de l’Indochine » – une seconde réunion se tiendra du 7 au 9 octobre 1972 à Québec. L’accord de Paris sur le Vietnam de janvier 1973, prévoyant un cessez-le-feu et une solution politique au Sud-Vietnam, constitue un tournant pour la Cimade : alors que nombre d’énergies militantes « raccrochent », tant le soulagement produit par l’accord est profond dans l’opinion internationale, elle-même reste mobilisée et ne paraît pas craindre l’engagement politique.

  • 9 Le Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud-Vietnam (GRP) est, au même titr (...)
  • 10 Communauté vietnamienne, Saigon : un régime en question. Les prisonniers politiques, Paris, Sudest (...)

5L’année 1973 donne le rythme. Dans la continuité d’une campagne menée depuis 1972 avec le Conseil œcuménique des Églises, elle participe en avril à la fourniture d’aide médicale au Nord-Vietnam et à la zone GRP du Sud9. Le même mois, elle participe à Paris à une Conférence internationale pour la libération des prisonniers politiques au Sud-Vietnam, qui en évalue le nombre à 200 00010. En octobre, le pasteur Georges Casalis et le père François Biot se rendent à Hanoi pour y conduire une enquête sur les besoins médicaux du Vietnam. En novembre, du 1 er au 4, ils sont à la troisième « Assemblée internationale des chrétiens solidaires de l’Indochine », alors qu’une opération de fourniture de médicaments est menée en direction du Laos, où la situation post-guerre est comparable à celle du Vietnam. La Cimade soutient parallèlement la série d’actions engagée en avril en faveur des prisonniers du régime de Saigon, qui se poursuivront jusqu’en 1975.

  • 11 BDIC, F delta 2149/1237. « Correspondances, notes, rapports ».

6Peut-on parler alors, sur le dossier indochinois, d’un tournant politique pour la Cimade ? Formellement non, puisqu’elle apparaît toujours dans sa mission de « solidarité active avec ceux qui souffrent ». Mais la correspondance figurant dans ses archives montre une attention continue pour la situation politique au Vietnam, notamment du côté « révolutionnaire » : la Cimade a pu se rapprocher des délégations présentes à Paris pour les longues négociations de paix, entretenant de bonnes relations avec celles de la République démocratique du Vietnam (Mai Van Bo) et du GRP (Pham Van Ba). En revanche, et sans surprise, si elle ne semble pas avoir d’entrées auprès de la résistance khmère rouge au Cambodge, elle entretient des relations détestables avec le ministère cambodgien des Affaires étrangères (Phnom Penh), qu’elle accuse d’avoir détourné quelque 200 000 dollars11. À la différence du Vietnam et du Laos, on le sait, aucun cessez-le-feu n’a pu être envisagé pour ce dernier pays.

UN ENGAGEMENT MAINTENU AU TOURNANT DE 1975

  • 12 Indépendamment de l’évaluation qui peut être faite de l’autonomie de la résistance communiste au S (...)

7Les événements de mars-avril 1975 au Vietnam, qui mettent, dans une scénographie imprévue, un terme au plus long conflit que le monde ait connu depuis 1945, suscitent une nouvelle émotion internationale. Dans le Centre Vietnam, troupes et populations affolées à la fois par la menace de l’ennemi communiste (nord-vietnamien/vietcong)12 et par l’apparente démission de leur propre État (sud-vietnamien) offrent un spectacle de panique et de détresse qui appelle lui-même l’intervention l’humanitaire. A Danang, en particulier, les foules se pressant en désordre en ville et à l’aéroport en suggèrent l’urgence. Dans la logique de son engagement post-accord de Paris, la Cimade se trouve, avec les milieux chrétiens progressistes, en première ligne.

  • 13 Le premier responsable de la Communauté vietnamienne de Paris, la seconde religieuse auxiliatrice (...)
  • 14 BDIC, F delta 2149/1238. Les archives de la Cimade parlent de 30 à 46 tonnes : « Fraternité Vietna (...)

8À partir de la France, soutenue par (« en liaison avec ») la Cimade, qui à nouveau accompagne sans être pour autant à l’initiative, une spectaculaire opération humanitaire s’ébranle en avril 1975 : Fraternité Vietnam SOS, dont l’initiative paraît revenir à la communauté vietnamienne de Paris et dont les principaux partenaires – dont le Secours populaire français – se situent très à gauche de l’échiquier politique national, et se présentant comme une réponse à la débâcle du Centre Vietnam. Les opérations se succèdent en cascade. La plus spectaculaire, « Un avion pour Danang », programme le remplissage d’un aéronef de médicaments et de produits de première nécessité, laitiers en particulier, en direction de cette agglomération à la dérive. Forts de moyens logistiques sans doute mis à la disposition des organisateurs par la France, l’avion décolle le 8 avril pour Vientiane, capitale du Laos, puis pour Danang, déjà « libérée » de l’autorité sud-vietnamienne. Les organisateurs du vol ont dû convaincre les autorités de Hanoi de la légitimité de ce transport : le vol hasardeux d’un petit avion au dessus de la chaîne annamitique, transportant de Vientiane à Hanoi le RP Nguyen Dinh Thi et sour Françoise Vandermeersch13, permit de l’obtenir. L’avion-cargo, transportant une quarantaine de tonnes de produits, alimentaires mais aussi médicaux, que pour l’essentiel les réseaux de la Cimade avaient permis de rassembler14, accompagné aussi de quelques journalistes français, dont l’envoyé spécial du Monde Jacques Decornoy, arrive enfin à destination.

  • 15 BDIC, F delta 2149/1237. Document des dossiers de la Cimade.

9Alors que le sort de Saigon est à son tour suspendu à la décision de Hanoi d’attaquer ou non, et que la diplomatie française anime à l’échelle planétaire une ultime tentative de faire respecter l’esprit de l’accord de Paris – un gouvernement de coalition à Saigon, que le général – président Nguyen Van Thieu, qui n’en voulait pas, vient de quitter pour Taiwan après avoir démissionné – , une autre opération humanitaire d’urgence suit : l’opération « Cent jours d’avance pour le Vietnam » est lancée le 22 avril 1975, mobilisant quatre organisations – la Cimade, le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD), le Secours catholique et Fraternité Vietnam, que la communauté vietnamienne vient de constituer. L’objectif est cette fois de trouver dix mille tonnes de riz et autres aliments, un million de mètres de tissu et cent tonnes de médicaments. Mais l’évolution de la situation au Vietnam, où l’armée populaire entre le 30 avril à Saigon, empêchera la réalisation de l’opération. Passé le 30 avril 1975, « chute » ou « libération » de Saigon selon les camps, car la perception de l’événement a été brutale, la problématique change : il en était question depuis quelques années, l’humanitaire passe à la perspective de reconstruction – on ne parle guère encore de « rééducation » ou de droits de l’homme et la cause vietnamienne reste populaire dans les milieux progressistes occidentaux. En décembre 1975 (du 15 au 17), une « Assemblée internationale pour le pansement des blessures de la guerre et pour la reconstruction » du Vietnam se réunit à Paris. La Cimade compte parmi les organisations participantes, au nombre de quatre-vingt-dix et venues de quinze pays, si l’on en croit le Courrier du Vietnam15.

  • 16 BDIC, F delta 2149/1237. « Vietnam, relations et actions diverses, correspondance, conférence de p (...)

10La Cimade maintient à partir de là une présence moins visible mais réelle. En décembre 1975, fidèle aux interventions à caractère médical, elle intervient en aide à la construction d’une animalerie pour l’Institut d’hygiène et d’épidémiologie de Hanoi. Elle s’associe aussi à des actions symboliques, mais sans lendemain : « Un train pour le Vietnam », route de l’unité, dans un pays dont la division demeure la plaie. Elle correspond aussi avec la gauche communiste française, notamment sur l’angle médical du dossier, comme elle le fait depuis 1973 avec le docteur Carpentier ; également avec le Comité de coopération scientifique et technique, qui regroupe des savants proches du Parti communiste français autour de Henri Van Regemorter-mais aussi avec la gauche démocrate américaine et le sénateur McGovern, en 1975 et 197616. En revanche, la discrétion reste de mise sur le Cambodge, où le pouvoir khmer rouge a vidé les villes et institué une sorte de communisme agrarien qui va se révéler tragiquement couteux en vies humaines. Dans l’immédiat, sans s’impliquer sur le dossier, elle maintient une attitude dénuée de toute suspicion à l’égard du Vietnam : elle affecte même un don de 15 000 dollars à l’aide des Cambodgiens réfugiés sur son sol.

FIDÉLITÉ À CONTRE COURANT

  • 17 Les campagnes de mobilisation en faveur de départ vers les « régions économiques nouvelles » ne co (...)

11Les réfugiés ne se pressent pas tout de suite en nombre pour fuir le sol vietnamien. Ceux de 1975, avant ou après le 30 avril, pas encore très nombreux, ressortent de catégories malheureusement cohérentes avec cette fin de guerre, à forte tonalité révolutionnaire : des officiers de l’armée de Saigon avec éventuellement leurs familles, s’ils ne les avaient pas évacuées plus tôt, des collaborateurs petits ou grands du dispositif américain resté sur place, lui – même estimé – mais cela faisait polémique – à plusieurs milliers d’hommes, quelques riches familles aussi, bien sûr, et tous ceux qui, craignant le « bain de sang » annoncé et le peuvent, décident de s’éloigner. Dans un Saigon surpeuplé, rebaptisé Ho Chi Minh – Ville, les choses se passent pourtant dans un calme apparent. Pour beaucoup néanmoins, les déconvenues se présentent vite : « rééducation » plus ou moins longue, plus ou moins contraignante, pour tous ceux qui avaient eu à voir avec l’armée ou l’administration du régime vaincu ; vaine tentative des nouvelles autorités de pousser vers les campagnes les nombreux citadins sans emplois17 – eux – mêmes parfois réfugiés des régions rurales dans les mois précédents ; premières mesures d’étatisation du commerce privé ; incertitudes politiques... Pour qui a vécu la transition sur place, il est clair que, si état de grâce il y a eu, il sera resté de courte durée : à l’automne 1975, il y a peut – être à Saigon un million de mécontents qui rêvent de l’étranger – sur une agglomération sans doute alors trois fois plus nombreuse.

  • 18 Les statistiques disponibles laissent imaginer qu’une proportion élevée de Vietnamiens d’origine c (...)

12Comparé à ce qui se passera ensuite, les premiers chiffres de réfugiés dont a connaissance la Cimade ne sont pas encore gigantesques, mais ils attestent d’un phénomène nouveau, peut-être catégoriel18 mais néanmoins populaire et massif. L’accroissement du nombre de réfugiés est vite spectaculaire : 11 306 en 1976, 24 662 fin avril 1977, soit deux ans après la chute du régime ; 45 437 fin 1977, dont 34 % de « boat people ». L’« Indochine rouge » fait eau de toute part : du Laos, 23 000 réfugiés franchissent en 1977 la frontière du Mékong en direction de la Thaïlande ; du Cambodge, plus difficile à fuir sous le régime Khmer rouge, les réfugiés proportionnellement encore moins nombreux rapportent des images terrifiantes – la gauche française se désolidarise progressivement du Kampuchéa démocratique, les socialistes en 1976, les communistes en 1977.

  • 19 Donnée du HCR, reprise dans Tertrais Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990, Paris, Autr (...)
  • 20 Sur ce chiffre sont décomptés 16 072 Vietnamiens, 16 594 Cambodgiens et 13 354 ressortissants du L (...)

13Au-delà, c’est la crise, et pas seulement humanitaire : les tensions régionales prennent un caractère inquiétant et se traduisent par une violence nouvelle, armée, entre communistes – combattants « khmers rouges » contre armée populaire du Vietnam, soldats de Hanoi contre ceux de Pékin... La crise humanitaire culmine en 1979, comme la crise politico-militaire elle-même, marquée cette année-là par le double conflit armé, conflit en quelque sorte triangulaire dans lequel s’entrechoquent Cambodge, Vietnam et Chine. Le nombre de réfugiés atteint 118 492 en 1978, dont 75 % de « boat people », 393 562 en 1979 dont 52 % par la mer, redescendant à 168 151 en 1980, dont 45 % par bateaux. La Cimade, comme les autres organisations humanitaires, enregistre les chiffres-cet autre calcul, par exemple, émanant du HCR et qui évalue à 311 426 le nombre de « boat people » vietnamien pour la période 1975-197919. En 1980, les réfugiés politiques d’Asie sont estimés à 47 57120, ce qui en fait le second « réservoir » après l’Europe, qui en compte alors 85 985. Que faire ? Son devoir humanitaire, bien sûr…

  • 21 Jean Sainteny est l’auteur d’Histoire d’une paix manquée, Indochine 1945-1947, Paris, Amiot Dumont (...)
  • 22 BDIC, F delta 2149/2430. « Comité national d’entraide franco-vietnamien, franco-cambodgien, franco (...)

14Comme dans la période de fin de guerre, la Cimade se mobilise, mais n’agit pas seule et, dans les réseaux constitués pour l’occasion, semble s’attacher à spécialiser son intervention, à trouver son « créneau ». Elle est ainsi présente dans le (très officiel) Comité national d’entraide, constitué en juillet 1975 par Jean Sainteny, éminente figure présente à Hanoi dans les moments difficiles et délicats que la France y a connus, en 1945 et 1954, et présidé par Jean-Jacques Beucler, figure du milieu ancien combattant21. Elle siège également dans le pool des associations qui gèrent l’accueil et se réunissent périodiquement en comité de liaison (qui compte aussi le Secours catholique, la Croix-Rouge, le Comité national d’entraide, France Terre d’asile...), qui se réunit lui-même souvent dans ses propres locaux22.

  • 23 « Apostrophes », Antenne 2, avril 1975. Soljenitsyne a publié l’année précédente en français L’arc (...)
  • 24 Glucksmann André, La Cuisinière et le mangeur d’hommes, essai sur l’État, le marxisme, les camps d (...)

15Pour l’accueil de ces réfugiés – il est bien question de « réfugiés politiques » – la Cimade trouve en quelque sorte sa « fonction », ou sa spécialité, où l’on retrouve l’attention qu’elle porte à la culture – en l’occurrence à la langue. Dès 1976 en effet, cinq associations (dont France Terre d’asile, le Secours catholique et elle-même) signent un protocole pour diversifier leurs interventions. La Cimade se charge de la gestion et de la distribution des « bons de cours de français », pour lesquels plusieurs centaines de demandes sont enregistrées chaque mois, 20 à 25 % étant honorés des fameux « bons » : les bénéficiaires sont alors répartis dans des centres d’apprentissage de langue, la plupart du temps en milieu ouvert, dans le cadre de l’Alliance française ou en centres d’hébergement. Ce dispositif, si l’on ose dire de temps de paix, est bientôt confronté à la crise politico – humanitaire décrite plus haut et qui culmine en 1978-1979. D’une manière inédite, mais dont la situation indochinoise n’est pas seule responsable, cette crise s’accompagne – ou fait partie – d’un profond basculement d’opinion à l’égard du communisme et d’un certain « progressisme ». En pleine débâcle du régime de Saigon, en avril 1975, Soljenitsyne, exclu d’Union soviétique en 1974 ne prophétisait-il pas que, bientôt, « tout le Vietnam sera transformé en camp de concentration23 » ? L’historiographie se met aux goûts du jour dans les années suivantes, avec André Glucksmann, Gérard Chaliand ou Bernard-Henry Lévy24.

  • 25 BDIC, F delta 2149/1237. « Vietnam, relations et actions diverses, correspondance, conférence de p (...)
  • 26 Ibid.

16Ce qui est connu de l’Indochine communiste à l’extérieur va dans le même sens et nourrit le débat idéologique, détruisant au passage, par pans entiers, ce qui donnait son contenu à la solidarité avec la résistance indochinoise : la « rééducation » et, en 1978, l’affaire des prisonniers politiques au Vietnam (pas les mêmes qu’en 1974 !), la rumeur croissante et terrifiante des réfugiés du Cambodge, la crise de « boat people », la déchirure de l’Indochine révolutionnaire fin décembre 1977, l’affrontement armé sino-vietnamien… « Tiers monde années zéro », titre dans Le Monde un billet de Jean Chesneaux, universitaire, il y a encore peu à la tête du Front solidarité Indochine. Les humanitaires eux-mêmes, bousculés par une telle actualité, se « retournent » : les mots mêmes des opérations de solidarité de la fin des années 1960 et du début des années 1970 sont repris, « à l’envers » en quelque sorte, comme « Un bateau pour le Vietnam » en 1979, dix après le précédent… Mais la Cimade « ne hurle pas avec les loups », même au sommet de la crise humanitaire de 1978-1979 et garde toujours ses distances. L’organisation conserve ainsi les mêmes partenaires qu’au moment de la fin de la guerre, participant notamment, du 11 au 13 avril 1978 à Zurich, à la 2e « Assemblée internationale pour le pansement des blessures de la guerre et la reconstruction du Vietnam25 ». Elle prend également ses distances en juin 1978 avec ceux qui dénoncent alors « Le goulag vietnamien ». Quant au nouveau « bateau pour le Vietnam », Roby Bois, alors secrétaire général et qui s’est rendu au Vietnam après 1975, se demande explicitement « si c’est le meilleur moyen » de faire face à la crise des réfugiés, parlant même d’une affaire « pas très claire à mes yeux26 ». Profondément inquiète mais forte de son expertise, la Cimade ne renonce pas à aller plus loin pour chercher une solution à la crise des réfugiés du Sud-Est asiatique : dans une déclaration du 28 juin 1979, elle se prononce en faveur de la recherche d’une solution sur place. En attendant, elle reçoit chaque année quelque 5 000 réfugiés politiques de 65 pays et a déjà demandé au Président de la République, Valérie Giscard d’Estaing, d’augmenter les quotas, à 1 000 par mois. La Conférence réunie en juillet 1979 à Genève sur les réfugiés d’Indochine ira dans ce sens, contribuant à un certain retour au calme.

17Au total, sur la période et sur le champ, la Cimade maintient un engagement clair, dans un sens « progressiste », mais qui ne fait pas le tri parmi les réfugiés politiques, accueillis de quelque bord qu’ils viennent, avec cependant la volonté d’aller à la source des problèmes et, bien sûr toujours, de ne pas y aller seul. Témoin des détresses indochinoises – les lettres reçues en témoignent – et du basculement idéologique des années 1970, la Cimade fait ainsi, à la fois, preuve de continuité et de beaucoup de discrétion comme de dignité dans la tourmente.

Notes

1 Les autres le seront à partir des années 2038, 2040, 2042, 2045…

2 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Archives de la Cimade, F delta 2149/1236. « Enfants victimes de la guerre (APPEL) : bulletins, statuts, budget, planches de photographies ».

3 BDIC, F delta 2149/1236. « Participation à l’opération “Un bateau pour le Vietnam” : correspondances, notes, rapports ».

4 Word Council of Churches, qui regroupe à Genève près de 350 entités de toutes dimensions.

5 BDIC, F delta 2149/1236. Rapport Cimade, juillet 1969.

6 BDIC, F delta 2149/1236. Courrier Wagner, 17 décembre 1969.

7 BDIC, F delta 2149/1237. « Vietnam, relations et actions diverses ».

8 BDIC, F delta 2149/1236. « Colloque du COE sur le Vietnam de novembre 1969 : dossier préparatoire ».

9 Le Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud-Vietnam (GRP) est, au même titre que le gouvernement de la République du Vietnam (Saigon), signataire de l’accord de Paris du 27 janvier 1973.

10 Communauté vietnamienne, Saigon : un régime en question. Les prisonniers politiques, Paris, Sudestasie, 1974.

11 BDIC, F delta 2149/1237. « Correspondances, notes, rapports ».

12 Indépendamment de l’évaluation qui peut être faite de l’autonomie de la résistance communiste au Sud, par rapport au Nord-Vietnam, l’expression « vietcong », contraction littérale de « communistes vietnamiens », la désigne traditionnellement.

13 Le premier responsable de la Communauté vietnamienne de Paris, la seconde religieuse auxiliatrice et directrice de la revue Échanges.

14 BDIC, F delta 2149/1238. Les archives de la Cimade parlent de 30 à 46 tonnes : « Fraternité Vietnam ».

15 BDIC, F delta 2149/1237. Document des dossiers de la Cimade.

16 BDIC, F delta 2149/1237. « Vietnam, relations et actions diverses, correspondance, conférence de presse, appels, campagnes ».

17 Les campagnes de mobilisation en faveur de départ vers les « régions économiques nouvelles » ne connaissent pas de succès durable.

18 Les statistiques disponibles laissent imaginer qu’une proportion élevée de Vietnamiens d’origine chinoise figure parmi les premiers réfugiés.

19 Donnée du HCR, reprise dans Tertrais Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990, Paris, Autrement, 2004, p. 53.

20 Sur ce chiffre sont décomptés 16 072 Vietnamiens, 16 594 Cambodgiens et 13 354 ressortissants du Laos. BDIC, F delta 2149. « Accueil des réfugiés du Sud-Est asiatique : comptes rendus de réunions, notes, bilans, correspondance ».

21 Jean Sainteny est l’auteur d’Histoire d’une paix manquée, Indochine 1945-1947, Paris, Amiot Dumont, 1953, et Jean-Jacques Beucler de Quatre années chez les Viets, Paris, Lettres du monde, 1977.

22 BDIC, F delta 2149/2430. « Comité national d’entraide franco-vietnamien, franco-cambodgien, franco-laotien : Participation. Rapports, comptes rendus de réunion, correspondance ».

23 « Apostrophes », Antenne 2, avril 1975. Soljenitsyne a publié l’année précédente en français L’archipel du Goulag.

24 Glucksmann André, La Cuisinière et le mangeur d’hommes, essai sur l’État, le marxisme, les camps de concentration, Paris, Seuil, coll. « Combats », Chaliand Gérard, Mythes révolutionnaires du tiers-monde, Paris, Seuil, 1976 ; Lévy Bernard-Henri, La barbarie à visage humain, Paris, Grasset, 1977.

25 BDIC, F delta 2149/1237. « Vietnam, relations et actions diverses, correspondance, conférence de presse, appels, campagnes ».

26 Ibid.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable