Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

La Cimade face à l’accueil des exilés grecs en France (1967-1974)

Vasiliki Kilekli

Texte intégral

  • 1 Kilekli Vasiliki, Les Grecs en France pendant la junte des colonels (1967-1974). Émigration politi (...)
  • 2 Mentionnons que pour une grande partie des archives de la Cimade, il n’était pas toujours aisé d’i (...)
  • 3 Les travaux universitaires que nous avons identifiés sur certains aspects de l’émigration politiqu (...)

1Le présent article fait partie d’une recherche plus large dans le cadre d’une thèse de doctorat sur les exilés grecs en France et la lutte antidictatoriale1. Il vise à examiner à travers l’exemple des exilés grecs en France le soutien multidimensionnel de la Cimade en réponse aux divers problèmes d’installation des exilés grecs, ainsi que les réseaux à travers lesquels elle a pu assurer cette aide. Notre travail est basé notamment sur les archives de la Cimade2 et les archives du Haut-Commissariat pour les réfugiés à Genève, mais aussi sur les archives du Quai d’Orsay, les archives nationales à Fontainebleau, les périodiques de la Bibliothèque Nationale de France en particulier les publications antidictatoriales, ainsi que sur les entretiens réalisés avec des opposants du régime des colonels. Il s’agit de matériels archivistiques exploités pour certains pour la première fois, absents des références présentées dans la bibliographie grecque et française des travaux sur l’émigration politique grecque pendant la junte des colonels3. Dans la première partie de cet article nous allons développer brièvement le contexte historique de l’émigration grecque en France, le profil des exilés grecs et les problèmes qu’ils ont rencontrés dans leur parcours d’installation sur le territoire français. Dans notre deuxième partie, nous allons étudier la politique de la Cimade à l’égard des exilés grecs en se penchant sur les trois types d’aide que l’association leur a offert : l’assistance matérielle directe, l’assistance matérielle indirecte et l’assistance politique.

LA FRANCE COMME TERRE D’ACCUEIL DES EXILÉS GRECS

  • 4 La bibliographie sur le coup d’État en Grèce et l’histoire de la dictature se trouve principalemen (...)
  • 5 Kilekli V., op. cit., p. 56-63.
  • 6 Tous ces pays apparaissent dans les archives du Haut-Commissariat pour les Réfugiés (ciaprès AHCR) (...)
  • 7 Un nombre assez important de travaux existent à ce jour sur la présence grecque en France d’où la (...)
  • 8 Selon les archives de la Cimade, la moitié parmi les Grecs qui ont choisi volontairement la France (...)
  • 9 Pour plus d’informations sur l’influence culturelle française en Grèce, voir la thèse de Flitouris (...)
  • 10 Entretien avec Dimitris Psychoyos, Athènes, septembre 2006. L’universitaire grec Dimitris Psychoyo (...)
  • 11 Ory Pascal, « Paris, lieu de création et de légitimation internationales », in Le Paris des étrang (...)
  • 12 Entretien avec Hélène Antoniadis-Bibicou, Paris, mars 2006. Hélène Antoniadis, universitaire, arri (...)
  • 13 Bibliothèque Nationale de France (BNF), Athènes-Presse Libre, n° 181, 18 septembre 1971.
  • 14 BDIC, F delta 2149. Paludan Anne, Problèmes des réfugiés et des exilés en Europe, Fonds internatio (...)
  • 15 Le peu d’éléments que nous avons repéré dans un grand nombre d’archives concernant le reste de la (...)

2Le 21 avril 1967, sous prétexte de la menace communiste et avec l’aide des forces armées, un groupe de militaires ambitieux s’est emparé du pouvoir en Grèce, instaurant une dictature qui durera sept ans4. Le coup d’État des colonels est suivi d’une politique de suppression de toute liberté et de répression de toute contestation du régime. La menace d’une arrestation, la censure, la marginalisation sociale ou professionnelle, la guerre psychologique exercée par les autorités ou la volonté d’agir contre la junte depuis l’étranger ont conduit un grand nombre d’opposants grecs à chercher refuge dans les pays européens5 tels l’Autriche, l’Angleterre, l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas, la Suisse ou la France6. On sait que la capitale française a attiré une grande partie de cette émigration politique7. De multiples raisons expliquent cet état de fait. Les attaches familiales ou amicales sur place8, les affinités culturelles9, l’image révolutionnaire de la France à la suite des événements de mai 196810, la notoriété de Paris dans les domaines des arts, des lettres et des sciences11 ainsi que la réputation de la France comme terre d’accueil par excellence12, expliquent qu’un millier de Grecs environ13 – parmi les dix mille qui ont pris le chemin de l’exil14 – se sont installés à Paris15.

  • 16 Pour retracer le profil de l’exilé grec en France nous nous sommes notamment basés sur l’étude de (...)
  • 17 Le régime militaire a établi des listes de personnes, considérées comme des ennemis de la nation, (...)
  • 18 BDIC, F delta 2149/2436. Étude de la totalité des dossiers grecs. Résumé, 15 mars 1971.
  • 19 Noiriel Gérard, Le Creuset français, histoire de l’immigration (xixe-xxesiècle), Paris, Seuil, réé (...)
  • 20 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Exposé des motifs par M. Pohler.
  • 21 La Convention de Genève prévoyait deux restrictions possibles : dans le temps, en justifiant la pe (...)
  • 22 Les réfugiés ont le droit de séjourner et de voyager partout à l’exception de leur pays d’origine.
  • 23 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 1. Interoffice Mémorandum, 17 octobre 1967, demande d’asile par des (...)

3Si nous retraçons le profil des exilés grecs en France pendant la junte des colonels, nous nous apercevons qu’ils appartenaient aux tendances politiques les plus diverses, mais qu’ils étaient surtout des partisans de la gauche. Dans leur écrasante majorité, il s’agissait d’intellectuels ou de personnes exerçant une profession libérale (écrivains, journalistes, artistes, étudiants, etc.) appartenant plutôt à la classe moyenne et supérieure16. Pour un grand nombre d’exilés grecs, l’installation en France n’était pas anodine puisqu’ils devaient affronter de nombreuses difficultés. Tout d’abord, les représailles économiques prises à leur encontre par le régime militaire ont fait que, parfois, même les personnes aisées se trouvaient en France privées de toute ressource17. Par ailleurs, l’âge avancé de certains exilés, les expériences douloureuses parfois vécues sous la dictature des colonels ou encore les problèmes d’adaptation à une société étrangère ont eu des conséquences alarmantes sur l’état de santé de certains d’entre eux18. De plus, une grande partie des exilés grecs rencontrait des difficultés importantes dans leur recherche d’emploi ou subissait un déclassement professionnel. Cela était dû au protectionnisme français qui réservait un groupe de métiers aux diplômés des universités françaises19, mais aussi aux entraves linguistiques, étant donné que pour les intellectuels la langue était le principal outil de travail20. Enfin, le problème le plus important concernait la régularisation de leur séjour sur le territoire français. Jusqu’à la ratification de la Convention de Bellagio par la France en 1971, les exilés grecs ne pouvaient pas être reconnus comme réfugiés au titre de la convention de Genève de 1951, puisque selon cette dernière, seules les personnes persécutées pour des événements antérieurs à 1951 avaient accès à ce statut21. L’écrasante majorité des exilés grecs ne désirait d’ailleurs pas bénéficier du statut de réfugié, ne souhaitant pas renoncer à leur nationalité d’origine22 et craignant les représailles à l’encontre de leur famille en Grèce23. Cela les conduisait à préférer d’autres statuts juridiques comme celui de touriste, d’étudiant ou d’immigré économique. Bien évidemment, cette situation était très précaire. Ils risquaient à tout moment de faire l’objet d’une procédure d’expulsion à moins qu’ils ne renouvellent leur carte de séjour et de travail et disposent d’un passeport en cours de validité.

  • 24 Legoux Luc, La Crise de l’asile politique en France, Paris, Centre français sur la population et l (...)
  • 25 Archives Nationales (AN), 0019980547, 2 avril 1971 et Archives du ministère français des Affaires (...)
  • 26 Spire Alexis, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris (...)
  • 27 Pour l’action du Conseil de l’Europe voir plus bas.
  • 28 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Exposé des motifs par M. Pohler.
  • 29 Soulignons que sur l’échiquier international, les pays nordiques furent les opposants les plus fer (...)
  • 30 Les mots d’Helena Scob à propos de l’entraide parmi les Grecs illustrent cette situation : « Une s (...)
  • 31 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Mémorandum, Neuilly, 24/05/71.
  • 32 Hélène Antoniadis se rappelle qu’à la Noël 1967, le Secours Populaire a versé un énorme montant au (...)
  • 33 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Mémorandum, Neuilly, 24 mai 1971.

4Le contexte des années soixante était en général favorable aux réfugiés, ce qui prit fin en 1974 avec la fermeture des frontières24. Les autorités françaises ont en effet appliqué une politique assouplie concernant l’attribution des permis de séjour et de travail aux exilés grecs – même faute d’un passeport en cours de validité –25, ce qui était dû en partie au rapprochement culturel important des deux peuples et au degré de reconnaissance élevé de la légitimité de l’exil grec26. A cette politique « bienveillante » des autorités françaises vient s’ajouter la contribution dans le parcours d’installation des exilés grecs de multiples acteurs. Il s’agissait du Conseil de l’Europe27, du Haut Commissariat pour les Réfugiés28, d’autres gouvernements européens29, de la communauté grecque30 ainsi que de diverses associations françaises telles la Cimade, le Secours catholique31, le Secours Populaire32, le Service Social d’Aide aux Emigrants33. La plupart de ces acteurs ont offert une aide multiple aux exilés grecs et ont pris en charge une grande partie du financement lié à leur accueil et leur installation sur le territoire français.

LA CIMADE ET LES EXILÉS GRECS

  • 34 Ce programme a été réalisé grâce au Fonds spécial de la Cimade et de quelques bourses accordées pa (...)
  • 35 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre d’Helena Scob au ministre suédois des Affaires étrangères, novembr (...)
  • 36 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Mémorandum, Neuilly, 24 mai 1971.
  • 37 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre d’André Lew, non datée (page manquante). André Lew était alors sec (...)

5La Cimade a secouru les exilés grecs en France pendant tout le septennat des colonels. Mentionnons que le seul programme français mis en œuvre spécialement au bénéfice des Grecs en exil a été réalisé par la Cimade34. Selon ses archives, l’association a accueilli dans ses bureaux en novembre 1972 environ 600 exilés grecs, un nombre record si on tient compte du fait qu’il s’agissait de presque la moitié de la population exilée en France35. Dans le cadre de ses multiples activités en faveur des exilés, l’association a assisté ces nombreux Grecs de plusieurs façons, n’établissant pas de différence entre ceux qui étaient reconnus comme réfugiés et ceux qui ne l’étaient pas36. Ce fait est à souligner car, comme nous l’avons dit l’écrasante majorité des Grecs étaient des réfugiés de fait et pas des réfugiés au sens juridique. En faisant le bilan de l’aide de la Cimade à l’égard des exilés grecs, le nom d’Helena Scob mérite d’être souligné. Responsable du secteur « réfugiés », elle était également chargée de l’accueil des exilés grecs pendant presque toute la période de la dictature des colonels. À travers les archives de la Cimade, nous discernons la grande compréhension et la sympathie avec lesquelles elle suivait les problèmes des exilés grecs en France ; en contact direct avec beaucoup d’entre eux, elle était très bien informée « de leurs situations, de leurs conditions de vie, de leurs difficultés, et de leurs espoirs d’avenir37 ». Sa correspondance avec des organismes nationaux ou internationaux liés aux problèmes des réfugiés est une preuve incontestable de sa grande compétence et de sa dévotion à la défense de la cause grecque. Sa lettre au Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Prince Sadruddin Aga Khan, rend compte de son implication personnelle :

  • 38 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade au Prince Sadruddin Aga Khan, HautmissaireCommissaire (...)

J’ai en effet reçu de nombreux exilés de tous pays depuis plusieurs années. Mais j’ai rarement été frappée par une dynamique humaine aussi exceptionnelle. Artistes ou intellectuels, dans les conditions de vie plus que précaires mettant à profit leur séjour en France pour parfaire leurs connaissances, se former pour des spécialités qui sont toujours choisies dans des directions qui vont dans le sens de l’aide à leur propre pays quand ils auront la joie d’y retourner. Les femmes, comme les hommes, d’un âge mûr, ont une vitalité intellectuelle qui fait notre admiration, une soif d’études qui les entraîne à renoncer à toute facilité dans le but de servir leur pays en profitant chez nous au maximum de ce qui est possible dans le domaine des études38.

Une assistance matérielle directe

  • 39 Nous supposons que dans le cas des exilés grecs le mot « mouvements » fait allusion aux groupement (...)
  • 40 BDIC, F delta 2149/2277. Fonctionnement du service : correspondances, comptes rendus de réunions, (...)
  • 41 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Exposé des motifs par M. Pohler.
  • 42 BDIC, F delta 2149/2436. Les exilés grecs en France, Rapport du 12 mars 1971.

6La première forme d’aide de la Cimade aux exilés grecs était matérielle. Grâce aux bourses issues de ses différents fonds, la Cimade assista un grand nombre d’entre eux. Ces bourses étaient octroyées en application des principes suivants : priorité à ceux qui se montraient résolus à retourner dans leur pays et à prendre part efficacement à son développement lors du retour à la démocratie, priorité aux animateurs des groupes d’exilés représentatifs des différents mouvements39, aide dans une perspective d’intégration des exilés40. Les archives témoignent de l’assistance offerte aux Grecs, quantitativement modifiée selon les besoins annuels des exilés et les ressources budgétaires de l’association. Étant dans l’impossibilité de comptabiliser le nombre exact de Grecs ayant bénéficié de l’aide de la Cimade pendant la période de la dictature, nous prendrons, à titre d’exemple, l’année 1971 pour laquelle nous avons des sources suffisantes pour tracer un schéma indicatif. Ainsi, comme nous le voyons dans le graphique 1, pour l’année 1971, la Cimade a pu offrir à 44 Grecs, à travers le « fonds grec », des bourses de courte durée d’un montant de 250 à 350 francs par mois41 : il s’agissait de 18 célibataires et de 26 ménages, avec ou sans enfants, soit un total 65 personnes42. Afin de se faire une idée du profil ordinaire des Grecs ayant bénéficié des bourses de la Cimade, il suffit de regarder la façon dont ces bourses ont été reparties aux 44 personnes. Quatorze bourses, dites de « surveillance », ont permis à leurs destinataires d’apprendre le français, de subsister en attendant de trouver un travail et de recevoir une formation leur permettant de trouver un travail. Six bourses ont été attribuées à des malades ou à des personnes incapables de travailler. Cinq bourses ont été allouées à des personnes âgées, ayant fait de longues peines de prison, souvent cardiaques, qui accomplissaient des travaux d’écriture ou de traduction dont le rendement était insuffisant pour vivre. Neuf autres bourses ont été accordées à des étudiants, ayant souvent dépassé la cinquantaine, qui choisissaient de continuer leurs études avec un troisième cycle, ou visaient, à des fins utiles, à parfaire leur niveau de français. Enfin, neuf bourses ont été accordées à des étudiants grecs dans le besoin.

  • 43 Champ : France. Source : BDIC, F delta 2149/2436. Étude de la totalité des dossiers grecs. Résumé, (...)

Graphique 143

  • 44 Ibid.
  • 45 Le service « bourses d’études » au sein de la Cimade a été créé, par exemple, afin d’offrir aux né (...)
  • 46 Nous proposons une explication de cette constatation à la fin de cet article.

7Au-delà du « Fonds grec », la Cimade est venue également en aide aux Grecs grâce à son fonds d’« urgences ». Pour l’année 1971, ce fonds fut un remède momentané pour 62 Grecs. À part une dizaine d’habitués s’adressant presque chaque mois à la Cimade en raison de l’extrême précarité de leur situation, 52 autres personnes ont reçu « une aide immédiate, d’une nécessité absolue » : inscription à la faculté, dettes de loyer, soins médicaux, accouchement, voyage indispensable44. Les bourses que nous avons mentionnées, au total 106, n’étaient pas les seules attribuées aux Grecs pour l’année 1971. Un coup d’œil dans les archives de la Cimade montre que d’autres fonds et services ont également permis d’autres aides de courte ou plus longue durée. Néanmoins, des recherches supplémentaires sont nécessaires afin d’entreprendre une telle analyse. La dévotion avec laquelle la Cimade a géré la question des exilés grecs est aussi évidente dans le graphique 245. Il représente l’aide attribuée par le service des « bourses » de la Cimade aux différentes nationalités de réfugiés en France pendant la période 1971-1973. Selon le tableau, en 1970-1971, les Grecs ont bénéficié de 53 bourses sur un total de 80. En 1971-1972, de 63 sur 100. En 1972-1973, de 75 sur 140. Bien qu’il y eût des réfugiés d’autres nationalités en France (Africains, Portugais, Latino-américains notamment), se partageant le même budget, la Cimade attribuait plus de la moitié de ses bourses annuelles aux exilés grecs.46

  • 47 Champ : France. Source : BDIC, F delta 2149, Bulletin de la Cimade, « 3 000 exilés politiques accu (...)

Graphique 247 : Cimade service « bourses » 1970-1973

Une assistance matérielle indirecte

  • 48 En étudiant une partie de la correspondance du service d’« orientation des étudiants » nous pouvon (...)

8L’aide de la Cimade aux exilés grecs pouvait aussi prendre d’autres formes. Dans une lettre de janvier 1971, le service d’« orientation des étudiants48 » de la Cimade faisait part de sa préoccupation :

  • 49 BDIC, F delta 2149/3059. Lettre du service « orientation des Étudiants » de la Cimade, Paris, 7 ja (...)

Nous sommes bien en peine avec nos étudiants grecs : le Fonds International d’Echanges Universitaires (FIEU) ne nous a accordé aucune bourse nouvelle cette année : nous en avions présenté une cinquantaine [...] Peu de Grecs veulent accepter de demander l’asile politique, ce qui nous permettrait dans bien des cas une autre recherche de bourses. Alors nous essayons de nous débrouiller autrement49.

  • 50 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de Robert Muller au secrétaire général de la Cimade, Michel Wagner (...)
  • 51 BDIC, F delta 2149/3059. Lettre de Mme Babinet du SSMOE à Mme Pellerin de la Cimade, Corbeil, 2 av (...)
  • 52 François Maspero est un écrivain et traducteur français. Il fut le fondateur en 1959 des éditions (...)
  • 53 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à François Maspero, 12 novembre 1971.
  • 54 BDIC, F delta 2149/305. Lettre d’Helena Scob aux laboratoires dentaires de Paris 14e, 11 mars 1970

9À travers cette lettre, nous nous rendons compte qu’une première forme d’aide indirecte apportée par la Cimade aux exilés grecs était la préparation et la soumission de leurs candidatures à des organismes attribuant des bourses d’études ou des aides en général. C’était le cas, par exemple, pour les candidatures adressées au Fonds International d’Echanges Universitaires, au Haut-Commissariat pour les réfugiés50, au Service social d’aide aux émigrants51 etc. Pourtant, comme le signataire de la lettre le souligne, étant donné que cet effort n’était pas toujours couronné de succès en raison du refus des Grecs de demander l’asile, l’association était obligée de rechercher d’autres moyens pour les aider. Ainsi, la Cimade pouvait offrir aux exilés grecs une assistance pour la résolution de toutes sortes de problèmes empêchant leur séjour et leur intégration sur le territoire français. Par exemple, face aux situations de déclassement ou de chômage qui touchaient les exilés grecs, les employés de la Cimade essayaient via leur réseau personnel et professionnel de leur trouver un emploi. Les exemples à mentionner à ce sujet sont innombrables. Notons à titre indicatif le cas d’un écrivain et traducteur grec, spécialiste de littérature russe, pour qui la Cimade s’est même adressée à François Maspero52 pour lui trouver un poste de documentaliste ou classificateur dans une maison d’édition53. Helena Scob a pris également l’initiative de transmettre les candidatures d’exilés grecs, comme par exemple celle d’un chirurgien-dentiste auprès des laboratoires dentaires où elle avait certains contacts. Il s’agissait d’un réfugié installé à Paris, père de deux enfants, dont la Cimade garantissait les qualités professionnelle et morale. Etant donné qu’un chirurgien-dentiste ne pouvait exercer son métier en France, certains corps de métiers étant réservés aux Français, l’association a demandé au responsable des laboratoires d’orienter le candidat sur un poste d’assistant dans un dispensaire ou dans un laboratoire54.

  • 55 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à M. le directeur de la main d’œuvre, Paris, 28 avril (...)
  • 56 BDIC, F delta 2149, dossiers individuels. Lettre d’Helena Scob à l’OFPRA, 23 avril 1973.
  • 57 BDIC, F delta 2149. Bulletin de la Cimade, « 3 000 exilés politiques accueillis d’octobre 1973 à o (...)
  • 58 BDIC, F delta 2149, dossiers individuels. Lettre d’Helena Scob au pasteur Claude Asmussen, directe (...)
  • 59 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade au Dr André Roth, 28 janvier 1972.

10La Cimade pouvait aussi intervenir pour régler des problèmes de régularisation concernant les cartes de séjour et de travail des intéressés. C’est dans ce cadre qu’elle s’est adressée au directeur départemental de la main d’œuvre au sujet du refus de permis de travail d’un candidat grec. Soulignant que la personne en question était un réfugié de fait, l’association mettait l’accent sur ses qualités professionnelles et demandait la révision de la décision prise à son encontre55. Helena Scob s’adressa aussi à l’OFPRA afin de faire avancer les dossiers d’exilés grecs en suspens. A titre d’exemple, dans son courrier du 27 avril 1973, elle tenait à rappeler à l’OFPRA le cas d’un exilé grec dont la preuve de persécution était bien réelle et dont la carte de réfugié tardait à être émise56. L’aide de la Cimade consistait aussi à trouver un logement aux exilés grecs. Dans le Foyer de Massy, lieu d’accueil pour les réfugiés politiques de toute provenance, la Cimade a hébergé un petit nombre de Grecs57. Au delà de cette mise à disposition de logement direct, l’association chercha également d’autres solutions. C’est dans ce cadre là qu’elle adressa une lettre au pasteur d’un foyer religieux louant pendant l’été des chambres à des étudiants de passage à Paris. L’association exprimait son souhait que le foyer puisse disposer d’une ou deux chambres à des prix modiques pour des étudiants exilés. « Un jeune grec très sérieux et sympathique » dont les ressources mensuelles étaient très basses a ainsi été recommandé par la Cimade58. Les responsables de la Cimade se penchaient aussi sur les problèmes de santé des exilés grecs qui, pour certains d’entre eux, semblaient préoccupants. C’était le cas d’une jeune grecque aveugle qui, faute de moyens, ne pouvait pas vérifier si sa cécité était irréversible ou pas, obligeant la Cimade à chercher une solution de traitement via ses réseaux dans le corps médical59.

Une assistance politique

  • 60 Pour une description détaillée des diverses étapes de la procédure de condamnation de Grèce par le (...)
  • 61 BDIC, F delta 2149/2436. Rapport du 11 mai 1971.
  • 62 BDIC, F delta 2149/2436. Assemblé consultative du Conseil de l’Europe. Rapport sur la situation de (...)

11La junte des colonels a fait l’objet d’un recours devant la Commission européenne des droits de l’homme du Conseil de l’Europe suite à la plainte déposée par les pays scandinaves et les Pays-Bas contre le régime d’Athènes qui dénonçait la suppression de toutes les libertés et l’emploi de méthodes inhumaines à l’encontre des adversaires politiques. Constatant que ce climat hostile était irréversible et son expulsion certaine, la junte s’est retirée de l’organisation lors de la réunion du Conseil des ministres à Paris le 12 décembre 196960. Au moment où la Grèce a dû quitter le Conseil de l’Europe, la Commission des réfugiés de ce Conseil s’est préoccupé du sort des exilés grecs. Il a été demandé aux États membres de considérer comme réfugiés les Grecs qui ne voulaient pas demander le statut61 et a soumis à tous les États membres une série de « recommandations » (Recommandation 602), afin d’améliorer la situation des exilés grecs en Europe. Les gouvernements devaient prendre de façon urgente des mesures dans des domaines tels l’octroi rapide des permis de séjour et de travail ; l’affiliation à la sécurité sociale ; la reconnaissance, dans la mesure du possible, des diplômes, en particulier de ceux des professions libérales ; la délivrance de documents de voyage aux personnes dont les passeports n’avaient pas été renouvelés par les autorités grecques ; l’abolition des droits de visa pour les Grecs qui, sans avoir le statut de réfugiés, étaient détenteurs de documents de voyage spéciaux délivrés par les autorités compétentes du pays d’accueil ; l’octroi de bourses aux étudiants et aux travailleurs leur permettant de terminer leurs études et de perfectionner leur formation professionnelle ; le versement collectif d’une somme globale de 100 000 dollars au Fonds de rétablissement du Conseil de l’Europe dans le but d’améliorer la situation précaire des Grecs en exil62.

  • 63 S’abritant derrière le fait que la recommandation du Conseil de l’Europe a été écartée par la majo (...)
  • 64 Ibid.
  • 65 BDIC, F delta 2149/2436. Les exilés grecs en France. Rapport du 12 mars 1971.
  • 66 BDIC, F delta 2149/2436. Paris, 10 novembre 1970.
  • 67 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2. Lettre d’Helena Scob à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, Haut-Comm (...)
  • 68 BDIC, F delta 2149/2436. Service réfugiés, intervention en faveur des exilés grecs, novembre 1970.
  • 69 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, personnel et confi (...)
  • 70 AMAE, Europe, Grèce 1970-1975, 3323. Question écrite n° 14760 posée le 3 novembre 1970, op. cit.
  • 71 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, 19 février 1971, o (...)

12Le Conseil des ministres réuni en août 1970 a voté en faveur de toutes les recommandations stipulées par le Conseil de l’Europe à l’exception de la dernière. La France fut l’un des pays du Conseil de l’Europe, qui rejeta la proposition en question63. Par ailleurs, si les autorités françaises prétendaient avoir appliqué toutes les recommandations faites par le Conseil de l’Europe64, l’amélioration des conditions de vie des exilés grecs en France était en pleine stagnation65. Devant ce « tissu d’hypocrisie et de mesquinerie66 » des députés français, Helena Scob et le pasteur Wagner, secrétaire général de la Cimade, ont pris des initiatives « dans le sens d’intervention au niveau des milieux gouvernementaux67 ». En octobre 1970, ils ont rédigé un document expliquant les problèmes des exilés grecs en France68, qu’ils ont envoyé à « un certain nombre des députés UDR influents qui auraient eu une attitude nette en diverses occasions, contre le régime grec69 ». Jean de Broglie, ministre du gouvernement de De Gaulle et président de la Commission des Affaires étrangères était l’un des destinataires de ce document. Quelques jours plus tard, il est intervenu au Parlement sur la question grecque. Le député a posé une question écrite au ministre des Affaires étrangères en lui rappelant que, malgré l’effort fait au niveau national, un grand nombre d’exilés grecs en France demeurait dans une situation juridique et économique de précarité. Il lui a demandé enfin de reconsidérer sa position en débloquant des fonds pour les exilés grecs « geste qui aiderait à traduire davantage encore dans les faits, la solidarité » de la France à l’égard de ces réfugiés70. Helena Scob parvint à obtenir aussi une rencontre avec un collaborateur très proche du ministre français des Affaires étrangères, Maurice Schumann, puis une autre avec le délégué des Affaires étrangères au Conseil de l’Europe71.

  • 72 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre d’Helena Scob au ministre suédois des Affaires étrangères, 30 nove (...)
  • 73 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, 19 février, op. ci (...)
  • 74 BDIC, F delta 2149/2436. Exilés grecs en France, sans date.
  • 75 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre d’Helena Scob au ministre suédois des Affaires étrangères, op. cit (...)

13La Cimade a contribué également à l’amélioration de la situation des exilés grecs en Europe étant en relation directe avec le Conseil de l’Europe et les opposants du régime militaire. Depuis 1969, l’association suivait systématiquement et participait aux travaux de la « Commission de population et des réfugiés » du Conseil de l’Europe au sujet des exilés grecs. Ainsi, les responsables de la Cimade, non seulement préparaient des rapports descriptifs sur la situation des exilés grecs72, mais parfois aussi participaient à des réunions de la Commission afin de répondre à des questions73. Dans ses rapports, la Cimade faisait le bilan de la situation des exilés grecs en France, exposait leurs problèmes et faisait des propositions concrètes pour l’amélioration de leurs conditions de vie : reconversion professionnelle, reclassement, équivalence des diplômes, intégration via l’apprentissage de la langue française etc74. Par ailleurs, la Cimade entretenait des contacts avec les opposants les plus fervents du régime militaire grec, comme par exemple les dirigeants de la Suède, afin de leur transmettre des rapports liés à la situation alarmante des exilés grecs en France75.

14Suite à notre analyse, il devient évident que la Cimade était l’un des principaux appuis des exilés grecs pendant la période de la dictature des colonels, en leur attribuant un grand nombre de bourses et les assistant d’une façon matérielle, psychologique et politique. Comment peut-on expliquer cette ardeur au delà d’un engagement humaniste exemplaire ? Les exilés grecs étaient-ils vraiment les plus démunis par rapport aux autres réfugiés ? Leur profil correspondait-il davantage aux critères adoptés par la Cimade pour l’attribution des bourses ? À notre avis, plusieurs facteurs ont joué un rôle dans le comportement particulièrement favorable de la Cimade à l’égard des exilés grecs.

  • 76 BDIC, F delta 2149/2436. Les exilés grecs en France. Rapport du 29 septembre 1971.
  • 77 À titre d’exemple, en 1969 la Cimade a reçu de la part du HCR le montant de 20 000,00 $ afin d’ass (...)

15Tout d’abord, c’était une question directement liée à la collecte de fonds et aux objectifs du donateur. Les archives indiquent, par exemple, qu’une grande partie des fonds attribués à la Cimade par le HCR, avec comme provenance le gouvernement suédois et « des donateurs étrangers qui t [enaient] à garder l’anonymat76 » étaient destinés aux exilés grecs77.

16Un deuxième facteur qui légitimait l’attention spécifique de la Cimade à l’égard des exilés grecs était la sociologie du groupe comprenant un grand pourcentage d’étudiants, d’intellectuels, de personnes malades et de personnes âgées :

  • 78 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2. Lettre d’Helena Scob à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, 4 juillet (...)

Leur situation nous préoccupe particulièrement parce qu’il s’agit en majorité d’intellectuels d’un certain âge et que nous trouvons dans l’impossibilité de les aider réellement78

  • 79 BDIC, F delta 2149/2436. Les exilés grecs en France. Rapport du 29 septembre 1971.

17confia Helena Scob au Haut-Commissaire pour les réfugiés et cela entre autres parce qu’« il est particulièrement difficile à un intellectuel de trouver sa place dans notre pays. La réglementation du travail assimile les réfugiés aux travailleurs immigrés. Les bastions professionnels leur interdisent l’accès aux domaines de la médecine, de la pharmacie, de l’architecture, du professorat et à plus forte raison, du barreau79 ».

  • 80 AMAE, Europe 1961-1970, 220, Paris, 18 septembre 1968.
  • 81 Archives du Centre d’Histoire des Sciences Politiques, Fonds Yves Jouffa, Pour la Grèce Démocratiq (...)
  • 82 BNF, Athènes-Presse Libre, n° 162, 24 avril 1971.
  • 83 Archives du parti communiste français, Fonds Gaston Plissonier, 264 J 12. Lettre du CC du PCG au P (...)
  • 84 Pour les intellectuels français voir Sirinelli Jean-François, « Les intellectuels », in Pour une h (...)
  • 85 Pour plus d’informations sur la mobilisation de la société française aux côtés de l’opposition gre (...)
  • 86 BDIC, F delta 2149/2436. Les exiles grecs en France. Rapport du 29 septembre 1971.

18Enfin, l’engagement de la Cimade avait également des motivations politiques. Mentionnons qu’un nombre important parmi les exilés grecs ont entrepris depuis le territoire français des activités antidictatoriales afin de délégitimer et faire chuter le régime militaire. Une grande partie de la société française s’est montré très solidaire à la lutte « des martyrs grecs80 ». Ce climat favorable est noté dans le cas de plusieurs associations81, des syndicats82, des partis politiques83, des intellectuels français84 ou des simples gens, qui ont essayé de sensibiliser l’opinion publique et qui ont soutenu par tous les moyens les victimes de la première dictature qui a vu le jour dans l’Europe d’après la Deuxième Guerre mondiale85. La Cimade a également cordialement adhéré aux principes de la lutte des opposants grecs. Comme un rapport de l’association le souligne, la Cimade a voulu aider « les victimes de ce régime, ceux qui sont là dans nos murs, pour avoir voulu sauvegarder les principes mêmes qui sont la base de notre société européenne86 ».

Notes

1 Kilekli Vasiliki, Les Grecs en France pendant la junte des colonels (1967-1974). Émigration politique et lutte contre la dictature, Thèse de doctorat d’histoire, Université Paris I, mars 2012, dactyl.

2 Mentionnons que pour une grande partie des archives de la Cimade, il n’était pas toujours aisé d’identifier la date, l’auteur et son identité. C’est la raison pour laquelle dans nos références certains de ces éléments font défaut.

3 Les travaux universitaires que nous avons identifiés sur certains aspects de l’émigration politique grecque en France après la Deuxième Guerre mondiale sont : Plawska Yvonne, Quelques questions de l’émigration politique grecque pendant la dictature militaire en Grèce (1967-1974), Mémoire de maîtrise, Université Paris I, 1976-1977, dactyl. ; Gaiotti Emmanuel, Les Intellectuels grecs en France face à la dictature des colonels (1967-1974) : générations, itinéraires, réseaux, Mémoire de Master, Institut d’études politiques, Paris, 2005, dactyl.

4 La bibliographie sur le coup d’État en Grèce et l’histoire de la dictature se trouve principalement en langue grecque. Mentionnons à titre indicatif : Athanassatou Gianna, Rigos Alkis, Seferiadis Serafim (dir.), La Dictature 1967-1974, Pratiques politiques-Discours idéologique-Résistance [ΑΘΑΝΑΣΑΤΟΥ Γιάννα, ΡΗΓΟΣ Άλκης, ΣΕΦΕΡΙΑΔΗΣ Σεραφείμ, Η δικτατορία 1967-1974. Πολιτικές πρακτικές - Ιδεολογικός λόγος - Αντίσταση], Athènes, [Εκδόσεις Καστανιώτη], 1999 ; Woodhouse Christopher Montague, La Montée et la chute des colonels [? Η άνοδος και η πτώση των συνταγματαρχών], Athènes, [Ελληνική Ευρωεκδοτική], 1987 ; Grigoriadis Solon, L’Histoire de la dictature [ΓΡΗΓΟΡΙΑΔΗΣ Σόλων, Ιστορία της δικτατορίας], 3 Volumes, Athènes, [Καπόπουλος], 1975 ; Meletopoulos Meletis, La Dictature des colonels, Société ; idéologie ; économie [ΜΕΛΕΤΟΠΟΥΛΟΣ Μελέτης, Η δικτατορία των συνταγματαρχών, Κοινωνία, ιδεολογία, οικονομία], Athènes, [Παπαζήσης], 1996 ; Vournas Tassos, Histoire de la Grèce 1967-1974. Junte-dossier de Chypre [ΒΟΥΡΝΑΣ Τάσος, Ιστορία της Ελλάδας 1967 - 1974. Χούντα φάκελος Κύπρου], Αθήνα, [Τολίδης], 1986. En français citons le livre de Meynaud Jean, Rapport sur l’abolition de la démocratie en Grèce, 15 juillet 1965-21 avril 1967, Montréal, Études de Science Politique, 1967.

5 Kilekli V., op. cit., p. 56-63.

6 Tous ces pays apparaissent dans les archives du Haut-Commissariat pour les Réfugiés (ciaprès AHCR), qui veillant sur les problèmes des réfugiés dans le monde, nous donnent une bonne image de la mobilité des exilés grecs en Europe.

7 Un nombre assez important de travaux existent à ce jour sur la présence grecque en France d’où la liste non exhaustive que nous énumérons ici : Echinard Pierre, Grecs et philhellènes à Marseille de la Révolution française à l’indépendance de la Grèce, Marseille, Institut Historique de Provence, 1973 ; Kanonidis Dominique, Essai sur l’immigration grecque en France au xxe siècle, Mémoire de maîtrise, Université Paris-I et Centre de recherche sur l’Histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme, 1992 ; Papathanassi Angeliki, La Diaspora grecque de France. Le cas de la communauté parisienne, Mémoire de DEA en géographie et aménagement, Université de Paris IV, 1996 ; Grivaud Gilles (dir.), La diaspora hellénique en France, Athènes, École française d’Athènes, 2000 ; Papadopoulou Despina, Les Grecs à Paris à la fin du xixe siècle. La construction d’une communauté migrante, Thèse de 3e cycle d’histoire, EHESS, 2004 ; Manitakis Nicolas, L’Essor de la mobilité étudiante internationale à l’âge des États-nations. Une étude de cas : les étudiants grecs en France (1880-1940), Thèse de doctorat, EHESS, 2004 ; Korma Eleni, Les Réfugiés grecs d’Asie Mineure en France entre émigration politique et immigration économique (1916-1939), Thèse de doctorat d’histoire, Université Paris-I, 2009.

8 Selon les archives de la Cimade, la moitié parmi les Grecs qui ont choisi volontairement la France comme pays d’accueil étaient motivés par la présence dans ce pays de membres de leur famille ou d’amis personnels ou politiques. Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Archives de la Cimade, F delta 2149. Les réfugiés en France, sans date (à partir de janvier 1971), p. 30.

9 Pour plus d’informations sur l’influence culturelle française en Grèce, voir la thèse de Flitouris Lambros, À la recherche d’une véritable politique culturelle internationale. La présence culturelle et spirituelle de la France en Grèce de la fin de la Grande Guerre aux années 1960, Thèse de doctorat, Université de Versailles Saint-Quentin, 2004.

10 Entretien avec Dimitris Psychoyos, Athènes, septembre 2006. L’universitaire grec Dimitris Psychoyos était à l’époque membre du groupement antidictatorial « 20 octobre ». Devant la menace d’une arrestation, il s’est exilé à Paris où il a poursuivi ses études.

11 Ory Pascal, « Paris, lieu de création et de légitimation internationales », in Le Paris des étrangers depuis 1945, Marès Antoine et Milza Pierre (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 359-371.

12 Entretien avec Hélène Antoniadis-Bibicou, Paris, mars 2006. Hélène Antoniadis, universitaire, arrivée à Paris comme boursière du gouvernement français pendant la guerre civile grecque, nous a raconté que le « bouche à oreille » sur le bon accueil des réfugiés en France a vite pris de l’ampleur chez les Grecs : lorsqu’ils apprenaient qu’en France avait lieu un énorme plan de solidarité de la part du PCF et des organisations non gouvernementales, un grand nombre d’exilés grecs l’ont choisie comme terre d’exil.

13 Bibliothèque Nationale de France (BNF), Athènes-Presse Libre, n° 181, 18 septembre 1971.

14 BDIC, F delta 2149. Paludan Anne, Problèmes des réfugiés et des exilés en Europe, Fonds international d’échanges universitaires, Groupe de travail sur les réfugiés en Europe, vol. 1, Les nouveaux réfugiés en Europe, Paris, Cimade, 1975, p. 43.

15 Le peu d’éléments que nous avons repéré dans un grand nombre d’archives concernant le reste de la France est indicatif du fait que l’émigration politique grecque se dirigea essentiellement vers Paris.

16 Pour retracer le profil de l’exilé grec en France nous nous sommes notamment basés sur l’étude de la Cimade, BDIC, F delta 2149. Les réfugiés en France, sans date (à partir de janvier 1971). Pour plus d’informations voir Kilekli V., op. cit., p. 40-50.

17 Le régime militaire a établi des listes de personnes, considérées comme des ennemis de la nation, qui n’avaient pas le droit de recevoir de devises en provenance de la Grèce. Le blocage de leurs comptes bancaires, la non attribution des retraites, le refus des virements sur leur compte ou encore l’interruption des bourses d’études furent parmi les mesures que la junte a appliquées contre ses opposants à l’étranger. BDIC, F delta 2149/2436. Rapport succinct, Les exilés grecs en France (depuis avril 1967), sans date.

18 BDIC, F delta 2149/2436. Étude de la totalité des dossiers grecs. Résumé, 15 mars 1971.

19 Noiriel Gérard, Le Creuset français, histoire de l’immigration (xixe-xxe siècle), Paris, Seuil, rééd. 2006, p. 284-287 et Weil Patrick, La France et ses étrangers, Paris, Calmann-Lévy, 1991, p. 32-33.

20 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Exposé des motifs par M. Pohler.

21 La Convention de Genève prévoyait deux restrictions possibles : dans le temps, en justifiant la peur de persécution seulement pour les événements antérieurs de 1951, et dans l’espace, incluant seulement les réfugiés en provenance d’un pays européen. Norek Claude et Doumic-Doublet Frédérique, Le droit d’asile en France, Paris, PUF, 1989, p. 34.

22 Les réfugiés ont le droit de séjourner et de voyager partout à l’exception de leur pays d’origine.

23 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 1. Interoffice Mémorandum, 17 octobre 1967, demande d’asile par des ressortissants grecs.

24 Legoux Luc, La Crise de l’asile politique en France, Paris, Centre français sur la population et le développement, 1995, p. 88.

25 Archives Nationales (AN), 0019980547, 2 avril 1971 et Archives du ministère français des Affaires étrangères (AMAE), Europe, Grèce 1970-1975, 3323, 6 mai 1971.

26 Spire Alexis, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris, Grasset, 2005, p. 271.

27 Pour l’action du Conseil de l’Europe voir plus bas.

28 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Exposé des motifs par M. Pohler.

29 Soulignons que sur l’échiquier international, les pays nordiques furent les opposants les plus fervents du régime des colonels. En effet, ces gouvernements ont à plusieurs reprises exercé des pressions diplomatiques sur le régime militaire et ont débloqué – notamment le gouvernement suédois – des fonds pour des associations visant à apporter un réconfort aux exilés grecs. AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 3. Telegram of UNHCR to foreign ministry of Sweden, 29 septembre 1972. Sur la position des pays nordiques, voir Treholt Arne : « L’Europe et la dictature en Grèce » [« Η Ευρώπη και η δικτατορία στην Ελλάδα »], in La Grèce sous le joug militaire [ΓΙΑΝΝΟΠΟΥΛΟΣ Γιώργος, CLOGG Richard, Η Ελλάδα κάτω από στρατιωτικό ζυγό], Giannopoulos Giorgos, Clogg Richard (dir.), Athènes, [Εκδόσεις Παπαζήση], 1976, p. 320-344.

30 Les mots d’Helena Scob à propos de l’entraide parmi les Grecs illustrent cette situation : « Une solidarité étonnante existe pourtant et des hommes cherchent à aller au-devant de leurs compatriotes isolés. Des familles aux prises avec d’insurmontables difficultés matérielles reçoivent leurs amis. C’est le partage des soucis, des nouvelles et aussi du pain. » BDIC, F delta 2149/2436. Rapport succinct, Les exilés grecs en France (depuis avril 1967), sans date.

31 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Mémorandum, Neuilly, 24/05/71.

32 Hélène Antoniadis se rappelle qu’à la Noël 1967, le Secours Populaire a versé un énorme montant au groupement d’opposition Mouvement franco-hellénique pour une Grèce libre afin de couvrir les besoins des premiers exilés politiques grecs arrivés en France. Entretien avec Hélène Antoniadis, Paris, mars 2006.

33 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Mémorandum, Neuilly, 24 mai 1971.

34 Ce programme a été réalisé grâce au Fonds spécial de la Cimade et de quelques bourses accordées par le Fonds international d’échanges universitaires.

35 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre d’Helena Scob au ministre suédois des Affaires étrangères, novembre 1972.

36 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Mémorandum, Neuilly, 24 mai 1971.

37 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre d’André Lew, non datée (page manquante). André Lew était alors secrétaire général adjoint de la Cimade.

38 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade au Prince Sadruddin Aga Khan, HautmissaireCommissaire des Nations Unies pour les réfugiés, 28 juillet 1969.

39 Nous supposons que dans le cas des exilés grecs le mot « mouvements » fait allusion aux groupements d’opposition contre la junte des colonels. Pour les groupements d’opposition voir Kilekli V., op. cit., p. 190-227.

40 BDIC, F delta 2149/2277. Fonctionnement du service : correspondances, comptes rendus de réunions, documentation (1970-1974). Petite enquête sur l’accueil des « étudiants en difficulté » réalisée au début de novembre 1969, 15 janvier 1970.

41 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2, Exposé des motifs par M. Pohler.

42 BDIC, F delta 2149/2436. Les exilés grecs en France, Rapport du 12 mars 1971.

43 Champ : France. Source : BDIC, F delta 2149/2436. Étude de la totalité des dossiers grecs. Résumé, 15 mars 1971.

44 Ibid.

45 Le service « bourses d’études » au sein de la Cimade a été créé, par exemple, afin d’offrir aux néo-réfugiés, surtout Grecs, Portugais et Brésiliens, ne pouvant bénéficier des bourses destinées aux réfugiés statutaires, les moyens de vivre pendant la période d’adaptation. Bulletin de la Cimade, « 3 000 exilés politiques accueillis d’octobre 1973 à octobre 1974 », p. 12.

46 Nous proposons une explication de cette constatation à la fin de cet article.

47 Champ : France. Source : BDIC, F delta 2149, Bulletin de la Cimade, « 3 000 exilés politiques accueillis d’octobre 1973 à octobre 1974 », p. 12.

48 En étudiant une partie de la correspondance du service d’« orientation des étudiants » nous pouvons supposer qu’il s’agissait du service de la Cimade, chargé d’accueillir, orienter et assister les étudiants sollicitant l’aide de l’association. À l’époque de la dictature des colonels le service était composé par Mme Nagny, assistante sociale, Mme Casalis et Mme Huet.

49 BDIC, F delta 2149/3059. Lettre du service « orientation des Étudiants » de la Cimade, Paris, 7 janvier 1971 (destinataire non identifiable, probablement courrier avec plusieurs destinataires).

50 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de Robert Muller au secrétaire général de la Cimade, Michel Wagner, Genève, 27 août 1969.

51 BDIC, F delta 2149/3059. Lettre de Mme Babinet du SSMOE à Mme Pellerin de la Cimade, Corbeil, 2 avril 1974.

52 François Maspero est un écrivain et traducteur français. Il fut le fondateur en 1959 des éditions Maspero engagées à gauche. De 1955 à 1975, il détenait dans le quartier latin la « Joie de lire », une librairie dans laquelle on pouvait aussi trouver une grande partie des publications et revues antidictatoriales de l’époque. Entretien avec Richard Someritis, Athènes, juin 2006. Richard Someritis est éditorialiste au journal grec Το βήμα (Le Pas). Après avoir fait des études de droit à Paris, il a travaillé comme journaliste à l’Office de radiodiffusion télévision française (ORTF) et il a coopéré avec plusieurs journaux grecs et français. Pendant la dictature des colonels il éditait à Paris le bulletin antidictatorial Athènes-Presse Libre.

53 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à François Maspero, 12 novembre 1971.

54 BDIC, F delta 2149/305. Lettre d’Helena Scob aux laboratoires dentaires de Paris 14e, 11 mars 1970.

55 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à M. le directeur de la main d’œuvre, Paris, 28 avril 1970.

56 BDIC, F delta 2149, dossiers individuels. Lettre d’Helena Scob à l’OFPRA, 23 avril 1973.

57 BDIC, F delta 2149. Bulletin de la Cimade, « 3 000 exilés politiques accueillis d’octobre 1973 à octobre 1974 ».

58 BDIC, F delta 2149, dossiers individuels. Lettre d’Helena Scob au pasteur Claude Asmussen, directeur du séminaire de la faculté libre de théologie protestante, 30 mai 1969.

59 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade au Dr André Roth, 28 janvier 1972.

60 Pour une description détaillée des diverses étapes de la procédure de condamnation de Grèce par le Conseil de l’Europe voir Konstas Dimitris, L’« Affaire grecque » au Conseil de l’Europe 1967-1969. Théorie et pratique de pression politique par les organisations internationales [ΚΩΝΣΤΑΣ Δημήτρης, Η ̏ελληνική υπόθεση̋ στο συμβούλιο της Ευρώπης 1967-1969. Θεωρία και πρακτική πολιτικής πιέσεως από διεθνείς οργανισμούς], Athènes, [Εκδόσεις Παπαζήση], 1976. p. 88-96.

61 BDIC, F delta 2149/2436. Rapport du 11 mai 1971.

62 BDIC, F delta 2149/2436. Assemblé consultative du Conseil de l’Europe. Rapport sur la situation des réfugiés Grecs, 25 mars 1970.

63 S’abritant derrière le fait que la recommandation du Conseil de l’Europe a été écartée par la majorité des États et que le « Fonds de rétablissement pour les réfugiés nationaux et les excédents de population » avait un statut juridique problématique, le gouvernement français a pris position pour que l’assistance financière soit assumée sur le plan international par le HCR ou sur le plan national, par les pays d’accueil. AMAE, Europe, Grèce, 1970-1975, 3323. Réponse à la question écrite n° 14760 posée le 3 novembre 1970 par M. de Broglie, Paul Lemerle.

64 Ibid.

65 BDIC, F delta 2149/2436. Les exilés grecs en France. Rapport du 12 mars 1971.

66 BDIC, F delta 2149/2436. Paris, 10 novembre 1970.

67 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2. Lettre d’Helena Scob à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, 22 décembre 1970.

68 BDIC, F delta 2149/2436. Service réfugiés, intervention en faveur des exilés grecs, novembre 1970.

69 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, personnel et confidentiel, 19 février 1971.

70 AMAE, Europe, Grèce 1970-1975, 3323. Question écrite n° 14760 posée le 3 novembre 1970, op. cit.

71 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, 19 février 1971, op. cit.

72 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre d’Helena Scob au ministre suédois des Affaires étrangères, 30 novembre 1972.

73 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre de la Cimade à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, 19 février, op. cit.

74 BDIC, F delta 2149/2436. Exilés grecs en France, sans date.

75 BDIC, F delta 2149/2436. Lettre d’Helena Scob au ministre suédois des Affaires étrangères, op. cit.

76 BDIC, F delta 2149/2436. Les exilés grecs en France. Rapport du 29 septembre 1971.

77 À titre d’exemple, en 1969 la Cimade a reçu de la part du HCR le montant de 20 000,00 $ afin d’assister les familles grecques exilées, ainsi que les personnes âgées ou malades ; en 1972 la Cimade a reçu de la part de la Suède via le HCR un montant de 30 675 $ afin de secourir les exilés grecs ; indiquons aussi le montant de 10 000,00 $ que le HCR a attribué à la Cimade afin que les Grecs, se trouvant en Europe dans une situation précaire suite au coup d’État en Grèce, puissent poursuivre leurs études. Le HCR a remis également à la Cimade des habits usagés dont les donateurs souhaitaient qu’ils soient attribués à des Grecs. BDIC, F delta 2149/2436. Lettre du Prince Sadruddin à Helena Scob, confidentiel, 4 mai 1970 ; AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 3. Telegram of UNHCR to foreign ministry of Sweden, 29 septembre 1972 ; BDIC, F delta 2149/2436. IUEF letter to Prince Sadruddin Aga Khan, Personal and confidential, 2 mai 1970 ; BDIC, F delta 2149/2436. Lettre d’Helena Scob au secrétariat de Monsieur le Haut-Commissaire pour les réfugiés, personnel, 26 janvier 1971.

78 AHCR, Fonds 11, série 2, vol. 2. Lettre d’Helena Scob à M. le Prince Sadruddin Aga Khan, 4 juillet 1969.

79 BDIC, F delta 2149/2436. Les exilés grecs en France. Rapport du 29 septembre 1971.

80 AMAE, Europe 1961-1970, 220, Paris, 18 septembre 1968.

81 Archives du Centre d’Histoire des Sciences Politiques, Fonds Yves Jouffa, Pour la Grèce Démocratique, Bulletin d’information, édité par le Comité français pour la Grèce démocratique, avril 1974.

82 BNF, Athènes-Presse Libre, n° 162, 24 avril 1971.

83 Archives du parti communiste français, Fonds Gaston Plissonier, 264 J 12. Lettre du CC du PCG au PCF, 9 mai 1967.

84 Pour les intellectuels français voir Sirinelli Jean-François, « Les intellectuels », in Pour une histoire politique, Rémond René (dir.), Paris, Editions du Seuil, 1988.

85 Pour plus d’informations sur la mobilisation de la société française aux côtés de l’opposition grecque voir Kilekli V., op. cit., p. 260-266.

86 BDIC, F delta 2149/2436. Les exiles grecs en France. Rapport du 29 septembre 1971.

Table des illustrations

Légende Graphique 143
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Graphique 247 : Cimade service « bourses » 1970-1973
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable