Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

La Cimade et les Portugais en France de 1957 à 1974 : une aide sous le signe des guerres coloniales

Victor Pereira

Texte intégral

1En avril 1965, le directeur de la police politique portugaise (PIDE), Fernando da Silva Pais, décrivait ainsi au chef de la délégation de cette police à Luanda l’action de la Cimade dans le domaine de l’aide aux exilés portugais :

  • 1 Note du directeur de la Polícia Internacionale de Defesa do Estado adressée au sous-directeur de l (...)

La Cimade – Comité inter-mouvement auprès des évacués – a été signalée, pour la première fois, en 1961, lors de la fugue clandestine vers la France d’un groupe de 41 étudiants d’Outre-mer, fugue sponsorisée par des organisations protestantes auxquelles la Cimade est subordonnée. Cette organisation n’est rien d’autre que la couverture avec laquelle les organisations protestantes, liées à l’action internationale contre le Portugal, cachent leurs “actions philanthropiques” en faveur des “malheureux” qu’elles fabriquent elles-mêmes, pour pouvoir atteindre leurs fins, en l’occurrence, la subversion dans les provinces d’Outre-mer1.

  • 2 Ce chiffre se retrouve dans un document relatant « l’Opération Angola » que m’a aimablement transm (...)
  • 3 Girardet Raoul, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986.
  • 4 Péclard Didier, « Eu sou americano ». Dynamiques du champ missionnaire dans le planalto central an (...)
  • 5 Sur les relations luso-américaines et luso-anglaises dans les années 1960, voir Rodrigues Luís Nun (...)
  • 6 Cann John, Counterinsurgency in Africa. The portuguese way of war, 1961-1974, Westport, Greenwood (...)
  • 7 Pinto António Costa, O fim do império português, Lisboa, Livros Horizonte, 2001.

2Dans cette présentation, le directeur de la PIDE opère deux réductions. D’une part, il minore le nombre des étudiants ayant fui le Portugal en 1961 grâce à la Cimade. Ce furent en tout 61 personnes que les équipiers de la Cimade firent sortir irrégulièrement du Portugal2. Le chiffre avancé par Silva Pais correspond à ceux qui ont été arrêtés quelques heures par la police espagnole d’Irún. D’autre part, Silva Pais forge des complots internationaux3 dont le Portugal – « orgueilleusement seul », selon Salazar, face aux décolonisations – serait la victime. Les missions protestantes établies dans les colonies portugaises, notamment en Angola, étaient, selon le régime, à l’origine des soulèvements de libération. Ces missions agissaient ainsi afin que d’autres puissances, au premier rang desquelles les États-Unis, s’accaparent les richesses portugaises. Les missions protestantes, surtout américaines, possédaient selon l’administration portugaise une « influence “dénationalisante” sur les autochtones4 » et cherchaient à expulser le Portugal d’Afrique. En filigrane, Silva Pais inscrit l’action de cette institution protestante dans le cadre des relations tendues entre le Portugal et le monde anglo-saxon (surtout les États-Unis) à l’aube des années 19605. À cette époque, les États-Unis ont, à plusieurs reprises, vivement recommandé à Salazar d’entamer un processus de décolonisation, ce que ce dernier a refusé catégoriquement. Or, si l’administration américaine a pu être informée de la fuite, l’opération a été décidée et organisée en Europe par le Conseil œcuménique des Églises (COE) et la Cimade. Silva Pais ne mentionne pas d’autres activités « subversives » de la Cimade car cette dernière n’a commencé à venir en aide aux Portugais en France qu’à partir de juillet 1965. De cette date jusqu’au 25 avril 1974, la Cimade assiste des centaines de Portugais, ces derniers constituant une part considérable des étrangers accueillis et aidés par l’organisation. Comme l’action de 1961 l’illustre, cette aide fut fournie sous le signe des guerres coloniales – ou guerres de libération – qui ont commencé d’abord en Angola au début de l’année 1961 puis se sont propagées en Guinée-Bissau en 1963 et au Mozambique en 1964. Ces guerres bouleversèrent radicalement la société portugaise : dans les années 1961-1974, le gouvernement portugais mobilisa sa jeunesse masculine. De 40 000 en 1961, le chiffre des soldats mobilisés passa à 217 000 en 19746. À partir de 1968, les jeunes Portugais devaient accomplir un service militaire long de quatre années, au péril de leur intégrité physique et psychologique. À l’époque, seul Israël mobilisait autant d’hommes dans son armée7. Évidemment, ces guerres ébranlèrent également les sociétés africaines, déjà largement bousculées par la colonisation. Une partie des populations était déplacée et les jeunes hommes étaient également mobilisés au sein de l’armée afin de pallier le manque de soldats et prouver que les populations noires défendaient activement la présence portugaise en Afrique menacée par des « terroristes étrangers ».

3Quel fut alors le rôle de la Cimade dans le cadre de ce conflit colonial ? Elle permit à de jeunes militants des colonies portugaises de s’engager pour la cause de leur pays puis accueillit les jeunes Portugais qui fuyaient des conflits qu’ils considéraient injustes. Après un bref rappel de la fugue organisée en 1961 par des membres de la Cimade, nous décrirons l’aide protéiforme fournie par la Cimade aux réfugiés portugais en France.

FUIR LE PORTUGAL

  • 8 . Cf. la nécrologie de Charles Malvin Blake (1918-2011) publiée sur le site du New York Times le 21 (...)
  • 9 Note confidentielle du directeur de la PIDE adressé au gouverneur civil du district de Lisbonne, 6 (...)
  • 10 Note du directeur de la PIDE adressée à tous les chefs de postes frontaliers, 21 juin 1961, (ANTT) (...)

4En 1961, de jeunes étudiants des colonies portugaises, menant leurs études au Portugal, sollicitèrent l’aide de Charles Melvin Blake, lors de l’un de ses passages à Lisbonne. Blake, alors secrétaire exécutif pour l’Europe et l’Afrique du bureau méthodiste des Missions, connaissait parfaitement le Portugal et l’Angola. Il avait appris le portugais à Lisbonne en 1947-1948 puis avait été missionnaire méthodiste en Angola pendant neuf ans8. Les étudiants en appelèrent à la foi chrétienne de Blake : « Si vous ne nous sortez pas du Portugal, vous n’êtes pas un chrétien ». Ces étudiants se sentaient – à juste titre – surveillés par la police politique portugaise qui les empêchait de sortir du territoire. Le 6 mai 1961, le directeur de la PIDE demandait à tous les préfets de ne pas fournir, sans son autorisation, de passeport aux « individus de couleur9 ». Il craignait qu’ils ne mènent des actions subversives contre le gouvernement portugais depuis l’étranger, notamment depuis les pays communistes ou des pays africains récemment indépendants. Le 21 juin, alors que l’absence de certains étudiants était remarquée à Coimbra, le directeur de la PIDE enjoignait à ses subordonnés placés aux frontières de contrôler minutieusement les documents de tous les individus noirs qui se présenteraient à la frontière. Cette action devait être « intelligente et discrète, susceptible d’empêcher la sortie d’individus inconnus mais ayant la même caractéristique – la couleur – qui ne peut ni ne doit jamais être invoquée ou même suggérée10 ». Cependant, la vigilance de la PIDE fut largement prise à défaut. Les étudiants menés par Charles Harper et Bill Nottingham, deux jeunes équipiers américains de la Cimade, aidés par trois autres jeunes américains (Dave Pomeroy, Dick Wiborg and Kim Jones), arrivèrent à Hendaye tout le long du mois de juin 1961.

  • 11 Léonard Yves, « Immuable et changeant, le lusotropicalisme au Portugal » in Arquivos do Centro Cul (...)
  • 12 Sur cet appel et les tentatives de sortie du Portugal des étudiants provenant des colonies, voir R (...)
  • 13 Drahy Jérôme, Le Droit contre l’État ? Droit et défense associative des étrangers : l’exemple de l (...)
  • 14 Il n’est pas anodin que la fugue des étudiants du Portugal se retrouve dans les publications où la (...)
  • 15 Voir Razac Olivier, Histoire politique du barbelé, Paris, Flammarion, 2009.
  • 16 Dowty Alan, Closed borders. The contemporary assault on freedom of movement, New Haven, Yale Unive (...)
  • 17 Une reproduction d’un de ces certificats de prise en charge se trouve dans Parce qu’il n’y a pas d (...)
  • 18 Kim Jones, l’un des étudiants américains ayant participé à la fugue, évoque, dans un témoignage éc (...)
  • 19 Drahy Jérôme, Le Droit contre l’État ?, op. cit., p. 69.
  • 20 Voir Lala Amaral da Silva, L’Enjeu colonial dans les relations franco-portugaises, 1944-1974, Thès (...)
  • 21 Sur les divisions qui apparurent à Paris autour de ces étudiants et leur dispersion, voir Rocha Ed (...)

5Blake transmit la requête des étudiants africains au Conseil œcuménique des Églises, basé à Genève. Le COE envisagea rapidement d’aider ces jeunes étudiants, qui n’étaient pas tous protestants. Les missionnaires protestants en Angola ou en Mozambique avaient pu saisir l’iniquité et la brutalité de la domination coloniale portugaise, bien loin de la propagande lusotropicaliste, vantant l’absence de racisme des Portugais et les vertus du métissage11, développée par le gouvernement de Lisbonne. Ces étudiants, qui désiraient quitter le Portugal pour répondre à l’appel lancé par des militants du MPLA (Movimento Popular de Libertação de Angola – Mouvement Populaire de Libération de l’Angola) installés à Conakri12, étaient vus comme les futures élites de l’Angola, du Mozambique, de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert. Les aider revenait à favoriser l’indépendance des colonies portugaises. Mais pourquoi cette dangereuse opération échut-elle à la Cimade ? D’une part, Madeleine Barot appartenait à la fois à la Cimade et au COE. Lorsque la demande des étudiants africains fut présentée au COE, elle contacta rapidement les membres parisiens de la Cimade qui exprimèrent leur désir de mener cette opération. La Cimade pouvait se targuer de posséder une certaine expérience de ce type d’actions clandestines. Lors de la Seconde Guerre mondiale des équipiers avaient fait sortir des Juifs, dont beaucoup d’enfants, des camps situés en France et les avaient fait passer clandestinement en Suisse. Faire sortir du Portugal de jeunes militants anticolonialistes s’articulait parfaitement avec l’un des éléments du répertoire d’action mobilisé par la Cimade lors de ses premières années d’existence et autour duquel s’était cristallisée son identité13. Cette action renforçait et réactualisait cette identité – au prix d’une mise en récit de sa propre histoire-en reproduisant les faits d’arme que l’organisation mettait le plus en avant, laissant de côté d’autres actions14. Cette analogie était d’autant plus possible que le Portugal, au début des années 1960, apparaissait comme une survivance anachronique de l’entre-deux-guerres. Amnesty International, créée en 1961 après l’arrestation d’étudiants portugais, possède comme logo des fils barbelés, objet qui rappelle l’horreur des camps d’extermination nazis15. Le Portugal apparaît alors comme une prison, voire un camp ceint de barbelés, qui empêche ses propres nationaux de quitter librement leur pays. Les restrictions posées à la sortie du territoire placent donc le Portugal salazariste dans le camp des régimes autoritaires voire totalitaires16 et des États qui ne respectent pas les droits de l’homme, dont celui de quitter le pays dont on possède la nationalité. Comme la dictature portugaise ne reconnaît pas le droit à l’émigration, le recours à la clandestinité apparaît au COE et à la Cimade comme légitime, puisque le seul possible. À ces éléments s’ajoute la sensibilité de nombreux protestants, et donc des principaux dirigeants de la Cimade, concernant le droit à l’émigration. Issus de minorités religieuses qui ont échappé aux persécutions en traversant les frontières (la fuite des huguenots à la fin du xviie siècle ou celle des Anglais de différentes confessions au même siècle), elles considèrent l’émigration comme un droit fondamental. L’injonction des étudiants qui mettait en exergue la foi chrétienne prend ici tout son sens. Enfin, cette opération périlleuse permettait également à la Cimade de se « distinguer » auprès du COE, l’un de ses principaux bailleurs de fonds, de se légitimer par l’action internationale. Outre son expérience – qui remontait à bientôt deux décennies-la Cimade comptait un autre précieux avantage : l’un de ses équipiers, Charles Harper, était né au Brésil et avait vécu au Portugal. Il connaissait parfaitement le portugais et possédait de précieux contacts. Il put dès lors rapidement agir efficacement et continuer l’action entamée dès la mi-mai par Jacques Beaumont, secrétaire général de la Cimade depuis 1956, qui avait séjourné à Lisbonne pour prendre contact avec les étudiants. Beaumont et Harper optèrent pour une sortie clandestine du territoire à travers la frontière nord du Portugal. Ils louèrent des voitures, trouvèrent un passeur et organisèrent les départs des étudiants volontaires. Plusieurs groupes d’étudiants quittèrent le Portugal clandestinement. Munis de faux passeports confectionnés grâce à l’aide des ambassades parisiennes du Sénégal, du Gabon et du Niger et d’un certificat de prise en charge signé par Marc Bogner17, président de la Cimade, ils furent transportés à travers l’Espagne par Bill Nottingham et trois étudiants américains jusqu’à la frontière d’Irún. Seul un groupe – les 41 mentionnés par le directeur de la PIDE – fut arrêté à Irún mais libéré au bout de quelques heures. Pour cette action, la Cimade obtint si ce n’est l’appui, du moins la tolérance du Quai d’Orsay18. Dans une « logique de coopération avec les autorités19 », Marc Bogner avait prévenu Maurice Couve de Murville (lui-même protestant) de l’opération. Cette tolérance n’allait pas de soi : le gouvernement français était alors un des rares pays à soutenir la politique de résistance à la décolonisation menée par le gouvernement de Salazar. La France vendait des armes au Portugal et ne votait pas contre lui aux Nations Unies20. Les militants appartenant aux mouvements de libération des colonies portugaises n’étaient pas les bienvenus en France et plusieurs d’entre eux étaient interdits d’entrée en France. Néanmoins, les étudiants conduits par les équipiers de la Cimade furent autorisés à entrer en France, sans obtenir toutefois le statut de réfugié politique car cela aurait dégradé sérieusement les relations franco-portugaises. Ils furent accueillis dans le foyer de la Cimade de Sèvres. La plupart des étudiants, cependant, quittèrent la France pour une « deuxième fugue ». Attendus par leurs camarades anticolonialistes, ils se dispersèrent en fonction de leurs affinités politiques, notamment en Europe de l’Est et en Afrique, où différents États soutenaient leurs luttes21.

DES MIGRANTS PARTICULIERS

  • 22 Cardina Miguel « On student movements in the decay of the Estado Novo », in Portuguese journal of (...)
  • 23 Martins, Hermínio, Classe, Statuse podere outros ensaios sobre o Portugal contemporâneo, Lisboa, I (...)
  • 24 Note « Éxilés portugais », 5 mars 1968. Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (...)

6D’après les archives de la Cimade, ce n’est qu’à partir de juillet 1965 que l’organisation assiste un nombre conséquent de Portugais. De juillet 1965 au 31 décembre 1967, elle reçoit 774 portugais dont 522 sont considérés comme des exilés. La plupart des Portugais qui se dirigent vers la Cimade ont un profil bien particulier qui les distingue des milliers de Portugais venant en France depuis 1957. Les émigrants portugais en France, approximativement 900 000 entre 1957 et 1974, proviennent en grande partie des classes populaires, notamment de la petite paysannerie du Centre et du Nord du pays. Parmi eux se trouvent également des ouvriers, des employés et des jeunes étudiants qui fuient la répression-notamment après les mouvements étudiants de 1962, 1965 et 196922 – et désirent ne pas combattre en Afrique. Ce sont principalement ces derniers que la Cimade assiste. Selon les chiffres produits par l’organisation, 43 % de ceux qui ont été accueillis avaient le bac ou étaient passés par l’université, 30 % avaient le niveau du brevet et on comptait 40 % d’étudiants. Or, en 1960, seul 1,2 % de la population portugaise possédait un diplôme universitaire23. Un des membres de la Cimade note à juste titre que « la majorité des exilés sont issus des classes privilégiées (petite bourgeoisie et bourgeoisie intellectuelle). Plus de 70 % d’entre eux sacrifient une situation privilégiée pour s’expatrier24 ».

  • 25 Charbit Yves, Hily Marie-Antoinette et Poinard Michel (dir.), Le Va-et-vient identitaire, Paris, P (...)
  • 26 Résumé de la réunion de service de la Cimade du 8 février 1967. Archives de la Cimade (consultées (...)
  • 27 Voir les mémoires de João Freire, officier de la marine qui déserta en 1967 et vécut en France jus (...)
  • 28 Note de Jacques Beaumont du 31 août 1965. Archives de la Cimade.

7Les caractéristiques sociales de ces réfugiés amènent les équipiers à tenter de remédier à l’important déclassement dont beaucoup sont victimes. Ceux qui viennent à la Cimade disposent le plus souvent d’un faible capital social en France. Ils n’ont pas d’amis ou de camarades pouvant les accueillir, les guider et leur trouver du travail. Ils n’appartiennent pas au Parti communiste portugais qui possède des moyens financiers et des précieux contacts (notamment auprès des municipalités détenues par le Parti communiste français) afin d’obtenir des emplois et des logements. À la différence des nombreux migrants portugais, ils ne sont pas insérés dans des réseaux d’entraide ou des chaînes migratoires25. Il s’agit alors pour les agents de la Cimade d’héberger ceux qui viennent d’arriver et de leur permettre de trouver un travail conforme à leurs compétences ou savoir-faire. Helena Scob, qui s’occupe plus particulièrement des réfugiés portugais (ainsi que grecs) jusqu’en 1969, multiplie les courriers auprès de ses contacts pour obtenir des emplois aux réfugiés dont les diplômes ne sont pas reconnus ou qui ne peuvent accéder à certains emplois du fait de leur mauvaise usage de la langue française. On leur cherche des emplois dans des maisons d’éditions, des laboratoires, « tous les petits métiers qui demandent soin, méthode, pas de technicité exceptionnelle mais une attention qu’un étudiant a acquis naturellement26 ». Certains métiers sont particulièrement appréciés par ces exilés : veilleur de nuit par exemple car cet emploi permet, parallèlement, de continuer des études27. Mais beaucoup doivent exécuter des emplois auxquels ils sont contraints du fait de leur migration. Trois étudiants reçus par la Cimade en 1965 expriment ainsi les conséquences de ce déclassement : « nous travaillons neuf heures par jour à des travaux pénibles auxquels nous ne sommes pas habitués28 ».

  • 29 Vasquez Ana, Araujo Ana Maria Araujo, Exils latino-américains : la malédiction d’Ulysse, Paris, CI (...)
  • 30 Voir le compte rendu du secteur Réfugiés, 1973. BDIC, F delta 2149/2280.

8Certains cas exigent plus d’attention et impliquent de nombreux courriers avec les autorités et d’autres organisations. Certains exilés sont parfois très fragiles psychologiquement et certains tentent de mettre fin à leurs jours. Helena Scob suit de près ceux qui souffrent le plus de la « malédiction d’Ulysse29 ». Elle devient la tutrice d’un jeune garçon, âgé de 17 ans, dont le père est mort au Portugal après quinze années d’emprisonnement pour des motifs politiques. L’adolescent avait lui-même connu la prison lorsqu’il avait 15 ans. Helena Scob veille à ce qu’il puisse poursuivre ses études et n’hésite pas à solliciter le cabinet du préfet de Police de Paris pour lui obtenir un laissez-passer afin qu’il puisse se revigorer dans les montagnes suisses. Ces liens très approfondis qu’Helena Scob avait tissés avec certains exilés portugais n’étaient toutefois pas du goût de certains équipiers qui préféraient une administration bureaucratique, impersonnelle et interchangeable des réfugiés, plutôt que des rapports personnalisés et basés sur la confiance30.

  • 31 Rapport de la Cimade « 3 000 exilés accueillis d’octobre 1973 à octobre 1974 ». BDIC, F delta 2149 (...)
  • 32 Teixeira Nuno Severiano, « Portugal e as guerras da descolonização » in Nova história Militar de P (...)
  • 33 Voir Pellerin Agnès, Les Portugais à Paris au fil des siècles & des arrondissements, Paris, Chande (...)
  • 34 Voir Cardina Miguel, Margem de certa maneira. O maoismo em Portugal 1964-1974, Lisboa, Tinta da Ch (...)
  • 35 Bebiano Rui, « Contestação do regimee tentação da luta armada sob o marcelismo », in Revista Portu (...)

9Le nombre de réfugiés portugais accueillis par la Cimade ne cesse d’augmenter jusqu’au 25 avril 1974. Entre octobre 1973 et le 25 avril 1974, 400 Portugais sont accueillis lors de 1 692 visites31. Parmi ces 400 Portugais, 275 viennent pour la première fois. Leur nombre augmenta entre 1965 et 1974 car les jeunes Portugais furent de plus en plus nombreux à refuser de faire leur service militaire et/ou à se battre en Afrique. De 1961 à 1972, le pourcentage des insoumis et des réfractaires s’éleva de 11,6 % à 20,3 % des jeunes hommes recensés32. Près de 100 000 réfractaires, insoumis et déserteurs sont venus en France entre 1961 et 1974. La Cimade constituait ainsi l’une des principales structures de soutien aux réfractaires et aux déserteurs portugais en Europe, à côté du comité de soutien aux déserteurs portugais de Paris33, de Malmö ou d’Amsterdam. Tandis que le Parti communiste portugais enjoignait ses militants et sympathisants à rejoindre l’armée afin d’y continuer leur action de mobilisation des masses, les groupes d’extrême gauche, surtout maoïstes34, appelaient – par le biais de tracts, de brochures et de journaux – à l’insoumission et à la désertion35. La plupart de ces groupes préconisaient l’accomplissement du service militaire – qui s’effectuait en métropole – car les jeunes opposants apprendraient à utiliser les armes qu’ils étaient censés voler pour les amener en France, en vue de les retourner ensuite contre le régime. Mais avant le « grand soir », les comités de soutien et la Cimade offraient un logement temporaire, d’éventuelles bourses ou emplois et une aide juridique pour la régularisation. Les équipiers de la Cimade essayaient de ne pas privilégier tel ou tel groupe politique, même si, du fait de ses recompositions permanentes, l’extrême gauche n’était pas facile à saisir.

MIGRANTS ? EXILÉS ? RÉFUGIÉS ? QUEL STATUT ?

  • 36 Chiffres tirés de : Silva António Jorge dos Santos, Le Cas des réfugiés politique portugais en Fra (...)
  • 37 Voir notamment Shain, Yossi, The frontier of loyalty : Political exils in the age of the NationSta (...)
  • 38 Compte rendu de la réunion du service « accueil » du 30 mars 1971. BDIC, F delta 2149/2280.
  • 39 Voir pour plus de précisions, Péreira Victor, « Une migration surveillés. La PIDE et les Portugais (...)
  • 40 Bigo Didier, Polices en réseaux. L’expérience européenne, Paris, Presses de Sciences-Po, 1996.
  • 41 Compte rendu de la réunion du service « accueil » du 30 mars 1971, op. cit.

10Une part primordiale de l’assistance fournie par les agents de la Cimade aux réfugiés portugais concernait leur statut légal en France. Quel statut devaient-ils avoir ? Celui de travailleurs immigrés, comme la plus grande partie de leurs compatriotes ? Celui de réfugiés politiques ? Celui de demandeurs d’asile ? Les chiffres le prouvent aisément : la grande majorité des exilés portugais préféra se fondre dans la masse des travailleurs immigrés portugais. Entre 1958 et 1974, seuls 608 portugais demandèrent le statut de réfugié politique auprès de l’OFPRA, et parmi ceux-ci seuls 314 l’ont obtenu36. Ces 608 demandeurs, ou 314 réfugiés officiellement reconnus, sont loin de constituer le nombre total d’exilés portugais en France, catégorie qu’il est difficile de quantifier. En effet, la frontière entre exil et émigration « économique » est difficile à tracer37. Les définitions à partir des motivations de départ des migrants sont imparfaites car elles postulent que ceux qui partent ont pleinement conscience des motifs de leurs départs et occultent le fait que ceux qui fuient pour des raisons politiques peuvent cesser toutes activités politiques à l’étranger. De même, des individus qui ne partaient pas pour des raisons politiques peuvent, à l’étranger, entreprendre des actions politiques dirigées contre le gouvernement de leur pays d’origine. Il est donc préférable de définir comme exilés ceux qui, de facto, entreprennent une activité politique, quelles que soient la motivation de leur départ, motivation énoncée ou non. Face à ces difficultés, les agents de la Cimade ont cherché à produire leur propre définition du réfugié. Selon une des militantes de la Cimade qui se trouvait à l’accueil des nouveaux venus, il « semble qu’un réfugié politique est une personne qui a conscience clairement de son opposition, qui est militant et qui court un danger dans son pays. Mais il n’est pas facile de le discerner dans un seul entretien. D’où la nécessité de revoir plusieurs fois la personne avant de savoir si c’est un politique, d’où beaucoup de temps nécessaire38 ». En effet, les jeunes Portugais, notamment les étudiants, dissimulent leurs éventuelles motivations politiques aux autorités françaises, de peur d’être expulsés ou d’être étroitement surveillés. La France et le Portugal sont alliés dans le cadre de l’OTAN et entretiennent de très bonnes relations diplomatiques. Les polices des deux pays collaborent étroitement, échangeant fréquemment des informations sur les opposants antisalazaristes et anticolonialistes39. Cette collaboration se fonde sur l’anticommunisme et une manière de voir commune40. Jusqu’à la fin des années 1960, les principales personnalités d’opposition à la dictature salazariste sont interdites de territoire en France. Beaucoup d’exilés craignent alors que la demande de réfugié politique ne les signale aux polices françaises et portugaises et ne les empêche d’exercer toute action politique. Les étudiants omettent d’évoquer leur parcours universitaire lors des contacts avec l’administration et se présentent comme de simples travailleurs. Les cartes de séjour et de travail apparaissent comme des gages de discrétion. Même face aux agents de la Cimade, la méfiance est souvent de mise. Une équipière le note : « il y a une nécessité de mettre les personnes reçues en confiance pour qu’elles puissent revenir, et exprimer « cette autre chose » s’ils le souhaitent. Besoin de sécurité indispensable pour parler41. » Ces éléments expliquent le faible nombre de demandeurs d’asile portugais. Du reste, étant donné les bonnes relations entre la France et le Portugal et les restrictions posées par la convention de Genève, les Portugais obtenaient difficilement le statut de réfugié, comme le prouve le fait que seule la moitié des requérants vit sa demande acceptée.

  • 42 Voir Péreira Victor, « Une migration favorisée. Les représentations et pratiques étatiques vis-à-v (...)
  • 43 Cet accord se substituait à celui de 1963 qui n’avait pas été appliqué. Volovitch-Tavarès Marie-Ch (...)
  • 44 Sur ces circulaires et les mobilisations qu’elles provoquèrent, voir Siméant Johanna, La Cause des (...)

11Ceux qui venaient en France pour échapper à la police politique ou pour ne pas faire leur service militaire ont bénéficié de la politique du gouvernement français vis-à-vis des travailleurs portugais. Désireuses de drainer une population considérée comme une main-d’œuvre assimilable et docile, les autorités françaises ont stimulé l’immigration clandestine portugaise, dérogeant amplement à la législation et à la réglementation sur l’entrée et le séjour des étrangers en France. À partir de 1964, les régularisations de tous les clandestins portugais ont été imposées par Georges Pompidou42. Après les événements de mai 1968, auxquels ont participé de nombreux travailleurs immigrés, la maîtrise des flux migratoires est à l’ordre du jour pour une partie du gouvernement français. Une circulaire de juillet 1968 limite les régularisations des travailleurs introduits sur le territoire français sans posséder préalablement de contrat délivré par l’Office national d’immigration. Cependant, cette reprise en main ne complique pas encore la situation des réfugiés portugais car les autorités françaises excluent les migrants portugais du cadre de cette circulaire. C’est après ces premières restrictions à l’immigration que la migration portugaise vers la France connaît son apogée. En 1969, 1970 et 1971, plus de 350 000 Portugais, parmi lesquels de nombreux réfractaires, déserteurs et militants d’opposition, gagnent la France. Néanmoins, la situation se modifie pour les exilés portugais à partir de 1971 et la ratification d’un accord d’émigration entre le Portugal et la France43. Cet accord prévoit la venue annuelle d’un quota maximum de 65 000 travailleurs portugais âgés de plus de 21 ans. Il écarte ainsi les jeunes réfractaires qui ne peuvent émigrer légalement et doivent normalement être refoulés à la frontière. L’année suivante, en 1972, paraissent les circulaires Fontanet et Marcellin, visant à réduire l’immigration clandestine44. Liant étroitement l’obtention d’une carte de séjour à la détention d’une carte de travail, elles impliquent le refoulement de ceux qui n’ont pas de travail et de ceux qui sont entrés sur le territoire sans contrat. Les jeunes déserteurs portugais et tous ceux qui étaient persécutés au Portugal se trouvaient dans une situation légale plus délicate. Souvent âgés de moins de 21 ans, ils devaient normalement être refoulés à la frontière et s’ils perdaient leur emploi en France, ils pouvaient être expulsés. Ces mesures restreignant l’immigration illégale contraignent un plus grand nombre de Portugais à utiliser la réglementation concernant les réfugiés. Sur les 608 demandes du statut de réfugié politique formulées entre 1958 et 1974, 341 le furent entre 1971 et 1974. Cette évolution correspondait à la fois à l’augmentation de l’arrivée des réfractaires portugais en France et à la plus grande nécessité de demander le statut.

  • 45 Rapport du secteur Réfugiés, juillet 1971. BDIC, F delta 2149/2280.
  • 46 Ibid.
  • 47 Israël Liora, L’Arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.
  • 48 Rapport du secteur Réfugiés, juillet 1971, op. cit.
  • 49 Sur ces différends, voir Noiriel Gérard, La Tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe (1791 (...)
  • 50 Rapport du secteur Réfugiés, juillet 1971, op. cit.

12À partir de 1970, la Cimade se concentre résolument dans l’assistance aux réfugiés et plus particulièrement aux militants politiques. Elle délaisse les « migrants économiques » et ceux qui viennent « simplement pour demander du travail45 ». L’un des équipiers le signale nettement : « priorité à l’efficacité auprès des militants sérieux46 ». Pour ces derniers, qui souffrent des restrictions posées à l’immigration, elle utilise l’« arme du droit47 ». D’une part, elle les assiste juridiquement, dans l’obtention d’une carte de séjour, de travail ou du statut de réfugié. Elle les accompagne dans les rapports avec l’administration. D’autre part, elle plaide la cause des réfugiés portugais auprès de hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur et des Affaires étrangères. Héléna Scob s’entretient régulièrement avec le sous-directeur à la direction de la Réglementation du ministère de l’Intérieur. Des contacts sont pris avec le Quai d’Orsay pour s’assurer la compréhension des autorités dans le cas particulier des déserteurs. Ainsi, le ministère des Affaires étrangères assure que « la France continuerait à ouvrir ses portes aux déserteurs48 » en dépit de la signature de l’accord de main-d’œuvre de 1971. Et la Cimade joue des différends entre le quai d’Orsay et la Place Beauvau sur la question de l’asile49. Elle essaie d’utiliser le premier face au second. Lorsque des jeunes exilés sont menacés d’expulsion ou refoulés, la Cimade tend à « le signaler immédiatement au ministère des Affaires étrangères50 » pour que ces pratiques cessent.

  • 51 Voir Israel Liora, « Faire émerger le droit des étrangers en le contestant, ou l’histoire paradoxa (...)
  • 52 Sur l’obligation des réfugiés à fournir des preuves, voir Noiriel Gérard, La Tyrannie du national. (...)
  • 53 Lettre d’Helena Scob au Comite portugais de Grenoble, le 5 juin 1972. Archives de la Cimade.

13Pour renforcer son action de protection légale des exilés portugais, la Cimade fait rédiger par l’avocat Hervé Dupont-Monod, un des avocats engagés dans la cause des immigrés de l’après Mai-6851, un rapport sur la situation juridique des déserteurs portugais en France. Ce travail met en évidence la « situation hybride » des réfractaires portugais qui ne possèdent ni le statut de réfugié politique ni la condition de travailleurs immigrés mais toutes les conséquences et inconvénients que ces deux situations comportaient. Ce régime particulier, sans grand fondement juridique, laisse les réfractaires sous la menace de mesures arbitraires des agents du ministère de l’Intérieur, lequel peut à tout moment modifier leur situation. Les réfractaires portugais souffrent également du fait que la soustraction au service militaire n’est pas considérée comme un motif suffisant pour obtenir le statut de réfugié politique. Du reste, jusqu’à l’application en 1971 du protocole de Bellagio, signé en 1967, seuls sont pris en compte les événements produits avant 1951. Après 1971, ceux qui sollicitent le statut de réfugié doivent, comme l’explique Helena Scob à un comité de déserteurs et réfractaires portugais de Grenoble en juin 1972, fournir des preuves « concrètes52 » : « emprisonnement, association illégale d’étudiants ». Helena Scob décrit ainsi l’argumentaire à développer auprès de l’OFPRA : « on peut même parfois expliquer tout un comportement psychologique personnel en rapport avec la situation sociale et politique du Portugal. La désertion doit être présentée comme une conclusion normale à toute attitude et un engagement soit personnel soit militant53. »

  • 54 Rosental Paul-Andre, L’Intelligence démographique. Sciences et politiques des populations en Franc (...)
  • 55 Note de l’ONI sur la « situation de l’immigration portugaise à l’issue de la période transitoire c (...)
  • 56 Spire Alexis, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris (...)

14Néanmoins, en dépit de l’accord d’émigration de 1971 et des circulaires Fontanet-Marcellin, Georges Pompidou et ses proches conseillers à l’Élysée désirent continuer à favoriser l’immigration clandestine portugaise car cette population est vue, dans une perspective non dénuée de « clichés ethniques54 », comme le dernier « réservoir55 » de main-d’œuvre européenne aisément « assimilable ». L’accord n’est donc pas pleinement respecté et les migrants portugais, même ceux âgés de moins de 21 ans, continuent d’obtenir un régime distinct de celui en vigueur pour les migrants d’autres nationalités. Si cette tolérance permet aux jeunes réfractaires de rentrer en France, les régularisations prennent de plus en plus de temps et les réfugiés se trouvent soumis au « pouvoir discrétionnaire56 » des agents du ministère de l’Intérieur. Les agents de la Cimade doivent alors multiplier les contacts auprès des administrations, parfois jusqu’à six, pour obtenir la régularisation de leur séjour en France.

  • 57 3 000 exilés accueillis d’octobre 1973 à octobre 1974, rapport de la Cimade (BDIC, F delta 2149/22 (...)
  • 58 Dufoix Stéphane, Politiques d’exil. Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France après 1945, op (...)

15Le rapport analysant l’activité de la Cimade de l’année 1974 s’ouvre par une note positive : « pour commencer par des nouvelles un peu réconfortantes, il faut dire qu’en l’espace de quelques mois, on a vu repartir la quasi totalité des exilés grecs et la majeure partie des déserteurs portugais57 ». En effet, le coup d’État militaire du 25 avril 1974 permet l’implantation de la démocratie, la fin des guerres coloniales et le retour des exilés portugais. Les réfractaires et déserteurs doivent cependant attendre quelques mois pour obtenir une amnistie et rentrer dans leur pays sans courir de risques. Parmi ceux qui rentrèrent au Portugal, des milliers ont été aidés par la Cimade lors de leur séjour en France. Cependant, l’action de la Cimade auprès des exilés portugais connut indéniablement plusieurs entraves. D’une part, les moyens dont elle disposait étaient souvent insuffisants face aux nécessités. De nombreux rapports internes le regrettent. Ce manque de moyen conduisit l’association à se limiter aux exilés, délaissant les migrants dont les propriétés sociales étaient moins « nobles ». D’autre part, certains militants portugais – l’exopolitie58 portugaise était composée d’une multitude de partis et de groupes d’extrême gauche rivaux – évitaient la Cimade, la considérant comme trop liée aux États – Unis du fait de sa filiation protestante ou à des groupes politiques rivaux. Enfin, la Cimade n’était pas la seule à venir en aide aux exilés portugais et notamment aux déserteurs. Elle se trouvait en situation de coopération – et parfois de concurrence – avec d’autres structures. Il n’en reste pas moins que l’association se distingue aujourd’hui dans la mémoire de l’exil portugais en France, surtout grâce à l’organisation de la fugue des étudiants anticolonialistes.

Notes

1 Note du directeur de la Polícia Internacionale de Defesa do Estado adressée au sous-directeur de la Polícia Internacionale de Defesa do Estado de la province d’Angola, 21 avril 1965, Archives nationales de la Torre do Tombo (ANTT), Archives de la PIDE/DGS, SC CI (2) processo 2425, Fuga de estudantes ultramarinos, NT 7186.

2 Ce chiffre se retrouve dans un document relatant « l’Opération Angola » que m’a aimablement transmis Charles Harper. Je tiens à le remercier de sa confiance. Je remercie également Bill Nottingham et Charles Harper d’avoir répondu à mes questions à l’occasion d’un échange de courriels. Beaucoup d’éléments concernant le départ clandestin des étudiants anticolonialistes proviennent de ce texte.

3 Girardet Raoul, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986.

4 Péclard Didier, « Eu sou americano ». Dynamiques du champ missionnaire dans le planalto central angolais au XXe siècle », in Lusotopie, n° 5, 1998, p. 357.

5 Sur les relations luso-américaines et luso-anglaises dans les années 1960, voir Rodrigues Luís Nuno, Kennedy-Salazar : a crise de uma aliança. As relações luso-americanas entre 1961e 1963, Lisboa, Editorial Notícias, 2002 ; Oliveira Pedro Aires, A Grã-Bretanhae a questão colonial Portuguesa, 1945-1975, Lisboa, Tinta da China, 2007.

6 Cann John, Counterinsurgency in Africa. The portuguese way of war, 1961-1974, Westport, Greenwood Press, 1997.

7 Pinto António Costa, O fim do império português, Lisboa, Livros Horizonte, 2001.

8 . Cf. la nécrologie de Charles Malvin Blake (1918-2011) publiée sur le site du New York Times le 21 mars 2011. http://www.legacy.com/obituaries/nytimes/obituary.aspx?n=charlesblakemelvinblake&pid=149526950 (page consultée le 4 février 2012).

9 Note confidentielle du directeur de la PIDE adressé au gouverneur civil du district de Lisbonne, 6 mai 1961, (ANTT), Archives de la PIDE/DGS, SC CI (2) processo 2425, Fuga de estudantes ultramarinos, NT 7186.

10 Note du directeur de la PIDE adressée à tous les chefs de postes frontaliers, 21 juin 1961, (ANTT), Archives de la PIDE/DGS, SC CI (2) processo 2425, Fuga de estudantes ultramarinos, NT 7186.

11 Léonard Yves, « Immuable et changeant, le lusotropicalisme au Portugal » in Arquivos do Centro Cultural Calouste Gulbenkian, Le Portugal et l’Atlantique, vol. 42, Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian, 2001, p. 107-117.

12 Sur cet appel et les tentatives de sortie du Portugal des étudiants provenant des colonies, voir Rocha Edmundo, Angola. Contribuição ao Estudo da génese do nacionalismo moderno angolano. Período de 1950 a 1964. Testemunhoe estudo documental, Lisboa, Dinalivro, 2009, p. 178 et suiv.

13 Drahy Jérôme, Le Droit contre l’État ? Droit et défense associative des étrangers : l’exemple de la Cimade, Paris, L’Harmattan, 2004.

14 Il n’est pas anodin que la fugue des étudiants du Portugal se retrouve dans les publications où la Cimade relate sa propre histoire. Elle permet en effet de tracer une constante dans l’histoire de la Cimade et d’inscrire fermement l’action menée pendant l’Occupation du côté de la Résistance. En revanche, l’action menée par la Cimade auprès des réfugiés portugais, elle, n’est pas évoquée, s’intégrant probablement plus difficilement dans ce récit de soi. Voir les récits de la fugue dans Jacques André, Madeleine Barot, Paris, Cerf, 1989, p. 199-201 ; Parce qu’il n’y a pas d’étrangers sur cette terre, Paris. 1939-2009 : une histoire de la Cimade, Paris, Cimade, 2009, p. 30-31.

15 Voir Razac Olivier, Histoire politique du barbelé, Paris, Flammarion, 2009.

16 Dowty Alan, Closed borders. The contemporary assault on freedom of movement, New Haven, Yale University Press, 1987.

17 Une reproduction d’un de ces certificats de prise en charge se trouve dans Parce qu’il n’y a pas d’étrangers sur cette terre, op. cit., p. 30.

18 Kim Jones, l’un des étudiants américains ayant participé à la fugue, évoque, dans un témoignage écrit non publié daté du 4 juin 2011, des conversations au plus haut sommet des États français, espagnol et portugais concernant l’arrestation des étudiants africains à Irún. Charles Melvin Blake lui aurait confié en 1967 – Blake ayant obtenu ces informations de l’administration américaine – que Salazar et Franco auraient échangé des coups de téléphone. Franco ne voulait pas transférer les étudiants au Portugal et s’accorda personnellement avec de Gaulle pour que les étudiants puissent poursuivre leur périple. Aucune autre source ne vient confirmer-ni infirmer-ce témoignage. Je remercie Bill Nottingham de m’avoir transmis une copie de ce témoignage.

19 Drahy Jérôme, Le Droit contre l’État ?, op. cit., p. 69.

20 Voir Lala Amaral da Silva, L’Enjeu colonial dans les relations franco-portugaises, 1944-1974, Thèse de doctorat, Institut d’études politiques de Paris, 2007, dactyl., p. 174 et sq.

21 Sur les divisions qui apparurent à Paris autour de ces étudiants et leur dispersion, voir Rocha Edmundo, Angola..., op. cit. 3.

22 Cardina Miguel « On student movements in the decay of the Estado Novo », in Portuguese journal of Social Science, vol. 7, n° 3, 2008, p. 151-164

23 Martins, Hermínio, Classe, Statuse podere outros ensaios sobre o Portugal contemporâneo, Lisboa, Imprensa de Ciências Sociais, 1998, p. 112.

24 Note « Éxilés portugais », 5 mars 1968. Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Archives de la Cimade, F delta 2149/2274.

25 Charbit Yves, Hily Marie-Antoinette et Poinard Michel (dir.), Le Va-et-vient identitaire, Paris, PUF-INED, 1997.

26 Résumé de la réunion de service de la Cimade du 8 février 1967. Archives de la Cimade (consultées rue de Grenelle en 1999).

27 Voir les mémoires de João Freire, officier de la marine qui déserta en 1967 et vécut en France jusqu’en 1974, Freire João, Pessoa comum no seu tempo. Memórias de um médio-burguês de Lisboa na segunda metade do século XX, Porto, Afrontamento, 2007.

28 Note de Jacques Beaumont du 31 août 1965. Archives de la Cimade.

29 Vasquez Ana, Araujo Ana Maria Araujo, Exils latino-américains : la malédiction d’Ulysse, Paris, CIEMI/L’Harmattan, 1988.

30 Voir le compte rendu du secteur Réfugiés, 1973. BDIC, F delta 2149/2280.

31 Rapport de la Cimade « 3 000 exilés accueillis d’octobre 1973 à octobre 1974 ». BDIC, F delta 2149/2271.

32 Teixeira Nuno Severiano, « Portugal e as guerras da descolonização » in Nova história Militar de Portugal, Themudo Barata Manuel, Severiano Teixeira Nuno (dir.), vol. 4, Lisboa, Círculo de Leitores, 2004, p. 68-92, p. 76

33 Voir Pellerin Agnès, Les Portugais à Paris au fil des siècles & des arrondissements, Paris, Chandeigne, 2009, p. 133-134.

34 Voir Cardina Miguel, Margem de certa maneira. O maoismo em Portugal 1964-1974, Lisboa, Tinta da China, 2011.

35 Bebiano Rui, « Contestação do regimee tentação da luta armada sob o marcelismo », in Revista Portuguesa de História, n º 37, Coimbra, 2005, p. 65-104.

36 Chiffres tirés de : Silva António Jorge dos Santos, Le Cas des réfugiés politique portugais en France : vers une étude statistique du fichier de l’OFPRA – approches juridiques du statut de réfugié, Mémoire de DEA d’histoire, Université Paris-IV, dactyl., 1998, p. 69-71.

37 Voir notamment Shain, Yossi, The frontier of loyalty : Political exils in the age of the NationStates, Middletown, Wesleyan University Press, 1989 ; Témime Émile, Émigration « politique » et émigration « économique » in L’Émigration politique en Europe aux xixe et xxe siècles, Rome, École française de Rome, p. 57-72 ; Dufoix, Stéphane, Politiques d’exil. Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France après 1945, Paris, PUF, 2002 ; Groppo, Bruno, « Éxilés, réfugiés, émigrés, immigrés. Problèmes de définition », in Collomp Catherine, Menendez Mario (dir.), Exilés et réfugiés politiques aux États-Unis. 1789-2000, Paris, CNRS éditions, 2003, p. 19-30.

38 Compte rendu de la réunion du service « accueil » du 30 mars 1971. BDIC, F delta 2149/2280.

39 Voir pour plus de précisions, Péreira Victor, « Une migration surveillés. La PIDE et les Portugais en France », in Latitudes, n° 21, 2004, p. 3-12.

40 Bigo Didier, Polices en réseaux. L’expérience européenne, Paris, Presses de Sciences-Po, 1996.

41 Compte rendu de la réunion du service « accueil » du 30 mars 1971, op. cit.

42 Voir Péreira Victor, « Une migration favorisée. Les représentations et pratiques étatiques vis-à-vis de la migration portugaise en France (1945-1974) » in Blanc-Chaléard Marie-Claude, Dufoix Stéphane, Weil Patrick (dir.), L’Étranger en questions du Moyen Âge à l’an 2000, Paris, Le manuscrit, 2005, p. 285-323.

43 Cet accord se substituait à celui de 1963 qui n’avait pas été appliqué. Volovitch-Tavarès Marie-Christine, « L’Immigration portugaise et l’impossible accord de main-d’œuvre franco-portugais », in Exils et migrations ibériques, n° 7, 1999, p. 121-136.

44 Sur ces circulaires et les mobilisations qu’elles provoquèrent, voir Siméant Johanna, La Cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences-Po, 1998.

45 Rapport du secteur Réfugiés, juillet 1971. BDIC, F delta 2149/2280.

46 Ibid.

47 Israël Liora, L’Arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

48 Rapport du secteur Réfugiés, juillet 1971, op. cit.

49 Sur ces différends, voir Noiriel Gérard, La Tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe (1791-1993), Paris, Calmann-Lévy, 1991.

50 Rapport du secteur Réfugiés, juillet 1971, op. cit.

51 Voir Israel Liora, « Faire émerger le droit des étrangers en le contestant, ou l’histoire paradoxale des premières années du GISTI », in Politix, n° 62, 2003, p. 115-144.

52 Sur l’obligation des réfugiés à fournir des preuves, voir Noiriel Gérard, La Tyrannie du national..., op. cit.

53 Lettre d’Helena Scob au Comite portugais de Grenoble, le 5 juin 1972. Archives de la Cimade.

54 Rosental Paul-Andre, L’Intelligence démographique. Sciences et politiques des populations en France (1930-1960), Paris, Odile Jacob, 2003, p. 108.

55 Note de l’ONI sur la « situation de l’immigration portugaise à l’issue de la période transitoire créée par le protocole du 29 juillet 1971 », le 1er octobre 1972, Archives nationales, Centre des archives contemporaines, n° 19880312, art. 16.

56 Spire Alexis, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris, Grasset, 2005.

57 3 000 exilés accueillis d’octobre 1973 à octobre 1974, rapport de la Cimade (BDIC, F delta 2149/2271).

58 Dufoix Stéphane, Politiques d’exil. Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France après 1945, op. cit.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable