Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

Accueil des réfugiés et construction d’une géographie de l’altérité : l’Europe centrale de la Cimade

Paul Gradvohl

Texte intégral

  • 1 Voir dans le présent volume la contribution de Dzovinar Kévonian.
  • 2 Lors de la session de Villemétrie, en mars 1960, on trouve dans le questionnaire pour les groupes (...)

1S’interroger sur une géographie de l’altérité peut sembler aller à l’encontre de l’affirmation de l’unicité de l’humanité qui culmina, en apparence, avec la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée le 10 décembre 1948 et la convention de Genève relative au statut des réfugiés du 28 juillet 1951 (entrée en vigueur le 22 avril 1954). Cette victoire de principe est rapidement apparue en tension avec les contraintes imposées par les conflits politiques autour de ce qui devenait la gestion des migrations en temps de guerre froide1. En étudiant essentiellement la période 1952-1968, j’examine l’évolution d’une des facettes de l’effritement de la conception unifiante de l’humanité. Ceci complète les réflexions présentées en introduction du présent volume et confirme la portée des interrogations fondamentales qui y sont formulées en abordant les inscriptions spatiales des logiques sociales. Partant du constat que chaque culture construit une série de géographies largement imaginaires, ancrées dans le politique mais dotées aussi de dimensions dites culturelles, je pose ici en principe que l’Altérité – cet « Autre » si souvent mentionné dans les textes de la Cimade, en particulier dans les discussions centrées sur le religieux2 – a sa cartographie propre. Cette cartographie est, compte tenu des activités de la Cimade en lien avec les réfugiés, sans cesse changeante, mouvante et floue.

  • 3 Voir Bérenger Jean, Tolérance ou paix de religion en Europe centrale 1415-1792, Paris, Champion, 2 (...)
  • 4 En 1620 les forces catholiques dirigées par les Habsbourg de Vienne défont les armées protestantes (...)

2Il ne s’agit pas ici de décrire en détail les actions d’accueil, d’intégration ou d’aide à l’émigration, mais de saisir comment « l’Europe centrale », dont la présence dans la culture française est incertaine, prend sa place au sein de la Cimade. L’activité de l’association pendant la période considérée s’étend du nord au sud de la France métropolitaine, de l’Algérie, y compris après 1962, à l’Allemagne jusqu’en 1959 et au Sénégal à partir de 1954. Les équipiers comptent par ailleurs de très nombreux étrangers des années 1950 aux années 1960, venus notamment des États-Unis et des Pays-Bas, sans compter un rapport particulier avec Genève. La référence à cette ville nous amène à une perception protestante de la géographie qui a logiquement fait une place spécifique à l’Europe centrale. Pendant les décennies d’essor de la Réforme, les protestants ont joué un rôle important dans une zone qui n’est plus à proprement parler germanique. Celle-ci comprend la Pologne, la Tchécoslovaquie et la Hongrie, mais aussi leurs marges orientale et méridionale. La Réforme y a eu un impact particulier. Puis la tolérance dans les royaumes de Pologne et de Hongrie a tranché avec la contre-Réforme des Habsbourg3. En pays tchèques, le protestantisme s’est largement maintenu après la Montagne Blanche4 (1620, victoire catholique), de même que dans le royaume de Hongrie sous la tutelle de Vienne à partir de la fin du xviie siècle. Pourtant malgré cette histoire, l’Europe centrale, en tant que telle, n’a fait qu’une fugitive apparition dans la conscience « cimadienne ».

UNE PÉRIODE CRUCIALE

  • 5 Lors de la première assemblée du Conseil œcuménique des Églises, Max-Alain Chevallier déclare ains (...)
  • 6 Voir la mise au point de Dufoix Stéphane in Politiques d’exil. Hongrois, Polonais et Tchécoslovaqu (...)
  • 7 Voir BDIC, F Delta 2149/1002. Pasteur Laszlo Lehel, Rapport de l’aumônerie hongroise, 30 septembre (...)
  • 8 BDIC, F Delta 2149/1004. B. Magny et H. Breebaart, Service africain de la Cimade, Le problème du r (...)

3Depuis la guerre et jusqu’à la fin des années 1960, le Juif souvent émigré quelques décennies plus tôt, puis le réfugié fuyant le communisme – tous deux en provenance de l’Europe centrale ou orientale – ont été des figures majeures de cette conscience5, même si la Cimade est intervenue auprès d’autres groupes, dont des personnes déplacées et d’autres internées. Pour ce qui est de la dimension sociale, les réfugiés de cette époque, qui évoquaient la menace ou la répression communiste, étaient rarement des travailleurs manuels, ouvriers ou paysans. En 1956-1957, les Hongrois font néanmoins exception, car ce sont massivement des jeunes peu qualifiés qui sont arrivés (60 % d’ouvriers). Pour en rester aux trois pays de référence, on compte, après la vague initiale qui va jusqu’à 1950, très peu d’arrivées pour la Pologne et la Tchécoslovaquie. Pour la Hongrie, on compterait début 1958,6 700 ressortissants dans l’Hexagone, mais le pays, entre 1951 et 1968, sert souvent aux réfugiés de tremplin vers d’autres destinations. En France, le réfugié a souvent obtenu ce statut en le demandant des années après son installation dans le pays, surtout jusqu’au début des années 19507. Par ailleurs, entre 1952 et 1968, on compte une seule arrivée massive en France d’exilés et de réfugiés en provenance d’Europe centrale. L’attraction exercée par ce pays est relativement faible. Pourtant, ce réfugié de l’Est apparaît, en 1951-1952, comme la figure de référence. En 1956, le jeune ouvrier suscitera bien des déceptions, avant une deuxième vague moins nombreuse et plus paysanne, arrivée par la Yougoslavie en 1957, qui présente un profil plus « sérieux » du point de vue du rapport au travail8, une dimension essentielle comme on le verra plus loin. Enfin, l’intégration de ce groupe hongrois dans la société française enclenche une dynamique qui s’épanouira plus tard au sein de la Cimade, dans le travail avec les « migrants » pour conserver le vocabulaire de l’organisation dans les années 1960-1970.

4Le tournant qui clôt la période se perçoit assez nettement, comme en témoigne un document du service africain en 1967 : « Le phénomène du réfugié politique classique est celui du citoyen des pays d’Europe de l’Est. Notre service de réception en accueille toujours un certain nombre. Mais ces dernières années, ce phénomène a nettement régressé pour faire place à l’apparition des intellectuels et mi-intellectuels des pays du Tiers Monde 8. » Et, en 1968, l’écho de l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie sera très limité comme en témoigne la faible place qu’elle occupe lors du camp annuel regroupant la direction et les équipiers très dispersés, et destiné à orienter les cadres du mouvement. Il en est allé de même au Conseil œcuménique des Églises (COE). L’organisation des activités de la Cimade privilégie effectivement d’autres terrains et la perception des Juifs en France – et plus largement en Occident – se transforme dans les années 1960.

  • 9 BDIC, F Delta 2149/1004. Lettre du 7 août 1967 de Denise Dubosq à Michel Wagner, évoquant la prépa (...)
  • 10 Voir « The Hungarian Revolution and the Planning of the Future. 23 October-4 november 1956 », Vol. (...)

5Pourtant traiter de « classique », voire de dépassé, le refuge politique correspond aussi à une visée dépréciatrice qui privilégie le lien entre le migrant nouveau et le « développement ». À cet égard, la Cimade apparaît profondément marquée par la pensée de Jean-Marie Albertini, dont Les mécanismes du sous-développement paraissent pour la première fois en 19669. Le développement, dorénavant prioritaire, gommerait donc le caractère réitéré de la production des réfugiés par les crises politiques, en particulier dans le monde en développement. Ces propos sont manifestement liés à un enjeu interne mais ils n’en sont pas moins révélateurs d’une évolution qui correspond aussi au retrait de l’Allemagne et au contexte révélé par l’affaire hongroise. Elle a montré que le système imposé par les Soviétiques au début de la guerre froide ne reposait en rien sur un soutien interne, mais sur une situation géopolitique dorénavant marquée par le refus occidental de risquer une destruction massive en Europe au nom de l’intérêt des peuples dominés par l’URSS. Ainsi en cas d’une déstabilisation politique due à une contestation nationale du pouvoir communiste, comme à Budapest en 1956 ou à Prague et Bratislava en 1968, l’Occident États-Unis en tête a signifié à Moscou son renoncement à tout soutien autre que déclamatoire aux contestataires. Rappelons qu’en 1956, la CIA n’avait en Hongrie qu’un agent infiltré sur place et il ne suivait pas les affaires hongroises10.

  • 11 Fin 1956, il apparaît comme secrétaire général de la Cimade. Le Foyer du 25 rue Blanche est le cen (...)
  • 12 BDIC, F Delta 2149/1002. Lettre de Jacques Beaumont et de l’équipe de la Rue Blanche, Camp de Vill (...)
  • 13 BDIC, F Delta 2149/1002. Cimade, Camp de printemps 1960, Introduction.

6La période cruciale est bien celle des années 1950-1960. Elle entoure le pic représenté par l’arrivée des Hongrois en 1956-1957, moment où est interrogée l’articulation nouvelle entre refuge et migration. Début 1957, Jacques Beaumont11 et l’équipe de la rue Blanche écrivent, en évoquant les échanges du futur camp des équipiers : « Nous voudrions consacrer un moment au problème que l’afflux nouveau de réfugiés a créé. Ces nouveaux réfugiés ne nous font pas oublier les anciens. Mais nous voudrions replacer l’ensemble de ces problèmes des réfugiés dans une vision plus large, celle des migrations actuellement en cours, migrations qui soulèvent des problèmes d’un ordre entièrement nouveau12. » Le texte de 1967 cité plus tôt n’est donc pas le résultat d’un changement brusque d’orientation, mais significatif d’une évolution de fond. Cette évolution passe notamment par la prise en compte, au sein de la Cimade, d’un rapport à la culture d’origine différent selon les catégories de migrants. Comme en témoigne à nouveau Jacques Beaumont en mars 1960, dans son introduction au camp de Villemétrie, quand il mentionne le secteur « Réfugiés »13 :

Parmi les réfugiés étrangers, deux catégories : les réfugiés “économiques” qui ont quitté leur pays à la recherche d’une situation meilleure matériellement, se préoccupant peu de se séparer de leur milieu normal-les réfugiés “politiques” qui, eux, certainement souffrent bien davantage que les précédents d’être coupés de leur culture et de leur civilisation. Cette souffrance cependant s’atténue à la deuxième génération. Nous avons donc à aider les réfugiés à résoudre leurs innombrables difficultés matérielles (logement, travail.) ; mais nous devons aussi nous souvenir qu’ils sont porteurs d’une civilisation, d’une culture, et donc les aider en ce domaine-là aussi. Nous ne devons donc jamais considérer le réfugié uniquement comme un “cas”, mais bien comme une “personne”.

  • 14 BIDC, F Delta 2149/1002. Rapport d’activité du service hongrois pour la période novembre 1956-avri (...)
  • 15 BDIC, F delta 2149/1083. Anciens équipiers – 1956 environ à juillet 1967.

7Finalement, la différence entre les deux catégories se ferait tant sur le motif du départ, que sur l’attachement à la culture d’origine, une fois installé dans un nouveau pays. Pour la Cimade, cette inclinaison ne saurait durer au-delà d’une ou deux générations. Pourtant, elle connaît les Arméniens et les Russes installés en France depuis l’entre-deux-guerres. Cette expérience ne devrait pas l’inciter à croire que la marque culturelle disparaît aussi vite chez les réfugiés. En outre, le maintien de différences culturelles chez les enfants ou petits-enfants des travailleurs étrangers installés en France ne lui échappe pas. Mais, ici, le discours de la Cimade rejoint la vision dominante de « l’intégration », le nom que le service hongrois, créé en novembre 195614, a pris dès 196015. En évoquant l’« Europe de l’Est » en 1967, ce discours ne fait pas exception. À cette époque, la seule trace de prise en compte spécifique de l’Europe sous emprise soviétique a disparu depuis plusieurs années. Un rapport de l’Aumônerie précise en mars 1959 :

  • 16 BDIC, F Delta 2149/1002. Rapport de l’Aumônerie, Session de Villemétrie, mars 1959.

L’Activité de l’aumônerie s’est poursuivie parmi les Espagnols presque uniquement, puisque le service Europe Centrale a disparu. La population des Espagnols résident [sic] depuis longtemps reste considérable. À celle-ci s’ajoute la venue des Espagnols protestants dont la vie est devenue intolérable dans leur pays à cause de leur foi. Certains de ces cas sont tragiques16.

8Cette trace est à associer au statut particulier des aumôneries protestante ou orthodoxe au sein de la Cimade. Le Comité inter-mouvements auprès des évacués s’est en effet développé dans une configuration ecclésiale très complexe. Son origine protestante se combine avec une ouverture à l’orthodoxie affirmée après 1945 sur la base des rapprochements ocuméniques de l’entre-deux-guerres, et le rapport entre mission et action en faveur des réfugiés n’est jamais précisé car plusieurs confessions se trouvent impliquées.

  • 17 BDIC, F Delta 2149/1004. B. Magny et H. Breebaart, Service africain de la Cimade, Le problème du r (...)
  • 18 Le 11 août 1955, le Bureau politique du Parti des Travailleurs Hongrois avait pris la décision d’a (...)

9À cette pluralité s’ajoute une carte partiellement religieuse et partiellement économique des régions du monde, vues par la Cimade dans ces années 1950-1960. Portugal ou Grèce sont des pays méditerranéens17, donc aux marges du monde développé, et le statut des confins orientaux de l’Europe est bien incertain, sauf en ce qui concerne le monde orthodoxe russe, très présent à la Cimade, et bien plus présent que les protestantismes polonais, tchèque, slovaque ou hongrois. Les contacts avec la Hongrie existent cependant. C’est à Galyateto, à 25 km au nord de Gyöngyös, donc au nord-est de Budapest en direction de Miskolc, que se tient, en août 1956, le comité central du Conseil œcuménique des Églises (COE), pour la première fois au-delà du rideau de fer18. Mais en fait, le COE est d’abord intéressé par l’URSS. En 1961, alors que la question hongroise fait encore l’objet de débats houleux à l’ONU, est votée, à New Dehli, à une large majorité, l’entrée des Églises orthodoxes orientales de Russie, Bulgarie, Roumanie et Pologne au sein du COE, à l’occasion de sa troisième assemblée, et ce malgré les craintes exprimées par l’Église réformée hongroise d’Amérique.

  • 19 Résultat cité dans Mayeur Jean-Marie (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, t (...)
  • 20 Citation présente notamment sur le site du COE (http://www.wcc-coe.org/wcc/what/international/hist (...)
  • 21 Voir Fabiny Tibor Jr, « Bishop Lajos Ordass and the Hungarian Lutheran Church », Hungarian Studies(...)
  • 22 Voir Gradvohl Paul (dir.), L’Europe médiane au xxe siècle : fractures, décompositions – recomposit (...)

10Certes, en 1957, c’est le peu de fermeté face à l’URSS de Josef Lukl Hromádka (1889- 1969), pourtant théologien tchèque, qui avait entraîné une contestation forte au sein du Comité central du COE. Cette contestation sera finalement réduite à un épiphénomène avec la réélection de Hromádka à la tête du Comité central, lors d’un vote bloqué, par 28 voix pour, 7 contre, et 40 abstentions19. Sa position s’est avérée victorieuse, comme lors de la première assemblée du COE à Amsterdam en 1948 quand il avait affronté John Foster Dulles qui voulait opposer christianisme et communisme. L’Assemblée défendit alors l’idée que « les Eglises devraient dire non au libéralisme capitaliste comme au communisme, et combattre l’idée erronée qu’il n’y a pas d’autre possibilité que cette alternative extrême20 ». Ce qui se traduisit, en 1957, par la volonté affirmée de développer les contacts avec l’orthodoxie de l’autre côté du rideau de fer, malgré l’écrasement de l’insurrection hongroise et le soutien apporté un temps à Lajos Ordass, chef de l’Église luthérienne à Budapest21. L’effet de l’événement n’a pas duré, ou pesé, sur le COE. Sur le plan international comme dans la pratique de la Cimade en France, le poids de l’orthodoxie russe demeure très fort. Le visage du protestantisme centre-européen qui domine à travers Hromádka est celui d’une vision tchèque, où la Russie, quelle qu’en soit l’orientation politique, doit être présente et où une doctrine sociale forte récuse l’idée d’un capitalisme associé par essence au christianisme. En Hongrie, mais aussi en Pologne, ces deux idées sont bien moins présentes. Comme d’autres approches l’ont montré, l’Europe centrale n’est pas une entité qui existe à travers le sentiment d’appartenance des populations locales22.

  • 23 BDIC, F Delta 2149/7011. Listes de personnes (1942-1943), Le Chambon-sur-Lignon.

11Le bilan de l’enquête préliminaire est donc troublant, d’autant que l’altérité du réfugié, de l’emprisonné et du déplacé est perçue de façon complexe par les équipiers, comme en témoignent déjà les remarques liées à l’Europe centrale dans les documents sur le Chambon-sur-Lignon, dès 1942-1943. À cette époque, les catégories nationales, professionnelles ou confessionnelles révèlent alors une perception mouvante, qui s’adapte au cas par cas et ne repose pas sur une maîtrise des réalités historiques de cette région. La qualification professionnelle, la mention de diplômes ou de titres, le renvoi à des professions précises (« ingénieur, électricité » ou « secrétaire de banque ») jouent un rôle important dans ces listes généralement destinées à justifier la sortie d’un camp et le placement dans les centres d’hébergement. Elle fait souvent l’objet d’une colonne dans les tableaux.23. La continuité de cet intérêt pour l’insertion professionnelle du migrant, fût-il réfugié, a été masquée par la perception ultérieure de la situation de guerre, centrée sur la distinction Juifs/non Juif.

VALORISATION SPÉCIFIQUE DU TRAVAIL, INTERACTIONS AVEC L’ÉTAT FRANÇAIS ET CONTACTS VÉCUS AVEC « LES HOMMES QUE NOUS SERVONS »

  • 24 BDIC, F Delta 2149/1004. Rapports, Session de Vaux, septembre 1968. Série de neuf tableaux synthét (...)
  • 25 BDIC, F Delta 2149/1002. Rapport de la Rue Fessart, Camp de Villemétrie, septembre 1958 : « Nous a (...)
  • 26 BDIC, F delta 2149/1083. Histoire manuscrite de la Cimade. Le document porte en première page : «  (...)
  • 27 BDIC, F Delta 2149/1002, Jacques Beaumont, Cimade/Camp printemps 1960. Il évoque « l’expérience du (...)
  • 28 BDIC, F Delta 2149/1002, Jeanne Merle d’Aubigné, Camp de Sèvres, octobre 1955, Centre d’accueil de (...)
  • 29 Ibid.

12Dans l’état actuel de l’enquête sur la géographie de l’altérité ressortent quelques points forts. En premier lieu, on trouve une valorisation du travail chez « les hommes que nous servons », pour reprendre le titre d’un document de 196824. Les équipiers perçoivent l’aptitude de ces derniers à être intégrés en fonction de leur attitude face au travail, ce qui n’interdit pas l’assistance aux vieillards. Les documents des équipiers ayant accueilli les jeunes hommes hongrois en 1956-1957 sont éloquents : absence de discipline, désordres, jusqu’au séjour en prison pour quelques uns. Cela ne semble pas trop préoccuper certains équipiers, en tout cas moins que la sortie de prison de jeunes réfugiés qui rôdent autour des foyers25. Cette vision d’une différence de qualité humaine se fait jour en d’autres occasions. Ainsi, dans une histoire manuscrite de la Cimade sans doute écrite en 1968, on peut lire : « Apatrides d’Europe centrale : secouer leur apathie traditionnelle, faire retrouver la vie de la foi dans leur Église traditionnelle26. » On remarquera en outre le rôle dévolu au service artisanat pendant ces années, car l’artisan et l’artiste sont censés emporter leur culture et doivent pouvoir la faire partager, ce qu’encourage la Cimade afin d’améliorer l’image de l’étranger en France27. Mais ce rôle pèse moins que les échecs à faire vivre des « communautés de travail » avec les réfugiés d’Europe centrale et orientale, qui refusent de se prendre en main collectivement, et ce dès 195528. En effet, le rapport du Centre d’accueil de Sucy-en-Brie précise « [...] l’origine ethnique et linguistique de nos pensionnaires depuis un an » (tableau ci-contre)29.

13Plus tard, il ne semble pas qu’il y ait eu de telles tentatives. L’équipier de la Cimade se distingue donc par la volonté d’insérer le réfugié et les autres personnes assistées dans une telle communauté. Le travail, y compris son inscription dans une vie communautaire chrétienne, apparaît bien comme un élément central dans cette période, qui voit l’abandon d’une perspective universaliste.

14Un second trait marquant peut être identifié. La fonction de conseiller exercée auprès de l’État impose de la respectabilité, mais en même temps une certaine distance avec une partie des assistés de la Cimade, distance sur laquelle on fait silence. Un texte de Jacques Beaumont de 1960 est, à cet égard, très parlant :

Notre témoignage se situe au niveau de l’État. Deux exemples précis d’actions caractéristiques de la Cimade en ce domaine :

  • Il nous a été demandé si nous pourrions mettre un équipier compétent à la disposition du Ministère de la Justice pour une enquête sur l’enseignement dans les prisons. [...] Et c’est bien là l’un de nos rôles : être disponible pour apporter notre aide aux pouvoirs publics dans leur travail de réflexion.
  • le travail auprès des Nord-Africains est actuellement le noud du travail de témoignage de la Cimade vis-à-vis des pouvoirs publics, en particulier sur le plan des centres d’assignation et des regroupés d’Algérie.
  • 30 BDIC, F Delta 2149/1002. Camp Printemps 1960, Villemétrie, « Présentation générale », p. 3-4.

Les pouvoirs publics nous écoutent en tant que nous sommes organisme « privé », représentant le secteur « privé », mais un secteur privé qui est pratiquement un secteur « confessionnel ». Il s’agit donc là vraiment pour nous d’un témoignage, qui se fait d’ailleurs souvent en commun avec les catholiques30.

  • 31 BDIC, F Delta 2149/1002. Camp des équipiers de la Cimade à Villemétrie, du samedi 20 au samedi 27 (...)
  • 32 Le traité d’Amsterdam de l’Union Européenne en 1997, puis le Conseil européen de Tampere en 1999, (...)
  • 33 BDIC, F Delta 2149/1004. Lettre de M. Wagner à D. Buron, président du Comité National de la Produc (...)

15La perception des équipiers s’avère donc en partie différente de celle de la direction. Chez les premiers, le contact avec les étrangers renforce la conscience des lacunes de l’État, et singulièrement de l’État français. Ses dirigeants se considèrent, en revanche, comme des conseillers éclairés. Dans ces conditions, pour ce qui est de l’Europe centrale et orientale, on sent, dans les années 1950-1960, une grande difficulté à placer le nouvel arrivant dans une position d’égal européen. L’apparition d’un cadre communautaire31 marque progressivement un tournant. La CEE est créée en 1957 et dès 1967, les responsables de la Cimade vont pressentir son rôle à venir32 en matière de migrations33. Toutefois, domine ici la tension entre le choix de la respectabilité institutionnelle et celui de la solidarité avec ceux que les institutions officielles marginalisent. De ce point de vue, la spécificité de l’Europe centrale et ici orientale, c’est que le réfugié type de 1952-1958 originaire de cette vaste région se voit relégué, voire gommé par d’autres types de migrants, à tel point qu’en 1967-1968 il est devenu marginal. La mobilisation de la Cimade pendant la guerre d’Algérie explique aussi cette évolution. L’organisation assiste internés, emprisonnés, harkis, rapatriés, Algériens en Algérie, fonctionnant en quelque sorte dans les failles créées par l’État français, mais avec son plein accord. Sa fonction de conseil s’exerce donc dès le début sur d’autres terrains que celui des exilés. Il faut alors se demander dans quelle mesure les demandes de l’État, si fortes à propos de l’Algérie, parfois des prisons, et plus tard des travailleurs migrants, pèsent sur les mutations de la (ou des) géographie (s) de la Cimade. La périodisation proposée correspondrait en fait à la fois à une évolution des flux de réfugiés et à un changement d’activités de la Cimade, changement lié à de nouveaux besoins sociaux mais aussi à ce positionnement particulier de l’association face à l’État.

  • 34 Ils s’inscrivent dans l’obsession algérienne de l’État français qui veut diminuer la part de la ma (...)
  • 35 Les patronymes des interprètes de la Cimade indiquent une dominante sud-slave nette pour 1956-1967 (...)
  • 36 Voir BDIC, F Delta 2149/1004. M me de Sars, Difficultés des étrangers émigrés en France, 5 janvier (...)

16Enfin, un troisième constat peut être établi. L’expérience vécue de l’accueil et du contact avec des personnes qui ne sont pas d’emblée compréhensibles en termes de langue (cela vaut tout particulière ment pour les Hongrois et parfois les Albanais) et de comportement provoque des réactions variables et génère une gestion des catégories particulières à chaque organisation prenant en charge les réfugiés ou immigrés. Dans le cas de la Cimade, qui ne peut anticiper les flux migratoires, cette forme d’adaptation aboutit à une recomposition de la carte mentale européenne, un peu décalée par rapport au reste de la société française, notamment pour l’Europe centrale et orientale. La part importante de la Yougoslavie est particulièrement intéressante, de même que le poids de la Russie, et ce malgré la guerre froide. En ce qui concerne la Yougoslavie, la Cimade occupe une position particulière. Elle apparaît très sensible à l’arrivée, de début 1956 jusqu’aux accords d’immigration du 25 janvier 196534, de nombreux Yougoslaves qui sont alors considérés comme réfugiés35. Mais la mutation du profil continental des étrangers ou rapatriés aidés par la Cimade donne, à la fin des années 1960, l’occasion de réévaluer les réfugiés centre et est-européens qui ont marqué les esprits dans les deux décennies précédentes. Leur perception du logement, par exemple, est proche de celle des Français, et ils ne sont pas analphabètes36. Confrontée à des Africains qui le sont parfois et qui laissent la Cimade démunie, le statut de l’Europe communiste change, sans remettre en question sa marginalisation.

GÉOGRAPHIE DE L’ALTÉRITÉ ET CULTURE POLITIQUE : COMMENT SAISIR LES SPÉCIFICITÉS DE LA CIMADE ?

17Valorisation spécifique du travail, interactions avec l’État français et contacts vécus avec « les hommes que nous servons » sont des éléments clefs de la constitution d’une géographie « cimadienne » spécifique et permettent de saisir quelques particularités de la période 1952-1968. Il faut se placer du point de vue de la culture en France et dans ce cadre, cerner plus précisément la culture politique, indissociable de la précédente. Les comportements politiques s’inscrivent dans un cadre où les dimensions sociales, économiques, politiques et religieuses construisent une culture spécifique. Dans ce contexte, cette brève étude apporte des éclairages particuliers. Les pratiques de la Cimade mêlent une vie communautaire d’inspiration religieuse, notamment œcuménique avec une implication orthodoxe non négligeable, et les expériences de partage de vie commune et de tâches collectives y compris dans le registre du travail. Les équipiers dans les années 1950-1960 ont ainsi connu des formes particulières de dépassement des frontières nationales et de construction du couple « nous et les autres ». L’étranger que les équipiers rencontrent fréquemment dans des contextes spécifiques, n’est pas celui du reste de la société française, et le discours qu’il suscite apparaît propre à la Cimade.

  • 37 BDIC, F delta 2149-1083. Les annuaires des équipiers réunis dans ce carton en donnent une vision g (...)

18La place de l’Europe centrale est ainsi fonction de l’évolution de l’engagement de la Cimade sur de nombreux autres terrains où le statut de celui qui est aidé est très différent : réfugiés refusant le communisme d’Allemagne de l’Est à Berlin, de Russie en France (trois générations entre la région parisienne et la côté d’Azur), du Vietnam (placés en zone rurale au sud de la France) ; Algériens encore Français mais plus totalement dans les prisons et camps d’internement, puis Algériens devenus citoyens de la nouvelle Algérie ; réfugiés en transit en France ; en enfin et surtout travailleurs migrants venus du Tiers-Monde37. De l’asile on passe à la gestion de la décolonisation en France et en territoire colonisé, puis à l’accueil de travailleurs migrants et à l’aide au développement, en une sorte de fondu-enchaîné. Migration et développement semblent ainsi effacer la séquence « Deuxième Guerre mondiale et guerre froide » en Europe. Après la crise algérienne la rédemption semble venir de l’aide au Tiers Monde. Ce mouvement se lit clairement à travers les mutations de l’organisation de la Cimade : le « Service pour les réfugiés » bien installé en 1960 devient « Réfugiés » fin 1963, et disparaît après la transformation techniciste mise en œuvre au 1 er septembre 1968. Les Nord-Africains ont leur service en 1960, puis les Africains en 1963, ainsi que les rapatriés la même année. Mais fin 1963, le service « Travailleurs migrants » est installé et il absorbe Nord-Africains et Africains, comme le montre l’annuaire du 1 er novembre 1965. Un an plus tard ce service a pris une dimension très importante et inclut les « étudiants portugais ». Au 1 er avril 1968, on voit apparaître en sus un « Service développement ». Quelques mois plus tard, une autre ère organisationnelle commence, porteuse de nouvelles mutations dans les rapports à l’Autre et les échanges internes à la Cimade. L’Europe centrale se trouve donc marginalisée non seulement en tant que thème mais aussi structurellement. Peu à peu il n’est plus possible de prendre en compte ses spécificités.

  • 38 Voir une première version de son approche dans « Habitus et analyse du quotidien des personnes en (...)

19Il faut enfin poser une autre question, dans l’esprit des travaux d’Angela Xavier de Brito sur l’habitus de migrant : la dimension internationale se lit aussi, dans les trajets de vie des équipiers et leur départ de France, vers Berlin, Dakar, Alger, les États-Unis, Genève, etc. Or dans la période qui nous intéresse, le départ est impossible vers la zone sous contrôle communiste. Il faut attendre les années 1960 pour voir quelques individus partir s’installer en Europe centrale, puis en URSS, pour la première fois depuis les « retours organisés » de l’après Seconde Guerre mondiale. Or, la Cimade est plus sensible que le reste de la société française à ces mouvements possibles, ou non. Les équipiers sont en effet plus susceptibles de migrer, en raison du grand nombre d’étrangers parmi eux jusqu’à 1968. Le contact entre migrants, comme l’indique Angela Xavier de Brito, intervient bien pour favoriser le choix de migration. Et, tout comme elle, nous associons tous les déplacements des individus ou des groupes dans la définition du migrant, malgré la diversité réelle des statuts38.

20On peut aussi, dans l’esprit de la présente étude sur la géographie de la Cimade, s’interroger sur les mutations de l’habitus lié à l’accueil du migrant. En l’absence de travail d’enquête sociologique sur les mutations de l’attitude d’accueil du migrant, on peut retenir, avec la sociologue franco-brésilienne, l’idée de la pluralité d’habitus chez un seul individu. Or si habitus du migrant il y a, alors, chez les personnes qui travaillent quotidiennement avec les migrants surtout pour celles qui, sur une base religieuse, tentent de valoriser l’autre de façon bien plus positive que la société en général, tout comme chez les migrants – on trouve des dispositions particulières. Les « dispositions acquises par [cette] socialisation – ou tout au moins, par certains répertoires incorporés au cours de leur trajectoire – fonctionnent, selon le contexte et le moment, comme une source de ressources positives ou négatives permettant de procéder aux reformulations et aux flexibilités de comportement nécessaires à la gestion du nouveau milieu où ils se trouvent plongés ». Dans le cas de la Cimade, le changement, pour les équipiers, n’exige pas toujours de déplacement, même si la géographie personnelle de chacun est un réel enjeu pour notre questionnement.

  • 39 BDIC, F delta 2149-1083. Statistiques équipiers Cimade, déc. 1968-déc. 1972. Le document précise, (...)
  • 40 BDIC, F delta 2149-1083. Liste vérifié [e] au fichier le 17-7-1964. Elle contient 34 noms et adres (...)
  • 41 La clôture du centre d’évangélisation en milieu ouvrier de Coudequerke date du 31 décembre 1964. V (...)
  • 42 Comme le disait Jacques Beaumont, en septembre 1960, en insistant sur l’association entre dimensio (...)
  • 43 Le terme néo-réfugié est ainsi réinterprété à plusieurs reprises. En novembre 1966, on trouve cett (...)
  • 44 Pour une présentation historique de la perception de l’Europe centrale en France, voir la contribu (...)

21Une interrogation demeure dans cette perspective : les équipiers demeurent-ils assez longtemps à la Cimade pour développer de telles dispositions, et à quel degré ? En l’état actuel de cette recherche, difficile de le dire. Marianne Amar a rappelé l’importance des ruptures générationnelles : parmi les équipiers de 1962, seuls 10 % étaient à la Cimade en 1950. De ce point de vue, la période étudiée se termine par une transformation en profondeur puisque 30,7 % du personnel a été renouvelé en 1968 (6 personnes de plus de 10 ans d’ancienneté et 2 n’ayant que quelques mois de Cimade), 39 % en 1969 (2 à plus de 10 ans, 4 ayant entre 5 et 1 ans, 3 équipiers récents) et 50 % en 1970 (3 à plus de 15 ans, 7 ayant entre 5 et 1 ans, 1 équipier n’ayant tenu que quelques mois). En 1968, on compte, par ailleurs, 51 Français et 29 étrangers39. Mais les Américains ne sont presque plus présents, contrairement à la période qui s’achève au début des années 196040. Cette période a commencé avec le souvenir de la guerre et dans le même temps, la volonté de la dépasser par le travail en Allemagne, notamment auprès des réfugiés. Elle s’est terminée par un tournant organisationnel, géographique avec la fin de l’implantation en Allemagne, l’abandon des anciennes zones sinistrées par la guerre41, et le changement de perspective qui y correspond. Après 1968, rares sont les équipiers historiques. La mise en place d’un organigramme très technique modifie le contact avec les réfugiés, dont le poids diminue. Et il n’est pas possible de prendre en compte ici l’évolution de la pratique religieuse qui a un rôle important dans le rapport spécifique du « cimadien » à « l’Autre », ni l’évolution de ce qui représente le caractère privé de cet organisme42. Le statut en France des organismes privés de cette nature, face à l’État, a en effet beaucoup changé, et la technicisation est peut-être une traduction de cette mutation qui s’avère durable. Les documents archivés montrent bien que la Cimade révise sa perception des divers statuts de migrants, en particulier à travers le terme « néo-réfugiés43 », et cette évolution participe à celle de la société française, voire la devance par certains aspects. La disparition de l’Europe centrale n’est donc pas étonnante, car elle n’a jamais trouvé sa place en France. Il faut attendre 1918 pour que l’Europe centrale cesse d’être une forme d’extension de l’Allemagne aux yeux des Français, du moins ceux d’entre eux qui suivaient la politique internationale. Car il n’y eut jamais consensus. Après la Deuxième Guerre mondiale, avec la guerre froide, elle cesse d’exister au profit des « pays de l’Est ». Le maintien pour un temps du terme d’« Europe centrale » à la Cimade est original, même si la portée du phénomène est relative44.

22Ce qui ne devrait pas effacer le fait que la Cimade a aussi une fonction mémorielle pour la région étudiée. Car les références religieuses et le maintien de contacts avec certains milieux réfugiés, ou l’arrivée en nombres moins spectaculaires de réfugiés du centre et est-européens y rendent encore visibles l’autre Europe quand elle est évincée de la géographie mentale usuelle en France. Le bilan est donc contrasté mais le fait saillant est sans doute que le passage du réfugié et de la personne déplacée au migrant venu du Tiers-Monde ne doit pas faire oublier le poids de la Russie. Il repose à la fois sur les réfugiés de longue date dont la Cimade s’occupe avec l’Association de Cannes et l’aumônerie orthodoxe, et sur sa diplomatie religieuse dont un des partenaires et outils était le Conseil œcuménique des Églises. Il y a ici convergence entre les dimensions pourtant politiquement incompatibles des vecteurs du monde russe – Comité central du PCUS, KGB, orthodoxes de l’Académie Saint-Serge à Paris, vieillards retraités dans les maisons de la Cimade – qui donnent à ce monde russe un poids indéniable.

CONCLUSION : RETOUR SUR L’ALTÉRITÉ ET LA SPÉCIFICITÉ DE LA GÉOGRAPHIE CIMADIENNE

  • 45 Voir Exotisme et altérité. Essai sur les fondements d’une critique de l’anthropologie, Paris, PUF, (...)
  • 46 Le premier ouvrage en français comportant le mot « altérité » dans son titre remonte à 1980 à la B (...)

23La dégradation du statut de l’Autre centre-européen au sein de la Cimade, et son quasi-oubli dans les années postérieures à 1968, sont des éléments de cette géographie de l’altérité qui semblent fort utiles pour répondre aux interrogations sur la tension entre expériences de générosité particulière – nécessairement limitée à une partie des demandeurs d’asile et quelques autres – et doctrine fort peu appliquée de l’égalité entre les hommes. Comme le signalait dans son étude sur le positionnement de l’anthropologue Francis Affergan, le choix des termes « altérité » et « Autre » tranche avec celui de différence, car celle-ci « finit par s’absorber dans une inégalité de droit et de fait par le stratagème de la comparaison. L’altérité, en revanche, est dissociation45. » Pour exprimer autrement la force du concept d’altérité, on peut dire qu’il permet de contester la transparence entre soi et l’Autre, entre l’Autre et lui-même ou soi et soi-même. La Cimade, notamment en confrontant ses équipiers avec divers groupes dépourvus de droit ou disposant d’un statut fragile, et en affirmant l’Altérité comme principe, se situe en marge de la société française, où la différence est à peine tolérée et la notion d’altérité quasiabsente, entre 1952 et 196846. Cette brève revue à propos de l’Europe centrale de la Cimade a pu montrer combien les contradictions étaient nombreuses entre mouvement de construction d’une humanité englobante et contact plus ou moins rugueux avec des personnes dont les équipiers ne voyaient pas toujours comment elles arriveraient, tout en prenant place dans la société française (ou dans une autre en cas d’émigration), à être à la fois un humain, un membre du corps social nouveau et un être fidèle à sa culture. Ce dernier point étant très sensible en Europe centrale et orientale en partie à cause de l’orthodoxie russe vue comme porteuse de l’Orient chrétien.

  • 47 Dans le document « Définition et justification des tâches » portant la mention manuscrite Michel W (...)
  • 48 Il s’agit d’environ 800 fiches classées par ordre alphabétique plus celles de quelques Arméniens p (...)

24Pour ce qui est de la marginalisation de l’Europe centrale dans la géographie de la Cimade47, on peut donc conclure qu’elle est partiellement décalée : retard dans le temps, interaction forte avec le monde russe, pic de 1956 plus durable, et maintien d’un niveau d’étiage plus élevé que la moyenne par rapport à ce qui est connu pour la société française dans son ensemble. Les causes en sont multiples. Il y a la continuité avec la période 1939-1951 comme en témoigne le fichier nominatif de l’Aumônerie, mis à jour jusqu’au début des années 196048. S’y ajoute la poursuite du flux d’abord hongrois en terme quantitatif pour 1956-1957, mais surtout général en provenance de tous les pays de la région sous forme d’arrivées familiales ou individuelles. Enfin, cette géographie de l’altérité de la Cimade se construit, pour l’époque considérée, de façon très différente de celle d’autres secteurs de la société française. Le fait que les équipiers de la Cimade soient souvent étrangers, que les actions en Algérie et en Allemagne aient été accompagnées de migrations d’équipiers, que l’idéal de la vie communautaire incluant au moins provisoirement des personnes aidées se soit maintenu jusqu’à la fin des années 1950 y a incontestablement contribué. Ce dernier point souligne également que la rupture avec le modèle d’assistance aux réfugiés, déplacés, rapatriés commence dès la fin des années 1950. Ainsi l’évolution de la Cimade relève d’une chronologie composite. C’est pourquoi aux côtés de l’étude historique usuelle sont ici prises en compte la sociologie des organisations, l’analyse des pratiques religieuses au sens large et des interactions entre secteurs public et privé.

Notes

1 Voir dans le présent volume la contribution de Dzovinar Kévonian.

2 Lors de la session de Villemétrie, en mars 1960, on trouve dans le questionnaire pour les groupes 1 (rencontre du réfugié) et 2 (rencontre du Nord-Africain), la question : « Vous trouvez-vous devant “l’autre” comme devant un “étranger” lointain et difficile à comprendre ? Pourquoi ? » Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Archives de la Cimade, F Delta 2149/1002, Introduction et questionnaires pour les groupes de recherche.

3 Voir Bérenger Jean, Tolérance ou paix de religion en Europe centrale 1415-1792, Paris, Champion, 2000.

4 En 1620 les forces catholiques dirigées par les Habsbourg de Vienne défont les armées protestantes tchèques et allemandes dans ce qui est devenu un faubourg de Prague.

5 Lors de la première assemblée du Conseil œcuménique des Églises, Max-Alain Chevallier déclare ainsi : « Dans les années qui suivirent [en 1939-1940] de nouvelles situations critiques se présentèrent : d’Europe centrale affluaient vers la France les Juifs et les anti-nazis fuyant la Gestapo ; rejoints par elle jusqu’aux frontières des Pyrénées [...] Et puis il y a tout l’afflux des réfugiés politiques et des apatrides qui sont maintenant plus d’un million en France ; parmi ceux qui arrivent toujours à nouveau et dont s’occupent la CIMADE, il y a des Baltes, des Yougoslaves, des Tchèques, des Hongrois, des Allemands… et il faut encore aider les Juifs et les Espagnols. » BDIC, F delta 2149/1083. L’ocuménisme dans l’évangélisation chez les jeunes de la Cimade-France, Première assemblée du Conseil œcuménique des Églises, Conférences des visiteurs, mardi 31 août 1948.

6 Voir la mise au point de Dufoix Stéphane in Politiques d’exil. Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France après 1945, Paris, PUF, 2002, p. 41-53. On consultera aussi BDIC, F Delta 2149/1002. Activités de la Cimade de juillet 1957 à décembre 1958. Ce document mentionne 12 000 Hongrois arrivés depuis l’insurrection, et 8 700 restés en France.

7 Voir BDIC, F Delta 2149/1002. Pasteur Laszlo Lehel, Rapport de l’aumônerie hongroise, 30 septembre 1957-15 avril 1958, 21 avril 1958. Il confirme le fait que l’essentiel des Hongrois venaient de régions frontalières, dans ce cas du sud de la Hongrie, ce qui explique le nombre de jeunes paysans catholiques.

8 BDIC, F Delta 2149/1004. B. Magny et H. Breebaart, Service africain de la Cimade, Le problème du réfugié en provenance des pays en voie de développement, 16 octobre 1967.

9 BDIC, F Delta 2149/1004. Lettre du 7 août 1967 de Denise Dubosq à Michel Wagner, évoquant la préparation des thèses sur le sous-développement avec « une petite équipe de service de Paris-Saint-Denis, dont un des membres est un frère dominicain du Saulchoir et a travaillé plusieurs fois avec Albertini cet hiver ». On trouve aussi dans ce carton, des résumés des travaux d’Albertini rédigés à l’intention des équipiers.

10 Voir « The Hungarian Revolution and the Planning of the Future. 23 October-4 november 1956 », Vol. I, déclassifié en mars 2005, en fait un volume de Clandestine Services History, produit par le CIA Historical Staff. Ce document est accessible en ligne grâce à la National Security Archive, http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB206/index.htm%23docs.

11 Fin 1956, il apparaît comme secrétaire général de la Cimade. Le Foyer du 25 rue Blanche est le centre d’accueil et de réception des réfugiés. La direction s’y trouvait alors. On y tient aussi des soirées œcuméniques.

12 BDIC, F Delta 2149/1002. Lettre de Jacques Beaumont et de l’équipe de la Rue Blanche, Camp de Villimétrie, 27 avril – 1er mai 1957.

13 BDIC, F Delta 2149/1002. Cimade, Camp de printemps 1960, Introduction.

14 BIDC, F Delta 2149/1002. Rapport d’activité du service hongrois pour la période novembre 1956-avril 1957. Ce service est inséré dans les « Services pour les réfugiés ».

15 BDIC, F delta 2149/1083. Anciens équipiers – 1956 environ à juillet 1967.

16 BDIC, F Delta 2149/1002. Rapport de l’Aumônerie, Session de Villemétrie, mars 1959.

17 BDIC, F Delta 2149/1004. B. Magny et H. Breebaart, Service africain de la Cimade, Le problème du réfugié en provenance des pays en voie de développement, 16 octobre 1967. Auparavant, sont cités l’Afrique, le Moyen Orient et l’Amérique latine, après vient l’Asie.

18 Le 11 août 1955, le Bureau politique du Parti des Travailleurs Hongrois avait pris la décision d’accueillir cette réunion du COE (voir les procès-verbaux en ligne sur www.digitarchiv.hu). Le même mois, à Davos, Lajos Veto avait transmis l’invitation au nom de l’Église évangélique hongroise. Le séjour en Hongrie des dignitaires du COE avait accéléré la libération des pasteurs évangéliques victimes de procès truqués à la fin des années 1940 et ainsi, avant le début de l’insurrection, ils étaient déjà à nouveau impliqués dans la vie de leur Église, contrairement à Mindszenty pour l’Église catholique. Notons qu’en 1955, une telle initiative ne pouvait se faire sans concertation avec l’URSS.

19 Résultat cité dans Mayeur Jean-Marie (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, tome XII, Guerres mondiales et totalitarismes (1914-1918), Paris, Desclée-Fayard, 1998, p. 294.

20 Citation présente notamment sur le site du COE (http://www.wcc-coe.org/wcc/what/international/hist-f.html) Historique de la Commission des Églises pour les Affaires Internationales.

21 Voir Fabiny Tibor Jr, « Bishop Lajos Ordass and the Hungarian Lutheran Church », Hungarian Studies, 1995, n° 1, vol. 10, p. 65-98, aussi via http://epa.oszk.hu/01400/01462/00016/pdf/065-098.pdf. En hongrois, cet auteur a publié des études plus détaillées. Dans une intervention de 2009 à Turku en anglais il présentait les chefs de l’Église évangélique de 1945 à 1990 (http://www.anglican-lutheran-society.org/DiscretionandValourTurku.pdf) et montrait bien le poids des pressions sur Ordass et leur relative subtilité en 1957 et après, puisqu’il n’est destitué que le 19 juin 1958. László Terray a fait le point en 2002 sur la littérature nationale et internationale concernant Ordass dans Koinonia. Voir http://home.claranet.de/koinonia/56koin02.htm.

22 Voir Gradvohl Paul (dir.), L’Europe médiane au xxe siècle : fractures, décompositions – recompositions – surcompositions, Prague, CEFRES, 2011.

23 BDIC, F Delta 2149/7011. Listes de personnes (1942-1943), Le Chambon-sur-Lignon.

24 BDIC, F Delta 2149/1004. Rapports, Session de Vaux, septembre 1968. Série de neuf tableaux synthétiques intitulés « Les hommes que nous servons » puis « Contacts ». On trouve en page 1, trois catégories (réfugiés, apatrides de diverses origines et rapatriés) et en page 2, celle de migrants étrangers.

25 BDIC, F Delta 2149/1002. Rapport de la Rue Fessart, Camp de Villemétrie, septembre 1958 : « Nous avons une dizaine de Yougoslaves et 25 Hongrois qui font à peu près bon ménage. Nous venons de recevoir quatre Bulgares qui heureusement sont bilingues. Ils parlent le turc ! Dans l’ensemble nous avons beaucoup moins d’ennuis que par le passé. Les garçons se tiennent à leur travail et sont plus faciles, bien sûr, il y a toujours des exceptions. Malheureusement, nos ex-pensionnaires sont sortis de prison (ce n’est pas nous qui les y avions mis), et rôdent passablement autour de la maison (pensionnaires clandestins, visites nocturnes, vols, etc... [sic]). »

26 BDIC, F delta 2149/1083. Histoire manuscrite de la Cimade. Le document porte en première page : « 1968? ».

27 BDIC, F Delta 2149/1002, Jacques Beaumont, Cimade/Camp printemps 1960. Il évoque « l’expérience du service artisanat » qui aide des « réfugiés particulièrement attachés à leurs traditions puisque ce sont des artisans, à conserver leur culture et leur esprit créateur ».

28 BDIC, F Delta 2149/1002, Jeanne Merle d’Aubigné, Camp de Sèvres, octobre 1955, Centre d’accueil de Sucy-en-Brie, Rapport. Elle note : « 1. Nous nous sommes décidés à renoncer à la Communauté de travail, la raison principale en étant la difficulté de trouver, parmi les réfugiés, des ouvriers persuadés de la valeur d’une communauté et prêts à en assumer les risques. »

29 Ibid.

30 BDIC, F Delta 2149/1002. Camp Printemps 1960, Villemétrie, « Présentation générale », p. 3-4.

31 BDIC, F Delta 2149/1002. Camp des équipiers de la Cimade à Villemétrie, du samedi 20 au samedi 27 septembre 1958. On consultera également BDIC, F Delta 2149/1003. Melle Trillat, Rencontre Villemétrie - avril 1962, 13 p. Le rapport est centré sur les institutions européennes et sur les rapports entre la CEE et les migrations.

32 Le traité d’Amsterdam de l’Union Européenne en 1997, puis le Conseil européen de Tampere en 1999, ont fourni la base à la politique commune d’immigration et d’asile. Jusqu’en 2011, la coordination a surtout porté sur l’asile. L’immigration était traitée de façon commune essentiellement sous l’angle de l’immigration illégale.

33 BDIC, F Delta 2149/1004. Lettre de M. Wagner à D. Buron, président du Comité National de la Productivité, 1967. M. Wagner regrette le désistement de cet orateur à l’occasion de la session de Rocheton. D. Buron devait évoquer les migrations d’un point de vue communautaire européen. La lettre précise que la session ne portera donc que sur le développement et la correspondance associée montre que seule Madeleine Trébous, au COE, dispose de la documentation nécessaire.

34 Ils s’inscrivent dans l’obsession algérienne de l’État français qui veut diminuer la part de la main d’œuvre originaire des anciens départements algériens, à peine parvenus à l’indépendance. Voir Weil Patrick, La France et ses étrangers. L’aventure d’une politique de l’immigration 1938- 1991, Paris, Calmann-Lévy, 1991, p. 68.

35 Les patronymes des interprètes de la Cimade indiquent une dominante sud-slave nette pour 1956-1967. Voir BDIC, F delta 2149-1083. Cécile Lacheret, Anciens équipiers, 1956 à juillet 1967, 18 juillet 1967, 17 p. Elle précise que les indications de date ne sont qu’approximatives car les documents ne concordent pas. Le document donne également des indications sur les interprètes du service Immigration.

36 Voir BDIC, F Delta 2149/1004. M me de Sars, Difficultés des étrangers émigrés en France, 5 janvier 1968. Elle note « diff entre intérieurs d’une famille de pays de l’Est et des autres pays ». Dans le même carton, le rapport « Service Immigration-Intégration » indique que « les Bulgares, les Hongrois, les Russes, plus évolués, mieux qualifiés professionnellement ont pu accéder à des emplois mieux rémunérés. ». Or, toujours dans ce carton, le rapport annuel du Service africain précise : « nous avons arrêté la recherche de travail et d’assistance sociale des travailleurs analphabètes. »

37 BDIC, F delta 2149-1083. Les annuaires des équipiers réunis dans ce carton en donnent une vision globale. On y trouve un sous-dossier qui couvre la période 1960-1975, un autre avec un document sur 1946, et enfin un sous-dossier pour la période 1939-1959.

38 Voir une première version de son approche dans « Habitus et analyse du quotidien des personnes en déplacement », in Lahlou Mohamed (dir.), Histoires familiales, identité, citoyenneté. Lyon, L’inter-disciplinaire, 2002, pp. 55-70, et un texte largement remanié publié en portugais dans Societade e politicas (Brasilia, Brésil, Universidade de Brasilia) sous le titre « Habitus de migrante um conceito que visa captar o cotidiano dos atores em mobilidade espacial », vol. 25, n° 3, décembre 2010, p. 431-464.

39 BDIC, F delta 2149-1083. Statistiques équipiers Cimade, déc. 1968-déc. 1972. Le document précise, à la rubrique Nationalités, Europe : Suisse 8, Hollande 6, Allemagne 1, Belgique 1, Angleterre 3, Portugal 2, réfugiés Est 3 ; Australie : 0 ; U. S. A. : 1 ; Amérique Latine : Brésil 3, Argentine 0, Haïti 0, Chili 0 ; Afrique : Côté d’Ivoire 0, Tunisie 1.

40 BDIC, F delta 2149-1083. Liste vérifié [e] au fichier le 17-7-1964. Elle contient 34 noms et adresses, sans compter les noms barrés.

41 La clôture du centre d’évangélisation en milieu ouvrier de Coudequerke date du 31 décembre 1964. Voir BDIC, F delta 2149-1083. Postes et services de la Cimade, novembre 1964.

42 Comme le disait Jacques Beaumont, en septembre 1960, en insistant sur l’association entre dimension privée et dimension confessionnelle (voir plus haut).

43 Le terme néo-réfugié est ainsi réinterprété à plusieurs reprises. En novembre 1966, on trouve cette définition : « Il s’agit de personnes qui ne peuvent bénéficier du statut de réfugié selon la convention de 1951 et qui cependant ont dû quitter leur pays ou ne peuvent y retourner pour des raisons politiques ; elles sont originaires soit de pays d’Afrique nouvellement indépendants ou d’Amérique latine sujets à de fréquents changements de régime politiques, soit de pays en voie d’indépendance (territoires portugais d’outre-mer) ; ou encore originaire d’Afrique du Sud. Ces « néo réfugiés » sont de plus en plus nombreux en France et s’adressent de plus en plus nombreux à la Cimade. » Et cette définition montre bien que l’Europe centrale et orientale n’est pas concernée alors qu’elle était la cible privilégiée de cette catégorie dans l’après 1945. BDIC, F delta 2149-1004. Tableau du travail de la Cimade auprès des Réfugiés en 1966, Session de Taizé, 20 novembre 1966.

44 Pour une présentation historique de la perception de l’Europe centrale en France, voir la contribution de Marès Antoine dans Gradvohl Paul, L’Europe médiane..., op. cit. : « Construction, déconstruction et marginalisation de l’Europe centrale dans le discours français », p. 195-213.

45 Voir Exotisme et altérité. Essai sur les fondements d’une critique de l’anthropologie, Paris, PUF, 1987, p. 280.

46 Le premier ouvrage en français comportant le mot « altérité » dans son titre remonte à 1980 à la BNF. L’ouvrage cité dans la note précédente est le troisième par ordre chronologique, selon la vérification effectuée au 29 décembre 2011.

47 Dans le document « Définition et justification des tâches » portant la mention manuscrite Michel W. [agner], on trouve une « typologie des usagers », qui ne sont donc plus « les hommes que nous servons ». Elle distingue [1] Politique : exilés/migrants ; [2] Selon l’âge : jeunes/adultes/vieux ; [3] Socio-culturelle : étudiants/techniciens (stagiaires)/ professionnels/travailleurs ; [4] Ethnique : (a) Portugais, Grecs, Maghrébins (Europe méridionale, Amérique latine ; (b) Africains (Tiers Monde de couleur) ; (c) Divers (Europe de l’Est, Moyen Orient) » [mise en forme par PG]. BDIC, F Delta 2149/1083.

48 Il s’agit d’environ 800 fiches classées par ordre alphabétique plus celles de quelques Arméniens puis Hongrois (en ce cas l’arrivée en France remonte à 1945 au plus tard), qui retracent des vies pouvant commencer au xixe siècle. Citons ici Monsieur K., né en 1895 à Novisanoz [?] en Croatie, « nationalité d’origine : hongroise (autrichienne) », grec-orthodoxe, qui s’est marié en Espagne en 1937 avec une israélite et a pris la nationalité espagnole. Il a donc sans doute été dans les Brigades internationales car il est venu en France en juin 1938 pour « raison politique ». Il a ensuite eu deux enfants en France, a été interné au Vernet (1943-1944), s’en est échappé, a été sous mandat de l’OIR. Sa femme et ses enfants sont partis au Brésil en 1954. Il parle «all. esp. hongr. russe. angl ». Cette dernière information indique qu’il a dû grandir dans une ville du royaume de Hongrie qui n’appartenait pas à la Croatie définie par le partage de 1868. On pourra noter que le fils de Monsieur K. est devenu un historien universitaire au Brésil. Voir BDIC, F Delta 2149/7017.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable