Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

La Cimade et les réfugiés : organisation privée et processus de légitimation dans l’espace international, 1945-1951

Dzovinar Kévonian

Texte intégral

  • 1 Notre approche propose d’aborder ici les phénomènes internationaux comme « phénomènes intersociaux (...)
  • 2 Comme le souligne Gérard Petitjean dans sa contribution en début de volume.
  • 3 Young Men’s Christian Association et Young Women’s Christian Association.

1Cette étude est le fruit d’un premier travail de recherche dans les archives de la Cimade déposées à la BDIC et s’inscrit dans des travaux en cours concernant l’appréhension de la question des réfugiés, les organisations internationales (notamment le Bureau international du travail et l’Organisation internationale des réfugiés) et les organisations non gouvernementales (ONG) au tournant de la Seconde Guerre mondiale, dans une perspective d’histoire des relations internationales1. Le corpus qui fonde ce travail s’est avéré être d’un grand intérêt bien que certaines contraintes documentaires aient nécessité de réorienter pour partie nos questionnements : le relatif faible nombre de sources concernant l’action concrète en faveur des réfugiés, notamment l’accueil et les interventions juridiques (cette période ne bénéficie pas des apports des dossiers individuels) induit une plus large restitution de l’action menée dans ces années en faveur des « sinistrés » de la guerre au détriment de celle menée par le secteur « étranger2 ». Par ailleurs, les documents conservés introduisent des biais dans les questionnements et des effets d’invisibilité ou de survalorisation : ainsi en est-il de l’abondante correspondance de Madeleine Barot ou de Violette Mouchon rapportée au peu de sources sur l’action sociale au quotidien en faveur des réfugiés menées par Alice Sichel, Élisabeth Perdrizet ou Isabelle Peloux ou concernant les échanges avec le Conseil œcuménique des Églises (COE), la Fédération protestante de France ou le Service social d’aide aux émigrants (SSAE). Ces déséquilibres sont sans doute à rapporter aux contraintes de conservation ou au caractère partiel du dépôt actuel. Mais on peut y voir également la forte individualisation ou personnalisation des relations, pour une part héritées des sociabilités de guerre. Ces relations sont également caractéristiques des modalités particulières de cette sociabilité intermittente et orale propre à l’espace local comme à un espace international, rythmée par les voyages, congrès ou entrevues ponctuelles avec les membres des réseaux associatifs ou fédératifs internationaux associés à l’action de la Cimade : YMCA/YWCA3, Conseil œcuménique des Églises, Church World Service (CWS, organe œcuménique de secours américain), etc. Il faut enfin signaler qu’une partie des sources produites durant la première décennie par les membres et équipiers de l’association est intégrée, après une double opération d’anonymisation et de sélection, dans la fabrication de sources secondaires, productions écrites de témoignage et d’attestations à visée interne et externe qui historicisent les engagements, établissent des cohérences a posteriori ou valident l’orthodoxie d’engagements nouveaux à partir du milieu des années 1950. Celles-ci demandent à être exploitées avec recul.

  • 4 Marrus Michael, Les Exclus. Les réfugiés européens au xxe siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1986, p. 18 (...)
  • 5 Une histoire institutionnelle de ces deux organisations dans : Woodbridge George, UNRRA : The Hist (...)
  • 6 Fait que nous avions pu constater à travers une étude précise de la crise que traverse l’OIR en 19 (...)
  • 7 Ferrera Maurizio, Les Nouvelles frontières du social. L’intégration européenne et les transformati (...)
  • 8 Nous nous permettons de renvoyer sur cette question à notre précédente étude : Kévonian Dzovinar, (...)

2La période considérée constitue pour l’histoire des réfugiés européens une phase paroxysmique, un temps court et heurté, dans lequel s’inscrivent l’action et les positionnements de la Cimade4 : rapatriements forcés des personnes déplacées, des déportés et réfugiés de la guerre, installation provisoire dans des camps dans les zones occupées par les Alliés en Allemagne et en Autriche notamment pour les réfugiés juifs, baltes, polonais ou yougoslaves, réinstallation dans de nouveaux pays d’accueil, expulsion des Allemands ethniques exclus de la prise en charge internationale, afflux des néo-réfugiés de l’Europe orientale. Ces mouvements simultanés ou successifs se déroulent dans un contexte de recomposition institutionnelle à l’échelle internationale : ainsi coexistent des structures héritées de la période précédente, en l’espèce le Comité intergouvernemental pour les réfugiés (CIR) et l’United Nations Relief and Rehabilitation Administration (UNRRA). Leur succèdent, à partir de l’été 1946, l’Organisation internationale des réfugiés (OIR) qui cède elle-même la place au Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (UNHCR) à partir de 19515. Outre le passage chaotique d’une gestion militaire à un encadrement civil, ce rythme heurté exprime les tensions qui traversent les relations interétatiques et notamment la dégradation des relations Est-Ouest. En attestent les polémiques largement médiatisées entre rapatriement et réinstallation au sein des Nations Unies. Les personnes déplacées et plus encore les enfants dits abandonnés sont objets d’appropriations concurrentes dont la violence régnant dans les camps en Allemagne notamment, rend alors compte6. Par ailleurs, dans l’ordre d’un temps long des changements sociaux aux différentes échelles spatiales ou territoriales de leur déploiement, les modalités de circulation des pratiques et valeurs des acteurs font désormais coexister : une clôture des appartenances nationales renforcée et re-légitimée par la mise en place de l’État social au lendemain de la guerre, et, un cadre de référence méta-social - celui de l’humanité -, comme finalité de l’international. Cette difficile coexistence se double des difficultés générées par le compromis social-libéral qui renforce l’ancrage national de la norme sociale comme celui du droit d’asile7. À ce titre, la création de ce qui va devenir l’Organisation internationale des migrations en 1951, hors du cadre onusien et sous étroit contrôle américain atteste de la mise sous tutelle générique des différentes catégories de migrants par les États, en vue d’un système organisé des migrations intercontinentales auquel les organisations non gouvernementales vont être appelées à participer (la Cimade également)8. L’élaboration progressive du statut international des réfugiés adopté en 1951 traduit dans le même temps l’aboutissement d’un processus d’individualisation de ce statut, intégré au système de guerre froide et légitimé par celui-ci. Cette élaboration exprime autant la clôture de l’État national-social qu’un rejet d’une conception collective enserrant l’individu et des expériences fascistes et nazies de l’entre-deux-guerres.

  • 9 Ryfman Philippe, « Les ONG, acteurs controversés des relations internationales », in Questions int (...)
  • 10 Siméant Johanna, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françai (...)
  • 11 Braud Philippe, Sociologie politique, Paris, LGDJ, 2004, p. 336-361 ; Offerlé Michel, Sociologie d (...)
  • 12 Duriez Bruno, Mabille François, Rousselet Kathy (dir.), Les ONG confessionnelles. Religions et act (...)
  • 13 Conçu comme une « scène » selon l’idéal-type de « l’interdépendance complexe » proposé par Keohane (...)
  • 14 Offerlé Michel, « Retour critique sur les répertoires de l’action collective (xviiie-xxe siècles)  (...)

3Durant les dix dernières années, la question de la légitimité des organisations privées à dimension ou action internationales (ONG) a été l’objet de débats politico-médiatiques. Certains y voient l’expression d’une société civile internationale émergente et d’autres dénoncent en réaction leur déficit de légitimité et de représentativité9. Dans le même temps, la sociologie politique du militantisme et de l’action collective a produit des études qui ont permis d’apporter un regard neuf sur la culture d’engagement qui imprègne ce type d’organisation10. De son côté, la sociologie des organisations a notamment mis l’accent sur la notion des groupes d’intérêts à caractère identitaire ou support d’une cause11. Enfin, le domaine de la sociologie des religions, a été marqué par des productions qui articulent les problématiques de la globalisation avec les renouvellements contemporains des croyances et mobilisations sociales à différentes échelles12. Celles-ci contribuent à rappeler que l’espace international13 est un espace ancien de déploiement des grandes religions tout en pointant les nouveaux modes d’investissement qui, à partir de 1945, ont été générés tant par les modalités de coopération apparues dans le cadre onusien (en ce qui concerne notamment les partenariats conclus entre organisations internationales et ONG) que par les implications considérables que contient le processus de décolonisation qui s’amorce alors (rôle des laïcs, redéfinition de l’action missionnaire ou évangélique, mouvement ocuménique). Ainsi, les apports concernant la sociologie des mouvements sociaux et leurs temporalités, à partir notamment des usages du concept de répertoire d’action collective proposé par Charles Tilly, peuvent être mobilisés pour alimenter notre analyse sur trois aspects : la dimension spatiale des stratégies et répertoires d’action, leurs dimensions individuelles/collectives et la mise en perspective historique des réflexions amorcées sur le répertoire dit de « troisième génération14 ».

  • 15 Lagroye Jacques, François Bastien, Sawicki Frédéric, Sociologie politique, Paris, Presses de Scien (...)

4En croisant les différents apports qui viennent d’être précédemment évoqués, la période 1945-1951, nous est apparue comme particulièrement propice pour tenter d’identifier les processus de légitimation externes et internes qui se jouent au sein de la Cimade dans ses articulations avec l’espace international, conçu à la fois comme espace de projection et de référence, espace d’investissement et d’action. Par processus de légitimation, nous nous inspirons de la définition proposée dans le champ de la sociologie politique par Jacques Lagroye, à savoir l’ensemble d’actions et de discours par lesquels un groupe tend à établir une légitimité, à la revendiquer en fonction de représentations qu’il a d’une évolution désirable et nécessaire15. Pour ce faire, il nous est nécessaire d’établir un panorama des actions menées entre la fin de la guerre et l’année 1951 avant de proposer une analyse du processus proprement dit. Nous avons choisi de nous arrêter en 1951 car cette année constitue un tournant : elle marque la première année d’activité de l’association après la disparition de l’OIR dont elle mettait en œuvre les programmes, l’année d’adoption de la convention de Genève sur le statut des réfugiés, la création de l’Organisation internationale des migrations et la guerre de Corée qui, en termes de financements américains comme de politique d’assistance internationale en Europe, marquent une césure dans le domaine caritatif et humanitaire.

D’UN SERVICE SOCIAL POLYVALENT À UNE INDIVIDUALISATION DU PLACEMENT ET DE L’ÉMIGRATION

  • 16 Il nous est par contre difficile de savoir si la Cimade réserve ou non sa seule politique d’accuei (...)

5Dans l’après-guerre, les actions de la Cimade en faveur des réfugiés coexistent avec les actions menées en faveur des sinistrés du Nord et de l’Est de la France, des étudiants et ouvriers allemands dans les zones d’occupation occidentales, et des internés ou prisonniers qui sont hors du présent champ d’étude. Cette action se conçoit alors dans le cadre général d’une mobilisation en faveur des étrangers (appellation du service même de l’association) : une appréhension générique en termes d’accueil et d’assistance supplante une catégorisation relevant du statut juridique personnel de l’individu assisté16. Cette appréhension peut être rapportée au profil d’assistantes sociales des cadres associatifs et à leurs liens étroits avec le Service social d’aide aux émigrants, lui-même historiquement constitué à partir des réseaux protestants américains générés par la Première Guerre mondiale, dans la phase d’internationalisation de leurs activités. Ainsi, il serait sans doute profitable d’approfondir les recherches sur les profils de membres actifs de l’organisation en charge des réfugiés, notamment : Élisabeth Perdrizet (anciennement au camps de Rivesaltes avec André Dumas, devient « référent Cimade » pour les relations avec le CIR en 1945, s’occupe de la branche « prisons » en 1948) ; Alice Sichel (cadre du service « étrangers » notamment pour la période 1946-1951, en collaboration étroite avec Marcelle Trillat du SSAE, responsable du placement en 1949-1951, tournées de prospection en province) ; Isabelle Peloux (infirmière-chef protestante au camp de Récébédou en 1942, cadre du service « étrangers » entre 1945-1951, relations avec l’OIR). La diversité des situations individuelles rencontrées (personnes sortant des camps d’internement, arrivant des camps d’Allemagne, anciens réfugiés statutaires de l’entre-deux-guerres, réfugiés espagnols de la Guerre civile et de la dictature franquiste, personnes déplacées de la guerre, néo-réfugiés d’Europe centrale et orientale...) et la polyvalence des activités constituent d’autres facteurs explicatifs de cette appréhension, qui ne peut non plus ignorer le poids des subventions dédiées dont dispose l’association. Pour la période considérée, les implantations de la Cimade et leurs orientations se présentent, après reconstitution, de la manière suivante, qui montre la succession de deux phases : un temps de dilatation et un temps de contraction.

  • 17 Tableau élaboré à partir des documents suivants : Bibliothèque de documentation contemporaine (BDI (...)

Centres et activités en faveur des réfugiés (1945-1951)17

Centres et activités en faveur des réfugiés (1945-1951)17
  • 18 BDIC, F delta 2149/1081. Rapport de François de Seynes-Larlenque sur la situation de la Cimade en (...)
  • 19 Displaced Persons Act, in BIT, Informations sociales, vol. 1, n° 2, 15 janvier 1949, p. 73-81.
  • 20 Future OIM. BIT, Les Migrations internationales, 1945-1957, Genève, BIT, Études et documents, vol. (...)

6Les inflexions constatées dans les activités font apparaître une contraction croissante à partir de l’année 1949 qui se traduit par la fermeture de certains centres d’accueil, la réduction des effectifs des équipiers ainsi qu’une baisse drastique des ressources financières qui culmine en 1950, provoquant ce que François de Seynes qualifie alors de « souffrance profonde d’un corps mutilé »18. Cette contraction est concomitante d’une réorientation vers une activité individualisée de placement professionnel en France et de réinstallation définitive transcontinentale. Cette réorientation est largement suscitée par l’adoption aux États-Unis de la loi de juin 1948 sur l’admission des personnes déplacées19, la première mission de recrutement envoyée en Europe par le gouvernement australien comme par la naissance de l’État d’Israël dans le contexte d’une intensification des opérations de réinstallation de l’OIR destinée à liquider les camps de réfugiés européens en Afrique et en Europe même. Le second élément actif est la dynamique suscitée d’une part par le Bureau international du travail et d’autre part par le Conseil de l’Europe à partir de 1949 qui aboutissent (contrairement aux aspirations initiales et dans un contexte de crise de guerre froide) à la création, déjà évoquée, du Comité intergouvernemental des migrations européennes en 195120.

  • 21 Archives nationales (Paris), archives de l’Organisation internationale des réfugiés, AJ 43/1253. M (...)
  • 22 Holborn L., L’Organisation internationale des réfugiés, op. cit., p. 170-171, 179-190.
  • 23 Sur la fonction de légitimation collective des organisations internationales : Devin Guillaume, Sm (...)

7Par ailleurs, il est patent que la délégation de l’attribution des allocations de secours du CIR et de l’OIR aux réfugiés comme le financement d’opérations spécifiques, ont fait de la Cimade, aux côtés d’autres organisations privées françaises, un partenaire reconnu, ce qui a favorisé sa pérennisation en temps de paix. Ainsi, la Cimade appartient dès 1945 au cercle des sociétés privées « agents de l’organisation internationale21 ». Le mode spécifique de collaboration institué entre le CIR (puis l’OIR) et les ONG françaises (ou sociétés privées de bienfaisance selon les termes de l’époque) consiste en une délégation nationale siégeant à Paris en lien avec les Offices nationaux de réfugiés existants alors en France, et avec le groupement des organisations privées françaises avec le rôle prééminent accordé au SSAE22. Celui-ci a contribué à resserrer localement les coopérations inter-associatives en les personnalisant. Il a aussi permis de légitimer l’investissement d’un espace social international au-delà de la traditionnelle distinction stato-centrée interne/externe définie par la nature juridique des acteurs considérés23.

  • 24 Les dotations du gouvernement français consistent, d’après les informations reconstituées, en une (...)
  • 25 BDIC, F delta 2149/1081. Note sur la Cimade, 1952 ; BDIC, F delta 2149/1106, Relations avec le COE (...)
  • 26 BDIC, F delta 2149/1009. Intervention d’André-Jean Mendel sur la situation financière devant le Pe (...)
  • 27 BDIC, F delta 2149/1009. Intervention d’A-J. Mendel sur la situation financière devant le Petit Pa (...)
  • 28 BDIC, F delta 2149/173. Madeleine Barot à Violette Mouchon, 7 août 1950 : « Toutes les promesses q (...)
  • 29 BDIC, F delta 2149/1105. Discours de John F. Dulles à l’Assemblée du Conseil mondial des Églises, (...)
  • 30 L’appel est signé conjointement par le coordinating Committee to The World Council of Churches’Ref (...)
  • 31 En 1950, la dotation versée par le Church World Service au profit du département «Réfugiés » du CO (...)
  • 32 BDIC, F delta 2149/1081. « À la fin des émigrations massives présidées par l’OIR, le Conseil ocumé (...)
  • 33 À partir d’avril 1951, un représentant du COE chargé du programme d’émigration s’installe dans les (...)

8Dans le même temps et hormis les budgets fléchés du CIR puis de l’OIR qui concernent le service « étrangers », cette phase de dilatation puis de contraction brutale qui marque la Cimade doit être mise en relation avec la provenance de ses financements généraux entre 1945 et 1951 : ceux-ci ne sont alors quasiment pas français mais émanent des réseaux associatifs protestants américain et européen24. La nature internationale du financement de la Cimade n’est pas une innovation de l’après-guerre mais elle est une réalité dès les premières années de son activité en raison notamment de l’action de la théologienne Suzanne de Dietrich puis de l’interdiction faite par Vichy aux organisations internationales d’agir directement dans les camps d’internement : les financements proviennent alors notamment du Comité œcuménique pour les réfugiés dirigé par le pasteur Adolf Freudenberg (embryon du futur Service des réfugiés du COE) et du Don suisse à Genève, des réseaux américains et suédois de l’Alliance universelle des unions chrétiennes de jeunes filles25. Après 1945, la quasi-totalité des activités de l’association est couverte par des dotations émanant pour une petite part du secteur associatif suisse (Don suisse, CICR, Églises suisses), et pour l’essentiel des États-Unis via le double canal du Church World Service puis du Conseil œcuménique des Églises à Genève, lequel, chaque année, approuve le budget de la Cimade26. La phase d’expansion considérable que connaît la Cimade à partir de 1945 et sa non moins considérable contraction à partir de 1949, associées aux modifications de ses programmes, sont fortement liées à l’orientation de la politique européenne du Church World Service américain : ainsi, la Cimade bénéficie largement de la campagne d’appel de fonds de trois années lancée en 1945 aux États-Unis comme elle subit directement son non-renouvellement en raison de la mise en place du Plan Marshall27, l’importance particulière accordée à la normalisation de la situation sociale en RFA, renforcée en 1950 par le déclenchement de la guerre de Corée28. Ainsi, le contexte de guerre froide provoque une réévaluation des programmes des réseaux caritatifs protestants à New York comme à Genève, alors même que John Foster Dulles déclare, devant la première assemblée du COE à Amsterdam en août 1948, que la « responsabilité chrétienne se dégage comme un fait inéluctable », ajoutant : « cette assemblée doit être le point de départ d’un organisme mondial qui, journellement, travaille à la mobilisation du pouvoir chrétien29 ». Lors de cette même assemblée, un appel à l’action est lancé par les centrales protestantes internationales et états-uniennes (WCS, COE, Lutheran World Federation, Alliance universelle des unions de jeunes gens et jeunes filles chrétiennes), concernant l’urgence d’une politique systématique de réinstallation définitive des réfugiés (ce qui s’oppose alors directement aux réclamations des États communistes concernant le rapatriement de « leurs » nationaux)30. Ce retournement conjoncturel affecte directement les programmes en cours en ce qu’il valorise l’action de la Cimade en Allemagne même (susceptible d’être financée par le COE et portée en France par la dynamique du Plan Schuman) et pousse l’organisation à se réorienter vers le placement et l’émigration définitive des personnes déplacées ou des néo-réfugiés au détriment de l’action sociale polyvalente des années précédentes31. Les premiers résultats de placement professionnel restent néanmoins très mesurés jusqu’en 1953. Cette évolution se fait d’ailleurs dans certains cas à la demande précise du Church World Service et sur l’injonction du COE32, mais également devant le risque réel en 1951 que le département des réfugiés du COE commence un travail direct en France au détriment des dotations budgétaires à la Cimade, laquelle se trouverait alors dans l’impossibilité de financer le traitement des cadres du centre d’accueil de Sucy-en-Brie33. La dimension internationale est donc un trait saillant de la période considérée qui participe à la reconnaissance comme à la pérennisation de l’association.

UN PROCESSUS DE LÉGITIMATION EN TENSION : L’AMBIVALENCE DES IDENTIFICATIONS

  • 34 La déclaration d’association du 8 mars 1940 formule l’objet en ces termes : « par le moyen de diff (...)
  • 35 L’Aumônerie pour les étrangers protestants en France est placée sous les auspices de la Fédération (...)
  • 36 BDIC, F delta 2149/1073. Violette Mouchon écrit ainsi à Madeleine Barot, le 12 juin 1944 : « crois (...)
  • 37 BDIC, F delta 2149/1009. Procès-verbal de la réunion du Comité, 20 février 1946.
  • 38 Sur le protestantisme français dans cette période : Wolff Philippe, Encrevé André, Baubérot Jean, (...)

9Participant pleinement au processus de légitimation qu’il s’agisse de la cause défendue, des orientations de programme ou des personnalités dirigeantes elles-mêmes, la dimension internationale génère tensions et ambivalences au sein de l’organisation tant en raison des arguments mobilisés que par les enjeux d’identification qu’elle génère. En effet, structurellement, la Cimade est un collectif ou comité inter-mouvements : elle apparaît à la fois comme un groupe d’intérêt à double caractère identitaire (origine protestante et mouvements de jeunesse) et un groupe d’intérêt support d’une cause (la défense des évacués, internés et réfugiés). Or, ni le rassemblement des gens qui forment ce groupe composite, ni l’intérêt qui s’exprime sous la forme de la cause à défendre, ni la forme de représentation de la cause et du groupe ne vont de soi à la Libération. En effet, le premier et décisif enjeu auquel est confrontée l’association en 1944 est celui de la pérennité en temps de paix d’un comité de rassemblement des mouvements protestants de jeunesse français constitué pour répondre à des nécessités exceptionnelles34. Le Comité inter-mouvement pour les évacués existe-t-il en dehors de ses composantes institutionnelles et/ou des personnalités marquantes qui en assurent la représentation ? Est-il destiné à se fondre dans un paysage caritatif français où l’entraide et l’action sociale ont déjà leurs organismes propres au niveau de l’Église réformée de France (Aumônerie des étrangers)35 comme localement au niveau des paroisses, ou encore dans le cadre d’associations existantes et identifiées comme idéologiquement proches, le SSAE et les Quakers par exemple ? Si la recherche d’un positionnement légitimant son maintien agite les uns36, la fin prochaine de la Cimade « par éclatement » est prédite par les autres37. Dans cette phase particulière, la réalité de cette dimension internationale place donc celle-ci au cœur du processus de légitimation de l’organisation car elle contribue à la fois à la définition de ses intérêts et de son ou de ses identité (s)38. Ainsi, trois pôles de positionnement en tension ont pu être identifiés à partir des sources.

10Un premier pôle mobilise une légitimation pragmatique qui s’inscrit de manière continue dans les sources depuis 1945 et se poursuit au-delà de la césure de 1950-1951. Elle repose sur la force supposée de l’évidence d’une sensibilité spécifique aux nécessités et aux urgences :

  • 39 BDIC, F delta 2149/1081. Note sur la Cimade, 1952.

La Cimade est un organe de secours souple et mobile, apte à répondre aux appels d’urgence, à être présent au sein des problèmes aigus39.

  • 40 BDIC, F delta 2149/1081. Rapport de François de Seynes-Larlenque sur la situation de la Cimade en (...)
  • 41 Bauberot Jean, « L’organisation internationale du protestantisme. Le Conseil ocuménique des Église (...)

11Évidence également de devoir y répondre par le témoignage, la présence et le service social selon une approche rénovée de l’évangélisation comme du diaconat. En 1950, François de Seynes fait le bilan de l’acquis de la période précédente en insistant justement sur le caractère « particulier » de la Cimade qui tiendrait à cette triple vocation ainsi qu’à sa propension par son travail à « manifester activement la présence de l’Église au sein du désordre du monde40 ». Cette expression se réfère au thème de la première assemblée du COE de 1948, « désordre du monde et dessein de Dieu » et rend compte d’un positionnement qui s’inscrit dans la lignée du christianisme pratique du Mouvement Vie et Action (constitué en 1925) et de l’influence de Karl Barth41, réinvesti au terme de six années de guerre :

  • 42 Département d’études du COE, Désordres de l’homme et dessein de Dieu : travaux préparatoires à la (...)

[...] le dualisme entre l’éthique chrétienne qui gouverne la vie privée du chrétien et la vie de l’Église, d’une part, et les principes moraux se rapportant à l’État et à la vie publique, d’autre part, a été discrédité parce que ce dualisme rend l’Église incapable d’intervenir quand se développent des formes d’États antichrétiens ou démoniaques et parce que les chrétiens sont tentés de s’abriter derrière ce dualisme pour acquiescer en tant que citoyens aux crimes de ces États42.

  • 43 Voir dans le présent volume, la contribution d’André Encrevé.
  • 44 BDIC, F delta 2149/1105. Première assemblée du COE, Amsterdam, 1948. Conférence des visiteurs, 31 (...)
  • 45 BDIC, F delta 2149/1081. Note sur la Cimade, 1952.
  • 46 Ibid.
  • 47 BDIC, F delta 2149/1105. Traduction du rapport d’Alan Brasch au staff du Conseil ocuménique sur sa (...)

12Insistance est donc faite non seulement sur l’action du chrétien dans le monde mais également sur la synthèse ainsi réalisée entre action et discours43. L’évidence de l’identité « internationale » de la Cimade après 1945 est aussi rapportée au caractère interecclésiastique, interconfessionnel ou ocuménique, et cosmopolite des militants et populations assistées de la Cimade après 1945. Ce caractère est ainsi largement rapporté à l’origine nationale et à l’affiliation religieuse diverse (réformés, luthériens, presbytériens, baptistes, anglicans, orthodoxes) des jeunes équipiers de l’association, notamment la présence dans les foyers et centres des Fraternel Workers (ou Délégués fraternels) anglo-saxons et suisses, jeunes volontaires engagés pour un à trois ans à la Cimade, qui ont amené l’association à conduire une « expérience internationale et œcuménique concrète » à partir de 1945. Devant la première assemblée du COE à Amsterdam, la Cimade est présentée comme l’un des rares « faits » ocuméniques44. Dans notre période, un tiers des équipiers ne sont en effet pas de nationalité française45. Mais l’évidence internationale et œcuménique historique ou naturelle, pourrait-on dire de l’association, est avant toute chose rapportée au caractère multiethnique et multiconfessionnel des populations auxquelles elle s’adresse depuis l’origine. La création de la Cimade comme il est souligné en 1952, « est à l’origine une histoire de réfugiés ou d’évacués46 », une « Église aux frontières » résume le représentant du COE, Alan Brasch, dans un rapport en 197147.

  • 48 Elle devient la principale responsable pendant la guerre du Conseil protestant de la jeunesse. Suz (...)
  • 49 Fabre Rémi, « Les étudiants protestants face aux totalitarismes dans les années trente », in Revue (...)
  • 50 De 1953 à 1973, elle devient directrice de département au COE à Genève, d’abord à la « Coopération (...)
  • 51 Barot Madeleine, Expériences œcuméniques concrètes, Conférence annuelle n° 4, introduction de Ray (...)

13Un second pôle de positionnement mobilise une légitimation opportuniste fortement personnalisée et médiatisée, élaborée notamment dans les échanges noués par Madeleine Barot, secrétaire générale de la Cimade et le pasteur Marc Bogner avec les partenaires associatifs suisse et américain de l’organisation. Le profil social et culturel de Madeleine Barot, âgée en 1944 de 35 ans, doit ici être rappelée : elle est fille d’un normalien agrégé de lettres et d’une mère militante féministe, elle-même est licenciée d’histoire, archiviste-bibliothécaire en poste à l’École française de Rome au début de la guerre. Son engagement au sein de la Fédération française des associations chrétiennes d’étudiants durant ces années d’études, son logement au Foyer international des étudiantes du boulevard Saint-Michel où elle bénéficie des cercles d’études animés par Claire Jullien48, Suzanne de Dietrich, Charles Westphal, des conférences de Karl Barth, et d’un séjour à Berlin en 1932, la font appartenir à une génération d’étudiants qui reposent en de nouveaux termes la notion d’engagement. Cette génération (notamment les membres de la Fédération française des associations chrétiennes d’étudiants) est marquée par la politisation des années trente et les effets de conscientisation générés par la constitution de l’Église confessante en Allemagne et la réunion à Amsterdam en 1939 de la Conférence mondiale de la jeunesse chrétienne49. L’immédiat après-guerre consacre l’institutionnalisation de ses engagements dans les réseaux protestants internationalistes. Elle est alors membre du conseil mondial et responsable de la section des questions sociales et internationales de l’Alliance universelle des Unions chrétiennes de jeunes filles, présidente de la Commission de la jeunesse du COE. Elle fait aussi dans l’immédiat après-guerre de très nombreux voyages intercontinentaux (États-Unis, Inde, Chine, Japon, Pakistan, Palestine, etc.) et européens (Grande-Bretagne, Allemagne, Autriche, Suisse, Suède)50. L’importance de la conférence d’Amsterdam de 1939 est à plusieurs reprises mentionnée par Madeleine Barot. Elle en parle comme une « simple liste d’adresses », les porteurs de cette liste étant porteurs à l’échelle du monde d’une même conviction dans la décennie suivante : « Partout jusqu’aux extrémités de la terre, avait vogué cette même petite liste des participants d’Amsterdam. Je l’ai retrouvée, la guerre finie, portant les traces d’un usage quotidien, devenue relique, en Chine, au Japon, en Corée, aux Indes, en Allemagne. Il y aurait un livre à écrire sur cette liste et la force qu’elle a représentée pendant les années de guerre qui ont suivi51 ».

  • 52 BDIC, F delta 2149/1009. Procès-verbal de la réunion du Comité du 16 octobre 1946.
  • 53 BDIC, F delta 2149/1081. Note sur notre devoir d’accueil envers les étrangers réfugiés en France, (...)
  • 54 BDIC, F delta 2149/1081. Extrait d’un rapport de Madeleine Barot au camp de Versailles, mai 1949. (...)
  • 55 Braud Philippe, Sociologie politique, op. cit., p. 316.
  • 56 Jacques André, Madeleine Barot, op. cit., p. 134 et 136.
  • 57 Baubérot Jean, Le Retour des huguenots ; la vitalité protestante, xixe-xxe siècles, Paris-Genève, (...)
  • 58 Gilson Matha, « Une minorité en action : la charité protestante en France, xixe-xxe siècles », in (...)

14La mécanique de légitimation qui est ici valorisée associe l’insertion dans les enjeux de la modernité et la stratégie de pérennisation. L’insertion dans les enjeux de la modernité consiste d’abord à fortement arrimer l’action de la Cimade au COE, qu’il s’agisse d’une décision d’adjoindre un représentant permanent du COE au sein du comité directeur de la Cimade en 194652 ou de se déclarer comme le représentant en France du COE dans le domaine de son activité en faveur des réfugiés en 194953. Cette intégration dans la « stratégie d’ensemble » du COE est présentée comme génératrice d’un sens historique dans le contexte d’institutionnalisation du mouvement œcuménique international qui suit les traumatismes et la « crise du sens » générés par la guerre et les totalitarismes et qui se trouve alors confrontée à l’affrontement Est-Ouest. En effet, Madeleine Barot affirme que « Là, notre action aura un sens comme chaînon d’une grande action d’ensemble de l’Église54 ». La virtualité mobilisatrice de l’action de la Cimade se trouverait donc renforcée car elle déboucherait sur une « définition des situations vécues, en termes de valeurs fortement ancrées55 » dans la culture de la jeunesse protestante. D’autres enjeux de modernité à caractère social sont mobilisés dans la légitimation de la dimension internationale de la Cimade et, au premier chef, les perspectives d’émancipation et d’intégration institutionnelle dans la dynamique de l’après-guerre qui est offerte aux laïcs et surtout à des femmes que M. Barot considère comme n’ayant pas trouvé leur place dans l’Église et aliénées dans la vie paroissiale locale56. Martha Gilson, dans son analyse de la charité protestante aux xixe et xxe siècles à partir de l’étude de l’entraide protestante lyonnaise, montre effectivement le caractère tardif de l’adaptation du diaconat et des œuvres tenues par des comités de « dames » et reposant sur des fonds privés, à la laïcisation de la société comme à la place croissante du secteur public dans le domaine de l’assistance. Ainsi la vitalité protestante se manifeste dès le début du xxe siècle davantage dans les structures nouvelles que sont les mouvements57. L’après 1945 est marqué au sein des œuvres protestantes par une crise des vocations et il faut attendre les années 1970- 1980 pour assister à un véritable renouveau58. Ainsi, pour Madeleine Barot, les équipes associant hommes et femmes, origines nationales différentes, confessions diverses sont rapportées à des éléments d’une communauté transnationale amenée à témoigner et à affirmer une présence humaniste engagée, émancipée et fille de son temps.

  • 59 BDIC, F delta 2149/1072. Lettre d’André Freudenberg à Madeleine Barot, 24 août 1944.
  • 60 BDIC, F delta 2149/1009. Procès-verbal du Comité de direction, 7 juin 1945.
  • 61 Boegner Marc, « Le combat de l’Église à Vichy », in Les Clandestins de Dieu. Cimade 1939-1945, op. (...)
  • 62 BDIC, F delta 2149/1009. Procès-verbal du Comité de direction, 24 août 1945.
  • 63 BDIC, F delta 2149/1073. Lettre de Madeleine Barot à Violette Mouchon, Genève, le 29 avril 1948.
  • 64 BDIC, F delta 2149/1072. Lettre de M. Barot à V. Mouchon, Boston, le 4 décembre 1955.
  • 65 BDIC, F delta 2149/1072.
  • 66 Jacques André, Madeleine Barot, op. cit., p. 115-116. Voir également : Jacques André, Trésors d’hu (...)

15La stratégie de pérennisation consiste à valoriser des éléments susceptibles de correspondre aux représentations et aux enjeux propres des partenaires américains ou suisses en vue d’assurer la sécurité des financements. Ainsi, de Suisse, le pasteur Freudenberg écrit ces lignes en 1944 : « Je suis convaincu que l’histoire datera le début du redressement moral des Français de ces jours de l’été 1942 lorsque le peuple français du Midi, sous l’impulsion de ses Églises s’est solidarisé avec les Juifs trahis et méprisés en leur revendiquant le droit sacré de l’asile.59 » Le pasteur Bogner qui préside la Cimade (échelon local), la Fédération protestante de France (échelon national) et qui est membre du comité central du COE (échelon international), se dit frappé en juin 1945 de l’intérêt « exceptionnel » que suscite la Cimade aux États-Unis60. Cet intérêt représente pour lui une opportunité qui confère au protestantisme français une image conforme à une représentation historiquement établie de résistance et au COE nouvellement constitué un gage de reconnaissance, puisqu’il est le canal de transmission des financements américains. Comme il l’écrit quelques années plus tard : « J’avais toujours soutenu la Cimade dans laquelle les Églises de l’étranger saluaient avec émotion un signe manifeste de la résistance et de la vitalité du protestantisme français, de la foi et de la volonté de témoignage de nos mouvements de jeunesse et de nos Églises61 ». En août 1945, un « plan de stratégie » et de communication extérieure est élaboré dont est chargée Violette Mouchon (secrétaire générale de la Cimade pendant toute la durée de la guerre) avec notamment comme objectif de soutenir l’intérêt des Églises étrangères62. Qu’il s’agisse des « intérêts généraux du protestantisme63 » ou, en fin de période, lorsque les affectations budgétaires se détournent de l’Europe vers l’Asie ou l’Afrique, de mettre l’accent sur la nécessité de soutenir la « minorité » protestante en France64, la condition absolue pour continuer d’exister, selon les termes mêmes de Madeleine Barot, est que la Cimade soit un agent en France du Church World Service américain et du COE, concluant : « Si nous sommes un travail français, aux Églises françaises de nous subventionner. C’est très clair. À nous de choisir65 ». C’est ce qui fait écrire à André Jacques, qui a dirigé le service « réfugiés et droits de l’homme » de la Cimade puis le secteur « migrations internationales » du COE, dans sa biographie de Madeleine Barot, que la fixation de l’identité propre et de la vocation de la Cimade est liée à trois événements : la réconciliation franco-allemande, l’arrivée des réfugiés des pays de l’Est et l’organisation systématique de la réflexion œcuménique66.

  • 67 Cabanel Patrick, « Le pasteur Jacques Martin, de l’objection de conscience à la résistance spiritu (...)
  • 68 Déclaration de Jean Gastambide : « Vos liens avec le COE ne sont assurés que par Madeleine, et ces (...)
  • 69 BDIC, F delta 2149/1072. Lettre de V. Mouchon à M. Barot, personnelle, non datée, appendice de la (...)
  • 70 BDIC, F delta 2149/1072. Lettre de V. Mouchon à M. Barot, 8 août 1951.

16Un dernier pôle de positionnement mobilise une légitimation critique de la dimension internationale de l’association, particulièrement nette dans les correspondances de Violette Mouchon, des pasteurs Jacques Martin67 ou Jean Gastambide et plus marginalement dans celle de Madeleine Barot. La dimension internationale serait mal articulée avec « l’identité » de l’association car cette dimension est considérée comme un espace de valorisation personnelle et de médiatisation superficielle. Par la légitimation financière et identitaire externe qu’elle induit, elle provoquerait une tension avec le groupe de référence de l’organisation : les paroisses protestantes et les mouvements chrétiens de jeunesse français. Cette appréhension critique repose d’abord sur la personnification de la dimension internationale alimentée par un conflit latent entre la direction et l’administration : Madeleine Barot incarnerait à elle seule cette dimension internationale, notamment les liens avec le COE68. Par ailleurs, cette dimension serait investie par elle dans un objectif de valorisation et de reconnaissance personnelles, et non par dévouement à l’action collective. Son éparpillement, ses voyages incessants, et sa direction intermittente, distante, virtuelle, son désintérêt pour l’action quotidienne et l’expérience vécue des équipiers induisent une dévalorisation implicite du terrain et de l’espace local, au profit d’un espace international dynamique, lieu de pouvoir et de négociations, d’accès privilégié aux acteurs politiques majeurs, lieu fantasmé du « grand jeu » de la marche du monde. Ainsi Violette Mouchon écrit dès 1946 : « Je me sentais toujours en plein accord avec vous du temps de Nîmes, et j’appréciais beaucoup votre simplicité. À présent, je suis quelquefois gênée – pas toujours – de croire sentir en vous un contentement d’avoir un travail de grande envergure, de toucher à beaucoup de domaines, d’être en rapport avec des premiers rôles, d’être « seule femme » au milieu d’eux, de réussir des démarches ou d’autres ont échoué » et elle conclut : « Il m’est arrivé de penser qu’un échec vous serait bien utile spirituellement69 ». En 1951, dans le contexte d’inquiétude généré par la contraction des financements et des activités, Violette Mouchon conteste l’importance accordée aux « préoccupations ocuméniques » et aux « cogitations intellectuelles », à laquelle elle oppose l’urgence d’une reprise en main de l’association par un nouveau dirigeant, de préférence de sexe masculin (option déjà évoquée par André Dumas dans un comité de direction en mai 1948), qui serait lui intéressé par « l’ensemble » de l’association70.

  • 71 Archives de la Cimade, rue Clisson, Paris. Lettre aux équipiers de V. Mouchon, décembre 1945, Carn (...)
  • 72 BDIC, F delta 2149/1073. Lettre de V. Mouchon à M. Barot, 3 février 1948.
  • 73 « La Cimade n’est pas un service social, ni une œuvre indépendante, ni une nouvelle société d’évan (...)

17Cette appréhension critique présente par ailleurs la dimension internationale comme une dimension de la communication et du discours en distorsion avec l’humilité et la discrétion de l’engagement sincère et modeste du chrétien. Ainsi, Violette Mouchon dénonce la distorsion existante entre la représentation externe mythifiée et surfaite de la Cimade et la réalité de son action. La valorisation médiatique des actions du temps de guerre de la Cimade, ce qu’elle appelle le « romantisme des camps » ou le fait d’être en 1945 « à la mode » ne doivent pas faire l’objet d’une exploitation excessive ni d’une dérive narcissique71. Ainsi, lorsque les premières inquiétudes financières se font jour, elle écrit de Paris à Madeleine Barot les mots suivants : « Sachez seulement que, dans l’ensemble, nous estimons que, spirituellement, cette crise financière nous fera beaucoup plus de bien que de mal72 ». Cette approche rend sensible le décalage culturel existant avec un phénomène de médiatisation de l’action caritative déjà bien rodé depuis les expériences de la Première Guerre mondiale au sein des ONG d’émanation religieuse américaines (je pense notamment aux campagnes de fonds du Near East Relief ou de l’American Relief Administration dans les années vingt). Elle est probablement également à rapporter à un positionnement délibéré que la Cimade ne soit ni une organisation humanitaire, ni un service social technique, ni une nouvelle société d’évangélisation73, approche ouverte dont se fait largement porteuse Violette Mouchon, ancienne commissaire nationale des éclaireuses unionistes et membre fondatrice de la Fédération française des éclaireuses.

  • 74 Lors de la réunion Comité du 16 octobre 1946 (celui-là même qui valide la proposition de M. Barot (...)
  • 75 BDIC, F delta 2149/1009. Réunion du Comité, procès-verbal, 10 et 13 mai 1948.
  • 76 BDIC, F delta 2149/1009. Note de V. Mouchon concernant la composition du Conseil d’administration (...)
  • 77 Barot Madeleine, Expériences ocuméniques concrètes, op. cit., p. 7.

18Dernier élément constitutif de cette appréhension critique, le fait que dès 194674, la légitimation par l’international est interprétée comme générant une déconnexion croissante avec l’espace national de référence, une organisation « hors-sol », qui serait entrée dans les jeux d’appareil et de légitimations réciproques avec le COE : financement externe, équipiers étrangers, liens distendus avec les mouvements de jeunesse français ou le diaconat paroissial. C’est la tonalité générale du rapport présenté devant le Comité de direction par André Dumas au nom du Conseil protestant de la jeunesse en mai 194875. C’est le constat fait en fin de période par Jean Gastambide qui déplore un état de fait arrivé à son terme : « Les Mouvements de jeunesse et l’Alliance n’ont pas de contact réel avec vous, vous vous en êtes coupés. Or, ils constituent l’aile marchante de l’Église, l’Église de demain. Nous travaillons à un regroupement dans l’Alliance de tout ce qui est vivant, dynamique, dans l’Église, et vous en êtes absents ; vous ne recrutez plus d’équipiers par nous. C’est très grave pour vous76 ». Cette appréhension est corroborée par Madeleine Barot en ce qui concerne notamment la présence des Fraternel Workers américains dans les équipes Cimade dès 1945. Elle rappelle dans une conférence présentée à Genève en 1958 que ceux-ci ont représenté un choc et provoqué un rejet initial. Comment un Américain pouvait-il comprendre les problèmes de l’Europe et de la France et surtout comment accepter un membre d’une société de mission évangélique ? L’Europe était-elle en train de devenir un champ de mission77 ?

19Pour conclure et tenter de mettre en perspective ces années d’après-guerre, il nous semble pouvoir établir que la période 1945-1951 constitue ce que l’on peut qualifier de cycle pour une organisation qui nous apparaît comme fonctionnant par succession de cycles identifiables par leur unité de modes de financement, de nature des équipes et des personnels salariés, et d’actions. Ces cycles sont délimités par des phases transitionnelles de contraction des activités et des financements, de réorientation des programmes ou de nouvelle ventilation entre les activités (ici en 1944-1945 et en 1950-1951). Cette succession de dilatation/contraction crée ce qui peut apparaître comme des crises périodiques qui activent ou réactivent des questionnements ou tensions sur l’identité de l’organisation voire même sur sa légitimité. Cependant, la phase étudiée ici permet d’observer que la phase de dilatation génère autant de questionnements ou de tensions que celle de décroissance notamment lorsqu’elle est directement liée à un financement conjoncturel sur programme. Ceci nous induirait à réserver la notion de crise aux conséquences ponctuelles et de postuler que ce fonctionnement par cycles induit un processus de légitimation spécifique, marqué par sa constante ou incessante reformulation des registres d’identification et par l’existence en interne de pôles en tension, parfois même à fronts renversés. Cette étude de cas peut, nous semble-t-il, participer à la réflexion sur la question plus générale de la légitimité des organisations non gouvernementales dans l’espace international en apportant quelques éléments : le caractère non univoque des investissements personnels ou collectifs dans cet espace, les représentations non consensuelles des interactions entre les échelles locale, nationale et internationale, l’importance, pour les années de l’après-guerre, d’une catégorie méta-sociale de référence, l’humanité qui implique, dans un groupe de référence à caractère religieux transnational, de redéfinir les formes d’action et de refonder les identités. Ainsi, l’institutionnalisation du mouvement œcuménique dans un contexte de guerre froide, comme les modalités nouvelles de coopération entre organisations internationales et ONG, ont indéniablement pesé en ce qu’elles ont constitué des opportunités de pérennisation, induisant des stratégies envisagées comme payantes. Dans le même temps, ces opportunités ont été elles-mêmes modifiées par l’action : la mobilisation de ressources latentes dans les mouvements de jeunesse protestants permettant la requalification d’un répertoire d’action de la charité vers l’entraide, de l’œuvre protestante vers l’engagement caritatif, associant au besoin de reconnaissance publique dans l’espace national, l’inscription dans une dynamique de légitimation transnationale.

Notes

1 Notre approche propose d’aborder ici les phénomènes internationaux comme « phénomènes intersociaux », pour reprendre une formule naguère employée en 1920 par Marcel Mauss, « La Nation », Œuvres, Paris, Éditions de Minuit, 1979, t. 3, p. 606. Voir : Cohen Antonin, Lacroix Bernard, Rieutort Philippe, Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, 2009, p. 609. Cette définition large nous permet de penser les réfugiés sans être entravée par des approches découpant l’objet en catégories contingentes et historiquement produites par les acteurs nationaux et internationaux au cours du xxe siècle ou par des démonstrations s’attachant à vérifier ou infirmer l’efficience de paradigme théorique des relations internationales. Dans le cas présent, les réfugiés sont pris en charge par la Cimade au sein du secteur « étrangers ».

2 Comme le souligne Gérard Petitjean dans sa contribution en début de volume.

3 Young Men’s Christian Association et Young Women’s Christian Association.

4 Marrus Michael, Les Exclus. Les réfugiés européens au xxe siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1986, p. 189-349 ; Cohen Gérard D., In War’s Wake : Europe’s Displaced Persons in the Postwar Order, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; Corni Gustavo, Stark Tamas (ed.), People on the Move : Forced Population Movements in Europe in the Second World War and its Aftermath, Oxford, Berg, 2008 ; Reinisch Jessica, White Elisabeth (ed.), The Disentanglement of Populations : Migration, Expulsion and Displacement in Post-War Europe, 1944-1949, Londres, Palgrave Macmillan, 2011.

5 Une histoire institutionnelle de ces deux organisations dans : Woodbridge George, UNRRA : The History of the United Nations Relief and Rehabilitation Administration, New York, Columbia University Press, 1950 ; Holborn Louise, L’Organisation internationale des réfugiés, agence spécialisée des Nations unies, 1946-1952, Paris, PUF, 1955.

6 Fait que nous avions pu constater à travers une étude précise de la crise que traverse l’OIR en 1949 au sujet de la réinstallation au Canada des enfants polonais du camp tanganykais de Tengeru. Kévonian Dzovinar, « Histoires d’enfants, histoire d’Europe : l’Organisation internationale des réfugiés et la crise de 1949 », in Matériaux pour l’histoire de notre temps, BDIC, n° 95, juillet-septembre 2009, p. 30-45. Voir : Zahra Tara, The Lost Children : Reconstructing Europe’s Families after World War II, Harvard University Press, 2011.

7 Ferrera Maurizio, Les Nouvelles frontières du social. L’intégration européenne et les transformations de l’espace politique de la protection sociale, trad., Paris, Presses de Sciences Po, 2009 ; Weil Patrick, La France et ses étrangers, Paris, Calmann-Lévy, 1991 (édition revue Folio, 2004), p. 57-68 ; Spire Alexis, Étrangers à la carte. L’Administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris, Grasset et Fasquelle, 2005.

8 Nous nous permettons de renvoyer sur cette question à notre précédente étude : Kévonian Dzovinar, « Les Réfugiés européens et le Bureau international du travail : appropriation catégorielle et temporalité transnationale (1942-1951) », in Aglan Alya, Feiertag Olivier, Kévonian Dzovinar, Humaniser le travail. Régimes économiques, régimes politiques et organisation internationale du travail 1929-1969, Bruxelles, Peter Lang, 2011, p. 167-194.

9 Ryfman Philippe, « Les ONG, acteurs controversés des relations internationales », in Questions internationales, n° 19, mai/juin 2006, p. 99-108 ; Ryfman Philippe, Les ONG, Paris, La Découverte, 2009.

10 Siméant Johanna, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises », in Le Mouvement Social, n° 227, avril-juin 2009, p. 101-122 ; Brodiez Axelle, « Entre social et humanitaire : générations militantes à Emmaüs (1949-2009) », in Le Mouvement Social, n° 227, avril-juin 2009, p. 85-100 ; Dauvin Pascal, Siméant Johanna & C. A. H. I. E. R., Le Travail humanitaire. Les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris, Presses de Sciences Po, 2002 ; Collovald Annie (dir.), L’Humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde, Rennes, PUR, 2002.

11 Braud Philippe, Sociologie politique, Paris, LGDJ, 2004, p. 336-361 ; Offerlé Michel, Sociologie des groupes d’intérêts, Paris, Montchrestien, 1998.

12 Duriez Bruno, Mabille François, Rousselet Kathy (dir.), Les ONG confessionnelles. Religions et action internationale, Paris, L’Harmattan, 2007 ; Bentham Jonathan, Returning to Religion. Why a Secular Age is Haunted by Faith, Londres, Tauris, 2008 ; « La mondialisation du champ religieux : nouveaux acteurs et nouveaux enjeux », in Revue internationale de politique comparée, vol. 16, 2009-1.

13 Conçu comme une « scène » selon l’idéal-type de « l’interdépendance complexe » proposé par Keohane et Nye en 1977.

14 Offerlé Michel, « Retour critique sur les répertoires de l’action collective (xviiie-xxe siècles) », in Politix, n° 81, 2008/1, p. 181-202 ; Cohen Antonin, Lacroix Bernard, Rieutort Philippe, Nouveau manuel de science politique, op. cit., p. 507-509 ; Ripoll Fabrice, « Espaces et stratégies de résistance : répertoires d’action collective dans la France contemporaine », in Espaces et sociétés, n° 134, 2008/3, p. 83-97.

15 Lagroye Jacques, François Bastien, Sawicki Frédéric, Sociologie politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2002, p. 436 et 443 ; Lagroye Jacques, « La légitimation », Grawitz Madeleine, Léca Jean (dir.), Traité de science politique, t. 1, Paris, PUF, 1985, p. 402-403.

16 Il nous est par contre difficile de savoir si la Cimade réserve ou non sa seule politique d’accueil et d’assistance aux réfugiés et personnes déplacées répondant aux critères d’éligibilité établis par l’UNRRA puis par l’OIR, soit à des personnes pour lesquelles elle dispose, dans cette période, d’une délégation d’attribution d’aides financières.

17 Tableau élaboré à partir des documents suivants : Bibliothèque de documentation contemporaine (BDIC), Archives de la Cimade, F delta 2149/1009. Procès-verbal de la réunion du Comité, 16 octobre 1947, 10 au 10 mai 1948 ; Petit Parlement, séance du 4 décembre 1947. BDIC, F delta 2149/1081. « Étrangers », in Bulletin trimestriel d’information de la Cimade, 1er octobre 1946. ; Rapport de François de Seynes-Larlenque (secrétaire général adjoint) sur la situation de la Cimade en octobre 1950, présenté au COE ; Note sur la Cimade, 1952 ; « Les Espagnols », in Bulletin trimestriel d’information de la Cimade, janvier-mars 1947.

18 BDIC, F delta 2149/1081. Rapport de François de Seynes-Larlenque sur la situation de la Cimade en octobre 1950, présenté au COE.

19 Displaced Persons Act, in BIT, Informations sociales, vol. 1, n° 2, 15 janvier 1949, p. 73-81.

20 Future OIM. BIT, Les Migrations internationales, 1945-1957, Genève, BIT, Études et documents, vol. 54, 1959, p. 325-335 ; Vernant Jacques, Les Réfugiés dans l’après-guerre, trad., Monaco, Édition du Rocher, 1954, p. 51-61.

21 Archives nationales (Paris), archives de l’Organisation internationale des réfugiés, AJ 43/1253. Monographs. Paris Office Voluntary Agencies. Lettre de M. Czarnecki, secrétaire général adjoint de la Société religieuse des amis (Quakers) au gouverneur Valentin Smith, CIR, 13 juillet 1945 ; BDIC F delta 2149/1009. Procès-verbal de la réunion du Comité (de direction), 16 octobre 1946.

22 Holborn L., L’Organisation internationale des réfugiés, op. cit., p. 170-171, 179-190.

23 Sur la fonction de légitimation collective des organisations internationales : Devin Guillaume, Smouts Marie-Claude, Les Organisations internationales, Paris, Armand Colin, 2011, p. 115-117.

24 Les dotations du gouvernement français consistent, d’après les informations reconstituées, en une petite subvention du ministère de la Jeunesse et la prise en charge de cinq traitements de salariés (branche « prison »).

25 BDIC, F delta 2149/1081. Note sur la Cimade, 1952 ; BDIC, F delta 2149/1106, Relations avec le COE, 1941-1959, documents de la période 1940-1944 ; Barot Madeleine, « La Cimade et le rôle des organisations internationales de jeunesse », in Encrevé André, Pujol Jacques (dir.), Les Protestants français pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, SHPF, 1994, p. 217-226 ; Freudenberg Adolf, « Au-delà des frontières. L’action du Conseil ocuménique des Églises », in Les Clandestins de Dieu. Cimade, 1939-1944, Textes rassemblés par Merle d’Aubigné Jeanne et Mouchon Violette, mis en ordre par Fabre Émile, Paris, Fayard, 1968, p. 39-60.

26 BDIC, F delta 2149/1009. Intervention d’André-Jean Mendel sur la situation financière devant le Petit Parlement, 4 décembre 1947.

27 BDIC, F delta 2149/1009. Intervention d’A-J. Mendel sur la situation financière devant le Petit Parlement, 4 février 1948.

28 BDIC, F delta 2149/173. Madeleine Barot à Violette Mouchon, 7 août 1950 : « Toutes les promesses qui nous avaient été faites en mai tant pour les « sinistrés » que pour les « réfugiés » sont annulées par les événements de Corée. Arbuthnot puis R. Mackie rentrant de Toronto m’en ont prévenue très nettement. Cela ne veut pas dire que nous ne recevrons rien mais que tous leurs plans sont balayés par la situation nouvelle américaine. Personne ne voit encore l’attitude que les divers organismes et l’opinion publique, adoptera à l’égard de l’Europe ».

29 BDIC, F delta 2149/1105. Discours de John F. Dulles à l’Assemblée du Conseil mondial des Églises, 24 août 1948, trad. Voir également : François David, « Les protestants américains, l’Europe et la sortie de l’isolationnisme : le Conseil fédéral des Églises et le Comité pour une paix juste et durable (1940-1945) », in Histoire, économie et société, 2009/4, 28e année, p. 85-95.

30 L’appel est signé conjointement par le coordinating Committee to The World Council of Churches’Refugee Division, Church World Service, Inc., The Lutheran World Federation, The World’s Alliances of YMCAs/YWCAs, serving Displaced Persons : « relate your local committee to the national and international Christian agencies operating on your behalf among refugees in Europe and elsewhere ; support your denominational agencies, your councils of churches and your Christian organizations in the formation of united resettlement committees ». BDIC, F delta 2149/1105. Relations avec le COE. Assemblée d’Amsterdam.

31 En 1950, la dotation versée par le Church World Service au profit du département «Réfugiés » du COE qui l’affecte à la Cimade, est de 30 000,00 dollars. BDIC, F delta 2149/1073. Madeleine Barot à François de Seynes, Genève le 13 mai 1950.

32 BDIC, F delta 2149/1081. « À la fin des émigrations massives présidées par l’OIR, le Conseil ocuménique a expressément prié la Cimade d’organiser un service extensif d’émigration. Les voyages sont financés (dons ou prêts) par divers organismes internationaux ; l’accueil aux États-Unis, Canada, Australie est préparé par les Églises locales donc certains membres acceptent d’être responsables du logement, du travail de l’acclimatation de la famille immigrante ». De janvier 1953 à octobre 1956, 1 200 personnes ont émigré par les voies de notre service d’émigration de la Cimade. Notes sur la Cimade. Origines et premières activités de la Cimade, 1955.

33 À partir d’avril 1951, un représentant du COE chargé du programme d’émigration s’installe dans les bureaux de la Cimade. La transformation du centre de Sucy-en-Brie en communauté de travail est à rapprocher de cette évolution. BDIC, F delta 2149/1073. M. Barot à V. Mouchon, 21 avril 1951.

34 La déclaration d’association du 8 mars 1940 formule l’objet en ces termes : « par le moyen de différents mouvements de jeunesse d’inspiration protestante, témoigner de l’Évangile auprès de la jeunesse française éprouvée par la guerre et lui venir en aide sur le plan moral, social et éducatif ». BDIC, F delta 2149/1009. Cimade, extrait du Journal officiel, 3 avril 1940, n° 85, p. 2428.

35 L’Aumônerie pour les étrangers protestants en France est placée sous les auspices de la Fédération protestante de France et financée par le Conseil ocuménique des Églises. Elle est dirigée par Jacques Delpech à partir de 1945 et procède à un partage des tâches d’assistance aux réfugiés avec la Cimade. Elle appartient également aux associations reconnues par l’OIR pour l’attribution des secours aux réfugiés et du fonds de réinstallation. Voir la publication du mémoire de master de Carole Gabel, Jacques Delpech, un pasteur au service des étrangers, Pau, CEPB, 2010.

36 BDIC, F delta 2149/1073. Violette Mouchon écrit ainsi à Madeleine Barot, le 12 juin 1944 : « crois qu’il sera en toutes circonstances utile d’avoir une permanence ouverte rue de Clichy, et un œil qui guette les services que l’on pourrait rendre : soit action concertée des mouvements pour un travail d’urgence soit pour servir d’assistance sociale à l’Église réformée. Je vois que cela commence à se dessiner ainsi, et que c’est commode pour Conord et oncle Marc de m’envoyer les gens qui les embarrassent, et qui sont en général typiquement des gens “ Cimade ” ».

37 BDIC, F delta 2149/1009. Procès-verbal de la réunion du Comité, 20 février 1946.

38 Sur le protestantisme français dans cette période : Wolff Philippe, Encrevé André, Baubérot Jean, et alii, Les Protestants en France, 1800-2000, Toulouse, Privat, réed. 2001 (bibliographie).

39 BDIC, F delta 2149/1081. Note sur la Cimade, 1952.

40 BDIC, F delta 2149/1081. Rapport de François de Seynes-Larlenque sur la situation de la Cimade en octobre 1950, présenté au COE.

41 Bauberot Jean, « L’organisation internationale du protestantisme. Le Conseil ocuménique des Églises », in Mayeur Charles, Pietri Charles et Luce, Vauchez André, Venard Marc (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, t. XII : Guerres mondiales et totalitarismes (1914-1958), Paris, Desclée – Fayard, 1990, p. 44-85. Voir également le chapitre « Les Églises et les relations internationales », p. 259-297 ; Gruson Pascale, «Protestantisme, libéralisme, œcuménisme », in Recherches de Science Religieuse, tome 89, 2001/2, p. 205-224.

42 Département d’études du COE, Désordres de l’homme et dessein de Dieu : travaux préparatoires à la 1re assemblée générale du Conseil ocuménique des Églises en 1948, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1947, p. 7.

43 Voir dans le présent volume, la contribution d’André Encrevé.

44 BDIC, F delta 2149/1105. Première assemblée du COE, Amsterdam, 1948. Conférence des visiteurs, 31 août 1948. « L’œcuménisme dans l’évangélisation chez les jeunes de la Cimade – France », par Max-Alain Chevallier. Sur ce point précis : Encrevé André, « Les Protestants français face à la réunion de l’assemblée ocuménique d’Amsterdam en 1948 », in Revue d’histoire ecclésiastique, vol. 95/3, juillet-septembre 2000, p. 522-547.

45 BDIC, F delta 2149/1081. Note sur la Cimade, 1952.

46 Ibid.

47 BDIC, F delta 2149/1105. Traduction du rapport d’Alan Brasch au staff du Conseil ocuménique sur sa visite à la Cimade du 26 au 30 décembre 1971.

48 Elle devient la principale responsable pendant la guerre du Conseil protestant de la jeunesse. Suzanne de Dietrich est traductrice de Karl Barth et secrétaire générale de la Fédération universelle des Associations chrétiennes d’étudiants. Le témoignage de Madeleine Barot sur le Foyer international des étudiantes de Paris dans : Jacques André, Madeleine Barot, Paris, Genève, Cerf, Labor et Fidès, p. 22-25.

49 Fabre Rémi, « Les étudiants protestants face aux totalitarismes dans les années trente », in Revue d’histoire de l’Église de France, tome LXXIII, n° 191, juillet-décembre 1987, p. 282.

50 De 1953 à 1973, elle devient directrice de département au COE à Genève, d’abord à la « Coopération entre hommes et femmes dans l’Église et la société » (jusqu’en 1967), puis à « Écation au développement » (1968-1973).

51 Barot Madeleine, Expériences œcuméniques concrètes, Conférence annuelle n° 4, introduction de Ray W. Teeuwissen, directeur du foyer, Genève, Association du Foyer John Knox, 1958, p. 5-6.

52 BDIC, F delta 2149/1009. Procès-verbal de la réunion du Comité du 16 octobre 1946.

53 BDIC, F delta 2149/1081. Note sur notre devoir d’accueil envers les étrangers réfugiés en France, octobre 1949, signé de François de Seynes.

54 BDIC, F delta 2149/1081. Extrait d’un rapport de Madeleine Barot au camp de Versailles, mai 1949. Classeur Violette Mouchon, 1960.

55 Braud Philippe, Sociologie politique, op. cit., p. 316.

56 Jacques André, Madeleine Barot, op. cit., p. 134 et 136.

57 Baubérot Jean, Le Retour des huguenots ; la vitalité protestante, xixe-xxe siècles, Paris-Genève, Éditions Labor et Fides, 1985, p. 244-246.

58 Gilson Matha, « Une minorité en action : la charité protestante en France, xixe-xxe siècles », in Le Mouvement social, n° 234, 2011/1, p. 63-82 ; Poujol Geneviève, Un Féminisme sous tutelle. Les protestantes françaises, 1810-1960, Paris, Éditions de Paris, 2000. Voir également le numéro spécial du Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français consacré aux « Femmes protestantes aux xixe-xxe siècles », n° 146, janvier-mars 2000.

59 BDIC, F delta 2149/1072. Lettre d’André Freudenberg à Madeleine Barot, 24 août 1944.

60 BDIC, F delta 2149/1009. Procès-verbal du Comité de direction, 7 juin 1945.

61 Boegner Marc, « Le combat de l’Église à Vichy », in Les Clandestins de Dieu. Cimade 1939-1945, op. cit., p. 29.

62 BDIC, F delta 2149/1009. Procès-verbal du Comité de direction, 24 août 1945.

63 BDIC, F delta 2149/1073. Lettre de Madeleine Barot à Violette Mouchon, Genève, le 29 avril 1948.

64 BDIC, F delta 2149/1072. Lettre de M. Barot à V. Mouchon, Boston, le 4 décembre 1955.

65 BDIC, F delta 2149/1072.

66 Jacques André, Madeleine Barot, op. cit., p. 115-116. Voir également : Jacques André, Trésors d’humanité. Itinéraire d’un témoin solidaire. Paris et Genève, Paris, Cerf, COE, 2004.

67 Cabanel Patrick, « Le pasteur Jacques Martin, de l’objection de conscience à la résistance spirituelle à l’antisémitisme », in Archives juives, 2007/1, vol. 40, p. 78-99.

68 Déclaration de Jean Gastambide : « Vos liens avec le COE ne sont assurés que par Madeleine, et cesseront quand elle ne sera plus au même poste ». BDIC, F delta 2149/1009. Note de V. Mouchon concernant la composition du conseil d’administration et les rapports Cimade-Mouvements de jeunesse, 2 juin 1956.

69 BDIC, F delta 2149/1072. Lettre de V. Mouchon à M. Barot, personnelle, non datée, appendice de la lettre du 23 février 1946.

70 BDIC, F delta 2149/1072. Lettre de V. Mouchon à M. Barot, 8 août 1951.

71 Archives de la Cimade, rue Clisson, Paris. Lettre aux équipiers de V. Mouchon, décembre 1945, Carnets de Violette Mouchon, vol. 5.

72 BDIC, F delta 2149/1073. Lettre de V. Mouchon à M. Barot, 3 février 1948.

73 « La Cimade n’est pas un service social, ni une œuvre indépendante, ni une nouvelle société d’évangélisation ». BDIC, F delta 2149/1081. Article de Violette Mouchon dans Au service du Maître (publication mensuelle des Unions chrétiennes de jeunes filles), janvier 1945 ; « La Cimade n’est pas un service social technique. Elle agit parce qu’annoncer l’Évangile à un être humain en détresse consiste d’abord à venir à son aide ». BDIC, F delta 2149/1081. Extrait du Bulletin trimestriel d’information de la Cimade, 1er octobre 1946. « Étrangers ».

74 Lors de la réunion Comité du 16 octobre 1946 (celui-là même qui valide la proposition de M. Barot de l’adjonction d’un membre permanent du COE dans le comité), une longue discussion est consacrée aux relations avec les mouvements de jeunesse chrétienne. BDIC, F delta 2149/1009. Réunion du Comité, procès-verbal, 16 octobre 1946.

75 BDIC, F delta 2149/1009. Réunion du Comité, procès-verbal, 10 et 13 mai 1948.

76 BDIC, F delta 2149/1009. Note de V. Mouchon concernant la composition du Conseil d’administration et les rapports Cimade-Mouvements de jeunesse, 2 juin 1956.

77 Barot Madeleine, Expériences ocuméniques concrètes, op. cit., p. 7.

Table des illustrations

Titre Centres et activités en faveur des réfugiés (1945-1951)17
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable