Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

Agir, témoigner, résister au sein d’un camp d’internement français : l’action de la Cimade à Rivesaltes entre 1941 et 1942

Anne Boitel

Texte intégral

  • 2 Les données historiques concernant le camp de Rivesaltes sont issues d’une maîtrise d’histoire, so (...)
  • 3 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les Clandestins de Dieu : 1939-1945, Éd. Labor et Fide (...)
  • 4 Une spécialisation est attribuée à chaque îlot : le J à la santé, le Q aux services administratifs (...)
  • 5 Propos recueillis en août 2007. Secrétaire général des Unions chrétiennes entre 1977 à 1985 et pré (...)

1La Cimade est née dans les camps de la Seconde Guerre mondiale. Dès 1939, la Cimade se donne comme objectif d’agir et de témoigner du message chrétien auprès des « indésirables » tout en versant dans la résistance. Le camp de Rivesaltes2 « qui s’appelait par euphémisme “Centre d’hébergement3” » ouvre le 14 janvier 1941 jusqu’au 22 novembre 1942. Construit en 1938 dans la plaine du Roussillon, c’est à l’origine un lieu de casernement comptant sept îlots aux baraques numérotées4. Les 600 hectares affectés accueilleront jusqu’à 21 000 internés surtout des femmes et des enfants de moins de 15 ans ; les hommes valides étant reversés dans les Groupes de travailleurs étrangers. Parmi ces internés, se trouvent 55 % de réfugiés espagnols, 33 % de Juifs étrangers et 5 % de Français (nomades). Les foyers Cimade-YMCA (Young Men’s Christian Association) sont aux îlots K (23) et J (36) dont le rapprochement géographique facilite le travail. La Cimade fonctionne en binôme avec les YMCA car, comme le rappelle Bernard Charles, « les YMCA injectaient des fonds5 ».

Un alignement de baraques (îlot K)-le Mémorial de la Shoah/CDJC-MII-941

  • 6 Rapport sur le travail de la Cimade parmi les étrangers (non-daté), Archives Cimade (siège).

2Face à la frilosité de l’administration du camp de Rivesaltes il faut attendre le 30 juin 1941 pour voir la Cimade s’y installer de manière pérenne6. Aidée de Madeleine Barot qui tente d’organiser les foyers sur le modèle de Gurs – sorte de « laboratoire » – Lucie Gonthiez reste presque seule à Rivesaltes de mi-août à fin septembre 1941. Un peu dépassée par l’ampleur de la tâche, elle écrit :

  • 7 Extrait d’une lettre envoyée par Lucie Gonthiez à ses parents le 26 août 1941. Témoignage déposé a (...)

c’est un peu affolant, je ne m’attendais pas à cela… je ne peux pas m’occuper à la fois de deux foyers dans deux îlots différents et de la paroisse protestante7.

  • 8 Témoignage oral recueilli le 2 mars 2012. Né en 1920, étudiant en théologie à Paris, puis Montpell (...)
  • 9 La Fédération protestante avait des liens très étroits avec la Cimade. La « Fédé » envoyait pendan (...)

3Il y a trois équipiers « résidents » permanents à Rivesaltes dès octobre 1941 : le pasteur André Dumas prend la direction de l’équipe. Élisabeth Perdrizet fait fonction d’assistante sociale, « d’infirmière » mais se spécialise en vue de la libération et du reclassement des internés espagnols ; tandis que Françoise Renne se préoccupe essentiellement d’évangélisation. Des renforts d’étudiants en théologie sont attestés en 1941 dont Lucie Gonthiez et Yvonne Hugon. En 1942, se sont succédés les pasteurs Fabre et Jacques Maury8 (en novembre 1942) mais également deux Fédératifs9 et enfin quatre étudiants en théologie (Jacques Soulier, Jacques Duchemin, Marc Sabatier et Charles L’Eplattenier). Il faut également rappeler tout l’esprit de solidarité intra-associative qui existait bel et bien. À ce propos, Jaqueline Levy-Geneste (assistante de l’Unitarian Service Committee ou USC) se souvient « surtout » de l’équipe Cimade à Rivesaltes :

  • 10 Témoignage oral de Jaqueline Lévy-Geneste (mars 2007).

J’avais d’excellentes relations avec la Cimade, en particulier avec Élisabeth Perdrizet. Nous avions fait du scoutisme ensemble (à Strasbourg) et cela nous rapprochait. On avait une petite cuisine avec les œuvres où l’on se retrouvait au moment des repas10.

Foyer CIMADE-YMCA probablement de l’îlot K (de gauche à droite : Tracy Strong, Elisabeth Perdrizet, André Dumas et Françoise Renne)-le Mémorial de la Shoah/CDJC-MII-436

  • 11 Se référer notamment à Grynberg Anne, Les Camps de la honte : les internés juifs des camps françai (...)
  • 12 Zeitoun Sabine, L’Œuvre de Secours aux Enfants (O. S. E.) sous l’occupation en France. Du légalism (...)
  • 13 Les Clandestins de Dieu : Cimade 1939-1945, op. cit.
  • 14 Barot Madeleine, « La CIMADE et les camps d’internement de la zone sud », dans 1940-1944 : Églises (...)
  • 15 Goldman Laurence, La Cimade et l’aide aux Juifs, 1940-1944, Mémoire de maîtrise, Université Paris- (...)
  • 16 Razon Boris, De la résistance spirituelle à l’engagement : Le Comité inter-mouvement auprès des év (...)
  • 17 Gerdes Uta, Okumenische Solidarität mit christlichen und jüdischen Verfolgten [Texte imprimé] : di (...)

4Si les ouvrages de références sur l’histoire des camps d’internement sous Vichy ne manquent pas11, l’assistance des œuvres reste encore partiellement étudié12. Ainsi, l’action indéniablement prolifique de la Cimade durant la Seconde Guerre mondiale n’a pas donné lieu, à ce jour, à une étude approfondie de ses divers champs d’action. Une carence du point de vue historiographique est malheureusement toujours à déplorer malgré quelques travaux de recherches précurseurs, toutes disciplines confondues, que ce soit dans les champs historique, sociologique, juridique ou de sciences politiques. Cependant, c’est encore la première Cimade « héroïque » de la Résistance et des « clandestins de Dieu13 » que l’on connaît le mieux. Ceci par le biais de témoignages d’anciens équipiers, « internés volontaires », dont Madeleine Barot, alors secrétaire générale de la Cimade, en est certainement la plus représentative14. Quelques trop rares travaux universitaires sont consacrés à la Cimade : ceux de Laurence Goldman sur l’aide apportée aux Juifs15 ou Boris Razon16 qui a axé son étude vers une histoire plus générale des actions multiformes du comité durant la guerre. Uta Gerdes, quand à elle, s’est focalisée sur la dimension de solidarité œcuménique dont a fait preuve la Cimade sous le régime de Vichy17.

5Ce constat ouvre aux chercheurs tout un pan d’histoire à défricher. Ces 70 ans d’actions plurielles de la Cimade, n’en doutons pas, devraient susciter nombres de productions scientifiques. D’autre part, il s’agit de prendre conscience que ce qui s’est fait à l’intérieur du camp pour améliorer le sort des internés ne fut possible que grâce à l’intercession continuelle de la Cimade auprès des autorités de Vichy. La Cimade prend le parti de la Résistance quand les politiques répressives d’exclusion à l’égard des Juifs ne lui laissent plus l’amplitude d’agir légalement. À travers l’étude micro-historique de l’action de la Cimade à Rivesaltes entre 1941 et 1942, il convient de mettre en lumière les efforts d’adaptation permanente face aux exigences législatives. Ainsi, comment de manière pragmatique, la Cimade s’est-elle vue contrainte à basculer d’une aide « sociale » à une action plus « radicale » en empruntant les voies de l’illégalité pour pérenniser le sens initial de son action qui est d’être toujours auprès de celui qui souffre ? Dans un premier temps, il est urgent pour la Cimade d’« agir » afin d’améliorer le sort quotidien des internés, tout en témoignant du message chrétien. Puis, elle s’assigne la « mission » de libérer le plus grand nombre d’entre eux, soit légalement, soit clandestinement. Dès lors, il est davantage question de « sauvetages » et de « résistance », en particulier envers les Juifs.

TÉMOIGNER DU MESSAGE CHRÉTIEN EN AGISSANT CAR « LES INTERNES NE POUVAIENT PAS SE DEFENDRE SAUF PAR L’INTERMÉDIAIRE DES ŒUVRES18. »

  • 18 Témoignage oral de Friedel Bohny-Reiter (février 2000). Infirmière au Secours suisse aux enfants, (...)
  • 19 Rivesaltes, lundi des Rameaux (mars 1942), A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

6Il faut compter avec l’administration, or, André Dumas décline trois éléments indispensables pour entretenir une cohabitation satisfaisant : « se faire considérer, fermeté et souplesse19. » D’abord, il s’agit de nourrir le corps. Si la Cimade réceptionne des denrées c’est en quantité moindre par rapport à la Croix-Rouge, au Secours Suisse ou à l’OSE (Œuvre de secours aux enfants) qui distribuent du riz dès 8 heures aux cachectiques et aux enfants. Grâce aux mandats reçus des achats sont effectués en commerce libre (pommes, châtaignes ou fromage entre autres) comme l’écrit Madeleine Barot au pasteur André Chapal :

  • 20 Nîmes, 16 mars 1942, M. Barot au pasteur A. Chapal, Archives Cimade.

je trouve votre mandat de 300 francs – destiné aux internés du camp de Rivesaltes... Nous réussissons encore à faire quelques achats à Perpignan et à les introduire dans le camp, et actuellement nous nous efforçons de fournir un repas supplémentaire quotidien à nos paroissiens20.

  • 21 Rivesaltes, fin novembre 1941, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

7Ainsi, l’équipe décide de donner à ceux qui travaillent un supplément alimentaire « à 10 heures et à 3 heures21. » Cette aide alimentaire est indispensable en raison de la pénurie grave qui touche le camp comme le souligne André Dumas :

  • 22 Rivesaltes, 2 février 1942, A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

Tout continue assez désastreusement du point de vue alimentaire. Je quitte à l’instant un homme qui pesait 98 kilogrammes à son arrivée et qui en fait 50 actuellement. Cela est général22.

  • 23 Rivesaltes, janvier 1942, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

8Les équipiers soulignent à maintes reprises les problèmes de famine : « on ne trouve plus rien nulle part et les gens sont de plus en plus affamés, c’est terrible !23 » La Commission d’hygiène dresse un constat amer :

  • 24 Compte rendu des activités de la Commission d’hygiène pour septembre 1941. BDIC, F delta 2149/5003

La ration de pain est inférieure à celle qui est donnée en général : 160 grammes pour les enfants, 200 grammes aux adultes (au lieu de 200 et 275 grammes24).

  • 25 Boitel Anne, Le Camp de Rivesaltes 1941-1942..., op. cit., p. 89 et 172-174.
  • 26 Rivesaltes, janvier 1942, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

9En plus des détournements alimentaires sur les colis, l’administration économise sur l’indemnité de 11,50 francs assignée à chaque interné et par jour aggravant une situation déjà dramatique25. Cependant, le « système D » fonctionne car un jardin potager est cultivé devant la baraque du Secours suisse comme le rapporte M me Bohny-Reiter : « nous avons planté des flageolets et des carottes ». La Cimade participe à l’existence de ces jardins car « 1 000 kg d’engrais sont expédiés » à Rivesaltes (dont une partie est destinée à Gurs26). Finalement, le surplus alimentaire fourni par les Œuvres est vital.

  • 27 David-Gustave Humbert est le chef du camp de son ouverture jusqu’en septembre 1942.
  • 28 Rivesaltes, 31 octobre 1941, A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

10Ensuite, il convient d’améliorer l’hygiène et l’équipement. Le pasteur Dumas fait pression pour obtenir des moyens de chauffage type braserot lors du terrible hiver 1941- 1942 : « j’ai proposé à Humbert27 d’en faire des espèces de « Wärmestrube » pour chaque îlot28. » L’insalubrité des lieux est la cause d’une mortalité significative :

  • 29 Rivesaltes, 14 janvier 1942, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

[...] les gens sont morts nombreux [...] de froid [...] et le vent a été tel [...] que certains n’ont pu y résister29.

11De même, 60 bébés (sur 140) décèdent entre juillet et mi-septembre 1941. Elisabeth Perdrizet, très affectée, écrit :

  • 30 Rivesaltes, fin novembre 1941, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

Ces pauvres gosses ça fait peine à voir. Quand aux conditions d’hygiène et de propreté c’est ahurissant, encore plus primitif et choquant que je n’aurai pu le croire et quand je pense qu’il s’agit d’êtres humains on se sent presque coupable30.

  • 31 Elisabeth Perdrizet sollicite l’envoi d’une machine à coudre en mai 1942. BDIC, F delta 2149/5005.
  • 32 Nîmes, 9 novembre 1942, Melle Dobelmann à « Suzy ». BDIC, F delta 2149/5005.

12Parallèlement, il faut vêtir le corps et chaque foyer a son vestiaire grâce aux vêtements recueillis dans les campagnes protestantes. La Cimade procure aux femmes des machines à coudre31, fers à repasser, fil, coton et morceaux de tissus nécessaires aux raccommodages familiaux. Cet ouvroir permet ainsi, en complément des ateliers de l’ORT (Organisation reconstruction travail), de confectionner des vêtements à l’usage des internés : des chemises pour hommes32 ou des gants. S’ajoute à cela quelques envois de chaussures.

13Afin de lutter contre l’oisiveté forcée et l’inertie tout à la fois intellectuelle et éducative, les œuvres ne sont pas en reste. Si des écoles sont installées dans le camp à l’initiative de Vichy dès mai 1941, elles ne fonctionnent que pour les 6-15 ans. Alors que l’USC et l’OSE ouvrent des jardins d’enfants, l’intérêt de la Cimade et des YMCA se porte plutôt sur les adultes et les étudiants de plus de 16 ans. Tout passe par la constitution d’une bibliothèque avec l’aide matérielle et financière des YMCA. « La bibliothèque centrale » du camp, qui est aussi le dépôt, se situe au foyer K dont Marcelle Morducowitch « dite Moré », sculpteur et élève de Maillol, est la bibliothécaire d’août à octobre 1942. Quatre bibliothèques annexes sont dispersées dans le camp. À l’automne 1941, l’une des équipières écrit :

On peut avoir de tout, certains choisissent de se détendre tandis que d’autres choisissent de se cultiver et d’apprendre. Il y aussi des revues. 1 200 volumes et dans cet îlot, une sortie moyenne de 40 livres par jours [...]

  • 33 Parmi les groupes d’éclaireurs, les routiers sont les plus âgés : entre 16 et 19 ans.

14Des catalogues circulent et ce sont les « routiers33 » qui apportent les livres. Il y a beaucoup de demandes de Bibles et Françoise Renne souligne :

  • 34 Rivesaltes, 3 novembre 1941, F. Renne à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

Ici, le livre est plus aimé que dans la vie du dehors et il joue soit le rôle d’un narcotique, soit celui d’un fortifiant34.

15Néanmoins, toutes ces publications sont paraphées donc autorisées par le chef de camp. Madeleine Barot dans une lettre d’août 1941 donne un aperçu de l’éclectisme des activités :

  • 35 Rivesaltes, 8 août 1941, J. Staedel à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

À l’îlot F, nous avons des cours qui me procurent une joie énorme. J’ai pu recruter quatre professeurs espagnols et ils font des cours de français, de science et de littérature. Le désir de culture que manifestent tous ces jeunes est simplement étonnant et l’enthousiasme, l’esprit d’entente apportés par les professeurs créent une ambiance admirable dans ce camp35.

16La Cimade tente, également, d’entamer des procédures pour que certains adolescents puissent, à partir du camp, poursuivre leurs études. Au sujet d’un jeune juif de 16 ans de l’îlot B, Lucie Gonthiez alerte Madeleine Barot en ces termes :

  • 36 Rivesaltes, L. Gonthiez à ses parents, 30 août 1941. Archives Cimade.

Il parle assez bien le français. Ses parents sont prêts à lui payer une pension ; il manque un certificat d’hébergement pour commencer des démarches. Trouveriez-vous quelqu’un qui voudrait s’en charger ? C’est un cas intéressant36.

17Difficile de savoir qu’elle fut le dénouement de cette histoire. Enfin, le scoutisme dans la pure tradition protestante préoccupe les équipiers, comme le confirme André Dumas :

  • 37 Rivesaltes, 7 septembre 1942, A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

j’ai fait camper quatorze éclaireurs espagnols en août qui n’avaient pas quitté les camps depuis trois ans. Ce fut magnifique37.

Groupe de scouts encadré par Jacques Saussine (ce dernier décèdera d’une appendicite au camp du Récébédou en septembre 1942)-le Mémorial de la Shoah/CDJC-MII-476

  • 38 Aperçu du travail de la Cimade (non daté), p. 4. BDIC, F delta 2149/1081.

18De plus, après autorisation administrative, 60 enfants de Rivesaltes ont été envoyés à la montagne pour des séjours de trois semaines38.

19Les activités artistiques ont également leur place et ce sont les YMCA qui fournissent les instruments de musique nécessaires tels que des violoncelles, violons, accordéon ou piano. Il semblerait même que le personnel du camp, exceptionnellement, s’associe aux festivités comme le laisse supposer Lucie Gonthiez :

  • 39 Rivesaltes, 14 septembre 1941, L. Gonthiez à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

Ce soir, le gardien qui devait venir jouer du violon n’est pas venu, sans prévenir, aussi la soirée s’est terminée piteusement39.

20Une scène est aménagée pour accueillir certains concerts, chorales et représentations théâtrales. Un cinéma itinérant se déplace de camp en camp avec un projecteur financé par les YMCA. Ainsi, au printemps 1942, Élisabeth Perdrizet indique :

  • 40 Rivesaltes, 30 mai 1942, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

Nous attendons le cinéma pour la semaine prochaine40.

21La Cimade s’est profondément singularisée par le pluralisme des activités proposées dans une optique à la fois laïque mais aussi dans un but « missionnaire ». Ainsi, témoigner en agissant c’est aussi témoigner du message chrétien afin de nourrir l’âme car « l’activité protestante est à part ». À travers l’action de la Cimade, il existe toujours cette frontière ténue entre le profane et le sacré. Néanmoins, la mission d’évangélisation semble quasi secondaire dans un contexte de préoccupations plus urgentes. Le pasteur Dumas exprime ouvertement ce sentiment à Madeleine Barot :

  • 41 Perpignan, 11 décembre 1941, A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

Avec Mademoiselle Renne, nous nous interrogeons sur l’efficacité de notre travail d’évangélisation si difficile auprès de gens dispersés, forcément arrêtés au niveau de toutes les demandes d’aide matérielle [...] avec lesquels on n’a souvent ni la liberté, ni l’audace d’aborder franchement la question de la vie chrétienne41.

22Ce sont les foyers qui font office de « temple » et le camp est envisagé comme une véritable paroisse :

  • 42 Rivesaltes, 28 novembre 1941, F. Renne à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

On a fait un culte en espagnol. Un catéchisme vient de commencer [...] et il y a une étude biblique hebdomadaire42.

23La communauté protestante du camp compte environ une quarantaine de personnes. Des sermons et des sacrements, étonnants dans ce lieu « carcéral », sont prononcés par des pasteurs de passage comme l’indique Lucie Gonthiez :

L’aumônier, le pasteur Toureille, vient demain et dimanche, il y aura service de communion et deux baptêmes.

  • 43 Il dirige la Fédération protestante de 1929 à 1961 et alors même qu’il préside la Cimade entre 194 (...)

24Il faut également compter sur les pasteurs Jacques Maury, Tracy Strong (secrétaire général des YMCA) ou Marc Boegner43.

25Les fêtes liturgiques sont des moments précieux d’échanges entre les internés. Ainsi, pour la fête de Hanoukka, en décembre 1941, la Cimade prête le foyer B qui fait office de « synagogue », comme le décrit Élisabeth Perdrizet :

  • 44 Rivesaltes, 18 décembre 1941, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

Avec les fêtes de Noël et la fête juive de Hannoucca, nous avons un sursaut de vie, les femmes viennent coudre l’après-midi [...] surtout un rideau superbe pour notre scène [...] toute la journée nous avons célébré la fête israélite44.

26Lucie Gonthiez qui participe à Roch Hachana, le Nouvel An juif (entre le 21 et 26 septembre) rapporte :

Je m’entends très bien avec le rabbin, nous parlons théologie et hébreu ensemble.

27De même, à l’occasion des fêtes de Noël, le cercle protestant se réunit chaque jour :

  • 45 Noël 1941 vécu à Rivesaltes. BDIC, F delta 2149/5005.

le 24 au soir, une veillée groupe environ 60 personnes de tous les îlots, pour une préparation liturgique à Noël, de la musique de disques et des lectures de poésies, soit allemandes soit espagnoles, tandis qu’autour de l’arbre allumé circulent thé et friandises45.

28Les foyers sont des lieux d’écoute ouverts jusqu’à 22 heures le soir et font office de rempart face aux abus que subissent parfois les internés. Lucie Gonthiez rapporte à ce sujet :

  • 46 Rivesaltes, L. Gonthiez à ses parents, 30 août 1941. Archives Cimade.

Je suis restée bavarder avec les jeunes, en particulier avec une jeune fille qui a le cafard46.

29De même, la Cimade tente d’alerter l’administration en cas d’exactions et de brutalité :

  • 47 Rivesaltes, 6 décembre 1941, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

L’îlot B souffre beaucoup en ce moment [...] (un chef d’îlot) prive parfois plusieurs baraques de nourriture pendant toute une journée. Il n’a aucun sens de la décence et entre chez les femmes à n’importe quelle heure sans frapper. J’en ai touché un mot au chef de camp47.

30La religion tout comme la simple écoute deviennent alors des palliatifs salutaires pour l’esprit à défaut d’avoir la liberté de corps. Néanmoins, libérer les internés et même les soustraire – en ce qui concerne les juifs – à une mort programmée devient alors l’urgence. Dès lors, il est question de « fait » de Résistance.

RÉSISTER POUR SAUVER DES VIES : « NOUS ÉTIONS UN MAILLON DANS LA CHAÎNE IMMENSE DES DÉTRESSES DU PEUPLE JUIF48. »

  • 48 Dumas André, « Rivesaltes : Criblages », in Les Clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 36.
  • 49 Le Chambon-sur-Lignon fut un lieu de refuge des huguenots.

31Libérer les internés par tous les moyens est l’un des leitmotiv de la Cimade que ce soit par voie légale ou non. En dehors des foyers urbains de Marseille ou Toulouse afin d’assurer un travail de suivi des personnes libérées des camps, la Cimade ouvre des centres d’accueil dont l’hôtel du Côteau Fleuri au Chambon-sur-Lignon49 en Haute-Loire. Une cinquantaine d’internés au minimum y trouve refuge et sont accompagnés par l’un des équipiers, André Dumas essentiellement. Afin de favoriser un regroupement familial et une réinsertion professionnelle rapide, des renseignements complémentaires plaident en faveur du candidat à la libération. Les arguments sont variés. On insiste sur l’état de santé fragile de l’interné. On valorise les qualités de travail en signifiant par exemple que : « l’homme est habile dans tout ». Les sollicitations se portent avec insistance sur les internés que l’équipe fréquente dans le cadre des activités des foyers comme : « Ortega celui qui a fait tous les travaux des foyers (électricien, menuisier, peintre, forgeron etc...). » Néanmoins, dès l’été 1942, c’est en direction des Juifs que l’action se focalise dans une volonté de sauvetage et beaucoup trouvent, au Chambon notamment, les moyens de se cacher et d’organiser leur fuite vers la Suisse.

  • 50 Boitel Anne, Le Camp de Rivesaltes 1941-1942..., op. cit., p. 233-247.

32S’ouvre une nouvelle page de l’histoire de la Cimade et particulièrement à Rivesaltes qui devient dès l’été 1942 le « Centre national de rassemblement des Israélites » donc l’homologue de Drancy en zone libre : 5 714 Juifs étrangers y sont regroupés entre août et novembre 1942. Les îlots K (pour les femmes et les enfants) et F (pour les hommes de plus de 15 ans) nommés îlots « spéciaux » sont barbelés et sous la surveillance renforcée de 400 gardes mobiles. Les opérations débutent avec le criblage des 1 176 Juifs déjà présents au camp rejoints par les Juifs raflés ou provenant d’autres camps. La moitié des arrivées s’effectue la nuit en gare de Rivesaltes puis le transport se poursuit en camion jusqu’au camp. Après l’isolement et le regroupement, une troisième étape est nécessaire : « séparer les bons Juifs des mauvais Juifs50 ». La Cimade, semble être la seule œuvre habilitée à être présente lors du criblage. De ce fait, il est légitime de s’interroger sur le rôle de la Cimade au sein de la commission : faut-il invoquer le sauvetage ou bien l’arbitrage ?

  • 51 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 103.

33D’après André Dumas, « on s’efforça de lutter sur deux plans : multiplier les dossiers d’exemption pour les plaider avec le maximum d’acharnement et faciliter les évasions vers l’Espagne proche ou naturellement vers les filières suisses51. » Ce dernier évoque l’urgence et la combativité dont les équipiers font preuve :

  • 52 Ibid., p. 105.

Sachant que le jour de départ des convois n’était jamais retardé, il fallait jusqu’au dernier instant se battre pour que les exemptions légales soient respectées52.

  • 53 Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (ADPO) 1260W97 et 1260 W 98.

34Une commission (composée notamment de commissaires spéciaux et fonctionnaires de la Préfecture) étudie chaque dossier et détermine en fonction des pièces fournies si l’interné doit être « exclu » des convois, « réservé » ou bien « part ». Pour se déterminer, la commission doit se reporter à des cas d’exclusions qui, de onze (intransportables, plus de soixante ans, parents d’enfants de moins de deux ans, nationalités exclues...), passent à six cas en août 1942. Beaucoup d’« exclus » des premiers convois sont finalement des sursitaires. Parmi les raisons d’exclusion on trouve aussi : « collaborateurs indispensables des œuvres (notamment de l’UGIF)53. » Cette commission a exclu 2 551 personnes des convois entre août et décembre 1942. André Dumas ajoute à ce propos :

  • 54 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 104- (...)

Si l’on était exempté, on regagnait le reste du camp non barbelé, mais l’on n’était naturellement pas libéré54.

  • 55 Le Service social des étrangers est un organisme officiel créé et financé par Vichy. Une baraque d (...)
  • 56 Étudiant en théologie avant de devenir pasteur, il est dépêché momentanément à Rivesaltes.

35En parallèle de cette mission à Rivesaltes – probablement du fait de son expérience – André Dumas est envoyé un temps dans l’un des camps provisoires de triage des Juifs accompagné d’un autre équipier, Charles L’Épplatenier. Le SSE55 est seul autorisé à avoir accès à ces camps. Or, son chef, Gilbert Lesage tenait à avoir des agents présents pour vérifier si des personnes relevant des « cas d’exclusion » prévus n’avaient pas été arrêtées par erreur. Faute de personnel, Madeleine Barot lui propose de fournir quelques personnes supplémentaires, détachées de la Cimade. On peut d’ailleurs soulever toute l’ironie qu’il y a à avoir été membre de la Cimade et fonctionnaire de Vichy. Cette expérience est rapportée en détail par Charles L’Éplattenier56 :

Le 22 et le 23 août, André et moi avons été retenus à Rivesaltes, car il fallait assumer le douloureux “criblage” et la présence de la Cimade pour le départ du deuxième convoi de déportation de Juifs vers l’Allemagne, qui eut lieu le 23.

36Il poursuit :

  • 57 La carte de chargé de mission de M. L’Eplattenier est établie le 15 août 1942. Il a déjà oeuvré en (...)
  • 58 Témoignage de Charles L’Éplattenier. BDIC, F delta 2149/5005.

Le 24, partis à 5 heures du matin, nous arrivions à Lyon à 11 heures du soir [...] nous fûmes munis, Madeleine, André et moi, d’une carte officielle de l’Etat français, en tant que “Chargé de Mission de la Cimade auprès du Service social des Étrangers57” [...] moi, je fus envoyé en mission à Montluçon, pour faire équipe avec un agent du SSE, M. Le Bail58.

37Il arrive à Montluçon dans la nuit du 25 au 26 août au « camp du textile », une usine désaffectée. Au sujet des 165 personnes raflées, Charles L’Eplattenier indique :

En passant au peigne fin nous avons pu relever 41 cas susceptibles d’être remis en liberté car relevant de l’un ou l’autre des cas d’exemption.

38Mais Vichy ne retient que seize cas à libérer sur les 41 retenus. Une fois passé ce stade, la Cimade ne peut plus intervenir. Charles L’Épplatenier poursuit :

Les 16 ont été libérés le 3 (septembre) au matin, et vers 13 heures tous les autres étaient embarqués en car vers un train qui quitta Montluçon à 16 heures Nous avons pu (les) accompagner jusqu’à Châteauroux [...] nous faire remettre quelques biens à transmettre à des familles, et vécu le même déchirement d’abandonner à leur sort ces victimes [...] pour lesquelles nous ne pouvions plus rien.

39La Cimade s’assigne dès lors un rôle « d’avocat » et tente de fournir des certificats de nationalité et attestations (de baptêmes, de mariages ou de communions) transmis à des internés Juifs par l’intermédiaire du comité. Cette question des pièces à fournir, toujours si criante encore actuellement, va être un pan central de l’action de la Cimade car il faut se donner les moyens de cette défense. Madeleine Barot écrit le 18 septembre 1942 à André Dumas :

[...] ci-joint le certificat de désistement paternel concernant la jeune Anna Bélina S. pour laquelle je vous télégraphie tout à l’heure. Je pense qu’il n’y a rien à faire pour la mère, mais on peut sauver la petite.

40Enfin, les requêtes sont sollicitées de « l’intérieur » par les internés eux-même. C’est ainsi que F. Erlanger écrit de l’îlot KH, baraque 35, n° 4058 en ces termes :

  • 59 Camp de Rivesaltes, F. Erlanger à A. Dumas, le 21 octobre 1942. BDIC, F delta 2149/5005.

Ayant appris que vous vous occupez des intellectuels en danger, je me permets de m’adresser à vous dans ma grande détresse [...] Si vous pouviez vous occuper de mon cas et contribuer à sauver une vie [...] Que Dieu vous bénisse pour tout ce que vous faites pour moi et mes camarades dans notre situation angoissée59.

  • 60 Il peut aussi s’agir de Fred Erlanger déporté le 13 juin 1943 de Perpignan.
  • 61 Serge Klarsfeld, Les Transferts de Juifs du camp de Rivesaltes et de la région de Montpellier vers (...)

41Cet interné est un sursitaire car un certain Fritz Erlanger60 est déporté de Perpignan le 24 novembre 1943 avec 25 autres Juifs61. Ce cas est malheureusement révélateur de la destinée hasardeuse des internés Juifs.

42L’entremise de la Cimade au sein de la commission de criblage de Rivesaltes a débouché incontestablement sur un nombre non négligeable de libérations. Certes on peut toujours soulever le fait que sauver ces gens condamnaient d’autres personnes à prendre leur place. Effectivement, ils sont intervenus dans l’arbitrage mais toujours au bénéfice de ceux qu’ils défendaient. D’ailleurs, parmi les 853 cas d’évasions enregistrés pour l’année 1942, 61 % se sont produits entre août et novembre 1942. Il s’agit essentiellement de Juifs « exclus » des convois et ayant regagné le camp « ordinaire ». Le pasteur Dumas évoque avec justesse toute l’ambiguïté de son action et son sentiment de culpabilité pudiquement suggéré :

  • 62 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les Clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 107- (...)

Pourquoi nous aussi, avons-nous trié, par ordre de moins grande détresse, les dossiers qu’il fallait défendre jusqu’au bout [...] c’est au début qu’il faut refuser de s’habituer, pour que votre oui soit vraiment oui, et votre non vraiment non62.

  • 63 Violette Mouchon, volume I, livre I. Archives Cimade.
  • 64 Pour le Côteau Fleuri semble t-il où elle réside à la date du 10 septembre 1942.

43Le dernier acte de l’action, la troisième voie empruntée par la Cimade, est la clandestinité par l’organisation de filières de passage en Suisse ou en Espagne. Jacques Soulier, équipier à l’été 1942, devient passeur pour l’Espagne et se fait nommer « Pierre Olier63 ». Parfois, les refoulements à la frontière ou les arrestations se soldent par un retour au camp. Charles L’Éplattenier raconte pour septembre 1942 : « Ida Besag, que nous avions fait sortir de Rivesaltes, que j’avais retrouvée parmi les internés de Montluçon et réussi à faire libérer64 » se fait arrêter en voyageant imprudemment : « cette fois, nous n’avons pu empêcher son départ vers les camps de la mort ». Ida Besag, âgée de 24 ans et de nationalité allemande quitte Rivesaltes par le cinquième convoi du 15 septembre 1942 comprenant 594 déportés. 2 313 Juifs étrangers (dont 42 âgés de 2 à 10 ans) sont déportés par trains à bestiaux vers Auschwitz en neuf convois entre août et novembre 1942. Au moment de la déportation, l’action cesse, mais la présence reste. Même si les œuvres ne peuvent plus rien espérer, elles s’efforcent de distribuer des vivres et d’apporter un peu de réconfort.

44André Dumas évoque la présence des rabbins au milieu des déportés et ajoute toute la nécessité de cette présence spirituelle face à tant de détresse :

  • 65 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les Clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 105- (...)

Il y eut plus de psaumes murmurés que de révolte extérieure, plus de réapprentissage de la fin de l’espoir que de cris65.

45Certains tentent de se suicider pour échapper aux convois :

  • 66 Témoignage oral de Friedel Bohny-Reiter (février 2000).

Ils avalaient des bouts de fer, de verre66.

46Un rapport de l’administration indique :

  • 67 Rapport mensuel du mois de novembre 1942. ADPO/134W30.

[...] même les partisans les plus convaincus de la collaboration sont émus et leur émotion est loin d’être calmée67.

47La reconnaissance de ceux qui ont survécu reste le meilleur gage d’une action orientée vers la survie et la négation de l’intolérance, si tant est que l’on puisse en douter. C’est ainsi que le pasteur Toureille adresse des nouvelles d’anciens internés de Rivesaltes à Madeleine Barot en mars 1945 :

  • 68 Le 23 mars 1945, pasteur Toureille à M. Barot. Archives Cimade.

Le Dr et Madame Franz Heinsheimer qui ont été à Gurs, aux Milles, à Rivesaltes et au Côteau Fleuri nous écrivent de Riedholz (Soleure, Suisse) à la date du 4 mars. Ils vont bien et nous chargent de remercier tous ceux qui se sont occupés d’eux. [...] (ils) vous assurent de leur vive reconnaissance68.

  • 69 Créé le 20 novembre 1940, « mélanges extraordinaires de gens » selon Madeleine Barot, le Comité se (...)

48Quel bilan de l’action de la Cimade à Rivesaltes entre 1941-1942 peut-il être émis ? Tout d’abord, cette action doit être envisagée dans sa globalité car ce qui a pu se faire dans le camp et auprès des internés est le résultat d’une politique d’interventions inlassables auprès de Vichy pour améliorer les conditions d’internement. D’autre part, évoquer la Cimade sans parler de la collaboration et de la solidarité inter-œuvres, juives ou non, serait omettre tout le travail de réseau qui s’est constitué et dont l’aboutissement formel fut le Comité de Nîmes69. Le pluralisme des actions de la Cimade l’a conduit à l’exigence d’engager des équipiers capables, par leur expérience et leur personnalité, d’affronter les vicissitudes de l’internement prolongé.

  • 70 La DER est le service de défense des étrangers reconduits à la frontière. Seule association habili (...)

49L’équipe de Rivesaltes quitte le camp au moment de sa liquidation fin novembre 1942. André Dumas part en Suisse alors que Françoise Renne se retrouve au foyer de Toulouse pour se charger du reclassement des Espagnols jusqu’en 1944. Enfin, Élisabeth Perdrizet prend la tête du Service prison créé en 1944 et qui n’est autre que l’ancêtre de la DER (service rétention)70 et de la « commission prison » qui se formalise au milieu des années 2000. C’est dans le feu de l’action, durant les cinq années de guerre, que s’est forgée la Cimade et donc son identité. Une fois la paix revenue, on pourrait croire sa mission terminée. Il n’en est rien. Les camps se remplissent à nouveau de prisonniers allemands ou de collaborateurs. Ainsi, la Cimade s’enracine pleinement dans le présent et tente par son action de venir en aide aux « indésirables » et aux déracinés en tout genre ce qui lui a valu de nombreuses critiques et réprobations car il n’y a pas d’interventionnisme sans compromission et de cela la Cimade en a de tout temps et en tout lieu eu pleinement conscience.

Notes

2 Les données historiques concernant le camp de Rivesaltes sont issues d’une maîtrise d’histoire, soutenue en 2000 publiée sous le titre, Le Camp de Rivesaltes 1941-1942 : du centre d’hébergement au Drancy de la zone libre, Perpignan, Éd. PUP/Mare Nostrum, mars 2001 (réédition en 2002). L’étude plus approfondie de l’action de la Cimade dans les lieux d’enfermement fait actuellement l’objet d’un travail de recherches dans le cadre d’une thèse préparée à l’Université d’Aix-en Provence (UMR TELEMME) sous la direction du professeur Jean-Marie Guillon sous l’intitulé : La Cimade. Des camps de réfugiés aux centres de rétention administrative : analyse d’une action humanitaire (de 1939 au début du xxie siècle). Quelques cotes d’archives de la Cimade mentionnées dans cet article correspondent à l’inventaire effectué au siège de l’association par des archivistes bénévoles avant 2010. Nos recherches ont été entreprises à partir de ce classement alors très incomplet et aléatoire. Depuis, les archives, en grande partie déposées à la BDIC, ont fait l’objet d’un travail d’inventaire méticuleux. Nous adressons nos remerciements à Gérard Petitjean et à l’ensemble des archivistes de la BDIC pour leur disponibilité.

3 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les Clandestins de Dieu : 1939-1945, Éd. Labor et Fides, Paris, 1989, p. 101.

4 Une spécialisation est attribuée à chaque îlot : le J à la santé, le Q aux services administratifs, le O au logement des gardiens célibataires et le E reçoit des hébergés dits « ordinaires » tout comme les îlot K et F qui deviennent les îlots spéciaux pour les internés juifs dès août 1942.

5 Propos recueillis en août 2007. Secrétaire général des Unions chrétiennes entre 1977 à 1985 et président du christianisme social de 1989 à 1994, il est l’auteur d’un ouvrage intitulé : Les Unions chrétiennes de jeunes gens : UCJG-YMCA (1855-2005), Lyon, Éd. Olivetan, 2009.

6 Rapport sur le travail de la Cimade parmi les étrangers (non-daté), Archives Cimade (siège).

7 Extrait d’une lettre envoyée par Lucie Gonthiez à ses parents le 26 août 1941. Témoignage déposé aux archives de la Cimade (au siège rue de Clisson, Paris) en janvier 2001. Alors étudiante à la faculté de théologie de Strasbourg, elle a ensuite rejoint Clermont-Ferrand.

8 Témoignage oral recueilli le 2 mars 2012. Né en 1920, étudiant en théologie à Paris, puis Montpellier. Membre du Conseil de la Cimade entre 1958 et 1962, puis président entre 1989 et 1995, il est président d’honneur de l’association depuis 1995. Voir également Poujol Pierre, Les Protestants dans la France en guerre 1939-1945, dictionnaire thématique et biographique, Paris, Éd. de Paris-Max Chaleil, 2000, p. 246.

9 La Fédération protestante avait des liens très étroits avec la Cimade. La « Fédé » envoyait pendant l’été des étudiants pour permettre aux équipiers de prendre des vacances. BDIC, F delta 2149/1081. Violette Mouchon « Parlons de la Cimade », p. 257.

10 Témoignage oral de Jaqueline Lévy-Geneste (mars 2007).

11 Se référer notamment à Grynberg Anne, Les Camps de la honte : les internés juifs des camps français 1939-1944, Paris, La Découverte, Paris, réed. 1999 ; Peschanski Denis, La France des camps. L’internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002 ; Dreyfus-Armand Geneviève et Témime Emile, Les Camps sur la plage, un exil espagnol, Paris, Autrement, 1995 ou encore Cohen Monique-Lise et Malo Eric, Les Camps du Sud-Ouest : exclusion, internement et déportation, 1939-1945, Toulouse, Privat, rééd. 2000. C’est sans compter les ouvrages « monographiques » tels que Laharie Claude, Le Camp de Gurs, 1939- 1945 : un aspect méconnu de l’histoire du Béarn. Pau, J & D éditions, 1985.

12 Zeitoun Sabine, L’Œuvre de Secours aux Enfants (O. S. E.) sous l’occupation en France. Du légalisme à la Résistance, 1940-1944, Paris, L’Harmattan, 1990 (voir p. 201 à 204 pour comprendre les relations entre l’OSE et la Cimade).

13 Les Clandestins de Dieu : Cimade 1939-1945, op. cit.

14 Barot Madeleine, « La CIMADE et les camps d’internement de la zone sud », dans 1940-1944 : Églises et Chrétiens dans la Deuxième Guerre Mondiale, Colloque de Lyon, 27 au 27 janvier 1978, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1982, p. 293-303 ; Jacques André, Madeleine Barot : une indomptable énergie, Cerf-Labor et Fides, Paris-Genève, 1989.

15 Goldman Laurence, La Cimade et l’aide aux Juifs, 1940-1944, Mémoire de maîtrise, Université Paris-I, 1991, dactyl.

16 Razon Boris, De la résistance spirituelle à l’engagement : Le Comité inter-mouvement auprès des évacués (Cimade) face à la Seconde Guerre mondiale en France, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université Paris-I, 1998, dactyl.

17 Gerdes Uta, Okumenische Solidarität mit christlichen und jüdischen Verfolgten [Texte imprimé] : die CIMADE in Vichy-Frankreich 1940-1944, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2005.

18 Témoignage oral de Friedel Bohny-Reiter (février 2000). Infirmière au Secours suisse aux enfants, son journal a donné lieu à une publication : Journal de Rivesaltes 1941-1942, Carouge-Genève, Éd. Zoé, 1993.

19 Rivesaltes, lundi des Rameaux (mars 1942), A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

20 Nîmes, 16 mars 1942, M. Barot au pasteur A. Chapal, Archives Cimade.

21 Rivesaltes, fin novembre 1941, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

22 Rivesaltes, 2 février 1942, A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

23 Rivesaltes, janvier 1942, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

24 Compte rendu des activités de la Commission d’hygiène pour septembre 1941. BDIC, F delta 2149/5003.

25 Boitel Anne, Le Camp de Rivesaltes 1941-1942..., op. cit., p. 89 et 172-174.

26 Rivesaltes, janvier 1942, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

27 David-Gustave Humbert est le chef du camp de son ouverture jusqu’en septembre 1942.

28 Rivesaltes, 31 octobre 1941, A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

29 Rivesaltes, 14 janvier 1942, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

30 Rivesaltes, fin novembre 1941, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

31 Elisabeth Perdrizet sollicite l’envoi d’une machine à coudre en mai 1942. BDIC, F delta 2149/5005.

32 Nîmes, 9 novembre 1942, Melle Dobelmann à « Suzy ». BDIC, F delta 2149/5005.

33 Parmi les groupes d’éclaireurs, les routiers sont les plus âgés : entre 16 et 19 ans.

34 Rivesaltes, 3 novembre 1941, F. Renne à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

35 Rivesaltes, 8 août 1941, J. Staedel à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

36 Rivesaltes, L. Gonthiez à ses parents, 30 août 1941. Archives Cimade.

37 Rivesaltes, 7 septembre 1942, A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

38 Aperçu du travail de la Cimade (non daté), p. 4. BDIC, F delta 2149/1081.

39 Rivesaltes, 14 septembre 1941, L. Gonthiez à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

40 Rivesaltes, 30 mai 1942, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

41 Perpignan, 11 décembre 1941, A. Dumas à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

42 Rivesaltes, 28 novembre 1941, F. Renne à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

43 Il dirige la Fédération protestante de 1929 à 1961 et alors même qu’il préside la Cimade entre 1944 et 1955. Installé à Nîmes dès juin 1940, il est appelé en janvier 1941 pour siéger au Conseil National créé par le Maréchal Pétain, en tant que représentant des Églises protestantes. Multipliant les interventions auprès de Vichy en faveur des juifs internés il n’hésite pas à recourir aux procédés illégaux. Boegner Marc, L’Exigence œcuménique. Souvenirs et perspectives, Paris Albin Michel, 1968.

44 Rivesaltes, 18 décembre 1941, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

45 Noël 1941 vécu à Rivesaltes. BDIC, F delta 2149/5005.

46 Rivesaltes, L. Gonthiez à ses parents, 30 août 1941. Archives Cimade.

47 Rivesaltes, 6 décembre 1941, É. Perdrizet à M. Barot. BDIC, F delta 2149/5005.

48 Dumas André, « Rivesaltes : Criblages », in Les Clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 36.

49 Le Chambon-sur-Lignon fut un lieu de refuge des huguenots.

50 Boitel Anne, Le Camp de Rivesaltes 1941-1942..., op. cit., p. 233-247.

51 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 103.

52 Ibid., p. 105.

53 Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (ADPO) 1260W97 et 1260 W 98.

54 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 104-105.

55 Le Service social des étrangers est un organisme officiel créé et financé par Vichy. Une baraque de l’îlot E lui semble attribuée.

56 Étudiant en théologie avant de devenir pasteur, il est dépêché momentanément à Rivesaltes.

57 La carte de chargé de mission de M. L’Eplattenier est établie le 15 août 1942. Il a déjà oeuvré en tant que « Chargé de mission de la Cimade auprès du Service social des étrangers » n° 222 à Rivesaltes. Archives Cimade.

58 Témoignage de Charles L’Éplattenier. BDIC, F delta 2149/5005.

59 Camp de Rivesaltes, F. Erlanger à A. Dumas, le 21 octobre 1942. BDIC, F delta 2149/5005.

60 Il peut aussi s’agir de Fred Erlanger déporté le 13 juin 1943 de Perpignan.

61 Serge Klarsfeld, Les Transferts de Juifs du camp de Rivesaltes et de la région de Montpellier vers le camp de Drancy en vue de leur déportation 10 août 1942-6 août 1944, Paris, FFDJF, 1993, p. 59.

62 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les Clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 107-108.

63 Violette Mouchon, volume I, livre I. Archives Cimade.

64 Pour le Côteau Fleuri semble t-il où elle réside à la date du 10 septembre 1942.

65 Dumas André, « Rivesaltes : criblages », in Les Clandestins de Dieu : 1939-1945, op. cit., p. 105-106.

66 Témoignage oral de Friedel Bohny-Reiter (février 2000).

67 Rapport mensuel du mois de novembre 1942. ADPO/134W30.

68 Le 23 mars 1945, pasteur Toureille à M. Barot. Archives Cimade.

69 Créé le 20 novembre 1940, « mélanges extraordinaires de gens » selon Madeleine Barot, le Comité se donne pour mission de réunir toute information utile sur la situation dans les camps à partir des visites effectuées par ses représentants. Le but est d’évaluer les besoins urgents et d’effectuer des démarches auprès de Vichy afin d’harmoniser l’action des 25 organisations nationales et internationales (dont l’ORT, le YMCA, l’OSE, le SSE etc). Voir « Le Comité de Nîmes, ou les limites de la philanthropie » de Grynberg Anne in Zone d’ombre 1933-1944. Exil et internement d’Allemands dans le Sud-Est de la France, Grandjonc Jacques, Grundtner Thérèse (dir.), Aixen-Provence, Alinéa, 1990, p. 435-436.

70 La DER est le service de défense des étrangers reconduits à la frontière. Seule association habilitée à intervenir dans les centres de rétention administrative (CRA) depuis la signature d’une convention avec l’État le 30 novembre 1984 jusqu’en 2007 où la Cimade perd son exclusivité d’action.

Table des illustrations

Légende Un alignement de baraques (îlot K)-le Mémorial de la Shoah/CDJC-MII-941
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Foyer CIMADE-YMCA probablement de l’îlot K (de gauche à droite : Tracy Strong, Elisabeth Perdrizet, André Dumas et Françoise Renne)-le Mémorial de la Shoah/CDJC-MII-436
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Groupe de scouts encadré par Jacques Saussine (ce dernier décèdera d’une appendicite au camp du Récébédou en septembre 1942)-le Mémorial de la Shoah/CDJC-MII-476
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable