Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

La Cimade dans les camps d’internement pendant la Seconde Guerre mondiale

Geneviève Dreyfus-Armand

Texte intégral

  • 1 Aperçu du travail de La Cimade, s.n., s.d. [document datant vraisemblablement du milieu de l’année (...)

1Le déclenchement de la guerre impose aux protestants, particulièrement auxe jeunes, d’intervenir pour soulager la détresse des populations évacuées des zones frontalières vers les départements du Centre-Ouest. Dès le 1er septembre 1939, les autorités militaires ordonnent l’évacuation des populations d’Alsace et de Moselle, tout particulièrement de celles habitant la zone située entre la frontière et la ligne Maginot. Plus ou moins préparée concrètement, cette évacuation concerne des dizaines de milliers de personnes et provoque de nombreuses situations difficiles. Ces réfugiés sont orientés vers des régions de repli, où part les rencontrer Suzanne de Dietrich, secrétaire générale de la FUACE – Fédération universelle des associations chrétiennes d’étudiants –, l’organisation la plus active du mouvement œcuménique qui commence alors à s’organiser. Suzanne de Dietrich adresse un rapport au Comité inter-mouvements-CIM –, qui regroupe cinq organisations de jeunesse protestantes : les Unions chrétiennes de jeunes filles et jeunes gens-UCJF et UCJG –, les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes et la Fédération française des associations chrétiennes d’étudiants. « L’évacuation et le cantonnement d’individus arrachés à leurs foyers » appellent une solidarité et, comme le souligne quatre ans plus tard l’un des responsables : « suivant la tradition des milieux protestants préoccupés de service social les mouvements de jeunesse virent, dans l’évacuation des populations d’Alsace-Lorraine, l’indication d’une forme de service qu’ils pouvaient rendre au pays1. » À l’automne 1939, une équipe du CIM s’installe à Périgueux, d’autres dans la Haute-Vienne. Une dizaine de femmes aident les enfants alsaciens et lorrains, créent un foyer pour les jeunes filles envoyées travailler à la Poudrerie de Bergerac et assurent le lien entre les réfugiés, souvent protestants, parlant davantage des dialectes germaniques que le français, et considérés comme des étrangers par la population locale catholique.

  • 2 Pour davantage de précision, se reporter dans le présent ouvrage à la contribution d’André Encrevé (...)

2Conscient que ces réfugiés ont besoin d’assistance, le CIM décide de créer un organisme spécifique. Ses responsables fondent, le 18 octobre 1939 et/ou le 24 novembre 1939 – les dates diffèrent selon les sources – le Comité inter-mouvements auprès des évacués2. La Cimade est née et, bien que masculin, son nom s’impose rapidement comme un acronyme féminin, probablement parce que les mots français possédant le suffixe « ade » sont féminins ; peut-être aussi du fait que la Cimade est souvent, à ses débuts, personnifiée au travers de femmes. La présidente du CIM, Jane Pannier, devient présidente de la Cimade ; Violette Mouchon, responsable des Éclaireuses unionistes, lui succèdera. Remplaçant en août 1940 Georgette Siegrist, Madeleine Barot, militante active de la FUACE, qui a interrompu en mai ses études d’archivistique à Rome, devient la secrétaire générale de la nouvelle organisation.

  • 3 Conférence de Madeleine Barot, 4 décembre 1941 (BDIC, F delta 2149/5001), probablement prononcée à (...)
  • 4 Barot Madeleine, « La Cimade : une présence, une communauté, une action », in Les Clandestins de D (...)

3À la fin du printemps 1940, Madeleine Barot effectue une enquête sur les repliés alsaciens et fait le constat que leur situation évolue : soit ils rentrent chez eux soit ils se dispersent pour trouver du travail. Ils n’ont donc plus besoin d’une aide spéciale. Comme elle l’explique en décembre 1941, « la Cimade se demandait vers quelle détresse se tourner quand, brusquement, déferla sur la zone non-occupée une quantité de nouveaux réfugiés d’une catégorie encore inconnue3. » Parmi les étrangers internés dans les camps de la zone Sud, Madeleine Barot rappelle après guerre combien « les réfugiés venus d’Allemagne depuis 1933 pour fuir les persécutions antisémites nazies, étaient particulièrement misérables. » Alertés depuis l’avènement du nazisme par les membres de l’Église confessante allemande et par Karl Barth, les jeunes protestants sont convaincus de la nécessité de s’engager. La vision du travail à accomplir est évidente pour Madeleine Barot : « C’était dans ces camps qu’il fallait essayer de pénétrer, pour être avec eux, présents auprès d’eux, pendant cette période difficile4. »

AGIR DANS LES CAMPS D’INTERNEMENT : UNE PRIORITÉ EN 1940

  • 5 En application du décret du 12 novembre 1938 (Journal officiel. Lois et décrets, 13 novembre 1938, (...)
  • 6 Décrets du 1er septembre et du 18 novembre 1939 ; loi du 26 septembre 1939.
  • 7 Loi du 4 octobre 1940 permettant l’internement des « étrangers de race juive » dans des camps. Loi (...)
  • 8 Peschanski Denis, La France des camps. L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002.

4Les camps d’internement apparaissent rapidement à la Cimade comme des lieux d’extrême vulnérabilité pour les populations étrangères qui y sont assignées. Ces camps ont été implantés par la IIIe République lors de l’arrivée des républicains espagnols, au commencement de l’année 19395, et destinés également, après la déclaration de guerre, aux ressortissants des pays ennemis, même immigrés de longue date ou réfugiés ayant fui le nazisme, puis aux communistes suite à l’interdiction de leurs organisations6. Le régime de Vichy multiplie les camps comme des instruments privilégiés de sa politique d’exclusion de ceux qu’il considère comme responsables de la défaite, à savoir les Juifs, les communistes, les étrangers, les franc-maçons7. À partir du printemps 1942, l’État français, passé à un autre stade de collaboration avec l’occupant, fait entrer ces camps dans la logique allemande de déportation et d’extermination des Juifs8. Lorsque Madeleine Barot définit la priorité d’action du moment pour la Cimade, à l’été 1940, le camp d’internement le plus important est celui de Gurs, près de Pau, dans les Basses-Pyrénées. Ce camp a été aménagé en mars 1939, afin de désengorger les camps surpeuplés des Pyrénées-Orientales, afin de recevoir des aviateurs républicains espagnols, des Basques et des anciens volontaires des Brigades internationales. À mesure que les réfugiés espagnols en sortent pour travailler dans les Compagnies de travailleurs étrangers, le camp voit sa population augmenter : on y interne d’autres étrangers « indésirables » – notamment des femmes d’origine allemande et autrichienne –, des détenus politiques français puis, à partir d’octobre 1940, des milliers de Juifs, soit expulsés du pays de Bade et du Palatinat soit raflés dans toute la zone Sud.

  • 9 Conférence de Madeleine Barot, 4 décembre 1941, doc. cit.
  • 10 Claude Laharie souligne que, de toutes les œuvres d’assistance installées à Gurs, la Cimade est la (...)
  • 11 Barot Madeleine, « La Cimade : une présence, une communauté, une action », op. cit., p. 32.

5Madeleine Barot entre en août 1940 dans le camp de Gurs dans le sillage du pasteur Cadier d’Oloron qui, dès décembre 1939, a obtenu une autorisation préfectorale pour célébrer, comme le curé de Gurs, un culte dans le camp. La raison de cette implication est simple pour Madeleine Barot : « [...] vivre avec les internés pour leur manifester notre amour chrétien, notre foi en un avenir meilleur, et pour les aider, puisque nous étions français, en servant d’intermédiaires entre eux et les autorités9. » Aucune autre œuvre d’assistance n’a encore été admise dans le camp. Comme les YMCA-Young Men’s Christian Associations-pourtant connues pour leur travail auprès des prisonniers de guerre et internés civils pendant la Première Guerre mondiale, n’ont pas obtenu l’agrément de Vichy, Madeleine Barot préfère ne pas demander d’autorisation officielle10 et les gardiens s’habituent à ses visites quotidiennes. « Quand la direction découvrit notre existence, Jeanne Merle d’Aubigné et moi-même avions déjà pris possession d’une baraque et décidé, non seulement d’y avoir un bureau, un foyer, mais d’y habiter, bref, de vivre derrière les barbelés. Il était trop tard pour nous déloger11. »

  • 12 Ibid.
  • 13 Rapport sur la situation à Gurs. BDIC, F delta 2149/5007.
  • 14 Cité par Claude Laharie, in Le Camp de Gurs, op. cit., p. 349.
  • 15 Comme le soupçonne à juste titre Madeleine Barot (voir son télégramme à Marc Bœgner intercepté par (...)

6Dans les conditions exceptionnelles d’une vie dans le camp-même si Madeleine Barot précise que cette présence n’est pas une identification totale aux internés -, le travail en équipe s’impose comme une nécessité : « question de sécurité, de résistance physique au travail à assurer et surtout de résistance spirituelle12. » Lorsque Madeleine Barot doit quitter Gurs pour assurer la liaison entre les équipes Cimade implantées dans différents camps, Jeanne Merle d’Aubigné reste, secondée par d’autres équipiers, jusqu’à son expulsion du camp le 12 octobre 1942. Son attitude est jugée trop favorable aux internés par le directeur qui n’est autre alors qu’un ancien économe de ce même camp, démis pour malversations et marché noir suite à une démarche commune des œuvres13. Le motif officiel évoqué dans le courrier du secrétaire général à la police du territoire est « l’acheminement clandestin de fonds aux hébergés » et le « rôle d’intermédiaire dans des correspondances tendancieuses d’hébergés14 ». « Vraisemblablement sur ordre de Vichy et non de Pau15 », la décision concerne également le pasteur André Morel. Selon Claude Laharie, la Cimade quitte le camp à l’été 1943, après que Jeanne Tendil, la nouvelle responsable, a été menacée d’expulsion par le préfet pour avoir « acheminé clandestinement la correspondance d’un hébergé. » À cette époque, le camp de Gurs n’abrite plus que quelques centaines d’internés.

  • 16 Aperçu du travail de la Cimade, doc. cit.
  • 17 Procès-verbal de la séance de Comité du 11 décembre 1941 à Nîmes, 7 rue Grétry. BDIC, F delta 2149 (...)
  • 18 Lettre de Jeanne Sénat à Madeleine Barot, 26 octobre 1942. BDIC, F delta 2149/5005.

7Devant la multiplication des camps en 1941 et le transfert des internés de Gurs vers d’autres camps, d’autres équipes de La Cimade doivent s’y répartir16. Des équipiers s’installent à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) en juin 1941, à Rieucros (Lozère) puis à Brens (Tarn) en octobre 1941, au Récébédou et Noé (Haute-Garonne) en avril 1942, puis aux Milles (Bouches-du-Rhône). Ensuite, en fonction des transferts d’internés, des urgences et des ouvertures de nouveaux camps, des équipiers se rendent à Nexon (Haute-Vienne), à Douadic (Indre), à Masseube (Gers) ou à Saint-Sulpice-La-Pointe (Tarn). Encore que, dans ce dernier camp, réservé aux détenus politiques masculins et devenu un camp de triage avant la déportation, il ne s’agit que de deux tentatives de la part de Suzanne Loiseau-Chevalley, soldées par autant d’expulsions car Madeleine Barot n’a pas réussi à y faire admettre une équipe Cimade. Fin 1941, la Cimade doit, comme Jeanne Tendil à Rieucros, obtenir l’avis favorable de la Croix-Rouge pour implanter une Assistance protestante dans le camp17. Parfois, la direction d’un camp ne veut accepter qu’une seule œuvre, comme à Nexon en octobre 1942 et, dans ce cas, préfère la Croix-Rouge18 ; aussi Jeanne Sénat attend-elle trois mois dans des conditions précaires l’autorisation d’y circuler librement.

  • 19 « Placé sous la haute autorité du maréchal Pétain. »

8Grâce à la mise à disposition aux chercheurs des archives historiques de la Cimade, un recensement des lieux d’intervention pendant la guerre est rendu possible : la Cimade est intervenue dans onze camps, mais la précarité inhérente aux archives de cette période n’exclut pas que des traces d’autres interventions aient pu se perdre. Il s’agit d’un nombre relativement restreint de camps, sur les quelque 200 dénombrés pour cette période, mais ce sont parmi les plus importants, comme ceux de Gurs, Rivesaltes, les Milles ou du Récébédou. Ce sont des camps de la zone Sud car, en zone occupée, les seules œuvres admises sont le Secours national, directement rattaché à l’État français19, et la CroixRouge, dont l’action est basée sur la neutralité. Les Quakers y sont juste tolérés. La Cimade ajuste continuellement son action afin de répondre aux besoins des internés. Elle démultiplie ses lieux d’intervention quand les camps se subdivisent et se spécialisent, comme en 1941 quand Rivesaltes est prévu pour des familles avec enfants et, en 1942, quand le Récébédou est conçu comme un « camp-hôpital ». Lorsque les femmes internées à Rieucros sont transférées à Brens, le foyer Cimade déménage, de même lorsque le camp de Nexon permet de délester celui du Récébédou.

  • 20 Barot Madeleine, « La Cimade : une présence, une communauté, une action », op. cit., p. 32.
  • 21 Procès-verbal de la séance de Comité du 11 décembre 1941, doc. cit.
  • 22 Alexis-Monet Laurette, Les Miradors de Vichy, Paris, les Éditions de Paris, 1994 et 2001, p. 59-62

9Deux autres aspects sont également à souligner. Les expulsions d’équipiers de la Cimade ne sont pas propres au camp de Gurs, d’autres se sont produites – comme les expulsions de Suzanne Loiseau-Chevalley de Saint-Sulpice-La-Pointe et de Brens –, tant il est probable que la présence d’acteurs apportant leur aide aux internés dérange les autorités. Certes, les équipiers de la Cimade ne mènent pas totalement la même vie que les internés, pouvant sortir des camps pour reconstituer leurs forces et conserver leur efficacité ; comme le remarque Madeleine Barot après guerre, ils peuvent « faire un bon repas, [se] réchauffer auprès d’un poêle au café voisin, reprendre contact avec le monde extérieur », toutes choses impossibles pour les internés20. Les militants de la Cimade, comme leur nom l’indique, travaillent toujours en équipe, au moins à deux, mais le fait de vivre aux côtés des internés comporte de réels dangers. Ainsi, Élisabeth Schmidt contracte la typhoïde lors de l’épidémie qui sévit à Gurs21. En septembre 1942, Jacques Saussine, étudiant en théologie âgé de 21 ans, équipier au Récébédou, fait une crise d’appendicite que le médecin, aussi désinvolte avec lui qu’avec les internés malades, ne diagnostique pas ; quand il est hospitalisé à Toulouse, il décède de péritonite22.

  • 23 Peschanski Denis, La France des camps, op. cit., p. 240-245.
  • 24 25 organisations le composent. Quakers, nom donné à la Société des Amis, mouvement protestant fond (...)
  • 25 Compte rendu de la réunion du Comité de coordination, séance du 7 octobre [1941]. BDIC, F delta 21 (...)

10Devant l’ampleur du système d’internement mis en place, le régime de Vichy est contraint de négocier avec les œuvres d’assistance et, pour ces dernières, d’accepter, dans une certaine mesure, le système qu’elles sont censées améliorer23. Avec l’accord du gouvernement, les œuvres, confrontées à l’immensité de l’aide à apporter aux internés, se regroupent. Sous l’égide de Donald Lowrie, secrétaire des YMCA, un « Comité de coordination des associations travaillant en faveur des internés et réfugiés étrangers en France », est fondé à Nîmes le 20 novembre 1940, d’où le nom de « Comité de Nîmes ». La Cimade en fait partie, aux côtés, notamment, des Quakers, du Secours suisse aux enfants ou de l’OSE, l’Œuvre de secours aux enfants24. Conservant « leur autonomie et leur indépendance25 », les diverses œuvres se répartissent un secteur spécialisé d’intervention ; ainsi, le Secours suisse et les Quakers s’occupent de l’aide alimentaire, l’OSE se chargeant plus particulièrement du ravitaillement des enfants. Il apparaît que la Cimade intervient dans plusieurs domaines. Les archives de la Cimade abondent en rapports, correspondances ou récits, qui donnent une image assez complète de la vie dans les camps et de l’activité des équipiers, que le cadre de ce texte ne permet pas de détailler.

DIVERSITÉ DES ACTIONS DE LA CIMADE DANS LES CAMPS

  • 26 Aperçu du travail de la Cimade, doc. cit. BDIC, F delta 2149/5001.

11Dans le texte de 1943 déjà cité, intitulé Aperçu du travail de la Cimade, il est fait un bref compte rendu du travail effectué dans les camps depuis la création du mouvement. Les principes invoqués pour expliquer ce travail sont d’ordre humaniste et patriotique. Il s’agit de « maintenir, chez les hommes momentanément privés de leur liberté d’action, le sens de la dignité humaine, en les incitant à profiter de leurs loisirs forcés pour se cultiver spirituellement et intellectuellement ». Il s’agit également de faire « sentir à des étrangers, souvent pleins d’amertume, que les traditions humanitaires de la France subsistaient malgré son malheur et les difficultés de tous ordres auxquelles elle avait à faire face ». Pour atteindre ces buts, la Cimade s’efforce, toujours selon ce document, de « gagner la confiance des hébergés » en résidant dans les camps, en se posant comme interlocuteurs de l’administration et en recrutant un personnel qui « par sa culture, sa valeur spirituelle et sa formation professionnelle, fût capable de créer autour de lui l’esprit d’entraide et de compréhension indispensable à des communautés de ce genre26 ».

  • 27 Grynberg Anne, Les Camps de la honte. Les internés juifs des camps français, 1939-1944, Paris, La (...)

12Comme Madeleine Barot l’indique dans sa conférence du 4 décembre 1941, les mouvements de jeunesse protestants français n’ont pas grand-chose à donner avant de recevoir l’aide des comités internationaux, aussi la Cimade s’investit-elle en premier lieu dans le travail culturel, s’appuyant en particulier sur le matériel fourni par les YMCA27. Madeleine Barot évoque son expérience de Gurs : de nombreux intellectuels et artistes sont présents parmi les internés qui s’organisent spontanément en groupes confessionnels ou professionnels, repérant les plus malheureux pour leur rendre un peu de courage.

  • 28 Conférence de Madeleine Barot, 4 décembre 1941, doc. cit. BDIC, F delta 2149/5001.

Puis, vinrent des bibliothèques, des baraques de la culture, des distributions de repas supplémentaires, toutes sortes d’activités qui demandent une énergie énorme de la part d’hommes mourant de faim […] Il fallait distraire les gens et les remettre dans une atmosphère normale : ce fut la mise sur pied de quinze en quinze jours de représentations humoristiques sur la vie du camp, de véritables revues. Cela voulait dire que les artistes devaient être mieux nourris que les autres pour fournir cet effort, et les internés prélevèrent eux-mêmes des suppléments pour ceux qui participaient ainsi à distraire la masse. On organisa des concerts, et actuellement chaque semaine on peut entendre à Gurs un concert Bach, un concert Beethoven, ou un concert de musique légère. Tout cela comporte des difficultés énormes28.

13Le rapport de 1943 confirme cette importance du travail culturel :

Les foyers se devaient de mettre au premier plan de leurs activités celles qui pourraient aider les [internés] à reprendre empire sur eux-mêmes.

14Des bibliothèques sont organisées : celle de Gurs comporte quelque 8 000 volumes, de disciplines et de langues diverses, avec de nombreux manuels et des livres d’érudition. Des quotidiens, hebdomadaires et revues autorisés peuvent être consultés. Puis, des cours s’organisent : de langue, littérature, histoire, géographie, dessin, dactylographie et sténographie. Et « partout, il y a des cercles de discussions et de conférences ».

15Des activités artistiques sont impulsées. Des concerts se tiennent grâce à la présence de nombreux Juifs musiciens professionnels ou grands amateurs ; à Gurs, est ainsi interné un ex-premier violon de l’Orchestre philarmonique de Vienne. Des chorales, « organisées d’abord entre protestants pour le chant sacré, en vinrent à prendre part aux concerts de musique profane ». À Gurs, quelque deux cents disques sont disponibles et des gramophones circulent. Une troupe de théâtre professionnelle peut se constituer à Gurs et, dans les autres camps, des troupes amateurs donnent des représentations régulières en français, espagnol et allemand. Des séances mensuelles de cinéma sont organisées dans les foyers par le Comité universel des UCJG. Une aide est apportée aux peintres et sculpteurs pour leur procurer des matériaux et des expositions sont organisées.

  • 29 Merle d’Aubigné Jeanne, « Gurs, la faim, l’attente », in Les Clandesins de Dieu, op. cit., p. 62-6 (...)

16Bien évidemment, comme l’indique le rapport de 1943, « il eut été difficile de se cantonner dans les activités d’ordre moral, alors que les difficultés matérielles tiennent une si grande place dans la vie des camps ». La Cimade s’en préoccupe, soit en signalant les besoins de ses habitués aux œuvres spécialisées, soit en suppléant aux distributions faites par celles-ci. « Sans atteindre jamais une grande importance – dit le rapport –, nos distributions de vivres sont à même d’aider des groupes restreints ». Jeanne Merle d’Aubigné témoigne comment elle cherche de la nourriture aux environs du camp de Gurs durant le terrible hiver 1940-1941 qui provoque de nombreux décès. Le ravitaillement, financé par le Conseil œcuménique de Genève, se trouve facilité par un prêche du curé de Gurs, mais le marché noir sévit dans le camp, organisé par l’économe qui est muté à la suite d’une démarche commune à Vichy de la Cimade et des Quakers29. Les équipiers font le maximum pour améliorer l’alimentation extrêmement déficiente des internés, car la nourriture est un problème crucial, et ils essaient de présenter des repas plus consistants lors des fêtes. À Gurs, le repas de midi, dispensé aux aides du foyer, devient un moyen d’assistance.

  • 30 BDIC, F delta 2149/5003.
  • 31 Lettre du 17 mars 1942. BDIC, F delta 2149/5003.
  • 32 BDIC, F delta 2149/5003.

17Les équipiers de la Cimade s’ingénient également à récupérer et distribuer vêtements, chaussures, couvertures et autres objets nécessaires à la vie des internés. Ils distribuent les habits recueillis dans les paroisses protestantes et chaque foyer possède un vestiaire, où les femmes peuvent trouver du matériel pour effectuer des raccommodages. La Cimade sert d’intermédiaire pour des distributions diverses faites au nom de la CroixRouge internationale : savon, cigarettes, vitamines, médicaments, calmants, insuline, huile de foie de morue, lunettes, prothèses dentaires, appareils orthopédiques, pansements, produits de désinfection. À l’automne 1941, le Comité international de la Croix-Rouge promet à la Cimade l’envoi de plusieurs centaines de couvertures et de galoches30. Les archives de la Cimade abondent en courriers d’équipiers essayant de se procurer, pour les internés, des objets indispensables ou propres à leur redonner du moral : ainsi, en mars 1942, Madeleine Barot s’occupe à organiser une distribution de 20 000 cigarettes entre six camps31 ; en juillet 1942, l’assistance protestante de Gurs remercie les YMCA de Marseille de l’envoi d’un poste de radio, « nouveau lien avec le monde de qui tout nous sépare » ; le menuisier d’Oloron-Sainte Marie demande en août 1942 à Jeanne Merle d’Aubigné de bien vouloir lui payer la table de ping-pong qu’il lui a fournie32. La Cimade ne se désintéresse d’aucun aspect de la vie quotidienne des internés, qu’elle essaie d’humaniser.

18La Cimade s’efforce donc d’apporter aux internés une aide matérielle, un réconfort moral, mais également une présence spirituelle et religieuse. Dans des camps comme Rivesaltes, où les jeunes sont nombreux, un travail est entrepris à leur intention et des séances de catéchisme sont organisées. Si la Cimade est loin de faire du prosélytisme, elle assure une présence confessionnelle : elle organise des cultes, des cercles d’études bibliques et des réunions de chant religieux. Des catholiques, des Juifs ou des orthodoxes participent souvent aux cercles d’étude biblique. La salle de culte, très rudimentaire, est généralement placée dans une partie du foyer.

LE TOURNANT DE 1942 ET LE PASSAGE À L’ILLÉGALITÉ

19La conjoncture se modifie radicalement en 1942 et le travail de la Cimade dans les camps s’en trouve totalement modifié. Nombre d’activités d’assistance matérielle, morale et spirituelle en faveur des internés continuent, mais la Cimade se voit contrainte de modifier radicalement son travail dans les camps. À partir du printemps 1942, les camps d’internement prennent leur place dans la nouvelle logique allemande définie lors de la conférence de Wannsee : la mise en œuvre de la « solution finale ». Dès lors, ils servent surtout d’antichambre de la mort pour les Juifs de France. En zone Sud, les déportations de Juifs internés dans les camps commencent à l’été 1942.

  • 33 Laborie Pierre, Boulet François, «L’Évolution de l’opinion protestante, 1940-1944 », in Les Protes (...)

20Il convient d’évoquer le caractère précoce de l’opposition des protestants français au régime de Vichy, en dépit de l’attachement à la personne du maréchal, voire d’une sympathie envers certains aspects de la Révolution nationale, manifestés au début par cer- tains d’entre eux, comme c’est le cas notamment du pasteur Marc Bogner, président de la Fédération protestante de France et du Conseil national des Églises réformées de France33. La condamnation de l’antisémitisme sera un axe essentiel de l’opposition des protestants au régime de Vichy, ajoutée à une hostilité envers un régime autoritaire, antirépublicain et clérical. Devant les mesures antisémites prises par le gouvernement, Marc Bogner témoigne sa sympathie au grand rabbin en mars 1941. À mesure que le régime durcit les mesures à l’encontre des Juifs, Marc Bogner multiplie les démarches auprès du gouvernement, rencontrant Darlan, Pétain, Laval, et appelant au respect de la personne humaine.

  • 34 Dumas André, «Rivesaltes, criblages », in Les Clandestins de Dieu, op. cit., p. 107.

21Quand les déportations commencent à partir des camps, la Cimade se trouve confrontée à des situations extrêmement dramatiques. Dans l’urgence du moment, les équipiers de la Cimade « tentent l’impossible pour sauver quelques vies », comme l’écrira plus tard Jeanne Merle d’Aubigné. Elle-même, comme les équipiers de la Cimade dans les autres camps, effectue de nombreuses démarches auprès du directeur du camp de Gurs pour faire enlever des listes de déportation de Juifs étrangers tous ceux qui en seraient exemptés, selon les termes mêmes des dispositions prises par Vichy pour leur soi-disant transfert en zone occupée. Un texte officiel du 4 août 1942 prévoit onze cas d’exemptions, tenant à l’âge, à l’état de santé, aux états de service dans l’armée française ou au prestige des travaux « artistiques, littéraires ou scientifiques ». Suzanne LoiseauleyChevalley se rend à la préfecture d’Albi pour faire respecter les onze cas d’exemption de déportation pour les internées de Brens. À Rivesaltes, mêmes tentatives des équipiers, relatées par le pasteur André Dumas qui estimera après guerre que : « beaucoup de vies furent sauvées, qui ne l’auraient pas été, si la Cimade comme les autres œuvres ne s’était pas accrochée aux exemptions et n’avait pas organisé les évasions34. » Les démarches étant souvent infructueuses, les équipiers doivent alors se résoudre à accompagner moralement les internés qui partent en déportation.

  • 35 Dumas André, ibid., p. 105.

22La Cimade agit alors dans deux directions : la bataille pour les exemptions prévues par la loi et l’organisation d’évasions, illégales par définition. Car les œuvres sont chargées de dresser des contre-listes comportant les noms des personnes à exempter, examinées ensuite dans les commissions de criblages auxquelles elles sont associées. Or les listes de déportations comportent un nombre précis de personnes : toute exemption demande un remplacement et des internés exemptés un jour ne sont pas à l’abri d’une déportation ultérieure. Si bien que, même si la Cimade se bat jusqu’au dernier moment pour que les exemptions légales soient respectées, elle a conscience que le risque est grand de devenir à tout moment « complices objectifs d’une sélection35 ». C’est ainsi que la Cimade prend acte très rapidement de l’impasse à laquelle les structures légales d’entraide sont confrontées à partir de l’été 1942. L’action légale a des limites, elle est jugée insuffisante par la Cimade et elle doit être complétée par des actions que la loi ne peut prévoir.

  • 36 Poujol Jacques, Protestants dans la France en guerre, 1939-1945, op. cit., p. 156.

23Ce passage de la stricte légalité à l’action illégale donc clandestine et résistante n’est pas simple pour des protestants respectueux de la loi. Mais elle privilégie le « légitime » aux dépens du « légal », la loi de Dieu aux dépens de celle d’un gouvernement qui ne la respecte pas. Madeleine Barot et Suzanne de Dietrich ont d’ailleurs adopté, à Pomeyrol, dans les Bouches-du-Rhône, les 16 et 17 septembre 1941, avec des pasteurs allemands, suisses et français, des résolutions sur le positionnement des chrétiens par rapport à l’État. Ces huit « thèses de Pomeyrol » affirment les limites de l’obéissance à l’État, le respect des libertés essentielles ; elles condamnent l’antisémitisme, la collaboration et « tout statut rejetant les Juifs hors des communautés humaines ». Ces « thèses » sont sans doute davantage une confirmation et une justification de l’action entreprise qu’un événement fondateur36.

24Résister pour être fidèle à sa conscience. Tel est le moteur de l’action de la Cimade, à l’instar de Marie Durand dans la Tour de Constance à Aigues-Mortes, au xviiie siècle. La caractéristique essentielle de l’action de la Cimade dans les camps est d’avoir progressivement combiné action légale et action illégale. Quelques autres œuvres ont effectué également ce passage d’un type d’action à l’autre – telle l’OSE – alors que d’autres œuvres adoptent une attitude engagée mais légaliste ou carrément neutre et légaliste, comme la Croix-Rouge internationale. Ce qui donnera, quelques décennies plus tard, des regrets à Elsbeth Kasser, représentante à Gurs du Secours suisse aux enfants de ne pas avoir agi comme les équipiers de La Cimade. Des années après, elle est taraudée par l’interrogation suivante :

  • 37 « Vues rétrospectives. Réflexions de quelques collaborateurs », in Le Secours suisse aux enfants d (...)

Si nous, les collaborateurs de la Croix-Rouge suisse-Secours aux enfants, ne pouvions pas sauver de la déportation les enfants et les jeunes, pourquoi n’avons-nous pas eu l’idée de rejoindre une autre organisation, par exemple la Cimade37 ?

25Comme l’on peut s’en douter, la partie clandestine de l’activité de La Cimade est peu présente dans les archives – en dehors de quelques faux papiers conservés –, mais elle est heureusement connue par nombre de témoignages d’anciens équipiers ou de personnes sauvées par eux. Rétrospectivement, Madeleine Barot explique :

  • 38 Barot Madeleine, « La Cimade : une présence, une communauté, une action », op. cit., p. 37.

Plus la situation se détériorait, moins il était possible de respecter la légalité, [nous étions] acculés à aller plus loin dans l’illégalité38.

26Même hésitation de prime abord pour Suzanne Loiseau-Chevalley à Brens : elle s’offre à aider deux femmes internées politiques, communistes juives polonaises, en portant un message d’elles à l’extérieur et elle écrit après guerre :

  • 39 Loiseau-Chevalley Suzanne, « De la cellule vide aux cris des enfants », in Les Clandestins de Dieu (...)

Ce fut mon premier pas dans l’illégalité, celui qui me coûta le plus ! Je ne savais pas alors que le temps viendrait où il ne faudrait plus se poser de questions, mais agir pour sauver des vies, faire des fausses cartes, voler des tampons, aider une équipe à dissimuler sous la neige le cadavre d’un Allemand39.

27De faux papiers sont fabriqués au siège nîmois de la Cimade, d’abord avec des pommes de terre, des bouchons et de l’encre de Chine, ensuite avec de vrais tampons escamotés dans des mairies grâce à des complicités ; il faut se procurer des cartes d’identité vierges chez les buralistes et obtenir la signature du maire et de deux témoins. Les fausses cartes d’identité se perfectionnent, signées par le Préfet et enregistrées grâce à des connivences dans certains bureaux.

  • 40 Alexis-Monet Laurette, « Une évasion du camp de Nexon », ibid., p. 135-147.

28De Rivesaltes, des évasions sont organisées vers l’Espagne voisine ou vers les filières suisses. Des gardiens y coopèrent. À Nexon, en 1943, Laurette Alexis-Monet prend contact avec le pasteur de Limoges – Albert Chaudier, futur président du Comité de Libération de la ville – et organise l’évasion de quatre internés. Trois réussissent à s’enfuir, l’un est repris et Laurette Alexis-Monet, interrogée, nie tout. Prétextant un voyage dans sa famille, elle accompagne les deux évadés à Lyon. En l’absence du pasteur Georges Casalis et comme le pasteur Roland de Pury est arrêté, Laurette Alexis-Monet conduit elle-même les deux hommes à La Chaîne, un centre de réadaptation pour jeunes délinquants dirigé par Gaston Riby, déporté plus tard. D’une Chaîne à l’autre, notamment celle de Grenoble, les deux évadés rejoignent le maquis40.

  • 41 Merle d’Aubigné Jeanne, « Les Eaux-Bonnes, Naillat, Douadic, le maquis », ibid., p. 86-101.

29En organisant des évasions, la Cimade est amenée à prendre contact avec des réseaux de Résistance, dans lesquels de nombreux protestants sont engagés. Ce passage à l’action résistante se fait naturellement, tant la nécessité de sauver des vies humaines l’impose. Jeanne Merle d’Aubigné raconte que, dans le camp de Douadic, dans l’Indre, les maquisards se reposent la nuit dans la baraque de la Cimade et comment – alors qu’elle se trouve inscrite sur la liste des déportations-les résistants attaquent les camions allemands qui viennent chercher un convoi. Cachant les objets compromettants (toiles de parachutes, ballots de tissus à pansements britanniques), Jeanne Merle d’Aubigné se fait passer pour une infirmière de la Croix-Rouge41. Si les équipiers de la Cimade ne participent pas, en tant que tels, à la Résistance, ils manifestent une sympathie active envers elle et des personnalités proches de la Cimade – comme les pasteurs Jean Cadier, aumônier du maquis tarnais de Vabre, ou Georges Casalis, dans la région lyonnaise puis dans les Deux-Sèvres-ont des liens fort étroits avec la Résistance.

L’« ŒCUMÉNISME EN ACTION42 » DANS ET HORS DES CAMPS

  • 42 Selon l’expression du pasteur Adolf Freudenberg, réfugié allemand qui anime le Conseil œcuménique (...)

30La Cimade ne mène pas son action isolément. Elle reçoit une aide importante des protestants français et étrangers, notamment des organisations internationales de jeunes et du Conseil œcuménique des Églises, sis à Genève et en cours de formation. L’UCJG, comme section française de l’Alliance universelle des UCJG, a des relations privilégiées avec ses homologues anglo-saxonne, suisse ou suédoise. La Cimade, organisation française, représente les YMCA à qui l’on a refusé l’accès aux camps. Ce qui permet à l’Alliance universelle d’inclure, dans son budget, des subventions pour la Cimade et aux représentants suisses de rendre visite à leurs amis. Des personnalités telles que Eleanor Roosevelt ou la princesse Bernadotte de Suède, membres des UCJF de leurs pays respectifs, envoient des contributions financières et, comme cette dernière, effectuent une visite dans les camps. Les rapports faits à la suite de ces visites aident à solliciter des aides auprès des Églises des États-Unis, de Suède et de Suisse.

  • 43 Ibid., p. 54-57.

31Les protestants suisses s’emploient à aider leurs amis français : par la valise diplomatique des paquets parviennent à la Cimade. Grâce à des membres antinazis du consulat allemand à Genève, du courrier est acheminé également vers la France. Des liaisons avec la Suisse sont assurées notamment par Mireille Philip, épouse d’André Philip-l’un des 80 parlementaires ayant refusé de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en juillet 1940 et organisateur du réseau Libération-Sud-ainsi que par Charles Guillon, maire du Chambon-sur-Lignon, démissionnaire lors de l’instauration du régime de Vichy. Les protestants suisses s’efforcent d’empêcher les refoulements de réfugiés aux frontières ; malgré l’ouverture de la frontière obtenue en août 1942 par Gertrud Kurz, « le principe de la fermeture des frontières [est] maintenu », ce ne sont que « des assouplissements momentanés ». Les organismes d’aide aux réfugiés peuvent cependant présenter aux autorités helvétiques des listes de « non-refoulables43 ».

  • 44 Barot Madeleine, « La Cimade, une présence, une communauté, une action », op. cit., p. 33.
  • 45 Les Justes de France, Mémorial de la Shoah/Fondation pour la mémoire de la Shoah, Paris, 2007, p. (...)

32L’aide internationale est nécessaire également pour assurer le financement des centres d’accueil accrédités à recevoir des internés qui obtiennent de sortir des camps à condition d’être pris en charge par une organisation autorisée et de rester sous surveillance régulière de la police, essentiellement des vieillards, des malades et des femmes ayant de jeunes enfants44. Au printemps 1942, la Cimade ouvre trois centres : le « Côteau fleuri » au Chambon-sur-Lignon (avec le concours des pasteurs Trocmé et Theis), le « Mas du Diable » près de Tarascon et le centre de Vabre dans le Tarn. Elle organise également deux foyers de villes, l’un à Toulouse et le Foyer Marie-Durand à Marseille. Mais, à l’été 1942, quand commencent les déportations des Juifs, il est impératif de faire disparaître ceux des pensionnaires du « Côteau fleuri » qui se trouvent menacés : quelque 80 personnes sont conduites vers des abris plus ou moins proches puis dans des fermes plus éloignées en attendant d’être acheminées vers la Suisse. À partir du Chambon-sur-Lignon, lieu de refuge cévenol où elle vit avec ses enfants, Mireille Philip organise en liaison avec le pasteur Theis et la Cimade des filières d’évasion vers la Suisse de Juifs des camps de la zone Sud, et plus particulièrement des enfants. Elle met en place des moyens d’accès au Chambon depuis les camps. Elle veille à l’hébergement des réfugiés sur le plateau cévenol, en attendant l’autorisation des autorités suisses et participe à la confection de faux papiers45. La Cimade travaille également en collaboration avec la Direction des centres d’accueil créée par l’abbé Glasberg pour accueillir des réfugiés sortis des camps ; de nombreux anciens internés de Gurs suivis particulièrement par la Cimade se retrouvent ainsi au refuge du Pont-de-Manne-en-Royans dans la Drôme. Après la rafle effectuée dans le refuge, le pasteur Fabre essaie de mettre à l’abri quelques personnes.

  • 46 Priacel-Pittet Geneviève, « Passages de frontières », in Les Clandestins de Dieu, op. cit., p. 116 (...)
  • 47 Loiseau-Chevalley Suzanne, « Sur la frontière », ibid., p. 147-154. Philip Loïc et Hamon Léo, Andr (...)

33Les réfugiés extraits des camps par la Cimade attendent, d’abri provisoire en abri provisoire, de pouvoir franchir une frontière. L’impératif est de sans cesse trouver des caches pour « faire disparaître les gens en danger ». Le Musée du Désert est parfois une étape commode, mais aussi des couvents de Savoie et des maisons de toutes sortes en HauteLoire et dans la Drôme. Geneviève Priacel-Pittet témoigne comment elle est chargée, l’été 1942, de préparer une filière pour des passages vers la Suisse. Les premiers passages de la frontière se font au-dessus d’Argentière mais le guide s’avère être un escroc ; une autre filière est mise sur pied avec des étudiants et des pasteurs, mais elle est interrompue en octobre 1942 avec l’arrestation du pasteur Morel. En octobre 1942 sont empruntés d’autres passages vers la Suisse, entre Annecy, Annemasse, Évian et Thonon : ce sont des garçons de 18 ans qui assurent les passages avec l’aide de la Résistance lyonnaise. La région d’Aix-en-Provence devient un centre de cachettes. À la fin de l’été 1943, les chemins par Annemasse étant trop surveillés, une prospection est faite dans le Jura. D’août 1942 à décembre 1943, environ 400 personnes sont évacuées vers la Suisse par Geneviève Priacel-Pittet46. Suzanne Loiseau-Chevalley prend le relais à Annecy de Mireille Philip partie travailler pour un réseau en relation avec le maquis du Vercors ; elle poursuit le travail entrepris par cette dernière avec deux abbés qui cachent des Juifs dans le couvent de Chavanod et la Trappe de Tamié47. Les pasteurs André Morel et Fabre assurent de nombreux passages vers la Suisse, notamment sur la ligne du Buet.

« RÉSISTANCE OU TÉMOIGNAGE CHRÉTIEN ? »

  • 48 BDIC, F delta 2149/1082.

34Tel est le titre d’un article de Violette Mouchon publié dans la toute jeune revue Réforme en 1945, sur la signification du travail de la Cimade pendant la guerre. Les contacts avec la Résistance ont, selon elle, amené la Cimade « à circonscrire nettement le but et les moyens de [son] action », à la maintenir « dans l’axe du témoignage chrétien ». Pour sauver des Juifs, la Cimade est allée jusqu’au mensonge et à l’activité clandestine, mais « elle s’est toujours refusée à aller jusqu’à la violence48 ».

  • 49 Ibid.

35Mais, dans un courrier adressé à Madeleine Barot, le pasteur André Dumas exprime son désaccord avec « la distinction et presque l’opposition qui est tracée entre la Résistance et le témoignage chrétien ». Car il lui semble qu’on ne peut pas dissocier la protes- tation active contre l’injustice dans le monde et l’annonce de l’Évangile49. Cette position sera reprise par Georges Casalis dans ses conclusions au recueil de témoignages rassemblés dans Les Clandestins de Dieu ; il estime que ce travail pendant la guerre, ces rencontres des autres, ont fait « apparaître que l’action immédiate et limitée à des actes de détresse était dangereusement incomplète, tragiquement tronquée ; dans sa ligne, c’étaient des analyses globales qui s’esquissaient nécessairement, des prises de conscience sociales et politiques. »

  • 50 Pour leur action auprès des internés des camps français et pour avoir sauvé des Juifs, de nombreux (...)

36Quelle que soit la qualification que les responsables de la Cimade entendent donner à leur action pendant la guerre, il n’y a pas de doute que, historiquement, celle-ci a souvent revêtu le caractère d’une résistance civile50, modalité de résistance que l’historiographie récente a réévaluée à juste titre. Sans entrer dans une discussion d’ordre théologique mais en s’en tenant à une simple analyse historique, les deux termes de l’alternative – Résistance ou témoignage chrétien – ne sont pas qu’antagoniques, mais peuvent être complémentaires. Car, ainsi que les définit Jacques Sémelin,

  • 51 Sémelin Jacques, in Dictionnaire historique de la Résistance, Marcot François (dir.), avec la coll (...)

[…] nées de la même matrice désobéissante, résistances civile et armée obéissent à des dynamiques qui sont à la fois complémentaires et contradictoires : tandis que la résistance armée entend contribuer à la libération du territoire, la résistance civile est davantage tournée vers la survie des valeurs et des personnes de la société occupée51.

  • 52 Procès-verbal du comité Cimade, 6 décembre 1944, à Paris. BDIC, F delta 2149/5006.

37Dans l’histoire de la Cimade, cette action menée dans et hors des camps a, par ailleurs, été assurément la base structurante et fondatrice de son action ultérieure. Peu après la Libération, « une autorisation générale [est] obtenue pour entrer dans tous les camps du territoire pour Madeleine Barot et Élizabeth Perdrizet52 ». La Cimade entreprend alors un travail d’assistance auprès des nouveaux internés, anciens collaborateurs du régime de Vichy. Des équipiers entrent notamment dans le camp de Drancy, d’où sont partis en déportation la grande majorité des Juifs déportés de France. La Cimade commence aussi, à l’automne 1946, un travail dans les prisons qui sera un axe fort de son activité. Avec, toujours, le souci de soulager la détresse humaine et le désir de concrétiser les valeurs qui la fondent.

Notes

1 Aperçu du travail de La Cimade, s.n., s.d. [document datant vraisemblablement du milieu de l’année 1943 : postérieur à mars 1943, puisqu’il y est fait mention de l’ouverture, à cette date, du foyer de Masseube et de « l’assouplissement de la ligne de démarcation » comme d’une donnée du présent]. Le texte émane de Nîmes où la Cimade a encore son siège, avant de le transférer à Valence. Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Archives de la Cimade, F delta 2149/5001.

2 Pour davantage de précision, se reporter dans le présent ouvrage à la contribution d’André Encrevé. Déclaration au Journal officiel, n° 85, 3 avril 1940. « But : par le moyen des différents mouvements de jeunesse d’inspiration protestante, témoigner de l’Évangile auprès de la jeunesse française éprouvée par la guerre et lui venir en aide sur le plan moral, social et éducatif. »

3 Conférence de Madeleine Barot, 4 décembre 1941 (BDIC, F delta 2149/5001), probablement prononcée à Nîmes où la Cimade a alors son siège. Mais on ne sait dans quel cadre elle eut lieu : celui de la Cimade ou celui du Comité de Nîmes ?

4 Barot Madeleine, « La Cimade : une présence, une communauté, une action », in Les Clandestins de Dieu. Cimade 1939-1945. Textes rassemblés par Jeanne Merle d’Aubigné et Violette Mouchon, mis en ordre par Émile C. Fabre, Genève, Labor et Fides, 1989 [1re éd. : Paris, Fayard, 1968].

5 En application du décret du 12 novembre 1938 (Journal officiel. Lois et décrets, 13 novembre 1938, p. 12920-12923). Dreyfus-Armand Geneviève, L’Exil des républicains espagnols en France. De la Guerre civile à la mort de Franco, Paris, Albin Michel, 1999.

6 Décrets du 1er septembre et du 18 novembre 1939 ; loi du 26 septembre 1939.

7 Loi du 4 octobre 1940 permettant l’internement des « étrangers de race juive » dans des camps. Loi du 2 juin 1941 sur l’internement des Juifs de nationalité française et décret du 9 décembre 1941 sur l’internement des étrangers et apatrides juifs.

8 Peschanski Denis, La France des camps. L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002.

9 Conférence de Madeleine Barot, 4 décembre 1941, doc. cit.

10 Claude Laharie souligne que, de toutes les œuvres d’assistance installées à Gurs, la Cimade est la seule pour laquelle on n’ait pas retrouvé, dans les archives, d’autorisation préfectorale (Laharie Claude, Le Camp de Gurs, 1939-1945, un aspect méconnu de l’histoire de Vichy, Pau, JD éditions, 1993, p. 349).

11 Barot Madeleine, « La Cimade : une présence, une communauté, une action », op. cit., p. 32.

12 Ibid.

13 Rapport sur la situation à Gurs. BDIC, F delta 2149/5007.

14 Cité par Claude Laharie, in Le Camp de Gurs, op. cit., p. 349.

15 Comme le soupçonne à juste titre Madeleine Barot (voir son télégramme à Marc Bœgner intercepté par les autorités, cité par Jacques Poujol in Cévennes, terre de refuge, 1940-1944, Joutard Philippe, Poujol Jacques, Cabanel Patrick (dir.), Montpellier, Les Presses du Languedoc, p. 166.)

16 Aperçu du travail de la Cimade, doc. cit.

17 Procès-verbal de la séance de Comité du 11 décembre 1941 à Nîmes, 7 rue Grétry. BDIC, F delta 2149/5006.

18 Lettre de Jeanne Sénat à Madeleine Barot, 26 octobre 1942. BDIC, F delta 2149/5005.

19 « Placé sous la haute autorité du maréchal Pétain. »

20 Barot Madeleine, « La Cimade : une présence, une communauté, une action », op. cit., p. 32.

21 Procès-verbal de la séance de Comité du 11 décembre 1941, doc. cit.

22 Alexis-Monet Laurette, Les Miradors de Vichy, Paris, les Éditions de Paris, 1994 et 2001, p. 59-62.

23 Peschanski Denis, La France des camps, op. cit., p. 240-245.

24 25 organisations le composent. Quakers, nom donné à la Société des Amis, mouvement protestant fondé en Angleterre au xviie siècle, dont la branche américaine a beaucoup aidé les victimes européennes de la Première Guerre mondiale. Le Secours suisse aux enfants est un cartel constitué en avril 1940 par 21 organisations humanitaires suisses, aussi bien catholiques que protestantes, qui se consacre à l’encadrement de la jeunesse et à l’aide aux nécessiteux ; il sera rattaché en 1942 à la Croix-Rouge suisse. Quant à l’OSE, elle est née en 1912 à Saint-Pétersbourg pour venir en aide aux enfants juifs victimes de persécution et de pauvreté ; son siège ayant été transféré à Berlin, elle doit gagner Paris en 1933.

25 Compte rendu de la réunion du Comité de coordination, séance du 7 octobre [1941]. BDIC, F delta 2149/5006.

26 Aperçu du travail de la Cimade, doc. cit. BDIC, F delta 2149/5001.

27 Grynberg Anne, Les Camps de la honte. Les internés juifs des camps français, 1939-1944, Paris, La Découverte, 1999, p. 254-259.

28 Conférence de Madeleine Barot, 4 décembre 1941, doc. cit. BDIC, F delta 2149/5001.

29 Merle d’Aubigné Jeanne, « Gurs, la faim, l’attente », in Les Clandesins de Dieu, op. cit., p. 62-68.

30 BDIC, F delta 2149/5003.

31 Lettre du 17 mars 1942. BDIC, F delta 2149/5003.

32 BDIC, F delta 2149/5003.

33 Laborie Pierre, Boulet François, «L’Évolution de l’opinion protestante, 1940-1944 », in Les Protestants et la Seconde Guerre mondiale (Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, n° 140/5, 1994) ; Poujol Jacques, Protestants dans la France en guerre, 1939-1945. Dictionnaire thématique et biographique, Paris, Les Éditions de Paris, 2000, p. 173.

34 Dumas André, «Rivesaltes, criblages », in Les Clandestins de Dieu, op. cit., p. 107.

35 Dumas André, ibid., p. 105.

36 Poujol Jacques, Protestants dans la France en guerre, 1939-1945, op. cit., p. 156.

37 « Vues rétrospectives. Réflexions de quelques collaborateurs », in Le Secours suisse aux enfants dans le Sud de la France depuis 1942, Dossier composé en 1992 par l’ancien délégué de la Croix-Rouge suisse-Secours aux enfants à Toulouse, Richard Gilg. BDIC, F delta 2149/5003.

38 Barot Madeleine, « La Cimade : une présence, une communauté, une action », op. cit., p. 37.

39 Loiseau-Chevalley Suzanne, « De la cellule vide aux cris des enfants », in Les Clandestins de Dieu, op. cit., p. 124.

40 Alexis-Monet Laurette, « Une évasion du camp de Nexon », ibid., p. 135-147.

41 Merle d’Aubigné Jeanne, « Les Eaux-Bonnes, Naillat, Douadic, le maquis », ibid., p. 86-101.

42 Selon l’expression du pasteur Adolf Freudenberg, réfugié allemand qui anime le Conseil œcuménique provisoire à Genève pendant la guerre (Freudenberg Adolf, « Au-delà des frontières », ibid., p. 44).

43 Ibid., p. 54-57.

44 Barot Madeleine, « La Cimade, une présence, une communauté, une action », op. cit., p. 33.

45 Les Justes de France, Mémorial de la Shoah/Fondation pour la mémoire de la Shoah, Paris, 2007, p. 70.

46 Priacel-Pittet Geneviève, « Passages de frontières », in Les Clandestins de Dieu, op. cit., p. 116-120.

47 Loiseau-Chevalley Suzanne, « Sur la frontière », ibid., p. 147-154. Philip Loïc et Hamon Léo, André Philip, Paris, Beauchesne, 1988, p. 51.

48 BDIC, F delta 2149/1082.

49 Ibid.

50 Pour leur action auprès des internés des camps français et pour avoir sauvé des Juifs, de nombreux militants de la Cimade ont été déclarés « Justes parmi les nations » par le Mémorial de Yad Vashem.

51 Sémelin Jacques, in Dictionnaire historique de la Résistance, Marcot François (dir.), avec la collaboration de Leroux Bruno et Lévisse-Touzé Christine, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 693.

52 Procès-verbal du comité Cimade, 6 décembre 1944, à Paris. BDIC, F delta 2149/5006.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable