Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

Manifester une solidarité active avec ceux qui souffrent : l’action de la Cimade au regard de ses archives

Gérard Petitjean

Texte intégral

UN ANCRAGE HISTORIQUE DÉPOURVU DE FONDATIONS ARCHIVISTIQUES

Des archives délaissées

  • 1 Certains équipiers sont ainsi désignés par leur nom de code dans les correspondances datant de cet (...)
  • 2 Mouchon Violette, « La Cimade : sa naissance, son baptême », in Au fil des jours, n° 21, 1962, p. (...)
  • 3 F delta 2149/1284 Suites de l’accident de Lucy Fontaine (employée à la Cimade d’août 1943 à décemb (...)
  • 4 Au fil des jours numéros 22 (juin 1962, p. 14-15), 26 (juin 1963, p. 15-21), 27 (novembre 1963, p. (...)

1Née des urgences de la Seconde Guerre mondiale, la Cimade a, pendant près d’un demi-siècle, quasiment occulté la dimension patrimoniale de ses archives. Dès les premières années de son existence, dans un contexte particulièrement troublé peu propice à la mise par écrit de certaines informations1, des pertes sont avérées : « En mai-juin 1940, la France est envahie par l’armée allemande, l’armistice est signé le 18 juin. Les équipes se retirent devant l’invasion, enterrant leurs archives2. » Cette idée se retrouve au détour d’une correspondance adressée à Lucy Fontaine par André Lew, secrétaire général adjoint, en date du 18 janvier 1970 où il est mentionné que « Les archives ayant été détruites partiellement, nous ne pouvons donner de chiffres [concernant les salaires des équipiers] qu’à partir du mois d’octobre 19443. » Ainsi, ce sont donc essentiellement les souvenirs des acteurs de l’époque qui permirent dans un premier temps d’ébaucher une histoire de la Cimade, comme en témoigne la série d’articles publiés dans le bulletin interne d’information de l’association intitulé Au fil des jours4 portant sur « la Cimade sous l’occupation » et « la Cimade après-guerre ».

  • 5 F delta 2149/1025-1072.
  • 6 F delta 2149/1285.
  • 7 F delta 2149/1115 et 1119.
  • 8 F delta 2149/1080 et 1303.
  • 9 F delta 2149/1300-1302.
  • 10 F delta 2149/1304-1309.

2Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la Cimade fut amenée à redéfinir son champ d’action. Le travail auprès des sinistrés du Nord de la France puis dans les postes en Allemagne s’effaça progressivement au profit des réfugiés. Traversée par une crise identitaire résultant de cette phase de mutation, la Cimade devait alors également faire face à de graves difficultés financières. Il est possible que ces transformations majeures, survenues dans un laps de temps relativement court, expliquent dans une certaine mesure les lacunes du fonds au lendemain de la guerre. Les documents qui nous sont parvenues pour les années 1950-1960 témoignent d’une dimension essentiellement utilitaire des archives aux yeux des membres de la Cimade. Il s’agit en premier lieu de dossiers concernant le fonctionnement de l’association tels les cinq mètres linéaires de chronos5 du secrétariat général qui, exception faite des deux premières années, sont dans l’ensemble parfaitement tenus et couvrent la période 1959-1998 ou encore le suivi administratif (dossiers du personnel, relations sociales). On trouve également pour cette période des éléments de documentation à l’attention des équipiers, comme en atteste la tenue d’une réunion sur la circulation de l’information6 et de l’organisation de retraites pour édifier les équipiers7, mais aussi destinés à la communication externe (brochures, articles de presse, tournées d’information8). La création, en 1970, du service « information-communication » témoigne d’une certaine prise de recul par rapport à l’action visant, pour plus d’efficacité, à mieux communiquer autour des activités de l’association. Ce service assurait à la fois des fonctions de documentation comme en témoigne la présence de revues de presse mais aussi de communication tant en interne qu’en externe9. Il garde ainsi trace, à partir de la fin des années 1980, des relations du siège avec les antennes locales10 alors même que les archives de celles-ci sont parfois inexistantes ou pour le moins réduites à peu de choses. Par le biais de ses dossiers, ce service éclaire les actions de la Cimade durant les années 1970-1980 et est à l’origine de la constitution d’un fonds iconographique important en lien avec les différents services de la Cimade.

  • 11 F delta 2149/2423, mentions manuscrites de Maguy Pellerin qui exerça en tant qu’assistante sociale (...)
  • 12 F delta 2149/1082 Divers documents d’information sur la Cimade, ses activités et ses membres (1960 (...)

3Le plus souvent, les équipiers devaient parer au plus pressé et géraient tant bien que mal leurs dossiers. Cet état de fait transparaît pleinement par la présence sur certains dossiers de mentions telles que « Excusez-moi, c’est un peu le foutoir ! » ou encore « Je vais venir classer cela un jour11 », cette dernière ayant été inscrite fin mai 1983. Et lorsque les équipiers prenaient le temps de se pencher de nouveau sur leurs papiers, ils peinaient parfois eux-mêmes à s’y retrouver comme le montre l’intitulé pour le moins original de certaines chemises : « De tout un peu, est-ce un dossier VL12 ? ». Ce flottement se retrouve à tous les niveaux de l’association puisque le secrétaire général lui-même éprouva parfois le besoin de clarifier les choses à ce sujet : « Pierre Gery, pour archives de ton département ne pas jeter. Marc ». Cette note de Marc Brunschweiler (1984-1988) témoigne d’une réelle volonté de préservation des archives mais est également révélatrice du fait que cette démarche de conservation des dossiers une fois leur utilité courante révolue n’allait pas de soit, le dernier terme étant ici souligné deux fois.

Renouveau commémoratif et naissance du service des anciens équipiers

  • 13 Slogan du cinquantième anniversaire de la Cimade (F delta 2149/1101-1105).
  • 14 Jacques André, Madeleine Barot. Une indomptable énergie, Paris, Cerf, Genève, Labor et Fides, 1989 (...)
  • 15 Ka 229 (52 cassettes audio) : entretiens avec Madeleine Barot et divers témoins 1988-1989.
  • 16 Guillemoles Alain, Domon Arlette, « Aux origines de la Cimade », in Cimade Information, numéro spé (...)
  • 17 http://www.lacimade.org/uploads/File/70ans/brochure70ans.pdf

4La place grandissante occupée dans les archives par les commémorations reflète bien l’intérêt croissant que la Cimade porte à son passé. Alors qu’il n’y a quasiment pas de traces des manifestions du vingt-cinquième anniversaire, les 40 ans et surtout le cinquantenaire de l’association font l’objet d’une documentation plus fournie résultant de cette volonté de « célébrer l’avenir13 » articulant redécouverte du passé et réflexion quant aux grands défis à venir. À cette occasion, plusieurs publications virent le jour mais force est de constater que le recours à l’archive demeure encore marginal par rapport au témoignage. Il en fut ainsi de l’ouvrage d’André Jacques consacré à Madeleine Barot14 basé en grande partie sur une série d’entretiens menés entre 1988 et 1989 et dont une copie a été conservée15. Un an plus tard, un numéro spécial de Cimade Information16 entendait retracer à grands traits les premiers temps de la Cimade (Seconde Guerre mondiale et réconciliation franco-allemande). À cet égard, le soixante-dixième anniversaire marque un tournant dans cette approche qui s’explique en partie par la disparition d’un certain nombre de témoins mais aussi, plus largement, par la prise en compte manifeste de l’importance des sources comme le prouve la tenue du colloque dont est issu le présent volume, conçu comme une étape vers une histoire de la Cimade dans la longue durée17.

5La création du service des anciens équipiers s’inscrit dans cette dualité. Son origine remonte au cinquantième anniversaire de la Cimade durant lequel certains anciens, s’étonnant de voir passé sous silence l’engagement de la Cimade durant la guerre d’Algérie, s’étaient vu répondre qu’« il n’y avait pas d’archives de cette époque18 ». Pour remédier à cela, un petit groupe d’Anciens équipiers Cimade en Algérie (AECA), élargi depuis à l’ensemble des anciens équipiers, se constitua en 1990 avant de devenir un service à part entière de la Cimade ayant pour objectifs de : mobiliser la mémoire des anciens équipiers devant l’absence d’archives sur les actions menées pendant la guerre d’Algérie ; mobiliser la mémoire des acteurs qui étaient en relation avec les équipes Cimade ; comprendre les événements aujourd’hui en Algérie ; s’impliquer dans des actions de solidarité pour l’Algérie d’aujourd’hui et de demain. À travers ces quatre objectifs transparaît de nouveau cette même conception de l’histoire de la Cimade perçue comme étant l’un des vecteurs de l’action, une histoire « dont le sens et l’exemple fondent nos engagements actuels19 », qui veut « éclairer et permettre de tirer un enseignement pour l’orientation et les actions d’aujourd’hui20 ».

  • 21 http://70ans.lacimade.org/temoignages-audio
  • 22 Violette Mouchon (1893-1985), secrétaire générale des Éclaireuses unionistes en 1939, fut l’un des (...)
  • 23 F delta 2149/1084 Organisation de la Cimade et réflexion sur ses objectifs (1966-1971). Sur ce suj (...)
  • 24 « La Cimade 1980 », texte préparé lors de la session de Saint Prix, octobre 1980 (F delta 2149/100 (...)

6L’intitulé de ce service tel que le mentionne le rapport d’activités de 2005 est le suivant : « service Archives-Histoire-Anciens Équipiers ». Toutefois, celui-ci peut varier selon l’interlocuteur. Alors que les anciens équipiers ont tendance à parler du service « mémoire-histoire-anciens équipiers », les autres membres de l’association évoquent plutôt le service « archives » ou encore le service des « anciens équipiers » voir simplement « les anciens ». Ce flou relatif quant à l’identité du service s’explique par la composition de l’équipe qui en a la charge. Celui-ci est géré bénévolement par un groupe d’anciens équipiers ayant à leur tête Mireille Desrez et, pendant un temps, Denise Duboscq. Cette équipe fut tout d’abord renforcée par la venue d’un documentaliste à la retraite puis par l’arrivée, fin 2005, d’un archiviste de métier bénévole. Quelle que soit l’appellation retenue, il faut ici souligner que l’existence même de ce service renvoie à une notion singulière dans l’histoire de cette association qui est celle d’« équipier ». Ce terme, tiré du jargon propre à la Cimade et dont la définition a quelque peu varié au fil du temps, vient des « équipes de jeunes gens dont le travail et la vie en communauté ont marqué les premières actions de La Cimade21 ». Dans un texte de la fin des années 1960 intitulé « Les rouages de la Cimade », Violette Mouchon22 rappelle ainsi que « l’équipe est le principe même de la Cimade » avant de revenir sur la grande diversité des équipiers23 réaffirmée dix ans plus tard24 et qui prévaut encore actuellement.

  • 25 Pichot Patrick, « Les archives de la Cimade retrouvées » in Causes communes, n° 17, décembre 1998, (...)
  • 26 Terpin-Prieur Claude, «L’action de la Cimade à Brens, un camp souvent oublié », in Causes communes(...)

7Les premières années d’existence du service constituèrent une phase de tâtonnement. Ses membres optèrent pour une approche thématique en fonction des sujets qu’ils souhaitaient étudier mais aussi de leurs ressources limitées. Il n’y avait pas à proprement parler de volonté de reconstituer un fonds d’archives permettant de retracer l’histoire de la Cimade et c’est semble-t-il presque par hasard que furent retrouvées, fin 199725, des archives portant sur la période de la Seconde Guerre mondiale. La guerre constitue une période mythique de l’histoire de la Cimade et même si ces cartons représentent une source d’une grande richesse sur le sujet, l’archive s’efface ici devant le récit mémoriel puisque la question de l’origine des documents, de leur importance matérielle et de leur devenir est évacuée dès les premières lignes pour laisser place à une fresque composée de multiples exemples de ces détresses quotidiennes auxquelles furent confrontés les équipiers. L’exploitation de ces archives par les anciens équipiers de la Cimade a par la suite donné lieu à une série d’articles sur les « premières équipes de la Cimade dans les camps du Sud de la France26 » publiée dans la revue Cimade Causes communes au sein d’une rubrique spéciale baptisée « mémoire ».

Un stockage précaire

  • 27 Étudiante en histoire à la Sorbonne puis archiviste à l’École française de Rome, Madeleine Barot ( (...)
  • 28 Le pasteur Jacques Beaumont fut secrétaire général de la Cimade de 1956 à 1968.

8À l’époque de « Grenelle », les locaux du service comportaient deux zones. La première, destinée essentiellement au travail des bénévoles et à la réception des lecteurs, se composait d’une petite pièce remplie de rayonnages à la solidité parfois douteuse hébergeant les archives se rapportant à la guerre d’Algérie ainsi que des documents concernant de grandes figures de la Cimade (Madeleine Barot27, Violette Mouchon, Jacques Beaumont28...) ce qui représentait approximativement 30 mètres linéaires. Il est à noter que l’exiguïté de ce local ne traduit en rien un moindre intérêt de la Cimade pour ses anciens mais résulte simplement de l’organisation générale des locaux, comme le précisent les membres du service dans leur rapport d’activités 2006 : « Un premier déménagement interne [...] nous a relégués de trois pièces à une pièce avec encombrement, désordre de classeurs, cartons et documents ».

9Le second espace, situé au sous-sol, se composait d’un ensemble de huit caves dont cinq faisaient office de magasins pour le stockage de la majorité des archives. Avec le temps et faute de moyens, les cartons avaient fini par coloniser une partie du couloir reliant ces différentes salles alors même qu’un certain nombre de documents restaient également en souffrance dans les bureaux. Outre la question de leur saturation, les sous-sols de Grenelle posaient des problèmes évidents de conservation. En effet, la répartition des salles était conçue de telle sorte que l’un des magasins jouxtait la chaufferie tandis que d’autres étaient traversés par des canalisations. La rupture de l’une d’elles entraîna d’ailleurs la détérioration d’une partie des archives, menaçant par-là même l’ensemble du fonds.

  • 29 Après avoir quitté, en 1958, la rue Blanche pour le 176 de la rue de Grenelle, le siège de la Cima (...)

10La situation a quelque peu changé suite au déménagement du siège29, car le service a hérité de nouveaux locaux plus vastes que les précédents. Ceux-ci étaient équipés d’un mur de rayonnages remplaçant avantageusement les tablettes bricolées de Grenelle et jouxtaient une salle de réunion les rendant donc plus adaptés aux fonctions de réception du service. Les deux magasins d’archives posaient toutefois les mêmes problèmes en termes de conservation. Situés au sous-sol, ils étaient déjà saturés et la présence dans l’un d’eux – pourtant utilisé comme magasin d’archives avant même l’arrivée de la Cimade dans les lieux – de canalisations et surtout de traces d’humidité indiquait clairement qu’il était impropre à la conservation d’archives. En outre, il convient ici de rappeler que ce bref panorama ne concerne que les archives du siège de l’association. D’autres archives dorment encore au sein des délégations régionales voir chez certains anciens équipiers d’où la nécessité de les recenser pour prévenir tous risques de destructions et envisager leur exploitation. Dans cette optique, une enquête auprès des régions Cimade est envisagée et plusieurs appels ont déjà été lancés, notamment dans le cadre de la préparation du soixante-dixième anniversaire, par le groupe des anciens équipiers qui s’est également attaché à compiler plusieurs dizaines de « parcours Cimade » renseignés par d’anciens membres de l’association.

LA POSE DES PREMIÈRES PIERRES

Les premières tentatives de classement

  • 30 F delta 2149/1981. Il ne semble pas s’agir d’un mésusage du terme puisque ce poste est clairement (...)
  • 31 F delta 2149/1001Rapports d’activité des postes et services (1996-2000) : rapport d’activités du s (...)

11Un organigramme du début des années 1980 mentionne la présence à la Cimade d’une archiviste30, Anne-Marie Perrody, mais il s’agit là quasiment de la seule trace de son passage et ses attributions demeurent inconnues à ce jour. Il faut en effet attendre les années 1990 pour que la Cimade commence à se pencher réellement sur ses archives. À partir de 1994, le groupe des anciens équipiers entreprit de travailler sur les archives31 de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre d’Algérie avec le renfort d’un documentaliste à la retraite, André Lemière. Dans le même temps, ce dernier avait commencé à regrouper dans le reste du fonds divers documents, selon un découpage géographique et thématique. Il va sans dire que ce travail permit d’une part d’éviter l’éparpillement voire la destruction pure et simple d’archives devenues « encombrantes » et d’autre part d’en amorcer la valorisation. Toutefois, donnant lieu à des choix de conservation parfois discutables et allant à l’encontre du principe cardinal en archivistique de respect des fonds, il s’avéra préjudiciable quant à la lisibilité des structures de l’association déjà suffisamment obscures par elles-mêmes.

  • 32 Seuls quatre numéros furent publiés entre 1996 et 1997.
  • 33 Cimade textes à l’appui, Cimade Information, n° 10, octobre 1980.

12C’est à cette même époque que furent publiés les éphémères32 Cahiers d’histoire Cimade dont il ne reste que quelques exemplaires au siège de l’association. Cette publication ne constituait pas un travail de recherche historique en tant que tel mais plutôt la réédition de documents jugés majeurs pour comprendre les origines et les évolutions de la Cimade. Il est à noter qu’une telle initiative faisait écho à un numéro de Cimade information édité en 198033 sur le même principe et regroupant des textes jugés « émouvants ou significatifs, pour témoigner de ce qu’a pu être, de ce qu’est encore aujourd’hui la Cimade ». Dans son éditorial, Marie-Jo Hazard rappelle ainsi qu’« il est bon parfois de retourner aux sources, pour situer le présent dans la continuité d’une histoire ouverte sur l’avenir. Le quarantième anniversaire était pour nous une bonne occasion de nous replonger dans des textes – rapports, lettres, comptes rendus, témoignages-qui retracent l’histoire de la Cimade ». Dans ce passage, le terme « sources » prend une double acception qui, bien que sûrement involontaire, n’en est pas moins significative de cette dimension nouvelle où le retour aux origines passe par le retour aux sources archivistiques.

  • 34 F delta 2149/1070 Chronos du secrétariat général, lettre du 6 mars 1996.

13Parallèlement, cette redécouverte des archives du siège s’inscrit dans l’espace. Dans une lettre34 de 1996 adressée aux « responsables budgétaires et tous les utilisateurs des locaux d’archives rue de Grenelle », Hélène Conard, alors directrice administrative et financière, informait ces derniers que les locaux avaient été réaménagés. Cette lettre indiquait que les cartons ne traînaient plus dans les couloirs et entendait poser les bases d’une gestion plus rationnelle des archives en régulant les dépôts à venir ainsi que la consultation des documents. Accompagnée d’un plan du sous-sol présentant l’affectation des différentes caves, elle laissait apparaître les prémices d’un classement d’ensemble du fonds. Toutefois, c’est seulement durant les années 2000 que ce travail prit vraiment une dimension scientifique et globale.

Le traitement selon les normes archivistiques

14Le début des années 2000 marque en effet un tournant dans la manière dont la Cimade appréhende ses archives. C’est à cette époque que des contacts furent pris avec l’association Génériques qui entreprit un premier sondage au sein des archives en 200535. Il apparut alors nettement que les archives conservées au siège dépassaient largement la seule période de la Seconde Guerre mondiale. En octobre de la même année, Pierre Akar, un archiviste de métier, entreprit bénévolement de s’occuper du fonds. Avant d’envisager un quelconque traitement intellectuel des archives, il était nécessaire d’en connaître la teneur. Pour ce faire, il fallut procéder à un récolement boîte par boîte36, compte tenu de l’absence de bordereaux de versement et de la pertinence toute relative des inscriptions portées sur les boîtes. Concrètement, il s’agissait d’ouvrir chaque boîte pour en étudier sommairement le contenu et ainsi en dresser une brève notice descriptive respectant les directives de la norme ISAD (G)37. Une fois cette notice saisie sur informatique par le biais d’un tableur, une cote de localisation était attribuée à chaque boîte38. Fin 2006, environ 150 mètres linéaires (ml) d’archives avaient déjà été récolés. Le récolement des archives « administratives » – essentiellement celles de la comptabilité et des ressources humaines – permit d’élaborer un tableau de gestion prévisionnelle de ces archives jusque là simplement amassées dans l’une des caves et, sur proposition du service archives aux services producteurs, 29 ml furent éliminés. Cette opération visait notamment à rompre avec le principe des éliminations sauvages et donna lieu à la rédaction de bordereaux d’élimination. La place ainsi dégagée permit de libérer une pièce pour le rapatriement, à l’été 2006, des archives de Trévise (18 ml), la Cimade s’étant vue obligée d’interrompre son activité et donc de quitter ces locaux faute de financements. Parallèlement, tous les documents ayant précédemment été victimes d’un dégât des eaux furent isolés dans une seule et même cave afin de préserver le reste du fonds. Certains furent alors éliminés compte-tenu de leur faible intérêt historique ou de leur état de délabrement trop avancé alors que d’autres partirent pour Bussy-Saint-Georges afin de faire l’objet d’une désinfection par les services de la BNF avant de rejoindre les magasins de la BDIC. En lien avec ces premières phases de traitement du fonds, une tentative de rationalisation de la communication des documents vit le jour sans toutefois réellement parvenir à perdurer.

Déménager les archives ?

  • 39 Une croix sculptée au couteau pour l’exercice du culte protestant par un républicain espagnol déte (...)
  • 40 Sorte de tableau textile. Sur ce sujet : Jacques André, Chili, un peuple brode sa vie et ses lutte (...)
  • 41 http://ymca_ucjg.paris.pagesperso-orange.fr/
  • 42 Plusieurs notes d’information ont été diffusées à cette occasion. La première détaillait notamment (...)

15En 2006, la perspective du déménagement du siège a amené le conseil de la Cimade à se pencher sur le devenir des archives de l’association. Il a donc fait le choix, le 9 novembre 2006, de procéder au dépôt des archives historiques (des origines à 1997) dans un centre adapté soit environ 220 ml pour ne conserver que les archives intermédiaires dans les nouveaux locaux. Parmi ces quelques 60 ml se trouvent les dossiers des dix dernières années, des documents comptables ou relevant de la gestion du personnel mais aussi les procès-verbaux des instances de la Cimade ainsi que deux objets, la « croix de Gurs39 » et une arpillera 4040 représentant le parcours de réfugiés latino-américains accueillis à leur arrivée en France par la Cimade. Outre les archives du siège proprement dites, le nouveau siège héberge également les « archives de Trévise » se rapportant aux actions de formation menées par la Cimade au 14 de la rue de Trévise dans des locaux loués aux UCJG41. À cela s’ajoute, pour le moment, les archives relatives à l’action de la Cimade durant la guerre d’Algérie qui doivent à terme, être également déposées à la BDIC. Le choix de la structure devant accueillir le fonds s’est fait entre cet organisme, la bibliothèque de la SHPF (Société d’histoire du protestantisme français) et les Archives nationales. Afin de préparer ce dépôt, un comité de pilotage a été mis en place par le secrétaire général de l’époque, Laurent Giovannoni. Viviane Gross, membre du Bureau, assurait la coordination de ce groupe constitué de Mireille Desrez et Denise Duboscq pour les anciens équipiers, Pierre Akar, archiviste s’occupant alors bénévolement des archives, Gérard Petitjean, stagiaire aux archives, et Adrien Chaboche, responsable du service communication. Après s’être informé et avoir visité plusieurs sites, le conseil a finalement opté pour la BDIC. La raison première de ce dépôt était d’assurer une bonne conservation des archives, celles-ci étant jusque-là entreposées dans les caves du siège qui arrivaient à saturation et posaient des problèmes évidents de conservation. Qui plus est, l’accessibilité de ces archives était alors restreinte car il était en effet impossible qu’un ou des membres de la Cimade soit présents en permanence pour accueillir les lecteurs. Toutefois, le dépôt et le traitement des archives de la Cimade devaient également permettre une exploitation plus large du fonds qui bénéficierait désormais du rayonnement de la BDIC lui conférant ainsi une plus grande visibilité. S’inscrivant dans les préparatifs de grande ampleur du déménagement général42, le double déménagement des archives – vers la BDIC et vers le nouveau siège – a suscité des réactions diverses. Alors qu’un équipier, ayant redécouvert les richesses du sous-sol en parcourant le récolement, exprimait le souhait d’inclure un dossier dans la liste des documents en partance pour le nouveau siège, d’autres à l’inverse, contraints de faire brièvement le point sur le contenu de leur bureau dans le cadre du déménagement, s’empressaient, lors des derniers jours, de descendre des cartons « pour la BDIC » faisant ainsi l’économie de leur rangement ultérieur tout en enrichissant un peu plus le fonds en partance pour Nanterre. Au départ des cartons pour la BDIC le 18 juin 2007 a succédé celui, nettement plus modeste, des archives destinées à garnir les sous-sols et le bureau des anciens équipiers rue de Clisson.

LA MAISON CIMADE43

  • 43 L’emploi du terme maison renvoie ici au siège de la rue de Grenelle durant les années 1960, vérita (...)
  • 44 F delta 2149/1010. Citation du professeur Léon Zander lors du conseil d’administration de la Cimad (...)

« La Cimade est une anarchie sacrée44 »

16Le fonds de la Cimade se caractérise par une certaine complexité rendant parfois son approche quelque peu ardue. Il est ici nécessaire de prendre un peu de recul afin de se focaliser non plus sur les archives en tant que telles mais sur le contexte dans lequel elles furent produites. En effet, l’« anarchie » de ce fonds est à l’image du fonctionnement même de la Cimade. En se basant sur les écrits laissés par les équipiers, il nous est possible de dégager dans les grandes lignes ce qui fonde l’originalité de la Cimade.

  • 45 La Cimade à Paris xive et xve arrondissement de 1959 à 1963, brochure rédigée par les anciens équi (...)
  • 46 Au fil des jours, n° 13, octobre 1960.
  • 47 Panorama 68, p. 3.
  • 48 Chemin Ariane, « La Cimade, cavalerie légère du protestantisme. Une aventure quotidienne aux dimen (...)

17Diana Harmon, équipière américaine fraîchement débarquée à la Cimade en 1960 et ayant rejoint Charlotte Lautenschlager au sein du poste Cimade de Paris des xive et xve arrondissements45, ne cache ainsi pas sa surprise face à cette communauté atypique dont elle estime que « l’organisation en est si souple qu’il semble que tout devrait y être chaotique – on change les projets d’un jour à l’autre, presque de minute en minute, et pourtant on arrive à des résultats remarquables46. » Ce chaos apparent – et la fin de la précédente citation le laisse sous – entendre – masque en fait une grande souplesse permettant à la Cimade d’être très réactive face à une société en perpétuelle mutation. Pour répondre à ces bouleversements, « La Cimade n’a ni programme systématique ni plan quinquennal. Elle veut essayer d’inventer au fur et à mesure les réponses de l’espérance chrétienne dans un monde secoué, divisé, malade47 », comme l’énonce Michel Wagner, secrétaire général de 1968 à 1974, dans une brochure à l’attention des donateurs. Cet idéal n’est pas sans faire écho au titre d’un article de l’hebdomadaire protestant Réforme : « La Cimade, cavalerie légère du protestantisme48 ».

  • 49 Panorama 68, p. 11.
  • 50 « Anciens équipiers Cimade », texte de présentation du service rédigé par ses membres en 2005 (F d (...)

18De ce fait, la flexibilité de ses structures, sans cesse repensées, lui permet de se diversifier pour répondre au mieux aux attentes de ses « publics » amenant ainsi Violette Mouchon, dans cette même brochure, à définir la Cimade comme une « curieuse succession d’activités hétéroclites49 ». C’est encore ce que les anciens équipiers rappellent presque 40 ans plus tard lorsqu’ils constatent que « malgré les perturbations régulières dans la Cimade, ses espérances demeurent et l’Esprit souffle toujours pour la grande liberté des « enfants de Dieu » qui y travaillent50. »

D’autres ressources documentaires

  • 51 Service de défense des étrangers reconduits. Concernant la mission de la Cimade : http://cimade-pr (...)

19Le fonds déposé à la BDIC, bien que conséquent, ne représente qu’une partie des archives de la Cimade. Outre les archives intermédiaires précédemment citées, les sous-sols du nouveau siège ont accueilli, suite à la remise en cause de la mission de la Cimade dans les centres de rétention, les archives des antennes locales de la DER51. À cela s’ajoutent, à travers la France, les archives de la Cimade en régions pour lesquelles toutefois nous n’avons quasiment aucune visibilité à l’heure actuelle.

  • 52 Catalogue en ligne des archives du COE (Genève) : http://archives.oikoumene.org/query/.
  • 53 Desportes D., Godard V., Lacousse M., Église réformée de France. Fonds 107 AS. Répertoire numériqu (...)
  • 54 MS. 6. 571, Fonds Suzanne de Dietrich, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • 55 Varlet Virginie, « Don de documents d’une grande valeur historique à la commune : un éclairage maj (...)
  • 56 La SHPF apporte un éclairage complémentaire sur l’histoire de la Cimade à travers les fonds d’arch (...)

20Plus largement, d’autres sources font écho aux archives de la Cimade qu’il s’agisse par exemple d’archives émanant des milieux chrétiens (Conseil ocuménique des Églises52, Église réformée de France53) ou encore de particuliers (Suzanne de Dietrich54, Odette Bonté et Solange Marquise à Coudekerque55). Citons encore les fonds du Centre de documentation juive contemporaine et de la Société d’histoire du protestantisme français56 en ce qui concerne la Seconde Guerre mondiale.

21Enfin, dans un registre légèrement différent puisqu’il s’agit d’ouvrages et non d’archives, mentionnons encore le fonds documentaire du service formation de la Cimade (1976-2009) récemment donné à la bibliothèque municipale de Montreuil en vue de constituer, selon un communiqué Cimade du 7 juin 2011, « un lieu ressource important pour la didactique du français langue étrangère et la formation linguistique des migrants, alors que ces lieux ressources se font rares dans le secteur associatif ».

Le fonds de la Cimade à la BDIC

22Le fonds présent à la BDIC constitue un ensemble documentaire très important puisqu’il se compose d’environ 1 700 cartons. Pour la première fois, en se basant sur les informations recueillies lors du récolement conférant une vision d’ensemble du fonds, il a été possible d’entreprendre un travail global respectant la logique archivistique. Le traitement, débuté en 2008, devrait être achevé en 2013 et a permis d’en préciser encore le contenu, d’en faire ressortir certaines richesses jusque-là insoupçonnées mais aussi de mettre en lumière certains lacunes qu’il s’agisse de la fin des années 1940, ou encore du foyer Cimade de Massy. Suite à l’élaboration d’un plan de classement reposant sur un découpage par services, le tri et le classement des dossiers s’est accompagné d’un travail de reconditionnement avec des matériels adaptés (boîtes en polypropylène, chemises en papier neutre) afin d’en assurer une bonne conservation et d’en faciliter la communication. Parallèlement, le traitement physique du fonds a donné lieu à la rédaction d’un inventaire encodé en format structuré (EAD) afin d’être indexé dans Calames (Catalogue en ligne des archives de l’enseignement supérieur) le rendant ainsi accessible aussi bien à partir de sites spécialisés (le portail de la BDIC, le site de l’ABES) que depuis un simple moteur de recherche.

23Compte-tenu de l’ampleur de ce fonds, celui-ci a été subdivisé en sept sous-fonds couramment appelés sections57. La première rassemble tout ce qui a trait à l’organisation générale et à l’administration de la Cimade, et offre une vue d’ensemble de l’association. La septième, quant à elle porte sur les implantations locales et regroupe donc les archives des antennes Cimade tant en France – baraques de l’après-guerre dans le Nord de la France, foyers (Côteau-Fleuri au Chambon-sur-Lignon, foyer d’étudiants de Sèvres, de migrants à Sucy-en-Brie) – qu’à l’étranger – postes en Allemagne dans le cadre de la réconciliation, centre de Bopp à Dakar. Les cinq autres sections se rapportent aux différents champs d’action de l’association, à savoir l’accueil des réfugiés et des migrants58, la formation (dépasser l’aide d’urgence pour mener une véritable politique de suivi sur le long terme visant à favoriser l’insertion), l’assistance matérielle, l’enfermement (des camps de la Seconde Guerre mondiale aux centres de rétention administrative en passant par les prisons) et enfin l’international (actions de développement mais aussi défense des droits de l’homme).

  • 59 F delta 2149/5002.

24À travers ces différentes sections, plusieurs niveaux d’action se dégagent. Outre le fonctionnement général des services et les relations diverses entretenues par la Cimade, certains dossiers portent sur des projets spécifiques (projets de développement, campagnes de sensibilisation de l’opinion, programmes de formation). De plus, étant donné que l’accompagnement est au cœur de l’action des équipiers, on constate sans surprise qu’une part importante des dossiers de ce fonds, de l’ordre de 35 %, relève du suivi individuel et si l’on se concentre uniquement sur la seconde section consacrée à l’accueil des réfugiés et des migrants, ce pourcentage avoisine même les 80 %. Au-delà des thématiques abordées, ce fonds se caractérise également par la grande diversité des supports qui le composent. Aux documents papiers s’ajoutent de l’iconographie (photographies, diapositives, affiches), des documents audio et audiovisuels ainsi que quelques objets (tampons, faux papiers, cartes de rationnement59).

  • 60 Article 1 des statuts de l’association (F delta 2149/1009 : Révision des statuts (1940-1990) ou ht (...)

25D’une très grande richesse, les archives de la Cimade fournissent des pistes de recherche variées. Elles retracent tout d’abord l’histoire de la Cimade elle-même – les motivations et les difficultés rencontrées par les équipiers par exemple – mais aussi d’autres associations, disparues pour certaines. Elles donnent également un aperçu des migrations et des politiques de l’immigration tant en France, qu’au niveau européen ou mondial. Reflétant les conditions de vie des migrants et des réfugiés, elles abordent de multiples thématiques : formation, logement, intégration, enfermement… Un autre axe d’étude possible est celui de l’action humanitaire (projets de développement, lutte contre la drogue, coopération avec des partenaires locaux, sensibilisation du public) allant de pair avec la défense des droits de l’homme. Plus largement, les archives de la Cimade comportent des éléments relevant de l’histoire des différents pays dans lesquels elle est intervenue : Allemagne (réconciliation de l’après-guerre), Algérie (notamment durant la guerre), Haïti, Sénégal, Madagascar, Liban. Enfin, ces archives renvoient également à la sphère religieuse et permettent d’aborder des thèmes tels que le protestantisme, l’ocuménisme et le christianisme social. Toutes ces dimensions sont autant de témoignages des multiples facettes d’une seule et même entité, la Cimade, dont les membres, issus d’horizons très divers, se retrouvent autour d’un même idéal, la volonté de « manifester une solidarité active avec ceux qui souffrent60 ».

Notes

1 Certains équipiers sont ainsi désignés par leur nom de code dans les correspondances datant de cette époque.

2 Mouchon Violette, « La Cimade : sa naissance, son baptême », in Au fil des jours, n° 21, 1962, p. 8-9 et 20.

3 F delta 2149/1284 Suites de l’accident de Lucy Fontaine (employée à la Cimade d’août 1943 à décembre 1950).

4 Au fil des jours numéros 22 (juin 1962, p. 14-15), 26 (juin 1963, p. 15-21), 27 (novembre 1963, p. 16-22) et 29 (janvier 1964, p. 14-17).

5 F delta 2149/1025-1072.

6 F delta 2149/1285.

7 F delta 2149/1115 et 1119.

8 F delta 2149/1080 et 1303.

9 F delta 2149/1300-1302.

10 F delta 2149/1304-1309.

11 F delta 2149/2423, mentions manuscrites de Maguy Pellerin qui exerça en tant qu’assistante sociale au sein du département réfugiés durant les années 1970 avant de rejoindre la section Afrique de l’OFPRA en 1983.

12 F delta 2149/1082 Divers documents d’information sur la Cimade, ses activités et ses membres (1960-1962). Véronique Laufer fut jusqu’en 1966 l’adjointe du secrétaire général Jacques Beaumont (1956-1968).

13 Slogan du cinquantième anniversaire de la Cimade (F delta 2149/1101-1105).

14 Jacques André, Madeleine Barot. Une indomptable énergie, Paris, Cerf, Genève, Labor et Fides, 1989 (disponible à la BDIC : O 210763).

15 Ka 229 (52 cassettes audio) : entretiens avec Madeleine Barot et divers témoins 1988-1989.

16 Guillemoles Alain, Domon Arlette, « Aux origines de la Cimade », in Cimade Information, numéro spécial, juillet-août-septembre 1990.

17 http://www.lacimade.org/uploads/File/70ans/brochure70ans.pdf

18 « Anciens équipiers Cimade », texte de présentation du service rédigé par ses membres en 2005 (F delta 2149/1001).

19 http://www.cimade.org/la_cimade/cimade/rubriques/4-histoire?page_id=74

20 « Services Archives – Histoire – Anciens Équipiers », in Rapport d’activités 2005 de la Cimade, p. 56-58.

21 http://70ans.lacimade.org/temoignages-audio

22 Violette Mouchon (1893-1985), secrétaire générale des Éclaireuses unionistes en 1939, fut l’un des membres fondateurs de la Cimade dont elle assura la présidence de 1941 à 1944.

23 F delta 2149/1084 Organisation de la Cimade et réflexion sur ses objectifs (1966-1971). Sur ce sujet, voir également la fiche « La Cimade, banc d’essai pour la vie en équipe », in Au service du Maître, n° 4, 1955 (F delta 2149/1082).

24 « La Cimade 1980 », texte préparé lors de la session de Saint Prix, octobre 1980 (F delta 2149/1006).

25 Pichot Patrick, « Les archives de la Cimade retrouvées » in Causes communes, n° 17, décembre 1998, p. 28-30 (http://www.cimade.org/causes_communes).

26 Terpin-Prieur Claude, «L’action de la Cimade à Brens, un camp souvent oublié », in Causes communes, n° 45, octobre-novembre 2004, p. 24-25.

27 Étudiante en histoire à la Sorbonne puis archiviste à l’École française de Rome, Madeleine Barot (1909-1995) fut, avant guerre, l’une des responsables de la Fédération des associations chrétiennes d’étudiants (la FACE, également appelée la « Fédé »). Elle occupa de 1940 à 1956 le poste de secrétaire général de la Cimade qu’elle réorganisa à la demande du pasteur Marc Bœgner pour en faire un organisme permanent.

28 Le pasteur Jacques Beaumont fut secrétaire général de la Cimade de 1956 à 1968.

29 Après avoir quitté, en 1958, la rue Blanche pour le 176 de la rue de Grenelle, le siège de la Cimade est situé depuis 2007 dans le xiiie arrondissement de Paris, au 64 de la rue Clisson (Picinbono Bernard, « De Grenelle à Clisson », in Causes Communes, n° 54, septembre 2007, p. 16).

30 F delta 2149/1981. Il ne semble pas s’agir d’un mésusage du terme puisque ce poste est clairement différencié des services animation et information. On peut supposer qu’il s’agit là d’une archiviste recrutée dans le cadre de la préparation du 40e anniversaire de la Cimade.

31 F delta 2149/1001Rapports d’activité des postes et services (1996-2000) : rapport d’activités du service (1998).

32 Seuls quatre numéros furent publiés entre 1996 et 1997.

33 Cimade textes à l’appui, Cimade Information, n° 10, octobre 1980.

34 F delta 2149/1070 Chronos du secrétariat général, lettre du 6 mars 1996.

35 http://www.generiques.org/activites-inventaires-sommaire-art.php?id=18.

36 Le terme « boîte » est ici employé par souci de clarté. Dans les faits, les documents étaient stockés dans des conditionnements pour le moins divers (boîtes à archives, classeurs, cartons, liasses...) voire à même les rayonnages dans certains cas.

37 General international standard archival description ou Norme générale et internationale de description archivistique (cf. le site du Conseil international des archives : http://www.ica.org/7103/ressources-publiques/isadgxime-ditionnormexime-ditiongnralexime-ditionetxime-ditioninternationalexime-ditiondexime-ditiondescriptionxime-ditionarchivistiquexime-ditiondeuxime-dition.html).

38 Le fonds ayant fait l’objet de plusieurs phases de traitement, certains cartons ont reçu de multiples cotes. Par souci de clarté, les anciennes cotes ont été intégrées à l’inventaire final.

39 Une croix sculptée au couteau pour l’exercice du culte protestant par un républicain espagnol détenu à Gurs et décédé au camp en 1941. On peut voir une représentation de cette croix dans un tiré à part du Christianisme au xxe siècle édité lors du 25e anniversaire de la Cimade avec la légende suivante : « À la baraque Cimade du camp de Gurs : le culte avec les détenus. Prédicateur : pasteur Charles Cadier (fin 1940 à début 1941). La croix a été faite et martelée par un Espagnol protestant mort au camp. Elle est maintenant dans la petite chapelle de la Cimade, au siège de la rue de Grenelle, à Paris, où les équipiers de Paris se retrouvent tous les jours à midi pour un court moment d’adoration et de prière. D’après un dessin fait par un interné du camp ».

40 Sorte de tableau textile. Sur ce sujet : Jacques André, Chili, un peuple brode sa vie et ses luttes, Paris, Cimade, 1977.

41 http://ymca_ucjg.paris.pagesperso-orange.fr/

42 Plusieurs notes d’information ont été diffusées à cette occasion. La première détaillait notamment la marche à suivre concernant le déménagement des dossiers en évoquant les « surprises archéologiques toujours possibles ».

43 L’emploi du terme maison renvoie ici au siège de la rue de Grenelle durant les années 1960, véritable foyer des équipiers comme en témoigne la présence d’une maîtresse de maison. Sur ce sujet : « Une nouvelle équipe à la Cimade », in Au fil des jours, n° 30, juin 1964, p. 22-23.

44 F delta 2149/1010. Citation du professeur Léon Zander lors du conseil d’administration de la Cimade du 20 octobre 1961 à l’occasion d’un débat sur les rapports de la Cimade avec la Fédération protestante de France (repris dans Au fil des jours, n° 19, novembre 1961, p. 13).

45 La Cimade à Paris xive et xve arrondissement de 1959 à 1963, brochure rédigée par les anciens équipiers et consultable au siège.

46 Au fil des jours, n° 13, octobre 1960.

47 Panorama 68, p. 3.

48 Chemin Ariane, « La Cimade, cavalerie légère du protestantisme. Une aventure quotidienne aux dimensions d’épopée. Sous le signe de la foi et de l’amour », in Réforme, n° 2326, samedi 11 novembre 1989, p. 6-7.

49 Panorama 68, p. 11.

50 « Anciens équipiers Cimade », texte de présentation du service rédigé par ses membres en 2005 (F delta 2149/1001).

51 Service de défense des étrangers reconduits. Concernant la mission de la Cimade : http://cimade-production.s3.amazonaws.com/presse_documents/contents/1552/original/DP_r_tention_150409.pdf.

52 Catalogue en ligne des archives du COE (Genève) : http://archives.oikoumene.org/query/.

53 Desportes D., Godard V., Lacousse M., Église réformée de France. Fonds 107 AS. Répertoire numérique détaillé, Paris, Archives nationales, 2004, 140 p.

54 MS. 6. 571, Fonds Suzanne de Dietrich, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

55 Varlet Virginie, « Don de documents d’une grande valeur historique à la commune : un éclairage majeur sur le Cimade et l’usine Dickson », in Le Phare dunkerquois, 10 février 2010, p. 39. Le fascicule mentionné dans cet article est disponible à la BDIC : Bonte Odette, Groupe Mémoire CIMADE, Mémoire CIMADE, Comité inter-mouvement auprès des évacués de Coudekerque-Branche : 1945-1965, Coudekerque-Branche, Mairie de Coudekerque-Branche, 1998 (O pièce 54638). Sur ce sujet, voir également http://cannes.eglisereformee-sudest.com/cannes/ete2010.pdf.

56 La SHPF apporte un éclairage complémentaire sur l’histoire de la Cimade à travers les fonds d’archives qu’elle abrite (scoutisme protestant, fonds Élisabeth Schmidt) mais aussi par le biais de plusieurs articles publiés dans le bulletin de l’association relatifs à la Seconde Guerre mondiale (140/5, 146/1 et 155/2) et à la guerre d’Algérie (150/4). La première présidente de la Cimade, Jane Pannier née Schloesing, était l’épouse de Jacques Pannier élu président de la SHPF en 1939.

57 Pour plus d’informations sur le contenu des sections : http://www.bdic.fr/pdf/journal_bdic_27.pdf (p. 4-5).

58 À partir de la fin des années 1980, la Cimade a mené un certain nombre d’actions spécifiquement tournées vers les femmes allant même jusqu’à se doter d’un service Femmes en 1990. Depuis 2004, La Cimade a ouvert, en Île-de-France, plusieurs permanences spécialisées dans l’accueil et l’accompagnement juridique des femmes étrangères victimes de violences ce qui l’a conduit à organiser, en 2010, la campagne « Ni une ni deux, mettons fin à la double violence faite aux femmes étrangères ».

59 F delta 2149/5002.

60 Article 1 des statuts de l’association (F delta 2149/1009 : Révision des statuts (1940-1990) ou http://www.cimade.org/la_cimade/cimade/rubriques/5-missions). La ligne directrice de la Cimade, exprimée au travers de ses statuts, est d’« être avec » ceux qui souffrent, de les accompagner sur le long terme et non d’opter pour un simple assistanat dans l’urgence.

Auteur

Archiviste, BDIC

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable