Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cimade et l’accueil des réfugiés

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
et al.

Introduction

Dzovinar Kévonian

Texte intégral

  • 1 Colloque tenu les 7 et 8 octobre 2010 à la CNHI et à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. (...)

1L’inventaire et la mise à disposition des chercheurs, des archives de la Cimade à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) sont à l’origine du présent ouvrage. Celui-ci rend compte des travaux réalisés au sein d’un séminaire de travail préparatoire en mai 2010 puis d’un colloque organisé à Paris en octobre 2010. La tenue de ce colloque s’inscrivait également pour la Cimade dans les manifestations organisées à l’occasion des 70 ans de l’association et rendait compte d’une volonté d’une mise en perspective historique de son action fondée sur la valorisation de ses archives. La tenue de ce colloque a été rendue possible grâce à une active et fructueuse collaboration entre la Cimade, la BDIC, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, avec le soutien des UMR IDHE et ISP1. Je remercie chaleureusement les responsables de chacune de ces institutions et organismes. Une mention particulière doit être faite du Service des archives de la BDIC, alors dirigé par Anne-Marie Blanchenay et du travail patient et méticuleux de classification archivistique effectué par Gérard Petitjean, comme de l’attention qu’il a portée durant de plusieurs mois aux demandes et questionnements des chercheurs. Nos remerciements vont également à Wanda Romanowski, chargée de communication à la BDIC, pour les relectures et le suivi des relations avec l’éditeur. Reste à mentionner la qualité des échanges qui ont animé le comité scientifique, composé de Marianne Amar, Marie-Claude BlancléardChaléard, Geneviève Dreyfus-Armand (directrice de la BDIC jusqu’en 2009 et initiatrice du projet) et de moi-même. Une dernière mention doit être faite des chercheurs, d’appartenance disciplinaire et travaillant sur des thématiques et des aires culturelles diverses, qui sont partis à la découverte de ce fonds d’archives en acceptant de mener un travail empirique souvent extensif.

  • 2 Deverine Claire, L’Exil chilien à Lyon : comités de soutien et réorganisation de la résistance, 19 (...)
  • 3 Attou Khédidja, Une lente conversion : les transformations du répertoire d’action de la Cimade Lan (...)
  • 4 Gerdes Uta, Okumenische Solidarität mit christlichen und jüdischen Verfolgten : die CIMADE in Vich (...)
  • 5 Voir la contribution de Gérard Petitjean dans le présent volume, notamment la partie concernant le (...)

2Un regard sur la bibliographie existante concernant l’histoire de la Cimade permet de constater l’absence d’une synthèse académique. Néanmoins, la production d’un certain nombre de travaux de recherche en Master a permis d’apporter des éléments de connaissance et de cadres de réflexion en termes d’histoire sociale, de sociologie des mobilisations militantes et de sociologie du droit et des organisations2. Les thèses de Khédidja Attou3 et d’Uta Gerdès4 font ainsi exception. On peut également signaler les publications de témoignages ou de récits de vie émanant des équipiers et cadres de la Cimade comme le projet actuel de procéder à une collecte de sources orales5.

  • 6 Une approche de cette évolution par la Cimade elle-même dans : Parce qu’il n’y a pas d’étranger su (...)
  • 7 Tilly Charles, La France conteste, Paris, Fayard, 1986, p. 541-542.
  • 8 Offerlé Michel, « Retour critique sur les répertoires de l’action collective (xviiie-xxe siècles)  (...)

3Le fonds désormais déposé à la BDIC est d’une très grande richesse. Il permet d’aborder de manière documentée et concrète l’histoire de l’une des principales associations françaises, le Comité inter-mouvement auprès des évacués, devenu Cimade – service œcuménique d’entraide, d’éclairer ses missions, son évolution structurelle, son positionnement au sein de l’environnement associatif et ses liens avec les interlocuteurs étatiques et les instances internationales. L’accueil des réfugiés correspond à un domaine d’action considérable de l’organisation dont les archives se font largement l’écho et sur lequel nous avons choisi de faire porter nos travaux. Officiellement fondée en avril 1940 au sein des mouvements de jeunesse protestants pour venir en aide aux populations évacuées d’Alsace-Lorraine, la Cimade oriente ses activités après la défaite vers les camps d’internement mis en place par le régime de Vichy en zone sud, tout en s’engageant progressivement vers des actions de résistance dans le contexte de la proclamation des thèses du groupe de Pomeyrol. Après 1945, ouvrant d’abord en faveur de la réconciliation franco-allemande, l’association élargit son domaine d’intervention à l’accueil des réfugiés et migrants selon des formes d’action multiformes : accueil et assistance juridique, hébergement et aide à l’insertion/formation. Celles-ci connaissent au fil des décennies de notables évolutions6. Les modifications de son répertoire d’action comme des formes et modalités de mobilisation collective sont à mettre en résonance avec une chronologie des vagues de réfugiés et une géographie des flux migratoires ; les effets d’une codification internationale du droit des réfugiés et des pratiques nationales du droit d’asile, du droit des immigrés et étrangers ; le cadre englobant des enjeux et phases de la Guerre froide, de la décolonisation puis du développement des Suds. La périodisation choisie invite enfin à mesurer la portée du tournant des années 1989-1994 dans l’application du statut des réfugiés de juillet 1951. L’action menée en faveur des réfugiés et exilés, de 1939 aux années 1980, par la Cimade a été envisagée à travers la mise en confrontation des notions d’identités, de répertoires d’action et de politique de l’asile, l’objectif étant d’articuler les formes et mutations des mobilisations militantes avec les « moyens d’agir en commun sur la base d’intérêts partagés7 », eux-mêmes produits d’une co-construction intégrant les ressources mobilisables et les contraintes situationnelles8. Les contributions présentées dans cet ouvrage s’inscrivent ainsi principalement dans trois champs thématiques : asile et immigration en France, humanitaire et mobilisations militantes et histoire des faits religieux.

  • 9 Legoux Luc, « Asile, immigration : réconcilier les droits de l’homme et ceux du citoyen », in Revu (...)
  • 10 Burgess Greg, Refuge in the Land of Liberty. France and its Refugees, from the Revolution to the E (...)
  • 11 Noiriel Gérard, La Tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe (1793-1993), Paris, Calmann-Lé (...)
  • 12 Noiriel Gérard, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001. Voi (...)
  • 13 Rygiel Philippe (dir.), numéro spécial « Réfugiés », Le Mouvement social, n° 225, octobre-décembre (...)
  • 14 On peut citer la thèse nouvellement soutenue de Karen Akoka : La Fabrique du réfugié à l’OFPRA (19 (...)
  • 15 Fuyant les dictatures militaires de Haïti (1957), du Brésil (1964), d’Uruguay, du Chili (1973) et (...)
  • 16 Paris, Publibook, rééd. 2009.
  • 17 Paris, Grasset et Fasquelle, 2005. Voir également : Burgess Greg, « demographer’s moment : Georgs (...)
  • 18 Laurens Sylvain, Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France, Pa (...)

4La question de l’asile et de l’immigration en France, du fait notamment du durcissement des pratiques de la plupart des États occidentaux, est marquée ces dernières années par une production historiographique pointant le « retournement de l’asile » et le durcissement des politiques d’accueil aux échelles nationales et européennes9. Pour la France, la parution de la récente synthèse de Greg Burgess qui couvre la période allant de 1789 à 193910 est venue compléter avec profit l’ouvrage de 1991 de Gérard Noiriel sur le droit d’asile en Europe pour la période 1793-199311, ouvrage dont les présupposés épistémologiques ont été complétés par le recueil paru en 2001 sous le titre État, nation et immigration12. Comme l’indiquait le numéro spécial de la revue Le Mouvement social consacré aux réfugiés à l’automne 2008, dirigé par Philippe Rygiel13, et notamment la synthèse de Frank Caestecker sur les réfugiés et l’État en Europe occidentale aux xixe et xxe siècles, la période qui suit la Seconde Guerre mondiale permet d’observer le retour à une porosité de la frontière entre réfugié et migrant économique dans un contexte de reconstruction et de croissance économique. Mais en même temps, la France applique à minima la convention de 1951. Elle impose un contrôle total de sa politique d’accueil et d’immigration avec la création de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides chargée de délivrer la qualité de réfugié, une limitation à l’Europe et aux réfugiés de la guerre. Il faut attendre 1967 et le protocole de Bellagio pour que ces deux limitations soient levées14. La ratification en 1971 par la France de ce protocole est un tournant pour la Cimade : elle ouvre une période spécifique durant laquelle l’accueil des réfugiés extra-européens15 devient une part importante de son action. Cela modifie les équilibres internes existants, notamment le rapport avec les actions menées en faveur des populations immigrées qui avaient débuté dès le milieu des années 1950 (en 1974, le gouvernement restreint la politique d’immigration du travail). L’action de la Cimade en faveur des réfugiés est également éclairée par les productions récentes en histoire et sociologie de l’immigration, notamment celles qui abordent les politiques publiques : l’ouvrage Le Bon grain de l’ivraie : la sélection des migrants en Occident pour la période 1880-1939 dirigé par Philippe Rygiel16, les travaux d’Alexis Spire, notamment sa thèse de sociologie parue en 2005, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945- 1975)17, la thèse de Sylvain Laurens parue en 2009, sur les hauts fonctionnaires et l’immigration en France, qui conjugue socio-histoire de l’État, sociologie de l’immigration et sociologie des élites18. Et j’y ajouterai, dans le champ de l’histoire de l’immigration, les travaux plus spécifiques menés par un certain nombre des contributeurs : Marie-Claude Blanc-Chaléard, Geneviève Dreyfus-Armand et Marie-Christine Volovitch-Tavares. La troisième période, celle que l’on qualifie communément de « crise de l’asile », renoue, du fait de la crise économique, avec le raidissement catégoriel migrants/réfugiés qui affecte en retour les organisations caritatives notamment dans leur approche globale de l’accueil, comme de la prégnance croissante des considérations juridiques, ce qui est le cas pour la Cimade.

  • 19 Ryfman Philippe, Une histoire de l’humanitaire, Paris, La Découverte, 2008. Également : Barnett Mi (...)
  • 20 Marcos Claire, La Professionnalisation du militantisme associatif : l’exemple de la CIMADE, servic (...)
  • 21 Marcy Jean-Philippe, « L’aide aux internés : la Cimade au camp du Larzac (1959-1961) », Branche Ra (...)
  • 22 Van den Dungen Peter, Wittner Lawrence S.,“Peace history : An Introduction”, in Journal of Peace R (...)
  • 23 Frank Robert (dir.), Pour l’histoire des relations internationales, Paris, PUF, 2012. Voir notamme (...)

5Un second champ dans lequel s’intègre ce colloque est celui de l’humanitaire et des mobilisations militantes, dont les scansions chronologiques recoupent, sans toutefois s’y confondre, celles de la question de l’asile politique comme le montrent les travaux de Philippe Ryfman19. Les années 1939-1945 suscitent une augmentation exponentielle du nombre d’organisations d’assistance privée comme publique notamment dans les pays anglo-saxons (CARE, OXFAM), où les ONG confessionnelles et privées ont une présence notable. La mouvance idéologique du tiers-mondisme politique est la seconde matrice d’engagements humanitaires parallèlement au mouvement d’accession à l’indépendance des peuples colonisés, dominée par la problématique du développement. Le tournant en matière humanitaire est cette fois l’année 1968, marquée par la problématique du « sans-frontiérisme » : médiatisation, prise de parole publique (importance du témoignage), sacralisation du terrain, prééminence de l’action opérationnelle. Les évolutions propres à ce champ offrent donc un cadre problématique utile pour l’histoire de la Cimade comme matrice d’engagement initial émanant des mouvements de jeunesse protestants, par les effets ou interactions avec la réorientation des engagements humanitaires des années 1970, ou encore l’influence des nouveaux modes de gestion managériale pour les années 198020. Cette chronologie ne doit cependant pas constituer une référence rigide. Ainsi, l’expérience spécifique de la Cimade pendant la guerre d’Algérie (à partir notamment de 1958)21 ou les filières d’évasion mises en place en faveur des étudiants africains du Portugal vers la France en 1961 ont probablement à la fois réactivé la problématique de la période du régime nazi puis de Vichy sur les conditions du rapport à l’État (rapport entre légitimité et légalité) mais également participé à la genèse et à la maturation du sans-frontiérisme dans les années suivantes. Ceci amène à souligner l’importance des interactions entre les actions menées par la Cimade et la problématique des mobilisations de guerre et de paix : témoigner, résister, agir dans l’urgence et dans l’impératif de l’action. En effet, l’action en faveur des réfugiés et exilés comme l’action humanitaire s’inscrivent dans la filiation de mobilisations inséparables de l’histoire des conflits armés, qui ont, à partir des années 1870 jusqu’aux guerres de libération nationale, concouru à l’émergence d’une nébuleuse associative revendiquant son autonomie et ses valeurs propres dans le champ social et politique. Il peut être tout aussi utile, dans le cas de la Cimade (pour les années 1945-1950 ou les années 1970), de mettre ces actions en perspective des travaux conduits dans le cadre des Peace Studies, notamment ceux menés par Peter Van den Dungen, sur les réseaux et milieux pacifistes confessionnels ou laïques22. Dans le domaine de l’histoire des relations internationales, l’importance accordée ces dernières années aux phénomènes transnationaux dans les domaines économiques, juridiques ou philanthropiques, comme au sein des mouvements européistes ou fédéralistes met à jour les modalités par lesquelles individus ou groupements collectifs jouent de leurs appartenances à des champs sociaux multiples, en articulant identités nationales et investissements dans l’espace international23.

  • 24 Dauvin Pascal, Siméant Johanna & C.A.H.I.E.R., Le Travail humanitaire. Les acteurs des ONG, du siè (...)
  • 25 Le Travail bénévole : Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, 2010.

6La question de l’action humanitaire et de l’engagement militant connaît, enfin, un renouvellement significatif grâce aux travaux de la sociologie politique et de l’histoire sociale. Le constat initial est que l’engagement humanitaire apparaît, depuis la fin de la guerre froide, comme l’un des principaux prismes au travers desquels les sociétés occidentales appréhendent le reste du monde. Avec la crise des modèles nationaux et des Étatsprovidence face aux phénomènes de globalisation et de mondialisation, les paradigmes de la question sociale se sont transformés, dans un contexte de crise du champ politique. Les sciences sociales se penchant sur la manière de concevoir une gouvernance mondiale dont l’une des conséquences serait la transformation de la vieille question sociale en « question humanitaire ». L’ouvrage de Pascal Dauvin et Johanna Siméant, Le Travail humanitaire, comme celui dirigé par Annie Collovald, L’Humanitaire ou le management des dévouements, parus en 2002, ont ainsi apporté des éléments de réflexion sur le renouvellement du militantisme, les préoccupations managériales, les carrières professionnelles et militantes, les conditions et les formes de l’action. Ces thématiques constituent aujourd’hui un champ de recherche dynamique, comme en atteste le numéro spécial du Mouvement social sur L’Humanitaire aux xixe et xxie siècles paru en 2009, sous la direction d’Axelle Brodiez et Bruno Dumons24, ou les travaux sociologiques menées par Maud Simonet sur le monde associatif, notamment la pratique bénévole et l’expertise25.

  • 26 Bueltzingbloewen Isabelle von, Pelletier Denis (dir.), La Charité en pratique. Chrétiens français (...)
  • 27 Siméant Johanna, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françai (...)
  • 28 Une bibliographie abondante sur l’histoire du protestantisme aux xixe et xxe siècle. Voir les réfé (...)
  • 29 Parmi ses nombreux travaux, les publications récentes concernant le pasteur Jacques Martin (« Le P (...)
  • 30 Une vaste bibliographie qui couvre du christianisme social, l’histoire du protestantisme, de la la (...)
  • 31 Fuchs Julien, « Les Mouvements de jeunesse protestants en Alsace de 1918 à 1970 », in Bulletin de (...)
  • 32 Baubérot Arnaud, L’Invention du scoutisme chrétien : les Éclaireurs unionistes de 1911 à 1921, Par (...)
  • 33 Gilson Martha, Histoire de l’entraide protestante : de l’œuvre charitable à l’association caritati (...)
  • 34 Bastian Jean-Pierre, Champion Françoise, Rousselet Kathy (dir.), La Globalisation du religieux, Co (...)

7Le dernier champ concerne l’histoire et la sociologie des faits religieux. L’histoire de l’action sociale et de l’action humanitaire a largement été façonnée en Europe occidentale par la pensée chrétienne, de la solidarité nationale en faveur des plus démunis au xixe siècle jusqu’à l’humanitaire international de développement cent ans plus tard26. Le phénomène humanitaire moderne confirme cette vitalité du religieux, dans les ONG qui s’en réclament, mais aussi à travers la place qu’il tient dans les motivations des volontaires travaillant dans des organisations pourtant sans lien avec des groupes religieux. Comme l’écrit Johanna Siméant, le caractère non-confessionnel d’une « œuvre » ne dit rien des « investissements religieux individuels qui peuvent s’y déployer27 ». La foi, exprimée sous la forme d’une pratique positive de solidarité et de don de soi est aussi forme d’engagement dans la cité. Ceci induit une réflexion plus générale sur les modes de l’engagement, la définition de l’action politique, les identités d’appartenance des milieux associatifs confessionnels oscillant entre caritatif et humanitaire, ou les associant, sur un terrain national ou international. En ce qui concerne spécifiquement la Cimade, il est important de rappeler ici le colloque de 1992, publié sous la direction d’André Encrevé et Jacques Pujol : Les Protestants français pendant la Seconde Guerre mondiale et plus largement les nombreux travaux d’André Encrevé28, Patrick Cabanel29 et Jean Baubérot30 ou encore ceux de Julien Fuchs31, Arnaud Baubérot32 et Martha Gilson33 sur les organisations de jeunesse ou l’action caritative, qui permettent de replacer la Cimade dans l’histoire plus générale du protestantisme français. Le domaine de la sociologie des religions, a été marqué par de nombreuses productions récentes qui articulent les problématiques de la globalisation avec les renouvellements contemporains des croyances et mobilisations sociales à différentes échelles34. Ces travaux dont rend compte le numéro de la Revue internationale de politique comparée paru en 2009 consacré à la mondialisation du champ religieux, peuvent enrichir avec profit les travaux historiques sur le cas propre de la Cimade, notamment l’importance des réseaux transnationaux de la nébuleuse protestante et du mouvement ocuménique et leur articulation avec l’engagement à l’échelle nationale, la mobilisation des opinions ou des ressources.

8Les contributions rassemblées dans cet ouvrage collectif consacré à « La Cimade et les réfugiés : identités, répertoires d’action et politique de l’asile » sont introduites par une présentation du fonds d’archives désormais déposé à la BDIC et de ses contraintes de classification (Gérard Petitjean), et par une mise en contexte, qui replace l’histoire de cette association dans l’histoire plus générale du protestantisme français, des mouvements de jeunesse et du mouvement ocuménique (André Encrevé). Les premiers temps de la vie de l’association, notamment son action dans les camps d’internement de réfugiés et étrangers pendant la Seconde Guerre mondiale, permettent d’analyser cette période matricielle dans la construction de l’identité de la Cimade. On peut ainsi observer la diversité des modes d’intervention, le passage à l’action résistante et clandestine après 1942 en faveur des internés juifs dans les camps français (Geneviève DreyfusArmand) et l’exemple plus précis des actions menées au sein du camp de Rivesaltes (Anne Boitel). Ces études peuvent être mises en résonance avec le témoignage de Jacques Maury, ancien équipier, président d’honneur de la Cimade, lors des 70 ans de l’association à Gurs en janvier 2010 (voir la partie « témoignages »). Les dimensions spatiales de représentation et d’action de la Cimade dans les années d’après-guerre sont analysées à travers deux études de cas. La première pose les jalons d’une « géographie » de la Cimade et de la place qu’y occupe l’Europe centrale, à la fois reconnue par les liens noués avec l’orthodoxie et marginalisée tant par les contacts vécus par les équipiers que par les contraintes de représentations et de catégorisations héritées de l’entre-deux-guerres (Paul Gradvohl). La seconde analyse les processus de légitimation par l’investissement dans l’espace international par lequel la Cimade va pouvoir pérenniser son action après 1945 dans un contexte d’institutionnalisation du mouvement ocuménique (Dzovinar Kévonian). Quatre études de cas permettent d’analyser de manière plus située l’action de la Cimade des années 1950 aux années 1970 au profit des réfugiés portugais, grecs, indochinois puis en provenance du Chili (Victor Péreira, Vasiliki Kilekli, Hugues Tertrais et Marie-Christine Volovitch-Tavarès). Outre la diversité des types d’intervention, des contraintes spécifiques qui pèsent sur l’accueil de ces réfugiés et des formes de mobilisation qu’elles impliquent, ces contributions éclairent avec profit les mutations internes de l’association (transformation des militants, recomposition des idéologies). L’articulation entre les causes que la Cimade s’attache à défendre et la composition de ses cadres est illustrée à travers l’exemple des objecteurs de conscience (Tramor Quemeneur), et plus largement à travers deux contributions de mise en perspective. La première permet de diviser les décennies étudiées en trois périodes à partir d’une réflexion sur les substrats idéologiques de l’humanitaire, notamment les liens existants entre matrice confessionnelle protestante et discours politique, tout en pointant l’importance d’une identité protestataire au-delà de ces inflexions (Axelle Brodiez). La seconde montre comment, à partir d’une confrontation à l’histoire politique de l’immigration, les « causes » et les « mots » de la Cimade ont changé entre la fin des années 1960 et les années 1990 (MarieClaude Blanc-Chaléard). Le lecteur trouvera en écho à ces analyses articulant moyenne et longue durée, le témoignage de Geneviève Jacques, ancienne secrétaire générale de la Cimade (voir la partie « témoignages »). Il nous reste à remercier les auteurs qui ont contribué à la réalisation de cet ouvrage collectif ainsi que la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine pour le soutien apporté à sa publication.

Notes

1 Colloque tenu les 7 et 8 octobre 2010 à la CNHI et à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Nous adressons nos remerciements aux présidents et discutants des séances du colloque : Michel Dreyfus, André Encrevé, Robert Frank, Natacha Lillo, Philippe Ryfman, Philippe Rygiel et Maud Simonet.

2 Deverine Claire, L’Exil chilien à Lyon : comités de soutien et réorganisation de la résistance, 1973-1981, Mémoire de maîtrise, Université Lyon-II, 1999, dactyl. ; Drahy Jérome, Le Droit contre l’Etat : droit et défense associative des étrangers, l’exemple de la CIMADE, Paris, L’Harmattan, 2004 (texte remanié d’un Mémoire de DEA en sociologie du droit, Paris-II, 2003) ; Goldman Laurence, La Cimade et l’aide aux Juifs, 1940-1944, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université Paris-1, 1991, dactyl. ; Jaradé Thibault-Youssef, La Cimade et le champ politique : du dépassement de la logique caritative à l’institutionnalisation, Grenoble, Mémoire, IEP, 2002, dactyl. ; Lacoste Graciela, La Solidarité aux réfugiés politiques chiliens : la mobilisation des ONG, des syndicats et des municipalités, 1973-1984, Mémoire de maîtrise, Université Paris-I, 1999, dactyl. ; Marcos Claire, La Professionnalisation du militantisme associatif : l’exemple de la CIMADE, service oecuménique d’entraide, Mémoire de DEA, Université Paris-I, 2003, dactyl. ; Razon Boris, De la résistance spirituelle à l’engagement : le Comité Inter-Mouvement auprès des évacués (CIMADE), face à la Seconde Guerre mondiale en France, Mémoire de maitrise, Université Paris-I, 1998, dactyl. ; Siméon Frédéric, La Cimade et l’Amérique latine, Mémoire de maîtrise, Université Paris-I, 1998, dactyl.

3 Attou Khédidja, Une lente conversion : les transformations du répertoire d’action de la Cimade Languedoc-Roussillon (1989-1999), Thèse de droit, Université de Montpellier I, dir. M. Miaille, 2007, dactyl.

4 Gerdes Uta, Okumenische Solidarität mit christlichen und jüdischen Verfolgten : die CIMADE in Vichy-Frankreich 1940-1944, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2005. Voir également une autre thèse récente qui aborde la question de l’engagement des femmes et en partie de la Cimade : List Corinna von, Frauen in der Résistance, 1940-1944, Paderborn, F. Schöningh, 2010 (texte remanié d’une thèse de doctorat de l’Université de Potsdam ; parution en français en 2012 chez Alma Editeur).

5 Voir la contribution de Gérard Petitjean dans le présent volume, notamment la partie concernant le renouveau commémoratif au sein de la Cimade et la naissance du service des anciens équipiers. Voir aussi : Alexis-Monet Laurette, Les Miradors de Vichy, Paris, Ed. de Paris, 2001 (1re éd. 1994) ; Les Clandestins de Dieu. Cimade 1939-1945. Textes rassemblés par Jeanne Merle d’Aubigné et Violette Mouchon, mis en ordre par Émile C. Fabre, Genève, Labor et Fides, 1989 (1re éd. : Paris, Fayard, 1968) ; Jacques André, Madeleine Barot. Une indomptable énergie, Paris, Genève, Cerf, Labor et Fidès, 1989 (basée sur une série d’entretiens)

6 Une approche de cette évolution par la Cimade elle-même dans : Parce qu’il n’y a pas d’étranger sur cette terre : 1939-2009, une histoire de la Cimade, Paris, Cimade, 2009. Voir également, Petitjean Gérard, Mourenas Amandine, « La Cimade, un idéal de solidarité active : entre permanence et mutations », Matériaux pour l’histoire de notre temps, BDIC, n° 95, 2009/3, p. 82-89.

7 Tilly Charles, La France conteste, Paris, Fayard, 1986, p. 541-542.

8 Offerlé Michel, « Retour critique sur les répertoires de l’action collective (xviiie-xxe siècles) », in Politix, n° 81, 2008/1, p. 183. Voir également : Cohen Antonin, Lacroix Bernard, Rieutort Philippe, Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, 2009, p. 495-548.

9 Legoux Luc, « Asile, immigration : réconcilier les droits de l’homme et ceux du citoyen », in Revue européenne des migrations internationales, 2006/2, vol. 22, p. 95-103 ; Valluy Jérome, « Du retournement de l’asile (1948-2008) à la xénophobie de gouvernement : construction d’un objet d’étude », in Cultures et Conflits, 2008/1, n° 69, p. 81-111 ; Valluy Jérome, Rejet des exilés : le grand retournement du droit de l’asile, Bellecombe-en-Bauges, Éd. du Croquant, 2009. Voir également : Monforte Pierre, « Le Secteur associatif face aux politiques européennes d’immigration et d’asile. Quels acteurs pour quelle européanisation ? », in Politique européenne, n° 31, 2010/2, p. 119-145 ; Halluin-Mabillot Estelle d’, Les Épreuves de l’asile. Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon, Paris, EHESS, 2012.

10 Burgess Greg, Refuge in the Land of Liberty. France and its Refugees, from the Revolution to the End of Asylum, 1789-1939, Basinkgstoke-New York, Palgrave Macmillan, 2008.

11 Noiriel Gérard, La Tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe (1793-1993), Paris, Calmann-Lévy, 1991, rééd. Paris, Hachette, 1999.

12 Noiriel Gérard, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001. Voir notamment le chapitre xi : « Représentation nationale et catégories sociales. L’exemple des réfugiés politiques », p. 259-287.

13 Rygiel Philippe (dir.), numéro spécial « Réfugiés », Le Mouvement social, n° 225, octobre-décembre 2008.

14 On peut citer la thèse nouvellement soutenue de Karen Akoka : La Fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) : du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile, Thèse de sociologie, Université de Poitiers, sous la direction d’Alain Tarrius et Patrick Weil, 2012, dactyl.

15 Fuyant les dictatures militaires de Haïti (1957), du Brésil (1964), d’Uruguay, du Chili (1973) et d’Argentine. À partir de 1975, exode des réfugiés du Vietnam, du Cambodge et du Laos.

16 Paris, Publibook, rééd. 2009.

17 Paris, Grasset et Fasquelle, 2005. Voir également : Burgess Greg, « demographer’s moment : Georgs Mauco, immigration and racial selection in liberation France, 1945-1946 », in French history and civilization, vol. 4, 2011, p. 167-177.

18 Laurens Sylvain, Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France, Paris, Belin, 2009.

19 Ryfman Philippe, Une histoire de l’humanitaire, Paris, La Découverte, 2008. Également : Barnett Michael, Empire of humanity : a history of humanitarianism, Ithaca, Cornell University Press, 2011.

20 Marcos Claire, La Professionnalisation du militantisme associatif : l’exemple de la CIMADE, service oecuménique d’entraide, op. cit.

21 Marcy Jean-Philippe, « L’aide aux internés : la Cimade au camp du Larzac (1959-1961) », Branche Raphaëlle, Thénault Sylvie (dir.), La France en guerre, 1954-1962. Expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Autrement, 2008, p. 380-389.

22 Van den Dungen Peter, Wittner Lawrence S.,“Peace history : An Introduction”, in Journal of Peace Research, vol. 40, n° 4, juillet 2003, p. 363-375. Cabanel Patrick, « Les Courants pacifistes dans le protestantisme français, 1860-1944 », Cahn Jean-Paul, Knopper Françoise, Saint-Gille Anne-Marie, De la guerre juste à la paix juste : aspects confessionnels de la construction de la paix dans l’espace franco-allemand, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 161 et suivantes.

23 Frank Robert (dir.), Pour l’histoire des relations internationales, Paris, PUF, 2012. Voir notamment le chapitre XI (Pierre Grosser, « L’histoire des relations internationales à l’épreuve des interactions transnationales »).

24 Dauvin Pascal, Siméant Johanna & C.A.H.I.E.R., Le Travail humanitaire. Les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris, Presses de Sciences Po, 2002 ; Collovald Annie (dir.), L’Humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde, PUR, 2002. Le Mouvement social, numéro spécial « L’Humanitaire, xixe et xxie siècles », n° 227, avril-juin 2009, p. 85-100. Une approche ethnographique avec le recueil d’articles de Didier Fassin, La Raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent, Paris, Gallimard/Seuil, 2010.

25 Le Travail bénévole : Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, 2010.

26 Bueltzingbloewen Isabelle von, Pelletier Denis (dir.), La Charité en pratique. Chrétiens français et allemands sur le terrain social, 19è-20è siècle, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1999 ; Vincent Gilbert, La Place des œuvres et des acteurs religieux dans les dispositifs de protection sociale. De la charité à la solidarité, Paris, L’Harmattan, 1997 ; Pelletier Denis, Schlegel Jean-Louis (dir), À la gauche du Christ : les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 2012 ; Turner Bryan, Religion and Modern Society : citizenship, secularisation and the state, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

27 Siméant Johanna, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises », in Le Mouvement social, numéro spécial « L’Humanitaire : xixe-xxie siècles », op. cit., p. 101-122.

28 Une bibliographie abondante sur l’histoire du protestantisme aux xixe et xxe siècle. Voir les références en note de sa contribution dans le présent volume.

29 Parmi ses nombreux travaux, les publications récentes concernant le pasteur Jacques Martin (« Le Pasteur Jacques Martin, de l’objection de conscience à la résistance spirituelle à l’antisémitisme », in Archives juives, 2007/1, vol. 40, p. 78-99), le pasteur Marc Boegner (« Le Pasteur Marc Boegner à l’assemblée du Désert, 6 septembre 1942 », in Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, tome 156, octobre-décembre 2010, p. 545-567), la mémoire camisarde (« La Guerre des camisards entre histoire et mémoire : la perpétuelle réinvention du témoignage », in Dix-huitième siècle, n° 39-1, 2007, p. 211-227). Également : Histoire des Justes en France, Paris, Armand Colin, 2012.

30 Une vaste bibliographie qui couvre du christianisme social, l’histoire du protestantisme, de la laïcité française et des laïcités dans le monde.

31 Fuchs Julien, « Les Mouvements de jeunesse protestants en Alsace de 1918 à 1970 », in Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, tome 156, octobre-novembre 2010, p. 570-591 ; Fuchs Julien, Toujours prêts ! Scoutismes et mouvements de jeunesse en Alsace, 1918-1970, Strasbourg, La Nuée bleue, 2007 (ouvrage issue de sa thèse de doctorat).

32 Baubérot Arnaud, L’Invention du scoutisme chrétien : les Éclaireurs unionistes de 1911 à 1921, Paris, Les Bergers et les mages, 1997 ; Baubérot Arnaud, « L’Invention d’un scoutisme d’inspiration protestante : les Éclaireurs unionistes et les Unions chrétiennes de jeunes gens », in Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, tome 143, juillet-septembre 1997, p. 371-437 ; Baubérot Arnaud, Duval Nathalie (dir.), Le Scoutisme entre guerre et paix au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2006. Sur les unions chrétiennes de jeunes gens, voir également l’ouvrage du pasteur Bernard Charles, cadre régional et national au sein des UCJG : Les Unions chrétiennes de Jeunes Gens, UCJG-YMCA, 1855-2005 : un mouvement de jeunesse d’inspiration protestante, de pratique laïque et de visée ocuménique, Lyon, Éd. Olivétan, 2009.

33 Gilson Martha, Histoire de l’entraide protestante : de l’œuvre charitable à l’association caritative, Mémoire de Master, Université de Lyon 2, 2009, dactyl. ; Gilson Matha, « Une minorité en action : la charité protestante en France, xixe -xxe siècles », in Le Mouvement social, n° 234, 2011/1, p. 63-82.

34 Bastian Jean-Pierre, Champion Françoise, Rousselet Kathy (dir.), La Globalisation du religieux, Colloque de l’Association française de sciences sociales des religions (2000), Paris, L’Harmattan, 2001 ; Duriez Bruno, Mabille François, Rousselet Kathy (dir.), Les ONG confessionnelles. Religions et action internationale, Paris, L’Harmattan, 2007 ; Bentham Jonathan, Returning to Religion. Why a Secular Age is Haunted by Faith, Londres, Tauris, 2008 ; Rigal-Cellard Bernadette (dir.), Religions et mondialisation. Exils, expansions, résistances, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2009 ; Revue internationale de politique comparée, « La Mondialisation du champ religieux : nouveaux acteurs et nouveaux enjeux », vol. 16, 2009/1, dossier coordonné par Raphaël Liogier et Hélène Legeay.

Auteur

Institut des sciences sociales du politique Université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable