Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Résumés / Abstracts

Texte intégral

Tahar Bekri : « Exil, exils » parcours et témoignage d’écriture suivi de lectures

1Depuis plus de trente ans, la thématique de l’exil et de l’errance est au centre de mon écriture poétique comme dans le domaine de la réflexion littéraire, pour des raisons personnelles et intellectuelles. Thème majeur de la littérature universelle, il mérite pourtant d’être précisé, tant il est devenu galvaudé, simplifié à outrance. L’exigence d’un pluriel dans le titre tente de clarifier les chemins sinueux d’un parcours d’écriture, les différences de situations réelles ou imaginaires. Subi ou recherché, l’exil est-il salutaire à la littérature ?

Exile, exiles

2For more than thirty years the theme of exile has lain at the core of all I write, for intellectual as well as personal reasons. One needs to say precisely what the word exile or rather exiles represents because nowadays it is so used in all kinds of contexts. Whether it is something one is forced to bear or the object of a quest, one wonders about the relationship between exile and literature.

Ibrahim Kanouté & Stefan Le Courant : Écrire à deux une vie de sans-papiers

3Ibrahim Kanouté avait depuis quelques années le projet de raconter sa vie de sans-papier en France quand nous nous sommes rencontrés dans le cadre de mes recherches de thèse. Notre collaboration dans l’écriture a commencé au lendemain de la régularisation de sa situation administrative en France. Dans ce récit, il s’agit de suivre Ibrahim depuis son pays d’origine, le Mali, pour explorer toute la complexité de ce parcours et éviter la vision réductrice du sans-papier perçu uniquement sous l’angle de son irrégularité. Ce récit rendra également compte de dix ans d’un quotidien hanté par la peur de l’arrestation policière et de l’expulsion.

4Notre présentation lors de ce colloque nous permettra d’exposer et d’interroger les motivations d’une telle entreprise et de faire part des difficultés rencontrées tout au long de ce projet en cours : pour qui écrivons-nous ? Que dire, que taire ? Quel est le rôle de chacun dans ce travail à deux ?

When it takes two to write about the life of an undocumented worker.

5Ibrahim Kanouté had already the project of writing his life when we met in the context of my PhD fieldwork. Our collaboration in this writing started just after his legal situation in France had been solved. This narrative follows Ibrahim from his country, Mali, to France, exploring the complexity of his trajectory, trying to avoid the narrow view of undocumented aliens reduced to their illegality. This narrative will describe his everyday life characterized by the fear of arrest by the police and deportation to his home country.

6The aim of our paper is to examine the goals and difficulties of this project : For whom are we writing ? What can be said, what should remain unsaid ? What is the role of each one of us ?

Maxime Decout : Les écrivains d’origine juive : des poétiques nomades pour une origine réappropriée

7L’écrivain d’origine juive est souvent un écrivain exilé. Mais chez lui cet exil recouvre de surcroît la valeur paradoxale d’un lien à l’origine. Alors que, comme le note Daniel Sibony, l’origine juive est une « origine trouée », l’errance et l’exil semblent avoir la force d’un lien qui se constitue dans et par la lacune. Rejouant en effet l’expérience millénaire du nomadisme des hébreux, l’errance chez le personnage juif acquiert le statut d’une expérience existentielle et métaphysique définitoire de l’être. C’est pourquoi, que ce soit chez Albert Cohen, Edmond Jabès, Romain Gary, Patrick Modiano, Schwarz-Bart ou Perec, les textes déploient un ensemble varié d’écritures qui mettent en place de véritables poétiques nomades. Le romanesque propre au personnage juif ne peut ainsi s’accommoder des modèles de la littérature de voyage et de sa collecte d’impressions et de « tranches de vie ». Que ce soit à travers une écriture refusant les enracinements dans les cadres contraints de la syntaxe pour ce que Barthes nomme des « événements-mots » chez Perec, Jabès ou Cohen, ou à travers le refus de l’ordre du continu propre au récit, déployant ainsi contre tout ce qui est sédentarisé et sédentarisant, la structure déstructurante d’une « Nomadologie » formelle et scripturaire, ou que ce soit à travers l’onirisme délibéré qui fait fi de la géographie que l’on trouve dans La Place de l’étoile, La Danse de Gengis Cohn ou Le Dernier des justes, les poétiques nomades engendrent un déracinement nécessaire qui est seul à même de devenir une forme d’enracinement.

Jewish writers : reappropriating one’s origins through nomadic poetics

8Writers of Jewish extraction are often writers in exile. But this exile becomes a way of keeping in touch with one’s origins. Being of Jewish extraction entails an essential lack, as Daniel Sibony pointed out, but wandering and exile turn into a link woven into, and constituted through, this essential lack. The wandering Jew is a character whose experience is akin to the age-old experience of the Hebrews, whose quest turns into a selfdefining metaphysical and existential ordeal. Texts by Albert Cohen, Edmond Jabès, Romain Gary, Patrick Modiano, Schwarz-Bart and Perec therefore all display various narrative strategies that can be defined as nomadic poetics. Indeed, the depiction of Jewish characters requires another kind of literary model than that of travel literature, with its impressionistic collages. Nomadic poetics can take various forms : the refusal to be rooted through the refusal of syntactical constraints with what Barthes called wordsevents in Perec’s works as well as Jabès’s and Cohen’s, or the refusal of narrative continuity. But all these work share a desire to go against anything settled or anything that might lead to being settled which manifests itself in the destructuring structure of a formal and narrative Nomadology, or else, in the deliberate onirism that flouts the laws of geography in La Place de l’étoile, La Danse de Gengis Cohn or Le Dernier des justes. Nomadic poetics thus creates the necessary unrooting that alone can lead to being rooted.

Emily Eells : Les belles rebelles : comment traduire les mots anglais de Proust ?

9Cet article examine comment les traductions anglaises d’À la recherche du temps perdu négocient les mots anglais qui y sont inscrits et qui (pour paraphraser Proust) participent de la’langue étrangère que l’auteur a taillée dans sa propre langue.’Cet article analyse les stratégies d’équivalence, de déplacement et de compensation mises en place dans la première traduction de Proust (Scott Moncrieff, à partir de 1922), revue successivement par Kilmartin et D. J. Enright, et plus particulièrement dans la traduction la plus récente à plusieurs voix éditée par Prendergast (2002) pour recréer l’effet de « l’épreuve de l’étranger » (Berman) empreinte dans le texte de Proust.

The “belles rebelles”: translating Proust’s English into English.

10This article studies how the English translations of Proust’s novel negotiate the English words inscribed in the text which, to paraphrase Proust, are the product to the author’s forging of a foreign language within his native language. It analyses the text of Proust’s first English translator (Scott Moncrieff, published from 1922 onwards), which was revised successively by Kilmartin and D. J. Enright, as well as the most recent, plurivocal translation edited by Prendergast in 2002, in order to show how the strategies of equivalence, displacement and compensation are deployed to create the effect of’experiencing the foreign’(Berman) which partakes in the experience of reading Proust in the original.

Cécilia W. Francis : Entre migrance et écriture. Des voix comparées de la diaspora franco-arabe au féminin

11Partant d’une perspective comparative d’inspiration socio-discursive, nous proposons d’aborder l’interface littéraire de la problématique de la reconstruction identitaire engageant des productions d’auteures associées à la diaspora franco-arabe. Une étude de deux auteures migrantes de la première génération, respectivement Leïla Sebbar (France), identifiée à la déterritorialisation maghrébine des années cinquante et Mona Latif Ghattas (Québec), associée aux bouleversements exiliques du Machreck des années soixante, aura pour objectif d’éclairer diverses spécificités discursives qui renvoient au déracinement du sujet féminin (exil, deuil, traumatisme, nostalgie, filiation fragilisée). Des éléments de comparaison renverront également aux phénomènes stylistiques d’hybridité reflétant la transhumance au plan textuel (oralité, intertextualité, diglossie, traduction). Afin de saisir la complexité des enjeux psycho-cognitifs propres à la migrance au féminin, nous explorerons en parallèle l’apport des épistémologies qui remettent en cause des approches binaires de l’identitaire chez l’exilée, à l’instar de Bhabha (tiers espace), de Glissant (créolité, diversité, relation), de Lionnet (post-nationalité, dynamiques transversales entre cultures minoritaires), d’Amselle (hétérogénéité inhérente, branchements et syncrétisme culturel) et de Bouraoui (transpoétique, écriture interstitielle). À l’égard de nos auteures, nous nous pencherons sur un choix judicieux d’écrits où les problématiques de l’arrachement, de la mémoire et de la reconfiguration identitaire sont prédominantes. Chez Sebbar, il s’agit d’un corpus qui fait coexister récit autobiographique (Je ne parle pas la langue de mon père, 2003) et mémoire collective à reconquérir (La Seine était rouge, 1999 et Mes Algéries en France, 2004). Chez Latif Ghattas, l’écri- ture réparatrice adopte des formulations autobiofictives (Nicolas, le fils du Nil, [1985], 1999 et Quarante voiles pour un exil, 1986) et fictives, axées sur la condition de l’apatride (Le Double Conte de l’exil, 1990). Dans la conclusion, nous aborderons les contributions d’ordre éthique et institutionnel de nos auteures à la problématique de la migrance et reviendrons sur des transferts de connaissance potentiels auxquels peut mener une étude comparée des diasporas franco-arabes au féminin.

Between Migration and Writing. Comparing Female Voices from the Franco-Arabic Diaspora

12In this comparative sociodiscursive study, we will examine literary interfaces of identity reconstruction focusing on female authors belonging to the FrancoArabic diaspora. Examining the works by two first-generation immigrant authors, Leïla Sebbar (France), connected to Maghrebian deterritorialization in the 1950s and Mona Latif Ghattas (Quebec), associated with Machreck forced exiles in the 1960s, we will highlight discursive characteristics of female uprootedness (exile, mourning, trauma, nostalgia, erosion of family ties). Comparative elements will also include consideration of hybrid identity as reflected on a textual level (orality, intertexuality, diglotism, translation). In an effort to probe the psychological complexities of female migration, our paper will also discuss epistemologies that challenge binary approaches to the study of exiled writers’identity (re) constructions, as illustrated by Bhabha (third space), Glissant (creolity, diversity, relation), Lionnet (postlismnationalism, cultural minority transversal dynamics), Amselle (heterogeneity, cultural interconnectedness and synchronisms) and Bouraoui (transpoetics, interstitial writing). With respect to our writers, we will examine prose in which the issues of dislocation, memory and identity reconfigurations are predominant. Sebbar’s opus offers a combination of autobiographical writings (Je ne parle pas la langue de mon père, 2003) and commemorative works (La Seine était rouge, 1999 et Mes Algéries en France, 2004). As for Latif Ghattas, her compensatory writing adopts autobiofictive forms (Nicolas, le fils du Nil, [1985], 1999 et Quarante voiles pour un exil, 1986) and fiction exploring statelessness (Le Double Conte de l’exil, 1990). In our conclusion, we will synthesize Sebbar’s and Latif Ghattas’contributions, both ethical and institutional, to migrant writing and discuss potential areas of exchange and cross pollination that may result from comparative studies of Franco-Arabic diasporic female writings.

Dora Nunes Gago : Exil et errance dans la poésie de Jorge de Sena : à la recherche du « Royaume de la Liberté »

13L’expérience de l’exil vécue par l’écrivan Jorge de Sena est constamment évoquée dans son écriture. Ainsi, en août 1959, il s’est exilé pour des raisons politiques, au Brésil, où il a vécu pendant six ans. Après le coup d’état qui instaura la dictature militaire, Sena part, en octobre 1965, pour un second exil, cette fois-ci aux Etats-Unis.

14Notre étude portera, essentiellement, sur la représentation de l’exil et de l’errance dans la poésie de l’auteur, et plus particulièrement, dans son recueil intitulé Peregrinatio ad Loca Infecta. Ainsi, nous essayerons d’interpréter, dans l’univers textuel de Sena, les métaphores symptomatiques de l’errance, de la recherche d’un monde rêvé ou d’un royaume de liberté, c’est-à-dire, toutes les images qui rapprochent l’exil d’un pèlerinage, d’une quête de soi-même revélée à travers son écriture.

15Nous terminerons notre étude, en analysant les procédés de représentation de l’exil dans la poésie, centrés, surtout, sur un dépassement de la circonstantialité et l’acquisition d’une portée ontologique, enracinée dans une conception de la patrie en tant qu’entité aliénante, dans la mesure où les “patries sont des poisons mortels”. L’imaginaire, la mémoire et la poésie ne seraient-ils pas l’ultime demeure ?

Exile and wandering in the poetry of Jorge de Sena : looking for the “Kingdom of Freedom”

16Jorge de Sena’s experience in exile is consistently represented in his writing. He wnet into exile for political reasons in August 1959, to Brazil, where he lived for six years. In October of 1965, after the coup that brought the military dictatorship, he left for the United States, his second exile.

17Therefore, we will discuss the configuration of exile and wandering in Peregrinatio ad loca infecta, looking at the images that reveal the quest for a dream world, a realm of freedom, when exile becomes a pilgrimage or a search for oneself.

18Finally, we will analyze the poetry of exile from an ontological perspective beyond factual circumstances, viewing the concept of nation as an alienating entity since homelands are deadly poisons. Writing becomes his true homeland. Could imagination, memory and poetry stand as the ultimate space where the migrant can eventually settle ?

Jeanne Le Gallic : Le théâtre de l’immigration algérienne des années 1970 : un théâtre du reflet

19Dans les années 1970 apparaît un « théâtre de l’immigration », nouvelle forme d’expression culturelle et identitaire pouvant se définir comme « un espace de création propre à l’immigration avec son répertoire et ses références, ses lieux de représentations et ses réseaux » La création du Théâtre de la Porte d’Aix à Marseille, puis la publication, la création et la tournée de Mohammed prends ta valise de Kateb Yacine marquent en effet un tournant : l’émergence d’un récit de l’immigration à la première personne du pluriel. Dès lors, les expériences théâtrales vont se multiplier jusqu’à devenir une véritable instance de représentation et de témoignage. Diverses troupes et expériences théâtrales revendiquent alors la création d’un théâtre immigré : la vie des immigrés algériens sur scène avec ses symboles, ses codes, ses gestes, ses langages, ses caractéristiques textuelles et scéniques propres, indéniablement liés au pays d’origine. Cette double culture, va-et-vient constant entre le pays d’origine et le pays d’accueil, est l’une des caractéristiques scéniques et dramaturgiques du théâtre de l’immigration algérienne : spectacle joué en langue d’origine pour le Festival de Théâtre Populaire des Travailleurs Immigrés ; emprunt linguistique et création d’une langue « immigrée » (français émaillé de kabyle et d’arabe populaire) pour la troupe La Kahina ; utilisation de la farce populaire et de la figure du conteur avec la troupe Nedjma. Guidé par une volonté de représentation biographique et de valorisation culturelle, ce théâtre devient une instance de représentation de l’immigration algérienne rendue visible dans l’espace public collectif. L’objectif de cette communication sera donc d’expliquer l’émergence et les caractéristiques scéniques et dramaturgiques de ce théâtre comme un espace de représentation et de témoignage de l’immigration algérienne.

The Algerian immigration theatre in the 70s : a reflection theatre

20During the 70s, an immigration drama appeared, as a new way of cultural expression. It can be defined as an immigration-related creative space with its own repertory and references, its performance places and its network. The creation of the Théâtre de la Porte d’Aix, the publication and then the tour of Kateb Yacine’s play Mohammed prends ta valise marked a turning-point : the emergence of an immigration story using the pronoun we. Theatrical experiments gradually became major testimonies of Algerian migrants’lives on stage, with its symbols, codes, moves, languages, its textual and theatrical characteristics, definitely linked with the motherland. This double-culture, moving permanently forward and backward between the motherland and the host countries, is one of the theatrical and dramaturgical characteristics of Algerian immigration drama : shows performed in native languages for the Popular Theatre of the Migrant Workers Festival; linguistic loans and the erection of an immigration language (French blended with Kabylic and popular Arabic) for the La Kahina company ; use of the popular farce and of the storyteller figure with the Nedjma company. Aiming at biographical portraits and cultural valorisation, this form of drama has become a key representation of Algerian immigration in the collective public space.

Anguéliki Garidis : Exil, mort et écriture chez Naipaul, Sebald, Nooteboom et Muñoz Molina.

21Je me propose d’étudier ici les ouvres de V. S. Naipaul (L’Énigme de l’arrivée), W. G. Sebald (Les Émigrants), Cees Nooteboom (Le Jour des morts) et Antonio Muñoz Molina (Séfarade). Si Sebald et Muñoz Molina transcendent les limites de la fiction, mêlant aux histoires réelles d’émigrants, d’exilés, de persécutés, des histoires imaginaires, Naipaul nous donne à lire un récit autobiographique dans lequel il raconte sa nouvelle vie en Angleterre, loin de son enfance à Trinidad (mais ses autres romans, moins directement autobiographiques, ne racontent-ils pas la même histoire ?), tandis que Nooteboom écrit un roman sur un personnage en deuil qui a quitté la Hollande pour s’installer à Berlin, comme l’écrivain lui-même.

22Les quatre auteurs évoquent l’expérience du voyage, de l’exil-volontaire ou forcé, extérieur ou intérieur (ghetto, goulag, mais aussi folie, maladie.). Lorsqu’on émigre, devient-on un homme nouveau ou s’emporteonton avec soi ? Le pays laissé derrière nous devient-il une patrie imaginaire, recréé par le processus de l’écriture ? Comment devient-on étranger dans sa propre patrie ? Comment devient-on exilé de soi-même (Sebald, Muñoz Molina) ?

23Comment le pays d’accueil est-il perçu ? Pays des morts (Nooteboom, Sebald, Muñoz Molina) ou nouvelle Genèse (Naipaul) ? Sous le signe d’Ulysse (Nooteboom, Sebald) ou du déluge (Naipaul) ? La dimension mythique transforme le quotidien, aide à sa compréhension. Le regard évolue, le nôtre, celui des autres sur soi. Les transformations du paysage au cours des saisons sont autant de métamorphoses de soi (Naipaul). Les écrivains interrogent l’autre pour mieux se cerner, questionnent la langue, les mots qui tracent les contours du monde de l’autre. L’écriture, la photographie (Sebald), le film (Nooteboom), sont autant de moyens pour appréhender l’exil, le deuil, la renaissance.

Exile, death and writing (Naipaul, Sebald, Nooteboom and Muñoz Molina)

24I am considering here the works of Naipaul (The Enigma of arrival), Sebald (The Emigrants), Cees Nooteboom (All Souls’Day) and Antonio Muñoz Molina (Sefarad). Where Sebald and Munoz Molina transcend the limits of fiction, interweaving imaginary stories with the real stories of emigrants, of the exiled and persecuted, Naipaul gives us an autobiographical account in which he tells of his new life in England, far from his childhood in Trinidad (but in his other novels, less directly autobiographical, doesn’t he tell the same story ?). Meanwhile Nooteboom writes a novel on a character in mourning who left Holland to settle in Berlin, like the writer himself.

25The four authors evoke the experiment of travelling and exile - voluntary or enforced, external or internal (ghetto, Gulag, but also madness, disease.). When one emigrates, does one become a new man or does one remain oneself ? Does the country left behind become to us an imaginary fatherland, recreated by the process of writing ? How does one become foreign in one’s own fatherland ? How does one become exiled from oneself (Sebald, Muñoz Molina)?

26How is the host country perceived ? As the country of the dead (Nooteboom, Sebald, Muñoz Molina) or as a new Genesis (Naipaul)? Under the sign of Ulysses (Nooteboom, Sebald) or of the flood (Naipaul)? The mythical dimension transforms daily life and helps to apprehend it. The view-point evolves, moves ours and that of the others upon oneself. The transformations of the landscape during the seasons are as many metamorphoses of oneself (Naipaul).

27The authors interrogate otherness to better find themselves, questionning the language, the words which trace the contours of the world of the other. Writing, photography (Sebald), film-making (Nooteboom), are as many means to apprehend exile, mourning, and rebirth.

28Mathieu de la Gorce : Pape. pipopu : l’iconoclasme lexicologique de Marnix de Sainte Aldegonde, protestant et rabelaisien Le Tableau des différends de la religion (publié entre 1598 et 1601), du réformateur néerlandais Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde, se présente comme une ample somme théologique parodique. Cette ouvre peu connue a fasciné les lexicographes et les philologues pour la richesse de son invention verbale, placée sous l’influence de Rabelais. Nous nous attachons à montrer, autour des dérivés du mot « pape » notamment, que ces innovations lexicales, tout en s’inscrivant dans la luxuriante mobilité de la langue française au xvie siècle, sont investies de fonctions satiriques précises, telles que la figuration concrète des désordres de l’Eglise romaine, ou la critique des manipulations linguistiques imputées par l’auteur aux théologiens catholiques, originellement chargés d’interpréter et de transmettre la parole divine.

The lexicological iconoclasm of Marnix de Sainte-Aldegonde

29The Tableau des différends de la religion (published between 1598 and 1601), by Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde, a Dutch reformer, can be described as a parodic comprehensive work on theology. This little known opus has been a source of interest for lexicographers and philologists, fascinated by the richnesss of its creative Rabelais-like language. My contention is that its lexical creation-that may be analysed in the light of the overall tendency of 16th century French for luxuriance and mobility-plays a satirical role : picturing and enacting the chaos of the Roman Church as well as criticizing the linguistic manipulation that the author blames Catholic theologians for. To prove my point, I will concentrate on the word “pape” (pope) and its derivatives.

Christophe Ippolito : Apories culturelles et mémoire de la diaspora-migration et écriture chez Régine Robin

30Cette communication analyse la constitution de l’identité migrante à travers plusieurs frontières, temporalités et cultures. Régine Robin, qui a immigré au Canada en 1977 et a enseigné la sociologie à l’université du Québec dans l’environnement bilingue de Montréal, décrit dans La Québécoite (1983) une Québécoise par défaut, et une migration dans un environnement étranger, un phénomène de plus en plus présent à l’ère de la globalisation. Ce qu’elle invite à considérer entre anglais, yiddish et français, ou entre France, Pologne, Etats-Unis et Canada, ce n’est pas un sens fixé une fois pour toutes, mais plutôt un sentiment d’incomplétude, d’absence de racines et d’absence de « logique », voire de « logis », écrit-elle. À l’instar de Kafka, voix pour les minorités dans le cadre d’un empire « global » austro-hongrois en voie de désintégration, Robin vit des « impossibilités linguistiques ». Son héroïne est toujours perdue, dans un univers de signes qu’elle ne maîtrise pas toujours, aliénée par les manifestations d’une modernité dont même les origines ou la construction lui sont étrangères. Pour combler le vide qui s’installe, de nombreux textes littéraires, surtout écrits par des membres de minorités et de diasporas en dehors du domaine français, sont convoqués, insérés dans la narration « personnelle ». Mais dans ce roman de la fin du xxe siècle qui est aussi une interrogation sur l’identité juive de la diaspora se déploient aussi des signes et indices « culturels », en fait tout ce qui permet de comprendre la culture de l’autre, des panneaux de signalisation aux extraits de manuels, des manifestes politiques aux programmes de télévision et à la multiplication des simulacres. La nostalgie est nécessaire, inévitable, et cause des mouvements de dérive et de déterritorialisation qui rompent le contrat implicite habituellement passé entre une ville et ses habitants.

Cultural Aporias and Memory of the Diaspora : Migration and Writing in Régine Robin

31Migration in Régine Robin’s La Québécoite, often and wrongly considered as an example of the so-called Québécois ethnic novel, is also the migration of texts seemingly foreign to each other (and by text we mean any vehicle for the expression of cultural values): intermingled personal narratives, artefacts of popular culture, street signs, political manifestos, excerpts from textbooks, TV programs, literary texts from the eastern or western European traditions, often by minor authors (in Deleuze’s sense) who were themselves exiled or part of a (Jewish) diaspora and thus constitute in this novel a line of escape/flight (also in Deleuze’s sense ; Kafka, Jabès, Babel are among them). This allows for the deterritorialization of the narrative/national/modern space and/or time (as evinced by the title), and in this sense the novel stands strongly against any categorizing, ethnic or other, as Robin’s postface would confirm. The novel becomes a labyrinth in the open, a ludic and nomadic space where exile and migration imply schizophrenic divides along the lines of nostalgia and alienation (these divides are already part of what constitutes modern Québécois culture, as Robin’s contribution in Frénétiques would show). The unhappy consciousness is passed from the disappearing and problematic narrative agency onto its object. Faced, as many of her contemporaries (Nepveu, Harel, Laferrière), with mainstream conformism as a moral virtue, and the internalized social and political contracts of the Québécois with themselves, Robin constructs the novel as a never resolved road trip on an unadopted road (in the British sense). Recognizing that there is always a necessary second/third degree to the thinking of migration/minority issues, and questioning the origins of the question of complex/multiple origins, Robin does in the streets of Montreal what Baudrillard did on American freeways : hunting simulacra and hyperreal artefacts with mirrors.

Isabelle Keller-Privat : « Along tracks and lanes and roads »: errance et identité dans So Many Ways to Begin de Jon McGregor

32So Many Ways to Begin est le deuxième de roman de Jon McGregor et fut publié en 2006. Né en 1976 aux Bermudes, ce jeune auteur, qui reçut le Booker Prize pour son premier roman, If Nobody Speaks of Remarkable Things (2002), plonge le lecteur une nouvelle fois dans le quotidien de vies ordinaires pour en explorer la paradoxale étrangeté. L’histoire de David Carter, conservateur du musée de Coventry, découvrant tardivement son adoption, et de sa femme, Eleanor, souffrant d’une dépression chronique suite à son départ d’Aberdeen, constitue une intrigue bien mince à partir de laquelle McGregor parvient néanmoins à tisser une réflexion complexe autour des questions du commencement, de l’errance et de l’identité grâce à une écriture qui procède par constants décrochages fonctionnant comme autant de gros plans en apparence coupés les uns des autres qui viennent dire et redire, à travers les multiples jeux d’échos et de variantes, l’impossible quête d’une identité unique.

33Nous verrons comment la nature fragmentée du récit aboutit à un morcellement du temps et de l’espace, brouillant les frontières géographiques et identitaires. Les frontières deviennent alors, pour reprendre l’analyse d’Édouard Glissant, non « pas des murs, mais des passages, des passes, où les sensibilités se renouvellent […] ».

Along tracks and lanes and roads: wandering and identity in Jon McGregor’s So Many Ways to Begin

34So Many Ways to Begin, Jon McGregor’s second novel, was published in 2006. This young author, born in Bermuda in 1976, and who received the Booker Prize for his first novel, If Nobody Speaks of Remarkable Things (2002), focuses once more on the everyday routine of ordinary lives to explore their paradoxical and disquieting facets. The story of David Carter, a museum curator in Coventry who suddenly discovers he has been adopted, and of his wife Eleanor, suffering from chronic bouts of depression after her departure from Aberdeen, although a rather slim plot, successfully develops into a thoughtful meditation on the complex issues of beginning, wandering and identity. The visual montage of successive close-ups superimposed on one another suggests, though the interplay of echoes with variations, the inevitable failure of a quest for a unique identity.

35We shall see how the splintery mode of story-telling builds up a fragmented temporal and spatial frame which contribute to the blurring of geographic and intimate boundaries so that all boundaries eventually appear to function, as Edouard Glissant suggests, not as walls, but as passages, channels, where sensibilities are reborn […]”.

Daniel S. Larangé : L’Esprit nomade. L’espace de Gérard de Nerval à Naïm Kattan

36Le romantisme accorde une nouvelle signification au paysage et au voyage. Le voyage en Orient devient un genre littéraire qui conduit à faire une expérience mystique de l’espace comme lieu initiatique. Alors que depuis Chateaubriand le ressourcement spirituel se fait par un « retour » en Orient, les auteurs francophones orientaux expérimentent, à l’instar de l’écrivain juif irakien Naïm Kattan, une « fuite » vers l’Occident. Alors que Gérard de Nerval fuit la folie en cherchant à se régénérer aux sources d’Isis, Naïm Kattan quitte une société à l’agonie et atteinte d’inertie pour trouver une culture dynamique et un monde nouveau.

37La présente contribution propose de réfléchir sur la fonction de l’espace dans les univers romanesques du romantisme à nos jours en employant les outils de la géopoétique de Kenneth White et de la déterritorialisation de Gilles Deleuze et Félix Guattari. Elle met l’emphase sur l’importance de la géométrie dans la construction des récits et dans la formation des univers fictionnels. Il s’agirait de relire la théorie des mo (n) des possibles de l’espace leibnizien et de ses interprétations et récupérations par la logique modale de Saul Kripke, Stig Kanger et Jaako Hintikka. Comment les concepts d’exil, de migration et d’errances (de) viennent les moteurs insoupçonnés d’une « écriture du voyage intérieur » ?

Nomadic soul : space from Gérard de Nerval to Naïm Kattan

38How do the concepts of exile, migration and wandering become the unexpected sources of the writing of one’s inner travel ? For the Romantics, landscape and travelling became significant in a new way and travelling East led them to a mystical experience of space as significant as a rite of passage. With the help of the notions of geopoetics borrowed from Kenneth White and deterritorialisation used by Deleuze and Guattari, the paper will be devoted to the writings of the two writers mentioned in the title.

James Mc Cabe : « Irish mist » et « the French call ». Réflexions autour des mots irlandais et français en anglais

39À partir des recherches que je mène depuis quelques années sur le thème des « mots étrangers », cet article a pour but de mettre en parallèle deux univers linguistiques qui, d’ordinaire, n’ont rien ou peu de choses en commun : les mots irlandais et les mots français dans la langue anglaise. Les termes clés cités dans le titre, « Irish mist » et « the French call », termes anglais au sens pluriels et évocateurs, illustre le grand écart qui sépare ces deux univers linguistiques, mais aussi leur sort commun. En effet, les mots français et les mots irlandais, à une échelle et à un niveau certes très différents, sont adroitement exploités par la grande langue de communication qu’est devenu l’anglais.

“Irish mist” and “the French call”: about the use of Irish and French words in English

40On the basis of the research that I have been conducting over the past few years on the theme of foreign words, this article seeks to draw a parallel between two linguistic universes which normally have nothing or little in common : Irish words and French words in the English language. The key terms used in the title, Irish mist and the French call, evocative and polysemic labels, clearly illustrate the great divide between the two linguistic universes, but they also highlight their common destiny. Indeed, French words and Irish words, at different levels and to different extents/ends, are adroitly exploited by the great language of communication that the English language has become.

Julien Milly : Vacillements et pérégrinations : les écritures pensives de Gus van Sant à Béla Tarr

41Errances et égarements, expériences du lointain, de l’exil, réflexions qui interrogent aussi bien la perte qu’une disparition à venir : la scène cinématographique contemporaine est constamment travaillée par les géographies de l’entre-deux, lorsque le sujet, mis à l’épreuve dans sa personne, est amené à réfléchir sur sa présence quant au monde, sur ses certitudes, dans le temps même qu’il arpente et traverse les territoires liminaires propres à l’indéfini.

42Nous souhaitons analyser, dans le cinéma des années 2000, les phénomènes d’errements et de perdition selon qu’ils ouvrent sur des formes pensives du mouvement. Après avoir examiné comment les réflexions sur l’espace, issues des dernières décennies, comprennent tout lieu en relation avec un vacillement (Duvignaud), comme ce qui offre à l’être d’expérimenter « l’extrême du possible » (Butor, Bataille), aussi bien les confins de l’image (Blanchot) que les frontières du soi (Fédida, De M’Uzan), nous montrerons en quoi les espaces de l’incertain conduisent vers une compréhension renouvelée du sujet. « Il se révèle, écrit ainsi Jean-Luc Nancy, que la vérité du lieu se tient dans cette imminence : dans la possibilité, menée jusqu’au bord de l’effectivité, sur la lisière du réel ». Cette lisière-n’appartenant ni au temps ni au lieu-marquerait néanmoins selon nous l’endroit où l’être, par l’écriture, se pense.

43C’est à partir de trois films que nous étayerons notre démonstration : Gerry de Gus van Sant (2002), Élégie de la traversée de Sokourov (2001) et Les harmonies Werkmeister de Béla Tarr (2000). Nous analyserons les diverses formes esthétiques liées à l’endeuillement et au saisissement créateur, puis cernerons les spécificités d’une image pensée : une image se jouant à la fois de sa permanence, de ses frontières, une image chancelante et qui donne à réfléchir autant la perte de soi qu’elle ouvre sur d’autres paysages identitaires. Nous verrons ainsi comment chacune des œuvres propose une trajectoire existentielle, errante, qu’elle soit réelle, imaginaire, métaphorique ou artistique, trajectoire dont nous comprendrons les liens avec la « pensée rêvante », telle que l’a définie Jean-Bertrand Pontalis. « Je prétends que rien n’est plus vrai, et raisonnable ainsi, que l’errance car, est-il besoin de la dire ?-il n’est pas de méthode pour revenir au vrai lieu » Yves Bonnefoy.

Vacilating and wandering : the “dreaming” writing techniques from Gus van Sant to Béla Tarr

44Through the study of the three films named in my French abstract, I will attempt to analyze the different aesthetic techniques used to confer an impression of mourning and wandering through the creation of images that blur the vacilating borders within the world of representation. One is faced with something akin to Jean-Bertrand Pontalis’s dreamingt thought, and with a multiverse of wandering.

Ne Nkamu Luyindula : L’exil : une corde qui sort du trou le peuple en peril

45Performance contée et musicale sur l’exil politique, par un artiste exilé politique du Kongo qui nous parle des relations entre L’Afrique et ses voisines et de la responsbilité..

Exile : a rope which helps the people at risk out of the hole

46Using traditional oral transmission through words and music, a politically exiled artist tells us about Africa and its neighbours, and about man’s responsibility.

Eugène Nshimiyimana : Stratégies d’énonciation du sujet migrant chez Fatou Diome

47Si la migration ne cesse de retenir l’attention des études littéraires, c’est qu’elle contribue à la mise en évidence d’un sujet humain « divers », issu de la traversée d’un espace multidimensionnel, réel et imaginaire, en quête de soi et de l’autre. Plusieurs études concordent pour dévoiler un sujet mouvant, partagé entre l’origine et la destination, structuré par un manque fondamental, celui du lieu originel. Des nouvelles formes d’identités postulées par ce manque jaillissent, toutes étant l’expression d’une négociation entre le sujet et sa réalité en vue de la cohésion de la triade énonciative (jemaintenanticimaintenant) du sujet ni « ici » ni « là », ni « maintenant » ni « jadis ». L’entre-deux, qui est le lieu par excellence du sujet migrant, est recouvert par plusieurs termes comme hybridité ou métissage, termes qui, dans l’ensemble, témoignent de la difficulté de situer les nouveaux sujets de l’arrachement à la terre natale portés par l’écriture migrante. À partir de l’œuvre de Fatou Diome, ce travail se propose d’aborder l’écriture comme le lieu d’émergence d’un nouvel imaginaire structuré par la perte et le deuil inachevable qui président à la formation des stratégies particulières d’énonciation d’un sujet marqué par le manque.

Enunciation strategies of the migrant subject in Fatou Diome’s novels.

48If the concept of migration remains the center of literary attention, it is because it contributes to showing a diverse human subject resulting from his crossing of a multidimensional real and imaginary space in the quest of the self and the other. Many studies have unveiled a moving subject, torn between the origin and the destination, structured by the gap left by the vanished original place. From that state of matters emerge new identities, all being a negotiation between the subject and its reality for the cohesion of the enunciation triad (I-here-now) of the subject neither here nor there, neither now nor then. The in-between, which is the space par excellence of the migrating subject, becomes a form of hybridity or crossing, terms that testify to the difficulty of naming the new migrating subjects. Focusing on Fatou Diome’s novels, this paper will consider writing as a space of emergence of a new imaginary world characterised by loss an endless mourning.

Alice Pick : La langue fantasmée dans L’Empreinte de l’ange et Lignes de faille de Nancy Huston

49Selon Steiner, les « poètes délogés qui errent à travers la langue » sont symptomatiques de notre époque aux frontières culturelles et linguistiques de plus en plus brouillées (Steiner, Extraterritorialité). À cause de son processus d’écriture bilingue et de ses thèmes littéraires de prédilection (perte des repères, dualisme identitaire), on pourrait très bien placer la romancière et essayiste Nancy Huston parmi ces « poètes délogés ». Ce travail étudiera les situations de confrontation linguistique au niveau de l’intrigue dans deux de ses romans, L’Empreinte de l’ange et Lignes de faille. Ces deux romans dépeignent le parcours d’un nombre de personnages exilés de leur pays d’origine, mais aussi, et surtout, de leur langue maternelle. Divisés entre deux ou plusieurs langues, les personnages trouvent du réconfort dans des visions d’un lieu imaginaire où « l’effrayant magma de l’entre-deux-langues » (Huston, Nord perdu) serait comblé. D’un côté, nous trouvons dans les romans le fantasme d’un espace polyphonique où les différentes langues se mêlent les unes aux autres à valeur égale. De l’autre, nous trouvons également le rêve d’une langue sans références, qui saurait transcender le rapport problématique entre les mots et le monde. Malgré la fascination pour ces fantasmes qui se laisse deviner dans ses romans, Huston montre chaque fois qu’ils ne sont que des utopies, par définition non réalisables. Dans notre analyse, nous voulons montrer comment la fiction de Huston, tout en nous rappelant sans cesse les limites du langage, suggère que le langage, en dépit de, ou peut-être à cause de ses imperfections, représente une partie essentielle de notre humanité.

(Re) imagining language in L’Empreinte de l’ange and Lignes de faille by Nancy Huston

50According to Steiner, poets unhoused and wanderers across language are symptomatic of our time of increasingly blurred cultural and linguistic boundaries (Steiner, Extraterritorial). Nancy Huston’s bilingual writing process and literary themes of predilection (loss of bearings, split identity) place her easily amongst these unhoused poets. This paper will focus on the situations of linguistic confrontation that arise in two of Huston’s novels, L’Empreinte de l’ange and Lignes de faille. These two novels depict the journeys of a number of displaced characters, exiled from their homelands and, above all, from their mother tongues. Torn between two or more languages, the characters find comfort in visions of an imaginary space where the frightening magma between languages (Huston, Losing North) is bridged. On the one hand, we find in the novels the fantasy of a polyphonic space where different languages blend together on equal terms. On the other hand, equally present in the novels is the dream of a language without references, able to transcend the problematic relationship between words and the world. Despite the fascination for these visions present in her novels, Huston consistently reveals her characters’fanta- sies to be nothing more than empty utopias. In my analysis of the linguistic fantasies in these two novels, I hope to show that while Huston’s fiction constantly reminds us of the limitations of language, it also suggests that language, despite, or perhaps because of its flaws, constitutes an essential part of what makes us human.

Judith Sarfati Lanter : Le récit comme seule voie du retour : l’expérience de l’exil dans l’ouvre de Peter Handke et de Claude Simon.

51Les récits de Claude Simon et de Peter Handke mettent en scène des personnages arrachés à leur terre natale, qui vivent en marge de leur pays ou de leur milieu d’origine, dans un isolement qui est autant géographique qu’existentiel. Leur lecture anxieuse du monde, les représentations inquiétantes ou saugrenues qu’ils s’en font, témoignent de leur position de marginalité, mais traduisent en même temps le désir de surmonter la perte du lieu originaire en conférant du sens au monde nouveau qu’ils sont tenus d’habiter. La situation d’exil produit en effet, dans l’ordre de la perception et dans l’ordre du langage, des déplacements que le travail de l’interprétation et de l’imaginaire cherche à rendre cohérents. Il s’agit de faire de l’expérience sensible, où s’entremêlent perception, souvenirs et élaborations imaginaires, le moyen d’une réappropriation du monde. Dans Mon année dans la baie de personne, le narrateur de Handke, par son décentrement géographique et identitaire, devient ainsi un observateur privilégié des lieux qui l’entourent. Exerçant son attention sur des détails infimes ou prosaïques, il prête sa voix aux choses muettes, rendant lisible ce qui jusque-là n’était pas perçu. Il se veut le chantre d’un Nouveau Monde où le sentiment d’étrangeté ne serait plus la marque d’une perte irréparable, mais l’effet d’une acuité nouvelle et d’un lien renouvelé au monde. Au contraire, dans La Route des Flandres de C. Simon, le sentiment initial de séparation ne se transforme jamais en promesse de réparation. Le regard désillé des protagonistes y témoigne en effet de l’atomisation du monde et d’un impossible partage du sensible.

The narrative as the only way of coming back : Exile in the works of Peter Handke and Claude Simon.

52Claude Simon’s and Peter Handke’s novels represent characters uprooted from their native lands, living apart from their country or from their original surroundings ; their isolation is existential as well as geographical. Their anxious interpretations of the world and the weird or inappropriate pictures they have of it, show they are cut off from the world they have to live in, but also express their desires to overcome the loss of their native lands by giving meaning to their new surroundings. Exile produces shifts in the order of perception and language, to which the work of interpretation and imagination aims to give coherence. The perceptual experience, in which sensations, memories and imagination are mixed, is a way of making the world familiar and habitable again. In Mein Jahr in der Niemandsbucht, the exile of Handke’s narrator makes him a privileged observer of the no mans bay; paying attention to the smallest or most prosaic details, he speaks for the mute things, making visible and readable what was not perceived so far. He represents himself as the herald of a New World where the feeling of strangeness does not appear as the symptom of an incurable loss, but as the effect of a new acuteness and of a revived link to the world. On the contrary, in Claude Simon’s La Route des Flandres, the feeling of separation never transforms into a promise of reparation. The protagonists’wide-opened eyes show an atomized world and the impossibility of sharing the perceptible.

Stéphane Sawas : De Smyrne à Chypre : errance et mémoire dans la poésie de Séféris

53Dans Journal de bord III (1955), avant-dernier recueil de Georges Séféris, Chypre apparaît comme un lieu intermédiaire, à la fois dans l’espace et dans le temps, propice à la découverte et même à la révélation. Les rencontres que Séféris fait lors de trois voyages à Chypre au début des années 1950 n’acquièrent souvent leur signification qu’au regard du double choc que constituent pour lui le suicide de son frère et le voyage de retour dans le village de sa mère, Skala, près de Smyrne, dévasté au moment de la guerre gréco-turque et laissé à l’abandon. Séféris reconnaît en Chypre un « monde où l’on parle grec, mais qui ne dépend pas de l’État hellénique », tout comme la Smyrne de son enfance. Mais dans le même temps, la Chypre d’après-guerre, prise dans les troubles politiques que le poète traite au quotidien dans le cadre de ses fonctions diplomatiques, est sur le point de connaître un sort comparable à celui de l’Asie Mineure de l’entre-guerres-deux-guerres. Les poèmes acquièrent ainsi une coloration tragique où l’histoire personnelle du poète rejoint l’Histoire. Séféris place du reste Journal de bord III sous le signe de Teucer, intimement lié à Chypre : c’est là que, chassé de sa Salamine d’origine au retour de la guerre de Troie, il vient fonder une nouvelle Salamine. Pour Séféris, Chypre n’est certes pas une Skala retrouvée, mais elle lui ouvre un monde de mémoire qui lui permet de porter un regard à la fois poétique et lucide sur l’homme.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable