Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Notices biographiques

Texte intégral

Corinne Alexandre-Garner, maître de Conférences HDR en Anglais à l’UFR de Sciences Sociales et Administration, qualifiée Professeur des universités, dirige le Centre de recherches Espaces/Ecritures et la Bibliothèque Lawrence Durrell au sein du CREA, EA 370 de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle dirige la Collection Chemins Croisés et la Collection Durelliennne au sein des Presses universitaires de Paris Ouest. Elle est responsable avec Sarah de Vogüe, maître de conférences en linguistique, de l’axe « Migrations-Croisements » au sein du Pôle « Tout Monde » de l’université. Elle a coordonné de nombreux ouvrages sur Lawrence Durrell, publié un livre sur Le Quatuor d’Alexandrie, et Lawrence Durrell. Dans l’ombre du soleil grec, pour la collection « Voyager avec » de La Quinzaine littéraire/Louis Vuitton. Elle a coordonné de nombreux ouvrages transdisciplinaires, dont le dernier Frontières, marges et confins a inauguré la Collection Chemins Croisés en 2008.

Tahar Bekri, poète né en Tunisie, vit en France depuis 1976. Il écrit en français et en arabe et a publié une vingtaine d’ouvrages (poésie, essais, livres d’art). Son ouvre marquée par l’exil et l’errance est traduite dans diverses langues (anglais, russe, italien, espagnol, turc, etc.) Considéré aujourd’hui comme l’une des voix importantes d’Afrique du nord, il est aujourd’hui maître de conférences d’arabe à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Stefan Le Courant est doctorant en ethnologie au LESC. Sa recherche porte sur la rétention administrative et ses effets sur les étrangers en situation irrégulière sur le territoire français. Il a dernièrement publié « L’intériorisation de la frontière sous menace d’expulsion. Le quotidien des étrangers en situation irrégulière », in Les Nouvelles Frontières de la société française, Fassin Didier (dir.), Paris, La Découverte, 2010, p. 455-476 ; « Les étrangers en situation irrégulière et la rétention administrative : Entre rendre visible et redevenir invisible », in e-migrinter, n ° 4, 2009, p. 29-36 ; « Remettre son passeport à la police ? Coopérer, s’opposer à la procédure juridique d’expulsion du territoire français », in Enfermés dehors. Enquête sur le confinement des étrangers, Koblinsky C. et Makaremi C. (dir.), Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2009, p. 183-201.

Maxime Decout est agrégé de Lettres modernes, enseignant en khâgne, titulaire d’une thèse sur la judéité dans l’ouvre d’Albert Cohen, à paraître aux éditions Classiques-Garnier. Il a publié plusieurs articles sur Albert Cohen (Les Temps modernes, Poétique), la judéité, ainsi que sur Georges Perec.

Emily Eells est professeur d’anglais à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et spécialiste de la littérature et de l’art britanniques du xixe siècle. Auteur de Proust’s Cup of Tea : Homoeroticism and Victorian Culture (publié par Ashgate en 2002), elle travaille actuellement sur Oscar Wilde et la France, et s’intéresse tout particulièrement aux questions de « l’interlinguistique », c’est-à-dire l’emprunt et l’empreinte d’une langue étrangère dans un texte d’une autre langue. Cette problématique constitue le champ d’investigation de son groupe de recherche « Les Mots étrangers », qui dépend de Confluences, Centre de Recherches anglophones à l’université Paris Ouest.

Nadell Fishman a publié son premier recueil de poésie, Drive, en 2001. Ses poèmes sont également parus dans de nombreuses revues : Poet Lore, The Café Review et HungerMountain. Elle enseigne la littérature, l’écriture et les études féministes au Union Institute and University. Son dernier recueil de poésie, At Work in the Bridal Industry, est paru en 2011 aux éditions Plain View Press.

Cécilia W. Francis est professeure agrégée de français au département de langues romanes à l’université Saint-Thomas (Nouveau-Brunswick, Canada). Anciennement affiliée en tant que chercheure post-doctorale (CRSH) au groupe de recherche interdisciplinaire « Le soi et l’autre » (Uqam), elle poursuit des recherches dans les domaines littéraires suivants : les francophonies nord-américaine et maghrébine, les écrits de la migrance, les théories interculturelles de l’énonciation et la sémiotique du sensible.

Dora Nunes Gago a une maîtrise en Enseignement du portugais/français et un D. E. S. en Littérature comparée. Elle a enseigné à la Faculté d’humanités de l’université de la République orientale de l’Uruguay. Elle a obtenu en 2007 son doctorat de 3e cycle en Langues et Littératures Romanes Comparées, à l’université Nouvelle de Lisbonne, avec une thèse intitulée : « As imagens do estrangeiro no Diário de Miguel Torga ». Actuellement, elle est post-doctorante au département de Langues et Cultures de l’université d’Aveiro et elle travaille sur les images de l’étranger dans la littérature portugaise du xxe siècle. Elle est aussi membre du groupe de recherche « Représentations du Portugal dans les Littératures étrangères et représentations de l’étranger dans la Littérature Portugaise ». Elle a publié Imagens do Estrangeiro no Diário de Miguel Torga, Coimbra, FundaçãoCalouste Gulbenkian/FCT 2008 ; A Sul da Escrita (Prix Nacional Manuel da Fonseca), Porto, Ed. Campo das Letras, 2007 ; Planície de Memória (poésie), Lisboa, 1997.

Jeanne Le Gallic a obtenu son diplôme de Master 2 à l’université de Rennes 2 en 2008 avec un sujet de mémoire intitulé : « Le théâtre et la politique de la ville : l’enjeu du “ lien social ” ». Actuellement doctorante, elle poursuit sa réflexion sur les liens entre théâtre et société en se penchant sur les enjeux mémoriels du théâtre issu de l’immigration algérienne dans les années 1970. L’idée principale est de tenter de comprendre en quoi ces différentes formes de récit théâtral agissent comme de véritables témoignages de l’expérience quotidienne de l’immigré algérien en France, faisant émerger, au cour de l’histoire collective française, une mémoire de l’immigration.

Aguéliki Garidis, docteur ès Lettres, a publié chez Albin Michel en 1996 une thèse intitulée Les Anges du désir. Figures de l’Ange au xxe siècle. Elle enseigne les Lettres et a dirigé des séminaires à l’université européenne de la Recherche. Elle a également été détachée comme expert auprès du Ministère des Affaires Etrangères à Athènes. Directrice artistique du magazine Artmag. com, elle publie aussi des textes dans des catalogues d’art, des revues, des actes de colloques, ainsi que des traductions.

Mathieu de La Gorce, agrégé de Lettres modernes et ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, est Maître de Conférences en Littérature française à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Ses recherches portent sur la littérature francophone du xvie siècle, et plus spécifiquement sur la satire d’inspiration rabelaisienne de la seconde moitié du siècle. Elles ont notamment pour objet l’étude des effets de la bigarrure linguistique, de ses effets comiques, et de ses éventuelles fonctions idéologiques. Il s’apprête à publier un ouvrage sur le Tableau des différends de la religion de Marnix de Sainte-Aldegonde aux éditions Garnier.

Jacques Hassoun, psychanalyste, polyglotte, grand connaisseur de l’hébreu et de l’arabe, né en Égypte en 1936, n’a jamais renoncé à l’héritage cosmopolite qui fut le sien ni renié son passé de militant. La psychanalyse lui a permis de rester un « contrebandier », (Les Contrebandiers de la mémoire), entre deux cultures qu’il ne pouvait séparer. On lui doit une recherche et remise en mémoire de la communauté des juifs d’Egypte (Histoire des juifs du Nil, Alexandrie et autres récits). Installé en France en 1954, il devient d’abord psychiatre. Cofondateur du Cercle freudien, il collabore à plusieurs revues. Dans tous ses écrits il a fait travailler ensemble la psychanalyse, l’histoire (L’Histoire à la lettre), les langues, (Fragments de langue maternelle, L’Exil de la langue), la politique sur fond de judaïsme, ceci dans un souci constant de transmission, entendue non pas comme répétition mais toujours transformation et invention. La littérature s’entrelace à son travail sur les cas et en enrichit l’intelligence (Maurice Blanchot, Stefan Zweig, les mystiques juifs). De même, il lui est impossible de cantonner la psychanalyse au divan et de négliger l’interrogation sur les formes sociales et politiques de la haine de l’Autre, depuis la Shoah (Non lieu de la mémoire, la cassure d’Auschwitz) jusqu’aux formes ordinaires de la violence, dont une certaine démission de la pensée ou l’empire du consensuel ne sont pas à ses yeux les moins dangereuses (Actualités d’un malaise). Il est décédé en 1999.

Christophe Ippolito, professeur adjoint au Georgia Institute of Technology (Atlanta), travaille sur la modernité et l’anti-modernité. Son dernier article publié est « La conclusion d’Indiana », in Revue d’Histoire Littéraire de la France (2009-3), p. 555-572.

Ibrahim Kanouté, arrivé en France au cours de l’année 2000, a occupé de multiples emplois dans le secteur de la restauration pendant près de dix ans avant de réussir à faire régulariser sa situation administrative. Depuis un an, il a entrepris l’écriture de son expérience de « sans-papier ».

Isabelle Keller-Privat, lauréate 2000 de l’International Lawrence Durrell Prize for New Scholarship, a soutenu sa thèse sur L’Anamorphose dans l’œuvre romanesque de Lawrence Durrell en 2002. Membre du CREE/CREA, de la SSA et de la SEAC, elle est actuellement maître de conférences au département d’anglais de l’université de Toulouse II-le Mirail où elle enseigne la littérature anglaise, la traduction et la linguistique. Sa recherche englobe la période moderniste et post-moderniste. Elle est relectrice pour les revues AGORA, An Online Graduate Journal et BSSA. Elle a participé à plusieurs colloques et ouvrages par des articles portant sur la conception durrellienne de l’espace-temps, l’intertexte Bouddhiste, les rapports entre écriture et peinture et la poésie. Elle travaille actuellement à un ouvrage consacré à l’écriture poétique de Lawrence Durrell. Elle a récemment co-publié avec Corinne Alexandre-Garner et Murielle Philippe Lawrence Durrell at the Crossroads of Arts and Sciences aux Presses universitaires de Paris Ouest.

Daniel S. Larangé, docteur en Langue et Littérature françaises, maître de conférences (9e section du CNU), slaviste, théologien (université Charles de Prague et Institut Protestant de Théologie de Paris) et traducteur, a soutenu une thèse sous la direction de Philippe Hamon à l’Université Sorbonne nouvelle-Paris 3. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages. Il enseigne le discours mystique du romantisme social et la sémiotique littéraire à l’université McGill (Montréal) et les sciences de l’information et les médias à Åbo Akademi (Turku).

James Mc Cabe, né dans le comté de Leitrim en Irlande, est aujourd’hui maître de conférences à l’UFR LCE (Département d’anglais) de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Après une thèse sur l’écrivain français Cyrano de Bergerac (Paris-Sorbonne, 1991), ses recherches depuis quelques années portent surtout sur des questions de langue et notamment sur le thème des mots étrangers (mots irlandais et mots français dans la langue anglaise).

Julien Milly, docteur en esthétique et en sciences de l’art, est ATER en études cinématographiques et audiovisuelles à l’université Sorbonne nouvelle-Paris 3. Secrétaire scientifique du Centre de recherche sur les images et leurs relations aux écritures de la modernité (EA 4400 conventionnée CNRS), il a co-dirigé Les Images honteuses (2006), Les Images limites (2008) et L’Affrontement et ses images (2009). Il est l’auteur d’un ouvrage à paraître sur les représentations artistiques de l’entre : L’Image seuil. Identités, création, aux éditions Champ Vallon.

Ne NkamuLuyindula, Masamuna Ma Kongo, est étudiant en Master 2 au département d’ethnologie, histoire et ethnomusicologie à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Il est le fondateur du Centre culturel Mbongi’eto, Programme d’initiation de l’enfant à la musique pour son éducation en Kinshasa, RD Congo.

Eugène Nshimiyimana est professeur à McMaster University au Canada. Il enseigne les littératures francophones d’Afrique et des Caraïbes. Il travaille sur la mémoire, la subjectivité et l’identité dans leurs rapports avec la littérature et le cinéma d’Afrique et des Caraïbes. Sa recherche puise à l’analyse du discours et à la psychanalyse dans une perspective enrichie des théories postcoloniales. Il a, entre autres, publié « La poétique du fragment dans le récit de survivance au Rwanda », in Présence francophone 69, 2007 ; « Vers une éthique du récit : le narrateur sonien », in Xavier Garnier, Sony Labou Tansi à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 2007 ; « Les corps mythiques de Sony LabouTansi : figuration et mnémotopie », in Études françaises 41, vol. 2, 2005.

Alice Pick, née à Stoke-on-Trent en Angleterre, a étudié le français et l’allemand à l’université d’Edimbourg en Ecosse avant de poursuivre ses études en Suède. Elle est actuellement doctorante en lettres françaises au département de français de l’université de Stockholm. Dans sa thèse, qui porte sur Nancy Huston, Andreï Makine et Vassilis Alexakis, elle s’intéresse, d’une part, aux représentations imaginaires de la langue française dans les écrits fictifs de ces écrivains, et, d’autre part, au rôle inspirateur que la condition de bilingue semble jouer dans leur création littéraire.

Judith Sarfati Lanter est agrégée de Lettres modernes et ancienne élève de l’ENS-LSH. Après avoir exercé les fonctions d’AMN à l’université Sorbonne nouvelle-Paris 3, puis d’ATER à l’université de Bordeaux III puis de Strasbourg, elle a soutenu en décembre 2009 une thèse intitulée Donner forme au sensible. La perception dans l’ouvre de Peter Handke, Malcolm Lowry et Claude Simon. Elle a contribué à plusieurs colloques et ouvrages par des articles portant sur l’écriture romanesque dans la seconde moitié du xxe siècle et en particulier sur le dialogue entre littérature et philosophie (esthétique et phénoménologie).

Stéphane Sawas est maître de conférences HDR à l’INALCO et chargé de cours à l’École Normale Supérieure et à l’université de Paris-Sorbonne. Ses travaux portent principalement sur les expressions littéraires des diasporas grecques, sur l’histoire du cinéma et des arts du spectacle en Grèce et sur les contacts littéraires gréco-turcs aux xxe et xxie siècles. Il a notamment dirigé l’ouvrage Visages de Salonique au xxe siècle (Hêrodotos, 2008). Il est en outre secrétaire général de la Société des Études Néo-helléniques.

Karin Schwerdtner est professeure agrégée en études françaises à l’université Western Ontario. Co-responsable d’un dossier titré « Femmes en mouvement » dans Studies in Canadian Literature, elle est l’auteure d’une monographie intitulée La Femme errante et de plusieurs articles et chapitres sur l’errance dans la littérature contemporaine. Ses travaux se concentrent également sur le rapport entre endurance, énonciation et éthique dans des écrits récents de femmes.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable