Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Poétiques nomades

L’Esprit nomade

Lieux de l’espace et du temps de Gérard de Nerval à Naïm Kattan

Daniel S. Larangé

Texte intégral

1Le romantisme accorde une nouvelle signification au paysage et au e voyage. Le « voyage en Orient » devient un genre littéraire qui conduit à faire l’expérience mystique de l’espace comme lieu d’initiation et de ressourcement. Alors que depuis Chateaubriand le ressourcement spirituel se fait par un « retour » en Orient, les auteurs orientaux expérimentent depuis le xxe siècle un « exil » vers l’Occident comme lieu de modernisme et de promesses. Tandis que Gérard de Nerval fuit la folie en cherchant à se régénérer aux sources d’Isis, Naïm Kattan quitte une société atteinte d’inertie et figée dans son passé glorieux afin de trouver une culture dynamique et un monde nouveau.

2Quelle est la fonction de l’espace dans les expériences d’exil, de migration et d’errances de Gérard de Nerval et de Naïm Kattan ? Comment le voyage en Orient de l’un répond-t-il implicitement aux questions du voyage en Occident de l’autre ?

3Notre réflexion géopoétique sous forme de chiasme propose de montrer comment le voyage en Orient qui renoue avec un passé oublié vient enrichir un exil en Occident fort en espérances. Deux temps viennent ainsi se succéder : celui de l’accomplissement d’une identité et celui d’une entité inaccomplie, en mouvement, en perpétuelle construction. L’approche de l’Orient faite par Gérard de Nerval éclaire celle de l’Occident de Naïm Kattan : le christianisme parvient ainsi à redonner un souffle au judaïsme dont il est issu. En effet, les deux figures de cheminement, en des temps et lieux différents, viennent se compléter au-delà de leurs oppositions premières.

L’AMPLITUDE TEMPORELLE DE L’ESPACE

  • 1 . Lettre adressée de Lyon à son père, le docteur Labrunie, de Lyon, 25 décembre 1842, publiée par L (...)

4En 1842, le poète et romancier Gérard de Nerval (1808-1855) est exténué et sa raison vacille : il a englouti tout l’héritage de son grand-père et se trouve acculé à rembourser ses emprunts. Il affirme publiquement être le fils du roi Joseph, frère de Napoléon I er, voire un descendant de l’empereur romain Nerva ! C’est en tenue d’Adam qu’il se promène dans la rue, s’acharnant à lire son destin dans un ciel étoilé. Sa réputation est faite : Gérard de Nerval est fou ! Lorsque sa lucidité lui revient, il doit s’enfuir afin de « sortir de là par une grande entreprise qui effaçât le souvenir de tout cela et donnât [de lui] aux gens une physionomie nouvelle1 ».

  • 2 . Chateaubriand François-René de, Itinéraire de Paris à Jérusalem, Paris, Le Normant, 1811.
  • 3 . Fontanier Victor, Le Voyage en Orient, Paris, P. Mongie Aîné, 1829.
  • 4 . Delaroière Jean-Vaast, Le Voyage en Orient, Paris, Debécourt, 1831.
  • 5 . Lamartine Alphonse de, Le Voyage en Orient, Bruxelles, Meline, 1838.
  • 6 . Flaubert Gustave, Le Voyage en Orient (1849-1851), Paris, Librairie de France, 1925.
  • 7 . Dumas Alexandre, Le Voyage en Orient, Stuttgart, Halberger, 1850.

5L’Orient est la destination rêvée pour se ressourcer. Passionné de rites initiatiques et avide de fonder une religion qui serait la synthèse de toutes les religions, le poète parcourt cet Orient, berceau de la chrétienté et de l’islam, « terre maternelle », à la recherche de l’amour. Il offre, sous la forme hybride d’un journal intime et d’un guide, le récit d’un voyage spirituel qui le conduit du Mashreq à l’Asie mineure. Son trajet passe par trois grandes étapes : l’Égypte des coptes, le Liban des druzes et des maronites et la Turquie des derviches tourneurs. Alors que le « voyage en Orient » est déjà un genre littéraire développé par les romantiques comme Chateaubriand2, Victor Fontanier3, J. V. de la Roière4, Lamartine5, puis Flaubert6 et Dumas7, Nerval se le réapproprie par la transgression.

La question générique

  • 8 . Berchet Jean-Claude, Le Voyage en Orient : anthologie des écrivains français devant le Levant du (...)

6En effet, le Voyage en Orient est un récit qui surprend le lecteur, car il transgresse tous les genres en puisant dans chacun d’eux. Les romantiques ont inventé le terme de « voyage en Orient », singulier complexe qui opère la réduction du multiple antérieur, pour lui conférer une nouvelle signification : au moment où le catholicisme français se désinstitutionnalise et perd son pouvoir politique et son autorité spirituelle, les écrivains remontent aux origines des traditions pour y trouver de nouvelles sources d’enchantement8. Nerval participe pleinement au double dévoiement des termes de « voyage » et d’« Orient ». Il va même plus loin et pervertit toutes les données génériques afin d’en faire un genre transgénérique et transgénique en ce qu’il traverse les genres, s’en sustente et finit par les remplacer.

  • 9 . Laborde-Nottale Élisabeth, La Voyance et l’Inconscient, Paris, Éditions du Seuil, « couleur des i (...)

7En effet, la souplesse avec laquelle les littératures sémitiques confondent les genres l’autorise ainsi à déconstruire le genre du « voyage en Orient » pour en faire une voyance à la fois antériorisée et intériorisée9. Les catégories génériques des littératures de langues sémitiques, étant davantage axées sur la prosodie et l’organisation interne des œuvres, disposent d’une diversité de formes qui ne peut que séduire le romantique.

8Dans la risâlat, poésie, récit et épître se confondent facilement pour former de petits traités. De surcroît, l’ensemble possède une dimension « kérygmatique » car le prophète rasûl [ لو سُرَ]] est celui qui proclame un message à la communauté des croyants.

  • 10 . Dunn Ross E., The Adventures of Ibn Battuta, a Muslim traveler of the fourteenth century, Berkele (...)
  • 11 . El Moudden Abderrahmane, « ambivalence of rihla : community integration and self-definition in Mo (...)

9Quant au rihlat ((ةلحر),), popularisé par le pèlerin berbère Ibn Battûta (1304-1369)10, il consiste en un récit de voyages en quête de connaissance divine, ponctué d’observations géographiques, ethnologiques et religieuses, auxquelles s’ajoutent des récits de pure fiction. Le gnosticisme qui y domine11 est lié au statut théologique des langues sémitiques : TaNaKh, Peschitta et Coran en sont les paradigmes littéraires. D’une part, toute création divine se fait (par la) Parole, d’autre part une alliance secrète et sacrée rattache le langage au Verbe et donc au manifeste, au réel, au visible.

  • 12 . Larangé Daniel S., «’initiation libanaise de Gérard de Nerval », in : Les Écrivains français et l (...)

10C’est pourquoi Nerval donne au signifiant « voyage » une multitude de sens, notamment celui de « voyance » : le voyage serait, selon une étymologie détournée et fallacieuse-et même une poétique du farfelu -, une vue à travers les « âges », les époques, les siècles. L’espace-temps se trouve ainsi déformé puis reformé par l’imaginaire du voyageur12.

  • 13 . Nerval Gérard de, Voyage en Orient, in Ouvres, t. 2, Henri Lemaître (éd.), Paris, Garnier frères, (...)

11Il en ressort que le journal de voyage que prétend tenir le narrateur s’effrite le long d’un ouvrage « transgén(ér)ique » où s’accumulent de plates descriptions géographiques, de courtes références historiques, de longues digressions sociales et politiques, des anecdotes personnelles, des réflexions intimes, des lettres sans destinataire et mille autres récits enchâssés. Car « en Orient tout devient conte13 ». Toute cette « complexité » temporelle s’ancre dans un lieu fantasmé, l’Orient, qui n’est déjà plus une direction mais pas encore une source de vie. Il devient le point de repère pour un Nerval égaré. En effet, si ce foisonnement, cette hétérogénéité, ces constructions alambiquées et ces raisonnements en dédales surprennent d’abord, il manifeste ensuite une forte cohérence. Nerval s’accroche à « son » Orient pour garder encore pied sur terre, alors que son esprit est emporté dans d’interminables réminiscences. L’ouvrage (re) constitue un album de souvenirs dont doit surgir une révélation, car l’univers est foncièrement eschatologique et Nerval maintient la tension dans l’attente d’un surgissement apocalyptique.

La pérégrination mystique

  • 14 . Ibid., p. 3.

12L’échec du voyage est ainsi programmé dès l’amorce du récit. Le récit traite des « pérégrinations d’un touriste parti de Paris en plein novembre14 » et met l’accent sur le mode « touristique » employé : la flânerie, le vagabondage, voire l’errance. En latin, la peregrinitas est la « condition de l’étrangeté » et Nerval est peregrin (at) us, « absent, parti pour l’étranger ». Le voyage offre d’expérimenter l’étrangeté, le fait d’être d’ailleurs. Dans ce cadre, l’Orient n’est plus un but mais la zone informe (lle) d’attractions et de répulsions qui agit sur le narrateur-voyageur à travers des paysages et des rencontres. Le voyageur fuit les souvenirs alors que le narrateur les collecte.

  • 15 . Lucien de Samosate, « Sur la mort de Pérégrinus », in Ouvres complètes, t. 2, Eugène Talbot (trad (...)
  • 16 . Brix Michel, Nerval journaliste (1826-1851) : problématique, méthode d’attribution, Namur, Presse (...)

13Le philosophe cynique du iie siècle Pérégrinus, suspecté de parricide et qui s’identifie au Protée d’Homère, séduit également un Nerval toujours en quête d’identification. Il passe sa jeunesse dans la dissipation, s’enfuit en Judée où il se convertit au christianisme, puis se fait philosophe. Il est chassé de Rome pour avoir déclamé contre l’empereur Marc-Aurèle, se rend en Grèce où il excite la curiosité par ses bizarreries, et termine, comme le raconte le satiriste de Syrie, Lucien de Samosate (120-180), par s’immoler solennellement aux jeux Olympiques de 165 « pour narguer Jupiter, deux cents ans après Jésus-Christ15 » ! Nerval se reconnaît en lui et signe sous ce pseudonyme, en 1842, un ouvrage satirique collectif intitulé L’Âne d’or16.

  • 17 . Nerval Gérard de, Voyage en Orient, op. cit., p. 102.
  • 18 . Ibid., p. 445.
  • 19 . Ibid., p. 493.
  • 20 . Martin Suzanne, « initiatique à Pompéi : Nerval et le mythe du “ dieu qui meurt ” », in Études fr (...)
  • 21 . Wieser Dagmar, Nerval : une poétique du deuil à l’âge romantique, Genève, Droz, 2004.

14Trois étapes jalonnent un sentier d’initiation et de résurrection qui part de l’Égypte, qui « est un vaste tombeau […] sur une terre de cendre17 », passe par le Liban, « pays où l’on sent que la religion est tout18 », et se termine en pleines nuits du ramadhan dans cette « ville étrange [qu’est] Constantinople ! Splendeur et misère, larmes et joies ; l’arbitraire plus qu’ailleurs, et aussi plus de libertés ;-quatre peuples différents qui vivent ensemble sans trop se haïr : Turcs, Arméniens, Grecs et Juifs, enfants du même sol et se supportant beaucoup mieux les uns les autres que ne le font, chez nous, les gens de diverses provinces ou de divers partis19 ». La quête d’Isis en Égypte conduit le narrateur à poursuivre l’amour (mystique) aux pays du Levant où le mythe d’Adonis, mort et ressuscité20, perdure et l’invite à se rendre en période de ramadhan ((ناضَمَ رَ),), neuvième mois de gestation, à Constantinople, jusqu’à la Nuit du Destin ((رِ دْ قَ لْا ةِ لَ يْ لَ),), nuit mystique de la révélation du Coran au Prophète. La réconciliation nécessite ainsi de revenir de la mort pour renaître au monde21. La migration se fait transmigration de l’âme.

15Nerval se complaît dans le brouillage, le travestissement et les hérésies. Dans l’Égypte musulmane, il se mêle à un mariage maronite ; au Liban chrétien, il est sur le point d’épouser une druze ; à Constantinople, il découvre la danse des nations. Il ne s’agit pourtant pas d’une progression linéaire. Les trois étapes sont identiques car elles reprennent et répètent en les intensifiant des expériences analogues, qui le plongent dans l’universalité des choses au sein des particularismes outranciers. Tel est le principe de l’étrangeté : retrouver le connu sous un aspect inconnu, et découvrir, derrière la platitude du quotidien, la surprise et l’imprévu.

16Dans la logique de la mystique, qui relève de l’irrationnel, l’univers est composé de correspondances plus ou moins explicites et évidentes, qui brodent, par le jeu complexe des analogies, le tissu de la réalité. Si le voyage de Nerval relève bien d’une quête d’absolu ou d’absolution-car la kénose conduit à la plénitude -, alors la lecture de sa relation doit prendre en compte (en conte) le moindre détail superflu ou anodin. En chassant ainsi la gratuité, une place est accordée à la grâce.

Intériorité et antériorité

  • 22 . Illouz Jean-Nicolas, « : l’Orient intérieur », in L’Ailleurs depuis le romantisme. Essais sur les (...)

17L’orientalisme de Nerval ne relève pas seulement d’une érudition livresque, mais s’expérimente aussi dans le texte par l’écriture. Si cet Orient désenchante tant le lecteur, c’est que son enchantement se trouve ailleurs. Or l’écriture ne présente pas la même homogénéité que la lecture. En effet, lire, en Occident, c’est suivre une seule piste à la fois, celle que l’écrivain propose et que le récit déploie. En revanche, écrire suppose de passer par une multitude de références, d’inférences et de traditions. L’écrivain porte en lui des générations d’auteurs et une bibliothèque de références qui déterminent finalement ses choix d’écriture. L’Orient lui offre donc la possibilité de renouer avec tous les fantômes qui trempent dans son encre. Il s’agit donc, d’un « Orient intérieur » qui s’oppose à un Occident tout extériorisé22. En revanche, la lecture orientale est multiple car l’auteur s’efface souvent pour laisser émerger la Présence du Tout-Autre : le texte composé de mots consonantiques aux racines trilitères n’a pas un sens aussi figé qu’en Occident et chaque mot et même chaque lettre portent plusieurs significations. Il en résulte que le texte oriental semble couver un message secret/sacré, qui suppose une herméneutique hermétique s’ouvrant sur une gnose théurgique. Cette théomanie permet de comprendre à quel point les doctrines ésotériques de l’Orient exercent sur Nerval une fascination toute magnétique et comment l’aventure littéraire est une invitation au voyage.

  • 23 . Collot Michel, Gérard de Nerval ou La Dévotion à l’imaginaire, Paris, PUF, « texte rêve », 1992, (...)
  • 24 . « L] a figure du double s’intègre à une vision fondée sur les correspondances, puisque des échos, (...)
  • 25 . Bony Jacques, Le Récit nervalien : une recherche des formes, Paris, José Corti, 1990. Kofman Sara (...)
  • 26 . Poulet Georges, « et le cercle onirique », in Les Métamorphoses du cercle, Paris, Plon, 1961, p. (...)
  • 27 . Sylvos Françoise, Nerval ou l’antimonde. Discours et figures de l’utopie 1826- 1855, Paris, L’Har (...)

18Opposition et complétude sont des procédés au cœur de cette esthétique. Elles se manifestent dans les thèmes du « double » et de la « duplicité ». L’univers crée des tensions par des forces et des principes contraires qui ont vocation à se compléter, non seulement dans les mécanismes de la trame et la construction des personnages23 mais au fondement même de l’écriture et de l’architecture du texte24. Ce procédé conduit à un autre : la répétition. Elle rythme toute la prose : les échos se multiplient et s’intensifient de sorte que chaque événement semble renvoyer au précédent dans un jeu troublant et onirique de correspondances25. La figure géométrique qui s’esquisse n’est peut-être pas tant le cercle26 que la spirale qui emporte narrateur et narrataire, auteur et lecteur pour les faire accéder à un « ailleurs » par un (r) éveil intérieur. Le jeu d’emboîtements géométriques du dess (e) in correspond au jeu d’enchâssement des textes orientaux. La fiction finit par se confondre avec l’Histoire et l’utopie avec le Lieu : l’Occident est un reflet distancé et f (l) ou de l’Orient27.

  • 28 . Dessons Gérard, «’Orient d’ici », in « Clartés d’Orient ». Nerval ailleurs, Illouz Jean-Nicolas e (...)
  • 29 . Destruel Philippe, L’Écriture nervalienne du temps. L’expérience de la temporalité dans l’ouvre d (...)
  • 30 . « voyage, tel que Nerval le conçoit, est une école de déception. Il s’agit de faire vibrer-et non (...)

19L’enchantement spirituel émerge alors d’un profond désenchantement du monde. Plus le narrateur s’enfonce dans la monotonie et la platitude matérielle, plus son âme s’élève. L’Orient n’est plus qu’un « ici » qui se trouve « là-bas28 ». L’espace est ainsi aboli au profit d’une aperture temporelle : plus Gérard Labrunie s’éloigne, plus Gérard de Nerval se rapproche29. Il faut donc que les représentations surannées s’effondrent pour en voir de nouvelles30. C’est pourquoi l’Orient est le lieu du désir et offre le temps de (re) construire une identité à partir de ses origines.

  • 31 . Mizuno Hirashi, Nerval. L’Écriture du voyage. L’Expression de la réalité dans les premières publi (...)

20Dans le système d’équivalences fondées sur le principe de la coincidentia oppositorum, toute action résulte d’autres actions, qui, par leur répétition infinie, en provoquent d’autres en chaîne. Il n’y a qu’un « antagonisme factice entre les maronites et les druses31 » : la foi chrétienne est explicite et rituelle, alors que la foi musulmane reste secrète et expérientielle. Il s’agit pourtant de deux aspects d’une même réalité.

  • 32 . Brix Michel, Le Romantisme français : esthétique platonicienne et modernité littéraire, Louvain, (...)
  • 33 . Nerval Gérard de, Voyage en Orient, op. cit., p. 478.

21Dès lors, le récit du calife Hakem met l’emphase sur la métempsychose : la mémoire des ancêtres se conserve au fil des générations car les esprits se réincarnent. La transmigration des âmes32 devient transgénérationnelle et finalement transgénérative. En effet, « les akkals druses sont les francsmaçons de l’Orient33 » et le narrateur n’a pas à se convertir à la religion druze pour épouser la fille du cheik Eschérazy car il est lui-même fils de franc-maçon !

  • 34 . Ibid., p. 479.

Mais tu sais que je suis moi-même l’un des enfants de la veuve, un louveteau (fils de maître), que j’ai été nourri dans l’horreur du meurtre d’Adoniram et dans l’admiration du saint Temple, dont les colonnes ont été des cèdres du mont Liban. Sérieusement, la maçonnerie est bien dégénérée parmi nous. ; tu vois pourtant que cela peut servir en voyage. Bref, je ne suis plus pour les Druses un infidèle, je suis un muta-darassin, un étudiant. Dans la maçonnerie, cela correspondrait au grade d’apprenti ; il faut ensuite devenir compagnon (réfih), puis maître (day) ; l’akkal serait pour nous le rose-croix ou ce qu’on appelle chevalier kaddosch. Tout le reste a des rapports intimes avec nos loges ; je t’en abrège les détails34.

22C’est dans l’expérience de l’exil que Nerval prend conscience de sa filiation. Sa folie extérieure témoigne aussi d’une sagesse intérieure. Le voyage se transforme en quête, quête initiatique de l’amour, qui l’a conduit à la recherche de sa paternité spirituelle, et aboutit à une renaissance par la révélation de l’écriture.

Mystique et mystification

23La (dis) simulation devient le meilleur mode de (re) connaissance. Il y a des degrés d’étrangeté selon lesquels il est possible de participer à la communauté. En Orient, l’Occidental est radicalement l’autre. S’il veut nouer des relations plus spontanées, il est préférable qu’il cache son identité sous celle d’un alter-ego plus oriental. Autrement, il est acculé à être perçu comme un ambassadeur de sa nation, voire de l’Occident. Le peintre qui héberge le narrateur à Stamboul l’invite à réutiliser ce subterfuge pour participer aux festivités du ramadhan :

  • 35 . Ibid., p. 528.

Je lui fis observer que j’avais trouvé le moyen d’habiter Le Caire, hors du quartier franc, en prenant le costume du pays et en me faisant passer pour cophte. « Eh bien ! me dit-il, un moyen seul existe ici, c’est de vous faire passer pour Persan. Nous avons à Stamboul un caravansérail nommé Ildiz-Khan (Khan de l’Étoile), dans lequel on reçoit tous les marchands asiatiques des diverses communions musulmanes. Ces genslà ne sont pas seulement de la secte d’Ali ; il y a aussi des Guèbres, des Parsis, des Koraïtes, des Wahabis, ce qui forme un tel mélange de langages, qu’il est impossible aux Turcs de savoir à quelle partie de l’Orient ces hommes appartiennent. De sorte qu’en vous abstenant de parler une langue du Nord, que l’on reconnaîtrait à la prononciation, vous pourrez demeurer parmi eux35. »

24L’astrologie est un thème récurrent. Le peintre se trompe dans son explication étymologique : en turc, étoile se dit yildiz, alors que khan ((ناج)) renvoie en arabe au caravansérail, à la taverne ou à l’hospice ((ةاقناج), racine transmise en français dans le mot caravane, elle-même venue du sanscrit karabha, jeune chameau. La caravane est par définition un groupe de voyageurs réunis pour franchir une contrée désertique. Toute langue porte déjà en elle les traces et la mémoire d’autres langues. En ce sens, elle est naturellement dialogique et sa pluralité lui permet de traverser le silence du désert.

25Pour « habiter » un espace, il vaut mieux en être le voisin. Même si la langue du voisin reste étrangère, elle témoigne aussi d’une proximité dont la langue occidentale, « langue du Nord », est radicalement exclue. Dès lors, l’opposition spatiale est/ouest correspond aux rapports temporel accompli (passé)/ inaccompli (présent-futur) et culturel sud (nomade)/ nord (sédentaire). Il en ressort que le récit expose une hiérarchie dans l’altérité et l’étrangeté. Pour accepter les différences, il convient de reconnaître les similitudes, d’où les erreurs des Occidentaux dans leur errance en Orient :

  • 36 . Ibid., p. 465.

La plupart des voyageurs ne saisissent que les détails bizarres de la vie et des coutumes de certains peuples. Le sens général leur échappe et ne peut s’acquérir que par des études profondes36.

26Là où l’esprit occidental s’attache au détail, l’oriental ne cherche que les ressemblances et les synthèses plus totalisantes. Il y aurait alors en Orient un sens inné de la totalité qui s’exprime, pour Nerval, dans l’amour total et salvateur.

  • 37 . Machado Alice, Figures féminines dans le « en Orient » de Gérard de Nerval, Paris, Lanore, 2006.
  • 38 . Bowman Frank Paul, Gérard de Nerval. La Conquête de soi par l’écriture, Orléans, Paradigme, « Réf (...)
  • 39 . Richer Jean, Nerval. Expérience et création, Paris, Hachette, 1963, p. 356-375.
  • 40 . « fond, ce que le voyageur nervalien est allé chercher en Orient, c’est un monde qui réalise les (...)

27L’amour du narrateur pour Saléma, au même titre que celui de Hakem/Yousouf pour Sétalmuc, annonce le grand récit conté dans un café de Constantinople : le conte maçonnique d’Adoniram et de la reine de Saba37. Pour en respecter l’esprit, Nerval devait passer par la théorie de la transmigration des âmes. L’amour est spiritualisé au niveau du Grand-Ouvre. Le destin du narrateur s’affirme alors comme littéraire car « tout est écrit ». La conquête de soi se réalise dans l’écriture et la souffrance de « l’impossible unité38 ». Son identité, retrouvée dans la génération de ses réminiscences, découle d’un « monde recomposé39 ». L’Orient nervalien est donc bien intériorisé40, voire généalogisé : il devient dans son imaginaire le Grand-Orient.

L’ESPACE DE L’ÉCRITURE

  • 41 White Kenneth, « Préface », in Chauche Catherine, Langue et Monde. Grammaire géopoétique du paysage (...)
  • 42 « Ce qu’il faut avant tout en ce moment, c’est de l’espace, un grand espace de vie pour la méditati (...)
  • 43 « Terrapsychology is the study of how the currents of aliveness, reactivity, interiority, or psychi (...)

28Le Voyage en Orient d’un écrivain occidental du xixe siècle qui transforme sa quête en enquête, faisant ainsi de l’amour onirique une écriture du réel, sert de modèle paradigmatique pour cet autre écrivain oriental, du xxe siècle, qui raconte les affres de l’amour dans une oeuvre entièrement orientée vers la reconquête d’une identité. Alors que Nerval remonte le temps en arpentant l’Orient, Naïm Kattan se projette dans l’avenir en renouvelant son héritage au contact de l’Occident. Les deux parcours se rejoignent pourtant car le chemin de ressourcement du romantisme finit par se confondre avec l’autoroute d’un mondialisme postmoderne. « À l’origine de la poétique, il y a un paysage (landscape), un espace mental (mindscape) et un terrain linguistique (wordscape)41. » La quête spirituelle de la géopoétique nécessite aujourd’hui de « grands espaces », lieux d’épreuves initiatiques où l’homme se confronte à la nature – et à la sienne – où le moi se trouve confronté à lui-même pour se dépasser42. De là découle le besoin de retourner à un rapport intime à la terre par une terrapsychologie43. Alors que l’Occident prône un rapport sédentaire au monde, fondé sur le travail de la terre qui enfante, l’Orient développe une relation nomade orientée par une quête de la paternité à travers le mouvement du passage de l’homme sur la terre.

29Or le nomadisme relève chez Edmond Jabès, Marc-Alain Ouaknin et Naïm Kattan, de la pratique même de l’écriture : écrire permet de voyager et de traverser des univers en accumulant des expériences en dehors de toute assimilation. La société moderne est un patchwork dont le modèle reste, pour Kattan, Montréal, la plus importante ville du Québec, où des communautés très diverses enrichissent de leurs particularismes une langue française dont les racines sont de moins en moins enterrées dans l’héritage du passé et s’élèvent de plus en plus vers le ciel dans les promesses à venir.

  • 44 . Kattan Naïm, L’Écrivain du passage, Jacques Allard (éd.), Montréal, Hurtubise, 2002, p. 51.

Et cette terre d’Amérique, qui est une terre promise rêvée, je l’ai vécue, c’est la réinvention d’un Orient autre, qui est l’ExtrêmedentOccident, une terre de promesses, qui est en quelque sorte une dégradation de cet Orient rêvé, de cet Orient idéal, cette terre promise qu’on n’atteint pas, qu’on n’atteint jamais. Car c’est quoi l’Occident ? C’est le rêve de l’Orient. Il y a donc toujours cette tentation de l’autre. Et l’autre est plus qu’une tentation, il est une conquête, si on arrive à être soi-même en position de conquête, c’est-à-dire à être dans le repos total44.

Être un Juif arabe en Occident

30Naïm Kattan est un juif d’Irak né en 1928. Écrivain de langue arabe, il poursuit des études en littérature française à la Sorbonne de 1947 à 1951. Au cours de son séjour en France, il se fait remarquer par de nombreux écrivains et intellectuels dont il conquiert l’amitié comme André Breton, André Gide, Jean Grosjean, Michel Tournier, Jean Royer et Yves Bonnefoy. Il s’installe à Montréal en 1954 où il travaille notamment pour RadioCanada et obtient un très grand nombre de prix. Depuis 1974 il est membre de la société royale du Canada. En 1983, il est fait officier de l’Ordre du Canada. En 1983, il entre à l’Académie des Lettres du Québec. Il devient Chevalier de l’Ordre national du Québec en 1990 et Chevalier de la Légion d’Honneur en France en 2002. Il est également Officier des Arts et des Lettres en France. Aujourd’hui il incarne une certaine image de l’écrivain montréalais par excellence.

31Romancier, nouvelliste, homme de théâtre, essayiste et chroniqueur infatigable, il ouvre le judaïsme à l’universel. Il est l’homme de toutes les cultures, de toutes les langues et de tous les horizons. L’objet principal de son ouvre est la description du réel, ce vers quoi aspirent toutes les cultures sémitiques, et qui s’oppose au théâtral, fruit des cultures indienne et grecque dont est issu l’Occident. Le roman est par excellence un genre importé qu’il ambitionne ni d’adopter ni d’adapter mais d’enrichir par un regard venu du fond des âges, celui d’un Juif irakien qui écrit en français en Amérique pour un public occidental.

32Toute son œuvre romanesque est caractérisée par la migration et l’exil, comme l’indiquent assez explicitement certains de ses titres : Dans le désert (1974), Adieu, Babylone (1975), La Traversée (1976), Le Rivage (1981), Le Sable de l’île (1981), Les Fruits arrachés (1981), La Fiancée promise (1983), La Fortune du passager (1989), Farida (1991), La Célébration (1997), Le Silence des adieux (1999), Le Gardien de mon frère (2003), Le Veilleur (2009). La plupart des récits raconte les migrations et transmigrations des âmes parties d’Orient vers l’Amérique. Alors que Nerval partait en Orient pour retrouver les sources de la culture, les émigrants orientaux quittent la culture pour découvrir la nature. L’alliance qui se noue est paradoxalement pour le lecteur occidental celle de l’homme avec les lois de la nature car l’espace occidental, au contraire de l’oriental, ne se laisse pas dompter :

  • 45 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, Montréal, Hurtubise, « const (...)

Depuis des temps immémoriaux, l’homme d’ici a appris à vénérer une nature dont il avait peur, à la défier, à lutter contre sa dureté ou à établir une alliance avec elle45.

33Or ce rapport à la nature est décisif dans la géographie des mentalités (mindscape). Du rapport entretenu entre la nature et la culture dépend celui de la représentation (le théâtral) et du réel.

  • 46 . Kattan Naïm, Le Réel et le Théâtral, Montréal, Hurtubise, « Constantes », 1970, p. 14-15.

C’est le rapport entre l’homme et la nature qui fonde le point de partage entre l’Orient sémitique et l’Occident hellénique. En Grèce, la nature enveloppait l’homme, l’entourait de ses bienfaits mais aussi de ses menaces. Sa présence pouvait être hostile, mais tout bien-être et tout bonheur puisaient leur source dans la nature environnante […].
Dans le désert d’Orient, la nature était l’ennemi, la force hostile dont il fallait se protéger […].
Pour le Sémite, la nature n’est pas la force aveugle qu’il suffit de domestiquer, d’apprivoiser pour en obtenir les bienfaits, mais le lieu hostile qu’il faut fuir pour conquérir le droit de vie46.

Le lieu et la parole

  • 47 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, op. cit., p. 11.

34La conquête de l’espace se fait nécessairement par la parole. Les Canadiens sont compris « comme un ensemble de migrants47 » qui s’approprient une terre vide et informe en en usant.

  • 48 . Ibid., p. 11.

Le migrant n’est ni un errant ni un nomade. Pour faire de l’espace épars une terre habitée, ceux qui ont peuplé le Canada ont adopté des règles, légiféré, insufflé à leur action un esprit. Les Canadiens français que mettent en scène Léo-Paul Desrosiers et Félix-Antoine Savard remplissent une mission : faire entendre la parole divine, la voix du Christ48.

35Kattan met l’emphase sur le rapport entre le langage et la réalité. Alors que la langue est médiatisée en Occident, le mot a dans les cultures sémitiques un rapport direct au réel.

  • 49 . Kattan Naïm, Le Réel et le Théâtral, op. cit., p. 16-17.

Dans la langue hébraïque et dans la langue arabe, il n’y a pas de séparation entre les mots et les choses. L’objet vit parce qu’il est nommé. La quête menée par les poètes occidentaux encore aujourd’hui était une des données immédiates des langues biblique et coranique. La chose n’est pas qualifiée, encore moins abstraite. Elle est dite […].
Cette identification du mot et de la chose traduit le rapport entre l’homme et la réalité. Si, dans le monde grec, la réalité est extérieure à l’homme, séparée, possédant sa propre dimension, tel n’est pas le cas dans le monde sémite49.

36En ce sens, le Verbe, dans le judaïsme, le christianisme et l’Islam, est naturellement performatif. Il existe donc un lien sémiotique manifeste pour le sémite entre le nom et la réalité qu’il désigne. Ainsi l’auteur porte en lui un carrefour de cultures puisque, élevé dans le judaïsme orthodoxe babylonien, il fréquente l’école arabe, apprend sur le Coran et se passionne pour une littérature française et catholique. D’ailleurs le prénom « Naïm » est porté aussi bien par les Juifs et les Musulmans que par les Chrétiens d’Irak :

  • 50 . Kattan Naïm, L’Écrivain du passage, op. cit., p. 21.

En hébreu, Naïm veut dire agréable, charmant. Il y a un psaume de David qui commence par ce nom ; et en arabe c’est encore plus avantageux, cela veut dire paradisiaque. Dans le Coran, on dit El Naïm et El Djaïm, le paradis et l’enfer. Kattan est un nom très commun en hébreu, il signifie tout simplement petit. En Israël, il y a beaucoup de gens qui s’appelaient Klein - qui en yiddish ou en allemand veut dire petit - et qui ont hébraïsé leur nom en Kattan. En arabe, kattan veut dire simplement cotonier, ça vient du mot coton50.

37Le migrant, le Juif à plus forte raison, est celui qui porte en lui non plus seulement l’altérité, avec toute l’étrangeté qu’elle implique, mais la pluralité. Les origines du Juif sont multiples : il synthétise des peuples par des siècles et des millénaires de voisinage. Il est par excellence celui qui porte le mondialisme en lui tout en demeurant fidèle à la pureté de ses croyances, tout comme le TaNaKh est un et multiple, Parole divine transcrite et retranscrite de main d’hommes. Le judaïsme n’appartient plus à un peuple mais caractérise toute une culture :

  • 51 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, op. cit., p. 40-41.

Pour le créateur québécois, l’ailleurs est aussi l’ici, un ici revu et revécu à sa façon. Ainsi, l’autre peut tout aussi bien être l’étranger que le Qué- bécois de naissance. Pour lui, la culture apparaît dans ce qui constitue sa réalité : le mouvement. Elle charrie des déchets mais emporte dans son courant tout ce qui vit […].
Aussi, l’artiste qui vient d’ailleurs, porteur de son histoire et de sa vision, ne peut survivre qu’en participant au mouvement. Emporté par le courant, il enrichit le présent. Il n’en fait pas moins face à un dilemme. D’une part, il est appelé, par loyauté et fidélité, à se soumettre à un passé, à des ancêtres connus et inconnus qu’il ne peut oublier sans trahir. D’autre part, le présent produit une mémoire neuve, vivante51.

38La synthèse qu’effectue l’écrivain migrant permet de présentifier l’espace en le transformant, par la narrativisation, en une dimension temporelle. C’est précisément la Bible, dans laquelle toutes les traditions s’originent, qui permet à toute migration de transmettre l’utopie de la promesse :

  • 52 . Kattan Naïm, La Mémoire et la Promesse, Montréal, Hurtubise, « Constantes », 1978, p. 7-8.

Tout adolescent, sollicité par une promesse à la fois indéfinie et qui a visage d’absolu, est un découvreur d’Amérique. Au seuil de l’âge d’homme j’ai refait dans l’espace l’aventure de l’Occident. Je n’ai de cesse d’en explorer le sens et d’inscrire mon histoire dans une histoire, de prolonger l’espace parcouru dans un temps […]. La nouvelle terre n’était point innocente et moi j’étais porteur d’un bagage dont je n’ai cessé de ressentir le poids. Les leurres s’annulent, ou, tout au moins, se neutralisent. Pour comprendre l’Ouest canadien il ne suffisait plus de le confronter avec les États-Unis. Il importait de refaire à mon compte le long itinéraire de la pensée arabe. Et puis j’ai repris, dans mon mouvement initial, la mélodie coranique. Si mon aventure n’était que la mienne, elle ne serait que singulière et je me heurterais à des portes fermées. Comme naturellement, une autre mélodie, plus ancienne, s’est imposée à moi faisant tout vibrer d’un même son et l’Orient et l’Europe et l’Amérique. Je me suis remis à la lecture de la Bible52.

Le leurre de l’écriture à l’heure de la lecture

39Le « leurre » dont il est question est le « subterfuge » auquel recourt le narrateur du Voyage en Orient. Si le ramadhan ouvre le temps d’une (re) naissance, les promesses de l’Occident permettent à Kattan de retrouver par projection et prospection l’appel (نآرقلا) rythmé de la Bible qui scelle tout avenir. L’Écriture (רפס הרות) est le temps accompli qui déroule le temps inaccompli de la Lecture ((نآرقلا). La spirale qui emporte l’écrivain migrant est dorénavant orientée vers l’avenir en proposant une perspective synthétique du réel qui rassemble les différences en une mosaïque urbaine :

  • 53 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, op. cit., p. 22-23.

En ce qui me concerne, Montréal est ma ville. Elle comprend et intègre dans mon esprit Bagdad et Paris, de sorte qu’au cours de mes fréquents séjours à Paris, cette ville comprend une part de ma vie montréalaise.
Quand l’écrivain migrant refuse le déplacement de son espace, qui est une condition pour préserver son univers d’écrivain, il cherche refuge dans un exil qui rétrécit le réel et le fait glisser sur le chemin du silence. Il perd son rapport avec le lieu du passé forcément transformé par le passage du temps, mais aussi avec le lieu ambiant du fait qu’il l’ignore. Il se condamne ainsi à n’être nulle part53.

40Il n’en demeure pas moins que le schéma d’enrichissement reste traditionnel puisque c’est l’Orient qui porte en elle la culture nécessaire à l’enrichissement de l’Occident. Mais cet apport est revisité et réactualisé afin d’être compatible avec son nouvel environnement. Il ne convient donc pas de transporter des traditions d’un lieu à un autre mais de les faire migrer d’un temps à l’autre en les synchronisant :

  • 54 . Ibid., p. 42.

La rencontre entre l’immigrant et son nouveau milieu, quand elle a lieu, entraîne chez lui un examen de sa propre culture. Il s’aperçoit qu’il ne peut partager la culture québécoise qu’en y ajoutant la sienne. Du fond de la mémoire et en dépit des tentations de la nostalgie, celle-ci se trouve modifiée par le regard de l’autre. Sa culture est désormais celle qu’il raconte. Or, destiné à l’autre, le récit qu’il en fait est aménagé, adapté pour qu’il devienne accessible au regard de l’extérieur54.

  • 55 . Ricour Paul, Temps et récit, Paris, Éditions du Seuil, 1983-1985.
  • 56 . Ingarden Roman, Das literarische Kunstwerk, Tübingen, Max Niemeyer, 1931.

41Cette narrativisation transforme le phénomène spatial en expérience temporelle55. Elle met en place la subjectivation qui permet justement l’identification du lecteur au personnage et donc une participation interactive entre les différents tenants du récit-narrateur, narrataire, lecteur, personnages et valeurs. Les univers réel et fictionnel se rapprochent. Cette migration est généralisée : le lecteur lui-même expérimente la fiction par sa concrétisation56. Or l’imagination se sustente du réel. C’est pourquoi Kat- tan ne verse jamais complètement dans une fiction pure mais y projette de lui-même :

  • 57 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, op. cit., p. 48.

Mon rapport à l’espace est imprégné d’un temps premier, d’un temps autre. Je m’aperçois que cet espace devient parfois, insidieusement, métaphorique. C’est, bien sûr, la voie de toute poésie, sauf pour ma part, j’ai choisi la narration. D’où ce besoin, devenu de plus en plus urgent et quasi une nécessité, de retourner à la Bible afin que la métaphore me ramène au concret, et que l’imaginaire surgisse du réel, fût-il un réel d’écriture57.

42Cette écriture résonne des échos des langues sémitiques. Écrire est un acte religieux. Elle serait une hérésie, si elle n’était pas une illustration commentée de l’Écriture. C’est pourquoi dans l’ombre du TaNaKh qui s’y retrouve, se cache également le Coran et le Nouveau Testament. La littérature se conçoit alors comme le temps de la réconciliation entre les grandes confessions car elle joue également sur la transformation, voire les conversions (μετανοία) des croyances des lecteurs, et la reconfiguration de leurs valeurs.

  • 58 . Ibid., p. 49-50.

[T]ous mes écrits n’étaient pas uniquement des explorations d’univers autres mais bien plus une tentative de les absorber dans un incessant mouvement de réconciliation. Me suis-je transformé ? Peut-être […]. Même dans une langue seconde, j’aurais pu me fixer dans l’espace, la mémoire et la nostalgie mais je risquais aussi de me plonger dans l’oubli ou l’anonymat […]. La langue première peut se transformer en mémoire qui m’habite et m’accompagne et qui devient nourricière de ma langue seconde, ma langue de vie, de vie au présent58.

La transmigration de l’écriture

43Dans l’expérience de la migration, l’écrivain expérimente en lui la transformation de la vie en parole. La littérature se prétend Parole vive et Parole de vie, car elle est tout orientée dans l’écoute des autres et donc de l’Autre. Le multiple, composé des singularités, cache en effet l’universel. Par le récit, la Loi devient Amour.

  • 59 . Ibid., p. 43.

Choisissant de vivre à Montréal, j’ai décidé de changer de langue d’écriture. Mon public se compose d’abord des hommes et des femmes parmi lesquels je vis et dont j’ai voulu partager le destin. Venu d’ailleurs, je participe à la vie d’ici à visage découvert et, sans me délester de mon bagage, je porte mon nom. Je ne me sens pas comme un étranger. Le français est plus qu’un choix. Il est nécessaire pour rendre ma parole accessible à ceux qui m’entourent. Et, puisque j’adopte une culture en y participant, la langue devient objet d’amour59.

44La langue sert donc de « passage » (חספ) initiatique car elle permet de découvrir notre identité : qui nous sommes et ce que nous pensons. Un « passage » étroit unit la parole à l’être à travers un temps de germination, d’exil et de commémoration. Or le nomade est celui qui parcourt l’espace à la recherche de passages. Ceux-ci ne sont pas toujours praticables à tout moment et changent en fonction du temps.

  • 60 . Kattan Naïm, L’Écrivain du passage, op. cit., p. 21.

La langue elle-même est un passage. Ce passage de la personne dans l’espace est donc aussi un passage dans le temps. Un passage continuel. Ce n’est pas un passage fixe, c’est un mouvement. Pour moi, pour chacun de nous, l’important, c’est d’être en mouvement. Toute identité est un mouvement. L’identité n’est jamais donnée au départ. On est né quelque part, il ne faut jamais oublier l’endroit où l’on est né, mais c’est le monde entier qui nous appartient, une fois qu’on a dit l’endroit où l’on est né […].
Et c’est pour cela que je dis que le passage, du moment qu’il est confirmé par notre choix intérieur, peut être aussi une richesse parce qu’on peut y renaître. Moi, je renais chaque fois que je passe d’un pays à l’autre, car j’acquiers la culture de l’autre pays et j’acquiers la vie de l’autre pays. Les gens qui m’entourent sont ceux qui comptent. J’ai beaucoup voyagé dans ma vie. Chaque fois que je suis allé quelque part, ce sont les gens que j’ai rencontrés qui ont fait ce pays60.

45Enfin ce qui pousse l’écrivain migrant à continuer d’écrire, c’est qu’il est à la recherche d’une paternité. Nerval l’a cherchée en Orient en posant la question-qui est mon Père ?–Kattan la pose en Occident-quel Père serai-je ? Le thème de la paternité traverse cette œuvre romanesque.

  • 61 . Kattan Naïm, Le Père, Montréal, Hurtubise, « Constantes », 1990, p. 154.

Il est certain qu’une fois surmonté le poids de la culpabilité, l’Occident pourra retrouver, dans son propre génie, une manière de passer d’une génération à une autre, d’accepter la succession. Le fils, le père et à nouveau le fils lui-même père61.

46Cette difficulté à transmettre héritage et autorité est également celle du judaïsme moderne. Dans le dernier roman, Le Veilleur (2009), le problème est explicitement posé. Être rabbin, c’est s’inscrire dans une continuité mais aussi dans des ruptures qui sont autant d’alliances renouvelées. La seule réponse possible est herméneutique : dans la lecture, aucune interprétation ne prévaut sur les autres si elle ne passe pas par le vécu.

  • 62 . Kattan Naïm, Le Veilleur, Montréal, Hurtubise, 2009, p. 259-260.

Être rabbin ne confère aucun privilège, mais incite à relire la Parole pour en découvrir les multiples dimensions, même quand le sens nous échappe. Nous manquons de cette sagesse suprême qui nous permettrait d’en cerner le sens. Il nous reste la sagesse primaire d’en saisir une dimension à la fois, d’en vivre et de grandir en âge et en compréhension62.

  • 63 . Faessler Marc, « “Mange le livre !” Du zum-Buch-sein à l’Au-delà du verset », in Emmanuel Levinas (...)
  • 64 La Pessa’h (חספ), qui signifie « passage », est l’une des trois fêtes de pèlerinage du judaïsme pre (...)
  • 65 . 65. Larangé Daniel S., L’Esprit de la Lettre. Pour une sémiotique des représentations du spiritue (...)

47L’écrivain est un être-pour-le-livre63. Il porte en lui le Livre des livres et son mode d’existence reste l’écriture, autrement dit le passage ( ספח64) à travers le silence du désert65.

  • 66 . Kattan Naïm, Écrire le réel, Montréal, Hurtubise, « Constantes », 2009, p. 21.

Cependant, quand je me relis, je me rends compte que le judaïsme est sous-jacent dans mes textes, autant et parfois davantage par le rapport des personnages avec le réel, leur comportement envers les autres, que par la pratique et le rituel. Certains de mes livres font directement référence à la Bible […]. Il ne s’agit pas là de coquetteries d’écrivain ; je suis habité par la Bible. D’abord comme narration, comme histoire. Pendant des années, je ne pouvais aborder cette histoire qu’à distance. J’avais constamment la conviction que tout avait été dit et qu’il ne restait à l’écrivain que l’éloge ou le commentaire, de sorte que ce qu’on nomme « création » m’apparaissait comme une transgression […]. Puis, peu à peu, j’ai reconnu et admis que les hommes et les femmes qui sont les protagonistes de textes de fiction vivent à l’ombre d’évidences éternelles que certains écrivains considèrent comme des mythes66.

  • 67 . Rojtman Betty, Feu noir sur feu blanc. Essai sur l’herméneutique juive, Lagrasse, Verdier, 1986.

48L’écriture conduit alors l’écrivain oriental à se réconcilier avec la nature car il la transgresse en s’accordant le feu de l’inspiration67. L’œil de l’écrivain lui accorde brusquement du sens et la domestique. Il en fait sa maison, autrement dit son territoire et sa propriété.

  • 68 Kattan Naïm, Écrire le réel, op. cit., p. 40.

Ainsi la nature n’est jamais sauvage, car il suffit d’un regard pour que elle soit habitée. Dans son immensité et sa diversité, je ne suis pas un errant. Je suis un nomade qui reconnaît la route en la parcourant, qui se déplace d’une demeure à l’autre, d’un lieu à un autre, me retrouvant chaque fois face à moi-même. Mon identité est inscrite dans le mouvement, dans ma conscience du mouvement. La définir serait la figer. La continuité se révèle et se conquiert dans le parcours de la route, celle qui se poursuit dans une quête jamais achevée68.

49Exil, migration et errances finissent par se confondre avec l’écriture. Pour se faire Écriture, l’expérience de l’abandon, de la perte et du départ est inévitable. Cette expérience devient même spirituelle : une kénose. L’écrivain est à la fois un nomade apatride, y compris quand il arpente son propre pays natal, et un passeur : c’est pourquoi l’écriture condamne, selon Edmond Jabès et Emmanuel Levinas, l’écrivain à se faire juif errant. Elle est l’essence même du judaïsme spirituel : être de nulle part. Tel est le prix à payer pour s’assurer de sa poéticité. La poésie se dit dans le silence du désert, le רבדמ [midbar], de la fuite de l’Égypte (du trouble, de la difficulté <םירזמ [mitsraïm]), de la soumission à l’ordre et à la hiérarchie. La parole doit rester libre pour que le Livre se fasse Parole.

Notes

1 . Lettre adressée de Lyon à son père, le docteur Labrunie, de Lyon, 25 décembre 1842, publiée par L. de Bare, Nouvelle Revue Internationale du 30 juin 1895.

2 . Chateaubriand François-René de, Itinéraire de Paris à Jérusalem, Paris, Le Normant, 1811.

3 . Fontanier Victor, Le Voyage en Orient, Paris, P. Mongie Aîné, 1829.

4 . Delaroière Jean-Vaast, Le Voyage en Orient, Paris, Debécourt, 1831.

5 . Lamartine Alphonse de, Le Voyage en Orient, Bruxelles, Meline, 1838.

6 . Flaubert Gustave, Le Voyage en Orient (1849-1851), Paris, Librairie de France, 1925.

7 . Dumas Alexandre, Le Voyage en Orient, Stuttgart, Halberger, 1850.

8 . Berchet Jean-Claude, Le Voyage en Orient : anthologie des écrivains français devant le Levant du xixe siècle, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1985.

9 . Laborde-Nottale Élisabeth, La Voyance et l’Inconscient, Paris, Éditions du Seuil, « couleur des idées », 1990.

10 . Dunn Ross E., The Adventures of Ibn Battuta, a Muslim traveler of the fourteenth century, Berkeley, University of California Press, 1986. Ouasti Boussif, La rihla d’Ibn Battûta, voyageur écrivain marocain, Paris, L’Harmattan, 2006.

11 . El Moudden Abderrahmane, « ambivalence of rihla : community integration and self-definition in Moroccan travel accounts, 1300-1800 », in Muslims Travellers : pilgrimage, migration, and the religious imagination, Eickelman Dale F. et Piscatori James (éd.), Berkeley/Los Angeles (Ca), University of California Press, « studies on muslim societies », 1990, p. 69-84.

12 . Larangé Daniel S., «’initiation libanaise de Gérard de Nerval », in : Les Écrivains français et le monde arabe, Bertaud Madeleine, Heyndels Ralph et Khémiri Moncef (éd.), Genève, Droz, 2010 (Travaux de Littérature ; 23), p. 171-182.

13 . Nerval Gérard de, Voyage en Orient, in Ouvres, t. 2, Henri Lemaître (éd.), Paris, Garnier frères, « Garnier », 1958, p. 399.

14 . Ibid., p. 3.

15 . Lucien de Samosate, « Sur la mort de Pérégrinus », in Ouvres complètes, t. 2, Eugène Talbot (trad.), Paris, L. Hachette & Cie, 1857, p. 384-398.

16 . Brix Michel, Nerval journaliste (1826-1851) : problématique, méthode d’attribution, Namur, Presses universitaires de Namur, 1989, p. 280-287.

17 . Nerval Gérard de, Voyage en Orient, op. cit., p. 102.

18 . Ibid., p. 445.

19 . Ibid., p. 493.

20 . Martin Suzanne, « initiatique à Pompéi : Nerval et le mythe du “ dieu qui meurt ” », in Études françaises, n ° 33/2, 1997, p. 111-126.

21 . Wieser Dagmar, Nerval : une poétique du deuil à l’âge romantique, Genève, Droz, 2004.

22 . Illouz Jean-Nicolas, « : l’Orient intérieur », in L’Ailleurs depuis le romantisme. Essais sur les littératures en français, Lançon Daniel et Nee Patrick (dir.), Paris, Hermann, « Cerisy », 2009, p. 55-83.

23 . Collot Michel, Gérard de Nerval ou La Dévotion à l’imaginaire, Paris, PUF, « texte rêve », 1992, p. 37-43.

24 . « L] a figure du double s’intègre à une vision fondée sur les correspondances, puisque des échos, des ressemblances lieront les personnages aux éléments d’un univers pétri dans la dualité. » Schaeffer Gérald, « Le Voyage en Orient » de Nerval. Étude des structures, Neuchâtel, À la Baconière, « Languages », 1967, p. 65.

25 . Bony Jacques, Le Récit nervalien : une recherche des formes, Paris, José Corti, 1990. Kofman Sarah, Nerval. Le Charme de la répétition : lecture de « Sylvie », Lausanne, L’Âge d’homme, 1979.

26 . Poulet Georges, « et le cercle onirique », in Les Métamorphoses du cercle, Paris, Plon, 1961, p. 244-268.

27 . Sylvos Françoise, Nerval ou l’antimonde. Discours et figures de l’utopie 1826- 1855, Paris, L’Harmattan, « Utopies », 1997, p. 113-138.

28 . Dessons Gérard, «’Orient d’ici », in « Clartés d’Orient ». Nerval ailleurs, Illouz Jean-Nicolas et Mouchard Claude (dir.), Paris, Laurence Teper, 2004, p. 151-169.

29 . Destruel Philippe, L’Écriture nervalienne du temps. L’expérience de la temporalité dans l’ouvre de Gérard de Nerval, Saint-Genouph, Nizet, 2004.

30 . « voyage, tel que Nerval le conçoit, est une école de déception. Il s’agit de faire vibrer-et non de tomber -, à l’épreuve du réel, les représentations que l’on s’était construites. » Godo Emmanuel, Nerval ou La Raison du rêve, Paris, Éditions du Cerf, 2008, p. 90.

31 . Mizuno Hirashi, Nerval. L’Écriture du voyage. L’Expression de la réalité dans les premières publications du Voyage en Orient et de Lorely. Souvenirs d’Allemagne, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 262-275.

32 . Brix Michel, Le Romantisme français : esthétique platonicienne et modernité littéraire, Louvain, Peeters, « classiques », 1999, p. 129-146.

33 . Nerval Gérard de, Voyage en Orient, op. cit., p. 478.

34 . Ibid., p. 479.

35 . Ibid., p. 528.

36 . Ibid., p. 465.

37 . Machado Alice, Figures féminines dans le « en Orient » de Gérard de Nerval, Paris, Lanore, 2006.

38 . Bowman Frank Paul, Gérard de Nerval. La Conquête de soi par l’écriture, Orléans, Paradigme, « Références », 1997.

39 . Richer Jean, Nerval. Expérience et création, Paris, Hachette, 1963, p. 356-375.

40 . « fond, ce que le voyageur nervalien est allé chercher en Orient, c’est un monde qui réalise les promesses des livres. » Brix Michel, « et les anamorphoses de l’Orient », in « Clarté d’Orient ». Nerval ailleurs, op. cit., p. 188.

41 White Kenneth, « Préface », in Chauche Catherine, Langue et Monde. Grammaire géopoétique du paysage contemporain, Paris, L’Harmattan, « Sémantiques », 2004, p. 9.

42 « Ce qu’il faut avant tout en ce moment, c’est de l’espace, un grand espace de vie pour la méditation ultime. » White Kenneth, La Route bleue, Paris, Grasset, 1983, p. 24.

43 « Terrapsychology is the study of how the currents of aliveness, reactivity, interiority, or psychic animation of a geographical location and its creatures and features interact deeply with our own. » Chalquist Craig, Terrapsychology. Reengaging the soul of the place, New Orleans (Louis.), Spring Journal Books, 2007, p. 10.

44 . Kattan Naïm, L’Écrivain du passage, Jacques Allard (éd.), Montréal, Hurtubise, 2002, p. 51.

45 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, Montréal, Hurtubise, « constantes », 2009, p. 10.

46 . Kattan Naïm, Le Réel et le Théâtral, Montréal, Hurtubise, « Constantes », 1970, p. 14-15.

47 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, op. cit., p. 11.

48 . Ibid., p. 11.

49 . Kattan Naïm, Le Réel et le Théâtral, op. cit., p. 16-17.

50 . Kattan Naïm, L’Écrivain du passage, op. cit., p. 21.

51 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, op. cit., p. 40-41.

52 . Kattan Naïm, La Mémoire et la Promesse, Montréal, Hurtubise, « Constantes », 1978, p. 7-8.

53 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, op. cit., p. 22-23.

54 . Ibid., p. 42.

55 . Ricour Paul, Temps et récit, Paris, Éditions du Seuil, 1983-1985.

56 . Ingarden Roman, Das literarische Kunstwerk, Tübingen, Max Niemeyer, 1931.

57 . Kattan Naïm, L’Écrivain migrant. Essais sur des cités et des hommes, op. cit., p. 48.

58 . Ibid., p. 49-50.

59 . Ibid., p. 43.

60 . Kattan Naïm, L’Écrivain du passage, op. cit., p. 21.

61 . Kattan Naïm, Le Père, Montréal, Hurtubise, « Constantes », 1990, p. 154.

62 . Kattan Naïm, Le Veilleur, Montréal, Hurtubise, 2009, p. 259-260.

63 . Faessler Marc, « “Mange le livre !” Du zum-Buch-sein à l’Au-delà du verset », in Emmanuel Levinas. La Question du livre, Abensour Miguel et Kupiec Anne (éd.), Paris, IMEC, 2008, p. 47-57 et « L’au-delà de la narration », in Emmanuel Levinas et l’histoire, Frogneux Nathalie et Mies Françoise (éd.), Paris/Namur, Éditions du Cerf/Presses universitaires de Namur, 1998, p. 217-230.

64 La Pessa’h (חספ), qui signifie « passage », est l’une des trois fêtes de pèlerinage du judaïsme prescrites par la Torah au cours de laquelle on célèbre l’Exode et le début du cycle agricole annuel.

65 . 65. Larangé Daniel S., L’Esprit de la Lettre. Pour une sémiotique des représentations du spirituel dans la littérature française des xixe et xxe siècles, Paris, L’Harmattan, « Ouverture philosophique », 2009, p. 418-420.

66 . Kattan Naïm, Écrire le réel, Montréal, Hurtubise, « Constantes », 2009, p. 21.

67 . Rojtman Betty, Feu noir sur feu blanc. Essai sur l’herméneutique juive, Lagrasse, Verdier, 1986.

68 Kattan Naïm, Écrire le réel, op. cit., p. 40.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable