Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Les mots qui migrent

Pape... pipopu : l’iconoclasme lexicologique de Marnix de Sainte-Aldegonde, protestant et rabelaisien

Mathieu de La Gorce

Texte intégral

  • 1 Par la célèbre ordonnance de Villers-Cotterêts, sous François Ier.
  • 2 Sur cette mobilité de la langue et notamment la métaphore végétale, voir Jeanneret Michel, Perpetu (...)
  • 3 Ibid. p. 207, d’après une observation de Georges Gougenheim.

1La question du mélange des langues ne se pose pas au xvie siècle a dans les mêmes termes qu’aujourd’hui ; mais elle se pose fortement, notamment en France. Le français n’est encore qu’à peine une langue ; il vient de se dégager de l’emprise du latin, qui ne cesse d’être la langue administrative qu’en 15391, et il est encore en partie partagé en parlers régionaux. Cette langue qui n’est pas vraiment unifiée n’est pas non plus stabilisée. Elle est extrêmement mobile ; les contemporains la définissent à l’aide de métaphores végétales, évoquant une plante qui ne cesse d’évoluer, en se nourrissant de terreaux divers2. La Défense et illustration de la Langue française de du Bellay (1549) n’est pas une entreprise de préservation, mais un manifeste visant avant tout à l’invention de la langue française. Les écrivains, grammairiens et lexicographes de l’époque partagent le sentiment d’avoir à leur disposition un idiome qui n’a pas encore fait ses preuves, et doit montrer sa vigueur, face aux langues de la culture antique. Ils ont la conscience de pouvoir intervenir sur cette langue pour en faire un instrument d’expression adéquat. Dans le domaine du vocabulaire, les moyens de cette invention se partagent entre les manipulations lexicologiques, qu’il s’agisse de la composition, largement pratiquée, ou de la dérivation, et les emprunts, qui sont à la fois temporels (emprunts aux langues antiques, recours aux archaïsmes médiévaux) et géographiques (emprunts aux langues des cultures les plus rayonnantes, celles de l’Espagne et de l’Italie notamment). Durant tout le siècle, les emprunts et les innovations foisonnent ; certains produisent des termes exotiques pour le lecteur moderne (« flo-flottant », « doucelette ».), d’autres donnent des mots aujourd’hui usuels. La force d’assimilation de la langue est maximale : on a remarqué que parmi les latinismes employés par l’écolier limousin de Rabelais, dont le langage est perçu comme bariolé et obscur par Pantagruel et ses compagnons, dix-huit sont restés dans la langue courante, parmi lesquels « crépuscule », « féminin », « origine » ou encore « sexe3 ».

2Pourtant cette capacité d’assimilation a connu ses limites, et a fini par se tarir. L’ouvre que nous allons examiner en est un témoignage paradoxal. Le Tableau des différends de la religion, publié de manière posthume entre 1599 et 1605 par le réformateur néerlandais mais francophone Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde (1540-1598), a été perçu comme l’une des dernières manifestations de cette effervescence linguistique. Il se caractérise par une langue extrêmement créative, où se côtoient les images d’inspiration rabelaisienne, les proverbes anciens, et les néologismes les plus invraisemblables. La fantaisie verbale est l’un des traits les plus frappants de cette ouvre ; mais elle est utilisée de manière distancée. Elle est avant tout un outil de la parodie, un moyen de ridiculiser l’adversaire. La fabrication de la langue est à la fois pratiquée et condamnée ; le lecteur attentif décèlera même dans ce texte la promotion d’un langage pur et stable. C’est sur cette étrange alliance entre une pratique et une idéologie contradictoires que nous voudrions nous pencher, en observant concrètement de quelle manière elle régit l’invention verbale.

3L’ouvrage de Philippe de Marnix peut être sommairement décrit comme une somme théologique parodique d’environ 1 500 pages, abordant tous les points de doctrine sur lesquels se sont affrontés les catholiques et les protestants au cours du siècle. L’extrait qui suit donnera un premier aperçu de son idiome composite. Le « je » anonyme qui tient le discours y oppose le pouvoir des spécialistes du droit canon, qui publient les décrets énoncés par le pape, et celui des théologiens, qui énoncent des règles à partir des Ecritures saintes. Il s’adresse aux canonistes, pour leur demander de laisser la préséance aux grands docteurs de l’Eglise ; mais il prend soin, avant de les congédier, de reconnaître leurs hauts mérites :

  • 4 D’après Horace, nugae canorae, « phrases sonores et stupides », et crepare, « parler bruyamment » (...)
  • 5 Longue lignée d’ancêtres (latinisme utilisé rarement en généalogie).
  • 6 Lors de la publication de la bulle papale le menaçant d’excommunication, en 1519, Luther invita le (...)
  • 7 De κεραυγόβολος, lance-foudre, Jupiter, et « bulle » (ibid., p. 98).
  • 8 C’est-à-dire le pape.
  • 9 Marnix de Sainte-Aldegonde Philippe, Tableau des différens de la religion, Traictant de l’Église, (...)

Mais hola ! Tout beau Messieurs ; ne vous avancés pas plus haut que vostre estat ne porte. La preseance appartient aux Docteurs en Theologie, par tiltre de legitime succession, qui leur est devoluë de leurs bons Peres les Scribes et Pharisiens Judaicques.
Je confesse bien que vous estes des grands et miraclifiques maistres Decretaliarches souverains archimarmitonerastiques, et reveregrandis- simes nugicanoricrepes4, qui des le commencement de nostre noble prosapie5, vous estes tousjours à la trop grande puissance de l’aigle Imperialle […] heroiquement opposés : Aians à ceste fin vos canons et demi canons […] contre les ennemis de saincte mere Eglise romaine tellement bracqués et affustés, que les avés brusquement debellés, prosternés et foudroyés jusques à la venuë de Martin Luther exclusivement6, et le beatissime fondement de la souveraine Pontificalle Decretalipotence, à l’instar des vaillans Atlas de vos espaulles soustenu, et de mortelle ruine et tresbuschement garenti : dont aussi à jamais du grand ceraunobule7, l’homme-Dieu en terre8, serés dignement caressés, collaudés et à tous honneurs et dignités, promeus et exaltés9.

  • 10 Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., p. 73-110.
  • 11 Pour un point biographique récent sur Marnix, voir Braekman Emile Michel, Le Protestantisme belge (...)

4On a fait de ce Tableau de 1 500 pages une sorte de réservoir linguistique ; on l’a parfois décrit comme une tour de Babel incompréhensible, une aventure linguistique à moitié folle, comparable au plus célèbre Moyen de parvenir de Béroalde de Verville (1617), cet étrange banquet où des locuteurs multiples échangent des propos insensés sur les tons les plus divers. Au mieux, on a analysé cette invention verbale, en distinguant les différentes manipulations morphologiques, et en classant les différentes sources de l’emprunt (latinismes, hellénismes, mots du terroir, termes wallons et picards, hispanismes, italianismes, mots flamands ou orientaux10.). Mais en décrivant cette invention verbale comme une entreprise soit folle, soit gratuite, une sorte d’art pour l’art, on s’est abstenu de s’interroger réellement sur son éventuel rôle, sur sa signification, en rapport avec les propos de l’auteur. Or ce discours n’a rien d’une divagation purement ludique. Il s’agit au contraire d’un discours militant, à forte teneur satirique. Ce vaste texte est entièrement dédié au service d’une cause, celle de la réformation protestante, pour laquelle Marnix s’est battu, y compris par les armes, jusqu’à être emprisonné, banni, et privé de ses biens11. Loin d’être un ornement gratuit ou même une exploration curieuse, l’invention verbale qui constitue l’une des caractéristiques les plus frappantes de cette ouvre est une arme, un adjuvant de la satire.

5La mise en lumière de cette instrumentalisation demande quelques explications. Le Tableau des différends se donne pour tâche d’examiner tous les points d’opposition qui ont divisé les catholiques et les protestants au cours du xvie siècle, en plaçant face à face les arguments protestants et les doctrines catholiques, pour démêler le vrai du faux. En adoptant cette démarche, Marnix dissimule son appartenance au parti calviniste, et feint de vouloir cerner la vérité sans préjugé. Il fait pire encore, car il transgresse progressivement ce pacte implicite de neutralité, non pas dans le sens calviniste comme on aurait pu s’y attendre, mais en prenant au contraire de plus en plus systématiquement la défense des règles, dogmes et rites de l’Eglise catholique romaine. Ce dérapage est bien entendu parodique. En passant du côté des jésuites et du pape, le « je » anonyme qui s’exprime dans cette ouvre devient fictif ; il devient aussi ridicule, car comme on s’en doute, les raisonnements qu’il soutient sont manifestement faux, illogiques et cyniques. Cet éloge du catholicisme est en réalité un pseudo-éloge, inspiré de l’Eloge de la Folie d’Erasme, qui a relancé cette veine parodique héritée de l’Antiquité au début du xvie siècle, et contenait déjà une critique virulente des abus de l’Eglise papale. C’est dans ce cadre que peut être comprise la fonction de la fantaisie verbale marnixienne. Elle est un attribut de ce locuteur catholique fictif ; elle est l’un des signes par lesquels il se désigne comme un défenseur insensé de l’Eglise romaine. Ce langage fait partie de la caricature. Il possède tous les attributs de l’Eglise catholique, telle qu’elle est dénoncée par ses détracteurs protestants. Les vocables alambiqués et exubérants employés par le locuteur sont à l’image de l’opulence romaine, du foisonnement des règles et des rites catholiques, que les protestants dénoncent comme des innovations contraires à la communication du message christique. Ce langage trop riche pour être transparent est à l’image d’une Eglise opaque, qui dissimule la parole divine au lieu de la répandre dans le cœur des fidèles.

6Nous nous proposons d’observer de plus près cette entreprise linguistique, en examinant des faits concrets de dérivation et de composition lexicales. Nous évoquerons pour commencer l’influence de Rabelais, qui est l’un des traits essentiels de cette écriture. Ce sera l’occasion de mesurer l’écart possible entre deux pratiques linguistiques apparemment proches, dès lors que l’on prend en compte les objectifs suivis par les différents auteurs. Dans un second temps, nous évoquerons quelques principes du détournement satirique de cette invention verbale. Pour finir, en nous plaçant du côté de l’histoire des idées, nous développerons en quelques mots l’hypothèse selon laquelle l’une des cibles les plus directes de cette révolte linguistique est l’utilisation pervertie que les catholiques font du langage depuis des siècles, selon l’auteur protestant.

LES EMPRUNTS RABELAISIENS ET LEUR DÉTOURNEMENT SATIRIQUE

  • 12 I, 412-413 : «’avez vous jamais ouy dire, comment son grand bisaieul le premier Jupin Lance-foudre (...)

7Nous ne proposerons pas ici d’étude exhaustive de l’influence de Rabelais sur l’invention verbale marnixienne ; nous nous contenterons d’un aperçu, à travers l’étude d’un champ dérivationnel riche et central, celui des mots formés autour du mot « pape ». Le tableau qui suit permet de constater qu’on en rencontre une quarantaine dans le texte de Marnix :12

Les occurrences multiples sont signalées par la mention « = n ».

  • 13 Le terme « papegai » désigne en français moderne un perroquet d’Amérique ; on peut donc dire qu’il (...)
  • 14 Voir la cit. de la note précédente, et la célèbre liste du prologue de 1548 du Quart Livre : « Cap (...)
  • 15 « Pantagruel descendit en l’isle des Papimanes. Chapitre XLVIII. » ; l’île et ses habitants sont a (...)
  • 16 Op. cit., p. 34-41.
  • 17 Cette enquête a été en grande partie menée par Lazare Sainéan (L’Influence et la réputation de Rab (...)
  • 18 Delboulle Achille, « marnix de Sainte Aldegonde, plagiaire de Rabelais », in R. H. L. F, t. III, 1 (...)
  • 19 Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., p. 34-41.

8Plusieurs de ces termes sont d’invention rabelaisienne, ou ont été rendus célèbres par leurs emplois rabelaisiens. De cette catégorie relèvent : « papegaux » (occ. 9), terme qui désigne un perroquet dans la langue du xvie siècle13, « papefigue », « papelard14 », « papillons », « papimanes », et leurs dérivés, qui rappellent en particulier plusieurs chapitres du Quart Livre15. Il faut noter que le terme « papelardie », qui peut sembler typiquement rabelaisien au lecteur moderne, est en réalité médiéval ; il apparaît en particulier dans le Roman de la Rose de Guillaume de Loris, où Papelardie est un personnage de fausse dévote. Plus globalement, il convient de remarquer que le cas du mot « pape » est un peu particulier, d’une part parce qu’il est particulièrement riche chez Marnix, et d’autre part parce que Rabelais en a lui-même créé beaucoup de dérivés. Nous choisissons de l’observer pour sa richesse, non pour sa valeur statistique. Si l’on observe l’ensemble du lexique de Marnix, on relève une soixantaine d’emprunts rabelaisiens16, auxquels il faut ajouter des termes communs aux deux auteurs qui ne sont pas réellement des emprunts ; une enquête plus large demanderait de prendre en compte également les images et des expressions17. Il reste que cette enquête ne démentirait certainement pas l’impression laissée par la lecture de Marnix, et confirmée par le relevé des dérivés du mot « pape » : l’influence de Rabelais sur Marnix est certaine, et elle est forte. Cette impression évidente a valu à Marnix d’être considéré par un critique de la fin du xixe siècle comme un « plagiaire de Rabelais18 ». Outre son caractère anachronique pour une période qui ignore les droits d’auteurs aussi bien que le « sacre de l’écrivain », et valorise au contraire l’imitation et les relations de filiation, cette interprétation repose surtout sur un contresens. En effet, comme l’a remarqué Marcel Govaert, un plagiat est une imitation cachée19 ; or de toute évidence dans le Tableau les emprunts rabelaisiens sont faits pour être vus ; ils font signe vers leur origine. Les épisodes des Papefigues ou de l’île des Papimanes chez Rabelais sont trop connus pour que l’on puisse penser y faire allusion discrètement, à la fin du xvie siècle. Ces termes sont là en raison même de ce que qu’on pourrait appeler leur traçabilité. Cet aspect ostentatoire de l’emprunt rabelaisien chez Marnix est d’ailleurs confirmé par le fait que la plupart du temps, ces termes apparaissent de manière groupée. C’est par exemple le cas du terme « papegaux » ; il apparaît plusieurs fois entouré d’autres mots rabelaisiens avec lesquels il entre en résonance. On le voit dans le passage suivant, où il est associé aux mots « papillards » et « papillons », et s’intègre à une énumération à forte tonalité rabelaisienne. Le locuteur se demande s’il est possible que tous les catholiques, du pape aux simples fidèles, se soient trompés en négligeant l’intervention de Dieu dans le salut des âmes :

  • 20 IV, 38-39.

Seroit-il bien admissible in rerum natura que tant de saincts Papes à triple couronne, tant de seraphiques Cardinaux à bonnet d’escarlate ornez de satin cramoisi, […] tant de sçavans clercs, tant de Docteurs graduez, et tant de tonsurez et engraissez avalle dieux, croque-messes, porte-saincts, porterogatons, despescheurs d’heures, deschiqueteurs de matines, desbrideurs de vespres, descrotteurs de vigiles, marmonneurs de legendes […] ; et bref tant de gaillards papillons, Papegaux et papillards eussent jusques ores compté sans leur hoste20 ?

  • 21 II, 177.
  • 22 II, 77.
  • 23 On la trouve dans cette prophétie prononcée par le « d’hostel et fourrier [du] seigneur de Painens (...)
  • 24 I, 36. Le terme « cornegaux » n’est pas transparent, mais dans le Tableau, la corne est l’un des a (...)
  • 25 Cinquiesme livre, II, op. cit., p. 732. Guy Demerson commente dans son édition : « suffixe - al es (...)

9Dans un passage très similaire, le locuteur parle d’« une voliere de Papegaux, Papillons et papelards21 » ; il évoque encore ailleurs « quelques Papegaux ou Papifols apportés des nouvelles Indes22 ». Les signes en direction de Rabelais sont clairs ; ainsi, l’association des « Papegaux » avec les « Papillons » apparaît elle-même plusieurs fois chez le maître tourangeau23. De manière plus manifeste encore, dans un autre passage, le terme « Papegaux » est intégré à une liste de termes formés non plus sur la persistance du radical, mais sur le retour du suffixe « -gaux », appliqué à des radicaux différents. Le locuteur évoque « le ramage de tous ces Papegaux, Cardingaux, Evesgaux, Cornegaux, Mitregaux, Crossegaux, Clerigaux, Abbegaux, Moinegaux et autres oiseaux de la forest Papimanique24 ». Cette liste est directement inspirée d’un passage célèbre du Cinquième Livre, où le narrateur évoque les oiseaux qui vivent sur l’Isle sonnante ; ces derniers se nomment « Clergaux, Monagaux, Prestregaux, Abbegaux, Evesgaux, Cardingaux, et Papegaut, qui est unique en son espèce25 », comme le précise le narrateur. Marnix n’imite pas Rabelais ici, il lui fait écho ; il y fait référence.

  • 26 À côté de Marnix, on pourrait citer les Satyres chrétiennes de la cuisine papale, attribuées à Th. (...)
  • 27 Rigolot François, Les Langages de Rabelais, Genève, Droz, « courant », 1972-1996, p. 17.

10La principale explication de cette utilisation ostentatoire du parler rabelaisien tient sans aucun doute dans la dimension satirique du Tableau. La référence rabelaisienne se prête plutôt bien à cette instrumentalisation protestante. Dès les premiers livres de Rabelais a existé le soupçon que la révolte linguistique en cachait une autre plus profonde, et que si la vérité, désignée par Rabelais lui-même comme une « substantifique moelle », était cachée, c’était peut-être parce qu’elle était subversive. Rabelais s’en est défendu, mais si les controversistes protestants ont eu tendance à se placer sous son influence26, c’est bien en raison de ce soupçon : il était intéressant pour les controversistes notamment réformés d’utiliser une « référence compromettante27 ».

11Bien entendu, cette instrumentalisation de Rabelais suppose quelques aménagements ; Marnix retient de Rabelais ce qui s’accorde le mieux avec sa rhétorique anticatholique. Cette dernière repose sur trois procédés dominants : la métonymie, qui réduit les objets sacrés ou les prélats à leur dimension matérielle ou corporelle ; la métaphore ou la comparaison, qui établissent des analogies compromettantes entre les éléments de la religion et des objets ou des êtres qui appartiennent au monde du concret, ou du bas corporel (les animaux et la nourriture en premier lieu) ; et pour terminer la liste, qui entasse, agglomère ou multiplie les images ainsi constituées, pour donner l’impression d’une abondance, d’une confusion ou d’un éparpillement. Or ces processus de réduction à l’absurde, d’assimilation abusive et d’agglomération sont très comparables à ceux qui régissent la création verbale dans le Tableau ; et ces dynamiques sont aussi celles par lesquelles les emprunts faits à Rabelais se trouvent détournés et réorientés au service de la satire marnixienne. Nous avons déjà vu que les mots forgés avaient tendance à se regrouper en listes. Cette propension est commune à Marnix et à Rabelais ; mais dans le Tableau, elle suit une logique beaucoup plus nettement satirique que dans les romans pantagruéliques. C’est ce dont témoignent les discrètes différences qui séparent les listes de mots en « -gaut » mentionnées précédemment. La liste rabelaisienne se contente d’associer des titres ecclésiastiques au suffixe -gaut, sur le modèle du terme « papegaut », interprété facétieusement comme une dérivation composée de « pape » et de « -gaut » ; celle de Marnix associe au suffixe non seulement des titres ecclésiastiques, mais aussi des accessoires de l’habit distinctif (la crosse, la mitre.), suivant une logique de réduction métonymique du clerc à son habit. La liste mélange les rangs ecclésiastiques et les accessoires qui sont censés les représenter symboliquement ; elle mélange donc le spirituel et le matériel. En outre, la liste rabelaisienne procède par hiérarchie ascendante, pour aboutir au terme « papegaut » ; celle du Tableau, plus longue, part du pape et se dirige vers les clercs, abbés et moines. Elle est conduite selon une dynamique de dégradation et d’éparpillement, qui est récurrente dans l’ouvre de Marnix.

12Une autre caractéristique forte de la rhétorique satirique du Tableau est la fréquence des images zoologiques. Il paraît plus incertain de retrouver cette tendance dans la fabrication des mots forgés. Pourtant, deux des dérivés d’inspiration rabelaisienne observés plus haut, « papegaux » et « papillons », réalisent bien une métamorphose animalière. Cela représente une faible proportion des dérivés du mot « pape », mais ces deux termes ont plus de dix occurrences. Les citations qui précèdent montrent en outre que l’emploi de ces dérivés est souvent conjoint à des termes comme « volière », « ramage », « oiseaux », ou « espèce », qui explicitent ou réactivent la métaphore zoologique. On voit bien dans quel sens est dirigée l’animalisation avec ces termes de « papegaut » et de « papillons » : il s’agit de transposer le sévère, l’austère, l’autoritaire, en des créatures bigarrées, virevoltantes, et capricieuses. Une fois encore, la dérivation est orientée dans le sens d’une dégradation satirique ; elle vise à dévaloriser le radical auquel on a adjoint un suffixe, suivant une logique qui est globalement celle de la satire marnixienne. Ce travail s’oriente toujours plus dans le sens d’une dégradation du référent que d’une fête du langage-tandis que l’équilibre est plutôt inverse chez Rabelais.

LES INVENTIONS MARNIXIENNES

13Une fois reconnue la part des emprunts rabelaisiens, leur signification et la manière dont ils sont exploités, il reste à constater que la plupart des dérivés du mot « pape » sont des créations marnixiennes. Ces dernières font intervenir les principaux procédés de l’invention verbale : dérivation, transfert catégoriel, et concaténation ; et bien entendu, elles répondent elles aussi aux principes de réduction à l’absurde et de caricature qui régissent toute la rhétorique satirique du Tableau.

14La coupure n’est au demeurant pas franche entre les emprunts rabelaisiens et les créations marnixiennes. Dans bien des cas Marnix se contente de poursuivre le travail de dérivation engagé par son illustre prédécesseur. Il lui arrive ainsi de transposer une dérivation typiquement rabelaisienne, en l’appliquant à un mot de la religion : c’est ce que montre le terme « papicole », qui reprend la terminaison du célèbre « sorbonicoles » rabelaisien, en l’adaptant au mot « pape », pour former un dérivé qui ressemble à du Rabelais, et que l’on ne rencontre pourtant pas dans les romans pantagruéliques. Cette création paraît au demeurant assez évidente ; une enquête plus large permettrait sans doute de rencontrer des intermédiaires entre les deux auteurs. Mais de nombreux autres termes illustrent cette propension à enrichir des dérivations d’origine rabelaisienne, qui étaient déjà satiriques. Marnix reprend « Papimanes » et « Papimanies », mais leur ajoute « papimanique/s » qui ne figure pas chez Rabelais ; « Papegaux » produit « papagal (l) iques » ; « Papillon (s) » est dérivé en « papilonicque » ; « Papelards » et « Papelardie » donnent « papelardesque », « papelardi (c) que (s) », et « papelardons ».

  • 28 Mais également dans « baragouinesque » (III, 50), « cardinalesque » (IV, 154, 179), jupinesque (II (...)
  • 29 On le rencontre aussi dans « miraclifiques», présent dans le premier extrait cité, ainsi que dans (...)

15L’emprunt direct à Rabelais est en somme minoritaire. Marnix s’inspire avant tout d’un principe de création lexicale ; il suit le modèle rabelaisien, mais le développe de manière personnelle. Sa pratique de la dérivation lexicale obéit à certaines tendances que le lecteur finit par ressentir, et qui contribuent à donner une voix singulière au Tableau des différends. Ainsi, Marnix privilégie deux types de suffixes : d’une part ceux qui ont une connotation péjorative, comme le suffixe « -lard », qui transpose le substantif dans le registre familier ; et d’autre part ceux qui parodient le style de l’éloge. Marcel Govaert a ainsi remarqué la fréquence dans le Tableau des suffixes d’origine latine ou italienne, comme « -esque », que l’on rencontre dans « papelardesque28 », comme « -ifique », représenté ici par « papifique29 », ou encore comme « -issime » (qui ne forme pas de dérivés du mot « pape », mais que l’on a rencontré dans le premier extrait cité, avec les termes « reveregrandissimes » et « beatissime »).

  • 30 III, 112, 157, 177.
  • 31 I, 29, 91, 99.
  • 32 II, 63 ; II, 118 (Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., (...)
  • 33 I, 31.
  • 34 Ibid.
  • 35 III, 66.
  • 36 I, 78.
  • 37 I, 253.
  • 38 Voir Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., p. 67.
  • 39 Dubois Claude-Gilbert, Le Maniérisme, Paris, PUF, 1979, p. 150 et 196.

16Le suffixe « -ique » possède quant à lui un statut un peu particulier. Dans la littérature polémique ou comique du xvie siècle il a souvent une valeur péjorative, dans la mesure où il fait référence à des langages techniques, plus ou moins calqués sur le latin, comme le langage de la scolastique. Dans le Tableau, cette valeur apparaît clairement dans des termes comme « jesuitique30 », ou « loiolitique31 », qui créent des adjectifs techniques que l’on ressent comme abusifs à partir du nom des jésuites ou de leur fondateur, Ignace de Loyola (rappelons que ces derniers sont au xvie siècle le fer de lance de la réaction anti-protestante). Dans le texte de Marnix, cet effet dépréciatif est aggravé par un effet d’écho par rapport au mot « catholique », qui subit, plus encore peut-être que le mot pape, des déformations nombreuses et variées. On rencontre ainsi « cacolique/yque32 », « cacothelique33 », « cacozelique34 », « kapelicque35 », « kotillique36 » ou encore « catalanique37 ». Le trait le plus frappant de ces déformations est qu’elles inversent la hiérarchie dérivationnelle : c’est ici le radical qui est modifié, tandis que le suffixe demeure. Cette élasticité du radical paraît transcrire dans la morphologie lexicale une thématique satirique importante du Tableau, selon laquelle le mot « catholique », qui devrait étymologiquement insister sur la dimension universelle du culte chrétien, ne s’applique en réalité plus qu’à l’institution ecclésiastique romaine, soumise à l’évolution temporelle et aux particularismes régionaux. Au lieu d’être une religion universelle, le catholicisme est soumis aux variations. Nous reviendrons sur ces communications entre l’invention verbale et les thèmes de la satire ; pour l’instant, c’est surtout cette promotion du suffixe qui retiendra notre attention. Elle se rencontre également dans les dérivés d’un autre mot en « -ique », le terme « théologique », qui a déjà connu des transformations célèbres chez Erasme et Rabelais. Dans le Tableau, on rencontre ainsi les termes « thyologique », « thyphologique », « temorologique », « matheologique », ou encore « tropfologique38 ». De la même manière qu’avec les dérivés du mot « catholique », la déformation rend ici le signifiant du mot presque méconnaissable ; la reconnaissance est permise en grande partie par la persistance du suffixe. L’invention verbale répond ici à une logique baroque voire maniériste, suivant la définition que Claude-Gilbert Dubois a donnée de ces courants esthétiques : le cadre prend le pas sur le contenu, le secondaire sur l’essentiel. Mais dans le Tableau de Marnix, cette « inflation du latéral39 » n’a pas de vocation esthétique. La persistance du suffixe « -ique » le désigne avant tout comme un suffixe parasite, stigmatisant l’inutile technicité de la théologie héritée du Moyen Âge.

  • 40 I, 83.
  • 41 Frère mineur de l’Observance et évêque, mais aussi poète, orateur et diplomate, Francesco Panigaro (...)

17Il arrive que l’effet de détrônement ne provienne pas uniquement de la connotation dépréciative du suffixe, mais également du transfert de catégorie grammaticale qu’il occasionne. C’est le cas avec des termes comme « papimaniques » ou « papilonicque », où le suffixe « -ique » transforme le substantif en adjectif. Dans le cas du mot « pape », de la désignation des hauts rangs de la hiérarchie ecclésiastique, ou même de noms propres renvoyant à de grands théologiens, prédicateurs ou controversistes de l’Eglise romaine, ce transfert de catégorie est en lui-même désobligeant. Le substantif se dégrade quand il se transforme en adjectif ; il passe de maître à serviteur. Cet effet est surtout sensible quand le substantif n’a pas subi d’autre déformation : quand on dérive « papimane » en « papimanique », le détrônement n’est pas sensible ; c’est beaucoup plus le cas avec le terme « papable » qui revient à tirer un adjectif utilitaire à partir du titre pontifi- cal. On ne peut pas dire la même chose du dérivé « papal », qui appartient à la langue courante ; en revanche l’effet revient fortement quand Marnix prolonge la dérivation adjectivale d’une terminaison adverbiale en « ment », comme c’est le cas avec « papalement ». Un effet comparable est produit par « papifiquement ». L’adverbialisation paraît plus dévalorisante encore que la dérivation adjectivale, car elle donne plus encore le sentiment d’une économie de langage. Cet effet est particulièrement sensible quand l’adverbialisation est appliquée à des noms propres, comme c’est par exemple le cas dans l’adverbe « panigarolliquement40 », forgé à partir du nom d’un prédicateur italien réputé, Francesco Panigarola, qui est l’une des cibles du Tableau 4141. Les adverbes « papifiquement » ou « panigarolliquement » donnent l’impression que le locuteur ne prend pas le temps de la périphrase (à la manière de., selon l’habitude de.), et qu’il invente un adverbe économique, comme si le Pape ou Panigarola ne justifiaient pas quelques mots supplémentaires. Cette lexicalisation donne aussi à entendre que l’on peut qualifier en un mot la manière d’agir du pape, ou le type de raisonnement mené par Panigarola. Elle prive ces hauts personnages de leur liberté d’action ; cette dernière se trouve réduite à des tics. L’adverbialisation transforme ses victimes en pantins : elle plaque de la mécanique sur du vivant. Elle enferme les hauts personnages de l’Eglise romaine dans une mécanique morpholexicale. Cette impression d’enfermement tient aussi au fait que cette dérivation adverbiale avalise rétroactivement la dérivation adjectivale qui la précède, comme si elle allait de soi. La création « papifiquement » semble lexicaliser sa source, l’adjectif « papifique ». Cette double reclassification fonctionne comme un double tour d’écrou.

  • 42 I, 25 ; II, 257.

18Les réalisations les plus abouties de ces concaténations verbales combinent la dérivation et la composition, jusqu’à produire de véritables monstres lexicaux. L’extrait que nous citions pour commencer contient plusieurs de ces agglomérations remarquables. Au début du deuxième paragraphe, l’imitation du style de l’éloge outré, définissant les théologiens comme de « grands et miraclifiques maistres Decretaliarches souverains archimarmitonerastiques, et reveregrandissimes nugicanoricrepes », semble donner lieu à une expansion des dérivés. L’adjectif « archimarmito- nerastiques » fait en particulier apparaître la dérivation parasynthétique, qui consiste en la double adjonction d’un préfixe (« archi- ») et d’un suffixe (« -astique »). Sur ce principe est aussi forgé l’un des mots les plus spectaculaires du Tableau, « circonvolubilipaternoterisation42 ».

  • 43 III, 38 : « qu’elle produit une melodie de l’autre monde. » ; III, 40, «’huy tout cela est un lang (...)
  • 44 II, 257, dans le même contexte que « circonvolubilipaternoterisation ».
  • 45 Guiseppe Arcimboldo, « Juriste », 1566, huile sur toile, 64x51cm, Stockholm, Statens Konstsamlinga (...)

19La fantaisie verbale opère ici à plusieurs niveaux. Dans le message fictionnel, celui que le personnage de pseudo-catholique croit communiquer, les mots forgés imitent un style ampoulé et pompeux, caractéristique des passages du Tableau où le locuteur est le plus enthousiaste. Dans le message réellement communiqué au lecteur à travers ce discours déréglé, le premier effet de ces divagations lexicales est comique ; il consiste à traduire la folie du locuteur dans son langage. La fantaisie verbale fonctionne ici comme signal de la présence de la fiction, et du pseudo-éloge. Mais ce langage monstrueux possède aussi une seconde valeur, plus directement critique. Ces mots « de l’autre monde » ou « des Antipodes43 », sont chargés d’obscurcir la communication, sur le plan graphique autant que sur le plan sonore, et de dénigrer ce pseudo-catholique à travers son langage. Enfin, si l’on s’approche pour tenter de saisir du sens au sein du chaos, on est amené à percevoir un effet supplémentaire, l’amalgame entre les mots de la religion et des mots à connotation dévalorisante. Cette contamination s’observe par exemple dans le terme « archimarmitonerastique », présent dans notre citation initiale, ainsi que dans le composé du mot « pape » « catho-quinopapale44 », de structure similaire. Ces mots forgés semblent chacun résulter de la réunion de deux vocables, par adjonction d’un « o » intermédiaire, comme cela figure dans les termes modernes « franco-belge » ou « judéo-chrétien ». Mais l’adjonction du « o » est parasitée par l’insertion d’un troisième mot, qui fait basculer le terme amphigourique dans l’univers de la farce : « marmiton » dans le premier cas, et « coquin » dans le second. La soudure détériore les particules qu’elle était censée réunir. Ces effets font penser aux jeux d’optique que la Renaissance affectionnait. Les mots monstrueux du Tableau fonctionnent un peu sur le même principe que les portraits agglomérés d’Arcimboldo. De loin, on voit un homme de loi, qui ressemble étrangement à Calvin ; sa peau ressemble un peu à celle d’un vérolé45. De prêt, on n’aperçoit plus qu’un amoncellement de volailles et de poissons ; la dignité du juriste se perd dans cet assemblage composite à la fois corporel, animal et alimentaire.

20Bien entendu, certains mots échappent aux classements et aux tendances générales de l’écriture marnixienne. On aurait tort de les négliger sous prétexte qu’ils échappent aux classifications ; c’est au contraire ce qui fait leur intérêt. Parmi les dérivés du mot « pape », c’est le cas de l’insolite « Papepipopu », qui ridiculise le titre pontifical en le transposant dans le monde du babil enfantin, et de manière plus insidieuse, le désintègre, en faisant basculer le mot du côté des interjections, du simple jeu sonore. Cette transformation paraît simple, mais elle est assez troublante, car elle opère de manière rétroactive. Le mot « pape » semble être laissé indemne, mais les syllabes qui lui sont adjointes disloquent a posteriori le lien qui unissait ses deux syllabes (en rendant au passage le e muet tonique). L’effet est d’autant plus frappant que pour une fois, le mot forgé n’intervient pas dans une page haute en couleur, multipliant des vocables eux-mêmes constitués d’un agglutinement de particules verbales hétéroclites ; au contraire, il intervient à la fin d’un développement assez sérieux, où le locuteur défend la monarchie pontificale. Seul le mot « papelard » vient annoncer la pirouette finale :

  • 46 I, 218.

Et puis, Jesus Christ ne dit-il pas, qu’il n’y aura qu’une bergerie et un pasteur ? Glose cela comme tu voudras : mais saincte mere Eglise entend par là, que toutes nations de la terre seront assubjetties au Pape de Rome, selon ce qu’est escrit en S. Paul : Quand ta plénitude des gentils sera entrée, tout Israël sera sauvé, c’est à dire, tout le monde sera bon papelard, et toutes nations obeiront à monsieur Papepipopu46.

21Ce n’est ici pas le contexte qui amplifie le mot forgé ; c’est plutôt le mot fantaisiste qui intervient à la clôture d’un argument forcé, pour en sanctionner l’absurdité, par une sorte de déraillement de la voix du locuteur, qui prétend traduire en son langage une phrase de saint Paul. Ce jeu de traduction est sous-tendu par l’un des thèmes récurrents du Tableau, celui de l’interprétation abusive des Ecritures saintes. Le langage enfantin suggère que les chefs de l’Eglise romaine justifient l’existence du pape à l’aide d’interprétations saugrenues des épîtres de Paul, et qu’ils prennent ainsi leurs ouailles pour des enfants.

  • 47 Merlin-Kajman Hélène, La langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, enseignement, Paris, Éditions (...)

22Ces mots-monstres, qui mettent en scène une prolifération luxuriante, sont à mettre en relation avec les représentations satiriques de l’Eglise catholique comme une boutique confuse, faite de canons, de règles, de rites Mathieu de La Gorce et objets distinctifs accumulés au cours des siècles, que l’on rencontre dans les satires et les gravures du xvie siècle. Mais ils paraissent aussi jouer sur l’une des peurs de la fin du siècle par rapport à l’innovation linguistique. Si au début du siècle on a voulu enrichir la langue et la développer comme une plante prolifique, après les guerres de religion on se méfie de plus en plus de l’innovation linguistique, qui risque de créer l’incompréhension et le chaos47. La situation du Tableau paraît assez singulière : Marnix emploie la création verbale, mais dans un sens parodique, en la prêtant à un catholique qui se ridiculise lui-même par son discours. Il se pourrait que l’outil satirique se soit lui-même retourné contre son auteur (qui du reste n’a pas publié son ouvre de son vivant), et que ce langage accusateur ait été ressenti au début du xviie siècle comme excessivement polémique et indigeste. Dès 1555, dans son très célèbre Art poétique français, Jacques Peletier du Mans écrivait :

  • 48 Art poétique (1555), in Traités de poétique., op. cit., p. 269.

Le précepte général en cas d’innovation de mots, est que nous ayons l’astuce de les cacher parmi les usités, de sorte qu’on ne s’aperçoive point qu’ils soient nouveaux48.

  • 49 Cette tendance au précipité lexical explique l’un des traits caractéristiques du Tableau, à savoir (...)

23Nous l’avons vu, dans le Tableau, c’est tout le contraire qui se passe. Non seulement les mots forgés peuvent se faire spectaculaires, mais de surcroît, ils interviennent de manière groupée, dans les pages où le locuteur laisse exploser sa verve. La création verbale est faite pour être perçue, et pour être aussi disharmonieuse que possible49. Il se pourrait que par ce procédé, le Tableau se soit privé lui-même de lecteurs, du moins de lecteurs directs.

LA CRITIQUE LINGUISTIQUE

24Les raisons qui ont conduit Marnix à employer cette arme à double tranchant peuvent être multiples, et en partie insondables ; on peut du moins proposer une hypothèse quant au référent satirique de cette caricature lexicale. Cette révolte linguistique n’est-elle pas liée à une critique du langage lui-même ? Cette langue folle du locuteur catholique n’est-elle pas faite pour suggérer que l’Eglise catholique a déformé la langue commune ? La réponse paraît positive, d’autant plus que cette critique, qui occupe une place importante chez les humanistes réformés, s’exprime à plusieurs reprises dans le Tableau, notamment par le recours à la fantaisie verbale. Dans le passage qui suit, où le locuteur prononce un éloge outré des vertus du langage scolastique, l’innovation lexicale est à la fois la cible de la satire, et l’outil de sa propre dénonciation. L’expression « mots forgez » y apparaît (au début du second paragraphe), non pour désigner la fantaisie verbale, mais pour dénoncer le vocabulaire technique d’une Eglise qui a selon l’auteur perdu de vue sa mission première, qui serait de véhiculer de manière aussi transparente que possible le message du Christ, tel qu’il est transmis par les Ecritures :

  • 50 Le locuteur vante les mérites de la clef d’interprétation littérale, héritée du Moyen Age et reman (...)
  • 51 III, 65-66.

[…] par le moyen de ceste clef50 nous avons entrée en l’arsenal de toutes distractions, ampliations, restrictions, applications, explications, implications, intentions, suppositions, presuppositions, duplications, reduplications, exclusions, inclusions, forclusions, mediats, immediats, parfaicts, imparfaicts, complets et non complets, et mille autres gentillesses que nos maistres massorites, Sorbonistes, et Cabalistes matagrabolizent aux plus profonds loculaments de leur cervelle, pour avoir tousjours quelque trou, par où nous puissions eschapper.
Et finalement elle nous donne accès à la boutique d’un million de mots forgez à la nouvelle enclume matheologique, Kapelicque Sophisticque Romaine, que personne ne sçauroit entendre s’il n’est du mestier, et par ainsi nous sommes hors de danger d’estre descouverts. Car qui entendra je vous prie, nos transubstantiations, transelementations, concomitances, transcendences, nos corporalitez sans quantité corporelle, nos quantitez sans circonscription locale, localités sans lieu, accidens sans substance, substances sans qualités, realités sans estre reël, et puis nos quiddités, ecceités, nominalités, identitez, essentialités, vacuités, abstractions, individuités, secondes intentions, et une infinité d’autres haligornes, hanebanes, Idées, atomes, fanfreluches, quintessences, billevesées, hannicroches, balivernes et tricquedondaines, s’il n’est passé docteur en nos universitez et nous a fait serment de fidelité51 ?

25On aura noté que la suffixation apparaît ici comme l’un des moyens privilégiés d’invention du langage technique employé par la théologie scolastique, à travers les listes de mots en « -tion » et en « -ités ». L’un des aspects les plus frappants de cet extrait consiste à réunir ces mots techniques, qui sont la cible de la satire, et l’outil de cette caricature, la fantaisie verbale qui caractérise plus couramment le langage du locuteur, présente dans les déformations « matheologique » et « Kapelicque », ainsi que dans la liste de synonymes plaisants « haligornes, […] balivernes et tricquedondaines » qui ferme ce passage. Les mots forgés ou fantaisistes du Tableau sont ici employés directement pour critiquer les mots forgés de la scolastique.

26Cette proximité entre la caricature et son référent communique l’un des messages constants du Tableau : si l’on peut faire l’éloge pour rire de l’Eglise romaine, c’est que le langage et le discours de cette institution font déjà la moitié du chemin. C’est en particulier le cas de la théologie scolastique : elle est une caricature d’elle-même. Elle est donc une cible facile ; mais elle est aussi une cible limitée, qui ne concerne qu’une élite intellectuelle. Au demeurant, elle a subi de profondes attaques depuis la querelle du nominalisme ; sa remise en question par les protestants ne fait que s’inscrire dans une position depuis longtemps admise par la plupart des humanistes. On rencontre dans le Tableau une autre critique linguistique, à la fois plus large, moins facile, et plus essentielle. Marnix ne reproche pas seulement au catholicisme d’avoir inventé de nouveaux mots, aisément repérables ; il l’accuse surtout d’avoir transformé le sens des mots anciens. Cette innovation plus masquée, ne se traduisant pas par des modifications formelles, est dévoilée involontairement par le locuteur, qui revendique sottement cette puissance de métamorphose détenue selon lui par son Eglise. Il affirme ainsi que les mots « salut » ou « grace » ne désignent plus une action de Dieu, mais des biens acquis moyennant finance ; que le mot « foi » ne désigne plus une adhésion de cour à la religion, mais un ensemble de rites et de simagrées purement extérieurs qu’il faut faire pour ne pas être persécuté. Le mot « Eglise » lui-même aurait ainsi évolué :

  • 52 I, 25.

[…] a parler correct et en bon langage, stilo curiae Romanae, ce mot Eglise ne signifie pas tousjours la communion ou assemblée des fidelles, comme les Apostres le prenaient de leur temps : Mais se restreint pour le plus souvent, et quand l’on veut parler proprement et en termes Catholiques Romains, à la seule Hierarchie Ecclesiastique, c’est à dire à la saincte et solemnelle entreboucleure, concaténation, et circonvolubilipatenoterisation des beatissimes Papes de Rome, entreavemariés du cordon rouge des illustrissimes Cardinaux pourprés […]52.

  • 53 III, 29. « Calepin » est un mot du xvie siècle, importé de l’italien en 1534. Le mot « calepino » (...)

27Comme le dit ailleurs le locuteur, pour transformer l’Eglise spirituelle du Christ en une institution riche et puissante, il fallait : « apporter un changement en la signification des mots, […] il falloit […] un nouveau Dictionaire ou Calepin53 ». Marnix dénonce ici des dérèglements sémantiques et non plus formels. Les mots n’ont pas changé mais leur sens a évolué ; on dit « Eglise catholique » et l’on pense « Eglise romaine », on dit « foi » et l’on pense « rites », ou même « dons à l’Eglise ». Les fidèles sont trompés car ils croient comprendre un langage qui a évolué de l’intérieur. Ce n’est sans doute pas par hasard que l’un des plus impressionnants mots forgés du Tableau, « circonvolubilipatenoterisation », apparaît pour dénoncer ces manipulations. Les distorsions formelles de la fantaisie verbale sont là pour dénoncer et rendre visible des monstruosités d’autant plus dangereuses qu’elles sont intangibles. Cette langue monstrueuse se présente comme une langue adéquate pour donner à voir la monstruosité du langage catholique, surtout lorsqu’elle est imperceptible. Elle joue le rôle d’un révélateur.

  • 54 II, 247.

28Cette critique se fonde sur une conception très fortement contractuelle du langage, inspirée du nominalisme et surtout de Saint Augustin, et fondée sur une distinction très nette entre le mot et la chose signifiée. Selon cette conception, le lien qui unit le signe et son référent repose sur une convention, mais celle-ci doit être rendue aussi inaltérable que possible, afin d’instaurer la confiance nécessaire à l’échange linguistique : « les mots sont trouvés pour exprimer ce que nous avons conceu au cour », fait dire Marnix à son locuteur, citant lui-même un prédicateur huguenot qu’il dit avoir rencontré dans sa jeunesse54. Paradoxalement, cette doctrine autorise la création de mots, lorsqu’ils désignent des vérités : « Car la verité », affirme le locuteur dans l’une de ces pages pures et claires du Tableau,

  • 55 II, 143.

est une propriété essentielle, intrinseque et inhérente dedans l’estre de la chose […], et non pas accidentelle ou procedante de l’opinion ou de la declaration du tesmoin. Veu que au contraire le tesmoignage n’est qu’un accident extérieur, lequel se nomme ou faux ou veritable, selon qu’il est ou conforme ou discordant avec la chose tesmoignee, sans qu’il puisse aucunement la changer ou alterer55.

29On peut changer les mots ou même en inventer, tant que l’on cherche à saisir la vérité. C’est, dit Marnix à travers son locuteur, ce que faisait saint Augustin :

  • 56 II, 247.

Et ainsi comme dit sainct Augustin, sur ce qu’il luy fut reproché, que ce mot Homousios ou Consubstanciel ne se trouvoit pas en l’Escriture, encor que ce mot ne se trouvoit pas, toutesfois la chose et la Substance s’y trouve, quand il nous est prouvé premierement par sainct Jean, et puis par Sainct Paul, que le fils est egal au Pere56.

30L’objet visé par cette critique linguistique n’est pas tant l’invention lexicale que la dissolution du lien qui unit mots et choses. Ce lien n’est pas désigné par Marnix comme une adéquation originelle, ayant valeur ontologique, mais comme une simple ligature conventionnelle. Néanmoins, cette dimension conventionnelle du langage implique d’être d’autant plus vigilant face au risque d’une détérioration de cette ligature. Celle-ci peut se traduire soit par l’apparition de mots inutiles, dépourvus de référent précis, soit par l’évolution du sens de certains mots essentiels : l’une des fonctions de la fantaisie verbale dans le Tableau paraît être de dénoncer ces deux phénomènes. Elle s’inscrit ainsi paradoxalement dans un plaidoyer pour une langue purifiée, qui dise « ce que nous avons conceu au cour », et permette aux hommes d’échanger leurs pensées sans dissimulation.

***

  • 57 Bakhtine Mikhaïl, L’Ouvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Ren (...)
  • 58 Viret Pierre, La Metamorphose chrestienne, Genève, Jean Le Preux, 1592, p. 458.

31L’appréciation esthétique de cet étrange objet discursif qu’est le Tableau de Marnix est délicate, car il possède l’ambivalence de toute parodie. La fantaisie verbale témoigne d’un évident plaisir, d’un amour du travail lexical. Marnix semble faire partie de ceux qui ont bu à la dive bouteille rabelaisienne. La lecture des romans pantagruéliques semble lui avoir révélé toutes les potentialités de la fantaisie verbale. Mais en même temps, ces inventions sont instrumentalisées au service d’une cause qui prétend domestiquer cette vivacité verbale, comme le relevait M. Bakhtine57 ; pire encore, ces manipulations ont pour première fonction de dénoncer la plasticité de la langue, et de promouvoir une langue pure et stable. Certains coreligionnaires de Marnix, comme le pasteur Pierre Viret-qui a pourtant écrit de volumineux et truculents dialogues -, idéalisent ainsi l’hébreu comme une langue « guerres plus de trois ou quatre cens mots principaux, lesquels ils appellent racines, à cause que d’icelles les autres sortent58 ». Où l’on voit reparaître la métaphore végétale, pour valoriser non les efflorescences, mais l’unité du tronc et de la racine (selon une vision du système racinaire que les botanistes de l’époque comme d’aujourd’hui n’avaliseraient sans doute pas, faut-il remarquer). Utiliser une langue riche, en constante fabrication, pour valoriser une langue pauvre, mais plus propice à la communication, telle paraît être en résumé la démarche paradoxale de Marnix.

32Nous n’avons guère eu l’occasion de souligner l’importance des vocables étrangers dans cette critique. Dans le temps imparti, il n’aurait pas été possible de nous pencher plus spécifiquement sur cette question, mais nous aimerions en dire un mot, afin de lancer un pont entre ces réflexions et la thématique du métissage linguistique. Nous évoquions pour commencer la présence des mots étrangers, anciens ou régionaux dans la langue du locuteur. Ils font assurément partie de cette fantaisie verbale, qui s’appuie sur tout ce qui peut créer l’incompréhension entre les hommes pour inventer un langage obscur. Les hommes du xvie siècle ont comme nous le disions été fortement confrontés à l’échange de vocables entre les langues européennes, ainsi qu’avec les langues orientales, et c’est un point particulièrement sensible pour un auteur des Pays-Bas espagnols. Marnix a publié une première version (beaucoup moins volumineuse) de son Tableau en néerlandais, sous le pseudonyme faussement hébraïque d’Isaac Rabbotenu. Le croisement des langues semble ainsi s’intégrer à ce dispositif avec les mêmes ambivalences que les modifications formelles sur lesquelles nous nous sommes concentrés. Il fait partie du jeu linguistique, il est pratiqué avec entrain par un auteur qui, comme l’étaient souvent les humanistes, pratiquait plusieurs langues, et que sa carrière diplomatique a conduit à voyager ; mais il est également montré comme un phénomène inquiétant, propice à la discorde, et employé par conséquent comme l’un des outils de la satire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE COMPLÉMENTAIRE

Corpus

marnix de Sainte-Aldegonde Philippe, Tableau des différens de la religion, Traictant de l’Église, du Nom, Definition, Marques, Chef, […] et Doctrines d’icelle. Auquel en un commun tableau sont proposez et examinez les argumens, […] et disputes, qui aujourd’huy sont en debat, entre ceux que l’on nomme Catholiques d’une part, et ceux que l’on appelle Reformez, ou Évangeliques de l’autre. Recueilly et composé par Philippe de Marnix, Seigneur du mont Sainte Aldegonde, etc. (1598-1605), éd. Slatkine reprints, Genève, 1971, fac-similé de l’édition Van Meenen (1857-60), 4 vol.

Littérature secondaire

Jeanneret Michel, Le Défi des signes. Rabelais et la crise de l’interprétation à la Renaissance, Orléans, Paradigme, 1994.

Notes

1 Par la célèbre ordonnance de Villers-Cotterêts, sous François Ier.

2 Sur cette mobilité de la langue et notamment la métaphore végétale, voir Jeanneret Michel, Perpetuum mobile, Métamorphose des corps et des œuvres de Vinci à Montaigne, Paris, Macula, 1997, p. 195-216, « flexions de la langue ». Le domaine du vocabulaire, précise cet auteur, est le plus mobile, même si l’orthographe, la syntaxe et la ponctuation sont elles aussi loin d’être fixées.

3 Ibid. p. 207, d’après une observation de Georges Gougenheim.

4 D’après Horace, nugae canorae, « phrases sonores et stupides », et crepare, « parler bruyamment » (Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde dans son Tableau des differens de la religion, Bruxelles, Palais des Académies, 1953, p. 63).

5 Longue lignée d’ancêtres (latinisme utilisé rarement en généalogie).

6 Lors de la publication de la bulle papale le menaçant d’excommunication, en 1519, Luther invita les maîtres et étudiants de Wittenberg à brûler des livres du Droit canon.

7 De κεραυγόβολος, lance-foudre, Jupiter, et « bulle » (ibid., p. 98).

8 C’est-à-dire le pape.

9 Marnix de Sainte-Aldegonde Philippe, Tableau des différens de la religion, Traictant de l’Église, du Nom, Definition, Marques, Chef, […] et Doctrines d’icelle. Auquel en un commun tableau sont proposez et examinez les argumens, […] et disputes, qui aujourd’huy sont en debat, entre ceux que l’on nomme Catholiques d’une part, et ceux que l’on appelle Reformez, ou Évangeliques de l’autre. Recueilly et composé par Philippe de Marnix, Seigneur du mont Sainte Aldegonde, etc. (1598-1605), Genève, éd. Slatkine reprints, 1971, fac-similé de l’édition Van Meenen (1857-60) vol. II, p. 304-305. Nous nous contenterons pour les références suivantes de donner le numéro du volume et le numéro de page.

10 Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., p. 73-110.

11 Pour un point biographique récent sur Marnix, voir Braekman Emile Michel, Le Protestantisme belge au 16e siècle : Belgique, Nord de la France, Refuge, la Cause, « protestantes », 1999.

12 I, 412-413 : «’avez vous jamais ouy dire, comment son grand bisaieul le premier Jupin Lance-foudre, que les Schytes à bon droict appelloient Pappeie, comme dit Herodote, voulut une fois traicter Messieurs ses condieux ? […] Et Penses-tu que nostre Pappe Capitolin, qui est succedé en ce beat siege Romanesque, en vueille faire moins aujourd’hui ? »

13 Le terme « papegai » désigne en français moderne un perroquet d’Amérique ; on peut donc dire qu’il s’est maintenu en se spécialisant.

14 Voir la cit. de la note précédente, et la célèbre liste du prologue de 1548 du Quart Livre : « Caphards, Cagotz, Matagotz, Botineurs, Papelards, Burgotz, Patespelues, Porteurs de Rogatons, Chattemittes » (Rabelais, Ouvres complètes, Mireille Huchon [éd.], Paris, Gallimard, « de la Pléiade », 1994, p. 717).

15 « Pantagruel descendit en l’isle des Papimanes. Chapitre XLVIII. » ; l’île et ses habitants sont annoncés au chapitre XLV (où les voyageurs visitent l’île des « papefigues »), et dès la fin du prologue du Tiers Livre, le narrateur déclare : « renonce ma part de Papimanie, si je vous happe » (ibid., p. 352).

16 Op. cit., p. 34-41.

17 Cette enquête a été en grande partie menée par Lazare Sainéan (L’Influence et la réputation de Rabelais. Interprètes, lecteurs et imitateurs. Un rabelaisien (Marnix de Sainte-Aldegonde), Paris, 1930, p. 261-302) et Marcel Govaert, mais ces relevés philologiques demanderaient à être vérifiés et révisés, notamment à l’aide des moyens fournis par l’informatique.

18 Delboulle Achille, « marnix de Sainte Aldegonde, plagiaire de Rabelais », in R. H. L. F, t. III, 1896, p. 440-443.

19 Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., p. 34-41.

20 IV, 38-39.

21 II, 177.

22 II, 77.

23 On la trouve dans cette prophétie prononcée par le « d’hostel et fourrier [du] seigneur de Painensac », dans Gargantua : « O petit mignon, tu nous a baillé foin en corne : je te voirray quelque jour pape. /Je l’entends (dist il) ainsi. Mais lors vous serez papillon : & ce gentil papeguay, sera un papelard tout faict » (XII, éd. cit. p. 37). Les deux animaux (oiseau et papillon) sont également liés dans un contexte moins nettement religieux, dans Le Quart Livre, chap. LXV (op. cit., p. 693) : « suys guay comme un Papeguay, joyeulx comme un Esmerillon, alaigre comme un Papillon ».

24 I, 36. Le terme « cornegaux » n’est pas transparent, mais dans le Tableau, la corne est l’un des attributs constants du pape et des prélats qui portent la tiare, désignés comme « cornus ».

25 Cinquiesme livre, II, op. cit., p. 732. Guy Demerson commente dans son édition : « suffixe - al est assez fréquent dans les noms d’offices ecclésiastiques mais il est ici déformé de façon à rappeler le suffixe péjoratif - ot » (Rabelais, Ouvres, Guy Demerson (éd.), Paris, Éditions du Seuil, «’Intégrale », 1973, p. 796).

26 À côté de Marnix, on pourrait citer les Satyres chrétiennes de la cuisine papale, attribuées à Th. de Bèze, l’Apologie pour Hérodote d’Henri Estienne, ou encore, dans le camp du gallicanisme anti-Ligueur, la Satyre Ménippée.

27 Rigolot François, Les Langages de Rabelais, Genève, Droz, « courant », 1972-1996, p. 17.

28 Mais également dans « baragouinesque » (III, 50), « cardinalesque » (IV, 154, 179), jupinesque (III, 123, passim), etc. (voir Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., p. 54).

29 On le rencontre aussi dans « miraclifiques», présent dans le premier extrait cité, ainsi que dans « moinifique » (I, 62, 106), transubstantionifique (III, 124) (Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., p. 55).

30 III, 112, 157, 177.

31 I, 29, 91, 99.

32 II, 63 ; II, 118 (Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., p. 66 pour cette référence et les suivantes).

33 I, 31.

34 Ibid.

35 III, 66.

36 I, 78.

37 I, 253.

38 Voir Govaert Marcel, La Langue et le style de Marnix de Sainte Aldegonde., op. cit., p. 67.

39 Dubois Claude-Gilbert, Le Maniérisme, Paris, PUF, 1979, p. 150 et 196.

40 I, 83.

41 Frère mineur de l’Observance et évêque, mais aussi poète, orateur et diplomate, Francesco Panigarola lutta ardemment contre le parti huguenot d’Henri de Navarre, apparaissant comme l’un des principaux prédicateurs de la ContreRéforme (Benzi Utzima, « la transgression à la règle. Itinéraire et conversion de Francesco Panigarola (1548-1594) », in Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11 (« Bonnes manières et mauvaise conduite »), 2007).

42 I, 25 ; II, 257.

43 III, 38 : « qu’elle produit une melodie de l’autre monde. » ; III, 40, «’huy tout cela est un langage des Antipodes. ».

44 II, 257, dans le même contexte que « circonvolubilipaternoterisation ».

45 Guiseppe Arcimboldo, « Juriste », 1566, huile sur toile, 64x51cm, Stockholm, Statens Konstsamlingar.

46 I, 218.

47 Merlin-Kajman Hélène, La langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, enseignement, Paris, Éditions du Seuil, 2003.

48 Art poétique (1555), in Traités de poétique., op. cit., p. 269.

49 Cette tendance au précipité lexical explique l’un des traits caractéristiques du Tableau, à savoir le fait que la fantaisie verbale y est spectaculaire, mais non constante. À côté des morceaux de bravoure qui sont évoqués ici, on y rencontre des pages aussi claires que la plus pure prose calvinienne. Voir par exemple I, 375-376.

50 Le locuteur vante les mérites de la clef d’interprétation littérale, héritée du Moyen Age et remaniée par la scolastique, qui permet selon lui à l’Église romaine de tirer ce qu’elle veut des textes saints pour justifier ses règles et son organisation.

51 III, 65-66.

52 I, 25.

53 III, 29. « Calepin » est un mot du xvie siècle, importé de l’italien en 1534. Le mot « calepino » désignait un dictionnaire, d’après le nom d’un moine augustin du xve siècle, dont le dictionnaire latin avait connu une très large diffusion dans toute l’Europe.

54 II, 247.

55 II, 143.

56 II, 247.

57 Bakhtine Mikhaïl, L’Ouvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, A. Robel (trad.), Paris, Gallimard, 1970.

58 Viret Pierre, La Metamorphose chrestienne, Genève, Jean Le Preux, 1592, p. 458.

Table des illustrations

Légende Les occurrences multiples sont signalées par la mention « = n ».
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable