Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Les mots qui migrent

« Irish mist » et « the French call » : réflexion autour des mots irlandais et français en anglais

James McCabe

Texte intégral

  • 1 La littérature consacrée à la question de l’impact celte est vaste, et souvent contradictoire. Une (...)
  • 2 Cette question, également, est très controversée. Une excellente analyse de l’apport irlandais (so (...)
  • 3 Il existe sur cette question une multitude d’études. Parmi les études les plus marquantes on pourr (...)
  • 4 Voir le chapitre « Celtic Language Puzzle », in Crystal David, The Stories of English, Londres, Pe (...)

1Étant donnée lhistoire particulière de la Grande Bretagne et ses tant relations au cours des siècles avec ses voisins proches, on aurait pu s’attendre à trouver dans la langue anglaise autant de mots celtes que de mots français. Cependant, il n’en est rien. En réalité, un fossé phénoménal sépare les deux univers linguistiques. Ceci a certes de quoi étonner. Malgré la préexistence des Celtes sur le sol britannique, malgré la cohabitation ? certes difficile ? des deux peuples (celtes et envahisseurs) pendant plusieurs générations, et, à une époque plus récente, malgré les rapports très étroits ? bien que souvent également conflictuels ? entre la Grande Bretagne et les pays modernes dit celtes (l’Irlande, l’Ecosse et le Pays de Galles), peu ou relativement peu de mots celtiques ont infiltré l’anglais1. À une échelle culturelle plus réduite, peu de mots véritablement irlandais ont marqué la langue anglaise2. Le français, en revanche, depuis l’installation en Angleterre des Normands au xie siècle, entretient une relation privilégiée avec l’anglais. À certains égards, il fait corps avec l’anglais ; il en constitue une dimension lexicale importante3. Selon les chercheurs et en fonction des façons de compter, la langue française serait à l’origine, directement ou indirectement, d’un quart ou d’un tiers du lexique anglais. Les langues celtiques, elles, brillent par leur absence ; et ce depuis toujours. Les langues celtiques modernes n’ont pas fait mieux que les langues celtiques anciennes. Que d’occasions et de rencontres ratées pour les langues celtiques ! En dehors de toute polémique, l’affaire est malaisée à comprendre. Dans un ouvrage récent, David Crystal n’évoquait-il pas ce qui constitue toujours une véritable « énigme » celtique4 ?

  • 5 En effet, dans le sens Irlande ? France, il y a très peu de liens linguistiques (en dehors des mot (...)

2Le but de cette recherche n’est évidemment pas de comparer ce qui n’est pas comparable, mais tout simplement de partir d’un constat qui s’impose, et de se focaliser indépendamment sur deux univers linguistiques particuliers qui n’ont pas grand-chose en commun5. Le principal point de convergence des mots irlandais et des mots français est qu’ils se retrouvent aujourd’hui exploités par la grande langue de communication internationale qu’est devenu l’anglais.

3Le titre que j’ai proposé pour cet article illustre bien le décalage qui existe entre ces deux univers linguistiques.

4La partie relative au lexique irlandais (ou plus largement celte) porte la mention « Irish mist ». Cette locution, au-delà de la fameuse liqueur, évoque, d’une part, le souvenir d’un passé lointain quelque peu obscurci par le temps mais prétendument glorieux ou doré (ce qu’on désigne en anglais par la phrase « the golden age of Irish saints and scholars », s’étendant du ve au ixe siècle approximativement), et, d’autre part, elle évoque le côté brumeux qui continue de caractériser les rapports entre l’anglais et la langue celtique qu’est le gaélique d’Irlande.

5La partie relative au lexique français porte la mention « the French call ». Cette locution évoque naturellement l’attrait qu’exerce encore aujourd’hui le français sur la langue anglaise, mais elle pointe aussi la rivalité qui existe entre ces deux langues majeures. Cette locution, en fait, est un jeu de mots qui permet de jauger le rapport souvent tendu entre l’anglais et le français ; et ce, à partir d’une source journalistique particulière, le très réputé journal hebdomadaire anglais The Economist.

« IRISH MIST »

  • 6 Les emprunts phonétiques et syntaxiques représentent un aspect très important de l’influence irlan (...)
  • 7 L’emprunt irlandais le plus ancien est sans doute le mot « kern» (xive siècle ; fantassin), dérivé (...)

6La question de l’impact irlandais sur la langue anglaise connaît depuis quelques années un regain d’intérêt. Les recherches que je mène se focalisent surtout sur les emprunts lexicaux (« loan words ») plutôt que sur les autres formes d’influence linguistique, les emprunts syntaxiques et phonétiques6. La période en question couvre environ cinq siècles : les emprunts les plus anciens remontent au xive siècle7, mais la majorité se situe aux xviiie, xixe et xxe siècles. Cette recherche consiste, dans un premier temps, à répertorier l’ensemble des mots auxquels on prête une origine irlandaise : une origine dans le gaélique d’Irlande (IrG) ou dans l’anglais tel qu’il est parlé en Irlande (IrE). Premier constat, sans surprise, il y en a fort peu (le nombre, toutefois, est difficile à établir), et, deuxième constat, cette apparente pénurie fait l’objet d’un grand débat. Sur le fond règne donc encore une grande incompréhension, et même une grande tension.

7La définition même de l’emprunt irlandais pose également problème. Dans quelle mesure ces mots irlandais (si peu nombreux soient-ils) ont-il sété vraiment adoptés par l’anglais ? Dans le lexique dit irlandais on parle souvent d’« Irishisms », des mots d’origine irlandaise dont l’usage ne dépasse pas vraiment l’Irlande. Des mots comme « amadan » (idiot), « crannog » (bateau traditionnel), « taoiseach » (premier ministre irlan- dais) et « camogie » (sport traditionnel) sont typiques de cette catégorie. Pour les autres, ceux qui ont voyagé hors des frontières de l’Irlande, ce sont des mots essentiellement de faible fréquence et de registre plutôt informel, des mots qui renvoient souvent à la culture traditionnelle irlandaise et même à ses aspects les plus folkloriques. Quelques exemples de ces mots plus ou moins bien connus : « shamrock » (trèfle ; emblème de l’Irlande), « leprechaun » (lutin), « banshee » (fée) et « cailin » (jeune fille irlandaise). Si bon nombre de mots manifestement irlandais figurent dans des dictionnaires britanniques ou américains, c’est en général par allusion à l’Irlande, une Irlande plutôt romantique ou mythique.

  • 8 Je classe « hooligan » dans le groupe de mots irlandais authentiques, même si les conditions de so (...)
  • 9 Cassidy Daniel, How the Irish Invented Slang. The Secret Language of the Crossroads, Petrolia (Cal (...)

8Dans cet ensemble, l’ensemble des mots dits irlandais, d’autres affinages sont à faire. Il y a, d’une part, d’authentiques mots « irlandais » ; des mots dont les origines irlandaises (ou éventuellement écossaises) sont incontestables. Dans ce groupe on peut citer des mots comme « galore » (à foison), « hooligan8 », « boycott », « bog » (tourbière) et « whiskey ». On recense également bon nombre de ce qu’on pourrait qualifier de « prétendants » ; des mots d’origine inconnue mais qui auraient quelque chose d’irlandais. Des mots comme « shanty » (baraque), « kibosh/put the kibosh on something » (mettre fin à quelque chose), « shenanigans » (ruse, tromperie), « smashing » (épatant) et « malarky » (foutaise) appartiennent à ce groupe. S’ajoute à ces deux catégories un groupe qu’on pourrait qualifier de « sauvageons » : une série de mots dont les prétendues origines irlandaises sont extravagantes ou même farfelues. Ce manque total de crédibilité ne les empêche pas de faire surface dans des études plus ou moins sérieuses. Une récente publication particulièrement hardie n’a-t-elle pas affirmé qu’une foultitude de mots argotiques américains (quelques 800 items) était d’origine irlandaise9 ?

9L’approche que je prône vise, évidemment, à tenter de démêler le vrai du faux, mais aussi, et surtout, à cerner les motivations particulières des différents acteurs dans ce domaine : lexicologues anciens et modernes, observateurs culturels ou commentateurs en tous genres. En effet, dans la question du lexique irlandais, le contexte socio-culturel est extrêmement important. D’une part, il y a historiquement une tendance à minimiser l’apport irlandais, et même à le nier : les Anglo-Saxons n’avaient apparemment rien à apprendre des Irlandais, comme les Angles et les Saxons n’avaient rien à apprendre des Celtes. D’autre part, il y a une tradition contestataire (celticiste) qui dénonce ce qui apparaît comme une flagrante injustice et qui vise à réparer un tort, combat qui s’avère, lui aussi, souvent excessif. En effet, plusieurs chercheurs arborent aujourd’hui une attitude « pro-celtique » ou même « pro-irlandaise ». Et enfin, il y a aujourd’hui une école qui se donne pour but d’être objective, la plus objective possible, et qui prône une véritable méthode scientifique exigeant, avant toute affirmation d’origine, des preuves qui relèvent essentiellement de trois catégories : historiques, étymologiques et phonétiques.

10Sur la base d’un lexique dont les origines irlandaises sont relativement sûres se dégagent deux voies particulières de recherche :

11Réalisation d’une étude thématique : il serait intéressant et utile de construire un inventaire des emprunts lexicaux irlandais et d’en proposer une typologie, à l’instar de ce qui a été fait pour le français, mais évidemment à une échelle beaucoup plus réduite. Les premiers pas effectués dans ce sens laissent entrevoir des groupements lexicaux autour de thèmes guère flatteurs pour l’Irlande comme la bagarre, l’alcool, la tromperie/la flatterie, la terre et la famille. Ce type d’étude se heurte cependant à un obstacle fondamental : les origines irlandaises de bon nombre des mots concernés sont spéculatives. Le terrain sur lequel on essaie de construire est donc très mouvant.

12Travail sur la lexicalisation des noms propres irlandais : en effet, une forme d’antonomase marque profondément l’apport irlandais. De nombreux prénoms, patronymes et toponymes irlandais (ou à consonance irlandaise) se retrouvent hissés (ou rabaissés) au rang de noms communs ou intégrés dans des phrases populaires, le plus souvent avec un sens péjoratif. Tout le monde connaît les détournements plutôt classiques dont ont fait l’objet les prénoms Paddy/Pat et Mick, les patronymes Hooligan, Brannigan et Riley, et les toponymes Donnybrook et Blarney, mais ces cas bien connus ne constituent que la pointe visible d’un gigantesque iceberg. Un regard plus appuyé sur l’anglais familier (britannique et américain essentiellement) révèle des habitudes linguistiques bien ciblées et bien ancrées. Au sein de cette lexicalisation, certains domaines socioprofessionnels s’avèrent particulièrement riches, notamment celui de la police américaine.

13Ce rapide aperçu de l’apport irlandais, quoiqu’incomplet, souligne une triste vérité : cet apport ne donne de l’Irlande qu’un trop rapide et hâtif aperçu. L’histoire coloniale y est naturellement pour quelque chose. Dans la langue anglaise, l’Irlande est peu présente, et lorsqu’elle est présente, c’est surtout pour ses aspects les plus caricaturaux et ses prétendus défauts.

« The French Call »

14Il en va autrement de l’apport français, même si, pour bien d’autres raisons, des tensions existent entre les mots français et l’anglais.

  • 10 C’est le constat du linguiste français Claude Hagège, alors que l’anglais s’empare du label plus f (...)
  • 11 Le classement de Jean Tournier est présenté dans l’ouvrage de référence, Introduction descriptive (...)

15La locution « the French Call » évoque très clairement la place privilégiée qu’occupe le français dans la langue anglaise. En effet, le mot français répond souvent à un appel ; c’est en général un contexte ou un registre particulier qui appelle le mot français. Souvent considéré comme une « langue de culture » ou comme une « langue élitiste10 », le français colonise des domaines lexicaux particuliers. Il existe plusieurs tentatives de classement à ce sujet, notamment les « quatre champs notionnels privilégiés » élaborés par Jean Tournier en 1985 : « vêtements, tissus, mode », « beaux-arts, littérature et critique », « cuisine » et « galanterie11 ». Quel que soit le classement idéal, il est manifeste que le français occupe un registre élevé dans la langue anglaise. L’emploi d’un mot français correspond souvent à la recherche du « mot juste » dans un domaine technique ou artistique, et souvent le mot français a une valeur stylistique ou rhétorique importante. Il s’emploie typiquement par opposition à un banal mot anglais.

16Même dans un hebdomadaire aussi « averti » que The Economist, cette fonction culturelle et rhétorique se confirme. En effet, il y a davantage de mots français dans les articles à contenu artistique, au ton solennel ou même satirique. À un niveau plus graphique, on constate aussi que les mots français trouvent souvent leur place dans les titres, sous-titres et légendes (souvent humoristiques), ce qui souligne bien sûr leur valeur rhétorique. Enfin, il y a les mots et expressions préférés ou même fétiches d’une équipe de rédaction. Dans The Economist, parmi les mots français les plus régulièrement et ostensiblement cités on trouve « dirigiste », « déjà vu », « plus ça change » et « de rigueur ».

17Un travail approfondi sur l’utilisation du français dans The Economist est en cours. Je suis en effet en train de répertorier l’ensemble des mots français utilisés dans ce journal au cours des 12 dernières années. Ce travail se réalise grâce à la base de données mise en place par le journal sur son site web. Se pose évidemment au cœur de cette recherche la question fondamentale de la définition du « mot français » et, parallèlement, de son statut de « mot étranger » par rapport à la langue anglaise. Le tout est de savoir si le mot français est naturalisé, ou si au contraire il est reconnu comme étant un emprunt. Il y a également le cas des mots français qui sont tombés plus ou moins en désuétude dans la langue française mais qui ont été préservés en anglais, sans oublier les mots français dont le sens a légèrement ou singulièrement changé lors de leur voyage d’une langue à l’autre (et parfois dans les deux sens).

  • 12 Le journal est surtout connu pour sa politique libérale sur le plan économique (grand défenseur du (...)

18La locution « the French Call » permet aussi de contrôler les biais sociopolitiques qui entourent l’emploi de mots français, et ce, à travers un exemple particulier de la presse anglaise. Une recherche informatisée à partir de phrases tronquées comme « what the French call. », « the French word for. » ou bien « as the French say. » (commentaires méta-énonciatifs, formes explicites) donne des résultats très intéressants et même édifiants. Les locutions ou mots français identifiés de cette façon constituent un échantillon représentatif des termes/concepts français qui interpellent un certain public anglais ou qui lui posent problème. Parmi les termes identifiés de cette façon on peut citer : « cohabitation », « langue de bois », « déclassement », « emplois fictifs », « pipolisation », « délocalisation », « grands projets », « régalien », etc. Ce type de recherche permet de répertorier les mots/concepts français qui sont véritablement ou prétendument étrangers à l’anglais, ou, en tout cas, étrangers à l’esprit de ce journal au penchant très libéral12.

  • 13 L’article en question porte un titre très accrocheur : « in doubt, bash the French. What is it abo (...)

19Enfin, la phrase « the French call » peut s’entendre d’une autre façon, liée à la seconde. « The French call », c’est aussi ce qu’on pourrait appeler la valeur ajoutée dont « bénéficie » le français et la France du point de vue de ce journal anglais et des Anglo-Saxons en général. Il s’agit, bien sûr, d’une valeur ajoutée par la négative car elle s’inscrit dans une sorte de bataille idéologique. Dans The Economist, disons-le franchement, la France est souvent abusivement citée. Ceci se vérifie, par exemple, lorsque La France est brocardée comme emblème absolu de dirigisme ou de centralisme ; il se vérifie également lorsque la France est épinglée comme étant le pays des vacances et des jours fériés, lorsque la tradition intellectuelle de la France est dénigrée, ou même, sur un ton certes plus circonspect, lorsque le peuple français est évoqué comme peuple peu enclin à se laver. Ce qui est intéressant, c’est que The Economist fait preuve à cet égard d’une attitude ambivalente impressionnante. D’une part, il est conscient de cette drôle de valeur ajoutée dont jouit la France, et souvent de son manque de fondement ; d’autre part, il est complice de son maintien. Un article publié en 1998 évoque l’étrange fascination qu’exerce la France sur le monde entier (et pas seulement sur le monde anglo-saxon), et la tradition bien ancrée qui consiste à taper sur la France, surtout quand cela va mal chez soi13.

20Les mots français sont au cœur de The Economist comme ils sont au cœur de l’anglais, mais ils ont peut-être ici une raison d’être supplémentaire. En effet, pour un journal de cette trempe, ils constituent un formidable outil stratégique. Dans le débat qui oppose les Français et les Anglo-Saxons, les mots français permettent non seulement d’élever le ton mais aussi de le donner, pour mieux poursuivre un objectif idéologique.

21En guise de conclusion, je voudrais faire quelques remarques sur les mots français et irlandais au sein de la grande langue de communication internationale qu’est devenu l’anglais.

22Il y a finalement peu de rapport entre les mots français et les mots irlandais dans la langue anglaise : les uns sont très nombreux et font corps même avec l’anglais, les autres sont excessivement rares et peu utiles au locuteur cultivé. Les uns (les mots français) jouissent d’une grande visibilité en raison de leur étymologie et de leurs formes typiquement françaises ; les autres (les mots irlandais) ressemblent à peu de chose (il s’agit le plus souvent de mots familiers), et ont toutes les peines du monde à faire reconnaître leur véritable étymologie.

23Il y a peu de rapport entre les mots français et les mots irlandais en langue anglaise si ce n’est qu’ils partagent aujourd’hui un destin commun : celui de participer, qu’ils le veuillent ou non, au rayonnement de l’anglais dans le monde entier. Ce rayonnement est clairement au profit de l’anglais (avec peut-être un petit faisceau de lumière braqué sur le français). L’anglais s’impose en effet aujourd’hui comme la langue de communication internationale par excellence. Le français, dévolu au rôle de langue de culture, apparaît de nos jours comme son fidèle serviteur dans une entreprise plus vaste. L’exploitation du français dans un journal comme The Economist peut aller jusqu’à des séances de tapage culturel, mais, en général, l’ambiance reste bon enfant. Le combat idéologique s’accompagne clairement d’entente cordiale. Le cas des mots irlandais est bien moins glorieux. Les bribes de gaélique que l’on croise ici et là en anglais sont des témoins d’une époque clairement révolue, d’une culture visiblement écrasée et morcelée. Plus encore, par leur côté souvent folklorique, ces restes gaéliques ouvrent sûrement à propager une image réductrice, ou en tout cas romantique, de l’Irlande et du monde celte. Le rapport de force entre les deux univers linguistiques frôle parfois le paternalisme, notamment dans le cas des noms propres lexicalisés.

  • 14 Le caractère éminemment colonial de l’anglais (notamment dans le cadre de l’enseignement de l’angl (...)

24Une telle situation n’a pourtant rien d’étonnant, car ainsi en est-il des langues. À l’instar de l’histoire qui est écrite par les pays les plus forts (les vainqueurs), les langues dominantes imposent elles aussi au monde leur propre vision du monde. En raison de sa domination sur la scène internationale et surtout de son statut de langue qu’il est nécessaire d’apprendre (la langue que l’on doit connaître pour être compétent et pour pouvoir communiquer), l’anglais est un formidable disséminateur de valeurs14. Là où il apporte aux gens du monde entier la possibilité d’échanger, il leur apporte également ses propres lumières et préjugés. Les mots français et les mots irlandais qu’il a en son sein ne constituent qu’une partie de ses nombreux arguments ? l’anglais, une langue extrêmement emprunteuse, s’enrichit de mots de nombreuses langues ? mais, pour des raisons bien différentes, ils sont un échantillon très représentatif de sa puissance et de sa superbe.

Notes

1 La littérature consacrée à la question de l’impact celte est vaste, et souvent contradictoire. Une excellente synthèse de la question est proposée par Markku Filppula, Juhani Klemola, et Heli Paulasto dans un ouvrage récent, English and Celtic in Contact, New York-Londres, Routledge, 2008. En effet, ces auteurs soulignent la complexité des rapports entre l’anglais et les langues celtes, ainsi que la tension qui, depuis longtemps, règne dans le débat linguistique.

2 Cette question, également, est très controversée. Une excellente analyse de l’apport irlandais (sous toutes ses formes) est proposée par Raymond Hickey dans un ouvrage récent, Irish English. History and Present-Day Forms, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, chap. 5 et 6.

3 Il existe sur cette question une multitude d’études. Parmi les études les plus marquantes on pourrait citer : Mackenzie Fraser, Les Relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, E. Droz, 1939 ; Bliss Alan J., Dictionary of Foreign Words and Phrases in Current English, London, Routledge and Kegan Paul, 1996 ; Chirol Laure, Les « Mots français » et le mythe de la France en anglais contemporain, Paris, Klinksieck, 1973 ; Tournier Jean, Introduction descriptive à la lexicogénetique de l’anglais contemporain, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1985 ; et Chadelat Jean-Marc, Valeur et fonctions des mots français en anglais à l’époque contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2000.

4 Voir le chapitre « Celtic Language Puzzle », in Crystal David, The Stories of English, Londres, Penguin Books, 2005, p. 29-30. La remarque de David Crystal concerne surtout le rapport entre le brittonique (langue des Celtes installés sur le territoire qui deviendra l’Angleterre) et la langue parlée par les envahisseurs anglosaxons, mais, assez curieusement, il recouvre une plus grande problématique, celle des Celtes en général.

5 En effet, dans le sens Irlande ? France, il y a très peu de liens linguistiques (en dehors des mots irlandais véhiculés par l’anglais moderne : « boycott », « whiskey », « hooligan »). Le mot « fiacre » est peut-être le seul terme qui relie directement les deux cultures. Le mot français doit son origine, un peu par accident, au prénom d’un moine irlandais du viie siècle, saint Fiachra. En effet, au xviie siècle, un hôtel situé rue Saint Antoine à Paris, lequel portait le nom Le Saint Fiacre (accompagné d’une enseigne à l’effigie du saint), abritait un des derniers loueurs de ces véhicules. Le nom de l’hôtel (et du saint) est ainsi passé aux voitures.

6 Les emprunts phonétiques et syntaxiques représentent un aspect très important de l’influence irlandaise. En effet, les spécialistes aujourd’hui estiment que c’est dans ces domaines que réside l’impact le plus important, notamment sur des formes dialectales.

7 L’emprunt irlandais le plus ancien est sans doute le mot « kern» (xive siècle ; fantassin), dérivé du gaélique ceithern.

8 Je classe « hooligan » dans le groupe de mots irlandais authentiques, même si les conditions de son adoption sont loin d’être claires. Il semblerait toutefois qu’il fût inspiré par un patronyme irlandais (Hooligan ou Hoolahan), le nom d’un authentique fauteur de troubles, ou, à défaut, par une tradition de moquerie autour de ce patronyme. La thèse de l’origine russe de ce mot semble maintenant écartée.

9 Cassidy Daniel, How the Irish Invented Slang. The Secret Language of the Crossroads, Petrolia (California), Counterpunch, 2007. Cet Irlando-Américain visiblement n’a peur de rien. Il revendique pour l’Irlande la paternité de mots phare comme « jazz » et « poker », ainsi qu’une pléiade de mots américains familiers ou argotiques comme « bunkun », « dude », « corny », « shag », « buddy », « booze », « gibberish ».

10 C’est le constat du linguiste français Claude Hagège, alors que l’anglais s’empare du label plus fonctionnel et plus convoité de « de communication ». Le but de Claude Hagège est naturellement de contrer ce catalogage hâtif de la langue française, afin de lui (re) donner toute son importance au plan mondial ; Hagège Claude, Combat pour le français : au nom de la diversité des langues et des cultures, Paris, Odile Jacob, 2006.

11 Le classement de Jean Tournier est présenté dans l’ouvrage de référence, Introduction descriptive à la lexico-génétique de l’anglais contemporain, op. cit., p. 330-331. Un autre classement en quatre catégories est proposé par Philip Thody (Le Franglais. Forbidden English. Forbidden American. Law, Politics and Language in Contemporary France. A Study in Loan Words and National Identity, Londres, Athlone Press, 1995, p. 280-288) : «, politics and diplomacy », «, drink and fashion », «, literature and language », «, physical, social and sexual behaviour, personal characteristics and intellectual distinctions ». Laure Chirol, pour sa part (Les « Mots français » et le mythe de la France en anglais contemporain, op. cit., p. 33), remarque que la langue anglaise emprunte à la langue française « certaine conception de la vie sociale », et classe ces mots français en 3 catégories : « Art de vivre », « savoir-faire», et « savoir-vivre ». Jean-Marc Chadelat, partant de l’étude de Laure Chirol, affine cette analyse : « mots français en anglais sont donc les signes idéologiques d’une distinction. Les thèmes préférentiels des mots français, la distinction, les manières, l’esprit et le langage impliquent une vision du monde idéologique qui n’est pas neutre » (Valeur et fonctions des mots français en anglais à l’époque contemporaine, op. cit., p. 209).

12 Le journal est surtout connu pour sa politique libérale sur le plan économique (grand défenseur du principe de laisser-faire, et pourfendeur de toute politique dirigiste), mais il est libéral aussi sur le plan social et linguistique. En effet, il est favorable, par exemple, à la légalisation de la prostitution, de la drogue, ainsi qu’au mariage gay, et il pratique un joyeux mélange de registres linguistiques (mots savants et mots familiers).

13 L’article en question porte un titre très accrocheur : « in doubt, bash the French. What is it about French ideas and culture that so exasperates foreigners ? » (10 décembre 1998).

14 Le caractère éminemment colonial de l’anglais (notamment dans le cadre de l’enseignement de l’anglais comme langue secondaire à travers le monde) est souligné par Alastair Pennycock dans son livre English and the Discourses of Colonialism, Londres-New York, Routledge, 1998.

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable