Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Aux frontières de la langue

La langue fantasmée dans L’Empreinte de l’ange et Lignes de faille de Nancy Huston

Alice Pick

Texte intégral

  • 1 Steiner George, Extraterritorialité : essai sur la littérature et la révolution du langage, Paris, (...)
  • 2 Dans les premiers essais rassemblés dans Extraterritorialité, Steiner étudie l’évolution du rappor (...)
  • 3 Plusieurs des lauréats des grands prix littéraires français des dernières années ont une autre lan (...)
  • 4 Jouanny Robert, Singularités francophones ou choisir d’écrire en français, Paris, PUF, 2000.
  • 5 Delbart Anne-Rosine, Les Exilés du langage. Un siècle d’écrivains venus d’ailleurs (1919-2000), Li (...)
  • 6 Miletic Tijana, European Literary Immigration into the French Language. Readings of Gary, Kristof, (...)
  • 7 Porra observe un changement dans l’approche critique vers la fin des années 1990. Porra Véronique, (...)
  • 8 Célestin Roger, Dalmolin Eliane & Courtivron Isabelle de, «’introduction », in Contemporary French (...)

1À notre époque aux frontières culturelles et linguistiques de plus en plus brouillées, il semblerait que les « poètes délogés qui errent à travers la langue1 » soient la règle plutôt que l’exception2. Nombreux sont les écrivains contemporains que le chemin de l’errance a amenés vers la langue française. Lauréats de grands prix littéraires et très visibles dans les média, un grand nombre de ces auteurs francophones d’adoption occupent le devant de la scène littéraire3. Il n’est donc pas étonnant que la critique universitaire s’intéresse de plus en plus à eux. À partir de l’an 2000, les écrivains « immigrés » vers la langue française ont été l’objet de plusieurs études académiques. À la différence de la plupart des études antérieures, qui ont eu tendance à intégrer ces auteurs dans le corpus plus grand de la littérature francophone (à l’exception, bien sûr, de quelques grands noms comme Beckett ou Ionesco considérés comme appartenant au canon de la littérature française), des études telles que celle de Jouanny4, celle de Delbart5 et celle de Milectic6 ont choisi de considérer ces auteurs comme un groupe à part parmi les écrivains de langue française7. De même, en 2009, la revue Contemporary French and Francophone Studies a reconnu la place importante des écrivains francophones d’adoption en consacrant un numéro aux écrivains contemporains dont la langue maternelle n’est pas le français mais qui écrivent néanmoins en français8.

  • 9 Histoire d’Omaya, Arles, Actes Sud, « Babel », 1998 [Éditions du Seuil, 1985] et Trois fois septem (...)
  • 10 Ce livre ne sera publié que quatre ans plus tard, et paraîtra simultanément en version anglaise et (...)
  • 11 « Ma « à l’écriture » est intrinsèquement liée à la langue française. Non pas que je la trouve plu (...)

2Nancy Huston est l’un des écrivains francophones d’adoption dont l’ouvre est souvent évoquée dans les études universitaires. Canadienne anglophone d’origine, elle a débuté sa carrière de romancière en 1981 avec le roman Les Variations Goldberg, qu’elle a écrit en français. Après avoir publié encore deux romans en français9, elle retourne à l’anglais en 1989 pour écrire Plainsong (Cantique des Plaines) 1010. Depuis, elle écrit dans les deux langues et décrit son processus d’écriture comme un va-et-vient constant entre l’anglais et le français. Huston a toujours soutenu que c’est l’étrangeté de la langue française qui lui a permis de réaliser ses premiers projets littéraires11.

  • 12 Cf. Gauvin Lise, L’Écrivain francophone à la croisée des langues : entretiens, Paris, Éditions Kar (...)
  • 13 Cf. Klein-Lataud Christine, « voix parallèles de Nancy Huston », in TTR : traduction, terminologie (...)
  • 14 Gauvin Lise, Langagement. L’Écrivain et la langue au Québec, Cap-Saint-Ignace, Boréal, 2000.
    Huston (...)

3Nous trouvons, dans l’ensemble de l’œuvre de Huston, une récurrence de la problématique linguistique qui rappelle ce que Lise Gauvin appelle la surconscience linguistique12. Plusieurs études existent déjà sur la problématique linguistique telle qu’elle se manifeste dans les écrits autobiographiques de Huston13. Une réflexion sur le rapport entre l’individu et sa/ses langue (s) n’est pourtant pas moins présente dans ses écrits fictifs. Plusieurs des romans de Huston sont peuplés de personnages bilingues divisés entre leurs différentes langues. Prenons comme exemple son troisième roman, Trois fois septembre, qu’elle a plus tard décrit comme incarnant « une position linguistique presque perverse » : « Écrit par une anglophone en français, il est constitué des lettres et journaux intimes d’une jeune Américaine, en principe écrits donc en anglais mais « traduits » par la meilleure amie de celle-ci, une Française, au fur et à mesure qu’elle les lit à voix haute à sa mère14. » De façon plus générale, les autres thèmes récurrents dans les romans de Huston, tels le dédoublement ou le dualisme identitaire, revêtent souvent un aspect linguistique.

  • 15 L’Écriture et le souci de la langue. Écrivains, linguistes : témoignages et traces manuscrites, Fe (...)
  • 16 Kristina porte plusieurs noms dans le texte (son nom allemand Kristina, son nom polonais Krystka, (...)

4Je propose ici d’étudier quelques fantasmes sur la langue qui émergent dans deux romans de Huston, L’Empreinte de l’ange et Lignes de faille. J’ai choisi ces deux romans à cause de leur traitement explicite de la problématique linguistique. Huston a elle-même décrit le premier des deux comme « un livre sur Babel15 ». Les deux romans dépeignent le parcours d’un nombre de personnages exilés de leur pays d’origine, mais aussi, et surtout, de leur langue maternelle. La première partie de mon étude portera sur Saffie dans L’Empreinte de l’ange. Cette jeune Allemande arrive à Paris en 1957 pour commencer une nouvelle vie. Elle se jette corps et âme dans la langue française, qui lui permet de refouler sa langue maternelle, qu’elle associe à son enfance traumatique pendant la Seconde Guerre mondiale. Quand elle se marie avec Raphaël, un flûtiste français renommé, c’est autant la langue que l’homme qu’elle épouse. Elle mène désormais une double vie partagée entre sa vie « rive gauche » auprès de Raphaël et leur fils Emil, et sa vie « rive droite » aux côtés de son amant hongrois András, un luthier juif. La seconde partie de mon analyse portera sur Kristina16, un des quatre narrateurs dans Lignes de faille. Enlevée de son foyer parental en Ukraine par les Nazis quand elle était bébé et élevée dans une famille allemande, elle est bouleversée quand elle apprend que la famille dont elle croyait faire partie n’est pas la sienne. Ne sachant pas encore qu’elle est d’origine ukrainienne, elle imagine qu’elle doit être polonaise comme son frère adoptif et s’applique à apprendre le polonais. Ce sera un grand choc quand elle apprendra que sa langue maternelle est en réalité l’ukrainien, dont elle n’a plus aucun souvenir.

5Ces deux protagonistes se prêtent particulièrement bien à la comparaison parce qu’elles suivent des parcours linguistiques semblables. À la suite d’un refoulement de la langue maternelle (ou de la langue qu’elle croyait être maternelle, dans le cas de Kristina), elles sont prises d’une crise langagière. Ne pouvant ou ne voulant plus parler leur première langue, elles s’appliquent toutes les deux à apprendre une nouvelle langue pour remplacer l’autre. En parallèle à cet apprentissage, elles trouvent du réconfort dans des fantasmes sur un lieu où la langue ne serait plus problématique.

LA PAGAILLE POLYGLOTTE : L’EMPREINTE DE L’ANGE

6Le fantasme qui émerge dans L’Empreinte de l’ange est celui d’un espace polyglotte où les différentes langues se mêlent les unes aux autres dans un désordre heureux. L’atelier d’András correspond largement à ce fantasme dans le roman et répond au désir de Saffie de se protéger de son complexe linguistique en s’abritant dans un espace où il n’y a plus de conflits entre les langues.

  • 17 Huston Nancy, L’Empreinte de l’ange, Paris, J’ai lu, 2001 [Babel 1998], p. 74 (Désormais, les réfé (...)
  • 18 Elle ne se culpabilise pas, par exemple, d’avoir épousé un homme qu’elle n’aime pas, « la cérémoni (...)

7En abandonnant l’allemand en faveur du français, Saffie essaye de refouler les traumas du passé. Après la guerre, Saffie et sa mère ont toutes les deux été violées par des soldats russes. Quand sa mère se suicide peu de temps après, Saffie se sent abandonnée par sa mère au moment où elle a le plus besoin d’elle. Saffie réagit à cet abandon très réel par un abandon plus symbolique de sa langue maternelle : « C’est terminé Mutter, et la Mutters- prache avec : suspendues, une fois pour toutes17. » Cette tentative de se créer une nouvelle identité à l’aide d’une nouvelle langue ne sera pourtant jamais complètement réussie. D’un côté, la langue allemande ne cesse de la hanter tout au long du livre. De l’autre côté, Saffie a toujours l’impression que sa nouvelle identité française n’est qu’un rôle de théâtre18. Elle se trouve scindée entre sa vieille identité allemande et sa nouvelle identité française. L’atelier d’András représente un lieu où elle peut échapper à ce dualisme identitaire. Ses deux identités conflictuelles s’effacent dans la mêlée générale de langues. Elle y a le droit « de n’être que “ Saffie ”. Sa vie allemande n’existe plus, sa vie rive gauche non plus ; elle peut dire, faire, être n’importe quoi-elle est libre ! » (EA, p. 107).

8Dès le début du roman, Huston investit l’atelier d’une ambiance de pluralité réconfortante. La première description de l’atelier peint l’image d’un désordre total. Les instruments dans la vitrine sont dans « un scintillant fouillis ». Les surfaces sont recouvertes par toutes sortes d’objets. Par terre il y a des livres, journaux, disques et partitions « entassés n’importe comment » (EA, p. 97). Cet état de désordre matériel annonce le rôle symbolique de l’atelier dans le roman comme un espace de désordre linguistique, ou de « pagaille polyglotte » pour emprunter l’expression du narrateur (EA, p. 144).

9L’atelier, situé dans le quartier du Marais, est un lieu de rencontre pour toutes sortes de personnes qui se trouvent en marge de la société :

Y traînent, buvant du thé ou du vin chaud, tâtant de différents instruments de musique, parlant chacun sa langue ou son sabir : jazzmen américains, violonistes yiddish de chez Goldenberg (Saffie est déroutée d’entendre leur langue si proche de l’allemand), prostituées et travestis de l’hôtel borgne du numéro 34 (géré par l’épouse d’un policier en flagrante transgression de la loi Marthe Richard), réfugiés d’Europe centrale fraîchement débarqués à Paris […]. Le monde entier, dirait-on, connaît le chemin de l’atelier vents et bois. (EA, p. 144)

10C’est notamment le seul lieu dans le roman où les langues sont présentées comme étant en accord les unes avec les autres. Les sabirs sont sur un pied d’égalité avec les langues, et les langues se mêlent aux sons d’instruments musicaux. Les frontières entre la langue étrangère et la langue maternelle, entre la voix humaine et le son d’un instrument deviennent brouillées ; les différentes langues et musiques ne sont que des unités sonores qui se mêlent sans distinction à la « pagaille polyglotte ». Si Huston a dit que L’Empreinte de l’ange est un livre sur Babel, l’atelier d’András est l’image même du désordre post-babélien. Mais dans l’atelier, ce désordre est paisible et harmonieux.

  • 19 Son français est loin d’être parfait. Il glisse inopinément entre les formes d’adresse « tu » et « (...)

11Le désordre linguistique et général de l’atelier reflète l’attitude détendue d’András par rapport à la langue. Tandis que Saffie est obsédée par la langue jusqu’au point de projeter tout son passé traumatique sur sa langue maternelle, András passe pêle-mêle d’une langue à une autre, les parlant toutes de façon plus ou moins approximative19. Cette attitude non-complexée visà-vis de la langue contribue largement au rôle de l’atelier comme un lieu sécurisant où Saffie subit les diverses étapes de sa réhabilitation vis-à-vis de son passé traumatique.

12La deuxième fois qu’elle rend visite à András dans l’atelier, par exemple, Saffie réussit à surmonter un souvenir traumatique qui l’avait hantée jusque-là. Quand elle arrive, András est en train de parler avec Bill, un saxophoniste noir anglophone dont il est l’ami. C’est la première fois que Saffie rencontre un Noir depuis l’épisode du « diable dans la grange ». Pendant la guerre, elle s’est trouvée face à face avec un pilote noir ensanglanté dont l’avion venait de s’écraser dans son village natal. Quand il lui demande de l’eau en anglais, la petite fille croit qu’il lui jette un sort. Depuis, elle a horreur du mot anglais « water ». Plus tôt dans le roman, le simple souvenir de cet épisode a plongé Saffie dans une série de cauchemars. Quand Bill lui tend la main, elle pense instinctivement au mot « water » mais, cette fois, elle réussit à garder son sang-froid. Rassurée par l’attitude décontractée d’András, qui la salue en français avant de reprendre sa conversation avec Bill en anglais, elle s’installe dans un fauteuil en se disant, « Ainsi, c’est aussi simple que cela » (EA, p. 107). C’est le premier signe dans le roman qui montre qu’elle commence à se défaire de son attitude complexée vis-à-vis des langues de son passé. Dans l’atelier, la différence entre les langues est dédramatisée.

13Il faudrait toutefois admettre que le fantasme représenté par l’atelier demeure fragile. L’harmonie interculturelle de l’atelier est en contradiction flagrante avec le reste de la ville, où il y a des affrontements violents entre la police et des manifestants algériens. Le rôle de l’atelier comme espace de rencontre de langues est également remis en question. Par le malaise continuel d’Emil, le fils de Saffie, Huston montre que le fantasme de la « pagaille polyglotte » est intenable en réalité.

14Ayant grandi dans le milieu plurilingue de l’atelier, Emil est décrit comme étant « en porte-à-faux avec la réalité » (EA, p. 198). Vivant entre les langues, il n’arrive pas à trouver ses repères. Nous apprenons que « ses premières tentatives de parole sont un mélange désopilant d’idiomes » (EA, p. 145). Il n’apprend ni les berceuses allemandes ni les berceuses françaises : « Emil connaît un peu toutes les musiques, mais aucune ne lui appartient en propre. Il n’a appris à chanter ni Le Bon Roi Dagobert ni Alle meine Entchen. » (EA, p. 199) Il croit qu’il a deux pères : papa le Français et apu le Hongrois. Tandis que les deux vies de sa mère « s’ajoutent l’une à l’autre, celles d’Emil s’annulent. Il n’a rien, n’est rien » (EA, p. 198). La « pagaille polyglotte » de l’atelier donne à Saffie l’impression d’être libérée de son appartenance linguistique, qu’elle ne supporte pas. Le désespoir de son fils rappelle, pourtant, que la langue constitue un élément important de notre identité.

La langue-musique : Lignes de faille

15Dans Lignes de faille, nous trouvons un autre fantasme sur la langue. Au lieu de se réfugier dans un espace de cohabitation linguistique comme Saffie, Kristina cherche dans la musique une langue universelle qui transcende les différences entre les langues.

  • 20 « sais que je les aimais autrefois mais c’était quand je pensais faire partie de cette famille et (...)

16Kristina se trouve divisée entre trois langues dans le roman : l’allemand qu’elle maîtrise à la perfection mais qu’elle déteste depuis qu’elle se sait adoptée, le polonais que, pendant un certain temps, elle a cru être sa vraie langue maternelle, et l’ukrainien, la langue de ses parents biologiques mais dont elle n’a plus aucun souvenir. Elle a un don naturel pour le chant, mais elle s’interdit de chanter les chansons allemandes qu’elle aimait tant avant, ce qui la laisse avec un sentiment de perte et de vide20. Ne connaissant pas de chansons dans d’autres langues, elle se met à expérimenter un chant sans paroles et finit par développer une forme de chant unique qui la rend célèbre. Ce chant permettra à Kristina de surmonter les déracinements successifs qu’elle subit dans le roman.

  • 21 Huston Nancy, Nord perdu, op. cit., p. 64-5.
  • 22 Il est intéressant de noter que dans L’Empreinte de l’ange, il y a une association semblable entre (...)

17Quand un journaliste demande à Kristina ce qu’elle a contre les mots, elle répond, « Il me semble que la voix est une langue à part entière » (LF, p. 324). La comparaison entre l’expression musicale et verbale est ainsi explicite dans Lignes de faille. Ce rapprochement entre la musique et la langue est fréquent chez Huston. Considérons, par exemple, la métaphore que Huston emploie dans Nord perdu pour décrire son rapport à ses deux langues : l’anglais et le piano sont pour Huston « instruments maternels, émotifs, romantiques, manipulatifs […] » tandis que le français et le clavecin sont tous les deux « instruments neutres, intellectuels, liés au contrôle, à la retenue […]21 ». Huston associe ainsi ses deux langues aux deux instruments qu’elle joue22.

  • 23 Huston Nancy, Les Variations Goldberg, Arles, Actes Sud, « Babel », 1994 [Éditions du Seuil, 1981] (...)
  • 24 Dans L’Empreinte de l’ange, Saffie aime répéter les nouvelles expressions françaises qu’elle appre (...)
  • 25 Huston, Nancy, Infrarouge, Arles, Actes Sud, 2010, p. 96.

18Les frontières entre langue et musique deviennent souvent brouillées dans les romans de Huston. Si la musique de Kristina est décrite comme une langue, Huston décrit également la langue comme une musique dans ses romans. Nous retrouvons l’image de la langue devenue musique déjà dans son premier roman, Les Variations Goldberg. Bernald, l’un des trente et un narrateurs du roman, imagine ce que ce serait d’entendre depuis le jardin en bas le bavardage des invités : « […] nous entendrons seulement des inflexions, la ponctuation des phrases et non leur contenu : certains discours entièrement entre guillemets, d’autres entièrement entre parenthèses ; des points de suspension, d’exclamation, d’interrogation.23 » La langue se transforme en musique dans cette vision en se vidant de son contenu référentiel. Dans Lignes de faille et L’Empreinte de l’ange, ce sont surtout les langues étrangères qui s’apparentent à la musique. Les personnages prennent plaisir à découvrir les sonorités musicales des nouvelles langues qui ne se transforment pas immédiatement en sens24. Ne renvoyant pas directement au monde, les mots étrangers semblent être investis d’une sensualité accrue. Dans L’Empreinte de l’ange, Saffie est transportée par les mots hongrois qu’András lui souffle à l’oreille et qu’elle ne comprend pas. C’est une idée qui revient dans le dernier roman de Huston, Infrarouge, où l’héroïne trouve les mots arabes de son amant « d’autant plus sensuels qu’ils sont pour elle opaques25 ». Toutes ces descriptions de la langue soulignent comment la langue se rapproche de la musique quand son référent linguistique s’éloigne. Dépouillée de son sens « linguistique », la langue-musique enchante les personnages hustoniens.

19C’est peut-être cet aspect magique de la langue-musique qui est le secret du succès du chant de Kristina dans Lignes de faille. Ne renvoyant pas directement au monde, son chant le dépasse. Ainsi, quand elle chante, « on est obligé de fermer les yeux parce que le monde visuel est devenu sans intérêt » (LF, p. 314). Universelle, sa voix raconte « non seulement l’histoire de sa vie mais celle de toute l’humanité » (LF, p. 298). Absolue, elle est « aussi belle et évidente que l’air, que l’eau, que l’amour » (LF, p. 314). L’universalité de la langue-musique de Kristina est mise en opposition avec la spécificité des langues verbales dans Lignes de faille. Huston établit une opposition entre la « magie » de Kristina (qui est décrite comme une « magicienne » par un de ses auditeurs, LF, p. 314) et la « magie » pratiquée par un second personnage, Mercedes. Mercedes est psychothérapeute et sa méthode consiste à prononcer à haute voix des mots pour évoquer des images thérapeutiques dans l’esprit de ses patients. Cette pratique fait d’elle, aux yeux de Randall, le petit-fils de Kristina, une « magicienne des mots » (LF, p. 177). Kristina rappelle pourtant à Randall que la « magie » de Mercedes ne fonctionne que si l’on parle la même langue qu’elle. Elle explique, « Voilà pourquoi j’aime la voix pure : tout le monde la comprend. Mon chant est parfaitement transparent […] » (LF, p. 180). En chantant sans paroles, Kristina croit libérer son chant des contraintes des langues verbales.

20Néanmoins, la victoire de la « magie » de Kristina sur la « magie » de Mercedes reste incomplète. Malgré la détermination de Kristina de contourner ses problèmes langagiers en pratiquant un chant sans paroles, le roman suggère un retour final vers la langue des mots. Mercedes est devenue la compagne de Kristina après la mort de Janek. Cette liaison entre la « déesse du chant à l’état pur » (LF, p. 299) et la « magicienne des mots » porte évidemment un sens symbolique. Peu à peu, Kristina commence à glisser quelques mots dans son chant et il semblerait qu’elle est sur le point d’une réconciliation progressive avec la langue. Le fantasme de Kristina commence donc à vaciller vers la fin de sa vie.

  • 26 Huston Nancy, Limbes / Limbo, Arles, Actes Sud, « Babel », 2000, p. 25-7.
  • 27 Huston Nancy, Nord perdu, op. cit., p. 19. La citation suivante d’un essai de Huston semblerait co (...)

21Nous avons vu comment, par le truchement des représentations imaginaires, les personnages en situation de crise langagière aspirent à effacer les différences entre les langues. Malgré une certaine fascination pour ces fantasmes qui se laisse deviner dans les deux romans, Huston montre chaque fois qu’ils ne sont que des utopies, par définition non réalisables. L’individu bilingue se trouve confronté à la multitude des langues, car « s’il y a deux langues, il y a une infinité de langues, et, bien pire, mal pire, les béates béances entre les mots26 ». Les fantasmes utopiques semblent être le réflexe naturel de ses personnages face à cet espace effrayant entre les langues. Mais dans les deux romans, Huston montre que toute langue est relative et qu’il n’y a pas de moyen de contourner cette différence entre les langues. J’avancerais qu’il s’agit d’une des réalités de la condition humaine, que selon Huston, « l’expatrié découvre de façon consciente (et parfois douloureuse)27 ».

Notes

1 Steiner George, Extraterritorialité : essai sur la littérature et la révolution du langage, Paris, Hachette, 2003, p. 25.

2 Dans les premiers essais rassemblés dans Extraterritorialité, Steiner étudie l’évolution du rapport entre l’écrivain et sa langue pendant le dernier siècle. Steiner constate que le xxe siècle est caractérisé par l’émergence d’un « linguistique chez certains grands écrivains pour ainsi dire “délogés” » (ibid., p. 8).

3 Plusieurs des lauréats des grands prix littéraires français des dernières années ont une autre langue maternelle que le français. En 2006, Jonathan Littell a reçu le Prix Goncourt pour son roman Les Bienveillantes et Nancy Huston a obtenu le Prix Femina pour son livre Lignes de faille. L’année suivante, Vassilis Alexakis a reçu le Grand Prix du roman de l’Académie française pour son roman Ap. J. -C.. En 2008, Atiq Rahimi a gagné le Goncourt avec son roman Syngué Sabour.

4 Jouanny Robert, Singularités francophones ou choisir d’écrire en français, Paris, PUF, 2000.

5 Delbart Anne-Rosine, Les Exilés du langage. Un siècle d’écrivains venus d’ailleurs (1919-2000), Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005.

6 Miletic Tijana, European Literary Immigration into the French Language. Readings of Gary, Kristof, Kundera and Semprun, Amsterdam, Rodopi, 2008.

7 Porra observe un changement dans l’approche critique vers la fin des années 1990. Porra Véronique, « l’hybridité à la conformité, de la transgression à l’intégration. Sur quelques ambiguïtés des littératures de la migration en France à la fin du xxe siècle », in La Littérature « française » contemporaine. Contact de cultures et créativité. Mathis-Moser Ursula & Mertz-Baumgartner Birgit (dir.), Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2007, p. 21-36.

8 Célestin Roger, Dalmolin Eliane & Courtivron Isabelle de, «’introduction », in Contemporary French and Francophone Studies, Vol. 13, n° 2, 2009, p. 123-128.

9 Histoire d’Omaya, Arles, Actes Sud, « Babel », 1998 [Éditions du Seuil, 1985] et Trois fois septembre, Arles, Actes Sud, « Babel », 1999 [Éditions du Seuil, 1989].

10 Ce livre ne sera publié que quatre ans plus tard, et paraîtra simultanément en version anglaise et française (traduit par Huston elle-même) : Cantique des plaines, Paris, J’ai lu, 1998 [Babel 1993].

11 « Ma « à l’écriture » est intrinsèquement liée à la langue française. Non pas que je la trouve plus belle ni plus expressive que la langue anglaise, mais, étrangère, elle est suffisamment étrange pour stimuler ma curiosité. » Huston Nancy & Sebbar Leïla, Lettres parisiennes : histoires d’exil, Paris, J’ai lu, 2006 [Bernard Barrault 1986], p. 14.

12 Cf. Gauvin Lise, L’Écrivain francophone à la croisée des langues : entretiens, Paris, Éditions Karthala, 1997.

13 Cf. Klein-Lataud Christine, « voix parallèles de Nancy Huston », in TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 9, n° 1, 1996, p. 211-231, et Kinginger Celeste, « and Emotion in the Autobiographical Works of Nancy Huston », in Journal of Multilingual and Multicultural Development, vol. 25, n° 2/3, 2004, p. 159-178.

14 Gauvin Lise, Langagement. L’Écrivain et la langue au Québec, Cap-Saint-Ignace, Boréal, 2000.
Huston Nancy, Âmes et corps, Montréal, Leméac, « Babel », 2004, p. 26.

15 L’Écriture et le souci de la langue. Écrivains, linguistes : témoignages et traces manuscrites, Fenoglio Irène (dir.), Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2007, p. 50.

16 Kristina porte plusieurs noms dans le texte (son nom allemand Kristina, son nom polonais Krystka, son nom ukrainien Klarysa, et son nom « choisi » Erra). Pour faciliter la lecture, j’ai choisi d’employer son nom allemand au long de cette étude.

17 Huston Nancy, L’Empreinte de l’ange, Paris, J’ai lu, 2001 [Babel 1998], p. 74 (Désormais, les références à cet ouvrage seront indiquées par le sigle EA, suivi de la page, et placées entre parenthèses dans le corps du texte).
Une telle association de la mère et de la langue maternelle est très courante dans l’ouvre de Huston. La mère de Huston l’a quittée quand elle avait six ans et elle associe ce départ à sa volonté de changer de langue plus tard dans la vie. Dans Désirs et réalités, elle explique : « sans jamais me l’être consciemment dit, je devais savoir que mon salut passait par le changement de langue. J’ai envie d’aller vite. C’est juste une explication, juste l’histoire que je me raconte pour comprendre ma vie, pour pouvoir m’endormir le soir : chacun transforme sa vie en histoire pour la rendre compréhensible, avalable. Donc, en matière de langue maternelle, quand j’avais six ans, elle a disparu. Ma mère. Avec sa langue dans sa bouche. » Huston Nancy, Désirs et réalités, Montréal, Leméac, « Babel », 1995, p. 265.

18 Elle ne se culpabilise pas, par exemple, d’avoir épousé un homme qu’elle n’aime pas, « la cérémonie s’est déroulée en français, et parler une langue étrangère c’est toujours, un peu, faire du théâtre » (p. 156). Encore une fois, il s’agit d’une idée que Huston applique à sa propre condition de bilingue dans l’essai Nord perdu : « Choisir à l’âge adulte […] de quitter son pays et de conduire le reste de son existence dans une culture et une langue jusque-là étrangères, c’est accepter de s’installer à tout jamais dans l’imitation, le faire-semblant, le théâtre ». Huston Nancy, Nord perdu, Arles, Actes Sud, « Babel », 1999, p. 30.

19 Son français est loin d’être parfait. Il glisse inopinément entre les formes d’adresse « tu » et « vous » (EA, p. 96). Il a tendance à employer le temps présent au lieu du futur, du passé composé ou de l’imparfait. Il hésite également sur l’ordre des pronoms : « m’a dit de pas. si j’avais un fils, de pas le. lui. le faire couper » (EA., p. 127). Finalement, il se trompe presque systématiquement sur le genre des mots (au cours de sa première rencontre avec Saffie il dit, « caractère », « montre » et « cercle », EA, p. 102). Nous apprenons que son anglais « plus approximatif encore que son français » (EA, p. 107).

20 « sais que je les aimais autrefois mais c’était quand je pensais faire partie de cette famille et de cette langue et de ce foyer. Pour le moment je n’ai pas grand-chose à mettre à leur place, seulement quelques mots de polonais et mon amour pour Johann, mais ça va venir. Je repousse les cantiques de Noël tout au fond de ma mémoire. » Huston Nancy, Lignes de faille, Arles, Actes Sud, « Babel », 2006, p. 442-3 (Désormais, les références à cet ouvrage seront indiquées par le sigle LF, suivi de la page, et placées entre parenthèses dans le corps du texte).

21 Huston Nancy, Nord perdu, op. cit., p. 64-5.

22 Il est intéressant de noter que dans L’Empreinte de l’ange, il y a une association semblable entre la langue parlée par l’individu et l’instrument musical qu’il joue. Les violonistes dans l’atelier d’András sont décrits comme des « yiddish » (EA, p. 144).

23 Huston Nancy, Les Variations Goldberg, Arles, Actes Sud, « Babel », 1994 [Éditions du Seuil, 1981], p. 130-1.

24 Dans L’Empreinte de l’ange, Saffie aime répéter les nouvelles expressions françaises qu’elle apprend. Quand Raphael lui apprend à dire «’accord », par exemple, « répète le mot à voix basse, comme si elle trouvait intéressante la sensation qu’il lui procurait dans la gorge » (EA, p. 27). Dans Lignes de faille, Randall fait une expérience semblable quand il apprend l’hébreu : «’aime la sensation de cette langue dans ma gorge, surtout les sons ayin et h’et qui sont comme des raclements rugueux » (LF, p. 198).

25 Huston, Nancy, Infrarouge, Arles, Actes Sud, 2010, p. 96.

26 Huston Nancy, Limbes / Limbo, Arles, Actes Sud, « Babel », 2000, p. 25-7.

27 Huston Nancy, Nord perdu, op. cit., p. 19. La citation suivante d’un essai de Huston semblerait confirmer cette hypothèse : « une ou plusieurs langues étrangères anéantit la fausse évidence de la langue maternelle et vous aide à la percevoir pour ce qu’elle est : une prise sur le réel parmi les autres. » (L’Espèce fabulatrice, Arles, Actes Sud, 2008, p. 49)

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable