Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Dire et inscrire l’exil

L’exil, une corde qui sort du trou un peuple en péril1

Ne Nkamu Luyindula et Masamuna Ma Kongo

Texte intégral

  • 1 Ce texte est le résultat d’une association de textes : le texte écrit et le texte déclamé en temps (...)

1Po ! Po ! Po !

2Un symbole pour saluer, remercier, donner le passage, attirer l’attention, ouvrir le dialogue et clôturer le dialogue, faire le vide. Ainsi, la salle, voudriez-vous le faire avec moi : po po po !

3Merci.

4La tradition Kongo dit : « Yankoma mbele, yamvuika mbele, yantenda mbele », « quelle que soit la manière d’enfoncer le couteau dans sa victime pour lui nuire, cela reste un crime, même l’intention, elle-même ».

Qui doit à qui ?

5Moi, Afrique

6Je suis la plus belle de toutes mes voisines

  • 2 Muntu au pluriel bantu veut dire humain (s). Muntu veut dire savant car la tradition considère que (...)

7Je suis en forme de tête humaine, muntu 22, « savant », berceau de l’humanité

8Je suis en forme de cour, un grand cour symbole de l’amour

9Je suis en forme de diamant, symbole de la richesse.

10Depuis la nuit des temps

11Je supporte le poids de toutes mes voisines :

12L’Europe est sur ma tête, à gauche l’Asie et l’Océanie, et ma droite l’Amérique.

13Moi, Afrique

14Je suis en forme de gobelet à base de feuille,

15Je suis en forme de cornet de glace, d’où coule le lait et le miel

16Je suis un bouquet de fleurs, symbole du bien-être

17Je suis artistiquement bien sculptée par Dieu lui-même à l’aube de la création de l’univers

18Quand il avait encore toutes ses énergies

19Je souffre très peu des calamités naturelles

20Il est rare qu’il fasse extrêmement chaud, froid, qu’il y ait des inondations.

Qui doit à qui ?

21Un jour, mes voisines quittèrent les terres de leurs ancêtres et vinrent m’assiéger

22Je n’ai jamais appelé au secours mes voisines : Europe, Asie, Océanie et Amérique.

23Je me suffis à moi-même.

24Je n’ai jamais dépeuplé les autres continents à mon profit.

25Mes voisines m’appauvrissent en populations :

26Animales, arboricoles, minérales, humaines, forestières et en œuvres d’art.

Qui doit à qui ?

27C’est après un examen avec M me Alexandre-Garner, mon professeur d’anglais en Master 1, présente dans la salle, organisatrice de ce colloque et que je remercie, que cette tâche de parler de mon exil m’a été confiée. Elle me pose la question :

28« Et votre situation de sans-papiers ? »

29Alors, je la lui raconte.

30Elle me dit :

31« Voudriez-vous venir nous la raconter à notre colloque ? »

32J’ai dit oui, mais en route, je me suis dit : « quel titre donner à mon intervention ». J’ai trouvé : « L’exil, la corde qui sort du trou un peuple en péril ». Je me suis rendu compte que c’était une lourde charge. Avoir un récit, c’est une chose, mais comment le dire, c’est une toute autre chose. Je travaille, je remanie, enfin mes ancêtres me disent tu diras ça comme ça. C’est sous cette forme-là que je suis en train de vous présenter mon travail. J’ai récupéré la signification de la corde dans le public en parlant avec quelqu’un : corde musicale qui chante et dénonce les injustices. C’est plus un devoir pour moi de dire ce qui s’était passé.

Qui doit à qui ?

33Ils ont rendu ma tête, l’Afrique du Nord, et mes pieds l’Afrique du Sud, chauve ou désertique.

34Moi, je n’ai jamais appelé au secours mes voisines.

35Aujourd’hui, voici plus de 500 ans que moi, Afrique, je suis très mal exploitée.

36Mes voisines convoitent maintenant mon cour, l’Afrique centrale, la seule partie qui reste verte.

37Elles ont réinventé le troc : armes contre minerai (diamant, uranium)

38Et aussi armes contre âmes

Qui doit à qui ?

39Moi, je ne fabrique pas d’armes, je fabrique des âmes.

Qui doit à qui ?

40Moi, je n’ai jamais appelé au secours mes voisines.

41Ce sont mes voisines qui sont venues avec, dans leurs sacs, les appâts suivants :

42Exploration, exploitation, déportation, expropriation, traite des nègres, esclavage.

43En transitant par l’abolition de l’esclavage, elles ont créé la colonisation ;

44En transitant par l’indépendance, elles ont créé la dictature ;

45En transitant par le multipartisme, elles ont créé les homicides ;

46En transitant par la démocratie, elles ont créé la dépendance des pays africains ;

47En transitant par le visa difficile à une seule entrée, mes voisines ont créé les sans-papiers ;

48En transitant par la mort et l’éternité des chefs d’État au pouvoir,

  • 3 Je désigne les pays africains par « à nos fils » parce que les pays africains devenant monarchique (...)

49Mes voisines transfèrent le pouvoir à leurs fils3 :

50Pour devenir président, il faut être le fils de l’ex, même avec des nationalités et identités douteuses.

51Voilà où on en est.

Qui doit à qui ?

52Ne faisons pas la politique de l’autruche.

53Au moment où je vous parle, en RD Kongo (Congo) les villages sont décimés à cause des armes qui ne sont fabriquées ni par mes enfants, les Africains, ni par moi-même, l’Afrique.

54Le bilan est de plus de 7 millions de morts depuis dix ans.

55On ne vous le dit pas, je m’arrête un moment en mémoire de ceux qui meurent parce qu’ils dénoncent les injustices qu’ils subissent de la part de l’actuel gouvernement. Ce sont toutes les voix des opprimés de Luozi, du Kongo, de la RDC, d’Afrique et du monde, qui parlent à travers ma bouche. C’est mon rôle de Masamuna ma Kongo, porte-parole, bibliothèque vivante.

Qui doit à qui ?

56Tous les pays africains sont très endettés.

57Pourquoi ?

Qui doit à qui ?

58Chères voisines Europe, Amérique, Asie et Océanie,

59Si vous voulez que moi, votre sœur aînée l’Afrique progresse,

60Échangeons mes arbres contre vos tracteurs.

61Je n’ai pas besoin d’armes, je veux conserver mes âmes, mes âmes sont ma fierté.

62Un proverbe Kongo dit : Mbongo ya kanda, muntu, « la première richesse d’un clan, c’est l’Homme ».

Qui doit à qui ?

63Avant d’accepter un cadeau, on doit savoir pourquoi.

64Pour mettre quelqu’un en prison, on doit lui démontrer pourquoi.

65Donc pour se réconcilier, on doit d’abord se dire quel est le différend qui nous sépare ;

66Le linge sale se lave en famille.

67Voilà pourquoi il fallait d’abord faire le bilan de la relation de bon voisinage entre Afrique-Europe, Amérique, Asie et Océanie.

Moi, je n’ai jamais appelé au secours mes voisines

68Moi, Afrique suis prête à cheminer avec elles sous un ordre nouveau, si mes voisines me promettent de réparer les torts qu’elles m’infligent pendant tout ce temps, en modifiant nos relations de bon voisinage pour le bonheur de tous à l’image du KIAMVU - LE PONT. Un Kiamvu - un pont ? est toujours fixé sur deux rives où les usagers passent de part et d’autre et collaborent de façon horizontale en toute Liberté, Justice, Égalité, Paix, Fraternité.

  • 4 Cf. « Jeune Afrique », in Congo business, n ° 2517 du 5 au 11, 2009, p. 57-60, www. jeuneafrique. (...)

69Vous vous posez la question : pourquoi ce texte ? Je souhaite que vous changiez votre regard vis-à-vis de l’Afrique. Je ne suis pas pauvre, je ne viens pas d’un pays pauvre. Je viens de la province du Kongo Central, qui est très riche en minerai, dont l’uranium. C’est à cause de ma richesse que je souffre, et la France détient l’exclusivité de l’uranium en RD Congo depuis 20094.

70Ce qui précède fait que je me retrouve ici parmi vous et que je deviens un errant apatride ; et la politique des occidentaux est la suivante :

  • faire taire toute personne qui apporte le message d’éveil culturel et de prise de conscience à la population ;
  • pousser les populations à nier leurs racines, à oublier leurs racines ;
  • décimer la population5.
  • 6 Bundu Dia Kongo, BDK, est le mouvement politico-religieux qui prône l’éveil culturel Kongo et des (...)

71Au moment où je vous parle, le combattant Floribert CHEBEYA, consultant des Nations Unies et Président de Voix des Sans Voix, ONG des Droit de l’Homme en RD Congo, qui a exhumé le dossier sur le massacre des adeptes de BDK6, est mort, et son corps est encore à la morgue de Kinshasa.

Emphytéose Muanda (Moanda)7 et le pillage de la province du Kongo Central

  • 7 L’emphytéose Moanda est un projet industriel, économique et politique visant au développement de l (...)

72C’est un projet en veilleuse depuis plus de 70 ans : provoquer l’exode rural, rendre la province invivable pour pouvoir réaliser ce projet avec un peuple mouton qui ne crie pas : « Yankoma mbele, yamvuik mbele, yanenda mbele » (titre de mon entretien).

73Je chante, j’initie, j’éveille : j’avais créé le Centre Culturel Mbongi’eto à Kinshasa en 2001, Programme d’Initiation de l’Enfant à la Musique pour son Éducation. La musique est le vecteur de l’éducation. Mes outils de lutte : « mes cordes : câble, cordes vocales et cordes d’instruments ».

Je ne fais que de la musique engagée, voici mes titres8 :

  • 8 Les mots entre parenthèses sont des traductions littéraires et/ou littérales et l’astérisque désig (...)

741. Nsusu za vuanzi (Un coq dans la basse-cour)

752. Mandela zinga wayala (Mandela vit et règne)

763. Kinanga (L’esclavage)

774. Nsobolo (Le changement)

785. Balosa (L’enfant abandonné)

796. Ta Mbiadi (Monsieur Mbiadi)

807. Bimoko bia ngoma (La rhétorique tambourinée du ngoma)

818. Mu Nzila’a Kongo (Sur la route Kongo)

829. Ngulu (Cochon ou Clandestins)

8310. Protocole (Le ministre ne reçoit pas)

8411. Hata dikondo nleki (Un village sans cadet)

8512. Mama Lumani (Ma mère Lumani)

8613. Mina (Les lois)

8714. Lumbu kimosi (Un jour)

8815. Biazi 13,5 bia Bakongo (13 500 000 habitants de Bakongo)

8916. Wenda Obama (Obama, vas-y)

9017. Tueti Nuana (Nous nous battons) 18. Walembo Mbembo (Sans mot dire)

9119. Meno minimuini mu luzingu (Ce que j’ai vécu)

9220. Lemba (La paix ou lettre aux présidents africains)

  • 9 La lèvre symbolise la bouche : sur l’album on voit la bouche cadenassée qui signifie « de la parle (...)

9321. Kobaki Kongo (terre), Bakongo (peuple) et Kikongo (langue) (Cette lèvre-ci)9

9422. Dialogue des Cultures

9523. Mbongo zani (Mon argent) 24. Beto bala (bana) (Pitié, nous les enfants)

9625. Ku Luozi tukuenda (Nous allons à Luozi)

9726. Oya oya (Hommage aux oiseaux)*

9827. Beni dia Mama Lumani (Le sein de ma mère Lumani)

9928. Belekuenda ku buala (Vous qui allez au village)

10029. Diwu bidiwungu (Qui sème le vent, récolte la tempête)

10130. Ta Mfumue, ta (Chef, parle)

10231. Kikongo (Hommage à la langue Kikongo)*

10332. Se tutala (On verra bien qui gagnera)

10433. Batekolo ba Ta Mpanzu (Les Descendants de M. Mpanzu)

10534. Nsololo (Les élections)

10635. Didi meki ka yandi’a ko (Les fauves se battent, l’herbe en pâtit)

10736. Kanda dialembo nzonzi (Un clan sans avocat)

10837. Quel genre de femme puis-je prendre en mariage

10938. Vumu kia mama nikikangama (Même si le ventre de ma mère devenait stérile, l’essentiel est que je sois déjà né)

110Chants interprétés pendant l’intervention

111Pour être plus concret et que vous ayez une idée de mon engagement, je chante :

  • 10 En annexe figurent les textes, avec leurs traductions, des chants « dialembo nzonzi », « Kia Mama (...)

112- 1. Vumu kia mama nikikangama, - 2. Protocole, - 3. Dialogue des Cultures10

113Me trouvant ici, en France, je croyais être sorti du labyrinthe, mais j’y suis encore parce que ma lutte politique est un couteau à double tranchant, la tradition Kongo dit à ce sujet : BAKANE NA NGULU HATA WELE FUNDA KUE NGULU MFINDA, « tu te querelles avec le cochon, tu vas déposer la plainte chez le sanglier, mais c’est un cochon ». C’est pour dire que tout en étant en France, je me crois en sécurité, les gens me croient en sécurité et protégé, mais bien au contraire, je suis plus en danger ici que là-bas. Même si personne ne me connaît, ni ne connaît encore mon combat, c’est ici que se trouve l’auteur et le profiteur de la souffrance de mon peuple. Une situation scandaleuse contre laquelle je me bats. Je lutte, je suis en contact permanent avec la base, je les éveille, je me forme, je m’informe, j’envoie certaines informations.

114Mais, cela ne correspond pas exactement à l’image d’après laquelle « la corde sort du trou un peuple en péril ». Cela serait possible si la France n’était pas impliquée dans cette situation.

115Ce que nous souhaitons, c’est la cohabitation, malheureusement les voisines de l’Afrique ne l’entendent pas de cette oreille.

116Après le festival Ngomaio Fest 2007, en février 2008, je suis allé remettre le rapport écrit aux partenaires. La tension du gouvernement montant contre le BDK et me sachant visé, je suis sorti de Luozi le 26 ; le 28 février 2008, le génocide de Luozi commence.

117En juillet 2008, festival NGOMAIO Fest : 2e édition à Luozi.

118Après ce génocide, je vais à Luozi organiser le festival NGOMAIO Fest avec l’équipe du Centre Culturel Mbongi’eto. En faisant la promotion à la radio rurale Ntomosono (développement), je dis à la population : « N’ayez pas peur, nkuyu ka kupamuna mu ndiatulu, si quelqu’un te fait peur c’est parce que toi-même tu montres que tu as peur. Vous êtes dans les terres de vos ancêtres. »

119Le matin avant le spectacle, on joue au marché, pour sensibiliser la population. Les gens étaient réveillés par le son du tambour, ils étaient contents, souriants. Ils n’ont pas hésité à prendre part à la danse. Les gens sont venus en masse au spectacle. Je commence par le Vumu kia mama ni kikangama.

  • 12 Centre Culturel Mbongi’eto : sigle CCMBO

120L’Administration du territoire a convoqué un conseil de sécurité en mon nom. L’administrateur, en présence de la délégation de CCMBO12, me dit : « […] j’encourage le travail que tu fais, mais tes frères me disent que tes chants et tes actions sont subversifs, que tu serais membre de BDK et que tu viens réactiver le phénomène BDK que nous sommes en train d’éradiquer. Et moi, mon travail ? Qu’est-ce que je deviens si ma hiérarchie entend que j’admets et encourage ton art ? »

121Je gère à présent le CCMBO depuis la France. Je ne veux pas que l’on croie que mon exil n’est que négatif, il a quelques aspects positifs. J’assume ce qui m’arrive, c’est la force du destin. J’en profite pour étudier, pour produire de la musique (CD ? deux albums : Kinanga et Kobaki) pour écrire et éditer des livres en rapport avec ma culture : Nzolele Nazonza Kikongo, dictionnaire bilingue des verbes (Kikongo-Français). Ces actions sont au profit des personnes qui sont dans le trou, car le ciel s’obscurcit, s’il pleut, ils risquent de périr dans le trou.

122Je ne veux pas que les gens pensent que je ne suis que subversif, c’est pour cela que je propose le texte écrit par M. Tshibanda Bondo pour lequel j’ai composé la musique : « Dialogue des cultures ».

123Merci de votre écoute.

124Ne Nkamu Luyindula, Masamuna Ma Kongo

Annexes

ANNEXE :

CHANTS INTERPRÉTÉS PENDANT L’INTERVENTION

CHANTS INTERPRÉTÉS PENDANT L’INTERVENTION

Dialogue des cultures

Dialogue des cultures13

Coopération, collaboration dans la paix

Amitié, intimité

Solidarité, fraternité

Tous nous sommes condamnés à coopérer

A collaborer dans l’amour

Pour bâtir un monde merveilleux de paix

Si tu aimes le blanc, aime le noir

Si tu aimes le noir, aime le blanc

C’est grâce au blanc que se distingue le noir

C’est grâce au noir qu’éclate le blanc

C’est dans cette dualité que réside l’équilibre

Démonstration de la grandeur de Dieu

Garde-toi de porter toujours le sens élevé de vouloir connaître

La connaissance source de compréhension

Fondement du secret de la réussite

Par coopération,

Par la collaboration

Mama tuzolana mama tusimbana Aimons-nous, tenons-nous main dans la main

Bandombe na mindelee Les Noirs et les Blancs

Batundu na Bambuakie Les Jaunes et les Rouges

Lele mama lele14

Lele mama lele

Bakento na babakal’ee tuzolanae Les femmes et les hommes, aimons-nous

Notes

1 Ce texte est le résultat d’une association de textes : le texte écrit et le texte déclamé en temps réel auquel j’ai ajouté quelques commentaires.

2 Muntu au pluriel bantu veut dire humain (s). Muntu veut dire savant car la tradition considère que l’Homme n’existe que par sa tête donc muntu, « dans la tête ».

3 Je désigne les pays africains par « à nos fils » parce que les pays africains devenant monarchiques, les chefs d’État préparent leurs enfants de telle manière qu’ils leur succèdent un jour. Cela se fait à tous les échelons de la gestion de la chose publique.

4 Cf. « Jeune Afrique », in Congo business, n ° 2517 du 5 au 11, 2009, p. 57-60, www. jeuneafrique. com.

5 Voir le document des Nations Unies, HCR, Rapport spécial : Enquête spéciale sur les événements de février et mars 2008 au Bas-Congo, mai 2008, 36 p.

6 Bundu Dia Kongo, BDK, est le mouvement politico-religieux qui prône l’éveil culturel Kongo et des Noirs. Ce mouvement est farouchement réprimé par le gouvernement actuel, le régime de Kabila, à Kinshasa. BDK est le symbole de la défense de la culture et des intérêts du Kongo et de la RD Congo.

7 L’emphytéose Moanda est un projet industriel, économique et politique visant au développement de la province du Kongo Central (Bas-Congo) en République démocratique du Congo et plus généralement de l’ensemble du bassin du fleuve et des régions avoisinantes. Régulièrement évoqué sous une forme ou une autre depuis 70 ans, il est actuellement porté par Charles Vanacker, Pol Mouzon et Guido Hendrickx, ayant travaillé de nombreuses années en RDC. http://www.technoscience.net/?onglet=glossaire&definition=10370[consulté, le 17 juin 2010].

8 Les mots entre parenthèses sont des traductions littéraires et/ou littérales et l’astérisque désigne les titres non traduisibles, mais j’ai donné le contenu du chant.

9 La lèvre symbolise la bouche : sur l’album on voit la bouche cadenassée qui signifie « de la parler ».

10 En annexe figurent les textes, avec leurs traductions, des chants « dialembo nzonzi », « Kia Mama nikikangama » et « des Cultures » dont l’enregistrement est consultable sur le site des Presses universitaires de Paris Ouest : http://www.pressesparisouest.fr.

12 Centre Culturel Mbongi’eto : sigle CCMBO

13 Ceci est extrait du texte d’un des célèbres peintres de la RD Kongo (Congo), Tshibanda Bondo qui, un jour, m’avait invité pour jouer à son vernissage organisé chez lui à Massina à Kinshasa (RDC). J’étais accompagné de Ta Nyimi Benani Bernard, mon compagnon de lutte et collègue de classe, et de deux enfants des premières heures du Centre Culturel Mbongi’eto de Kinshasa : Ta Lokomo Bolowa et Hervé Ma Bokewa Jeanne (frère et sour). Tshibanda Bondo m’avait donné un long texte et il avait souhaité que je m’en inspire afin de l’utiliser à ma façon pour que mon spectacle s’inscrive dans l’esprit de son vernissage.

14 Onomatopée pour signifier la caractéristique d’une chose gaie

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre CHANTS INTERPRÉTÉS PENDANT L’INTERVENTION
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2060/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2060/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2060/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable