Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Prologue. Au commencement était l’exode1

Jacques Hassoun

Texte intégral

  • 1 Nous remercions chaleureusement Pascale Hassoun de nous avoir autorisées à publier ici ce texte in (...)

1Une coutume avait cours dans les communautés juives du delta du ne Nil : quand un enfant commence à se déplacer à quatre pattes, quand il commence à se tenir debout et à avancer en se tenant au rebord d’un lit, à une table basse ou à un fauteuil, une des femmes de la famille, une grand-mère, une vieille cousine prenait la décision de lui apprendre à marcher tout seul. Un jour, sans que ses parents ne soient prévenus mais en leur présence, elle amenait l’enfant à l’autre bout de la pièce où se tenait sa mère, se plaçait devant lui, posait les mains de l’enfant sur la paume de ses mains et avançait à reculons, son visage situé à la hauteur de celui de l’enfant, vers le seuil de la porte. Tout en chantonnant « tout seul, tout seul, il va marcher… tout seul, tout seul, il va franchir le seuil ». Une fois passé cette limite, tout doucement et tout en continuant à faire face à l’enfant, elle lui lâchait les mains. Au bout de quelques pas, elle le prenait dans ses bras, le soulevait, vantait sa beauté, son courage, sa détermination. Désormais, l’enfant sera encouragé à marcher tout seul et les liens que cette femme entretiendra avec lui seront ceux qu’une pédagogue peut nouer avec son élève ou une marraine avec son filleul. En effet, ce passage de ligne sera considéré comme fondateur pour l’enfant qui aura donné la preuve qu’il peut se déplacer loin du regard de sa mère, qu’il peut la quitter sans craindre de la perdre, qu’elle peut le quitter sans manifester d’inquiétude particulière.

2Cette épreuve que l’on pourrait considérer comme initiatique est pour l’enfant et pour son entourage l’un des temps forts qui président à la subjectivation de l’enfant : l’Autre absent-présent autorise ce mouvement du corps, cette fragile maîtrise qui permet à celle ou à celui qui en est l’acteur de conquérir l’espace, de le mesurer à l’aune même de son désir, dont la validité serait lors de cette cérémonie comme éprouvée et acceptée par son entourage.

3C’est dire que la marche ne relève pas (seulement) d’un processus normal de maturation neuronale. C’est un acte qu’il nous faut reconnaître constamment comme inaugural d’une histoire sinon d’une fondation.

  • 2 Rappelons ici que pour Lacan «’inconscient, ce n’est pas de perdre la mémoire, mais de ne pas se s (...)

4Ce temps où l’enfant s’essaye à mesurer l’espace, est constamment marqué par l’oubli, un oubli fécond et porteur d’un savoir2, se joue des limites mais dans le même temps en reconnaît la validité. Dès lors, repousser les limites revient à mesurer son désir à l’aune de la réalité dans ce que celle-ci recèle comme empêchement, mais aussi comme potentialité de découvertes et de conquêtes. Se déplacer, marcher, conquérir l’espace, se présentent alors comme autant de performances auxquelles le sujet sera confronté sa vie durant.

***

5Mais l’histoire même du terme marcher me semble ici importante à rappeler. Des vingt-six différentes définitions qu’en donne le Littré, nous ne retiendrons que quelques-unes, qui se réfèrent à l’étymologie même de ce verbe : fouler au pied, puis marquer, imprimer le pas. En effet, dans le fait même de marcher, nous nous trouvons constamment confrontés à ce désir d’imprimer la marque de notre passage. Marcher, par exemple, dans la voie tracée par son père, reviendrait à mettre ses pas dans les traces de pas de celui qui nous précède, c’est-à-dire recomposer ce qui fut effacé par le temps et s’autoriser à prendre quelques chemins de traverses inconnus de ses ancêtres.

  • 3 Rappelons ici que Freud, dans Moïse et le monothéisme (Paris, Gallimard, 1948, p. 167), déclare qu (...)

6Lacan donne de ce parcours une image remarquable : soit, dit-il, un chasseur qui se lance dans la traque d’un gibier. Il souhaite être le seul à tuer cet animal. Aussi, va-t-il au fur et à mesure de son avance, effacer les traces de ses pas. Survient un passant ou un autre chasseur. Il ne pourra que constater l’effacement des traces qui. signe la présence d’un autre dont la précédence est signifiée par les termes « pas de trace ». Ce témoignage de la présence humaine est d’autant plus signifiant que celle-ci suscite des conjectures, des hypothèses qu’aucune image ne vient soutenir3. Un pas de plus nous permettra d’entendre que le parcours accompli par un enfant aura d’autant plus importance qu’il se situe dans cet in-su, dans ce soupçon d’existence qui lui permet de recomposer pour son propre compte le parcours paternel. C’est alors qu’il partira à la conquête d’un espace qui fut parcouru autrefois par un autre, mais dont une partie lui échappera toujours. Aussi toute marche, toute avancée, tout parcours ne pourra que se tenir en dehors des sentiers battus. Certes, nous ne cessons de croiser un trajet déjà-inscrit mais pour mieux le quitter, pour mieux inscrire de nouveaux frayages.

  • 4 Hassoun Jacques, Les Indes occidentales, Paris, Éditions de l’Éclat, 1987.

7Mais de la même manière que Christophe Colomb a tenté d’emprunter une nouvelle route pour découvrir un ancien continent qui allait se révéler d’ailleurs, en un temps second, être une nouvelle terre jusqu’ici inconnue des Européens4, de la même manière cette longue marche que chacun de nous accomplit ne cesse de croiser de vieilles inscriptions, de vieilles balises, d’anciennes marques qui sont comme autant de cicatrices revisitées, mais qui dans le même temps nous permettent de prendre des chemins de traverse pour découvrir de nouveaux espaces à explorer. Aussi, quand le père fraye un chemin à son enfant, il ne fait jamais que tracer un parcours traversé de chemins inconnus de lui et que ses enfants auront tout loisir d’emprunter… ou non.

8Cette longue marche qu’accomplit le sujet durant son existence obéit à ce double impératif : quitter les chemins battus pour aller à la découverte de nouveaux sentiers ou de nouvelles avenues, mais dans le même temps savoir que ses parcours peuvent le ramener à arpenter les trajets défrichés par les anciens. Mais supposons que le sujet soit expulsé d’une manière définitive de ce chemin aimablement balisé, qu’il prenne la route vers des exils improbables, qu’il se trouve expulsé de son pays natal, qu’il aborde des rivages autres, c’est alors que ses repères fondateurs vont lui manquer et que durant un temps il sera dans l’errance intérieure, cherchant ailleurs des marques, des repères qu’il lui faudra apprendre à reconstituer.

9Ici s’impose à nous un paradoxe apparent : plus il aura pu prendre des chemins de traverse lors de sa première existence, plus il aura pu quitter pour revenir dans le cadre qui lui avait été tracé au temps où il n’avait pas encore pris le chemin de l’exil, et plus légère sera sa marche dans cet aire inconnue dont il ignorait tout ou presque tout jusqu’ici. Restera pourtant toujours présent en lui-et parfois encore plus chez ses descendants-la nostalgie taraudante d’une avenue qu’ils imagineront tous tracée au cordeau par un ancêtre inconnu dont ils ne savent plus rien. Quelquefois, ils prendront la route pour aller visiter ces lieux dont ils auront entendu van- ter la beauté-toujours incomparable-et ils arpenteront jusqu’à l’épuisement, les lieux solennels de convocation et les cimetières, les lieux de culte ou de loisir depuis longtemps délabrés ou en ruines, afin de reconstituer ces repères qu’ils semblent avoir perdus depuis toujours et à tout jamais.

10Or, si l’on considère que le sujet est toujours un exilé-exilé d’un autre lieu, d’un autre espace, celui qui est situé en-deçà du seuil de la pièce familière-il est des exils effectifs qui semblent annuler un exode structurant sinon structurel. Cette annulation est dramatique : elle plonge celui qui en est la proie et la victime dans un état d’étonnement dramatique et de passion douloureuse, propre à hypostasier ce lieu d’avant l’exode en un monument ou un lieu de pèlerinage dont on ne cessera de faire le tour jusqu’à plus soif, jusqu’à la nausée.

11N’est-ce pas cette peur de l’inconnu, cette peur de s’affronter à l’absence de traces (et non pas leur effacement) qui fait que beaucoup préfèrent quand le danger approche, et que la Cité se donne pour prince un tyran, rester sur place quitte à en mourir, plutôt que de mettre à mal une autochtonie qui les fera se séparer des chemins battus par leurs ancêtres ?

  • 5 Je fais référence ici au magnifique ouvrage d’Anna Seghers – Transit – qui relate l’exode des juif (...)

12Je considère pour ma part comme parfaitement énigmatique la démarche de certains groupes qui, sachant à quel danger ils s’exposaient en ne se mettant pas en marche, et qui de peur de perdre leur Heimat persistaient dans leur entêtement sédentaire jusqu’à souffrir de mille morts, jusqu’à en mourir. L’histoire de ce siècle est féconde en exemples de communautés entières qui semblaient frappés de paraplégie, d’aboulie, alors que le danger était déjà là présent et qu’ils avaient encore une possibilité de partir, de quitter, de prendre le chemin de l’exode, de l’émigration ; du transit5 plutôt que d’attendre le déchaînement du bourreau.

13Mais il est des départs, des impératifs à prendre la route, qui se présentent comme essentiels. Les mythes fondateurs d’un grand nombre de civilisations en portent la marque et le témoignage.

14Au commencement se trouve mis en scène le départ d’un groupe ou d’un seul vers un ailleurs. C’est même au cours de ce type d’exode que la révélation aura lieu et que la promesse divine sera énoncée.

15Au commencement de la geste judaïque, il est un exode dont nul, à ma grande surprise, ne reconnaît l’importance et ne mesure les effets. Je considère même pour ma part que le vrai exode fondateur de cette civilisation est celui qui fut inauguré par Abraham qui quitte Ur en Chaldée (Ur-Kasdim), qui se sépare de sa terre, de son pays natal et de la maison paternelle pour se rendre ailleurs, d’abord vers Aram-entre-les-deux-fleuves (Aram-Naharalm), ensuite vers Canaan, vers cette terre qui lui sera promise. Premier exode qui se fonde sur une promesse et qui va transformer ce citadin en nomade, en pasteur d’hommes et de troupeaux qui ne cessera d’arpenter cet espace qui lui sera promis lors de ses pérégrinations. Fait remarquable : si lui-même et ses descendants ne cessèrent de se déplacer, aucun d’entre eux ne retournera en Chaldée, aucun d’entre eux ne nourrira une quelconque nostalgie pour ce Ur premier, définitivement quitté. C’est plus tard, bien plus tard, lors d’un premier exil qu’ils retourneront-forcés-en Babylonie, dans cette terre mitoyenne de la Chaldée et qu’ils considéreront toujours comme un espace exécrable.

16Mais auparavant, les descendants d’Abraham auront à occuper Canaan. Comment, sinon en se déplaçant, en quittant cette terre vers l’Égypte, puis en se séparant de ce pays d’accueil devenu au fil des siècles une terre d’esclavage. Ils quitteront l’Égypte et mettront quarante ans pour parcourir quelque deux cents kilomètres.

  • 6 Il ne s’agit pas du livre que l’on appelle dans les Bibles chrétiennes l’Exode (et qui en hébreu a (...)

17Ce deuxième exode, que l’on a quelque tendance à considérer (à tort me semble-t-il) comme étant le premier, se déroulera selon un scénario rigoureusement établi : ils vont non pas marcher à l’aventure, non pas errer, mais se déplacer d’une oasis à l’autre, d’un lieu-dit à un autre, comme pour égrener les stations d’une passion qui mènera toute une génération à la mort. Mais laissons le chroniqueur nous en donner une description6 :

  • 7 Nombres 33 (v. 3-49)

Ils partirent de Ramsès le premier mois, le quinzième jour du premier mois. Le lendemain de la Pâque, les enfants d’Israël sortirent à la vue de tous les Egyptiens. Ils partirent de Ramsès, et campèrent à Succoth. Ils partirent de Succoth, et campèrent à Etham. Ils partirent d’Etham, se détournèrent vers Pi-Hahiroth, vis-à-vis de Baal-Cephom et campèrent devant Migdol. Ils partirent de devant Pi-Hahiroth, et passèrent au milieu de la mer et campèrent à Mara. Ils partirent de Mara, et arrivèrent à Elim : ce fut là qu’ils campèrent. Ils partirent d’Elim, et campèrent près de la mer Rouge. Ils partirent de la mer Rouge, et campèrent dans le désert de Sin. Ils partirent du désert de Sin, et campèrent à Dophka. Ils partirent de Dophka, et campèrent à Alusch. Ils partirent d’Alusch, et campèrent à Rephidim. Ils partirent de Rephidim, et campèrent dans le désert de Sinaï.
Ils partirent du désert de Sinaï et campèrent à Kibroth-Hattaava. Ils partirent de Kibroth-Hattaava, et campèrent à Hatséroth. Ils partirent de Hatséroth, et campèrent à Rithma. Ils partirent de Rithma, et campèrent à Rimmon-Pérets. Ils partirent de Rimmon-Pérets, et campèrent à Libna. Ils partirent de Libna, et campèrent à Rissa. Ils partirent de Rissa, et campèrent à Kehélatha. Ils partirent de Kehélatha, et campèrent à la montagne de Schapher. Ils partirent de la montagne de Schapher, et campèrent à Harada. Ils partirent de Harada, et campèrent à Makhéloth. Ils partirent de Makhéloth, et campèrent à Tahath. Ils partirent de Tahath, et campèrent à Tarach. Ils partirent de Tarach, et campèrent à Mithka. Ils partirent de Mithka, et campèrent à Haschmona. Ils partirent de Haschmona, et campèrent à Moséroth. Ils partirent de Moséroth, et campèrent à Bené-Yaakan. Ils partirent de Bené-Yaakan, et campèrent à Hor-Guidgad. Ils partirent de Hor-Guidgad, et campèrent à Jothbatha. Ils partirent de Jothbatha, et campèrent à Abrona. Ils partirent d’Abrona, et campèrent à EtsyonGuéberGuéber. Ils partirent d’EtsyonGuéber, et campèrent dans le désert de Tsin : C’est Kadès.
Ils partirent de Kadès, et campèrent à la montagne de Hor, à l’extrémité du pays d’Edom, à la quarantième année après la sortie des enfants d’Israël du pays d’Égypte, le cinquième mois, le premier jour du mois.
Ils partirent de la montagne de Hor, et campèrent à Tsalmona. Ils partirent de Tsalmona, et campèrent à Punon. Ils partirent de Punon, et campèrent à Oboth. Ils partirent d’Oboth, et campèrent à Iyyé-Abarim, sur la frontière de Moab. Ils partirent d’Iyyé-Abarim, et campèrent à Dibon-Gab. Ils partirent de Dibon-Gad, et campèrent à AlmonthaïmDiblathaïm. Ils partirent d’Almon-Diblathaïm, et campèrent aux montagnes d’Abarim, devant Nebo. Ils partirent des montagnes d’Abarim, et campèrent dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho. Ils campèrent près du Jourdain, depuis Beth-Yeschimoth jusqu’à AbelSittim, dans les plaines de Moab7.

18Ce texte au rythme syncopé, composé de phrases qui en langue hébraïque excèdent rarement cinq ou six mots, ressemble à un journal de marche d’un officier des transmissions. Si nous considérons de plus que la cantilation traditionnelle qui accompagne la lecture de Pentateuque est ici des plus sobres, nous percevons combien les auteurs de ces versets ont tenu à éviter tout pathos qui aurait donné à entendre ce parcours comme une fuite éperdue ou comme un déplacement forcé des populations misérables et terrifiées.

19Ainsi, comme nous l’avons énoncé, cette longue marche est loin d’être une errance. Il s’agit d’un voyage que l’on pourrait dire fondateur et qui avait été rendu nécessaire afin, nous dit le texte, de tromper l’ennemi. Celui-ci attendait les tribus dissidentes à la hauteur de Gaza, ils prirent le risque de faire un grand détour en accomplissant un mouvement tournant qui allait les faire passer de l’Égypte à l’ouest, au centre de la péninsule sinaïtique (où ils devaient recevoir au passage les Dix Paroles qui devaient constituer leur loi fondamentale), puis contourner Canaan par le sud et aborder ce pays par le Jourdain à l’est. Vieille tactique que les guérilleros et les armées de libération nationale découvrent à chaque génération : marcher, marcher jusqu’à l’épuisement pour pouvoir choisir l’heure et le lieu de l’offensive. Marcher devient alors une arme contre laquelle l’ennemi ne peut rien, puisque face à ses troupes, il ne va rencontrer que des groupes animés par un désir omniprésent : mesurer l’espace qui les sépare du lieu d’esclavage au foyer de liberté qu’ils veulent atteindre coûte que coûte.

20Mais ce voyage est aussi un temps nécessaire pour qu’une génération puisse disparaître. Seuls-dit la tradition talmudique-ceux qui sont nés dans cet espace de liberté, qui sont nés lors de la transhumance, ont eu le privilège d’entrer en Terre Promise. Pas un seul de ceux qui étaient nés esclaves, c’est-à-dire rivés à la plèbe et ne pouvant se déplacer sans l’assentiment de leur maître, ne pouvait bâtir une Cité d’hommes libres. Pas même Moïse leur guide, celui qui selon le mythe partagea la mer des Joncs en deux, ne fut autorisé à traverser cette petite rivière qui serpente à travers le désert, le Jourdain, et qui restera pour lui la limite extrême, le lieu ultime d’une passion inassouvie.

21Ainsi donc l’exode, la marche, l’exil s’inscrivent comme autant de signifiants de ce peuple qui, plutôt que de périr pour sa terre, prit à chaque fois la route pour sauvegarder ce qui représentait à ses yeux le bien le plus précieux : le Livre et ses commentaires, dont le contenu rappelle la série de longues marches qui l’ont aidé à fonder sa civilisation et sa survie.

  • 8 Il est à noter que dès le ve siècle avant l’ère chrétienne, les judéens prirent le chemin de la Di (...)

22Un mythe rapporte qu’alors que le dernier carré de Judéens accroché à leur capitale, Jérusalem, résistait aux troupes romaines, Yohannan ben-Zaccaï demanda à l’envahisseur romain de bien vouloir le laisser quitter avec quelques-uns de ses disciples la ville sainte pour aller s’établir à Yabné, où ils devaient fonder une académie. Les Romains, ignorants de ce que pouvait représenter cette désertion dont ils ne pouvaient que se féliciter, lui donnèrent un sauf-conduit. Tous les défenseurs du territoire hiérosolymitain furent massacrés, les rares survivants furent déportés à Rome et mis en esclavage, cependant que la pensée qui s’inaugurait dans un double exode, permit aux juifs dans leurs multiples dispersions8, de poursuivre leur existence sociale et culturelle. Il me semble, pour ma part, que Yohannan ben-Zaccaï-qui préféra marcher et vivre plutôt que de rester sur place et mourir-fut le sauveteur de la civilisation hébraïque et judéenne et le fondateur de la diaspora juive.

23Exode, exil, immigration. Mohammad va fonder l’Islam sur un acte-individuel-d’immigration : la Hejra. Le calendrier islamique portera la trace de cette marche puisque l’an I de cette chronologie date de ce déplacement. Plus tard, ceux qui se réclament de l’Immigré inspiré vont accomplir la prouesse de conquérir un empire immense qui de l’Hindus à l’Andalousie, et de la Crimée au Soudan vit s’épanouir la civilisation arabo-islamique, pur produit de la longue marche des cavaliers et des fantassins, des marchands, des philosophes et des savants qui, partis du Proche-Orient, contribuèrent à bâtir un immense empire.

***

24Aussi, l’exode, les exodes ne sont-ils pas réductibles à des fuites. Pourtant, bien des images nous encombrent, issues d’une vision chrétienne et occidentale de la sortie d’Égypte. et en particulier celles qui sont nourries du folklore lamentable qui entoure le personnage du « Juif Errant ». Elles réduisent l’Exode en une marche lamentable d’un groupe d’esclaves en haillons quittant à la hâte une terre d’oppression pour se lancer-terrifié-dans une longue errance à travers la péninsule du Sinaï. Or, nous l’avons dit : ce peuple ne se contentait pas de fuir le Pharaon, il partait à la conquête de sa liberté, il allait à la rencontre d’une histoire à construire.

25Cet exode, comme bien d’autres, a été la mise en acte d’une libération. Il représente le paradigme de ces marches auxquelles se livrent des sédentaires soumis au sevrage qui, las d’être englués dans une immobilité aliénante, prennent possession de l’espace pour manifester de leur présence le désir de sortir de l’effacement, de la grisaille et de l’anonymat où les confinent leurs dites-élites.

***

26Un pas de plus nous permettra de nous poser la question de savoir si dans la société actuelle, manifester ne serait pas une autre manière, à l’intérieur même de l’espace urbain, de subvertir ce paysage, d’amener ceux qui se situeraient au ban du luxe et de l’abondance à jeter le trouble dans la ville, comme jadis les gueux pouvaient mettre à mal-lors de leurs marches-l’assurance que leurs seigneurs avaient de détenir leur supériorité par droit divin.

27Quand les feux de la circulation clignotent dérisoirement, que des chants subversifs se font entendre dans la rue et que ceux qui étaient nommés jadis « les salopards en casquette » tiennent le haut du pavé, quand ceux-là et quelques autres sortent de leur immobilité sinon de leur immobilisme pour se mettre en marche, un vent d’histoire se lève non seulement à cause des images romantiques mises en scène à cette occasion, mais aussi parce que le carcan du « sois sage, ne bouge pas et tu seras récompensé » que l’omnipotent (e) ne cesse d’énoncer à ses assujettis vole enfin en éclats. Temps où le « je sais ce qui est bon pour toi » s’effondre dans le ridicule que portent les termes contradictoires d’un prédicat menteur et aliénant tout à la fois. C’est alors que, à l’instar des écoliers mis en scène par Jean Vigo, qui font de leur « zéro de conduite » leur plus belle médaille et du drapeau noir hissé sur une école vermoulue la preuve suprême de leur liberté, ceux qui se sont mis en marche, qui quittent leurs faubourgs et leurs banlieues pour investir le centre de la ville, réapprennent à parcourir les chemins de la liberté.

***

28Aussi pouvons-nous en guise de conclusion émettre l’hypothèse suivante : quitter les pesanteurs, marcher, se déplacer relève toujours de l’exode. Pourtant, ce terme comporte en lui-même trop d’ambiguïté, trop d’images lamentables qui mettent en scène des populations fuyant précipitamment un foyer stable pour un inconnu aléatoire. Or, cette mise en mouvement de populations entières me semble représenter d’abord et avant tout la marque d’un choix : tout le monde ne fuit pas l’avancée des troupes ennemies. Tout le monde ne se précipite pas de gaieté de cœur vers l’inconnu. Ceux qui se mettent en marche ne sont-ils pas ceux qui inconsciemment, subjectivement savent reconnaître le moment de partir, de se séparer pour prendre le chemin de l’exil, de l’exode, de l’extériorité, quitte à en mourir, plutôt que de rester confinés dans l’horreur de la peur acceptée, de l’emprise tolérée, de la dictature subie ?

29Se mettre en marche renoue peut-être avec le mythe de la horde terrifiée et trop d’images terribles encombrent notre mémoire pour se défaire de ces représentations. Mais reconnaître ce qui fait appel à se déplacer ailleurs, à Jacques Hassoun fouler de nouveaux chemins, représente la mise en acte d’un désir que le sujet qui prend le risque de l’exode reconnaît et prend en compte.

30Marcher… N’est-ce pas aussi la propriété de ce dieu plein d’intelligence rusée…. Hermès, qui à peine né fabrique un nouvel instrument de musique, la lyre, puis se rend en Thessalie pour voler un troupeau confié à son frère Apollon. Avec ses bêtes qu’il fait marcher à reculons, il accomplira une longue marche jusqu’à Pylos, avant de revenir se couler dans son berceau : le dieu messager, le dieu médiateur, inventeur de la flûte qu’il va offrir à Pan (son petit-fils) était né. Protecteur du premier des grands voyageurs de la mythologie grecque, Ulysse (dont il est l’arrière grand-père), mais aussi des marchands et des voleurs, gens de voyage s’il en fut, dieu psychopompe-chargé d’escorter les morts dans l’au-delà-il est plein de ressources et réhabilite le voyage au point où par une série de glissements il sera assimilé au dieu égyptien Thot, maître des sciences et de la magie, qui chez les Hellènes sera désormais connu sous le nom d’Hermès Trimégiste (trois fois très grand). Aussi, Hermès, le nourrisson marcheur, réhabilite-t-il le déplacement, le voyage et élève l’exode au statut d’une vertu fondatrice d’un gai savoir.

***

31Au terme de ce parcours, nous pouvons donc affirmer que passer de l’autre côté du fleuve, quitter les limites d’une ville, sortir de chez soi, du confinement et de la passivité pour traverser la Cité en clamant sa présence et son existence reviendrait à mettre en scène le renouvellement d’une expérience fondatrice d’un passage par la limite, une expérience qui nous fait aller, une fois de plus, au-delà du seuil pour accepter d’être visible, d’être audible, d’être ex-sistant.

32C’est du moins l’hypothèse que je tente de soutenir ici et qui constitue le secret même de l’enjeu théorique de ce que depuis plusieurs décennies je tente de soutenir : la langue exilée, la mémoire en contrebande, l’étranger –qu’il soit aubain ou forain-toujours de passage, ne serait que la métaphore ultime de ce qui nous constitue comme sujet, et la marche, la mise en mouvement du corps mais aussi l’existence de ces territoires limitrophes dont l’originalité est de représenter un espace d’extériorité, en seraient la parfaite illustration métonymique.

Notes

1 Nous remercions chaleureusement Pascale Hassoun de nous avoir autorisées à publier ici ce texte inédit.

2 Rappelons ici que pour Lacan «’inconscient, ce n’est pas de perdre la mémoire, mais de ne pas se souvenir de ce que l’on sait. »

3 Rappelons ici que Freud, dans Moïse et le monothéisme (Paris, Gallimard, 1948, p. 167), déclare que le père est « fruit de conjectures et d’hypothèses », cependant que la mère est « donnée des sens. et singulièrement de la vue ».

4 Hassoun Jacques, Les Indes occidentales, Paris, Éditions de l’Éclat, 1987.

5 Je fais référence ici au magnifique ouvrage d’Anna Seghers – Transit – qui relate l’exode des juifs allemands qui, arrivés à Marseille, se débattaient dans le chemin de leur exil, de leur sauvegarde, entre différents impératifs de visa de sortie de territoire, de transit vers d’autres pays, en attendant d’obtenir un visa définitif d’entrée vers le havre de paix extra-européen.

6 Il ne s’agit pas du livre que l’on appelle dans les Bibles chrétiennes l’Exode (et qui en hébreu a pour titre « Noms »), mais de celui qui, dû à la plume des prêtres de Jérusalem, sera intitulé dans le Pentateuque du terme « il appela » (dans les Bibles chrétiennes : « Lévitique »).

7 Nombres 33 (v. 3-49)

8 Il est à noter que dès le ve siècle avant l’ère chrétienne, les judéens prirent le chemin de la Diaspora, en Égypte (à Éléphantine puis à Alexandrie), en Corinthie, à Ephèse, en Crète, en Babylonie…

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable