Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Introduction. Migrations, exils, errances, écritures

Texte intégral

  • 1 Nous remercions chaleureusement Murielle Philippe, qui a relu toutes les épreuves.

1Ce livre invite ses lecteurs à voyager vers des textes littéraires, vers des récits personnels d’exil et vers des interrogations sur l’exode dans la vague des migrations du monde contemporain à l’échelle du globe1.

2Au sein de la collection Chemins croisés, il faut le lire comme un écho au précédent ouvrage intitulé Frontières, marges et confins, dont il poursuit la réflexion.

3Si penser la frontière, les marges et les confins, c’est convoquer la figure de l’étranger, esquisser celle du passeur et dévoiler « l’in-su » que chacun porte en soi, tout en instaurant des passerelles entre générations et civilisations, écrire les migrations, les errances et les exils, c’est revenir à la problématique du déplacement, du passage, mais c’est également voir surgir la figure du pont brisé et parfois celle des horizons qui s’ouvrent, malgré la blessure et la perte, comme nous le suggère Jacques Hassoun dans le texte inédit « Au commencement était l’exode » que nous publions en guise de prologue.

4Dans le cadre du pôle « Tout Monde » de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense, s’est tenu début juin 2010 un premier colloque sur le thème « Diversités et Croisements » dont l’objet était de lancer une dynamique de recherche rassemblant les différentes disciplines du pôle autour de la question des mélanges de langues, dans les textes, au sein des langues elles-mêmes, ou dans les pratiques langagières de divers ordres. Il fut suivi à la fin du même mois par le colloque « Migrations, exils, errances, écritures ». Cette rencontre ainsi que le livre qui en rend compte témoignent du développement de la collaboration des chercheurs de l’axe « Migrations », avec leurs collègues des universités de l’Ontario, et plus particulièrement avec l’université McMaster, qui accueillera en 2012 la réplique à ce colloque.

5Cet ouvrage présente une sélection de textes issus des deux colloques, réunissant des chercheurs appartenant aux champs de la littérature, de la philosophie, de la traduction, de l’étude des langues et civilisations, et de l’étude du langage.

6Pour Sarah de Vogüe, organisatrice du colloque « Diversités et Croisements », les langues ne sont pas des îlots monolithiques et homogènes mais plutôt, dans nos sociétés cosmopolites, fragmentées et en contact les unes avec les autres, des fabrications plus ou moins artisanales et obligées, qui reflètent les instabilités, les rencontres et les métissages de leurs locuteurs hétéroclites. Comprendre une langue, comprendre un texte, c’est non seulement décoder les mots de la phrase ou du texte, mais aussi l’entrelacs d’allusions, de références cachées qui les sous-tendent et parallèlement se poser les question suivantes : Comment passe-t-on d’une langue à l’autre ? Comment migre-t-on dans l’hétérogénéité fondamentale qui réside à la fois entre les langues-ce qui a conduit à les penser comme « étrangères »-et au sein des langues ? On retrouvera ces interrogations dans le chapitre intitulé « Les mots qui migrent », qui nous suggère que les déplacements des mots comme ceux des hommes s’accomplissent souvent dans un mouvement d’ouverture critique, et l’ironie ou la parodie n’est jamais tout à fait absente.

  • 2 Steiner George, « en frontalier », in Passions impunies, Pierre-Emmanuel Dauzat et Louis Evrard (t (...)

Chaque fenêtre de la maison des langues s’ouvre sur un paysage différent et sur une autre temporalité, sur une segmentation particulière du spectre de l’expérience perçue et classée. En aucune langue, on ne divise le temps et l’espace précisément comme dans l’autre […] en aucune langue on n’observe les mêmes tabous que dans l’autre […] en aucune langue on ne rêve exactement comme dans l’autre, […] dans l’indocile diversité de Babel2.

7Pour les responsables du colloque « Migrations, exils, errances et écritures », il s’agissait de mettre au travail non seulement un des thèmes majeurs de la littérature universelle, l’exil ou plutôt les exils, mais d’inviter des acteurs de la transmission orale, qui ont été chassés de leur lieu d’origine par les déséquilibres économiques, politiques ou les crises de l’histoire du monde contemporain, à témoigner de leur expérience dans laquelle, déplacés, hésitants, à la frontière, ils tentent de s’enraciner. Ainsi le récit à deux voix du destin d’un sans papier côtoie la performance orale et musicale d’un artiste exilé du Kongo, dont on peut écouter les chants. Il nous paraissait important également d’inviter des poètes. Ainsi par sa voix Nadell Fishman nous fit entendre celle d’exilés familiers à travers ses poèmes, tout comme Tahar Bekri, dont les poèmes et le propos anticipaient quelque peu le printemps du jasmin.

8Tous ces textes nous proposent de nous interroger conjointement sur la singularité de l’expérience de chaque exil, tout en constatant les formes du commun qui s’y inscrivent. De l’expérience millénaire du nomadisme à l’expérience spécifique, par exemple, des femmes du Maghreb prises dans l’entre-deux langues, reviennent la question de l’enracinement dans la terre, la tradition, la langue ou le texte, et celle du déracinement qui va souvent de pair avec l’arrachement d’un pan de la mémoire, un certain déchirement et des tentatives de réparation de la blessure de la perte.

9Nous vivons dans un monde où les frontières s’abolissent, se transforment et se reforment dans d’incessantes fluctuations. Une totale recomposition de la géographie politique, économique et culturelle est en cours. Les chemins s’ouvrent et se multiplient pour les errances comme pour les exils sans qu’il y ait toujours de retour possible. Les espaces décloisonnés qui sont les nôtres sont autant de lieux nouveaux pour une quête de soi, qu’elle soit choisie dans la révolte contre un ordre établi, mûrement élaborée dans un projet de questionnement philosophique, ou imposée par des conditions historiques, politiques, économiques qui ont mené au départ. Les routes de l’errance se tracent dans la difficile réalité dont elle s’origine et dans laquelle elle s’enracine mais également dans le désir d’un monde rêvé ; celles de l’exil s’inscrivent souvent dans la perte et un deuil impossible, faisant de l’imaginaire, du langage ou de la mémoire l’ultime espace où demeurer, faisant de la littérature le dernier l’espace où s’encrer/s’ancrer.

  • 3 Chamoiseau Patrick, Écrire en pays dominé, Paris, Gallimard, 1997, p. 213.
  • 4 Debray Régis, L’Éloge des frontières, Paris, Gallimard, 2010.
  • 5 Glissant Edouard, Chamoiseau Patrick, Quand les murs tombent : l’identité nationale hors-la-loi ? (...)
  • 6 Terme employé fréquemment par Edouard Glissant.

10Lorsque Edouard Glissant nous invite à regarder le monde comme un chaos-monde, en éternel mouvement et recomposition, comme un paysage « dont le malheur a envahi la parole », il nous rappelle ces paroles que prononça Méléagre de Gadara au premier siècle avant notre ère : « L’unique patrie, étranger,/c’est le monde que nous habitons. /Un seul chaos a produit tous les mortels3 ». Néanmoins les frontières existent, pour notre bien selon Régis Debray4, et l’expérience de leur franchissement est unique. Si certains choisissent d’habiter « ces géographies tissées de matières et de visions que nous aurons forgées5 », il nous faut reconnaître que cette image positive de l’espace contemporain contraste avec celle des contrées d’accueil où la souffrance de l’exilé, les interrogations angoissées de l’errant se dilueraient dans la « mêlée des cultures6 ».

  • 7 Trigano Shmuel, Le Temps de l’exil, Paris, Éditions Payot et Rivages, 2001, p. 18-19.

11« L’exil “déracine” le moi » affirme Shmuel Trigano. « Perdant cet espace qui l’habite, l’exilé se retrouve comme dépouillé de lui-même7 » et pour certains, l’expérience de l’exil s’apparente ainsi à celle de la mort, alors que se dessine une géographie nostalgique du passé bien différente de la géographie composite du Tout-Monde.

12« C’est pour les mathématiciens que tout lieu en vaut un autre » dit Vladimir Jankélévitch.

  • 8 Jankelevitch Vladimir, L’Irréversibilité de la nostalgie, Paris, Flammarion, 1974, p. 277.

C’est au contraire pour un cour nostalgique qu’il existe un espace concret diversifié par des sites qualitativement hétérogènes, par le contraste des climats et par toute la variété pittoresque des nations. Aussi peut-on parler d’une espèce de géographie pathétique, d’une topographie mystique dont la seule toponymie met en branle le travail de la réminiscence et de l’imagination. La valeur, sur cette mappemonde passionnelle, est inégalement répartie ; elle se concentre en certains points privilégiés, autour d’un lieu béni ou d’une terre sainte chère au cour de l’homme ; cette ville peut être comme la Venise magique (Vedenetz) des légendes russes, une ville enchantée au bord des mers d’azur ; mais pour tous les hommes, c’est la ville natale, celle où fume, à l’ombre du clocher, la cheminée de la maison maternelle. L’amour a indépendamment du retour au passé, les mêmes effets sanctifiants, et il exalte à l’extrême cette grisante poétique de l’espace dont parlait Bachelard ; l’amour, comme la nostalgie, fabrique des lieux saints8.

  • 9 On pense au danger de l’identité incantatoire et monolithique, dont parle Jacques Hassoun.
  • 10 On pensera au texte du livre de Salman Rushdie, Les Patries Imaginaires.

13L’expérience de l’exil se déclinera différemment selon que le lieu d’origine deviendra un lieu saint9, figé et souvent vénéré, ou se métamorphosera en une « patrie imaginaire10 ». La contrée de prédilection de l’exilé n’est alors autre que le langage car c’est à travers le langage-parole vive, chant, texte-dans la transmission du souvenir de l’histoire, quel que soit son registre, que l’exilé redécouvre sa présence, présence au monde, à soi et à l’autre.

14Dans le texte inédit de Jacques Hassoun, il est question de la marche vers l’ailleurs et des premiers pas de l’enfant qui lui permettent simultanément de mettre ses pas dans ceux de son père et de quitter le chemin tracé. Plus les chemins de traverse empruntés avant l’expérience de l’exil sont nombreux, dit-il, plus ils rendront la marche légère car si le sujet expulsé en marche vers des exils improbables abordera d’autres rivages et perdra ses repères fondateurs, s’il sera pour un temps dans l’errance intérieure, peut-être parviendra-t-il à trouver pour lui-même et les siens les chemins de la liberté.

15En nous invitant à revisiter les termes d’exode, d’exil et d’errance, Jacques Hassoun nous suggère de nous méfier de ceux qui ne verraient dans l’expérience des exilés, des errants et des migrants que failles, ruptures, brisures dans la vie et dans la langue, car ajoute-t-il « le sujet est toujours exilé ».

  • 11 Je fais référence ici à mon travail sur « dans la langue de l’ennemi », à paraître dans Actes du 1 (...)

16Le postulat que l’homme fait sa demeure dans le texte ou le récit, trouve un abri dans la langue et se construit avec des mots, n’est-il pas néanmoins souvent mis en question par ceux qui se trouvent « écorcés de leur matrice de mots11 » ?

17Parlant des lieux de passages et de migrations des hommes et des langues, on verrait comme un flux qui porte dans la langue ces transformations entre les langues et au sein des langues même celles que l’on dit mortes et qui réapparaissent comme des résurgences.

  • 12 Hassoun Jacques, L’Exil de la langue, fragments de la langue maternelle, Paris, Point Hors Ligne, (...)

Le génie de la langue serait semblable ici à ce personnage ailé qui surmonterait une colonne de la liberté forgée avec des canons et posée dans un espace qui témoigne d’une forteresse rasée jusqu’à ses fondations. […]
Il ne s’agit donc pas pour nous de hanter, tels des morts vivants, ces lieux-dits [Ces langues sont des lieux-dits] au cours d’une quelconque « Nuit des Walpurgis », mais de transformer ce qui pourrait être un espace désolé et énigmatique en aire de jeu. Jouer de la langue, y compris de celle qui serait nommée « prolongée », y introduire le Witz, le jeu de mot, en user, en abuser sans crainte, n’est-ce pas considérer qu’une langue, une histoire ne peut se cadavériser. Que ça se transmet comme un nom peut se transmettre, traînant ses archaïsmes, ses marques de transhumance et ses déportations12.

  • 13 Kafka Frantz, Journal, M. Robert (trad.), Paris, Grasset, 1954, p. 530.

18Il nous faut habiter la langue, comme nous habitons le monde, dont nous tentons sans fin d’élargir l’horizon comme « le vrai écrivain [qui] écrit pour agrandir le monde, pour en repousser les frontières, […] pour que le monde soit doublé, aéré, irrigué, interrogé, illuminé par un autre monde, et qu’il devienne habitable13 ».

  • 14 Steiner George, Extraterritorialité, essai sur la littérature et la révolution du langage, P. E. D (...)

19Ainsi, l’expérience de l’exil conduit-elle à errer à la frontière, à hanter les marges du langage, à s’ouvrir à d’autres langues, pour devenir cet « hôte […] dont le métier est de demeurer vulnérable à de multiples présences étranges, qui doit garder ouvertes à tous les vents les portes de son logis du moment14 ».

Notes

1 Nous remercions chaleureusement Murielle Philippe, qui a relu toutes les épreuves.

2 Steiner George, « en frontalier », in Passions impunies, Pierre-Emmanuel Dauzat et Louis Evrard (trad.), Paris, Gallimard, «Folio», 1997, p. 130-131.

3 Chamoiseau Patrick, Écrire en pays dominé, Paris, Gallimard, 1997, p. 213.

4 Debray Régis, L’Éloge des frontières, Paris, Gallimard, 2010.

5 Glissant Edouard, Chamoiseau Patrick, Quand les murs tombent : l’identité nationale hors-la-loi ? Paris, éditions Galaade, 2007, p. 17.

6 Terme employé fréquemment par Edouard Glissant.

7 Trigano Shmuel, Le Temps de l’exil, Paris, Éditions Payot et Rivages, 2001, p. 18-19.

8 Jankelevitch Vladimir, L’Irréversibilité de la nostalgie, Paris, Flammarion, 1974, p. 277.

9 On pense au danger de l’identité incantatoire et monolithique, dont parle Jacques Hassoun.

10 On pensera au texte du livre de Salman Rushdie, Les Patries Imaginaires.

11 Je fais référence ici à mon travail sur « dans la langue de l’ennemi », à paraître dans Actes du 13 e colloque international Mikhail Bakhtine, C. Thomson et A. Wall (dir.), London, Ontario/Mestengo Press, 2012 (sous presse), dans lequel j’emprunte ces termes à Altounian Janine, La Survivance, traduire le trauma collectif, Paris, Dunod, 2000.

12 Hassoun Jacques, L’Exil de la langue, fragments de la langue maternelle, Paris, Point Hors Ligne, 1993, p. 68-69.

13 Kafka Frantz, Journal, M. Robert (trad.), Paris, Grasset, 1954, p. 530.

14 Steiner George, Extraterritorialité, essai sur la littérature et la révolution du langage, P. E. Dauzat (trad.), Paris, Hachette, « Pluriel », 2003, p. 48.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable