Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conciliation, réconciliation aux temps médiévaux et modernes

 | 
Franck Collard
, 
Monique Cottret

Conciliation et réconciliation : un exemple politique, l’affaire Biron-Bouillon 1602-1606

Romain Marchand

Texte intégral

  • 1 . Henri de La Tour d’Auvergne, né en 1555, vicomte de Turenne à partir de 1557. Il rejoint le parti (...)
  • 2 . Deux versions identiques en sont conservées, l’une aux Archives nationales (U 801), l’autre à la (...)

1Les termes « conciliation », « réconciliation », « pardon » ont une connotation positive : quel que soit le domaine des relations humaines dans lequel ils sont employés, y compris dans le cadre juridique ou politique, ils ne laissent aucun doute sur le fait que les relations entre les parties adverses ont été restaurées de façon absolue (ainsi le pardon est étymologiquement le don parfait : « per / donum »). Le pardon et la réconciliation ne sont donc pas entachés de pragmatisme à la différence de la mansuétude qui implique des doutes souvent formulés sur le ton du reproche, de la critique quant à ses motivations : on y subodore des intentions peu avouables, des manouvres politiques ou une faiblesse. La connotation est la même pour l’accommodement ou le rapprochement qui incluent aussi l’idée de fragilité dans le temps et le manque de force. Par les mots accord, entente, transaction, on souligne le fait que les deux partis se mettent d’accord, ces qualificatifs sont relativement positifs mais n’ont pas de connotation absolue. Toutes ces expressions indiquent une suspicion de manouvre politicienne, de compromission (c’est-à-dire de renoncement à soi-même), de capitulation face à un état de fait et/ou à un rapport de force. Ce sont plutôt des résultats, des faits, alors que conciliation, réconciliation et pardon peuvent s’entendre comme des processus De 1602 à 1606, le duc de Bouillon1 fut incriminé dans la conjuration du maréchal Biron avant d’être pleinement innocenté lors de sa soumission à Henri IV à Sedan le 6 avril 1606 : le dossier du Parlement de Paris2 contenant toutes les pièces de l’affaire se termine par des lettres d’abolition dont les prescriptions sont très claires :

  • 3 . « Abolition de Monsieur de Bouillon », Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, M (...)

Henry, par la grace de Dieu roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut. Comme nous avons advisé par plusieurs bonnes et grandes considérations importer au bien et au repos de nostre Royaume de descharger entièrement nostre très cher ami cousin Henry de la Tour duc de Bouillon, vicomte de Turenne, Mareschal de France, premier gentilhomme de notre chambre de toutes choses generallement quelconque par luy faictes, sceus ou dites contre nostre service desquelles il a esté déféré ou accusé ou le pouvoit estre des choses passées jusques à présent et ce tant pour le plaisir que nous avons de luy tesmoigner les effects de nostre bonne volonté que pour l’assurance qu’il nous a donné de sa fidélité et dévotion à nostre service. Scavoir faisons que de nostre grace specialle, plaine puissance et aucthorité royalle nous avons estainct et supprimé et abolly esteignons, suprimons et abolissons par ces présentes signées de nostre main toutes les choses susd. generallement quelconques par luy faictes sceues ou dites contre nostre service et desquelles il a esté comme dit est déféré ou accusé ou le pouvoit estre pour les choses passées jusques à présent leurs circonstances et dépendances en quelque temps&lieu qu’elles puissent avoir esté faictes sceues ou dites et tout ainsy que si elles estoient particulierement specifiées et déclarées dont nous avons relevé et dispensé nostredit Cousin, sans qu’aucune recherche puissent estre faictes à l’encontre de luy ores ny pour l’advenir par aucunes de noz cours souveraines ny autres nos juges et officiers ayant pour les considérations susd. imposé et imposons silence perpétuel à noz procureurs generaux présens et advenir leurs substituds et tous autres nonobstant les loix de nous et de noz prédecesseurs Roys à ce contraire, nous avons à ceste fin de notre propre mouvement desrogé et desrogeons par cesd. présentes par lesquelles nous avons d’abord assuré et confirmé, assurons et confirmons à nostredit cousin les mesmes estats, tiltres, dignitez et qualitez qu’il a tenus et tient encore en nostred. Royaume sans aucune altération ny diminution pour raison desd. choses passées. Sy donnons en mandement à nos amez&feaux les gens tenant nos cours de parlement que noz présentes lettres d’abolition ils ayent à faire publier et enregistrer et du contenu d’icelles jouyr et user plainement et paisiblement nostred. Cousin le duc de Bouillon sans attendre et comparoistre personnellement. Dont nous l’avons de noz mesmes puissance et aucthorité que dessus relevé et dispensé car tel est nostre plaisir et afin que ce soit chose ferme et stable a tousiours nous avons faict mettre nostre scel à cesdites présentes. Donné à Donchy au mois d’avril l’an de grace l’an de grace mil six cens six et de nostre regne le dix septiesme. Et plus bas signé Henry. Et sur le reply : par le roy De Neuville et scellée de cire verte sur laqs de soye et encores registrées. Ouy le procureur general du Roy pour jouyr le duc de Bouillon du contenu en icelle. À Paris en Parlement le sixiesme avril mil six cens six3.

  • 4 . Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 113.

2On retrouve, dans la nature même du document, une lettre d’abolition, et dans les dispositions prises, le caractère absolu de la connotation des termes « conciliation », « réconciliation », « pardon » : le roi a choisi, alors qu’il s’apprêtait à attaquer Sedan avec une armée de 10000 hommes, de tout pardonner au duc de Bouillon. L’enregistrement se fit sans difficulté au Parlement de Paris qui prit la décision suivante : « la Cour a arresté que ce jour seront faictes prieres publicques et à cette fin c’est leue devant l’heure et a esté en l’esglise de Nostre Dame de Paris ou a esté chanté le cantique de Te Deum Laudamus4 » : le pardon acte politique et juridique voulu par le roi, ainsi que le roi qui pardonne, prennent ici une dimension nettement religieuse.

3Les faits étaient pourtant graves, la menace sur le roi et la Couronne était évidente comme le souligne Yves Cazaux :

  • 5 . Il s’agit du maréchal Biron. Cazaux Yves, Henri IV, les horizons du règne, Paris, Albin Michel, 1 (...)

Je déplore que trop de récits de cet événement le minimisent et laissent planer le doute sur le crime du maréchal. C’est méconnaître la fragilité à la fois sociale et politique du royaume qui demeure malgré tout un grand malade, mal convalescent de la crise de la Ligue5.

  • 6 . Outre le duc de Biron exécuté en août 1602, la répression en Auvergne à l’automne 1605 aboutit à (...)
  • 7 . Carmona Michel, Marie de Médicis, Paris, Fayard, 1981, p. 134.
  • 8 . « Selon Sully, l’ensemble des ralliements des chefs ligueurs a coûté au roi la somme énorme de tr (...)

4Excepté pour le duc de Biron et certains conjurés de la révolte du Limousin en 1605, toutes les personnes impliquées dans cette affaire ont été pardonnées et ont obtenu des lettres d’abolition. La volonté de conciliation royale l’a donc emporté sur la répression6. Il est donc légitime d’en parler, et il ne faut pas la considérer comme une faiblesse, comme le laisse entendre Michel Carmona qui estime que l’amnistie dont ont bénéficié les Entragues en 1604 « détruit l’effet dissuasif de l’exécution de Biron7 ». Toute cette affaire révèle donc l’importance de la conciliation comme acte réfléchi dans la politique royale, d’autant qu’elle met en avant une qualité royale par excellence : le pardon. Le roi est à la fois source de toute justice dans le royaume et le modèle de son pouvoir est le Christ, qui est le roi de pardon. La capacité du roi à pardonner est un atout politique majeur. Les actions mises en ouvre pour permettre cette conciliation ont donc une crédibilité. Il est intéressant de noter que le pardon accordé aux Ligueurs n’a jamais été décrié par la suite, mais au contraire a toujours été considéré comme un geste politique du roi qui cherche à rassembler autour de lui une France divisée par trente ans de guerres de religion, et pourtant ce processus de conciliation eut un coût colossal, comme le souligne Sully8. Pourquoi la réconciliation seraitelle forcément un geste positif dans le cas des Ligueurs mais pas dans le cas du duc de Bouillon ?

Biron-Bouillon : un avatar du devoir de révolte ?

  • 9 . En 1588 Charles Emmanuel Ier duc de Savoie s’était emparé du marquisat de Saluces. Après le trait (...)
  • 10 . Charles de Gontaut, duc de Biron, né en 1562. Il est le fils du maréchal Armand de Gontaut. Il s’ (...)
  • 11 . Charles Emmanuel Ier (1562-1630), duc de Savoie depuis 1580. Allié de l’Espagne, il apporta son s (...)
  • 12 . Philippe III, roi d’Espagne depuis 1598. Dans les années 1600 il poursuit la politique menée par (...)
  • 13 . Cette entrevue eut lieu au couvent des Cordeliers courant 1600.
  • 14 . Jacques de la Fin, dit La Nocle, « comploteur, personnage douteux » (Article « Jacques de la Fin  (...)
  • 15 . Les révoltés contestaient la perception d’un nouvel impôt : la pancarte.
  • 16 . Charles de Valois, comte d’Auvergne, 1573-1650. Fils naturel de Charles IX et de Marie Touchet, i (...)

5En 1600, pendant la guerre de Savoie9, le duc de Biron10 a eu d’intenses discussions avec les représentants du duc de Savoie11 et du roi d’Espagne12 autour d’un projet de mariage avec l’une des filles du duc de Savoie, du versement d’une somme de 500000 écus, et de l’érection du gouvernement de Bourgogne en territoire autonome, en échange d’un soutien contre Henri IV en fomentant des révoltes et en tentant d’assassiner le roi. Henri IV est mis au courant, convoque Biron à Lyon13, qui avoue tout au roi et repart pardonné mais reprend ses agissements. En mars 1602 Jacques La Fin14 le dénonce. Au cours du printemps la révolte fiscale du Limousin15 rend suspects le duc de Bouillon, le duc de Biron et le comte d’Auvergne16 qui sont possessionnés dans la région. Le 16 juin, Biron est convoqué à Fontainebleau : Henri IV veut obtenir des aveux mais face aux dénégations du duc de Biron, il décide de le faire arrêter. Le 31 juillet il est exécuté après avoir été dûment interrogé et condamné :

  • 17 . Arrêt du 29 juillet 1602, « Procez criminel faict à Messire Charles Gontault, duc de Biron, Pair, (...)

Tout considéré dict a esté que ladicte cour a déclaré et déclare ledict duc de Biron attaint et convaincu dudict crime de leze maiesté pour les conspirations par luy faictes contre la personne du Roy entreprises sur son Estat, proditions et traictez avec ses ennemys estant mareschal general de l’armée dudict Seigneur pour réparation duquel crime l’a privé et prive de tous honneurs, estatz et dignitez, et l’a condamné et condamne a avoir la teste tranchee sur un echaffaut qui pour ceste effect sera dressé en la place de greve, a déclaré et déclare tous et chacuns ses biens meubles et immeubles generallemens quelconques en quelque lieu qu’ils soient situez et assis, acquis et confisquez au Roy, la terre de Biron privee a jamais du nom et tiltre de duché et paierie et icelle terre ensemble ses autres terres immédiatement tenuz au Roy réunis au domaine de la Couronne17.

6Après l’exécution du duc de Biron, les interrogatoires continuent, en particulier ceux du comte d’Auvergne. À plusieurs reprises, le nom du duc de Bouillon apparaît, en septembre et en novembre. Commence alors le deuxième volet de l’affaire : Henri IV écrit au duc de Bouillon qui réside alors dans ses terres de la vicomté de Turenne :

  • 18 . Sully, Maximilien de Béthune, duc de, Economies royales, Michaud Joseph-François et Poujoulat Jea (...)

Mon amy, ce jourd’huy seulement les gens de mon conseil ont achevé de recevoir les dépositions de ceux qui on esté ouys sur la conspiration du duc de Biron, par lesquelles ayant sceu estre fait mention de vous, je vous ay voulu, pour l’affection que je vous porte, et pour le soin que j’ay tousjours eu de vostre honneur, vous en avertir incontinent par ce porteur, que je vous envoye exprès pour cet effet, et sur ce vous faire savoir, encore que je n’ajouste foy à telle accusation, spécialement quand je me représente combien je voay chéri et favorisé, de quelle sorte je me suis tousjours fié en vous, et ay souvent esprouvé votre fidélité. Néantmoins, il importe tant au bien de mon royaume, et au vostre mesme, que la chose soit promptement vérifiée, que je veux, et vous ordonne par la présente, que vous me veniez trouver en ce lieu, soudain que vous l’aurez recuë, pour vous justifier. Et j’ajousteray encore, que je vous conseille et prie, comme vostre bon maistre et amy, vous ressentant et tenant innocent, comme je croy que vous estes, de n’y faire faute,e n’y user d’aucune remise, ou longueur. Ce faisant vous préviendrez et estouferez la mauvais opinion que les bruits de ce qui s’est passé pourroyent imprimer de vostre intégrité. Vous mettrez tant plustost mon esprit et le vostre en repos, selon mon désir. Je vous assure que je favoriseray très-volontiers vostre justification et innocence, comme vostre bon maistre et amy. De Fontainebleau le 18 novembre 1602. Signé Henry18.

  • 19 . Ibid.
  • 20 . Les magistrats de la chambre de l’Edit étaient très divisés : ils ne savaient pas s’ils pouvaient (...)

7Le 22 novembre, Henri de La Tour répond au roi : il se dit honoré de sa confiance, il annonce qu’étant indisposé, il partira de la vicomté le 26, il est convaincu de pouvoir faire lever tous les doutes : « Vostre Majesté connoistra, que je n’eus jamais, non effet, mais seulement pensée, qui se tournast à vous faire déservice19. » Il se ravise ensuite le 30 novembre dans une autre lettre au roi, et se présente devant la chambre de l’édit de Castres où il séjourne du 4 au 23 décembre20. Le duc de Bouillon se rend ensuite à Montpellier, où il rencontre des représentants des Eglises, avant de fuir à Genève puis à Heidelberg. Il regagne ensuite Sedan.

  • 21 . Babelon Jean-Pierre, Henri IV, Paris, Fayard, p. 901-906.

8En novembre 1604 commence le troisième volet de l’affaire avec les arrestations et les interrogatoires du comte d’Auvergne et des membres de la famille d’Entragues. Ce complot repose sur une contestation de la légitimité du Dauphin et de la succession d’Henri IV : Henri IV s’était en effet engagé par écrit en octobre 1599 à épouser Henriette d’Entragues si elle était enceinte dans les six mois. Elle accoucha avant terme d’un garçon mort-né. Henri IV estima alors qu’il était délié de cette promesse, alors que les Entragues estimaient qu’elle était toujours valable. Ils conservèrent le document jusqu’en 1604, date à laquelle la promesse de mariage fut rendue en échange de la grâce du roi. Cette promesse de mariage remettait en cause la légitimité du mariage avec Marie de Médicis et donc celle du Dauphin. Au cours de l’année 1604 le père d’Henriette, cette dernière et le comte d’Auvergne eurent de fréquents contacts avec l’Espagne21.

9Le volet de l’affaire concernant le duc de Bouillon fut résolu en deux temps. Au cours de l’automne 1605, Henri IV se déplace dans le Limousin pour écraser une révolte dans laquelle est impliqué le duc de Bouillon. Les révoltés se soumettent rapidement et le duc de Bouillon fait ouvrir spontanément le 20 septembre toutes ses places fortes au roi. Les magistrats qui ont suivi le roi jugent les principaux coupables et les condamnent à mort, leurs biens sont confisqués, ils sont privés de tous honneurs et leurs enfants sont frappés d’indignité. Six d’entre eux sont décapités. Le duc de Bouillon est alors isolé dans Sedan. C’est en avril 1606 qu’Henri IV décide de marcher sur cette place forte à la tête de 10000 hommes, soigneusement préparés par Sully. In extremis, Henri de La Tour se soumet et est pardonné. L’affaire est close.

  • 22 . Article « Turenne », in Dictionnaire Henri IV, op. cit., p. 485.
  • 23 . Babelon Jean-Pierre, Henri IV, op. cit., p. 887-907.
  • 24 . L’insistance est forte sur un épisode de son ambassade en Angleterre en septembre 1601 : Elisabet (...)

10La présentation historiographique actuelle de l’affaire Biron est une histoire des vaincus : Biron a été exécuté, Bouillon, les Entragues et Auvergne soumis, l’absolutisme en construction sort donc victorieux des menaces auxquelles il est confronté et le roi est vainqueur des agissements de ses ennemis et particulièrement de leurs soutiens étrangers. Ainsi J. C. Cuignet22 estime qu’Henri de la Tour a capitulé en 1606 car l’armée royale l’avait impressionné, le récit de l’affaire par J. -P. Babelon23 va dans ce sens. Cette présentation reprend largement le portrait des acteurs dans les sources d’époque qui soulignent un appétit de pouvoir démesuré, en particulier pour Biron24 :

  • 25 . Babelon Jean-Pierre, Henri IV, op. cit., p. 887-889.

Sa vaillance au combat est légendaire, il se vante d’avoir reçu trentedeux blessures et s’est taillé une grande popularité auprès du soldat. La gloire militaire ne suffit pas à cet esprit torturé. Né dans une famille partagée entre les deux confessions, il s’est détaché presque dès l’enfance de toute croyance religieuse pour s’abandonner à un scepticisme méprisant et caustique. Puis il a abordé les sciences occultes et s’entoure de devins et de nécromanciens qu’il interroge avidement sur sa destinée. Conscient des appétits qui tourmentent son compagnon d’armes, Henri IV a tenté de satisfaire son immense orgueil. [...] Chez le maréchal, peu porté à aimer les femmes, l’appétit de puissance concentre toutes les passions, à un degré paranoïaque25.

  • 26 . En avril 1605, une ambassade de princes allemands et de quatre cantons suisses vint plaider la ca (...)
  • 27 . Boisson Didier et Daussy Hugues, Les Protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006, noti (...)
  • 28 . Ce qui revient à reprendre l’analyse de l’affaire par Sully, qui était alors le principal adversa (...)
  • 29 . Sully, Mémoires de Maximilien de Béthune, duc de Sully, principal ministre de Henri-Le-Grand, mis (...)

11Cette tradition estime ridicule la fuite en avant du duc de Bouillon. Les actions diplomatiques des princes allemands et des cantons suisses26 sont présentées comme ayant exaspéré Henri IV et comme un facteur de fragilisation des alliances contre l’Espagne. L’idée la plus fréquente est celle de l’humiliation des grands par le roi, une humiliation particulièrement cuisante dans le cas du duc de Bouillon27, mais en même temps on reproche à Henri IV une mansuétude inadmissible et mal comprise28 : Sully explique dans les Œconomies royales qu’il a condamné le pardon accordé au duc de Bouillon. Il estimait que les préparatifs considérables de l’armée royale auraient dû aboutir à une autre solution. Il prétend avoir refusé dans un premier temps d’organiser l’entrée triomphale d’Henri IV dans Paris29. Ce qui l’a en réalité le plus courroucé est le fait qu’il ne fut pas appelé pour participer aux ultimes négociations avec le duc de Bouillon, Villeroy l’ayant averti tardivement. Son récit de cette entrée prouve qu’il n’a pas compris la portée du geste du roi :

  • 30 . Ibid., tome 5, p. 311-312.

Bouillon étoit à la suite du roi dans cette entrée. Il avoit assurément grand tort de craindre de sa part aucune affectation de mépris : car dès ce moment, S. M. Repris avec lui son ancienne familiarité,&ne changea en rien, que pour le mieux traiter encore30.

  • 31 . De 1602 à 1606, les tentatives de médiations diplomatiques au bénéfice du duc de Bouillon furent (...)

12Cependant, leur défaite ne signifie pas que la victoire du roi était nécessaire, et encore moins que les grands incriminés manquaient de moyens militaires, si l’on en juge par les moyens militaires levés par Henri IV, ou politiques, diplomatiques31 et sociaux, sinon jamais Henri IV ne se serait lancé dans une grosse opération pour les dissocier de leurs appuis. Ils ne manquèrent pas de temps car Bouillon a bien tenu face à la colère royale pendant quatre ans.

  • 32 . Et pourtant cette unique mention est inlassablement présente dans tous les récits de l’affaire.

13Étudier cette affaire à partir concept de conciliation constitue donc un important changement d’approche, car il implique de considérer que la menace était pertinente et reposait sur des moyens effectifs avec des objectifs concrets, de conférer une légitimité aux tentatives de médiation comme au pardon royal. Il devient nécessaire de diversifier les sources utilisées : la correspondance des acteurs et les ouvres littéraires ont une place dans cette affaire et permettent de varier les regards sur les faits sans utiliser des sources exclusivement à charge. L’utilisation de sources de nature différente permet de prendre conscience que la seule source qui prétende qu’Henri de la Tour ait signé un accord avec le comte d’Auvergne et le duc de Biron « contre tous, nul excepté » est les Oconomies royales de Sully32. Or, ce dernier était un adversaire politique d’Henri de La Tour et le présente dans son ouvre comme son exact contraire.

L’affaire Bouillon : un long processus de conciliation 33

  • 33 . Henri Zuber a souligné très largement l’ampleur des négociations internationales entre Henri IV, (...)

14Il faut envisager ici la conciliation comme un processus tumultueux et la réconciliation et le pardon comme la fin du processus. Le processus s’accompagne aussi de tentatives multiples pour désarmer le duc de Bouillon sur le plan politique en lui ôtant ses soutiens en particulier pendant l’été, l’automne et l’hiver 1605 : parti protestant, princes étrangers, clientèles du Limousin.

  • 34 . C’est précisément le sens de la lettre du 18 novembre 1602 citée précédemment.
  • 35 . Jean de Comblat, écuyer de Haute Auvergne originaire de Vic. Il avait été envoyé par le duc de Bi (...)
  • 36 . Edme de Malin, baron de Lux, capitaine de cinquante hommes d’armes et lieutenant général en Bourg (...)
  • 37 . Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 192 à 212 : procès verbaux de (...)

15La volonté royale de conciliation n’est ici pas surprenante. Biron a été exécuté car il avait été convaincu de traîtrise et était relaps, ayant été déjà pardonné en 1600. Le duc de Bouillon est seulement soupçonné. Henri IV veut éviter que le scandale ne jaillisse sur lui s’il n’est pas fondé34. Son nom a été cité par le comte d’Auvergne, par Comblat35 et par Lux36 en septembre et novembre 160237 lors de leurs interrogatoires, tous les trois étant impliqués dans l’affaire Biron :

  • 38 . Interrogatoire du baron de Lux, 4 novembre 1602, Bibliothèque municipale de Sedan, section du pat (...)

Dit que lors ledit duc dit à ses gens que le comte d’Auvergne luy avoit escrit que le duc de Bouillon seroit de la partie non qu’il se joignist aux Espagnols mais qu’il travailleroit d’autre costé. Que le duc de Bouillon demandoit cent mil escus non en espèces d’Espagne mais de France craincte d’estre descouver38.

16D’après eux, le duc de Bouillon aurait eu un rôle de conseiller de la révolte et aurait voulu exploiter le projet de publication dans le royaume des canons du concile de Trente pour dresser les protestants contre le roi, tout en étant un intermédiaire des relations entre l’Angleterre et l’Espagne au sujet de la paix aux Pays-Bas... Il aurait voulu aussi exploiter le mécontentement populaire suscité par la pancarte pour provoquer une révolte du Limousin. Ces accusations ne sont plus évoquées ensuite, et ils obtiennent tous des lettres d’abolition. Tous sont liés au comte d’Auvergne.

  • 39 . Il accompagna son oncle Montmorency lors d’une ambassade à Londres et fit alors la connaissance d (...)

17Henri IV demande au duc de Bouillon de se présenter pour s’expliquer d’homme à homme. Sa volonté de conciliation passe aussi par la consultation d’Elisabeth Ière en 1602 alors que l’affaire est purement française, ce qui s’explique par le fait que le duc de Bouillon est protestant et par ses excellentes relations avec la reine d’Angleterre, qu’il connaît depuis 157239. Cette dernière souligne les incohérences de l’accusation :

  • 40 . Il s’agit d’un extrait d’une lettre d’Elisabeth Ière à son ambassadeur en France. Au préalable, H (...)

Et d’allieurs quand nous considérons qu’une partye de l’accusation est qu’il s’entendoit avec le mareschal de Biron avec lequel nous scavons fort bien qu’il n’a jamais eu bonne intelligence mais plustost inimitié et émulation nous espérons que le Roy trouvera l’accusation foible au fond de quoy personne ne se resioura plus que nous. L’autre raison est la religion de laquelle le Duc faict profession laquelle ne peut jamais admectre ce que ceste accusation prétend ass r l’intelligence avec le Roy d’Espagne le plus capital ennemy de nostre religion40.

  • 41 . Lettre du roi à deux des présidents de la Chambre de l’édit de Castres et aux magistrats de cette (...)
  • 42 . Lettre du roi à Bongars, 23 novembre 1602, Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoin (...)
  • 43 . Extraits de lettres du roi à plusieurs seigneurs, Bibliothèque municipale de Sedan, section du pa (...)

18C’est Bouillon qui remet en cause le processus de conciliation initiale car il se lance dans une fuite en avant judiciaire en se présentant à la chambre de l’édit de Castres. Il se retrouve alors dans une impasse car Henri IV interdit à cette cour d’intervenir41. Henri de La Tour aggrave sa situation en tentant une fuite politique, à l’étranger, ce qui contraint Henri IV à envoyer des ambassadeurs à l’étranger42 et à écrire aux soutiens d’Henri de La Tour pour les convaincre de l’abandonner43.

19Il existe deux explications au geste du duc de Bouillon : soit il était effectivement impliqué dans l’affaire et craignait pour sa vie, c’est celle qui est le plus souvent retenue, soit il a pensé qu’à la cour ses adversaires politiques étaient suffisamment puissants pour provoquer sa chute. C’est cette dernière raison que lui-même invoque inlassablement du 30 novembre 1602 au 6 avril 1606. Évoquant son départ pour Paris,

  • 44 . Lettre du duc de Bouillon à Henri IV, 30 novembre 1602. Bibliothèque municipale de Sedan, section (...)

ce qu’estant tout prest a faire il m’est venu advis certains quelz sont mes accusateurs. Cela, Sire, m’a occasionné de changer ceste résolution et faire très humble remonstrances à vostre Majesté pour la supplier de mettre en considération que les perfidies et desloiautez contre vostre personne&vostre Estat très avérées de mes accusations les rendent du tout incapable de m’accuser&à plus forte raison de me convaincre. Ilz n’ont et ne peuvent avoir pour leur accusation que des langues menteuses lesquelles ne leur ayant servy pour exécuter leurs intentions et leurs et les accompagner des effects dont ils ont esté empechez par vostre bonheur et prudence ils les emploient à vous rendre suspect le second officier de vostre couronne vostre serviteur domestique qui n’a jamais cherché de gloire en ce monde que ce luy en est descoullé par vostre faveur et bonne grace et qui vous a de longue main servy. Il est à croire qu’ayant desseing de me nuir ils auront esmeu vostre courroux contre moy par les plus horribles crimes qu’ils avoient peu inventer me feront ils, Sire, de ce qu’ils peuvent avoir promis aux ennemis de vostre Estat n’en pouvant meshuy suborner d’autres ils veulent accuser ceux lesquels mesme en telles affaires ont leur innocence toute promise par infinies circonstances si joinctes à eux qu’il n’est à croire qu’ils puissent avoir en la moindre apparence de lettres pour estre assez au contraire44.

  • 45 . Poton Didier, Duplessis-Mornay, 1549-1623. Le « Pape des Huguenots », Paris, Perrin, 2006, p. 180 (...)

20Le fait que le roi ait interdit à la Chambre de l’édit d’instruire l’affaire du duc de Bouillon posait néanmoins un problème juridique : il s’agissait tout simplement de savoir quelles étaient les compétences des Chambres de l’édit et de savoir si le roi avait ou non respecté l’Edit de Nantes. C’est pourquoi Henri IV consulta Duplessis Mornay qui écrivit un Advis au Roy sur l’affaire de M. de Bouillon45, dans lequel il recommande au roi de laisser la chambre de l’édit juger le duc de Bouillon. Dans ce texte il dénonce l’accusation portée contre ce dernier comme impensable notamment en ce qui concerne l’alliance espagnole : il y voit une manipulation catholique pour déstabiliser un des grands du parti huguenot, comme le souligne D. Poton. Par la suite, il se présente systématiquement en conciliateur entre le duc de Bouillon et le roi.

  • 46 . Lettre à Bongars, 12 janvier 1603, Bibliothèque de Sedan, Ms 53 p. 293-295
  • 47 . Elisabeth de Nassau, née en 1577, fille de Guillaume le Taciturne, seconde épouse d’Henri de La T (...)

21En 1603, Henri IV affiche toujours sa volonté de conciliation46. Les années 1604 et 1605 sont celles des ambassades étrangères des princes allemands et de quatre cantons suisses. Elisabeth de Nassau47 dans une lettre d’avril 1605 à sa sour souligne le caractère exceptionnel d’une telle mobilisation diplomatique :

  • 48 . 1 AP 333 f ° 48.

[...] de fasson que de longtemps l’on a veu un pareil envoye. Dieu le veuille bénir. L’indignation du Roy se montre sy grande que je ne sais ce que j’en dois espérer. Ce nous doit estre ce me semble quoy qu’il arrive une grande consolation de voir que tant de grans princes et estats prennent nostre cause en main la recongnoissant sy juste quy la tiennent pour une persecution indigne ce qu’ils doivent déclarer au Roy sy ne leur accordent pour nostre satisfaction et luy laisser juger combien ils demeurent interesser avec nous les uns par l’alliance et tous48...

  • 49 . Au synode de Gap, en 1603, la proposition comme quoi le pape était l’antéchrist avait été adoptée (...)
  • 50 . C’est le projet qu’il affiche dans ses Mémoires un tome largement consacré à cette affaire : Sull (...)
  • 51 . Lettre d’Elisabeth de Nassau à sa sour Charlotte Brabantine de Nassau duchesse de La Trémoille, 1 (...)

22En 1604 l’affaire d’Entragues et en 1605, la révolte du Limousin remettent de nouveau en cause le processus de conciliation. Sully désire alors affaiblir politiquement et militairement le duc de Bouillon en tentant de le dissocier du parti protestant lors de l’assemblée protestante. Pour cette assemblée, le marquis de Rosny qui représentait le roi avait pour instruction d’empêcher l’adoption par les protestants de textes à l’encontre du pape49 et d’interdire les relations épistolaires avec les princes étrangers. Il devait faire éclater la perfidie du duc de Bouillon : « Il paroissoit important à S. M., qu’un sujet ingrat&perfide, tel que l’étoit Bouillon, fût connu publiquement pour s’être rendu indigne de recevoir aucun bon traitement de son souverain. » La deuxième étape du plan de Sully était d’affaiblir les clientèles du duc de Bouillon dans le Limousin en les écrasant50, d’où l’intervention d’Henri IV, la soumission des révoltés, et les Grands Jours. Malgré cela, en décembre 1605, Louise de Coligny intervint pour relancer le processus de conciliation51.

  • 52 . Benjamin Aubery, sieur du Maurier (1566-1636), ancien secrétaire du duc de Bouillon passé au serv (...)

23Au cours de l’année 1606, la correspondance entre le roi et Sully publiée par ce dernier dans les Œconomies royales révèle que les préparatifs de la marche sur Sedan s’accompagnent d’intenses négociations avec le duc de Bouillon menées par Villeroy et Du Maurier52. Les tractations sont nombreuses et font état de l’évolution des propositions entre Henri IV et le duc de Bouillon qui se renvoient mutuellement les émissaires. Tout est mis en ouvre par le roi et ses agents pour éviter l’intervention tant préparée et attendue…

24Dans le Discours présenté au roy avant son partement pour aller assiéger Sedan, par Estienne Presvoteu, l’alternative est la soumission du duc de Bouillon et l’octroi du pardon royal ou la destruction de Sedan.

  • 53 . Daniel Tilénus (1563-1633), ministre à Sedan de 1599 à 1619, professeur à l’Académie de Sedan de (...)
  • 54 . Archives municipales de Sedan, Fonds Gourjault 26 F.

25Le 31 mars Tilenus53 écrit au duc de Bouillon au sujet des négociations et de la venue du roi. Aucune angoisse ne transparaît sous sa plume, il insiste sur la volonté évidente d’Henri IV de négocier, et parle d’un ouvrage de théologie qu’il est en train de rédiger où il mêle le salut du parti protestant et celui du duc de Bouillon54.

26La soumission du 6 avril 1606 et l’octroi du pardon royal ont donc été longuement préparés et ne sont donc en rien une surprise.

Les enjeux d’une réconciliation réussie

  • 55 . Comme le dévoilent ses interrogatoires au sujet de ses rencontres nocturnes dans une maison close (...)
  • 56 . Comme ils le révèlent par la défense inlassable du duc de Bouillon qu’ils mettent en ouvre (pour (...)

27Dans le cadre de cette affaire Henri IV s’attaque à deux faits : d’une part, les grands apprécient l’éloignement géographique vis-à-vis de la Cour, qui est pour eux un gage d’indépendance. C’est le cas pour Biron en Bourgogne, Bouillon à Sedan, Duplessis-Mornay à Saumur, Lesdiguières en Dauphiné ou le duc de La Trémoille à Thouars. D’autre part, ils ont des contacts importants avec l’étranger : Biron est en relation directe avec la Savoie et l’Espagne, Entragues l’Espagne55, Bouillon et l’Angleterre, l’Allemagne et les cantons Suisses56, ce qui les renforce et réduit son autorité à leur égard. Il sait, pour avoir mené les Guerres de Religion, à quel point ces deux facteurs sont décisifs, et ne veut plus voir de sujets qui puissent lui tenir tête en obtenant des moyens étrangers. Et de fait après cette affaire les soutiens étrangers ont bien moins d’importance qu’au temps des guerres de religion.

28Ici la nature des soutiens étrangers est particulière : ils ne fournissent ni argent ni armes ni hommes (ou faiblement, comme en 1606) mais ils interviennent comme des conciliateurs et sont convaincus de l’innocence de Bouillon qu’ils proclament dans leur correspondance avec le roi. Cette attitude est un des facteurs qui ont permis la réussite de la réconciliation et démontre que les soutiens étrangers ne sont pas exclusivement voués à financer des guerres, ni aux caprices personnels des grands. Ici ils aident Henri de La Tour à sa demande dans ses tentatives de médiation avec le roi.

  • 57 . Notamment lors de sa grande ambassade à partir de l’autonome 1590 auprès d’Elisabeth Ière, des Pa (...)

29D’autre part, l’alliance entre les princes allemands et le royaume de France avait été un des grands chantiers d’Henri de La Tour quand il s’était rendu auprès des princes en ambassade57 et il y tenait énormément en tant que protestant. Pourquoi une fois soupçonné dans un complot aurait-il cherché à les dresser contre le roi de France ? Il s’est d’ailleurs toujours défendu dans sa correspondance avec le roi de tels agissements. Mais la rumeur et les soupçons sur le contenu de ses discussions avec les princes étaient importants.

  • 58 . Bibliothèque de Sedan, section du patrimoine, Ms 53 p. 384 à 392.

30On a ici affaire à un processus de conciliation dont la complexité et les rebondissements permettent de prendre en compte des données écartées dans l’interprétation historiographique habituelle. La puissance du duc de Bouillon, qui est le plus souvent minimisée, la multiplicité des acteurs intérieurs et étrangers et de leurs intentions, leur pragmatisme. Le contexte évolue : il s’agit d’abord de l’implication présumée d’un grand dans un complot. On en vient ensuite à la volonté de soumettre un grand de façon exemplaire et de liquider une affaire qui finit par déranger plus qu’autre chose : dès 1605 et sûrement avant le roi sait qu’Henri de La Tour est innocent de toutes les accusations qui ne sont que rumeurs, comme le souligne la lettre de Villeroy à Bongars le 7 novembre 160558 :

Or ce qui a plus despleu à Sa Majesté et la encore irrite davantage contre led. sieur de Bouillon ont esté deux choses, l’un d’avoir reschauffé et redoublé lesd. menées alors qu’il faisoit plus de démonstration d’embrasser le party que Monsieur le Landgrave lui avoit procuré et obtenu de Sa Majesté et de vouloir la contenter soit en se justifiant ou en se soubmettant à sa clémence, et l’autre de quoy il n’a pas laissé d’escrire et publier partout, quoy que Sa Majesté ayt descouvert qu’il est innocent desd. menées et que ce sont inventions de ses malveillants pour opprimer et destruire en sa personne la Religion en ce Royaume.

31Ce qu’Henri IV reproche à Henri de La Tour en 1606 n’a plus rien à voir avec ce qui constituait les soupçons de 1602.

32La réconciliation et le pardon sont ici restauration voire résurrection politique comme les Ligueurs en avaient bénéficié lors de leur ralliement à Henri IV. En fait, dans une certaine mesure, il semble que Bouillon était en disgrâce plus ou moins marquée et était l’objet des soupçons d’Henri IV avant même que l’affaire Biron ne commence.

33Or, l’anecdote de la dernière fille de joie de Sedan, qu’Henri IV, lors de son entrée dans la ville en avril 1606, ne peut sauver de la peine de mort car il n’y est pas souverain, montre son respect du statut d’Henri de La Tour et son refus d’ingérer, même par une recommandation, dans la justice de la principauté de Sedan.

  • 59 . Sully, Économies royales, op. cit., chap. CLX.

34Sully raconte d’autre part dans les Œconomies royales qu’il fit un scandale car il avait refusé d’organiser l’entrée triomphale d’Henri IV à Paris, estimant que la soumission du duc de Bouillon n’était pas une grande victoire. Henri IV lui avait finalement forcé la main59. La présence du duc de Bouillon dans le cortège, le plus souvent interprétée comme une preuve éclatante de sa défaite et de sa soumission, pourrait aussi être vue comme la réintégration dans la Cour du duc de Bouillon, comme le souligne Bassompierre :

  • 60 . Bassompierre, Mémoires, p. 179.

May-Le roy fit, a peu de jours de la, son entree par la porte de SaintAntoine à Paris, ou il luy fut tiré quantité de canonnades et de rejouissance. Il voulut que Mr de Boullon marcha immediatement devant luy : ce qu’il fit, mais avec une telle asseurance et audace, que l’on n’eut sceu juger sy c’estoit le roy quy le menoit en triumphe, ou luy le roy, quy demeura quelques jours a Paris, puis s’en alla a Fontainebleau60.

  • 61 . La situation change de nouveau radicalement à partir de 1614 en raison des révoltes, et plus enco (...)
  • 62 . 1 AP 333 f ° 80.

35L’entrée royale se fit ainsi : le roi entouré par les princes et précédé par les grands, Bouillon étant parmi ces derniers. Le duc qui avait passé de longues années à Sedan retrouvait sa place à Paris, auprès du roi et parmi les grands. Il passa d’ailleurs un long séjour dans la capitale au cours des mois qui suivirent. Ce fut alors une nouvelle vie politique qui commença pour le duc de Bouillon : étroitement dépendant du roi, il passa le plus clair de son temps à la Cour, il ne fit plus de missions éloignées, mit un terme temporaire à son éloignement géographique61. Il changea de résidence dans Paris en 1607, comme en témoigne la lettre d’Elisabeth de Nassau à Mme de la Trémoille le 3 septembre 1607 : « Nous serons fort bien logés à Paris à ce qu’il me mande. Il a changé de logis et en a un tout près de Monsieur le conte de Soissons et de Monsieur de Monpensier62. » Il fit ensuite construire son propre hôtel particulier rue de Seine en 1613. Cette évolution est un signe de sa capacité d’adaptation et de survie : soumis il aurait pu s’enfermer à Sedan, pardonné il continue à servir le roi mais en s’adaptant aux nouvelles pratiques politiques.

  • 63 . Lettre d’Elisabeth de Nassau à sa sour Charlotte-Brabantine duchesse de la Trémoille, 30 juin 160 (...)

36Dès le mois de juin 1606 il est de nouveau sollicité comme conseiller patrimonial des Nassau et des la Trémoille et de leurs clients comme Madame de Nermoutyé63, et le baptême de sa fille en octobre rassemble les princes de Nassau qui sont les parrains. La puissance de Bouillon auparavant indépendante, fondée sur des réseaux propres et des soutiens importants de l’étranger, émane désormais du roi, même si les liens avec l’étranger restent extrêmement puissants. Il n’a donc perdu aucune crédibilité.

  • 64 . Berce Yves-Marie, La Naissance dramatique de l’absolutisme, 1598-1661, Paris, Éditions du Seuil, (...)
  • 65 . Duccini Hélène, Faire voir, faire croire. L’Opinion publique sous Louis XIII, Paris, Champ Vallon (...)

37Ce processus de conciliation fut à double tranchant. Il fut extrêmement puissant, dans la mesure où Henri IV réussit à affranchir Henri de La Tour de la rumeur et à la briser net, alors qu’elle avait nourri toutes les suspicions le concernant pendant près de quatre ans. Désormais, et ce jusqu’en 1611, Henri de La Tour n’est plus inquiété par aucune rumeur, sa proximité géographique avec le roi aidant. En fait le pardon royal permet alors à Henri de La Tour de devenir pleinement ce qu’il avait souhaité auparavant : un grand. La période qui se termine en 1606 comprend ses tentatives pour s’affirmer comme grand, ce qui ne fut rendu possible que par une soumission parfaite au pouvoir royal et par le pardon royal. À partir de 1611, la rumeur se développe de nouveau : il est présenté comme un agent de la Cour payé par la reine pour intervenir dans les décisions du parti protestant lors de l’assemblée protestante de 1611. Sa participation aux révoltes de la Régence et le développement des rumeurs le concernant expliquent en partie la naissance de la malédiction du duc de Bouillon à partir de 1616 : il a été pardonné en 1606 mais est devenu un relaps, et on insiste beaucoup sur son rôle de chef d’orchestre des mécontentements64. Les pamphlets et rumeurs politiques des années 1616 à 1623 se nourrissent de ces éléments pour faire du duc de Bouillon un personnage diabolique65 : par extension, sa vie entière est lue comme celle d’un ingrat ayant toujours voulu troubler l’autorité du roi par tous les moyens.

  • 66 . Il adopta 210 ordonnances en 34 ans soit plus des deux tiers des ordonnances jamais adoptées à Se (...)

38Il est important de noter que la conciliation est une facette importante d’Henri de La Tour : outre ses compétences militaires et les talents remarquables qu’il développa à Sedan tant en matière législative66 qu’en matière de constructions. Dès son entrée en politique, il fut un ambassadeur et un négociateur infatigable, en particulier pour le compte d’Henri de Navarre dont il fut le représentant personnel auprès de Catherine de Médicis, pendant l’automne, l’hiver et le printemps 1578-1579, pour préparer le texte des accords signés à Nérac concernant l’application des édits.

  • 67 . Berce Yves-Marie, La Naissance dramatique de l’absolutisme, op. cit., p. 28.

39Pour finir, la conciliation et le pardon exaltent surtout la majesté royale, comme le soulignent deux éléments. De retour de Sedan, Henri IV passe la Semaine Sainte à Reims et touche les écrouelles67. D’autre part, Malherbe dans Au Roy Henry le Grand, sur l’heureux succez du voyage de Sedan met en avant les espoirs apportés comme le montre le début de l’ode :

Nos prières sont ouïes ;
Tout est réconcilié ;
Nos peurs sont évanouïes
Sedan est humilié.

40Malherbe souligne qu’on s’attendait à un siège de Sedan qui aurait duré deux ans alors que l’affaire a été rondement menée. Les passions et les troubles sont refoulés au profit du roi qui apporte au royaume le salut et la paix et est promis avec le dauphin à un destin exceptionnel de paix en Europe.

Notes

1 . Henri de La Tour d’Auvergne, né en 1555, vicomte de Turenne à partir de 1557. Il rejoint le parti du roi de Navarre dès 1574 et devient protestant en 1575. Henri IV le récompensa de ses loyaux services en le mariant avec Charlotte de La Marck en 1591 : il devint alors prince de Sedan et duc de Bouillon.

2 . Deux versions identiques en sont conservées, l’une aux Archives nationales (U 801), l’autre à la Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine (Ms 53, f ° 166 à 455).

3 . « Abolition de Monsieur de Bouillon », Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 423-426. Copie identique aux archives nationales, registre U 803 : « Lettres, mémoires, informations et procédures faictes contre Messire Henry de La Tour duc de Bouillon maréchal de France 1602, 1603, 1604, 1605 ».

4 . Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 113.

5 . Il s’agit du maréchal Biron. Cazaux Yves, Henri IV, les horizons du règne, Paris, Albin Michel, 1986, p. 146.

6 . Outre le duc de Biron exécuté en août 1602, la répression en Auvergne à l’automne 1605 aboutit à 12 condamnations à mort dont la plupart ne furent pas exécutées.

7 . Carmona Michel, Marie de Médicis, Paris, Fayard, 1981, p. 134.

8 . « Selon Sully, l’ensemble des ralliements des chefs ligueurs a coûté au roi la somme énorme de trente-deux millions de livres » ; Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Jouanna Arlette (dir.), Paris, Robert Laffont, 1998, p. 399.

9 . En 1588 Charles Emmanuel Ier duc de Savoie s’était emparé du marquisat de Saluces. Après le traité de Vervins (mai 1598), Henri IV et le duc de Savoie avaient décidé de recourir à l’arbitrage du pape. La décision pontificale tardant à être prise, Charles Emmanuel Iervint rencontrer Henri IV qui refusa de lui céder définitivement le marquisat de Saluces mais lui accorda un délai de trois mois (traité de Paris, 27 février 1600). Le traité n’étant pas respecté par le duc de Savoie, Henri IV entra en guerre contre la Savoie et confia le commandement de ses armées au duc de Biron. Les opérations furent rapidement menées et aboutirent au traité de Lyon le 17 janvier 1601 : en échange de la Bresse, du Bugey et du Valromey, Henri IV renonçait au marquisat de Saluces.

10 . Charles de Gontaut, duc de Biron, né en 1562. Il est le fils du maréchal Armand de Gontaut. Il s’illustra particulièrement pendant les sièges et batailles à partir de 1594, d’Arques à Fontaine-Françoise. Il fut fait maréchal en 1594 et ses terres furent érigées en duché-pairie en 1598. Extrêmement ambitieux, déçu par les gratifications royales et le comportement d’Henri IV à son égard, il prêta l’oreille aux projets de conjuration du duc de Savoie et prit la tête du complot.

11 . Charles Emmanuel Ier (1562-1630), duc de Savoie depuis 1580. Allié de l’Espagne, il apporta son soutien aux Ligueurs, présenta même sa candidature au trône de France après la mort d’Henri III et fournit des troupes au duc de Mayenne.

12 . Philippe III, roi d’Espagne depuis 1598. Dans les années 1600 il poursuit la politique menée par son père Philippe II envers la France : il finance et soutient les conjurations pouvant nuire à Henri IV.

13 . Cette entrevue eut lieu au couvent des Cordeliers courant 1600.

14 . Jacques de la Fin, dit La Nocle, « comploteur, personnage douteux » (Article « Jacques de la Fin », in Cuignet Jean-Claude, Dictionnaire Henry IV, Paris, Grancher, p. 295-296). Il s’était approché du duc de Biron, et lui aurait révélé la prochaine mort du roi lors de séances de magie noire. Il agissait en réalité pour le compte du duc de Savoie. Délaissé par le duc de Biron au profit d’Edme de Malain baron de Lux, il décida de révéler au roi tous les détails du complot.

15 . Les révoltés contestaient la perception d’un nouvel impôt : la pancarte.

16 . Charles de Valois, comte d’Auvergne, 1573-1650. Fils naturel de Charles IX et de Marie Touchet, il est le demi-frère d’Henriette d’Entragues. Henri III puis Henri IV lui témoignèrent une grande affection et il participa à la bataille d’Arques. Craignant la conversion d’Henri IV, il était prêt à faire valoir sa filiation. Il participa à la conjuration du maréchal Biron.

17 . Arrêt du 29 juillet 1602, « Procez criminel faict à Messire Charles Gontault, duc de Biron, Pair, & mareschal de France, en l’année 1602 », Archives Nationales, U 803, folio 186. Le duc de Biron fut finalement exécuté dans la cour de la Bastille. Le comte d’Auvergne fut lui aussi condamné, mais gracié par le roi en vertu d’une promesse faite à Henri III sur son lit de mort.

18 . Sully, Maximilien de Béthune, duc de, Economies royales, Michaud Joseph-François et Poujoulat Jean-Joseph-François (éd), Paris, 1837, t. 1, chap. CXIII, notes de l’éditeur p. 61.

19 . Ibid.

20 . Les magistrats de la chambre de l’Edit étaient très divisés : ils ne savaient pas s’ils pouvaient entendre l’affaire du duc de Bouillon. Henri IV leur écrivit pour leur interdire toute action et leur envoya son procureur auprès du parlement de Toulouse. Les magistrats se contentèrent de délivrer au duc de Bouillon une attestation du fait qu’il s’était présenté.

21 . Babelon Jean-Pierre, Henri IV, Paris, Fayard, p. 901-906.

22 . Article « Turenne », in Dictionnaire Henri IV, op. cit., p. 485.

23 . Babelon Jean-Pierre, Henri IV, op. cit., p. 887-907.

24 . L’insistance est forte sur un épisode de son ambassade en Angleterre en septembre 1601 : Elisabeth I re lui avait montré la tête tranchée d’Essex à la Tour de Londres afin de lui faire voir la justice impitoyable qui pèse sur les rebelles. Biron, dévoré par l’orgueil, n’aurait pas tenu compte de cet avertissement.

25 . Babelon Jean-Pierre, Henri IV, op. cit., p. 887-889.

26 . En avril 1605, une ambassade de princes allemands et de quatre cantons suisses vint plaider la cause du duc de Bouillon à la cour de France.

27 . Boisson Didier et Daussy Hugues, Les Protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006, notice biographique sur Henri de La Tour p. 161.

28 . Ce qui revient à reprendre l’analyse de l’affaire par Sully, qui était alors le principal adversaire du duc de Bouillon et l’artisan le plus zélé de sa défaite.

29 . Sully, Mémoires de Maximilien de Béthune, duc de Sully, principal ministre de Henri-Le-Grand, mis en ordre, avec des Remarques, Londres, 1778, tome 5, p. 306.

30 . Ibid., tome 5, p. 311-312.

31 . De 1602 à 1606, les tentatives de médiations diplomatiques au bénéfice du duc de Bouillon furent nombreuses.

32 . Et pourtant cette unique mention est inlassablement présente dans tous les récits de l’affaire.

33 . Henri Zuber a souligné très largement l’ampleur des négociations internationales entre Henri IV, Elisabeth Ière, les princes protestants dont l’électeur palatin et les cantons suisses (Zuber Henri, Recherches sur l’activité politique et diplomatique de Henri de La Tour, vicomte de Turenne, puis duc de Bouillon, 1573-1623, thèse de l’École Nationale des Chartes, 1982, t. 1, 3e partie : « La “trahison” et ses conséquences »).

34 . C’est précisément le sens de la lettre du 18 novembre 1602 citée précédemment.

35 . Jean de Comblat, écuyer de Haute Auvergne originaire de Vic. Il avait été envoyé par le duc de Biron au duc de Bouillon sous couleur de projet matrimonial pour informer ce dernier sur l’alliance avec l’Espagne.

36 . Edme de Malin, baron de Lux, capitaine de cinquante hommes d’armes et lieutenant général en Bourgogne. Il fut proche du duc de Biron à la fin de sa vie.

37 . Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 192 à 212 : procès verbaux des interrogatoires du comte d’Auvergne, du baron de Lux, et de Comblat.

38 . Interrogatoire du baron de Lux, 4 novembre 1602, Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine (Ms 53, f ° 203-211).

39 . Il accompagna son oncle Montmorency lors d’une ambassade à Londres et fit alors la connaissance de la reine. Dans ses Mémoires le duc de Bouillon souligne lors du récit de ce voyage les bonnes relations qu’il conserva avec la reine : « La grande princesse commençoit à me donner des arres des grandes obligations que vous, mon fils, et moy avons de porter honneur à sa mémoire, ainsi que vous l’entendrez par la suitte du discours de ma vie » (Mémoires du duc de Bouillon, Michaud JosephFrançois et Poujoulat Jean-Joseph-François (éd), Paris, 1838, p. 8).

40 . Il s’agit d’un extrait d’une lettre d’Elisabeth Ière à son ambassadeur en France. Au préalable, Henri IV lui avait fait envoyer des pièces à charge contre Bouillon par l’intermédiaire de son ambassadeur à Londres et lui avait demandé son avis. Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 280. À la lettre était joint un document dans lequel elle réfutait point par point les chefs d’accusation. Cette lettre et ce document ont été intégrés aux pièces du procès dans le registre du parlement de Paris sur cette affaire (U 801 et sa copie sedanaise, Ms 53 f ° 166 sq).

41 . Lettre du roi à deux des présidents de la Chambre de l’édit de Castres et aux magistrats de cette chambre. La correspondance date de décembre 1602 et la chambre de l’édit enregistre son incompétence en cette affaire le 16 de ce mois. Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 237 à 242.

42 . Lettre du roi à Bongars, 23 novembre 1602, Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 217 à 223.

43 . Extraits de lettres du roi à plusieurs seigneurs, Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 273 à 274.

44 . Lettre du duc de Bouillon à Henri IV, 30 novembre 1602. Bibliothèque municipale de Sedan, section du patrimoine, Ms 53, f ° 224 à 228.

45 . Poton Didier, Duplessis-Mornay, 1549-1623. Le « Pape des Huguenots », Paris, Perrin, 2006, p. 180. Charlotte Arbaleste en parle dans ses Mémoires, édition de la Société d’Histoire de France, t. 2 p. 33-34.

46 . Lettre à Bongars, 12 janvier 1603, Bibliothèque de Sedan, Ms 53 p. 293-295

47 . Elisabeth de Nassau, née en 1577, fille de Guillaume le Taciturne, seconde épouse d’Henri de La Tour en 1595. Elle eut eu intense correspondance avec sa sour Charlotte Brabantine qui avait épousé Claude de la Trémoille.

48 . 1 AP 333 f ° 48.

49 . Au synode de Gap, en 1603, la proposition comme quoi le pape était l’antéchrist avait été adoptée, ce qui déchaîna la colère d’Henri IV.

50 . C’est le projet qu’il affiche dans ses Mémoires un tome largement consacré à cette affaire : Sully, Mémoires de Maximilien de Béthune, duc de Sully, principal ministre de Henri-Le-Grand..., op. cit., t 6.

51 . Lettre d’Elisabeth de Nassau à sa sour Charlotte Brabantine de Nassau duchesse de La Trémoille, 1 AP 333.

52 . Benjamin Aubery, sieur du Maurier (1566-1636), ancien secrétaire du duc de Bouillon passé au service du roi. Il fut un acteur majeur de leur réconciliation.

53 . Daniel Tilénus (1563-1633), ministre à Sedan de 1599 à 1619, professeur à l’Académie de Sedan de 1602 à 1619.

54 . Archives municipales de Sedan, Fonds Gourjault 26 F.

55 . Comme le dévoilent ses interrogatoires au sujet de ses rencontres nocturnes dans une maison close parisienne avec l’ambassadeur Taxis, et du code chiffré qu’il utilisait avec l’Espagne (U 803 f ° 212 à 237, interrogatoires des 14 et 17 décembre 1604 et du 7 janvier 1605). Il implique systématiquement Thomas Morgan, catholique anglais exilé et agent espagnol en France dont Lucien Bély souligne l’importance dans le réseau de renseignement mis en place par les Espagnols en France (Bély Lucien, L’Art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, PUF, 2007, p. 161).

56 . Comme ils le révèlent par la défense inlassable du duc de Bouillon qu’ils mettent en ouvre (pour l’Angleterre, la défense prend fin en 1603 avec l’avènement de Jacques I er-ce dernier n’ayant pas l’affection inconditionnelle d’Elisabeth à son endroit-et l’envoi en ambassade du marquis de Rosny au sujet du duc de Bouillon).

57 . Notamment lors de sa grande ambassade à partir de l’autonome 1590 auprès d’Elisabeth Ière, des Pays Bas et des princes protestants allemands.

58 . Bibliothèque de Sedan, section du patrimoine, Ms 53 p. 384 à 392.

59 . Sully, Économies royales, op. cit., chap. CLX.

60 . Bassompierre, Mémoires, p. 179.

61 . La situation change de nouveau radicalement à partir de 1614 en raison des révoltes, et plus encore à partir de 1617 : atteint par la goutte, Henri de La Tour ne quitte plus Sedan jusqu’à sa mort en 1623.

62 . 1 AP 333 f ° 80.

63 . Lettre d’Elisabeth de Nassau à sa sour Charlotte-Brabantine duchesse de la Trémoille, 30 juin 1606, 1 AP 333 f ° 65.

64 . Berce Yves-Marie, La Naissance dramatique de l’absolutisme, 1598-1661, Paris, Éditions du Seuil, 1992, p. 26.

65 . Duccini Hélène, Faire voir, faire croire. L’Opinion publique sous Louis XIII, Paris, Champ Vallon, 2003.

66 . Il adopta 210 ordonnances en 34 ans soit plus des deux tiers des ordonnances jamais adoptées à Sedan.

67 . Berce Yves-Marie, La Naissance dramatique de l’absolutisme, op. cit., p. 28.

Auteur

Doctorant, chisco, université de Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540