Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conciliation, réconciliation aux temps médiévaux et modernes

 | 
Franck Collard
, 
Monique Cottret

Négocier pour concilier. Les « négociations » d’Avignon en 1344-1345 entre le roi d’Angleterre et le roi de France

Jean-Marie Moeglin

Texte intégral

I

  • 1 . Citons parmi les travaux qui ont joué un rôle moteur L’Invention de la diplomatie. Moyen Âge-Temp (...)

1L’histoire des relations internationales au Moyen Âge connaît actuellement un regain de faveur après, au moins en France, une longue période de désintérêt1. Ce regain de faveur tient sans doute au fait que ce champ précisément avait longtemps été négligé mais il tient aussi au fait-les deux aspects sont indissociables-qu’on l’aborde à présent avec de nouvelles perspectives et de nouvelles problématiques. L’historiographie ancienne du XIXe et du premier XXe siècle avait transposé au Moyen Âge l’idée de relations internationales conçues comme des relations entre états guidés par leurs intérêts naturels et une raison d’état les conduisant forcément à vouloir accroître leurs territoires, leur influence et leur puissance. À cette perspective foncièrement anachronique, même si elle a pu susciter des travaux encore utiles, il faut substituer l’idée selon laquelle les « relations internationales », si ce terme peut encore être utilisé, doivent être replacées dans le vaste champ de la résolution des conflits et elles sont déterminées par les normes qui président à la résolution des conflits dans les sociétés médiévales. Cela nous renvoie à l’idée d’ensemble selon laquelle tout individu ou tout groupe d’individus a un droit imprescriptible, s’il estime avoir été lésé dans ses biens, dans son corps et plus encore dans son honneur, à une réparation pour laquelle il aura à choisir ou plutôt à combiner les trois voies que sont la voie de guerre ou de faide, la voie de paix consistant à faire appel à des médiateurs et des intercesseurs, et la voie de justice consistant à remettre à un juge ou plutôt à un arbitre la résolution du conflit qui l’oppose à son adversaire. Le but étant de ramener la paix, d’éviter que la haine et la guerre ne déchirent en profondeur le tissu social en provoquant des faides en cascade. Mais cette paix ne peut être rétablie que si une satisfaction adéquate a été donnée au dommage subi, qu’il soit matériel ou qu’il soit immatériel, c’est-à-dire qu’il concerne l’honneur de la partie lésée ; négocier et concilier donc, ou plutôt négocier pour concilier.

2L’histoire de la diplomatie et plus précisément pour ce qui m’occupe aujourd’hui, l’histoire de la guerre dite de Cent ans doit être replacée dans ce cadre. On l’a écrite en effet comme l’histoire d’une guerre parfois interrompue par des moments où l’on cherchait, vainement, à rétablir la paix ; moins exactement encore, depuis au moins les premières décennies du XVIe siècle, comme l’histoire d’une tentative de l’Angleterre et de ses rois pour s’emparer de la France. Si l’on veut pourtant rester fidèle à la manière dont les protagonistes du conflit eux-mêmes l’ont présenté, au moins au départ, il faudrait l’écrire comme l’histoire de la recherche d’un règlement durable entre deux princes qu’une grave querelle opposait et qui, face à la mauvaise volonté de l’adversaire, était obligés de recourir à la voie de guerre mais qui souhaitaient ardemment pouvoir revenir à la voie de paix, c’est-à-dire tractare, un terme que l’on ne peut traduire par « négocier », j’y reviendrai, sans d’importantes réserves.

II

  • 2 . Sur la revendication d’Édouard III, cf. en dernier lieu Taylor Craig, « Edward III and the Planta (...)

3Que voulait exactement le roi d’Angleterre ? Alors qu’il était encore tout jeune et incapable de faire valoir ses droits, Édouard III avait été privé de la couronne de France qui lui revenait par droit héréditaire2. Si on ne lui donnait pas une juste réparation pour le tort immense qu’il avait subi, alors il n’avait pas d’autre choix que d’avoir recours à la voie de guerre ; mais d’abord il voulait explorer toutes les possibilités de la voie de paix ; il voulait tractare ; c’est seulement lorsqu’il devait constater que son adversaire ne s’engageait pas loyalement dans cette tractation, qui aurait dû nécessairement conduire à une juste réparation pour le tort qu’il avait subi, qu’il s’engageait dans la voie de guerre.

4L’historiographie ancienne a depuis longtemps soupçonné que cette revendication de la couronne de France n’était qu’un alibi, une fausse revendication qui en cachait une autre non avouable en tant que telle, celle d’un duché d’Aquitaine en toute souveraineté. Cette interprétation est très certainement exacte mais elle est en même temps trop réductrice : elle réduit la diplomatie médiévale à un simple jeu politique où le machiavélisme occupe d’emblée le devant de la scène ; c’est une vision anachronique et qui fausse une réalité plus complexe si l’on veut bien tenir compte des normes spécifiques de la « politique internationale » au Moyen Âge qui, je le répète, ne sont pas différentes de celles qui président à la résolution des conflits.

  • 3 . Cf. Moeglin Jean-Marie, « et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne », in Neg (...)

5Cet aspect essentiel que l’historiographie ancienne n’a guère pris en compte, me semble-t-il, porte sur la nature de ce qu’est « négocier » au Moyen Âge3. Le terme classique utilisé pour caractériser des négociations est celui de tractare. Mais, en réalité, tractare a bien plutôt le sens d’une discussion ou l’on échange et soupèse des arguments de façon à parvenir à un accord reconnu par tous comme étant celui qui correspond au droit, à la vérité et à la justice. La « négociation », ou plus exactement la « tractation » médiévale est extrêmement proche d’une procédure judiciaire au sens large dans laquelle ce qui doit prévaloir est le droit, la justice et la vérité, et dans laquelle il ne serait pas pour l’une des deux parties conforme à l’honneur de renoncer à son droit.

6Le simple fait d’entrer en négociations en répondant à l’exigence de l’autre partie n’était au demeurant nullement un acte anodin ; c’était d’emblée un acte qui engageait le droit et l’honneur de la partie qui s’y risquait. L’on verra de fait que l’ouverture de négociations entre le roi d’Angleterre et le roi de France était une question hautement délicate et que, même lorsqu’elles paraissent se dérouler, il s’agit en vérité de négociations en trompe-l’œil dans lesquelles les deux parties ne sont pas l’une en face de l’autre.

  • 4 . Cf. Cuttino George P., English diplomatic administration 1259-1339, Oxford, Oxford University Pre (...)

7Et même lorsque des négociations directes avaient lieu, la procédure des débats ne portait guère à une véritable négociation au sens moderne ; chacune des parties exposait ses demandes et réclamations en plusieurs points sur lesquels l’autre partie faisait ensuite réponse avec des règles fort proches des techniques universitaires de la disputatio ; le « procès de Périgueux » mené en 1310 entre les représentants d’Édouard II et de Philippe le Bel en donne un bon exemple : l’on commence par des articuli propositi de la partie anglaise suivis par des responsiones de la partie française, suivies à leur tour par des replicationes super requestis de la partie anglaise, suivies encore par une triplicatio de la partie française, auxquelles répond une quadriplicatio de la partie anglaise, encore suivie par une finalis responsio de l’autre partie. Puis on reprend les choses en sens inverse : aux requeste gencium regis Francie, répondent les responsiones ad requestas gencium Francie per gentes Anglie ; suivies à leur tour par les replicationes gencium regis Francie super requestis earum, suivies par les replicationes facte per gentes regis Anglie ad responsiones gencium domini regis Francie super requestis ipsarum gencium domini regis Francie et triplicationes gencium regis Anglie ad replicationes predictas4. Il en allait avant tout dans cette affaire de l’examen de la validité juridique de la demande.

8Bien évidemment, dans le cadre de cette procédure, chacune des deux parties-ce fut le cas à Périgueux-avait une forte tendance à soutenir son bon droit et à refuser de reconnaître celui de l’adversaire. La négociation se révélait impossible.

9La solution « moderne » d’une négociation menée sans a priori et sans transcendance dans laquelle chacun exposait et défendait ses intérêts et où l’on recherchait un compromis acceptable, de préférence suivant la formule « gagnant-gagnant », où les deux parties doivent sortir satisfaites de ce qu’elles avaient obtenu par la négociation-cette procédure n’était pas compatible avec les normes médiévales du tractatus qui devait conduire à la détermination du droit et de la vérité. Et pourtant, au bout du compte, si l’on voulait mettre fin durablement à un différend, il fallait bien que chacune des deux parties fasse des concessions. Ce que la théorie médiévale de la négociation avait des difficultés à intégrer, c’était en fin de compte la notion de « marché » : échanger quelque chose en échange de quelque chose d’autre...

10Si l’on voulait donc véritablement négocier, il fallait ruser avec les normes officielles de la négociation : fondamentalement, les concessions que l’on était obligé de faire ne devaient pas être présentées comme telles mais elles devaient apparaître comme un effet de la grâce, de la miséricorde que l’on faisait passer, suivant la formule classique, avant la justice ; ou bien comme un sacrifice à la volonté de rétablir la paix et à cause de l’amour naturel que l’on éprouvait pour un membre important de l’autre partie. De plus, ces concessions ne devaient pas être faites spontanément par les parties elles-mêmes mais il était hautement préférable qu’elles soient présentées et suggérées par des médiateurs et des intercesseurs amis de l’une et l’autre partie. Eventuellement elles avaient été mises au point dans des conversations qui se revendiquaient hautement comme privées et informelles, familiariter et secrete dira le pape Clément VI, échappant ainsi aux normes rigides de la tractation officielle et publique où l’honneur de chacun était en jeu. Alors il était possible de tractare et de conclure un tractatus sans donner le sentiment que l’on avait renoncé à son honneur en abandonnant son droit, ou pire encore, que l’on poursuivait une mauvaise cause, d’une manière tout à fait contraire à l’honneur.

III

11Revenons à la guerre dite de Cent ans. Édouard III au début octobre 1337 voulait donc résoudre le problème récurrent qui paralysait la diplomatie anglaise depuis près d’un siècle : comment restaurer l’intégrité territoriale du duché d’Aquitaine et comment le soustraire aux interventions du roi de France et de ses officiers ? La diplomatie anglaise avait toujours échoué dans cette affaire parce qu’elle s’était toujours trouvée confrontée à un roi de France qui estimait que en tant que princeps et dominus superior in regno suo Francie, il n’aurait pas été conforme, au droit, à la justice et à son honneur de s’engager avec son vassal dans ce que nous appelons une négociation d’égal à égal ; il avait certes à écouter les doléances éventuelles et/ou les réponses aux griefs du roi d’Angleterre et duc d’Aquitaine mais ensuite il lui revenait, en sa cour, de trancher en dernier ressort.

  • 5 . Dupuy Pierre, Histoire du différend d’entre le pape Boniface VIII et Philippes le Bel, Paris, 165 (...)
  • 6 . Benoit XII. Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, Daumet Georges (éd.), (...)

12De Philippe le Bel à Philippe VI, les rois français s’en sont tenus avec constance à ce point de vue : aux propos ombrageux de Philippe le Bel en 1296 dans son manifeste antequam clerici essentNonne rex Anglie quondam homo noster ligius vocatus ad iudicium coram nobis, cum omni solemnitate qua decuit, ad imperium domini sui venire contempsit5 ? -, faisait écho Philippe VI écrivant au début 1337 au pape Benoît XII qu’il refusait les négociations avec le roi d’Angleterre dans lesquelles le pape voulait l’entraîner parce qu’elles étaient dérogatoires à son honneur, sibi honori suo derogativa6.

13Entre le 3 et le 7 octobre 1337, Édouard III modifia totalement la stratégie négociatrice des rois d’Angleterre depuis près d’un siècle ; les pouvoirs qu’il donnait à ses ambassadeurs les habilitait désormais à tractare non plus au sujet des multiples réclamations et querelles qui opposaient le roi-duc et son souverain mais tout simplement sur la propriété de la couronne de France qu’Édouard déniait désormais à Philippe et revendiquait pour lui-même.

14Cette nouvelle stratégie d’Édouard III, inaugurée en octobre 1337 et à laquelle il va désormais être constamment fidèle, peut être qualifiée de stratégie du plaideur : nul plus que lui ne désirait la paix et il était donc d’accord pour des trêves afin que les deux parties puissent s’engager dans la voix de paix, c’est-à-dire négocier, mais cette paix n’était possible que si une satisfaction raisonnable était donnée à ses justes réclamations ; si son adversaire refusait de faire des offres raisonnables, il était contraint de reprendre ou de poursuivre la voie de guerre pro defensione regni et jurium nostrorum, et il était même prêt à affronter son adversaire en bataille car Dieu savait de quel côté était le bon droit.

  • 7 . Cf. Moeglin Jean-Marie, « Strukturelle Aspekte der spätmittelalterlichen Diplomatie. Die Verhandl (...)

15Replacée sous cette lumière, l’histoire des négociations menées pendant la première partie de la Guerre de Cent ans se révèle d’une parfaite continuité et cette stratégie fut finalement couronnée de succès avec la conclusion du traité de Brétigny-Calais en 1360. On sait cependant que, au dernier moment, Édouard III renonça en quelque sorte à récolter la mise et qu’il ne pratiqua jamais l’échange des renonciations qui lui aurait permis d’obtenir en toute souveraineté le duché d’Aquitaine. Du coup, en 1369, lorsque le roi de France se sentit de nouveau en position de force, il put revenir sur les concessions graves qu’il avait été obligé de faire7.

16La réussite de la stratégie du roi d’Angleterre n’allait nullement de soi. Il lui fallait d’abord contraindre ou persuader celui qui n’était plus ni le roi de France ni même son consanguineum Francie mais seulement son adversarium Francie de s’engager dans une négociation où la question de son droit au royaume de France serait, d’une manière ou d’une autre, traitée. Or le roi de France savait bien que s’engager dans une telle négociation était en soi un acte grave pour sa légitimité et contraire à son honneur. Il ne pouvait par principe l’accepter. À supposer ensuite que cette difficulté ait pu être levée, le roi d’Angleterre ne pouvait pas simplement proposer un marchandage : l’abandon de son titre royal contre la concession d’une Aquitaine en toute souveraineté. Si sa revendication du titre royal était légitime comme il le soutenait appuyé sur ses légistes, y renoncer était impossible car cela aurait représenté une terrible perte d’honneur.

  • 8 . Cf. le médiocre article d’Eugène Déprez, « La conférence d’Avignon (1344). L’arbitrage pontifical (...)

17Seule l’étude de la pratique réelle des négociations permet de voir comment concrètement Édouard III a affronté ces difficultés et les a surmontées avant qu’une ultime hésitation ne le conduise à renoncer à rafler la mise et ne lui fasse finalement perdre tout ce qu’il avait acquis. Nous sommes cependant, d’un point de vue général, beaucoup moins bien informés sur cette pratique des négociations que sur leurs résultats. Il en est ainsi pour la longue histoire des négociations menées dans les années 1337-1360 entre le roi de France et le roi d’Angleterre. Les négociations menées à Avignon à la fin de l’année 1344 constituent cependant une heureuse exception. Le dossier laissé par les négociateurs anglais et qui nous a été conservé est véritablement exceptionnel. Depuis son édition par le baron Kervyn de Lettenhove, il a été souvent évoqué par les historiens mais n’a pas été véritablement étudié pour ce qu’il est susceptible d’apporter à l’histoire de la pratique des négociations8. Pourtant, même s’il ne constitue qu’un jalon dans l’histoire de la « négociation » entre les deux rois, il constitue, complété par la documentation annexe que fournissent notamment les registres de la chancellerie pontificale, les rôles du Parlement anglais et les chroniques, un cas d’école sur les obstacles que rencontre une « négociation » médiévale destinée à « concilier ». Il vaut donc la peine de le reprendre en détail.

IV

  • 9 . Cf. Sumption Jonathan, The Hundred Years War, Vol. 1 : Trial by Battle, op. cit., p. 239-240, 276

18Quel était le contexte des négociations d’Avignon en 1344 ? Il ne s’agissait nullement des premières « négociations » menées entre les deux parties ; mais celles qui avaient été menées à Arras en 1338-1339, sous l’égide des deux légats pontificaux, n’avaient rien donné si tant est qu’elles aient jamais commencé, même si les négociateurs de l’une et l’autre partie étaient les ténors du moment de la diplomatie de l’un et l’autre roi, l’archevêque de Cantorbéry John Stratford du côté anglais et le cardinal de Rouen Pierre Roger, futur Clément VI, du côté français9. Il est clair que la nouvelle stratégie du roi anglais s’était heurtée à Arras non pas seulement au refus mais même à l’incompréhension aussi bien de la partie française que de la Curie pontificale, le pape et les cardinaux.

  • 10 . Daumet Georges, Benoit XII. Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. c (...)
  • 11 . Ibid., n° 787, col. 485-486.
  • 12 . Édition in extenso dans Chaplais Pierre, English Medieval Diplomatic Practice, Part I, 1-2, Londr (...)
  • 13 . Daumet Georges, Benoit XII. Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. c (...)
  • 14 . Ibid., n° 801, col. 492-497.

19Dès le 21 septembre 1339 cependant, Benoît XII autorisait ses légats à entendre l’argumentation anglaise mais il leur enjoignait encore de préserver en toutes choses l’honneur du roi français – volumus quod in omnibus honorem ejus, quantum cum Deo poteritis, preservetis -, c’est-à-dire que la question de la légitimité du titre royal de Philippe était encore exclue des discussions10. À la fin de l’année 1340 cependant, le pape commence à s’employer à faire comprendre au roi de France qu’il ne lui semblait plus possible de refuser que la question du titre royal français fasse partie de la négociation, ce qui revenait à avaliser un élément décisif de la stratégie d’Édouard III. Le 27 octobre 1340, le roi de France avait en effet admis, sous réserve, les conditions que posait Benoît XII pour se charger de la médiation ; pour le bien de la paix et pour l’honneur du pape, il voulait bien accepter que le pape prenne en mains la médiation en ce qui concerne les affaires d’Aquitaine, bien que cela relevât, en réalité, de sa souveraineté, ratione nostre superioritatis, mais il était en revanche indispensable que le roi d’Angleterre renonce préalablement au titre de roi de France qu’il portait (dum tamen ante omnia prefatus rex Anglie nomen regis Francie quod usurpative noscitur assumpsisse ac sigillum de armis Francie quo per tempus aliquod usus est indebite et adhuc uti nititur omnino dimittat ac eis renunciet totaliter cum effectu11). La négociation n’était pas possible car les envoyés du roi anglais, William Bateman, John Offord et John of Thoresby auxquels avait été adjoint Niccolo de Fieschi, avaient précisément remis au pape en novembre-décembre 1340 un très solide dossier juridique qui étayait parfaitement la revendication du roi d’Angleterre au trône de France et qui réfutait l’argumentation du roi de France selon laquelle la coutume française excluait les femmes du trône de France et-c’était le point décisif-les empêchait également de servir de medium à leurs fils12 ; ils exigeaient désormais ouvertement que cette revendication soit mise au centre des négociations. Benoît XII répondait en écrivant le 18 décembre 1340 au roi d’Angleterre que les conditions que les envoyés du roi anglais lui avaient exposées ne lui semblaient pas posse aditum paci eidem pandere sed dissensionum incendia potius inflammare13 ; la chose était d’ailleurs tellement énorme que le pape, dans la lettre qu’il écrivait trois jours plus tard, le 21 décembre 1340, à Philippe VI préférait renoncer à la mentionner explicitement. Mais dans le même souffle le pape écrivait au roi de France qu’il n’avait pas réussi à persuader-et qu’il ne pensait pas pouvoir y parvenir dans l’immédiat-le roi d’Angleterre à renoncer à son titre et à son sceau ; et il adjurait donc le roi français de méditer profondément la colère divine et tous les effets pitoyables de la guerre. Cela ne devait-il pas porter le roi français, non pas à négocier avec un prince qui contestait son titre royal, mais du moins à accepter que le conflit soit soumis à l’arbitrage amical, à la médiation et à l’intercession du pape14 ? La stratégie d’Édouard III commençait à porter ses premiers fruits.

  • 15 . Cf. Sumption Jonathan, The Hundred Years War, Vol. 1 : Trial by Battle, op. cit., p. 370-454.

20Le roi de France cependant était loin d’être encore décidé à écouter les sollicitations pontificales et à entrer en négociations. Il faudra de fait attendre 4 ans pour que cela se réalise vraiment avec les négociations d’Avignon en octobre-novembre 1344. Entre temps, le conflit breton avait fourni à Édouard III une nouvelle occasion de pratiquer la « voie de guerre » pour amener Philippe VI dans la « voie de paix » qu’il souhaitait. Édouard III avait envoyé en Bretagne trois expéditions, celle de Gautier de Manny en mai 1342, celle du comte de Northampton et de Robert d’Artois en août et celle enfin qu’il avait lui-même conduite, accompagné du comte de Lancastre, en octobre. Tout cela aboutit finalement aux trêves de Malestroit15. La négociation pouvait commencer.

21Cependant, alors que les trêves de Malestroit avaient été conclues en janvier 1343 et qu’Édouard III avait regagné l’Angleterre à la fin de février, la conférence n’a commencé qu’en octobre 1344. Pourquoi ce retard ? Durant tout ce laps de temps, les deux parties se sont l’une et l’autre plaintes au pape des violations des trêves de l’autre partie ; le roi d’Angleterre a évoqué le fait que ses ambassadeurs ne pourraient se rendre en sécurité à Avignon. Tout cela peut avoir joué un rôle dans le retard mais le fait essentiel est que le roi d’Angleterre voulait réunir préalablement les conditions nécessaires pour que, compte tenu des contraintes imposées par les normes de négociation, il puisse obtenir ce qu’il recherchait, une négociation portant sur le marché suivant : il obtiendrait le duché d’Aquitaine en pleine souveraineté comme prix de son renoncement à la couronne de France, bref un marchandage que les normes de négociation rendaient en principe impossible car pas plus que l’honneur de Philippe VI ne pouvait tolérer que son titre royal soit considéré comme l’objet d’une négociation, Édouard III ne pouvait émettre lui-même, sauf à ruiner son honneur (l’onur de nous et de nostre dit royalme) et donc sa position, l’idée qu’il pourrait renoncer à son titre royal en échange d’une quelconque compensation. Mais Édouard pouvait éventuellement, par un geste purement gratuit réalisé pour le bien de la paix, accepter le sacrifice que lui demanderait un arbitre ou médiateur amical entre les deux parties, à savoir le pape en tant que personne privée ; parallèlement, mais cela ne devait en aucun cas apparaître comme un échange, l’autre partie pouvait elle aussi, pour le bien de la paix et par un geste tout à fait gratuit, à renoncer à ce à quoi elle ne pouvait normalement pas renoncer : la souveraineté royale sur l’Aquitaine.

22Dès le parlement d’avril 1343, Barthélemy Burgersh avait dit à mots couverts ce qu’était le marché recherché : devant le Parlement il avait rappelé comment, avec l’assentiment de ses sujets, le roi avait entrepris la conquête de ses droits et héritages :

et le dit Monsir Berthelmeu comencea de reconter la manere coment nostre seignur le roi, apres ce q’il avoit empris la guerre de France par assent des prelatz, grantz et communes de son roialme d’Engleterre, pur ses droitz et heritages illoeqes conquer, avoit plusour foitz passez la miere ove son houst [...].

  • 16 . The Parliament Rolls of Medieval England, Given-Wilson C., Brand P., Curry A., Horrox R. E., Mart (...)

23Le roi était prêt à faire la paix si elle était honorable pour lui, sinon il poursuivrait sa « querelle » : « et en cas q’il purreit aver bone pees et honurable pur lui, q’il la prendroit ; et si ce noun, q’il pursueroit sa querele come devant16 ».

  • 17 . Fowler Kenneth A., The King’s Lieutenant. Henry of Grosmont, First Duke of Lancaster, 1310-1361, (...)
  • 18 . Rymer Thomas, Foedera, conventiones, litterae et cujuscumque generis acta publica inter reges Ang (...)
  • 19 . Clément VI (1342-1352), Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, Déprez Eu (...)
  • 20 . Cf. Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., p. 32, 235
  • 21 . Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 864.
  • 22 . Le 13 juin, Clément VI annonçait qu’il allait retourner en Angleterre ; ibid., n° 899.

24La mise au point de ce marché, antérieurement à l’ouverture officielle de la conférence, a été l’objet de tractations volontairement privées et secrètes entre le comte de Derby, proche parent du roi et véritablement son alter ego17, et le pape. À la suite d’une mission d’André d’Offord à la Curie (du 16 juillet au 15 novembre), Édouard III avait le 29 août 1343 établi des pouvoirs pour une ambassade de haut calibre dont le membre le plus prestigieux était le comte de Derby18. L’ambassade ne partit pas mais cela donna l’occasion au pape d’écrire le 16 octobre au comte de Derby pour lui demander de se rendre à Avignon pour conférer avec lui19. Cette première invitation ne fut pas suivie d’effet ; deux ambassadeurs anglais, Hugues Neville et William de Cusance, vinrent bien à la Curie pontificale du 12 février au 21 avril 1344 mais leur mission n’avait pas d’autre contenu officiel que de signifier au pape que le roi d’Angleterre estimait trop insuffisantes les garanties de sécurité pour qu’une ambassade anglaise puisse traverser le royaume de France20. Ce que le pape interprétait dans sa lettre à Édouard du 24 mars comme une manouvre dilatoire n’était rien d’autre que la volonté de maintenir la pression sur la Curie pour que soient enfin réunies les conditions de la négociation que le roi anglais voulait mener. De fait, le 23 mai 1344, le pape renouvelait son invitation pressante au comte21. C’est ainsi que Derby séjourna à la Curie dans les premiers jours de juin 1344 au plus tard22.

  • 23 . Sumption Jonathan, The Hundred Years War, Vol. 1 : Trial by Battle, op. cit., p. 436 : « The seco (...)
  • 24 . Les renseignements viennent d’une part de la lettre envoyée par le pape au comte de Derby le 8 oc (...)

25Le rôle fondamental de la mission du comte de Derby et surtout de la forme qu’elle a prise n’a guère été compris23. Son caractère purement privé et théoriquement secret permettait de faire comme si elle n’avait pas eu lieu et comme si aucun « marchandage » ne s’était produit ; en tout état de cause, les tractations de Derby ne devaient en aucun cas paraître engager officiellement le souverain. Couvert par ce subterfuge, Derby avait, à l’évidence, clairement expliqué au pape que le roi d’Angleterre était prêt à renoncer à sa revendication sur la couronne de France en échange d’une compensation24. La réalisation d’un tractatus de paix entre les deux rois semblait donc au pape possible ; il lui reviendrait de « maquiller » ce marchandage en expression de la volonté des deux rois de rétablir la paix et d’accomplir pour cela les douloureux sacrifices nécessaires.

  • 25 . Cf. Dubois Henri, « voyage princier au XIVe siècle », in Voyages et voyageurs au Moyen Âge, Paris (...)

26Le 31 mai 1343, une ambassade française menée par les très hauts personnages qu’étaient le duc Jean de Normandie, le duc de Bourgogne Eudes IV et le chancelier Guillaume Flote était arrivée à Avignon ; ils furent rejoints par d’autres ambassadeurs un peu plus tard ; aucune « négociation » officielle ne pouvait s’engager, même s’il est possible que des contacts informels aient eu lieu entre Derby et les princes français puisque le 10 juin 1344, le fils du duc de Bourgogne, Philippe, avait à grands frais invité à dîner Derby chez l’oncle de son épouse, le cardinal de Boulogne, dans l’hôtel duquel il résidait sans doute25 ; entre chapons et anguilles, on y a peut-être parlé politique mais sans que quiconque puisse prétendre qu’il se soit agi d’une « négociation ». Puis les ambassadeurs français quittèrent Avignon.

27Au Parlement de juin 1344, peu avant que ne s’engagent les négociations d’Avignon, le discours de la royauté préféra éviter d’évoquer une possible négociation et choisit de faire entendre une tonalité martiale plus propice à faire rentrer les subsides des communes ; le représentant du roi énumèra tous les méfaits de Philippe VI et conclut « et si est-il en ferme purpos, a ce qe nostre seignur le roi et son conseil ont entenduz en certeyn, a destruire la lange Engleys, et de occuper la terre d’Engleterre, qe Dieu defend, si remeide ne soit mys contre sa malice par force ». Le don des communes est nécessaire :

  • 26 . The Parliament Rolls of Medieval England, op. cit., t. IV, passim p. 362-372.

pur ce qe la necessite nostre seignur le roi est monstrez a sa commune par son conseil, empriant a eux eide ou entente de faire fyn de sa guerre, ove l’eide de Dieu, par une voie ou par autre, eux eant regard a les meschiefs de lui et de les grantz, et grant peril de lour vies q’ils sont en volentee de soeffrir pur salvetee de son poeple, coment q’ils soient mys as meschiefs par plusours eides et charges devant ces heures, pur la grante affection q’ils ont a lour lige seigneur26

28Le 7 juillet 1343, Derby était de retour à Londres. La chronique d’Adam de Murimuth révèle à la fois le caractère secret et l’importance de la mission qu’il avait effectuée ; elle rapporte son retour avec des nouvelles fraîches, mais, selon Murimuth, ces nouvelles, bien que gardées secrètes, n’étaient pas bonnes :

  • 27 . Adae Murimuth continuatio chronicarum. Robertus de Avesbury de gestis mirabilibus regis Edwardi T (...)

Item, circa Translationem sancti Thomae martyris, rediit comes de Derbiae de Vasconia et de curia Romana ; propter cujus adventum ordinavit rex habere totum concilium suum Londoniis in crastino sancti Laurentii tunc sequentis. Sed quae nova idem comes de curia reportavit communiter ignoratur ; sed creditur quod placentia non fuerunt, et ideo statim post dictum concilium magister Johannes Dofford, clericus privati sigilli, dominus Nicholaus de Luca, et dominus Hugo de Neville, milites, fuerunt ad Romanam curiam destinati, ubi steterunt usque ad mensem Octobris et ultra27.

29En réalité, sur le rapport de Derby, c’est précisément ce 7 juillet 1344 que le conseil du roi d’Angleterre devrait avoir décidé que les conditions étaient désormais réunies pour se lancer dans la négociation officielle. Une ambassade fut en tout cas désignée et elle prit le chemin d’Avignon où elle devait retrouver les ambassadeurs de Philippe VI.

30Les négociateurs d’Édouard III étaient des hommes expérimentés et des fidèles du souverain : l’ancien doyen de Lincoln promu évêque de Norwich, William Bateman ; Jean d’Offord, archidiacre d’Ely devenu doyen de Lincoln en héritant du bénéfice de Bateman, gardien du sceau privé ; le chevalier Hugues de Neville ; le chevalier génois Nicolino Fieschi ou Nicolin de Flisco ; André d’Offord, docteur en droit romain, frère de Jean et enfin Thomas Fastolf, archidiacre de Norwich.

31Parmi ces ambassadeurs, les deux plus importants étaient incontestablement Jean d’Offord et William Bateman. Ils étaient devenus depuis la fin des années 1330 et le début des années 1340 les hommes-clefs de la diplomatie française du roi d’Angleterre, prenant le relais de ceux qui avaient été antérieurement les ténors de la diplomatie d’Édouard, Bury, évêque de Durham et surtout les vieux ennemis qu’étaient Orleton, évêque de Winchester, et Stratford, archevêque de Cantorbéry.

  • 28 . Dictionary of national biography, op. cit., vol. XIV, p. 901-902.

32Jean de Offord († 1349) était titulaire de différentes prébendes de chanoine depuis 1330 (Lincoln, Saint-Paul de Londres...), titulaire d’un doctorat en droit civil en 1334 la même année où il devient archidiacre d’Ely ; après avoir hérité du bénéfice de doyen de Lincoln en 1344 il deviendra chancelier en 1345 et mourra le 20 mai 1349 comme archevêque élu mais non consacré de Cantorbéry28. Avant de participer aux négociations d’Avignon, il a participé aux importantes négociations de 1334, à celles d’Arras en 1338 et à celles d’Antoing en 1341.

  • 29 . Cf. Clark John W., « Bishop Bateman », in Proceedings of the Cambridge Antiquarian Society 9, n. (...)

33William Bateman (vers 1298- ? 1355) était à l’origine un protégé de l’évêque de Norwich Guillaume Airmyn (? 1336) qui lui avait conféré la prébende d’archidiacre de Norwich en 1328 ; il avait ensuite passé 12 ans à la curie pontificale d’Avignon de 1328 à 1340, comme auditeur de la Rote et chapelain pontifical ; devenu doyen de Lincoln en 1340, il est envoyé cette même année par le pape à Édouard III à Gand, au moment des trêves d’Esplechin, afin de presser le roi de faire la paix avec le roi de France ; c’est l’occasion pour Bateman de passer au service du roi anglais comme procureur du roi à la cour d’Avignon29. Son expérience de la cour pontificale le rendait de fait particulièrement précieux pour la diplomatie d’Édouard III à l’égard du roi de France. Chargé encore par Clément VI de mener en 1342- 1343 une mission auprès d’Édouard III pour essayer de rétablir la paix, il va ensuite être présent comme ambassadeur d’Édouard III dans toutes les négociations-clefs avec le roi de France à commencer par celle de 1344-1345 à Avignon jusqu’à sa mort le 6 janvier 1355 également à Avignon où il était venu tenter de faire ratifier le traité de Guines. C’est à Avignon en 1344 qu’il avait été consacré évêque de Norwich libérant ainsi la place de doyen du chapitre de Lincoln pour Jean d’Offord. Le rôle-clef de négociateur joué par Bateman est clairement mis en valeur dans l’éloge funèbre que rédige pour lui Laurence de Leek, prieur de la cathédrale de Norwich :

  • 30 . Cité par The Register of William Bateman, bishop of Norwich 1344-1355, Pobst Phyllis E. (éd.), Bu (...)

inter ceteras vero virtutes quibus lucide prepollebat, consilio precipue fuit providus, luculenterque preditus eloquentia et sermone, in tantum ut a rege ceterisque magnatibus Anglie in omnibus regni negotiis, maxime pro pace reformanda inter regna Francie et Anglie, semper mitteretur precipuus ambassator30.

  • 31 . Cf. l’article de Roy Martin Haines, in Oxford Dictionary of National Biography, 2004.
  • 32 . Cf. Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., p. 71.

34André d’Offord (1305-1358)31, frère de Jean, avait été procureur d’Édouard au Parlement de Paris ; c’était donc un spécialiste des affaires de la Guyenne. Il sera appointé comme membre du conseil royal le 10 mai 134632.

  • 33 . Ibid., p. 92.

35Thomas Fastolf était également un personnage dont l’activité se situait entre le service du roi anglais et celui des papes qu’il avait servis depuis l’époque de Jean XXII ; docteur en droit canon, auditeur de la Rote comme Bateman, il est l’auteur de la première collection connue des décisions de la Rote en 1336-1337 ; son passage au service du roi anglais, contrairement à celui de Bateman, est resté occasionnel33.

  • 34 . Cf. Déprez Eugène, Les Préliminaires de la Guerre de cent ans. La papauté, la France et l’Anglete (...)
  • 35 . Plöger Karsten, « Entführung des Fieschi zu Avignon (1340). Zur Entwicklung der diplomatischen Im (...)
  • 36 . Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., p. 70-71.

36Niccolo de Flisco, docteur en droit romain, était un membre de la grande famille guelfe des Fieschi de Gênes ; après avoir été chassé de Gênes par le coup d’état gibelin du 27 février 1336, il était passé au service d’Édouard III et celui-ci l’utilisa pour différentes missions : en 1336, c’est lui qu’il chargeait d’armer à Gênes et dans les ports environnants tous les bateaux disponibles ; en 1338, il était désigné pour aller acheter des galères à Nice34 ; en 1340, il était venu à la cour pontificale pour traiter de la paix entre les deux rois et il y fut victime d’un incident très grave : alors qu’il attendait l’arrivée de ses collègues, il fut le 13 avril 1340 assailli dans sa chambre et emmené prisonnier ; les agresseurs s’avérèrent être des familiers de la Curie pontificale ; il ne fut libéré que le 16 juin après un énorme scandale et put reprendre sa place parmi les ambassadeurs du roi anglais alors présents à la Curie35. Le 10 avril 1341, il faisait partie des cinq plénipotentiaires chargés par Édouard III de traiter avec Philippe de Valois après le siège de Tournai ; le 28 mars 1342, il est encore désigné, en tant que professeur de droit civil, parmi les plénipotentiaires que nomme Édouard III. Les contacts anciens et étroits de la famille Fieschi avec la curie pontificale étaient évidemment de première utilité pour Édouard III36.

  • 37 . Ibid., p. 67.

37Hugues Neville enfin faisait partie des chevaliers de la maison royale passés au service du roi au cours des dix premières années du règne d’Édouard. Il était en quelque sorte le « militaire » de l’ambassade37.

  • 38 . Ibid., p. 72.

38Deux autres personnages, John Thoresby et Ralph Spigournel, qualifiés par Murimuth comme étant de moindre rang (nuncii mediocres) – ce qui se discute au moins pour le premier d’entre eux qui sera chancelier en 134938 – rejoindront la délégation anglaise le 24 novembre 1344 afin d’apporter de nouvelles instructions d’Édouard. Mais à ce moment-là, les jeux étaient déjà faits.

39Ces négociateurs anglais avaient en face d’eux des membres importants de l’entourage du roi de France : l’évêque de Clermont, le doyen de Paris, Louis d’Espagne, Louis de Poitiers, Simon de Bucy.

  • 39 . Cf. Cazelles Raymond, La Société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Par (...)

40L’évêque de Clermont, Pierre André, joue dans les années 1340 un rôle central à la chancellerie (le chancelier en titre Guillaume Flote a des tâches tellement importantes, puisqu’il est une sorte de premier ministre, qu’il ne peut s’occuper de la chancellerie dont le garde est Pierre André) ; il est issu d’une famille de bourgeois de Clermont et appartient à la « connexion » auvergnate qui entoure Guillaume Flote ; il a été chanoine de Paris avant d’être évêque de Clermont ; sa première mission diplomatique a été d’accompagner Guillaume Flote et Etienne Aubert à la cour pontificale au début de l’année 1337 ; il joue également un rôle important dans l’achat du Dauphiné39.

  • 40 . Cf. Cazelles Raymond, La Société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, op. (...)

41Le doyen de Paris est un personnage très important puisqu’il s’agit du doyen du chapitre de Paris ; il s’agit de Firmin de Cocquerel qui deviendra chancelier du roi. Il venait d’une vieille famille de bourgeois d’Amiens, il est possible que son père ait déjà servi la royauté notamment à la chambre des comptes et au Parlement dans la première moitié du XIVe siècle ; lui-même sert Philippe VI depuis déjà de longues années puisqu’il est au moins depuis 1336 régulièrement au rôle du Parlement avant de passer aux requêtes de l’hôtel à la fin de 1341 ; il a déjà été en mission à Avignon en 1342 et 1343 et il s’y rendra encore à plusieurs reprises après 1344 ; il finira chancelier-il est nommé le 5 janvier 1348-et évêque de Noyon ; il meurt le 22 novembre 134940.

  • 41 . Cf. Autrand Françoise, Naissance d’un grand corps de l’État : les gens du Parlement de Paris 1345 (...)

42Simon de Bucy était un membre du Parlement et un redoutable juriste ; fils d’un procureur au Parlement devenu plus tard, une fois veuf, clerc, il est lui-même clerc avant d’abandonner la cléricature en 1339 ; il fait une belle carrière parlementaire qui le conduit à la première présidence de la cour en 1345 ; il est réputé pour sa connaissance du droit savant (il aurait été président de l’auditoire du droit écrit) ; en 1346, il sera maître des requêtes de l’hôtel du roi et il est chargé de missions diplomatiques extrêmement importantes ; très lié au futur Jean le Bon, il sera un des très proches conseillers du souverain-le « parti royal »-qui gouverneront le royaume de façon autoritaire et peu scrupuleuse avant le désastre de Poitiers41.

  • 42 . Cazelles Raymond, La Société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, op. cit (...)
  • 43 . Ibid., p. 142.

43Constituant dans cette ambassade le groupe des laïcs « représentatifs », on trouve enfin Louis de Poitiers, comte du Valentinois, serviteur de Philippe VI-en décembre 1340, il est nommé lieutenant du roi en Languedoc42, et surtout Louis d’Espagne ou Louis de la Cerda, issu d’une branche de la famille royale de Castille évincée du pouvoir mais aussi étroitement apparentée à la famille royale française ; c’est un proche de Philippe VI qui lui a donné le comté de Talmont et la seigneurie de l’île d’Oléron avant de le faire amiral de France en mars 1341 ; en tant qu’amiral il a joué un rôle de premier plan dans la guerre de Bretagne43.

  • 44 . Sur le cardinal Pierre Roger cf., outre Cazelles Raymond, La Société politique et la crise de la (...)
  • 45 . Cf. Kervyn de Lettenhove Joseph Marie, Ouvres de Froissart. Chroniques, Bruxelles, 1867-1877, 28 (...)

44Le pape Clément VI, l’ancien abbé de Fécamp puis cardinal de Rouen Pierre Roger, à l’époque très proche conseiller de Philippe VI44, n’avait pas le rôle d’un arbitre qui aurait eu pouvoir d’imposer sa sentence aux deux parties mais il agissait en tant que « personne privée » et « ami commun » des deux parties (coram domino papa tanquam privata persona et amicabili mediatore de consensu ipsarum partium electo, écrivait le journal des ambassadeurs anglais45).

45On doit relever la différence de composition entre l’ambassade du roi d’Angleterre et celle du roi de France ; celle du roi d’Angleterre était essentiellement constituée d’une équipe soudée de juristes rompus à la pratique des négociations avec la Curie pontificale, tout particulièrement en ce qui concernait les affaires françaises ; celle du roi de France était d’un niveau social beaucoup plus élevé mais elle paraissait assez peu adaptée à la tenue de négociations véritables. On remarque tout particulièrement que la plupart des membres de l’ambassade anglaise étaient non seulement des fidèles du roi anglais mais aussi des habitués et de fins connaisseurs de la Curie pontificale. Cela confirme le fait que la volonté de négocier n’était pas la même de l’un et de l’autre côté ; Édouard III avait réellement misé sur la réussite de la négociation et il pensait que la clef de cette réussite se situait à la Curie pontificale. C’est seulement ensuite qu’il avait prévu d’envoyer à Avignon le comte de Derby et Barthélemy Burgersh, des personnages de rang équivalent à celui des membres de la délégation française, mais l’échec de la négociation, constaté au plus tard lors du conseil tenu au retour de Neville le 10 janvier 1345, l’en détourna.

  • 46 . Sur les documents diplomatiques et notamment les journaux d’ambassade, cf. Chaplais Pierre, Engli (...)

46L’important dossier de documents-correspondance entre les ambassadeurs anglais et la cour royale ; journal de l’ambassade-permet une analyse très précise du déroulement des négociations46.

47Le 19 août, Clément VI avait accordé leurs sauf-conduits aux plénipotentiaires anglais. Deux jours après, il priait Philippe VI d’envoyer sans retard les siens à Avignon. Trois semaines s’écoulèrent sans réponse. Lorsque les deux premiers plénipotentiaires anglais, Jean Offord et Neville, arrivèrent à Avignon, le 3 septembre, la délégation française n’était ni annoncée, ni partie. Finalement, la délégation française arriva le 18 octobre et les conférences s’ouvrirent le 22 octobre après les visites d’usage et la vérification des lettres de créance.

  • 47 . Cf. Autrand Françoise, « artisans de paix face à l’Etat. La diplomatie pontificale et le conflit (...)

48Compte tenu des normes de négociation, et non parce que les négociateurs n’auraient pas pu se rencontrer sans affrontement, il ne pouvait être question d’une négociation directe entre les deux parties mais il s’agissait d’une tractation que chacune des deux parties menait à tour de rôle avec le pape et éventuellement les cardinaux et dans laquelle elle exposait ses demandes, répondait aux objections et aux demandes de l’arbitre/médiateur. Il s’agissait d’une entreprise de rétablissement de la paix sous l’intercession ou la médiation d’un « artisan de paix » dans un conflit qui porte gravement atteinte au bien commun et met en péril le salut des âmes47. D’où cette négociation indirecte menée par le pape et les cardinaux non pas de façon continue et simultanée mais en faisant alterner les tractations avec chacune des deux parties.

  • 48 . Cf. Guillemain Bernard, La Cour pontificale d’Avignon 1309-1376. Étude d’une société, Paris, De B (...)
  • 49 . Reppes avait reçu en 1343 le titre de chapelain pontifical sur intervention de Derby et de la rei (...)
  • 50 . Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 1155, co (...)

49L’objet du tractatus pacis tel qu’il avait été défini par le pape était d’une part la question des attentats aux trêves en Bretagne, d’autre part et surtout le rétablissement de la paix entre les deux rois. S’ajoutait encore à cela un conflit entre la papauté et le roi d’Angleterre au sujet de matières bénéficiales ; elles avaient donné lieu à un éclat du pape Clément VI lors de l’arrivée en septembre des ambassadeurs anglais mais il s’agissait néanmoins d’une matière annexe dont nous ne parlerons pas ici48. Le cadre de ce « tractatus », on l’a vu, avait été arrangé à l’avance, dans des conversations secrètes et privées (familiariter collocuta), entre les représentants du roi d’Angleterre-essentiellement le comte de Derby et son confesseur-et le pape : il s’agissait de faire accepter par les deux parties comme un sacrifice de leur droit, au nom de la paix entre chrétiens et de la l’union sacrée contre les infidèles, le « marchandage » consistant pour le roi d’Angleterre à abandonner son titre de roi de France en échange d’une compensation adéquate. Le problème restait évidemment qu’il avait bien été dit, certes, que la compensation devait consister en argent et en terres mais sans autres précisions. Le 8 octobre par conséquent, alors que les ambassadeurs anglais étaient déjà à Avignon et que l’on attendait les ambassadeurs du roi de France, après avoir reçu le confesseur du comte de Derby, le carme John Reppes49, porteur de lettres secrètes du comte, le pape écrivait à Derby pour le presser de demander au roi qu’il lui révèle ce qu’était précisément cette compensation dont la nature n’était que suggérée (quod certe terre ac pecunie regi Anglie darentur predicto, tamen quas terras et pecunie summas sibi rex ipse dari vellet, nescivit aliquatenus explicare) ; ensuite Derby la ferait connaître secrètement au pape qui conserverait cette information sub secreto tanquam confessionis sigillo. Le pape s’engageait alors, pourvu que cette compensation concerne des choses que decentia et tolerabilia existerent, à agir sur le roi de France pour qu’il l’accepte ; lui-même, ayant l’assurance que son travail ne serait pas frustratorius vel illusorius, serait prêt à interponere solicitudinis nostre partes50. Le 17 octobre, l’ambassadeur anglais qui écrivait au roi d’Angleterre faisait état à la fois des bons espoirs du pape et de sa préoccupation que la négociation ne se fasse en vain si certaines inconnues n’étaient pas levées :

  • 51 . Kervyn de Lettenhove Joseph Marie, Ouvres de Froissart. Chroniques, op. cit., p. 211.

«… le pape ad bonement communé à moy tot plein de foits la matire secrée touchée primèrement par entre lui et monseigneur vostre cosyn le counte de Derbi à qui ledit Seint-Pière ad envoié ses bulles, et auxint à monseigneur l’eschevesques par le message Blanks [= le confesseur du comte de Derby] portour de cestes, lesqueles lettre jeo sai bien, sire, que vous serront monstrées, et contenent en effect que ledit Seint-Pière est d’entère volunté de acomplir de sa part quantque il dist autre fois audit counte, mès il désire estre certifié com en confession desqueles choses vous tendrets, sire, pur content, devant qu’il se remue, issint que l’assemblée, par là, sire, où vous savés, ne ceo fache en veyn, ne à esclaundre, que Dieu defende51 ! »

  • 52 . Ibid., p. 214-215.

50Le lendemain 18 octobre, un autre ambassadeur était encore plus précis : les « secrètes busoignes » transmises par le confesseur du comte de Derby étaient prises par le pape « molt à queor » ; il fallait simplement encore que le comte de Derby, après avoir « tasté » Édouard III, puisse indiquer au pape « come en confession » la nature de la compensation qui satisferait le roi d’Angleterre « pur quele chose prendre il se tendroit pur content » ; après quoi, le pape « tasteroit la partie adverse come en confession » ; c’était la seule méthode qui puisse permettre d’éviter que la négociation à mener ne se fasse « en veyn, à grant esclandre de ceste matire et d’aultre52 ».

51Le pape Clément VI, en tant qu’ancien négociateur du roi de France à Arras en 1338 quand il n’était encore que le cardinal-archevêque de Rouen Pierre Roger, connaissait parfaitement la problématique des négociations et ne s’engageait pas à la légère dans cette affaire et sans penser qu’il existait de bonnes chances de succès. De leur côté, les négociateurs anglais eux-mêmes, au moment où s’engageait vraiment la « tractation », n’avaient à l’évidence pas de doute sur l’attitude positive du pape. La négociation secrète, protégée par le secret de la confession, qui avait précédé la tractation officielle paraissait avoir été quasiment menée à bien. Certes, le problème était que la tractation secrète avait laissé dans l’ombre un aspect essentiel : pour le roi d’Angleterre, cette contrepartie devait être la reconnaissance de sa souveraineté sur le duché d’Aquitaine ; mais le caractère aussi inacceptable pour le roi de France qu’absolument vital pour le roi d’Angleterre de cette demande n’était pas encore apparu ; en apparence il ne subsistait qu’un dernier pas à accomplir, préciser la nature de la compensation en échange de laquelle Édouard III était prêt à renoncer au titre de roi de France et l’on pourrait mettre en scène le rituel de réconciliation publique que serait la tractation officielle entre les deux adversaires sous intercession pontificale.

  • 53 . Ibid., p. 221.
  • 54 . Ibid., p. 237.
  • 55 . Ibid., p. 239-240.

52Le vendredi 22 octobre, les ambassadeurs anglais écoutèrent un sermon du pape sur la nécessité de la paix et ils furent invités à réfléchir aux moyens de réaliser cette paix et à venir les exposer quelques jours plus tard. Le dimanche 24 octobre puis le mardi 26 octobre, les ambassadeurs anglais furent donc priés par le pape de dire ce qu’ils proposaient pour le rétablissement de la paix. Ils répondirent qu’ils n’avaient rien à proposer car leur demande était celle du royaume de France : « Seint-Pière, vous savets bien nostre demande, quele est assets connue, c’est assavoir le roiaume de Ffrance come le droit nostre seigneur le roi53 » ; ils souhaitaient pouvoir exposer la « droiturel querel » du roi anglais, ut mundus sciat et agnoscat quod dominus noster praedictus non prosequitur nisi jus suum et justum54 ; ils étaient seulement prêts à écouter ce que le pape avait à leur proposer au service du rétablissement de la paix. Le pape constata alors le blocage de la négociation car les ambassadeurs français voulaient de leur côté reprendre la question de Guyenne sur la base des paix anciennes passées entre les deux rois. Les ambassadeurs anglais déclarèrent que cela renvoyait à une situation-celle où le roi d’Angleterre était en tant que duc de Guyenne vassal du roi de France-qui était désormais caduque depuis que le roi d’Angleterre revendiquait légitimement la couronne de France. Le pape répondit alors aux ambassadeurs anglais qu’il avait bien fait savoir aux Français que cette demande devait être prise au sérieux quod petitio vestra de regno Ffranciae non est facta sine colore, nec sine magno consilio55 ; il fit alors sortir les cardinaux et demanda aux négociateurs anglais s’ils étaient prêts à examiner sérieusement et en secret une proposition de règlement de paix. On était arrivé au moment ultime et décisif de la « négociation » secrète préalable à l’ouverture du grand rituel de réconciliation : il s’agissait de déterminer la compensation pour laquelle le roi anglais pourrait abandonner sa revendication du trône de France. Les ambassadeurs répondirent de fait qu’ils n’avaient toujours comme seule demande que celle du royaume de France mais qu’ils voulaient bien écouter ce que le pape avait à leur proposer. Officiellement, les ambassadeurs anglais ne démordent pas de la revendication du titre royal, mais ils font savoir discrètement qu’ils sont prêts à écouter une proposition, bref à accepter un marchandage, tout en ayant bien soin de dire haut et fort qu’aucun marchandage au sujet de la couronne de France n’est possible. C’est à ce moment-là que les ambassadeurs écrivent au roi et, à ce stade de la négociation, ils expriment leur bon espoir quant à la suite ; à l’évidence, les choses ont suivi le cours prévu et convenu entre le comte de Derby et le pape, puis entre le confesseur du comte et le pape, au cours de leurs conversations « privées ».

53Une nouvelle réunion était prévue pour le 28 octobre et c’est ce jour-là que l’on devait donc entrer en quelque sorte dans le vif du sujet en traitant des propositions concrètes de rétablissement de la paix que les deux parties seraient susceptibles d’accepter. Toutefois, ce même 28 octobre, avant de convoquer les ambassadeurs anglais, Clément VI eut avec les ambassadeurs français un entretien qui dura plusieurs heures. Puis il fit dire au doyen de Lincoln que des occupations multiples et des affaires urgentes l’empêchaient de diriger personnellement les débats ; il chargeait par conséquent les cardinaux de le remplacer auprès des parties et de le mettre au courant des éventualités ou des difficultés qui se présenteraient. Il demanda aux Anglais s’ils préféraient traiter avec les six cardinaux ou seulement avec les deux qui avaient été en Bretagne, le doyen de Lincoln répondit que ça lui était égal. Ce sont finalement les deux cardinaux Pierre Després, cardinal évêque de Palestrina et Annibaldo Caetani da Ceccano, cardinal évêque de Frascati-c’est-à-dire ceux qui avaient arrangé la trêve de janvier 1343 à Malestroit-qui furent choisis pour diriger ces négociations.

54Pourquoi Clément VI s’est-il retiré au moins momentanément de la négociation ? Il est bien probable que Clément VI avait demandé aux ambassadeurs français si l’abandon de l’Aquitaine en toute souveraineté était acceptable pour eux. Le refus avait été clair et net. Le pape, ne pouvant mettre son honneur en jeu dans une négociation dont les chances de succès s’estompaient, s’éloignait de la négociation et laissait les cardinaux la mener.

  • 56 . Ibid., p. 242.
  • 57 . Ibid., p. 245.
  • 58 . Ibid., p. 244.

55Après que le 3 novembre les cardinaux avaient eu un entretien avec la partie française, ils passèrent le jeudi 4 novembre aux ambassadeurs anglais ; ils tentèrent de revenir sur le terrain des paix antérieures et sur le règlement de la question de Guyenne en rappelant l’hommage d’Amiens. Mais les ambassadeurs anglais virent bien le piège-s’ils acceptaient, ils renonçaient au trône de France-et ils signifièrent clairement que la situation avait changé puisque désormais le roi d’Angleterre se considérait comme roi de France légitime (demum dictum fuit per partem nostram quod nullo modo de dicto ducatu, tanquam de ducatu nobis ut duci competente loqui vellemus in hoc tractatu quia petitioni nostrae de regno repugnaret et in hoc foremus nos nobis ipsi contrarii56). Les cardinaux firent alors remarquer que cette attitude condamnait tout espoir de règlement ce qui conduisit les ambassadeurs anglais à laisser entendre qu’ils étaient disposés à laisser dormir la question dynastique et qu’éventuellement, il serait alors possible de trouver une solution qui pourrait conduire le roi anglais à renoncer à ce qui était son droit au profit de la paix. Les ambassadeurs anglais avaient été le plus loin possible pour laisser entendre qu’ils étaient prêts à un marchandage tout en protestant officiellement qu’ils ne voulaient que la couronne de France. L’un des deux cardinaux fit mine d’interpréter ces paroles comme une déclaration de la partie anglaise d’être prête à se satisfaire en Guyenne d’un retour à la situation qui prévalait au temps d’Édouard II avant la guerre de SaintSardos en 1324. Les ambassadeurs anglais répondent alors immédiatement qu’ils ne sont prêts-en tant que res partialis cooperativa ad pacem ! – à envisager qu’un arrangement dans lequel Édouard obtiendrait le duché sans vassalité et sans reconnaissance de la souveraineté du roi de France. Ensuite, il serait possible de parler du reste. Les cardinaux firent remarquer qu’ils avaient songé à cette solution et qu’ils avaient bien le sentiment qu’il n’y aurait jamais la paix tant qu’il y aurait entre les deux rois ce rapport de souveraineté/sujétion, mais la Guyenne ne pouvait, à leur avis, être séparée du royaume de France ; même si le roi actuel l’acceptait, le droit s’y opposerait et les habitants eux-mêmes refuseraient d’accepter. Les ambassadeurs anglais contestèrent ce raisonnement ; en tout état de cause, en traitant du statut de la Guyenne ils ne traitaient à leurs yeux que d’une materia partiali pacis tractandae, stante altercatione hujus indecisa57. Les cardinaux firent d’autres propositions : la cession de tous les biens des Hospitaliers en Angleterre ; la cession de l’Écosse au roi d’Angleterre ; la proposition d’un dédommagement en argent ; celle d’un mariage franco-anglais.... toutes furent rejetées sans aucune hésitation par la partie anglaise, entre autres au motif qu’accepter une compensation située dans son propre royaume serait un déshonneur pour le roi d’Angleterre quia ipse prosequitur jus suum ad regnum Ffranciae tanquam jus suum haereditarium, et si illud haberet dimittere post tot et tales labores ac impensas pro aliquibus proficuis habendis infra regnum proprium, non foret sibi honorificum58 ; il ne fallait pas confondre le roi d’Angleterre avec un « bonus negotiator » auquel on proposait du vil argent en échange de son droit au noble royaume de France. Durant cette discussion, les ambassadeurs anglais devraient également avoir compris qu’ils n’obtiendraient pas satisfaction ; il ne leur restait plus désormais qu’à rétablir l’honneur du roi anglais que leur facilité à laisser entendre qu’ils pourraient accepter un compromis pouvait peut-être avoir mis en danger.

56La reprise des négociations eut lieu le dimanche 7 novembre et se poursuivit le 8 novembre ; cette interruption avait laissé le temps aux cardinaux de discuter avec la partie française. Les cardinaux demandèrent aux ambassadeurs anglais ce qu’ils pensaient des « voies » dont il avait été question. Ceux-ci répliquèrent qu’elles étaient toutes déjà écartées par les objection faites en séance, sauf le duché de Guyenne. Les cardinaux remirent donc en jeu la question de Guyenne sous la forme du problème de la réparation des différends qui opposaient en Guyenne les deux rois, mais ils se heurtèrent d’emblée aux protestations des ambassadeurs anglais qui firent valoir que la question de Guyenne n’était pas du tout responsable de la guerre mais que celle-ci avait été provoquée par l’usurpation du royaume de France par Philippe de Valois ; c’est donc ce point là qui devait être traité prioritairement. Les cardinaux firent alors une série d’objections à cette réponse des ambassadeurs : la titulature du roi d’Angleterre montrait bien qu’il n’avait revendiqué le royaume de France que très tardivement et que c’était donc la question de Guyenne qui avait déclenché cette guerre. Les ambassadeurs anglais nièrent résolument cette affirmation et firent valoir que, dès le couronnement de l’« adversaire de France » des représentants du roi d’Angleterre avaient énergiquement protesté, malgré les menaces, contre le fait que les droits de leur maître étaient bafoués. Les cardinaux évoquèrent alors l’hommage prêté par le roi d’Angleterre (la cérémonie d’Amiens en 1329) et la confirmation ultérieure de cet hommage en tant qu’hommage lige (13 avril 1331). Les ambassadeurs anglais répondirent qu’ils seraient en mesure de réduire à néant cette objection dès que la discussion s’engagerait vraiment. Depuis 1340 au plus tard, la partie anglaise disposait de fait d’un dossier juridique solide légitimant le droit d’Édouard à la couronne royale. Les cardinaux leur firent alors observer que les représentants du roi de France refusaient absolument que l’on discute du droit de propriété de leur maître sur le royaume dont il a la possession. On revint encore une fois à la Guyenne, que le duché redevînt d’abord un alleu et l’on pourrait traiter du reste. Les cardinaux opposèrent comme précédemment le principe de l’inaliénabilité. La solution d’un mariage entre un prince anglais et une fille de France qui recevrait le duché fut refusée avec hauteur par les ambassadeurs : le roi y perdrait tout. Le 10 novembre, les ambassadeurs anglais confirmèrent leur refus d’accepter quelque compensation que ce soit pour la Guyenne.

57Le pape reprit l’initiative le 20 novembre en convoquant les deux parties non pas pour qu’elles discutent et négocient ensemble, mais pour qu’elles écoutent un sermon de reproches sur la manière dont elles se comportaient dans ces négociations en évitant les déclarations claires, en cachant leurs véritables buts et intentions. Il invitait donc les parties à venir lui parler en secret de façon à lui révéler leurs vraies intentions, à abattre vraiment leurs cartes, se aperire une bonne fois pour toutes. Il fallait enfin achever cette négociation secrète pour pouvoir passer au grand rituel de réconciliation. Mais dans l’entretien qu’il eut avec les Anglais, on continua à évoquer les mêmes arguments et les mêmes propositions ; le pape ne put pas cacher aux ambassadeurs anglais que la partie française n’envisageait en aucune façon de renoncer à la souveraineté royale sur quelque partie que ce soit du royaume de France. La voie de paix se révélait clairement une impasse et les ambassadeurs anglais n’avaient désormais plus qu’un souci : rentrer en Angleterre au plus vite. C’est à ce moment-là, fin novembre, que Hugh Neville emmena avec lui, alors qu’il rentrait en Angleterre en principe pour chercher de nouvelles instructions, le journal des négociations que les ambassadeurs avaient tenu du 22 octobre au 29 novembre 1344.

  • 59 . Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 1304-130 (...)
  • 60 . Ibid., n° 1304-1305.

58Le 6 décembre, alors qu’il était clair que la conférence avait échoué, le pape écrivait encore aux deux rois pour tenter de relancer les négociations embourbées59 : il avait fait en sorte qu’un conseiller de chaque roi se rende chez son maître pour obtenir de nouvelles instructions et surtout de faire connaître par ce biais au pape secrete tue intentionis pium in hac parte pro- positum nobis, qui ea sub secreto quasi confessionis sigillo tenebimus60, et le 12 décembre encore, le pape tenta une ultime offensive de grande ampleur, écrivant à la fois au comte de Derby, à l’archevêque de Cantorbéry Stratford et surtout au roi d’Angleterre lui-même pour le prier de révéler sous le sceau de la confession ce qu’il voulait véritablement.

59Cet ultime effort fut vain. L’échec des conférences était patent et, sous prétexte d’aller consulter leur maître et chercher de nouvelles instructions, les ambassadeurs rentrèrent petit à petit chez eux malgré les efforts du pape pour les retenir. Hugh Neville, qui était parti le premier, revint en Angleterre peu après Noël ; il fit le 10 janvier son rapport devant le conseil anglais qui eut ainsi confirmation de l’échec de la négociation. Bateman quitta ensuite Avignon ; Fieschi se rendit en Italie et finalement, au début mars, Jean d’Offord quitta à son tour Avignon. Le 17 janvier le conseil anglais avait certes accepté que Derby et Barthélemy de Burgersh se rendraient à Avignon pour éviter la rupture des négociations mais il n’en fut rien.

  • 61 . Par exemple : si vellent (les ambassadeurs du roi de France) quod dictum ducatum habere et tenere (...)

60Nous voyons la conférence d’Avignon avant tout à travers le récit des ambassadeurs anglais et il apparaît clairement que la partie anglaise suit une stratégie à la fois prudente, obstinée et très consciente de ce qu’elle veut obtenir. La position anglaise est celle de tout plaideur ou de tout plaignant injustement lésé et qui demande réparation par tous les moyens qui s’offrent à sa disposition : la voie de guerre, la voie de justice, la voie de composition amicale. Le roi anglais en effet réclame le « sien », ce qui lui a été injustement enlevé. Il s’agit, depuis 1337, du royaume de France dont il est le légitime héritier. Il s’agit d’une « droite querelle » et l’on doit lui faire justice. Arc-boutés sur cette position, leur jeu est de pousser le pape et la partie adverse à s’aventurer à faire des propositions avantageuses sur le statut de la Guyenne-celle-ci redeviendrait un alleu : ce qui est à l’évidence leur but ultime, et ils le laissent plusieurs fois clairement paraître en se montant même intéressés par une autre compensation territoriale possible61 – tout en se gardant soigneusement de dire explicitement que le roi anglais serait prêt à renoncer à la couronne de France car cela ruinerait leur position de plaideur qui demande réparation pour ses droits lésés. Leur correspondance avec le roi indique qu’ils ont pendant un temps pensé qu’ils obtiendraient ce qu’ils voulaient.

  • 62 . Lettre d’un des ambassadeurs anglais au roi : « et adonques le pape comand les dits cardinals se (...)
  • 63 . Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 1155, co (...)

61Le pape lui aussi semble avoir longtemps pensé qu’il serait possible de parvenir à un traité si seulement il parvenait, en leur promettant le secret62, à persuader les deux parties de lui dire clairement ce qu’était vraiment leur revendication essentielle ; son honneur également était engagé dans cette négociation, c’est pourquoi il avait écrit à plusieurs reprises au comte de Derby et au roi d’Angleterre, le 8 octobre et le 12 décembre 1344, qu’il ne serait pas conforme à honori nostro et negociorum ipsorum commodo qu’il convienne d’un lieu où le pape, la partie anglaise et sans doute aussi la partie française entérineraient officiellement, au nom de la paix et de la concorde entre chrétiens et de la nécessaire croisade contre les Turcs infidèles, les concessions nécessaires au rétablissement de la paix entre les deux rois63. Il restait à parachever auparavant la préparation secrète de ce marchandage ; celle-ci paraissait pourtant bien proche au pape et il reprochait aux parties de l’empêcher en restant clausi, en refusant d’aperire sous le secret de la confession ce qu’étaient leurs véritables buts. Il leur reprochait de ne pas véritablement jouer le jeu de la négociation secrète qui devait précéder la mise en scène du grand rituel de réconciliation dont le pape se chargerait.

  • 64 . Ibid., p. 237 : demum post aliqua verba dixit dominus papa quod nuntii partis adversae nullo modo (...)
  • 65 . Nec et rem consentirent nuntii Ffranciae quod jus domini sui in regno quod possidet, poneretur in (...)

62La position de la partie française ne nous apparaît qu’à travers les réponses des cardinaux telles qu’elles sont elles-mêmes transcrites par les envoyés anglais ; cela suffit pour la voir clairement se dessiner : refus absolu d’évoquer la question de la légitimité du titre royal de Philippe VI car s’engager dans une telle discussion serait laisser entendre que la légitimité de Philippe VI peut être remise en cause64. En ce qui concerne la Guyenne, la partie française entendait en rester au schéma ancien concernant les négociations sur la Guyenne : il fallait mener des négociations sur l’application des paix déjà conclues et sur la réparation des attentats aux trêves, ce qui voulait dire reprendre les « procès » de Montreuil, Périgueux, Agen etc. Les représentants du roi de France continuaient à vouloir enfermer la partie anglaise dans la posture du vassal face à son seigneur. Ils avaient cependant, naturellement, perçu le changement de stratégie des ambassadeurs anglais et ils en voyaient bien le danger. Ils savaient que s’ils admettaient que l’on pouvait même simplement discuter de la question dynastique, tout le jeu diplomatique français était mis en péril, et ils ne voulaient donc en aucun cas le faire ; en même temps, ils voyaient bien que la stratégie anglaise était de les mettre mal à l’aise sur la question dynastique pour obtenir des concessions sur le statut territorial de la Guyenne et ils pouvaient craindre que la curie pontificale ne leur conseille des concessions à ce sujet dans l’espoir de parvenir au rétablissement de la paix. Il leur fallait donc avancer des arguments permettant de faire face aux demandes anglaises. La nature de ces arguments, telle qu’on les devine à travers le journal anglais, montre l’influence des membres du Parlement qui tiennent le haut du pavé dans la diplomatie du roi de France à cette époque ; ce sont des arguments de juristes rompus au droit savant. Au sujet du statut de la Guyenne, ils mettent en avant l’inaliénabilité de toute partie du royaume : même si le roi le voulait, il ne le pourrait pas... il est donc inutile de faire cette demande. Au sujet de la question de l’attribution du royaume de France à son légitime propriétaire, on voit aussi affleurer une subtile argumentation de juriste lorsque les cardinaux font allusion au refus de la partie française de discuter au petitoire (la question de la propriété) la question du royaume de France mais seulement au possessoire, débat dans lequel ils sont sûrs de gagner car ils peuvent arguer d’une longue possession du royaume non contestée-d’où l’importance de montrer que le roi anglais non seulement a fait hommage mais pendant longtemps n’a rien réclamé du tout ; celle-ci entraîne l’attribution de la propriété en droit savant comme en droit coutumier65.

63Ainsi, si l’on résume, en octobre 1344, à la veille des négociations, Clément VI avait pensé toucher au but après que, à sa demande, le comte de Derby, l’homme de confiance d’Édouard, était venu en juin 1344 lui parler de manière purement privée, familiariter et secrete, sous le prétexte de dévotion, et que le comte lui avait fait savoir que le roi anglais était prêt à une compensation en échange de l’abandon du titre royal. Le problème était d’une part que la compensation était le duché d’Aquitaine en toute souveraineté, ce que les ambassadeurs du roi de France n’avaient en 1344 nullement l’intention d’accepter, que les ambassadeurs anglais sont précisément restés clausi et que, malgré les pressions du pape et des cardinaux, ils ont toujours refusé de dire ouvertement qu’Édouard était prêt à renoncer à la revendication du royaume de France.

64Avignon fut donc un échec douloureusement ressenti par le pape Clément VI qui en attribua la responsabilité au roi d’Angleterre.

  • 66 . Cf. Offenstadt Nicolas, Faire la paix au Moyen Âge, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 139 sq.

65Quoi qu’il en soit, les négociations avaient échoué et le roi d’Angleterre était donc contraint de reprendre la voie de guerre puisque l’on refusait de faire droit à sa juste demande de réparation ; il le fit savoir hautement et entama en 1345 une nouvelle campagne de lettres, notamment dans son royaume, qui dénonçait à nouveau Philippe VI comme le perturbateur de la paix, refusant toute entente pour la paix de la Chrétienté, et ceci malgré les sacrifices envisagés par Édouard III pour atteindre cet objectif. Édouard s’adressa également aux ordres mendiants d’Angleterre pour qu’ils répandent dans leurs sermons le même discours66.

V

66L’exemple de ces négociations d’Avignon en 1344 nous montre très concrètement les difficultés de l’entreprise consistant à « négocier pour concilier ». Une telle négociation avait principiellement pour but de permettre la révélation du bon droit de l’une des parties et non de mener à une transaction devant satisfaire l’une et l’autre partie. Concrètement, cela conduisait ces négociations à des impasses obligées. Dans le cas précis de la négociation à mener entre le roi d’Angleterre et le roi de France, cette hypothèque centrale qui portait sur toute négociation était portée à son paroxysme ; les deux parties ne pouvaient normalement pas mener de tractation car le roi d’Angleterre avait choisi de faire porter sa revendication sur le trône royal français lui-même ; le roi français ne pouvait accepter d’entrer en négociations à ce sujet sous peine de laisser entendre qu’il admettait que sa légitimité royale puisse être remise en cause.

67Malgré tout, à Avignon à la fin de l’année 1344, la négociation eut lieu et deux au moins des trois parties engagées dans cette affaire ont pensé qu’elle pouvait conduire à un succès. Pour contourner l’impossibilité d’organiser cette négociation, il existait en effet une solution, celle de la tractation indirecte menée par l’intermédiaire d’un médiateur, le pape en l’occurrence, chargé de discuter avec chacune des deux parties et de les convaincre au nom de la paix d’accepter un arrangement proposé par lui-même susceptible de les faire renoncer à une partie de leur droit. Cet arrangement pour être viable ne pouvait bien sûr qu’être le résultat d’un marchandage acceptable par les deux parties mais celles-ci, sous peine de perdre leur honneur, ne pouvaient le laisser présenter comme tel mais seulement comme un sacrifice douloureux de leur droit intangible au nom de la paix et de la nécessaire union des Chrétiens. La solution de ce problème passait par la conversation familière et secrète qui permettait aux parties de nier s’être engagées dans quelque négociation sordide où elles auraient bradé leur droit. Le marchandage lui-même pouvait bien n’être plus qu’un secret de polichinelle. L’honneur était sauf.

68Telle était la ligne poursuivie avec constance par Édouard III. À Avignon, il était parvenu d’une certaine manière à la mettre en ouvre pour la première fois. Certes, encore sans succès cette fois car le contexte n’était pas encore mûr mais la stratégie qui consistait à « échanger » le droit à la couronne de France contre une Aquitaine en pleine souveraineté était désormais parfaitement rôdée. Négocier était possible.

69On sait qu’après avoir failli réussir à Guines-Avignon en 1354-1355, cette stratégie de négociation aurait dû être couronnée de succès avec le traité de Brétigny-Calais en 1360. Il n’en sera rien en fait et ceci du fait du roi d’Angleterre Édouard III qui, après avoir fait repousser l’échange des renonciations, du roi de France à la souveraineté sur le duché d’Aquitaine et du roi d’Angleterre à la couronne de France, refusera finalement avec constance d’y procéder. La seule explication que l’on puisse avancer à ce fait étonnant peut en fait déjà se découvrir, mais seulement en filigrane, dans le compte-rendu des négociations d’Avignon : malgré toutes les précautions dont on entourerait la proclamation du « marché » conclu entre les deux parties, l’honneur d’Édouard III ne serait-il pas compromis par sa renonciation au trône de France ? N’était-ce pas là le talon d’Achille de la redoutable stratégie négociatrice mise en ouvre par le roi d’Angleterre depuis le 7 octobre 1337 ? Mais ceci est un autre thème qui nous entraînerait trop loin du palais des papes à Avignon en 1344.

Notes

1 . Citons parmi les travaux qui ont joué un rôle moteur L’Invention de la diplomatie. Moyen Âge-Temps modernes, Bély Lucien (dir.), avec le concours d’Isabelle Richefort, Paris, PUF, 1998 ; L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Bély Lucien (dir.), avec le concours d’Isabelle Richefort, Paris, PUF, 2000 ; Autrand Françoise, Contamine Philippe, « Les fondements de la diplomatie moderne », in Allain Jean-Claude, Autrand Françoise, Bély Lucien et alii, Histoire de la diplomatie française, Paris, Librairie académique Perrin, 2005, p. 82-119.

2 . Sur la revendication d’Édouard III, cf. en dernier lieu Taylor Craig, « Edward III and the Plantagenet Claim to the French Throne », in The Age of Edward III, Bothwell John. S. (dir.), Bury St. Edmunds, York Medieval Press, 2001, p. 155-169.

3 . Cf. Moeglin Jean-Marie, « et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne », in Negociar en la edad media/Négocier au Moyen Âge, Ferrer Mallol Maria Teresa, Moeglin Jean-Marie, Péquignot Stéphane et Sanchez Martinez Manuel (dir.), Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 2005, p. 5-26 ; cf. aussi Felten Franz J., « Verhandlungen an der Kurie im frühen 14. Jahrhundert. Spielregeln der Kommunikation in konfliktgeladenen Beziehungsnetzen », in « Das kommt mir spanisch vor ». Eigenes und Fremdes in den deutsch-spanischen Beziehungen des späten Mittelalters, Herbers Klaus et Jaspert Nikolaus (dir.), Münster-Hambourg-Berlin-Vienne-Londres, Lit, 2004, p. 411-474.

4 . Cf. Cuttino George P., English diplomatic administration 1259-1339, Oxford, Oxford University Press, 1971, p. 92.

5 . Dupuy Pierre, Histoire du différend d’entre le pape Boniface VIII et Philippes le Bel, Paris, 1655, « Preuves », p. 21-23, ici p. 22.

6 . Benoit XII. Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, Daumet Georges (éd.), Paris, E. de Boccard, 1920, n° 264. Cf. aussi Chaplais Pierre, « La souveraineté du roi de France et le pouvoir législatif en Guyenne au début du XIVe siècle », in Le Moyen Âge, n° 69, 1963, p. 449-469 (repris dans Chaplais Pierre, Essays in medieval diplomacy and administration, Londres, Hambledon Continuum, 1981) ; Chaplais Pierre, « Le règlement des conflits internationaux franco-anglais au XIVe siècle (1293-1377) », in Le Moyen Âge, n° 57 (1951), p. 269- 302 (repris dans Chaplais Pierre, Essays in medieval diplomacy and administration, op. cit.).

7 . Cf. Moeglin Jean-Marie, « Strukturelle Aspekte der spätmittelalterlichen Diplomatie. Die Verhandlungsnormen während des Hundertjährigen Kriegs », in Aus der Frühzeit europäischer Diplomatie. Zum geistlichen und weltlichen Gesandschaftswesen vom 12. bis zum 15. Jahrhundert, Zey Claudia et Märtl Claudia (éd.), Zurich, Chronos, 2008, p. 255-275.

8 . Cf. le médiocre article d’Eugène Déprez, « La conférence d’Avignon (1344). L’arbitrage pontifical entre la France et l’Angleterre », in Essays in Medieval History presented to Thomas Frederick Tout, Little A. G., Powicke F. M. (dir.), Manchester, 1925, p. 301-320 ; cf. aussi Sumption Jonathan, The Hundred Years War, Vol. 1 : Trial by Battle, Londres-Boston, Faber and Faber, 1990, p. 436-444 et surtout Plöger Karsten, England and the Avignon Popes. The Practice of Diplomacy in Late Medieval Europe, Oxford, Legenda, 2005, notamment p. 30-36, 203-208.

9 . Cf. Sumption Jonathan, The Hundred Years War, Vol. 1 : Trial by Battle, op. cit., p. 239-240, 276.

10 . Daumet Georges, Benoit XII. Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 644, col. 388-390, ici col. 390.

11 . Ibid., n° 787, col. 485-486.

12 . Édition in extenso dans Chaplais Pierre, English Medieval Diplomatic Practice, Part I, 1-2, Londres, 1982, I/2, p. 435-452 ; les registres pontificaux conservent à la date de 1340 une cédule qui résume sans apparat juridique cette argumentation, cf. Benoit XII. Lettres closes, patentes et curiales intéressant les pays autres que la France, Vidal Jean-Marie, Mollat Guillaume (éd.), Paris, 2 volumes, 1913-1950, vol. 2 bis, n° 2982, col. 125-130.

13 . Daumet Georges, Benoit XII. Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 800, col. 491-492.

14 . Ibid., n° 801, col. 492-497.

15 . Cf. Sumption Jonathan, The Hundred Years War, Vol. 1 : Trial by Battle, op. cit., p. 370-454.

16 . The Parliament Rolls of Medieval England, Given-Wilson C., Brand P., Curry A., Horrox R. E., Martin G., Ormrod W. M., Phillips J. R. S. (éd.), Londres, Boydell Press, 2005, Vol. IV : Edward III-1327-1348, Phillips Seymour et Ormrod Mark (éd.), p. 331. Sur l’aspect financier des demandes royales cf. Harris G. L., King, Parliament, and Public Finance in Medieval England to 1369, Oxford, 1975, notamment p. 314-320.

17 . Fowler Kenneth A., The King’s Lieutenant. Henry of Grosmont, First Duke of Lancaster, 1310-1361, Londres, 1969.

18 . Rymer Thomas, Foedera, conventiones, litterae et cujuscumque generis acta publica inter reges Angliae et alios quosvis imperatores, reges, pontifices, principes vel communitates, 4e édition par Clarke A. et Holbrooke F., Londres, 1816-1869, t. II, 2, p. 1231-1232.

19 . Clément VI (1342-1352), Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, Déprez Eugène, Glénisson Jean, Mollat Guillaume (éd), Paris, De Boccard, 1910-1962, n° 450 : advenisset nobis in magne consolationis et exultationis augmentum, si, ut desideriis prestolabamur intensis, tua venisset ad Sedem apostolicam nobilitas et interfuisset in hiis que cepta sunt super tractatu reformande Deo placibilis et toti christianitati perutilis mutue concordie inter carissimos in Christo filios nostros Francie et... Anglie reges illustres…

20 . Cf. Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., p. 32, 235

21 . Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 864.

22 . Le 13 juin, Clément VI annonçait qu’il allait retourner en Angleterre ; ibid., n° 899.

23 . Sumption Jonathan, The Hundred Years War, Vol. 1 : Trial by Battle, op. cit., p. 436 : « The second occasion was even more absurd. The English government had announced to the Pope on 12 May 1344 that their delegation would be ready at Avignon in june. When the time came the Earl of Derby duly appeared but only, he said, in his private capacity and for’devotional reasons’. The dukes of Normandy and Burgundy and the Chancellor of France, Guillaume Flote, who were there in their public capacities, hat to listen as lesser English functionaries explained that they were without instructions. After a while, the two dukes left. Flote stayed until early August when he too left. Derby’s visit was not, however, a complete waste of time, for he had a number of lengthy and apparently productive private discussions with the Pope. In the course of these Clement offered both inducements and threats to bring the English to the conference table. Exactly what he said has not been recorded, but it was sufficiently compelling to persuade the English King’s Council in July 1344 that it was necessary to through the motions of participating in the conferences... »

24 . Les renseignements viennent d’une part de la lettre envoyée par le pape au comte de Derby le 8 octobre 1344 (Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 1155), d’autre part de la réponse outragée que le pape fait au début d’août 1345 (Rymer Thomas, Foedera, conventiones, litterae..., op. cit., III, 1, p. 53-55) au roi d’Angleterre en lui rejetant la responsabilité de l’échec des négociations.

25 . Cf. Dubois Henri, « voyage princier au XIVe siècle », in Voyages et voyageurs au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 71-92, ici p. 84, 87, 89, 90 ; cf. aussi Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., p. 57, note 70.

26 . The Parliament Rolls of Medieval England, op. cit., t. IV, passim p. 362-372.

27 . Adae Murimuth continuatio chronicarum. Robertus de Avesbury de gestis mirabilibus regis Edwardi Tertii, Maunde Thompson Edward éd., Londres, Eyre and Spottiswoode, 1889, p. 158-159.

28 . Dictionary of national biography, op. cit., vol. XIV, p. 901-902.

29 . Cf. Clark John W., « Bishop Bateman », in Proceedings of the Cambridge Antiquarian Society 9, n. s. 3 (1894-1898), p. 297-336 ; Thompson Alexander H., « William Bateman, Bishop of Norwich, 1344-1355 », in Norfolk and Norwich Archaaelogical Society, n° 25 (1933-35), p. 102-137 ; cf. également Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., passim.

30 . Cité par The Register of William Bateman, bishop of Norwich 1344-1355, Pobst Phyllis E. (éd.), Bury St. Edmunds, Canterbury & York Society, 1996, t. I, p. XVI.

31 . Cf. l’article de Roy Martin Haines, in Oxford Dictionary of National Biography, 2004.

32 . Cf. Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., p. 71.

33 . Ibid., p. 92.

34 . Cf. Déprez Eugène, Les Préliminaires de la Guerre de cent ans. La papauté, la France et l’Angleterre (1328-1342), Paris, Bibliothèque des Ecoles Françaises d’Athènes et de Rome, 1902, p. 134 ; à nouveau en 1338 il doit acheter pour le roi d’Angleterre des galères à Nice.

35 . Plöger Karsten, « Entführung des Fieschi zu Avignon (1340). Zur Entwicklung der diplomatischen Immunität in der Frühphase des hundertjährigen Kriegs », in Francia, n° 30/1 (2003), p. 73-105.

36 . Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., p. 70-71.

37 . Ibid., p. 67.

38 . Ibid., p. 72.

39 . Cf. Cazelles Raymond, La Société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, Librairie d’Argences 1958, notamment p. 221-222 ; cf. aussi Gane Robert, Le Chapitre de Notre Dame de Paris au XIVesiècle. Étude sociale d’un groupe canonial, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1999, p. 273.

40 . Cf. Cazelles Raymond, La Société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, op. cit., notamment p. 220-224, et Gane Robert, Le Chapitre de Notre Dame de Paris au XIVe siècle..., op. cit., notamment p. 303-305.

41 . Cf. Autrand Françoise, Naissance d’un grand corps de l’État : les gens du Parlement de Paris 1345-1454, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, notamment p. 57-59.

42 . Cazelles Raymond, La Société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, op. cit., p. 339.

43 . Ibid., p. 142.

44 . Sur le cardinal Pierre Roger cf., outre Cazelles Raymond, La Société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, op. cit., Wrigley John E., « Clement VI before his pontificate. The early life of Pierre Roger (1290/1-1342) », in Catholic Historical Review, n° 56, 1970, p. 433-473.

45 . Cf. Kervyn de Lettenhove Joseph Marie, Ouvres de Froissart. Chroniques, Bruxelles, 1867-1877, 28 volumes, t. 18, Pièces justificatives, p. 235.

46 . Sur les documents diplomatiques et notamment les journaux d’ambassade, cf. Chaplais Pierre, English Medieval Diplomatic Practice, op. cit. ; cf. également Autrand Françoise, « Col, un “conseiller diplomatique” de Charles VI », in Arras et la diplomatie européenne XVe-XVIe siècle, Clauzel Denis, Giry-Deloison Charles, Leduc Christophe (dir.), Arras, Artois Presses Université, 1999, p. 27-45, ici p. 31

47 . Cf. Autrand Françoise, « artisans de paix face à l’Etat. La diplomatie pontificale et le conflit franco-anglais au XIVe siècle », in Guerre et concurrence entre les Etats européens du XIVe au XVIIIe siècle, Contamine Philippe (dir.), Paris, PUF, 1998, p. 305-337.

48 . Cf. Guillemain Bernard, La Cour pontificale d’Avignon 1309-1376. Étude d’une société, Paris, De Boccard, 1962, p. 125-126 et surtout Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., notamment p. 43-48.

49 . Reppes avait reçu en 1343 le titre de chapelain pontifical sur intervention de Derby et de la reine Isabelle ; il sera également employé par le pape pour diverses missions diplomatiques relatives au conflit entre les deux rois (cf. Plöger Karsten, England and the Avignon Popes, op. cit., p. 89).

50 . Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 1155, col. 220-221.

51 . Kervyn de Lettenhove Joseph Marie, Ouvres de Froissart. Chroniques, op. cit., p. 211.

52 . Ibid., p. 214-215.

53 . Ibid., p. 221.

54 . Ibid., p. 237.

55 . Ibid., p. 239-240.

56 . Ibid., p. 242.

57 . Ibid., p. 245.

58 . Ibid., p. 244.

59 . Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 1304-1305.

60 . Ibid., n° 1304-1305.

61 . Par exemple : si vellent (les ambassadeurs du roi de France) quod dictum ducatum habere et tenere posset in allodium et omnino libere, crederemus bene quod posset esse bonum initium partiale, et post tractaretur de aliis quae possent cooeperari ad pacem (Kervyn de Lettenhove Joseph Marie, Ouvres de Froissart. Chroniques, op. cit., p. 247) ; Tunc dixerunt cardinales : « nos vellemus libenter quod compensaretur domino vestro regi aliquid aliud pro dicto ducatu » ; tunc quaesivimus : « an infra regnum vel extra » ? (Ibid., p. 248).

62 . Lettre d’un des ambassadeurs anglais au roi : « et adonques le pape comand les dits cardinals se trère à part, et nous demanda en bone foy si nous vorrioms tocher ascune voye de pées en secré, et il nous dist qu’il ne la montreit à nulle alme... » (ibid., p. 240).

63 . Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 1155, col. 220-221, n° 1158, col. 222-223, n° 1326, col. 319-321.

64 . Ibid., p. 237 : demum post aliqua verba dixit dominus papa quod nuntii partis adversae nullo modo consentirent quod regnum Francie poneretur in discussione seu disputatione, nec jus ad regnum ; [ les cardinaux parlent] : nec et rem consentirent nuntii Franciae quod jus domini sui in regno quod possidet, poneretur in disputatione et revocaretur in dubium, et quod reputarent dicti nuntii Franciae venenum tangi quum tangitur petitio vestra praedicta de regno (ibid., p. 247).

65 . Nec et rem consentirent nuntii Ffranciae quod jus domini sui in regno quod possidet, poneretur in disputatione et revocaretur in dubium, et quod reputarent dicti nuntii Ffranciae venenum tangi quum tangitur petitio vestra praedicta de regno (ibid., p. 247). Dès le 26 août 1340, la partie française relayée par le pape utilisait cet argument au sujet du duché de Guyenne : et presertim cum petitio dicti regis Anglie quoad regnum Francie, in quo nullum jus reputatur habere, ac quoad certos comitatus in quibus centum annorum prescriptione et ultra reges Francie continue et quiete posessionem habuerunt videatur injusta. Quare videtur quod ducatu Vasconie sub forma qua dominus Edwardus avus istius tenuit eundem merito debeat contentari (Benoit XII. Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, op. cit., n° 2871, col. 84-86, ici col. 85.)

66 . Cf. Offenstadt Nicolas, Faire la paix au Moyen Âge, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 139 sq.

Auteur

Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne (crhec),
École pratique des Hautes Études

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540