Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et mythe

 | 
Fabrice Flahutez
, 
Thierry Dufrêne

Les auteurs

Texte intégral

1Claire Boustani a soutenu un mémoire de master à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense sur « la revue La Brèche et le contexte éditorial français dans les années 1960 ». Ses champs de recherche cœuvrent le surréalisme d’après 1945 et ses rapports à l’édition.

2Fabien Danesi est maître de conférences en théorie et pratique de la photographie à l’université de Picardie Jules Verne. Docteur en histoire de l’art, il a travaillé dans le cadre de sa thèse à l’université de Paris I sur la postérité du ready-made duchampien à l’époque postmoderne. Ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome-Villa Médicis, il a publié le Mythe brisé de l’Internationale situationniste. L’aventure d’une avant-garde au coeœur de la culture de masse (1945-2008), Dijon, Les presses du réel, 2008 et Le Cinéma de Guy Debord ou la négativité à l’œuvre (1952-1994), Paris, Paris expérimental, 2011. Il collabore également de manière régulière avec le Pavillon, le laboratoire de création du Palais de Tokyo.

3Sabrina Dubbeld est actuellement en contrat doctoral à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense sous la direction de Thierry Dufrêne. Sa thèse porte sur l’étude de l’œuvre du sculpteur Étienne-Martin dans le champ élargi de la sculpture contemporaine. Elle a collaboré avec le centre Georges Pompidou, l’Institut national d’histoire de l’art et le musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Elle a également participé au commissariat de l’exposition Étienne-Martin au musée des Beaux-Arts de Lyon et projette de participer à différents projets d’expositions sur la sculpture des années 1950 à 1970.

4Fabrice Flahutez est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Il est spécialiste du surréalisme, des avant-gardes après 1945 et des transferts culturels franco-américains dans les années 1940-1950. Il a publié Nouveau Monde et Nouveau Mythe : mutations du surréalisme de l’exil américain à l’Ecart absolu, Dijon, Presses du réel, 2007 ; Le Lettrisme historique était une avant-garde 1945-1953, Dijon, Presses du réel, 2011.

5Claude Frontisi est professeur émérite en histoire de l’art contemporain à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense où il a fondé et dirigé le Centre de recherches interdisciplinaires sur l’art contemporain Pierre Francastel, ainsi que la revue 20 / 21 siècles. Ses ouvrages portent notamment sur l’œuvre de Paul Klee. Il a publié sous sa direction en 2009 une Histoire visuelle de l’art aux éditions Larousse.

6Jonathan Hoenig est titulaire d’un master en histoire de l’art à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Son mémoire de master portait sur « l’art infini de Dado ». Il a publié de nombreux articles de critiques et un article sur la revue Labyrinthe dans la revue Des deux mondes en 2010.

7Adeline Lausson est docteure en histoire de l’art et a consacré sa thèse au Reclamation Art. Ses champs de recherches croisent l’art contemporain et les problématiques environnementales en Europe et aux États-Unis depuis la fin des années 1960. Elle enseigne l’histoire de l’art à l’université de Nantes et a participé à plusieurs colloques et journées d’études sur les thématiques Art et Environnement. Elle a publié dans Les Carnets du Paysage (École nationale supérieure du Paysage) et Cybergeo. Elle participe actuellement à la rédaction du catalogue de l’exposition Ecosystèmes à l’université de Provence.

8Camille Morando est docteure en histoire de l’art et responsable de la Documentation des œuvres (collections modernes) au Musée national d’art moderne-Centre Pompidou. Elle enseigne à l’École du Louvre. Elle a codirigé Victor Brauner. Écrits et correspondances 1938-1948 avec S. Patry (Paris, Éditions INHA/Centre Pompidou, 2005) et La Bibliothèque d’André Masson. Une archéologie, avec H. Parant et F. Flahutez (Paris, Éditions Artvenir, 2011). Ses dernières publications : « Chronologie », cat. exp. Soulages, Paris, Éditions Centre Pompidou, 2009 ; « La bibliothèque d’Aurelie Nemours, patiente collection », in Les Bibliothèques d’artistes (xx-xxie siècles), Paris, Éditions PUPS, 2010 ; « Le portrait de Benjamin Fondane par Victor Brauner (1931) », in Cahiers Benjamin Fondane, n ° 13, 2010 ; « Autoportraits et glossolalies : la douloureuse musique d’Antonin Artaud », in Visage et portrait/visage ou portrait, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010 ; « Les dessins satiriques d’André Masson à la fin des années 1930 : une iconographie politique et résistante », in Dissidences, vol. 9 Paris, Éditions Le Bord de l’eau, 2010 ; André Masson, Biographie (1896-1941), vol. III, André Masson, Catalogue raisonné de l’œuvre peint (1919-1941), Vaumarcus, Éditions ArtAcatos, 2010.

9Anastasia Simoniello est spécialiste de l’histoire de l’art allemand du xxe siècle et consacre ses recherches sur les problématiques artistiques ayant émergé en Allemagne sous l’emprise des bouleversements politiques et historiques, qui ont profondément influencé la culture de ce pays. Elle prépare une thèse sur le groupe des Progressistes de Cologne sous la direction de Serge Lemoine à l’université de Paris-Sorbonne, où elle occupe un poste d’ATER. Elle vient de publier un article sur « La quête neurathienne d’une pictographie universelle » dans le catalogue de l’exposition « Disques et sémaphores. Le langage du signal chez Fernand Léger et ses contemporains », organisée au Musée national Fernand Léger à Biot.

10Yiannis Toumazis est docteur en esthétique et théorie de l’art de l’université de Picardie Jules Verne, il a également fait des études d’ingénieur civil, en construction à la Polytechnique nationale Metsovion à Athènes et des études de scénographie à l’École des Beaux-Arts à Utrecht aux Pays-Bas. Il est directeur du Centre municipal des Arts à Nicosie et de la Fondation Pieridès, une des plus anciennes fondations culturelles privées de l’île. Sa recherche se concentre sur le dialogue de l’art moderne et l’art contemporain aussi bien sur la scène internationale des arts visuels que sur la scène chypriote. Il a été commissaire de plus de 50 grandes expositions d’art moderne et contemporain. Il a aussi entrepris la conception muséographique de plusieurs établissements à Chypre et en Grèce dont le musée THALASSA à Ayia Napa qui a remporté un prix pour son travail. Il a aussi été commissaire et coordinateur artistique des œuvres d’art des deux nouveaux aéroports internationaux de Chypre, à Larnaka et à Pafos. Il a aussi travaillé comme scénographe de théâtre aux Pays-Bas, en Grèce et à Chypre et fut président du comité artistique de l’Organisme du Théâtre de Chypre (1995-1997). Co-auteur du livre : L’Art chypriote au xxe siècle, il a aussi assuré la supervision de nombreux catalogues d’expositions ainsi que d’autres publications. Depuis 2009, il enseigne au département Architecture et Arts appliqués à l’université Frederik, à Nicosie.

11Bijoy M. Trentin (http://www.unibo.it/​docenti/​bijoy.trentin) est chercheur au département de philologie classique et médiévale à l’université de Bologne. Ses champs de recherches s’intéressent à la réception de la culture antique et occidentale dans l’art contemporain. Il a soutenu une thèse de doctorat intitulée Perdere la testa. La morte di Orfeo, Gustave Moreau, l’arte simbolista : itinerari transculturali, Bologne 2009. Il enseigne aussi la littérature et la culture grèque. Il s’ocupe en outre de la rubrique « Riforma della scuola » (http://www.riformadellascuola.it/​).

12Panayota Volti est maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Ses recherches portent, entre autres, sur l’architecture et le fait urbain à la fin du Moyen Âge, sur l’« état » des femmes à travers l’art et sur les manifestations liturgiques et paraliturgiques à l’époque médiévale tardive. Elle est l’auteur de : « L’explicite et l’implicite dans les sources normatives de l’architecture mendiante », in Dany Sandron (dir.), Des sources à l’œuvre : études d’histoire de l’art médiéval, Paris/Genève, 2004, Librairie Droz (Bibliothèque de l’École des chartes, t. 162), p. 51-73. Elle a écrit aussi de nombreuses notices sur l’architecture et son décor, le mobilier liturgique peint et sculpté, les échanges artistiques entre Occident et Orient (Pascale Charron, Jean- Marie Guillouët (dir.), Dictionnaire d’histoire de l’art du Moyen Âge occidental, Paris, Laffont, 2009). Sa prochaine contribution : « Décliner la spiritualité au féminin : les écrits illustrés des moniales et des béguines au Moyen Âge », in Aboubakr Chraïbi (dir.), Les Femmes savantes dans les mille et une nuits, à paraître aux éditions l’Harmattan.

13Iveta Slavkova est docteure en histoire de l’art de l’université de Paris I Panthéon- Sorbonne. Elle travaille sur la crise de l’humanisme autour des deux guerres mondiales et a publié plusieurs articles à ce sujet (Mélusine, février 2007 ; Dissidences. net, février 2008 ; Actes du séminaire de recherche sur le surréalisme, 2009). Elle codirige le numéro 9 de la revue Dissidences sur l’art et résistance dans les années 1930 (parution en octobre 2010). Sa thèse va paraître aux presses du réel (Dijon) en mars 2012. Elle est chargée de cours d’histoire de l’art à l’université Paris I et Paris Ouest, à Sciences-Po (Paris), à Trinity College (Hartford) ainsi que dans le cadre de la préparation au concours du Patrimoine (INP).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540