Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et mythe

 | 
Fabrice Flahutez
, 
Thierry Dufrêne

Entretiens

Entretien avec Dado et Yanitza Djuric

Jonathan Hoenig

Texte intégral

1Jonathan Hoenig : Il y a eu l’exposition au Val-Fouré organisée par Leila Mahfouf. Pouvez-vous évoquer la rencontre avec ce lieu ?

2Dado : Par l’intermédiaire de Stéphane Bosch, un jeune taggueur et ami, j’ai pu rencontrer ce milieu de la banlieue à Mantes-la-Jolie. C’est pour ça que j’ai accepté. Ils sont allés chez Bocquel voir les bronzes et puis ils ont fait une jolie installation, des spots et des trucs. Je trouve ça très chic.

3J. H. : C’est le Palais de l’Unesco qui offre aux Monténégrins le rez-de-chaussée du Palais. Dans ce contexte, l’expérience de Mantes-La-Jolie doit servir de laboratoire pour la Biennale de Venise ?

4D. : Oui, tout a fait. Est-ce que j’aurai les mêmes possibilités qu’à Mantes-la-Jolie, je n’en sais rien. J’ai appelé ça Les drapeaux du Monténégro. La connotation est politique. Ma fille est assistante commissaire de Michael Peppiatt qui est un ami.

5J. H. : Vous avez rencontré Francis Bacon (1909-1992), pouvez-vous nous éclairer sur cette rencontre ?

6D. : J’ai rencontré Bacon, grâce à Michael Peppiatt. Et j’ai raconté un jour à Francis Bacon une très vieille anecdote qui est véridique. J’avais douze ou treize ans, chez un oncle, il y avait un numéro de Life Magazine. Il y avait une double page, en 1945-1946, qui montrait Alfred H. Barr Jr., le conservateur du Moma avec quelques tableaux, dont un Francis Bacon qui m’avait beaucoup plu.

7J. H. : Quels étaient vos liens avec Hans Bellmer (1902-1975) et Unica Zürn (1916-1970) ? D. : J’ai bien connu Hans Bellmer Je suis allé chez lui à la toute fin des années 1960, je l’ai vu la dernière fois dans son appartement à la Nation et Unica Zürn m’a demandé d’aller au supermarché chercher un fauteuil. Après son attaque il fallait l’asseoir, c’était terrible. Alors je suis allé chercher ce fauteuil. Tout s’est très bien passé, mais il y a une chose qui m’avait effrayé. Rodica Aldoux, la secrétaire de la Galerie André-François Petit m’a dit d’aller chercher l’argent dans le tiroir. Il y avait une fortune en liquide. J’ai pris les 700 francs, j’ai acheté le fauteuil et je ne suis plus revenu de peur qu’on m’accuse un jour d’avoir dérobé de l’argent, car je n’avais jamais vu autant d’argent en liquide de ma vie.

8André-François Petit donnait des billets de 500 francs à Rodica pour que Bellmer signe les gravures. Ce qui permettait à Bellmer d’avoir enfin le confort d’un appartement, mais ce qui ne l’a pas empêché de mourir et Unica Zürn, qui souffrait elle-même, s’est défenestrée peu de temps après, en 1970. Unica Zürn était la marraine de ma fille Yanitza.

9J. H. : Comment les avez-vous connu ? D. : Hessie et moi étions un jeune couple. Et, il est venu avec Unica en février, c’était l’hiver et elle était déjà très malade, elle marchait comme un zombie. Bellmer était pour moi un véritable parrain, parce qu’il avait de la sympathie pour moi. Ceci étant dit, il était très dur quant à mon travail et disait « Dado, vous n’êtes pas un maître d’espace ». Je suis toujours hanté par le Monténégro. Par les reliefs, par le sol, par le calcaire, par les petits maquis nains qui poussent entre les rochers. Et il y a un côté propre au Monténégro parce qu’il n’y a pas de boue. C’est calcaire et une route qui n’est pas goudronnée, elle est blanche. Blanche comme neige et avec les bombes, il y avait évidemment le village poussière, blanc, et les voyageurs qui voyageaient dans le camion, ils étaient saupoudrés de blanc. C’était une espèce de baptême permanent de poussière blanche.

10J. H. : Vladimir Velickovic évoque votre présence au sein de Mediala, pouvez-vous préciser cela ?

11D. : Mediala, c’était après mon départ du Monténégro. Je n’étais donc pas au courant pour Mediala. L’initiateur de ce prétendu mouvement était Miro Glavurtic. Il faisait du « sous-Dado » et même souvent mieux que Dado. Le « Petit Cyborg » (huile sur toile, 46x67, 1956) est si magnifique que j’ai cru que c’était moi qui l’avait fait. Je suis tombé dans le panneau.

12J. H. : Vous travailliez dans un atelier de lithographie en arrivant, comment s’appelait-il ? D. : Gérard Patris (1931-1990) n’était pas vraiment un lithographe, mais le fils d’un grand transporteur de Poitiers. Il ne savait pas quoi faire de son gamin et lui a acheté cet atelier sous verrière dans la rue Boulard dans le XIVe arrondissement. On rencontrait dans l’atelier Dubuffet, Pignon, Manessier, Arman, Hayter, Hartung ou encore Matta. Le compositeur Pierre Schaeffer venait à l’atelier et Gérard Patris a épousé sa fille Marie-Claire. Veno Pilon, un vieux slovène a montré mes dessins à Jean Dubuffet. En 1952-1953. J’avais une bourse de Belgrade comme tout le monde. C’était l’époque des Pays socialistes où l’état se chargeait de nourrir la marmaille pour les études. La bourse de Tito n’était pas le luxe car le pays était sous blocus économique.

13J. H. : J’ai lu qu’à Paris, vous aviez affiché vos dessins dans un coin de l’atelier et que c’est comme ça que Dubuffet les aurait découverts.

14D. : Véno Pinon a montré mon carnet à dessin à Dubuffet qui était enthousiaste. L’anecdote est qu’il y avait des toilettes à la turque. Un jour j’ai pris le pinceau, l’encre noire de litho, l’essence pour le diluer et j’ai décoré les chiottes. J’ai fait une guillotine et indiqué « mon amour » ou quelque chose comme ça. Jean Dubuffet a dû voir cela, mais Gérard Patris n’a pas beaucoup apprécié mon petit chef-d’œuvre et l’a repeint.

15J. H. : La rencontre avec Jean Dubuffet a été décisive notamment pour la suite avec Daniel Cordier.

16D. : Oui Cordier a tout acheté. Il m’a donné plein de billets de banque. Ce qui me changeait de la condition très dure que j’avais à l’atelier, où je dormais, mal payé et corvéable car je n’étais pas lithographe mais simplement un berger. Maintenant l’atelier de lithographie avec qui je travaille, enfin mon graveur, Alain Controu, est à 150 km d’ici dans l’Orme mais la situation est très différente.

17J. H. : Vous avez déposé à l’IMEC une partie de vos archives. Je dois y aller faire un inventaire prochainement. Quelle relation avez-vous avec l’archive, la mémoire ?

18D. : Il y a trois choses que tu dois photographier. Il y a un grand catalogue Buffon naturalisé que j’ai revisité. Des collages, des papillons. Il y a un Perec qui est bien, retravaillé ; ensuite il y a le Matthieu Messagier retravaillé aussi. Et après il y a Les Oiseaux d’Irène aussi retravaillé en hommage à l’écrivain Irène Némirovsky, déportée à Auschwitz en 1942. Ils ont quatre exemplaires des ouvrages qui sont sortis et je suis frustré à la sortie d’un livre parce que je trouve toujours que je n’ai pas assez travaillé. Je retravaille directement dans l’objet fini, qui est déjà sorti. C’est un gouffre. Une fois que c’est sur l’ordinateur, sur le CD, on ne peut plus modifier la mise en page ni rien du tout.

19J. H. : Mais du coup, quand vous vendez des œuvres et que vous ne pouvez plus les retoucher, ça ne vous frustre pas aussi ?

20D. : Je suis en période du bilan et j’essaie via le site, les archives de l’IMEC, de mettre un peu d’ordre. C’est une œuvre tarabiscotée, biscornue. Ce qui faisait dire à Daniel Cordier « Dado, tu n’as jamais trouvé une écriture à toi ». J’en avais rien à foutre de trouver une écriture moi. Me répéter toute la vie, non. Ma rencontre avec Daniel Cordier a été très importante pour moi. Cordier était avec Jean Moulin pendant la guerre et ça, ça me convenait dans ma sensibilité. Ma famille était des partisans, j’avais perdu deux cousins germains dans le maquis. Disons que j’étais d’une famille qui n’était pas collaborationniste, avec tout ce que cela comporte, les emmerdes, les suspicions et puis les privations. Disons que les gens qui ne collaboraient pas crevaient la dalle trois fois plus que les autres.

21J. H. : Comment se passait votre travail avec Bernard Réquichot ? D. : Tu vas voir l’abattoir de Bellay où je collectais des os avec Bernard Réquichot. Aujourd’hui c’est complètement détruit mais à l’époque c’était un endroit où il y avait des odeurs très particulières. Ils laissaient pourrir les animaux et c’était en accord avec mon univers qui depuis cinquante ans joue sur la difformité, la boursoufflure, le bas humain. L’équarisseur travaillait de manière très artisanale. Mais, je ne voulais pas prendre la même voie que Réquichot qui utilisait ouvertement les ossements dans les reliquaires ou assemblés avec d’autres éléments. L’amitié était très profonde avec Réquichot.

22J. H. : J’aurais bien aimé que vous me parliez de votre parcours. À Belgrade, on avait accès à la bibliothèque qui était bien fournie et j’ai pu regarder des éditions d’Albert Skira. Donc je connaissais les productions de Chirico, de Picasso. Et à Paris, la peinture c’était Bazaine et Manessier, mais Fautrier était quelque chose d’absolument hors-norme, complètement avant-gardiste. Je connaissais Dali, mais pas encore Hans Bellmer. Ce qui est intéressant de préciser là, c’est d’abord l’infirmité énorme qui était la mienne parce que je ne parlais pas un mot de français. On me demandait comment tu t’appelles, je ne savais pas répondre. Quel âge as-tu ? Rien. Je n’existais pas, j’étais une espèce d’autiste. Petit à petit évidemment, les copains, les copines, tout ça, c’est venu assez vite. Je suis un bon lecteur, je ne serai jamais écrivain, ça c’est sûr. Et finalement, j’ai pu lire Montaigne, Gérard de Nerval dans les années 1960. C’était un état de grâce.

23J. H. : Votre œuvre s’imprègne de ce que vous avez vécu à Cetinje ?

24D. : Ah oui bien sûr, ça vient de la prime enfance, oui, évidemment. À l’époque-là, la guerre. Ce que l’on vivait était privilégié mais tu n’en restes pas indemne. De toute façon on a notre passé et on lui obéit.

25J. H. : On retrouve beaucoup dans certaines œuvres des années 70, « Dermatologie ». D. : Oui, oui, oui, c’est vrai. J’aime bien feuilleter, lire des ouvrages de dermatologie. Il y a de jolies illustrations, des chancres mous, des maladies de peau qui sont d’origines psychiques surtout et que l’on ne peut pas soigner. Ça guérit tout seul ? On appelle ça des « guérisons spontanées ». Titrer une œuvre peinte me paraît une absurdité. Je n’ai jamais vraiment réussi à viser juste pour un titre. Parfois, ça me passe par la tête. La trouvaille ou la non-trouvaille d’un titre n’est pas une valeur ajoutée à l’œuvre.

26J. H. : Ce n’est pas une définition de l’œuvre. D. : Non, ce serait trop facile. Jean Dubuffet le faisait bien. Il se plaisait à trouver des titres. Il y a Magritte qui était très soucieux du titre.

27J. H. : Vous m’avez dit au téléphone que certaines personnes ne vous aimaient pas dans l’entourage d’André Breton ?

28D. : Autour d’André Breton, il y avait un croate né à Zagreb, Radovan Ivsic (1921-), qui ne m’aimait pas. Il m’a cassé la baraque chez Breton mais c’est aussi bien. Pourtant, j’avais le profil pour être appelé par Breton.

29Entretien réalisé par Jonathan Hoenig le 22 février 2009 au moulin d’Hérouval

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540