Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et mythe

 | 
Fabrice Flahutez
, 
Thierry Dufrêne

L’humanisme, aussi, est un mythe. Prolégomènes à une peinture abhumaniste

Iveta Slavkova

Texte intégral

1En 1952, l’artiste poète Camille Bryen et l’écrivain Jacques Audiberti publient L’Ouvre-boîte. Colloque abhumaniste. Dans ce livre conçu comme un dialogue, ils développent le concept d’« abhumanisme », inventé par l’écrivain italien Beniamino Joppolo dans les années 1930. Le terme est formé du préfixe latin ab- (abs-) signifiant « loin de », « séparation » et du mot « humanisme ». Dans L’Ouvre-boîte, Bryen et Audiberti en appellent en effet à une « séparation » avec la pensée humaniste qu’ils désavouent âprement dès les premières lignes :

  • 1 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte. Colloque abhumaniste, Paris, Gallimard, « nrf », (...)

L’humanisme serait la religion des pères, la patrie, la prise en charge de l’individu humain par les collectivités antérieures échouées dans la collectivité présente. L’humanisme serait l’obligatoire désir de vivre selon diverses formes de parasitismes agglutinants, héréditeurs, mnémoniques et sociaux1.

  • 2 . Ibid., p. 41.
  • 3 . Ibid., p. 45.

2L’humanisme est devenu un dysfonctionnement, une inertie qui obstrue la pensée. Pourtant, installés confortablement dans leurs valeurs vides, mais présentables, et dans leurs intentions bien-pensantes, les hommes ne veulent pas questionner le bien-fondé de l’humanisme. Habitués à une pensée qui les place au centre de toutes les activités terrestres et cosmiques, ils sont incapables de concevoir que « l’économie de l’univers n’a aucune raison de se soumettre [aux] investigations humaines2 ». Les activités de l’homme, « pauvre piston » qui se croit orchestre, n’ont d’ailleurs rien d’humaniste ; seul l’est son discours – cette « insaisissable épaisseur [de] vocables qui signalent le chauvinisme humain3 ».

3Ainsi, Bryen et Audiberti s’opposent à un des mythes les plus tenaces de la civilisation occidentale : l’humanisme. Il a survécu, malgré la dessiccation des grands discours occidentaux, aux deux guerres sanglantes entraînant tous les pays « civilisés », à l’extermination massive et rationnelle de certains hommes au nom d’une civilisation plus pure. Pour Bryen et Audiberti il faut détruire ce mythe car l’homme et la communauté s’en porteront mieux. Nous verrons qu’ainsi, ils s’inscrivent dans une mouvance de pensée qui les précède d’au moins un siècle. Puis nous analyserons plus en détail l’abhumanisme, la place que celui-ci accorde à l’art et pourquoi nous n’avons jamais entendu parler de « peinture abhumaniste ».

Pourquoi être contre l’humanisme ?

  • 4 . Heidegger Martin, Lettre sur l’humanisme (trad. R. Meunier), Paris, Éditions Montaigne, 1957, p. (...)
  • 5 . Ibid., p. 119.
  • 6 . Ibid., p. 47.

4En 1946, quelques années avant la publication de L’Ouvre-boîte, Martin Heidegger avait déjà bousculé le mythe dans sa Lettre sur l’humanisme4. Le texte s’interroge sur la validité philosophique de l’humanisme et s’oppose à tout ce que les hommes tiennent par inertie pour grand, sacré et immuable5. Heidegger réprouve notamment la perception humaniste d’« humanité » ou humanitas de l’homme : les diverses doctrines humanistes depuis les Romains, même si elles envisagent différemment les moyens de réaliser l’humanitas, s’accordent sur le point que celle-ci est déterminée à partir d’une interprétation déjà fixe de la nature, de l’histoire, du monde, de « l’étant dans sa totalité6 ». Heidegger pense, au contraire, que l’Être n’est jamais acquis ni révolu, même si la logique, la grammaire ou la métaphysique tentent de le fixer.

  • 7 . Janicaud Dominique, « Du bon usage de la Lettre sur l’humanisme », in Heidegger et la question de (...)

5Le dénigrement de l’humanisme, concept affirmant la dignité humaine, l’amour et la paix, parut choquant. Si le livre de Bryen et d’Audiberti est resté confidentiel, la Lettre sur l’humanisme provoqua en son temps, et suscite encore aujourd’hui, des réactions violentes stigmatisant son anti-humanisme comme scandaleux, le rapprochant de manière injustifiée de l’engagement pronazi de Heidegger7. En fait, L’Ouvre-boîte et la Lettre expriment la nécessité de redéfinir la place de l’homme dans le monde, de réviser les notions de « nature » et d’« essence » humaines. Ces interrogations sont dictées par la rudesse du contexte historique : après deux guerres mondiales, deux massacres modernes dont les horreurs rendent pusillanimes les cruautés des Romains et des Barbares, l’humanisme n’apporte pas de réponse adaptée à l’angoissante condition humaine.

  • 8 . Pour une présentation plus détaillée voir l’introduction de notre thèse L’Homme n’est peut-être p (...)
  • 9 . Signalons toutefois que dans la Lettre sur l’humanisme, Heidegger ne considère pas que Nietzsche (...)
  • 10 . Ce qu’affirme notamment le grand humaniste Jean Pic de la Mirandole. Voir « Sur la dignité de l’h (...)
  • 11 . Nietzsche Friedrich, Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885) (trad. Albert Henri et Lacoste Jean), (...)

6Heidegger, Bryen et Audiberti rejettent la majorité des affirmations humanistes : ils s’opposent à la croyance en une perfectibilité évolutive et linéaire, doutent de la validité de l’agencement anthropocentriste rationaliste et causal, de la conception fixe et téléologique de l’essence humaine. Or, ce doute antihumaniste existe déjà. Jonathan Swift, le marquis de Sade, Charles Baudelaire ou le comte de Lautréamont ont produit des textes allant à l’encontre des valeurs humanistes8. Dans la généalogie de la pensée antihumaniste, c’est toutefois Friedrich Nietzsche qui met définitivement en crise l’anthropocentrisme, en montrant qu’il est possible de concevoir la justice et la vérité en dehors de l’humanisme9. Le philosophe rejette la métaphysique occidentale platonicienne et judéo-chrétienne, nie le bien-fondé de la morale et l’unicité de la vérité, réclame des fondements nouveaux pour l’épanouissement humain. Selon la doctrine humaniste, l’homme accompli est un être bon, habité par une paix intérieure, ayant des aspirations nobles10. Pour Nietzsche, l’homme peut s’épanouir dans sa violence et dans ses bas instincts, lesquels sont autant d’expressions de sa volonté de puissance, donc de son vitalisme. Le « pâle criminel » d’Ainsi parlait Zarathoustra tue, poussé par le « bonheur du couteau », même si, écrasé par la morale qui le rend honteux, il n’ose pas l’avouer11.

7Le dernier ouvrage de Nietzsche, Ecce homo. Comment on devient ce qu’on est, rejette sans appel l’idéal humaniste :

  • 12 . Nietzsche Friedrich, Ecce homo. Comment on devient ce qu’on est (1888) (trad. Albert Henri et Lac (...)

Je nie [...] un type d’hommes qui était considéré jusqu’à présent comme le type supérieur, les hommes bons, bienveillants, charitables12.

  • 13 . Ibid., p. 1146-1147.
  • 14 . Ibid., p. 1142.
  • 15 . Paindavaine Rémi, « Nietzsche et le problème de l’humanisme », in Revue de l’enseignement philoso (...)

8Dans Le Gai savoir, Ainsi parlait Zarathoustra et Ecce homo, Nietzsche annonce l’arrivée d’un être nouveau, le Surhomme ou l’Übermensch, qui se réalise au détriment de la morale. Nietzsche ne définit ni ne décrit véritablement son Übermensch. Dans Ecce homo, il écrit que celui-ci n’est pas un type de perfection absolue, il n’est aucunement idéaliste, il n’est ni un saint ni un génie et on ne peut pas le suspecter de darwinisme13. L’Übermensch annonce simplement l’ère de la « multiplicité prodigieuse14 », celle de l’homme créateur qui remplace désormais la créature de Dieu. Cependant, l’Übermensch n’aspire pas à soumettre l’univers à sa mesure. Il cherche au contraire à affranchir l’univers de toutes les ombres humaines et à lui rendre ses dimensions originelles : le hasard, le chaos, le devenir15.

  • 16 . Pour une argumentation précise de ces problématiques, nous renvoyons de nouveau à notre thèse et (...)
  • 17 . Sous-titre du Gai savoir, que Nietzsche emprunte justement aux troubadours toulousains du xive si (...)
  • 18 . Domenach Jean-Marie, Approches de la modernité, Paris, Ellipses/École polytechnique, 1995, p. 202 (...)

9Nietzsche marque l’abhumanisme d’Audiberti et de Bryen, mais aussi d’autres « projets » qui démythifient l’humanisme : Dada, par exemple, qui procède à une tabula rasa des acquis de la civilisation occidentale ou la revue Documents dirigée par Georges Bataille qui dénonce la mascarade minable de l’agencement humaniste16. Rappelons qu’un peu plus tard, dans la revue Acéphale, une autre entreprise antihumaniste, Bataille aura pour ambition de réhabiliter la pensée de Nietzsche, récupérée et dénaturée par les nazis. Et si, par sa gaya scienza, le philosophe allemand est le « troubadour17 » de l’agonie de l’humanisme occidental, la fin du mythe, chanté par l’abhumanisme, est scellée, comme nous l’avons dit, par les deux conflits mondiaux18.

Le bouleversement abhumaniste

  • 19 . Deslandes André, Audiberti, Paris, Gallimard, « La Bibliothèque idéale », 1964, p. 43.
  • 20 . Ibid.

10Né après la Seconde guerre mondiale, l’abhumanisme est aussi une conséquence de la Grande Guerre. Le lien est évidemment plus ténu, du fait de la distance chronologique, mais en 1962, dans une sténotypie, Audiberti qualifie le conflit de 1914-1918 de « coupure fatidique » : le monde bascule dans un « tout » général et tourbillonnant. Désormais, les extrêmes se touchent et « toutes les formes de la vie humaine coexistent19 ». La guerre provoque un puissant mouvement vitaliste (Audiberti cite le surréalisme lequel a aussi un rôle important dans le remaniement des valeurs humanistes) qui puise sa force dans le « dégoût et l’horripilation de ce sacrifice en pantalons rouges sur l’autel d’onquoinequoisaitquoi20 ». Le non-sens de la tuerie rationalisée invite à repenser toutes les valeurs. Ainsi, après la guerre, il n’est plus possible d’éduquer et d’apprendre comme avant :

  • 21 . Ibid., p. 42-43.

À Antibes, comme je le suppose dans toutes les villes françaises, les écoliers des sections littéraires connaissaient par cour les noms des quarante académiciens, de même d’ailleurs que les noms des ministres des cabinets successifs. Kipling, d’Annunzio, Tolstoï structuraient l’univers littéraire international.
Il y avait donc une sorte de chaleur et de sécurité dans la conscience qu’un jeune écolier pouvait avoir d’une organisation enfin réussie de l’univers, après les âges préparatoires, à savoir le grand siècle, le Moyen Âge et l’Antiquité.
Cette sensation du monde moderne absolu est aujourd’hui extrêmement menacée. Je crois même qu’elle n’existe plus21.

11L’ordre harmonieux rêvé par l’humanisme qui place l’homme cultivé au centre, en tant que garant de son bon fonctionnement s’est révélé être une illusion, voire une hypocrisie. L’abhumanisme naît de cette prise de conscience. En 1952,L’Ouvre-boîte, édité par Gallimard, introduit l’abhumanisme dans la vie intellectuelle française. Son style relève du loufoque – le dialogue entre Bryen et Audiberti abonde d’exclamations passionnées, d’échanges insensés, d’exemples extravagants, d’histoires improbables. Les propositions, parfois paradoxales, se déroulent et s’enroulent dans un rythme rapide, poétique et imagé, grouillant de néologismes et de tournures humoristiques :

  • 22 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte, op. cit., p. 40-42.

B. – Il n’y a pas d’aventure purement humaine !
Il lança son rire crié.
B. – Il n’y a pas d’aventure purement humaine. [...]
L’homme est intoxiqué d’anthropophagie. Sous les blancs bonnets médicaux, sous les gros bonnets littéraires, sous les casquettes politiques, l’homme continue à brouter de l’homme à digérer les explications, les musiques, les parodies, les sexualogies hominales22.

  • 23 . Ibid., p. 48.
  • 24 . Ibid., p. 44.
  • 25 . Ibid., p. 154.
  • 26 . Ibid., p. 52.
  • 27 . Ibid., p. 105. En 1866 l’industriel et chimiste suédois Alfred Nobel inventa la dynamite. Il fond (...)

12Les deux abhumanistes détrônent l’homme, mais cherchent en même temps à lui rendre la liberté en le ramenant à sa place juste, mais humble, dans l’univers. Se débarrasser de la prétention humaine de domination et de grandeur, arrêter de centrer les événements selon l’étroite optique humaine, cela ouvre des possibilités neuves et multiples. Ainsi, au lieu de se préoccuper de questionnements absurdes tel « comment les siècles s’y prirent pour dérouler leurs épisodes historiques sans dentistes qualifiés23 ? » ou de s’essouffler « d’année en année et de minute en minute, à courir après les modèles successifs de ses autos trop mobiles24 », le « bipède terrestre25 » appelé homme, devrait se tourner vers son accomplissement vitaliste – joie, plaisir, sexe, création, sans justification, sans but noble, sans préméditation. L’homme doit se débarrasser de sa « nuit poissonneuse » où il engendre ses fils en tâtonnant dans le noir, honteux de son plaisir, prêt à déléguer « sa puissance maritale » aux pouvoirs publics qui chiffrent et qui rationalisent26. De toute façon, la logique la plus rationnelle, le raisonnement le plus scientifique peut mener à des situations absurdes : à propos du prix Nobel, Bryen et Audiberti rappellent que « l’amateur d’improviste se réjouit que l’inventeur de la dynamite ait fondé le plus grand prix pacifique27 ».

  • 28 . Ibid., p. 45.

13La préoccupation première des deux abhumanistes est donc l’épanouissement de l’homme, mais, selon eux, les principes de cet épanouissement doivent être redéfinis. La subversion des éternelles valeurs humanistes apparaît alors comme la nécessité absolue pour l’accomplissement humain. Bryen et Audiberti questionnent la pertinence philosophique et historique de l’humanisme – l’alibi « indéniable » de sa grandeur que sont l’Antiquité gréco-romaine et la Renaissance. Ils questionnent aussi l’évidence de l’ascension lumineuse de l’homme, aboutissant à la sagesse et à l’harmonie, l’universalité de l’ordre imposé par l’homme, ce « pauvre piston qui se croit orchestre28 ». Quand dans L’Ouvreboîte, Bryen répond à la question d’Audiberti « Qu’est ce que l’abhumanisme ? », la réponse, un peu alambiquée, présente l’abhumanisme comme le véritable humanisme qui aurait perdu de sa grandiloquence :

  • 29 . Ibid., p. 45-46.

A. – Qu’est-ce que l’abhumanisme ?
B. – Le monde sans l’homme. Sans l’homme que nous connaissons. L’abhumanisme a besoin de porte-voix humanistes, mais il demeure convaincu que l’humanisme est d’abord l’abhumanisme. Un humaniste est un abhumain qui s’ignore. Mais un abhumain conscient peut faire de l’humanisme. Comme il pourrait faire du canisme, du chauve-sourisme ou du cachotisme. Avoir le sentiment de l’abhumanisme, mais un sentiment vrai, autorise toutes les bifurcations, y compris la grand’route, celle de l’humanisme. Car le Vestiare sidéral, animal, végétal et général contient « aussi » l’humanisme, barbe de Léonard, robe de chambre de Diderot29.

  • 30 . Miatlev Adrian, « Chronique littéraire », in La Tour de feu, n ° 59, sept. 1958, in Abadie Daniel (...)
  • 31 . Ibid.

14Ce ton trop léger, ce débit trop rapide, cet argument explosif qui se plaît dans l’incohérence, noyant le lecteur dans des néologismes et le mitraillant de références, suscite quelques critiques de la part de personnalités a priori bienveillantes à l’égard des deux auteurs. Quelques années après la parution du livre, dans le trimestriel La Tour de Feu, le poète Adrian Miatlev, ami de longue date et amateur des dessins de Bryen, reproche l’allure beaucoup trop plaisante et humoristique d’un exposé où on peine à comprendre le sens du propos. Pourtant, Miatlev partage la vision de L’Ouvre-boîte et donne par ailleurs une interprétation intéressante du titre : « S’il peut sembler facile d’ouvrir une boîte, surtout de conserve, il ne faut pas espérer de la fermer comme cela, ni de si tôt ni fermement30. » Une fois confronté aux questions soulevées dans ce livre, on ne peut plus croire aveuglement au mythe. Bryen et Audiberti ouvrent des blessures que l’on ne saurait faire soigner par des charlatans31.

  • 32 . Audiberti Jacques, L’Abhumanisme, Paris, Gallimard, « nrf », 1955, p. 34.

15Miatlev ne précise pas, même s’il n’ignore certainement pas, que trois ans après L’Ouvreboîte, Audiberti a publié chez Gallimard un autre livre, L’Abhumanisme, moins loufoque que le premier. Dans neuf chapitres, il y analyse, de manière beaucoup plus structurée, les applications de l’abhumanisme aux différents domaines de la vie : la poésie, la philosophie, l’amour, les sciences, le langage, la politique, mais aussi, et on y reviendra, la peinture. Audiberti situe son concept dans une lignée (Nietzsche y figure en bonne place) qu’unit la méfiance vis-à-vis des bonnes intentions et vis-à-vis des vérités unanimes inventées par l’humanité32. Le livre est très marqué par l’histoire récente, et plus précisément par la Seconde guerre mondiale.

  • 33 . Ibid., p. 19.
  • 34 . Ibid., p. 11.
  • 35 . Ibid., p. 26.
  • 36 . Ibid., p. 32. Une des pièces de théâtre les plus célèbres d’Audiberti s’intitule Le Mal court (19 (...)
  • 37 . Ibid., p. 36.
  • 38 . Ibid., p. 51.
  • 39 . Ibid., p. 77.

16Le premier chapitre est consacré à la guerre comme aboutissement et, par conséquent, comme sa condamnation à mort. La guerre « avec sa stratégie diplomate et militaire [est] la perfection même de l’humanité33 ». Même si, en réalité, la guerre pose une multitude de questions gênantes, l’humanité évite de s’y attarder en se réfugiant dans une confortable dichotomie – le meurtre est blâmable en tant que « péché privé », mais on l’installe solennellement comme une valeur ou un devoir dans une situation de guerre34. On invente ainsi des grands discours pour masquer la cruauté des hommes et le plaisir que ceux-ci peuvent prendre à se faire du mal ; le « Mal », mythifié comme la guerre elle-même, est rabattu sur l’adversaire35. Alors que le mal, rappelle Audiberti, est partout : en pleine paix, Ronsard appelait à ce que les mâtins suçassent le crâne de celui qui voudrait interrompre la paix36. Comme Nietzsche, Audiberti se méfie de « quelque juste cause que ce soit37 ». « Liberté, révolution, désinvolture mousquetaire, âme chrétienne, épargne, fougue, sagesse », toutes les grandes causes sont symétriques et « se mangent le nez38 ». « Féru de déraison » l’abhumanisme ne cherche pas à avoir raison39.

  • 40 . Ibid., p. 35.

17L’Abhumanisme approfondit l’argument de L’Ouvre-boîte et propose une justification plus rigoureuse et scolastique du nouveau concept. Toujours est-il, la verve débordante, typique d’Audiberti, n’est pas tarie et les mêmes questions viennent rythmer le propos. « Qu’est-ce que l’abhumanisme ? », se demande Audiberti et la réponse demeure proche de L’Ouvre-boîte : « C’est l’homme acceptant de perdre de vue qu’il est le centre de l’univers » et prêt à « amoindrir le sentiment de [son] éminence, de [sa] prépondérance et de [son] excellence40 ».

  • 41 . Ibid., p. 70.

18Un autre point commun entre les deux livres est l’importance accordée à l’art, notamment à la peinture, dans la démythification de l’humanisme. Selon Audiberti dans L’Abhumanisme, la peinture est une véritable « hypothèse abhumaine », tellement il est impossible de l’enfermer dans un répertoire, d’établir un code de tous les effets qu’elle emploie41. La peinture, notamment celle de Bryen, est citée dans l’ouverture de L’Ouvre-boîte, comme le point de départ du colloque abhumaniste :

  • 42 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte, op. cit., p. 28.

La nécessité de commenter l’ouvre de Bryen amorça les colloques agglutinants qui forment ce livre. Constatant la possibilité, de la part d’un homme, d’insérer valablement dans la chaîne sociologique qui va des marchands de couleur aux directeurs de galeries ces toiles peintes par Bryen qui semblent l’être par des langoustines, les anémones, les fourmis [...], l’idée nous requit d’essayer de retracer ce qui d’humain réside dans l’inhumain, à charge de revanche42.

Camille Bryen. L’abhumanisme et la peinture

  • 43 . J’emprunte ce mot à Daniel Abadie qui a intitulé une des premières monographies significatives co (...)
  • 44 . Bryen Camille, « Jepeinsje » (1955), in Camille Bryen à revers, Paris/Nantes, Somogy/Musée des Be (...)
  • 45 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte, op. cit., p. 119.

19La peinture est un élément important dans la genèse de l’abhumanisme, elle est un moyen de devenir « abhomme43 ». Dans « Jepeinsje », un de ses poèmes les plus célèbres, Bryen fait fusionner penser et peindre et par l’acte de peindre il « abhumanise à/l’abhumanium44 ». La part abhumaniste dans l’ouvre de Bryen, mais aussi dans l’ouvre de son ami Wols – donné en exemple à la fin de L’Ouvre-boîte comme l’« être le moins enfoncé dans l’espèce45 » – a déjà été remarquée, même si elle demeure souvent dépréciée. Georges Mathieu, figure majeure de l’abstraction lyrique parisienne dans l’après-guerre, ami et admirateur (du moins au début) de Bryen, mentionne l’abhumanisme à propos de Wols dans son livre Désormais seul en face de Dieu :

  • 46 . Mathieu Georges, Désormais seul en face de Dieu, Genève, L’Âge d’Homme, 1998, p. 162.

Une autre influence possible, encore que je la tienne pour peu vraisemblable, serait celle qu’aurait pu avoir Bryen sur lui [Wols] en tant qu’« abhumaniste ». [...] Bien que la théorie abhumaniste n’ait été divulguée qu’avec la parution du livre : L’Ouvre-boîte en 1952, elle était vécue auparavant par Bryen mais aussi par Arp, Audiberti, Miatlev, Artaud, et l’on sait que c’est vers 1936 que Wols rencontre Bryen. Un certain nombre d’« attitudes abhumanistes » sont non seulement vécues par Wols, mais se trouvent exprimées dans bon nombre de ses aphorismes46.

  • 47 . Rageot Gaëlle, « L’éclatement et la métamorphose dans l’œuvre graphique de Bryen », in Camille Br (...)

20Mathieu minimise l’abhumanisme, qu’il lie aux écrits et non pas à la peinture de Wols. Il ne précise ni dans ce passage ni plus loin en quoi consiste l’« attitude abhumaniste ». De manière générale, et c’est ce qui ressort de Camille Bryen à revers – le catalogue le plus complet consacré à ce jour au peintre –, l’abhumanisme, quand il est mentionné, recouvre la disparition de la figure humaine. L’homme comme sujet est abandonné au nom d’un retour aux forces telluriques et naturelles47.

  • 48 . Abadie Daniel, Bryen abhomme, op. cit., p. 15.
  • 49 . Ibid., p. 8.
  • 50 . Bryen Camille, « Jepeinsje », in Camille Bryen à revers, op. cit., p. 132.
  • 51 . Article cité dans Camille Bryen à revers, op. cit., p. 179.

21Pourtant, un livre important de Daniel Abadie, intitulé sans ambages Bryen abhomme, publié en 1973 à l’occasion de la première rétrospective du peintre au musée d’Art moderne, fait exception. Abadie renonce aux commentaires poétiques flous et aux épanchements lyriques prépondérants chez cet artiste. Il insiste, au contraire, sur la présence du réel dans l’ouvre de Bryen, une ouvre qui permet selon lui, de devenir pleinement un « viveur du réel48 ». Abadie hésite même à classer Bryen en tant que peintre abstrait. Ses formes sont plus proches d’une « décantation du réel », dominées par l’« urgence de faire » sans poétiser ni mythifier l’acte de peindre49. Or, Bryen lui-même a maintes fois souligné l’aspect très concret de sa peinture. Dans « Jepeinsje », il insiste sur la « concrétude » de l’acte en énumérant le traitement imposé par le peintre à la toile – il « ocre », « déchire », « mastique » pour conclure que « si c’était une peinture/ce serait une peinture50 ». En 1955, interviewé par Julien Alvard pour le premier numéro de la revue Cimaise, Bryen déclare que la peinture est d’abord une création et puis une révélation, et qu’il n’y pas véritablement une hiérarchie entre la Joconde, un rêve de chien ou une pensée de chrysanthème51.

  • 52 . Audiberti Jacques, L’Abhumanisme, op. cit., p. 189.

22Ces considérations sur la peinture correspondent parfaitement à la pensée d’Audiberti pour qui l’acte créateur n’a pas plus de poids que la clameur d’un grillon ou le chant d’un bouf52. L’essentiel est d’avoir la main dans la pâte, les pieds bien ancrés dans la terre. C’est le cas de Bryen :

  • 53 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte, op. cit., p. 23. Nous soulignons.

Sorti lui-même de l’histoire naturelle, comme d’ailleurs vous et moi, Bryen, à la différence des savants et de beaucoup de peintres, ne fait pas un demi-tour à droite, ou à gauche, afin de se mettre en présence de cette même histoire naturelle et de la décrire, séparée de lui. Non, il « est » l’histoire naturelle, prise la main dans le sac53.

  • 54 . Patrix Georges, Les Gloires du VIe arrondissement, 1950, huile sur toile, col. part. On y voit, d (...)
  • 55 . Paulhan Jean, L’Art informel, Paris, Gallimard, 1962, p. 20. D’autres critiques vont revendiquer (...)

23Bryen est un peintre-voleur, un criminel épanoui (contrairement au pâle criminel de Nietzsche), qui se réjouit d’être pris la « main dans le sac ». Et cela, souligne Audiberti, à la différence de beaucoup de peintres. On pourrait lire dans cette remarque une allusion aux querelles qui dominent à cette époque le monde de l’art à Paris. Rappelons, car on tend à l’oublier aujourd’hui, que Bryen y est une figure importante. En 1950, deux ans avant L’Ouvre-boîte, Georges Patrix le représente parmi les gloires du sixième arrondissement, aux côtés de Sartre, Vian et Genet54. Bryen est de toutes les expositions qui comptent pour l’abstraction lyrique : L’Imaginaire en décembre 1947 à la galerie de Luxembourg, H. W. P. S. M. T. B. chez Colette Allendy en 1948, Black and White à la galerie des Deux-Îles la même année, la mythique Véhémences confrontées chez Nina Dausset en 1951 qui confronte les abstraits américains aux abstraits parisiens, Signifiants de l’informel organisée par Michel Tapié au Studio Facchetti en 1952. En 1962, dans L’Art informel, Jean Paulhan écrit que le terme d’informel, qui fera fortune, est inventé en hommage à Bryen55.

  • 56 . Graphique publiée dans le catalogue de « confrontées », in Bryen abhomme, op. cit., p. 123. Noton (...)

24Bryen est « désiré » par toutes les tendances de l’abstraction lyrique. Tapié et Mathieu, nous l’avons dit, mais aussi le tachisme défendu par Charles Estienne, dont la naissance est marquée par l’exposition L’Imaginaire où Bryen expose aux côtés d’Atlan, Mathieu, Riopelle et Wols. Ensemble, ces groupes combattent l’abstraction géométrique. Entre eux, ils se déchirent. Dans ce contexte, Bryen est un poids lourd. On le retrouve en tête, avec Wols, lors de la « confrontation véhémente » face aux peintres américains chez Nina Dausset. Dans une graphique publiée dans le catalogue, son nom figure au-dessus de tous, dominant, tel un soleil, tous les autres peintres56.

  • 57 . Estienne Charles, « D’un style en germination », préface à l’exposition Corneille, galerie Colett (...)
  • 58 . Mathieu Georges, Au-delà du tachisme, Paris, Julliard, 1963, p. 65.
  • 59 . Voir l’article de Boutet-Kapéta Jacqueline, « Camille Bryen, peintre informel », in Camille Bryen (...)
  • 60 . Tapié Michel, Un Art Autre, Paris, Éditions Artcurial, 1994, non paginé.

25Toutefois, Bryen ne cherche pas, par l’acte pictural, à atteindre le paradis de la beauté perdue et n’est pas non plus un éternel nostalgique, comme le veut Estienne57. De même, il est fort éloigné de la gestualité grandiose et virtuose de Mathieu, malgré sa rapidité légendaire58. Formellement, il est peut-être proche de ce que Tapié appelle l’« informel » – on souligne souvent la pertinence de ce terme par rapport à son ouvre59 –, mais il ne voit pas dans la peinture un accomplissement absolu qui fait du peintre un « Individu digne de ce nom60 ». Il est inutile de chercher à limiter la peinture de Bryen à l’une ou à l’autre de ces tendances : en partie, il est proche de chacune, comme il en diffère, en partie aussi. Il demeure indubitablement un peintre clef pour tous ces mouvements et plus généralement pour l’histoire de l’art en France après la seconde guerre.

  • 61 . Nous avons cité un passage beaucoup plus tardif de Mathieu, dépréciant l’« attitude » abhumaniste

26Ce qui frappe cependant est le fait que ni Mathieu, ni Estienne, ni Tapié ne tiennent compte de l’abhumanisme61. Pourtant, c’est à la même époque que Bryen produit quelques textes célèbres sur la peinture, à tendance abhumaniste : « Parole parle » (1949), « L’Heure du biniou » (1955), « Jepeinsje » (1956). La raison principale de cette ignorance est sans doute le fait que toutes ces tendances sont imprégnées d’humanisme : par la présence forte du créateur-démiurge, par la recherche d’une harmonie et d’un sens ultime à travers la révélation picturale, par la foi que l’homme devient meilleur après avoir vu ces tableaux et que l’humanité retrouve sa vérité et son essence dans ces ouvres.

  • 62 . Le 10 avril 1943, en pleine guerre, Bryen prononce une conférence sur Dada, voir Camille Bryen à (...)

27Admettre l’abhumanisme comme une position sérieuse aurait désavoué ces tendances. Une pensée aussi radicale introduirait du désordre dans la définition de l’art, son nihilisme apparent fait peur. Comme Dada après la Grande Guerre, dont Bryen s’est toujours réclamé62. Il est plus aisé de se réfugier dans des nostalgies rassurantes par lesquelles l’homme retrouve ne serait-ce qu’une illusion de stabilité. Si l’on tient compte de l’abhumanisme pour analyser l’ouvre de Bryen, on comprend rapidement que la disparition de l’homme dans ses ouvres dépasse la disparition de la figure. Son anti-anthropocentrisme virulent lui interdit de croire, de manière consciente ou mystique, en l’évolution lumineuse et heureuse de l’homme, à l’accomplissement humain dans une harmonie parfaite. Proches des champignons et des virus, ses peintures, ses dessins et ses aquarelles sont d’une poésie crue et inhumaine, teintés de cruauté. Dans « Camille Bryen poileur de pierres », texte écrit pour l’exposition monographique à la galerie des Deux-Îles au printemps 1949, Audiberti souligne à quel point les intentions de Bryen sont éloignées de celles de la peinture humaniste, pointe du doigt la rupture qu’il opère avec l’espèce humaine et son désintérêt absolu pour les hautes aspirations de l’humanité :

  • 63 . Audiberti Jacques, « Camille Bryen poileur de pierres », in Bryen abhomme, op. cit., p. 121.

[L’œuvre de Bryen] procède comme une moisissure. De proche en proche, elle s’accomplit, sur la feuille blanche, à la manière d’une colonie de champignons. Ah ! la belle bronchite !
Bryen, au fond, est un homme, et, comme tel mangé par l’homme. Il a une femme. On le recense. Mais ses pierres « poilées » ne passent pas. Elles ne rentrent pas dans le sac général de la race qui fit Dante et le Panthéon.
S’agit-il de la forme contemporaine de ce qu’on dénommait, jadis, sorcellerie, et qui ferait passer par l’homme ce qui n’aurait d’humain ni le nom, ni le visage, et que signent, pourtant : C. B., deux honnêtes lettres de notre alphabet63 ?

  • 64 . Peu avant sa mort, Restany regrettait toujours le fait que ce concept soit si méconnu. Ils a adre (...)

28L’humanité n’est rien dans l’univers et le peintre aux initiales « honnêtes » ne fait pas exception. Et c’est une nouvelle attaque implacable contre l’humanisme qui donne au créateur-génie divin – un statut mythique. À part Audiberti, Pierre Restany est un des rares à accorder de l’importance à cette modestie abhumaniste révolutionnaire. Selon Restany, la différence entre Bryen et beaucoup d’autres peintres de cette période, réside notamment dans ses intentions abhumanistes64. Au contact de Tapié, écrit Restany, (on pourrait ajouter au contact d’Estienne ou de Mathieu), les artistes ont été victimes d’une illusion collective, la mythique « démesure du moi du créateur » :

  • 65 . Restany Pierre, La Grande histoire de la peinture moderne, t. V, Genève, Skira, 1982, p. 43.

« Le Moi fait tâche », c’est le cas de le dire avec Camille Bryen, qui a su se retirer à temps sur la pointe des pieds65.

  • 66 . Boutet-Kapéra Jacqueline, « Camille Bryen, peintre informel », in Camille Bryen à revers, op. cit (...)
  • 67 . « Le Savoir vivre », Bruxelles, 1946. Cité dans Camille Bryen à revers, op. cit., p. 116.

29Conscient de la rupture majeure qui se joue dans l’ouvre de Bryen, Restany fera régulièrement allusion aux différentes étapes de l’ouvre, depuis L’Actuation poétique et L’Aventure des objets dans les années 1930 jusqu’à ses peintures abstraites d’après guerre, malgré le désaveu de l’abstraction lyrique et son passage vers le Nouveau Réalisme en 196066. L’auteur de « À quarante degrés au-dessus de Dada », voit en Bryen un briseur de mythe dans la continuité des dadaïstes. Comme eux, il ne croit plus au mythe selon lequel l’homme deviendra meilleur en se levant tôt pour remplir ses obligations sociales, en professant de grandes idées miteuses pour maintenir le mythe de son avenir brillant. En 1946, interrogé sur ce qu’il redoute le plus, Bryen répond par un calambour qui corrobore notre interprétation : « Les mites, les idées, les réveille-matin67. »

  • 68 . Bataille Georges, « Note : Sartre » (1947), in Ouvres complètes, t. XI, Paris, Gallimard, « nrf » (...)
  • 69 . Ibid.

30La démarche anti-mythe/mite de Bryen n’est pas isolée. Elle prolonge l’esprit antihumaniste de Dada, du surréalisme auquel Bryen et Audiberti sont directement liés et qui les influence fortement (dans ce sens, nos sous-titres font allusion à quelques célèbres textes surréalistes), de la revue Documents. Le rejet de l’humanisme devient une urgence après la récidive de la guerre mondiale, après les camps, après Hiroshima. En 1947, Georges Bataille écrit que ces événements ne doivent pas être écartés comme s’ils étaient le fait de quelques monstres : à l’instar des Pyramides et de l’Acropole, Auschwitz exprime l’homme, car les responsables d’Auschwitz avaient des narines, une bouche, une voix et une raison humaine68. Au lieu de créer une nouvelle catégorie d’hommes supposés indignes d’être ainsi nommés, réitérant de cette manière les méthodes nazis, il serait plus juste d’admettre que lesdits « monstres » ont un degré d’humanité sidérant et que « l’image de l’homme est inséparable, désormais, d’une chambre à gaz69 ».

31L’abhumanisme est encore une donnée confidentielle dans l’histoire de la peinture européenne d’après-guerre. Pourtant, il souligne la pertinence historique de l’artiste qui, dépouillé de ses miteux oripeaux grandiloquents, apparaît comme un acteur fondamental de l’histoire. Ces « prolégomènes » voudraient sortir l’abhumanisme de la pénombre à un moment où des groupes de recherche en histoire de l’art reviennent sur certaines interprétations quelque peu « mythiques » qui pèsent sur la peinture de cette période.

Notes

1 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte. Colloque abhumaniste, Paris, Gallimard, « nrf », 1952, p. 9. Le livre abonde de néologismes tel « héréditeurs ».

2 . Ibid., p. 41.

3 . Ibid., p. 45.

4 . Heidegger Martin, Lettre sur l’humanisme (trad. R. Meunier), Paris, Éditions Montaigne, 1957, p. 31. Ce texte est écrit en 1946, publié en allemand en 1947 et en français en 1953.

5 . Ibid., p. 119.

6 . Ibid., p. 47.

7 . Janicaud Dominique, « Du bon usage de la Lettre sur l’humanisme », in Heidegger et la question de l’humanisme. Faits, concepts, débats, Pinchard Bruno (dir.), Paris, PUF, « Thémis, philosophie », 2005, p. 213 et 222-223.

8 . Pour une présentation plus détaillée voir l’introduction de notre thèse L’Homme n’est peut-être pas le centre de l’univers. La crise de l’humanisme et l’Homme nouveau des avant-gardes (1909-1930), thèse de doctorat sous la direction de Ph. Dagen, Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne, soutenue en juin 2006.

9 . Signalons toutefois que dans la Lettre sur l’humanisme, Heidegger ne considère pas que Nietzsche fasse une percée hors de l’humanisme. Cet argument est contesté par Paindavaine Rémi, « Nietzsche et le problème de l’humanisme », in Revue de l’enseignement philosophique, n° 3, 1983, p. 32 et par Vattimo Gianni, « La crise de l’humanisme », in Exercices de la patience. Cahiers de philosophie, n ° 5, 1983, p. 20.

10 . Ce qu’affirme notamment le grand humaniste Jean Pic de la Mirandole. Voir « Sur la dignité de l’homme (1486) » (trad. Boulnois Olivier et Tognon Giuseppe), in Œuvres philosophiques, Paris, PUF, « Épiméthée », 1993, p. 23.

11 . Nietzsche Friedrich, Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885) (trad. Albert Henri et Lacoste Jean), in Ouvres, t. II, Paris, Robert Laffont, 1998.

12 . Nietzsche Friedrich, Ecce homo. Comment on devient ce qu’on est (1888) (trad. Albert Henri et Lacoste Jean), in Ouvres, op. cit., t. II, p. 1193. Nietzsche souligne.

13 . Ibid., p. 1146-1147.

14 . Ibid., p. 1142.

15 . Paindavaine Rémi, « Nietzsche et le problème de l’humanisme », in Revue de l’enseignement philosophique, op. cit., p. 35.

16 . Pour une argumentation précise de ces problématiques, nous renvoyons de nouveau à notre thèse et notamment à la deuxième partie (chapitre premier) pour Dada et à la troisième partie consacrée à Documents et à Bataille.

17 . Sous-titre du Gai savoir, que Nietzsche emprunte justement aux troubadours toulousains du xive siècle qui appelaient ainsi leurs poèmes consacrés à la Vierge.

18 . Domenach Jean-Marie, Approches de la modernité, Paris, Ellipses/École polytechnique, 1995, p. 202. Voir le chapitre « Mort de l’humanisme ».

19 . Deslandes André, Audiberti, Paris, Gallimard, « La Bibliothèque idéale », 1964, p. 43.

20 . Ibid.

21 . Ibid., p. 42-43.

22 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte, op. cit., p. 40-42.

23 . Ibid., p. 48.

24 . Ibid., p. 44.

25 . Ibid., p. 154.

26 . Ibid., p. 52.

27 . Ibid., p. 105. En 1866 l’industriel et chimiste suédois Alfred Nobel inventa la dynamite. Il fonda, par testament, cinq prix annuels au profit des auteurs de contributions particulièrement remarquables à la physique, la chimie, la physiologie et la médecine, la littérature et la paix ; en 1968, la banque de Suède leur a adjoint un prix de sciences économiques.

28 . Ibid., p. 45.

29 . Ibid., p. 45-46.

30 . Miatlev Adrian, « Chronique littéraire », in La Tour de feu, n ° 59, sept. 1958, in Abadie Daniel, Bryen abhomme, Bruxelles, La Connaissance, 1973, p. 122.

31 . Ibid.

32 . Audiberti Jacques, L’Abhumanisme, Paris, Gallimard, « nrf », 1955, p. 34.

33 . Ibid., p. 19.

34 . Ibid., p. 11.

35 . Ibid., p. 26.

36 . Ibid., p. 32. Une des pièces de théâtre les plus célèbres d’Audiberti s’intitule Le Mal court (1947).

37 . Ibid., p. 36.

38 . Ibid., p. 51.

39 . Ibid., p. 77.

40 . Ibid., p. 35.

41 . Ibid., p. 70.

42 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte, op. cit., p. 28.

43 . J’emprunte ce mot à Daniel Abadie qui a intitulé une des premières monographies significatives consacrée à Bryen : Bryen abhomme, op. cit.

44 . Bryen Camille, « Jepeinsje » (1955), in Camille Bryen à revers, Paris/Nantes, Somogy/Musée des Beaux-Arts, 1997, p. 132.

45 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte, op. cit., p. 119.

46 . Mathieu Georges, Désormais seul en face de Dieu, Genève, L’Âge d’Homme, 1998, p. 162.

47 . Rageot Gaëlle, « L’éclatement et la métamorphose dans l’œuvre graphique de Bryen », in Camille Bryen à revers, op. cit., p. 107. Dans ce même catalogue, l’article « Camille Bryen, peintre informel » de Jacqueline Boutet-Kapéra, consacré à la peinture de Bryen, ne mentionne pas l’abhumanisme.

48 . Abadie Daniel, Bryen abhomme, op. cit., p. 15.

49 . Ibid., p. 8.

50 . Bryen Camille, « Jepeinsje », in Camille Bryen à revers, op. cit., p. 132.

51 . Article cité dans Camille Bryen à revers, op. cit., p. 179.

52 . Audiberti Jacques, L’Abhumanisme, op. cit., p. 189.

53 . Audiberti Jacques, Bryen Camille, L’Ouvre-boîte, op. cit., p. 23. Nous soulignons.

54 . Patrix Georges, Les Gloires du VIe arrondissement, 1950, huile sur toile, col. part. On y voit, devant, de gauche à droite Raymond Duncan et Camille Bryen en costume de marin, reconnaissable à ses grandes lunettes et à sa petite taille ; derrière se tiennent, de gauche à droite, le patron des Deux-Magots, Boris Vian, Jacques Prévert, le bonapartiste, Jean Genet, Juliette Gréco, JeanPaul Sartre.

55 . Paulhan Jean, L’Art informel, Paris, Gallimard, 1962, p. 20. D’autres critiques vont revendiquer ce terme, à la définition très floue, pour d’autres artistes. Werner Haftmann, par exemple, écrira que Tapié invente le terme pour Wols, in Haftmann Werner, Abstract Art Since 1945, Londres, Thames & Hudson, 1971, p. 17.

56 . Graphique publiée dans le catalogue de « confrontées », in Bryen abhomme, op. cit., p. 123. Notons que la plaquette ridiculise l’abstraction géométrique qui figure sous forme de carré noir opaque en haut à droite.

57 . Estienne Charles, « D’un style en germination », préface à l’exposition Corneille, galerie Colette Allendy, 19 mars 1954, publié in Charles Estienne et l’art à Paris, 1945-1966, Paris, Centre national des arts plastiques, 1984, p. 9.

58 . Mathieu Georges, Au-delà du tachisme, Paris, Julliard, 1963, p. 65.

59 . Voir l’article de Boutet-Kapéta Jacqueline, « Camille Bryen, peintre informel », in Camille Bryen à revers, op. cit., p. 109-115.

60 . Tapié Michel, Un Art Autre, Paris, Éditions Artcurial, 1994, non paginé.

61 . Nous avons cité un passage beaucoup plus tardif de Mathieu, dépréciant l’« attitude » abhumaniste.

62 . Le 10 avril 1943, en pleine guerre, Bryen prononce une conférence sur Dada, voir Camille Bryen à revers, op. cit., p. 171.

63 . Audiberti Jacques, « Camille Bryen poileur de pierres », in Bryen abhomme, op. cit., p. 121.

64 . Peu avant sa mort, Restany regrettait toujours le fait que ce concept soit si méconnu. Ils a adressé quelques lettre à l’auteur à ce sujet courant 1999-2000.

65 . Restany Pierre, La Grande histoire de la peinture moderne, t. V, Genève, Skira, 1982, p. 43.

66 . Boutet-Kapéra Jacqueline, « Camille Bryen, peintre informel », in Camille Bryen à revers, op. cit., p. 119-120 et 133 (note 22).

67 . « Le Savoir vivre », Bruxelles, 1946. Cité dans Camille Bryen à revers, op. cit., p. 116.

68 . Bataille Georges, « Note : Sartre » (1947), in Ouvres complètes, t. XI, Paris, Gallimard, « nrf », 1988, p. 226.

69 . Ibid.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540