Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et mythe

 | 
Fabrice Flahutez
, 
Thierry Dufrêne

Art et mythe

Fabrice Flahutez

Texte intégral

  • 1 . Lévi-Strauss Claude, La Pensée sauvage (1962), Paris, Plon, 1985, p. 40-41.
  • 2 . Bataille Georges, « l’absence de mythe », Le Surréalisme en 1947, exposition internationale du su (...)

1Cette publication aborde la question du mythe et des mythologies contemporaines cette en résonnance avec la création et l’histoire de l’art. La question n’est pas nouvelle et il existe déjà une très importante littérature scientifique sur le sujet, mais il semblait nécessaire au regard des récents travaux de recherches internationaux de faire le point en ce domaine. Selon Claude Lévi-Strauss, l’art et le mythe entretiennent des liens de proximités parce qu’ils sont langages. Ils ont la particularité de se fonder sur l’échange entre celui qui fait et celui qui sait « écouter ». Art et mythe sont deux pôles qui suscitent de la part des hommes, des sentiments et des actions connexes, parce qu’ils se vivent. On cherchera moins à mettre en évidence l’illustration du mythe dans l’art que la circulation du mythe à travers l’art. Des conceptions Jungiennes d’une formulation préconsciente du mythe à la proposition structurale lévi-straussienne, c’est tout un xxe siècle tourné vers la question d’une définition du mythologique. La filiation demande à être revisitée aujourd’hui tant les artistes et leurs problématiques continuent d’être en résonnance avec ces conceptions. De la peinture à l’installation, du théâtre à la pratique scénique et au cinéma, l’art ne cesse de produire des mythèmes qui s’inscrivent comme autant de perspectives. Qu’on pense à l’avènement de la modernité pour voir aux hasards de Kandinsky à Debord et de Brecht à Genet, toute une propension à construire une mythologie contemporaine propre à traduire et exprimer ce monde tout en le transformant. Le mythe est un cycle qui se répète et qui épouse les formes de la révolution et de la mutation, il n’est qu’une origine en devenir, portant en lui sa propre défaite. Pour exemples, Roger Caillois, Sigmund Freud, André Breton et même Georges Bataille poserons des bases théoriques, souvent conflictuelles, pour en comprendre les modalités de fonctionnement et l’art sera un terrain de prédilection pour en éprouver les outils méthodologiques. Le mythe, au contraire de la légende, est à la fois un dénie du religieux dans la mesure où il place l’âge d’or dans un futur à inventer et non dans un passé originel et perdu, il est aussi une recomposition d’agencements qui tentent d’exprimer au plus près et au plus juste une certaine humanité. « Les mythes nous apparaissent simultanément comme des systèmes de relations abstraites et comme des objets de contemplation esthétique : en effet, l’acte créateur qui engendre le mythe est symétrique et inverse de celui qu’on trouve à l’origine de l’œuvre d’art1. » Il semble alors que nous retrouvions l’oscillation qui sous-tend presque toutes les propositions artistiques qui ne sont pas « domestiqués à des fins de rendements ». Au delà des théories c’est aussi la pratique artistiques qui sera questionnée. Qu’est-ce que le mythe ? Quelles relations entretient-il avec la pratique artistique, l’objet d’art et l’artiste ? Où commence-t-il et où finit-il ? « Comme les fleuves dans la mer, les mythes, durables ou fugaces, se perdent dans l’absence de mythe, qui en est le deuil et la vérité. [...] “la nuit est aussi un soleil” et l’absence de mythe est aussi un mythe : le plus froid, le plus pur, le seul vrai2 ». Les contributions abordent l’art international de la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours avec des méthodologies innovantes. En fin de volume, une partie est consacrée à la valorisation des sources primaires qui sont établies par les chercheurs et des doctorants pendant leurs travaux de recherches. Il s’agit, pour le présent volume, d’entretiens inédits avec des personnalités importantes du monde de l’art : Pierre Restany, Dado, Alain Joubert, Vladimir Velickovic.

Notes

1 . Lévi-Strauss Claude, La Pensée sauvage (1962), Paris, Plon, 1985, p. 40-41.

2 . Bataille Georges, « l’absence de mythe », Le Surréalisme en 1947, exposition internationale du surréalisme, présenté par Marcel Duchamp et André Breton, Paris, Maeght, 1947, p. 65.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540