Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythe et fiction

 | 
Danièle Auger
, 
Charles Delattre

Mythe et mythopoétique

La guerre d’Ilium n’aura pas lieu : l’Iliade décrit-elle un monde possible ?

Simon Bréan

Texte intégral

  • 1 Veyne Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Éditions du Seuil, « Des Travaux », 198 (...)

1Dans Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paul Veyne voit dans la mythologie grecque un « vaste pan de littérature », écrit « antérieurement à la distinction entre la réalité et la fiction, quand l’élément légendaire est sereinement admis1 ». Il ajoute ensuite :

  • 2 Ibid., p. 32.

Toutes les légendes, guerre de Troie, Thébaïde ou expédition des Argonautes, passaient pour globalement authentiques ; un auditeur de l’Iliade était donc dans la position où est chez nous un lecteur d’histoire romancée2.

2D’après Veyne, alors que, pour des lecteurs actuels, l’Iliade est une simple fiction, reçue sur le mode ludique, pour un lecteur de l’Antiquité cette fiction est transitive, puisqu’elle permet l’accès à une vérité qui peut être de trois ordres : historique, allégorique ou étiologique. Néanmoins, ces deux manières d’envisager la fiction ne correspondent pas nécessairement à des moments historiques, mais peuvent renvoyer à deux conceptions différentes de la façon dont une fiction construit son environnement narratif.

  • 3 Dolezel Lubomir, Heterocosmica. Fiction and Possible Worlds, Baltimore et Londres, Johns Hopkins U (...)
  • 4 Ibid., p. 16 : « Fictional worlds are ensembles of nonactualized possible states of affairs » (je (...)

3Dans Heterocosmica. Fiction and Possible Worlds3, Lubomir Dolezel propose une distinction claire entre ces deux conceptions. La première se situe dans un seul monde de référence. C’est celle que Veyne attribue aux Grecs, selon laquelle la fiction est mimétique : le monde de l’Iliade lui préexiste et peut être reconstitué indépendamment du texte, en cherchant dans d’autres récits ou d’autres types de sources de quoi compléter tout ce qui dans le texte original est implicite ou lacunaire. Selon la seconde, les différentes fictions élaborent une infinité de mondes possibles. Lorsque nous lisons l’Iliade sur un mode ludique, nous la considérons en fait comme la source unique du monde qu’elle nous présente, un monde qui est simplement un « état des choses possible, mais sans aucun fondement dans la réalité4 ».

  • 5 Simmons Dan, Ilium, Paris, Robert Laffont, « Ailleurs et Demain », 2004. Il s’agit de la première (...)

4Ces deux visions de la fiction sont confrontées implicitement dans un roman de science-fiction, Ilium5. Dan Simmons y reprend les principaux événements de l’Iliade, en les expliquant par les moyens propres à la science-fiction, tout en faisant de la nature même du texte d’Homère un enjeu principal de la compréhension du monde du roman. Il devient nécessaire au fur et à mesure que l’histoire progresse de déterminer quel rapport exact le récit transmis par l’Iliade entretient avec la « réalité » dépeinte par le roman. Le narrateur, Thomas Hockenberry, est un scholiaste, un professeur d’université spécialiste de l’Iliade, arraché à son époque par les dieux de l’Olympe. Ceux-ci en ont fait un témoin privilégié de la « véritable » guerre de Troie, pour s’assurer que le déroulement réel des événements coïncide suffisamment avec le récit d’Homère. Se transformant progressivement en acteur du récit, le scholiaste passe, au fur et à mesure que l’action d’Ilium se déroule, d’une conception de l’Iliade comme fiction mimétique, à une autre qui n’en fait qu’un des états possibles du monde, à partir pourtant des mêmes composantes mythologiques.

5Le roman de Dan Simmons se démarque de la plupart des ouvrages de science-fiction où apparaissent des éléments mythologiques. Il ne se contente pas de s’inspirer de l’Iliade, mais propose, en même temps qu’une réécriture de l’épopée, des réflexions et des interprétations du texte original, par l’intermédiaire de son narrateur. Ilium tout entier peut être traité comme un commentaire de l’Iliade, voire comme une réflexion sur la nature de la fiction en général. À partir de ce roman de science-fiction, nous allons essayer de préciser ce qu’impliquent les deux lectures possibles de l’Iliade, l’une comme fiction mimétique, c’est-à-dire modélisant des événements plus ou moins réels ou historiques, et l’autre comme matrice d’un monde possible, afin de déterminer quel rapport exact la fiction élaborée par l’épopée homérique entretient avec l’ensemble des mythes auxquels elle renvoie, ou dont elle fonde des aspects particuliers dans la tradition mythographique.

  • 6 Il existe deux manières « d’expliquer » le matériau mythique adapté dans un récit de science-ficti (...)

6Un des enjeux classiques d’un roman de science-fiction fondé sur la mythologie est la révélation progressive de la véritable source des facultés surhumaines décrites dans les mythes. Ici, toute ambiguïté est levée dès les premières pages. Dans Ilium, les dieux de l’Olympe tirent leurs pouvoirs d’une technologie très avancée. Les héros grecs et troyens du roman disposent aussi, du fait de leur filiation divine, de capacités surhumaines, mais ils agissent et raisonnent comme dans l’Iliade, car ils ignorent la nature des dieux. À partir de ces éléments, un récit de science-fiction pourrait se contenter de reprendre les principaux événements de l’épopée homérique, en les « rationalisant6 ». Ilium, néanmoins, se construit autour de la rébellion d’un scholiaste, Hockenberry, qui de simple témoin devient acteur de cette nouvelle Iliade, mettant à l’épreuve la fiction originale, jusqu’à ce que la trame d’Ilium diverge nettement de celle de l’épopée.

7Le caractère ostentatoire de la science-fiction dans Ilium indique que le véritable enjeu du roman ne réside pas dans l’élucidation des sources technologiques de la guerre de Troie. L’ouverture du roman est une réécriture de l’invocation à la Muse, où le scholiaste associe la colère d’Achille à sa propre colère, devant les intrigues des dieux, qui trompent les Grecs grâce à leur technologie. Thomas Hockenberry est un Homère mécontent de son sort, qui n’aurait pas cessé de s’exprimer à la première personne et qui aurait eu réellement la possibilité de passer inaperçu dans le camp des Grecs comme dans celui des Troyens, ainsi que dans l’Olympe, assistant en personne aux événements qu’il rapporte. Entré en possession du casque d’Hadès, il devient en effet capable d’espionner les dieux eux-mêmes.

8Tant qu’Hockenberry reste un témoin impuissant, il traite l’Iliade comme un récit historique et pense être revenu en arrière dans le temps, approximativement en 1200 avant notre ère. En tant que chercheur, il avait déjà la même posture critique, considérant que l’épopée décrivait, d’une manière ou d’une autre, des événements réels :

  • 7 Simmons Dan, Ilium, op. cit., p. 12.

S’il vous est arrivé d’imaginer le siège d’Ilium, activité qui fut la mienne pendant plus de vingt ans, j’ai le regret de vous dire que votre imagination n’était probablement pas à la hauteur de la tâche. La mienne ne l’était point. La réalité est bien plus merveilleuse que ne nous l’a laissé entrevoir l’aède aveugle7.

9Confronté à la réalité qu’il avait toujours supposée derrière l’Iliade, il est à même de régler certaines questions, laissées dans l’ombre par le texte, comme la nature exacte des interventions divines. Il s’interroge ici sur ce qui va réellement se produire lors de la dispute entre Achille et Agamemnon au sujet de Briséïs :

  • 8 Ibid., p. 14.

Qu’Achille saisisse son épée… […] Athéné va-t-elle apparaître pour l’empêcher de la tirer du fourreau, ou bien n’est-elle ici qu’une métaphore du bon sens d’Achille prenant le dessus ? J’ai attendu toute ma vie une réponse à ce genre de question8.

10Simmons choisit toujours la réponse la plus littérale : les dieux interviennent en personne à chaque fois que l’Iliade les mentionne.

Et c’est là qu’Achille craque et empoigne son épée. Et c’est là que l’Iliade pourrait s’achever — avec la mort d’Agamemnon, d’Achille ou des deux —, avec le retour au bercail des Achéens, la promesse pour Hector d’une vieillesse paisible et pour Troie d’un millénaire de gloire qui ferait peut-être d’elle la rivale de Rome, sauf qu’à cette seconde la déesse Athéné apparaît derrière Achille.

  • 9 Ibid., p. 23.

Je la vois. Achille pivote sur lui-même en grimaçant et, de toute évidence, la voit aussi. Personne d’autre n’en est capable. Je ne comprends rien à cette technologie de la furtivité, mais elle fonctionne avec moi et elle fonctionne avec les dieux9.

11Selon cette perspective, le poète n’invente rien : tout ce qui est décrit dans l’Iliade s’est réellement produit. Seule est accordée à Homère une certaine « licence poétique » :

  • 10 Ibid., p. 13.

J’ai déjà assisté à des scènes que la licence poétique l’avait amené à déplacer dans son récit, ainsi celle que l’on a baptisée « le catalogue des vaisseaux », la description des forces grecques qui figure dans le chant II de l’Iliade mais à laquelle j’ai assisté il y a plus de neuf ans, lors des préparatifs de l’expédition à Aulis, dans le détroit séparant Eubée du continent10.

12Les personnages de l’épopée renvoient donc ici à des réalités historiques. Le monde dans lequel se déroule la guerre est de ce fait tenu pour un monde complet, équivalent au nôtre, où il suffirait d’enquêter avec les moyens appropriés, comme une machine à voyager dans le temps, pour déterminer la couleur exacte des yeux d’Athéna ou le nom de tous les guerriers troyens tués par Achille lors de la sixième année de la guerre. Il est surtout possible de constater ce qui dans l’Iliade est vrai ou faux.

13Le scholiaste reste pris dans cette illusion référentielle même lorsqu’il cesse d’être un simple témoin. Une fois en mesure d’agir, il cherche encore à employer sa connaissance de l’Iliade pour inciter les Grecs à se rebeller contre les dieux. Pour cela, il lui faut trouver un moment important de l’épopée, où une légère incertitude puisse lui permettre d’insinuer sa propre volonté. Pour éviter de perturber le cours des événements, les dieux se refusent à connaître le contenu de l’Iliade, ce qui implique selon la perspective de Hockenberry qu’ils ignorent leur propre avenir. Toutefois, ils seraient à même de détecter toute intervention, à moins qu’elle ne soit subtile.

14Au chant IX, il interprète la forme verbale employée dans les vers 182-184 comme un indice d’une telle incertitude. Alors que l’ambassade envoyée pour apaiser Achille se compose d’Ajax, d’Ulysse et de Phénix, les verbes sont conjugués au duel, si bien que le texte ne parle formellement que de deux d’entre eux dans ces vers, comme si la présence du précepteur d’Achille n’était pas certaine. Le scholiaste conclut son analyse en ces termes :

Nombre de lettrés de mon époque et de celles qui l’ont précédée affirmaient que Phénix était une pièce rapportée au récit, un personnage ajouté bien des siècles plus tard, ce qui expliquerait cette forme duale, sauf que, des trois discours prononcés par les ambassadeurs, c’est celui de Phénix qui est le plus long et le plus complexe. Une tirade si merveilleusement alambiquée qu’elle ne peut être due qu’à Homère.

  • 11 Ibid., p. 329-330.

Tout se passe comme si l’aède aveugle ignorait le nombre exact d’ambassadeurs, ainsi que le poids du discours de Phénix dans la décision d’Achille, si lourde de conséquences pour le destin de tous11.

15Hockenberry usurpe l’apparence de Phénix, mais est surpris de constater que, sans qu’il intervienne, rien ne se produit comme prédit par l’Iliade. Le scholiaste comprend alors qu’une comparaison précise entre le texte et la réalité à laquelle il est confronté est inutile. Il s’exclame alors, paniqué :

  • 12 Ibid., p. 357.

Homère s’était trompé ! Le cours de cette guerre de Troie vient de diverger de celui de l’Iliade, me laissant aussi aveugle à l’avenir qu’Hélène et que tous les autres acteurs de ce drame, aussi aveugle que les dieux, aussi aveugle qu’Homère lui-même, maudit soit-il12 !

16Ce monde n’est pas celui de l’épopée, mais un autre monde possible, strictement autonome par rapport au récit homérique. La démarche initiale de Hockenberry, qui consiste à comparer l’Iliade et ce monde, est vouée à l’échec. Il est impossible d’attribuer une quelconque valeur de vérité à l’Iliade, ainsi que le postule la théorie des mondes possibles, selon laquelle une fiction n’est ni vraie ni fausse, parce qu’elle n’a pas de référent réel : elle construit un monde verbal, lequel n’est par définition jamais complet, si bien que ce qui est absent du texte reste toujours indécidable.

17Dès lors que cette référence à la « réalité historique » est évacuée, il devient possible pour Hockenberry de comprendre certaines propriétés de son univers. Le roman de Simmons postule en fait que la nouvelle Iliade est une sorte de programmation de la réalité, mise au point par des humains désireux de se faire dieux. Dans l’espoir de faire se correspondre leur propre nature et celle des dieux de la mythologie grecque, ces humains ambitieux ont intégré à leur programmation toutes les informations disponibles. Ils y ont donc inclus toutes les œuvres antiques et les contributions mythographiques qui donnaient du monde de la mythologie grecque une vision convergente. Ces apprentis dieux aspiraient en fait à dépasser tous les textes, pour atteindre une réalité supérieure, celle de la tradition mythologique.

18Cela correspond au fonctionnement de la mythologie elle-même, qui se forme par homogénéisation de différentes traditions. Tous les récits, depuis la naissance de l’univers jusqu’aux mythes locaux, sont susceptibles d’être réduits à des unités sémiotiques commensurables entre elles, qu’on peut nommer avec Levi-Strauss des mythèmes, soit la plus petite unité de sens d’un mythe. Ces mythèmes peuvent être assemblés en un continuum mythologique, une sorte de macro-récit où chaque mythe a sa place et qui sert d’univers de référence selon lequel est évalué tout nouveau récit. Le monde d’Ilium aurait dû, selon le plan des dieux, correspondre exactement à ce macro-récit, leur garantissant immortalité et souveraineté sur les hommes.

  • 13 Ilium offre un exemple plus radical encore d’une telle multiplication. Si l’intrigue principale co (...)

19Or, les pseudo-dieux d’Ilium ont produit une fiction en croyant créer un mythe. Le roman fourmille d’objets issus de la science-fiction et leur présence fonctionne comme un révélateur du véritable processus à l’œuvre dans cette programmation. L’existence d’un macro-récit mythologique peut donner l’impression qu’il y a libre circulation des entités mythiques entre les œuvres littéraires de l’Antiquité, à partir d’un univers de référence partagé. Selon cette conception mimétique, l’Ulysse de l’Iliade est le même que celui de l’Odyssée ou des tragédies de Sophocle, dans la mesure où Ulysse, en tant que figure mythique, existe indépendamment de toute fiction. Cette perception stricte de l’identité d’un personnage est mise à mal dans Ilium, puisqu’il s’y trouve deux Ulysse indépendants l’un de l’autre, l’un issu de l’Iliade, l’autre de l’Odyssée. Simmons fait subir au personnage de la mythologie le traitement d’amplification que la science-fiction réserve à ses objets spécifiques : elle fait d’un individu isolé une catégorie entière et en diversifie les occurrences à volonté, sans chercher à les homogénéiser d’un texte à l’autre. Ilium pourrait contenir autant d’Ulysse qu’il y a eu d’œuvres littéraires réelles ou supposées mettant en scène ce personnage13. Aucun des deux Ulysse rencontrés par Hockenberry n’est pourtant l’Ulysse de la mythologie. Il s’agit à chaque fois de ce que dans la théorie des mondes possibles on nomme un counterpart, un homologue. Selon les mots de Lubomir Dolezel :

  • 14 Dolezel Lubomir, Heterocosmica, op. cit., p. 21 : « Possible-worlds semantics makes us aware that (...)

La sémantique des mondes possibles nous rend conscients du fait que le matériau issu du monde réel doit subir une transformation substantielle à la frontière des mondes. Du fait de la souveraineté ontologique des mondes fictionnels, les entités du monde réel doivent être converties en possibles non-réels, avec toutes les conséquences ontologiques, logiques et sémantiques que cette transformation entraîne. […] Les personnes du monde réel (c’est-à-dire les personnages historiques) ne sont à même d’accéder à un monde fictionnel que s’ils deviennent des homologues possibles, adoptant toute forme que choisit l’auteur de la fiction14.

20Ainsi, les personnages d’Ilium n’entretiennent qu’un rapport d’homologie avec leurs homonymes de l’épopée homérique, tout comme les personnages de l’Iliade ne sont en fait que des transpositions de figures mythiques. Leurs caractéristiques et leurs comportements ne sont déterminés que par les textes où ils se trouvent. Pris dans leurs mondes possibles respectifs ou dans le continuum de la mythologie, tous ces personnages sont radicalement indépendants les uns des autres.

21Quel que soit le degré de ressemblance par rapport à son modèle mythologique, les dieux d’Ilium n’ont pu faire autrement que de créer un certain monde possible, obéissant à des lois qui lui sont propres et peuplé d’entités indépendantes des textes qui en ont inspiré la forme. De la même manière, l’Iliade construit au fil de son récit un monde fictionnel singulier, qui suit uniquement la logique de sa composition et qui est habité par des personnages autonomes. À partir des distinctions mises en place par Ilium, on peut donc suggérer que passer du mythe à la fiction, et inversement, implique des manières très différentes d’aborder le même texte.

  • 15 Gantz Timothy, Mythes de la Grèce archaïque, Paris, Belin, « L’Antiquité au présent », 2004, p. 6  (...)
  • 16 Graves Robert, Les Mythes grecs, Paris, Fayard, « Pluriel », 1967.

22Avant de les détailler, il est nécessaire de nuancer la conception de l’étude des mythes que met en scène Ilium. La perspective initiale de Hockenberry correspond en fait plus à celle d’un mythologue qu’à celle des mythographes qui, depuis l’Antiquité, se sont efforcés de produire un récit d’ensemble à partir de fragments, de spéculations et de textes littéraires. Les travaux de tels érudits, d’Apollodore15 à Robert Graves16, sont d’une lecture agréable, mais ils placent tous les textes au même rang. Ils les utilisent pour mettre au point leur propre récit, censément plus complet que l’original, alors même que la part de spéculation nécessaire pour combler les lacunes et harmoniser les différentes variantes fait d’un tel récit une fiction de plus. En revanche, le travail d’un mythologue implique de ne pas trancher définitivement sur le statut des différentes variantes. Cela suppose donc une plus grande attention quant à la manière dont les récits mythiques ont progressivement fait se cristalliser une certaine version du passé, jusqu’à se constituer en tradition, voire en canon littéraire. C’est ainsi que Timothy Gantz, dans la préface de son ouvrage, Mythes de la Grèce archaïque, décrit le processus qui a amené à la formation d’une Iliade unique et en a fait une œuvre littéraire :

  • 17 Gantz Timothy, Mythes de la Grèce archaïque, op. cit., p. 10.

Je fais mienne la conception selon laquelle il existait un corpus général de récits traditionnels que connaissaient les conteurs à l’époque d’Homère et encore avant ; et même si chacun de ces conteurs faisait sa propre sélection (en se permettant, sans aucun doute, certaines innovations), ce corpus n’a cessé d’exercer son pouvoir d’attraction, qui s’explique certainement par la présence d’une sorte d’élément canonique qui est parvenu à se maintenir en dépit des multiples traitements particuliers17.

  • 18 Ibid., p. 16.

23Selon cette approche, on postule l’existence d’un corpus, indépendamment de l’Iliade, qui constitue un fonds préalable. Cela implique encore que l’Iliade n’épuise pas la matière mythologique qui lui préexiste. En cherchant à reconstituer ce matériau archaïque, Gantz reste néanmoins très prudent, comme lorsqu’il évoque une confrontation des textes d’Homère et d’Hésiode, puisqu’il suggère même que l’auteur de l’Iliade peut avoir « inventé au cas par cas les éléments pertinents dont il avait besoin, sans se préoccuper de présenter un ensemble cohérent18 ».

24Il reste néanmoins possible de différencier nettement la lecture de l’Iliade en termes de mythe et celle en termes de fiction. Si, parallèlement à celle d’Homère, avait été composée une autre Iliade décrivant un monde possible où Achille épargne Hector, un mythologue aurait traité l’une comme une variante de l’autre, après avoir déterminé quelle version du mythe était la plus conforme à l’ensemble des traditions. Un mythographe antique aurait peut-être même taxé la version la moins orthodoxe de pure fiction. Pourtant, analysées toutes deux comme des fictions, aucune de ces épopées ne pourrait l’emporter sur l’autre et aucune ne contiendrait l’Achille du mythe, la figure composite qui engloberait ces deux versions contradictoires et continuerait à exister indéfiniment, indépendamment de toute fiction.

25Lire l’Iliade comme le récit d’un ou de plusieurs mythes revient donc à postuler un univers théoriquement complet, c’est-à-dire sujet à une vérification par rapport à des compilations et des variantes, et où les personnages jouissent d’une unicité ontologique, c’est-à-dire qu’un même nom propre renvoie toujours exactement au même personnage, quelles que soient les variations ponctuelles introduites par un texte. Dans cette perspective, l’Iliade n’est que la première actualisation littéraire connue de mythes qui lui préexistaient et l’art du poète a consisté à choisir un sujet, la colère d’Achille, qu’il a ensuite présenté d’une manière habile et agréable. Or, même en supposant que l’épopée modélise des éléments qu’elle reprend à une réalité extérieure, qu’il s’agisse d’informations décrivant le monde réel ou tirées d’autres récits, il est difficile de faire la part de l’invention. Tout mythe est donc irrémédiablement coloré par les fictions où il a été successivement actualisé.

26Lire l’Iliade comme une fiction implique de chercher dans le seul récit les instructions pour construire le monde possible auquel on fait référence. Ce monde immanent est nécessairement incomplet : rien de ce qui est absent du texte n’est décidable. Les personnages qui s’y trouvent sont autochtones. Selon cette lecture, l’Iliade a présenté de manière souveraine une histoire construisant un seul monde possible. Par la suite, ce récit qui présentait un monde contingent a été tenu pour un texte d’autorité offrant un récit fiable d’éléments mythiques, si bien que le caractère arbitraire de sa fiction s’est estompé. Or, même s’il y a coïncidence entre les événements de l’Iliade et les mythes se rapportant à la guerre de Troie, cela ne doit pas faire oublier que les événements qui y sont décrits suivent uniquement la logique du texte et non une nécessité extérieure.

  • 19 Selon Lubomir Dolezel, la mythologie dans son ensemble est un cas particulier d’élaboration de mon (...)
  • 20 L’« objectivité » du matériau historique n’a d’ailleurs pas d’incidence sur la nature fictionnelle (...)

27Néanmoins, même en se fondant sur la théorie des mondes possibles, il est impossible de ne pas supposer l’existence d’un ensemble mythologique plus vaste, transcendant chacune de ses actualisations fictionnelles, et qui en constitue l’horizon19. Cela n’implique pas pour autant de revenir à une conception de l’Iliade comme « histoire romancée », en prêtant une forme d’objectivité « historique » au matériau mythologique20. La littérature de science-fiction offre l’exemple d’un mode de fonctionnement similaire à celui de la mythologie envisagée comme un ensemble fictionnel. Au fur et à mesure que s’écrivent les œuvres de science-fiction, se développe en effet un « macro-texte », qui correspond au savoir encyclopédique des divers lecteurs de ce genre littéraire. Ce savoir prend une dimension apparemment objective, dans la mesure où il constitue un ensemble indépendant des différents textes où il a pris naissance, mais il correspond plus exactement à la mise en place d’une compétence de lecture permettant d’affiner la compréhension de nouveaux textes du genre. Lorsqu’il aborde une histoire où interviennent robots, voyages spatiaux, nanotechnologies et physique quantique, un lecteur de science-fiction est à même de rapprocher les images construites par le texte de leurs précédentes actualisations. Dans une telle perspective, postuler un macro-récit mythologique revient à dire qu’une connaissance préalable des mythes, non seulement comme images, mais aussi comme intrigues partiellement déterminées, permet d’améliorer la faculté d’un lecteur à lire un récit mythique, en le rendant sensible à la manière dont un texte précis s’approprie et restitue sous une forme neuve le matériau mythologique.

28Macro-récit, macro-texte : les récits mythologiques et ceux de la science-fiction partagent cette caractéristique essentielle que les histoires qu’ils mettent en scène valent à la fois pour la construction d’un monde particulier et pour un monde plus vaste et fondamentalement hétérogène. Comme le montrent bien les difficultés rencontrées par le scholiaste Hockenberry dans Ilium, le monde de l’Iliade se construit aussi bien en fonction des possibles que la fiction affirme, qu’en fonction des variantes qu’elle n’actualise pas. Le lecteur a ainsi, en même temps qu’il reconstruit le monde, une conscience périphérique de diverses lignes de fuite dessinées par toutes les questions que la fiction pose, mais qui ne peuvent être résolues qu’en dehors du texte, dans l’espace partagé du mythe.

Notes

1 Veyne Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Éditions du Seuil, « Des Travaux », 1983, p. 28.

2 Ibid., p. 32.

3 Dolezel Lubomir, Heterocosmica. Fiction and Possible Worlds, Baltimore et Londres, Johns Hopkins University Press, 1998.

4 Ibid., p. 16 : « Fictional worlds are ensembles of nonactualized possible states of affairs » (je traduis).

5 Simmons Dan, Ilium, Paris, Robert Laffont, « Ailleurs et Demain », 2004. Il s’agit de la première partie d’un diptyque. Olympos (Paris, Robert Laffont, « Ailleurs et Demain », 2006), qui en propose la conclusion, n’est pas étudié ici, dans la mesure où Simmons ne suit plus fidèlement le texte de l’Iliade.

6 Il existe deux manières « d’expliquer » le matériau mythique adapté dans un récit de science-fiction. La première se fonde sur un certain évhémérisme, mâtiné de positivisme, pour relire le mythe en termes réalistes, en en présentant la réalité sous-jacente. Robert Silverberg propose ainsi une rationalisation de l’épopée de Gilgamesh, selon laquelle tout ce qui paraît surnaturel n’est en fait que la déformation de faits réels par les superstitions et croyances des Sumériens (Silverberg Robert, Gilgamesh, roi d’Ourouk, Paris, Gallimard, « Folio Science-fiction », 2000). La seconde façon de relire un mythe au travers de la science-fiction consiste à présenter de « nouvelles aventures » des dieux et des héros, dont les facultés surnaturelles sont expliquées par des sources pseudo-technologiques (cf. Zelazny Roger, Royaumes d’ombre et de lumière, Paris, Denoël, « Présence du Futur », 1990). Ilium s’inscrit à la rencontre de ces deux approches, puisque les explications pseudo-rationnelles justifiant les pouvoirs des dieux servent à réitérer le mythe initial.

7 Simmons Dan, Ilium, op. cit., p. 12.

8 Ibid., p. 14.

9 Ibid., p. 23.

10 Ibid., p. 13.

11 Ibid., p. 329-330.

12 Ibid., p. 357.

13 Ilium offre un exemple plus radical encore d’une telle multiplication. Si l’intrigue principale concerne la nouvelle Iliade et les dieux qui lui donnent forme, une des intrigues secondaires met en scène des personnages tirés de La Tempête de Shakespeare. Caliban y devient le modèle d’une nouvelle espèce, les « calibani », qui sont des créatures frustes et cruelles, réduites collectivement à l’esclavage au service d’un Prospéro « informatique ».

14 Dolezel Lubomir, Heterocosmica, op. cit., p. 21 : « Possible-worlds semantics makes us aware that the material coming from the actual world has to undergo a substantial transformation at the world boundary. Because of the ontological sovereignity of fictional worlds, actual-world entities have to be converted into nonactual possibles, with all the ontological, logical, and semantical consequences that this transformation entails. […] Actual-world (historical) individuals are able to enter a fictional world only if they become possible counterparts, shaped in any way the fiction maker chooses » (je traduis).

15 Gantz Timothy, Mythes de la Grèce archaïque, Paris, Belin, « L’Antiquité au présent », 2004, p. 6 : « En fait, le premier recueil de mythes dont nous disposions qui soit véritablement une somme est celui qui a été attribué à un certain Apollodore et dont on pense qu’il fut écrit au iie siècle apr. J.-C. Ce que nous apporte cet Apollodore (il semble bien que l’attribution soit erronée, mais appelons-le ainsi ; le nom en vaut un autre), c’est une trame narrative continue, qui commence avec la lignée de Deucalion et se termine avec les retours des Achéens qui combattirent à Troie. Dans une préface en vers à son ouvrage, l’auteur annonce fièrement que ses lecteurs n’auront plus besoin d’aller consulter Homère, les poètes élégiaques ou les Tragiques, sans compter les œuvres peintes, parce que tout est contenu dans les pages de ce seul et unique livre. »

16 Graves Robert, Les Mythes grecs, Paris, Fayard, « Pluriel », 1967.

17 Gantz Timothy, Mythes de la Grèce archaïque, op. cit., p. 10.

18 Ibid., p. 16.

19 Selon Lubomir Dolezel, la mythologie dans son ensemble est un cas particulier d’élaboration de monde fictionnel, puisqu’elle construit un monde dyadique, et non pas absolument homogène. Il propose une théorie faisant de la mythologie une sorte de fiction transcendante (qui n’est pas sans analogie avec le macro-récit évoqué plus haut) où le monde des dieux et le monde des hommes sont nettement distincts l’un de l’autre. L’Iliade serait alors le lieu, en tant que fiction particulière, de l’unification de ce monde dyadique (Dolezel Lubomir, Heterocosmica, op. cit., p. 129-130).

20 L’« objectivité » du matériau historique n’a d’ailleurs pas d’incidence sur la nature fictionnelle d’un roman historique. Dans ce cas comme pour toutes les fictions, le monde du roman est strictement distinct de la réalité qu’il prétend reconstituer et les personnages qu’il met en scène sont des homologues de personnages historiques, dont les caractéristiques sont données par le texte, ou restent invérifiables même si celles des « originaux » sont connues.

Auteur

Université Paris-Sorbonne, Paris IV

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540