Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythe et fiction

 | 
Danièle Auger
, 
Charles Delattre

Mythe et enjeux génériques

Énumérer les Argonautes : catalogues épiques et listes mythographiques, enjeux génériques

Anne Maugier-Sinha

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier chaleureusement Charles Delattre pour son soutien constant lors de l’élaborati (...)

Note portant sur le titre1

  • 2 Cf. Mazon Paul, Introduction à l’Iliade, Paris, Les Belles Lettres, 1967, p. 152. Günther Jachmann (...)
  • 3 On peut ainsi s’interroger sur l’intérêt d’une description de l’arrivée des bateaux, neuf ans après (...)
  • 4 Rhys Carpenter dans Folk Tale, Fiction and Saga in the Homeric Epics, Berkeley, University of Calif (...)

1Des énumérations de personnages mythologiques figurent aussi bien dans des épopées que dans des œuvres mythographiques mais, pour un lecteur moderne, c’est dans ces dernières qu’elles semblent le mieux s’intégrer. Le catalogue, qui est pourtant, depuis le catalogue des Vaisseaux du chant II de l’Iliade, un topos du genre épique, est un lieu perçu comme hétérogène sur les plans stylistique et thématique2. Il semble suspendre l’action et un lecteur peut facilement en faire l’économie, sans que sa compréhension globale de l’œuvre en soit véritablement atteinte. De plus, du fait de son rapport lâche avec l’action principale3, son information mythologique abondante a été envisagée comme relevant d’une logique érudite plus que littéraire, au point que l’on puisse le considérer comme une « digression mythographique4 ». Le catalogue épique reposerait ainsi sur un traitement du matériau mythique, objet d’un savoir et non d’une mise en œuvre littéraire, différent de celui qui régit le reste de l’œuvre. Notre propos est de montrer que cette catégorisation n’est en rien évidente. L’exemple des Argonautes invite ainsi à reconsidérer cette opposition entre matériau mythique présenté de façon transparente dans le discours mythographique et inséré, quoique hors de propos, dans la diction épique.

  • 5 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 23-228 ; Valérius Flaccus, Argonautiques, I, 350-483 ; Apol (...)
  • 6 En particulier Pindare, Pythiques, IV, 171 sq. ; Diodore, IV, 40-49 ; Argonautiques Orphiques, 119 (...)

2Les Argonautes sont recensés de façon exhaustive dans deux catalogues épiques grec et latin, celui des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes et celui des Argonautiques de Valérius Flaccus, qui en sont une réécriture latine, au travers d’un filtre virgilien, et dans deux listes mythographiques, celle de la Bibliothèque d’Apollodore et celle des Fabulae d’Hygin5. Il existe d’autres listes d’Argonautes, mais elles ne se présentent pas comme exhaustives et ne seront donc pas étudiées ici6. Une telle confrontation permet de distinguer les formes énumératives propres à chacun des genres et de s’interroger sur leur fonction. L’énumération implique-t-elle un traitement spécifique du matériau mythique, objet dans ce cas d’un savoir plus que d’une mise en fiction, disqualifiant ainsi le catalogue épique sur un plan littéraire, ou est-elle une forme expressive compatible avec des conceptions différentes du mythe ?

Les différentes listes des Argonautes

  • 7 Pour la question du nombre d’Argonautes, voir l’article de Carspecken J.F., « Apollonius Rhodius an (...)
  • 8 Voir Meuli Karl, Odyssee und Argonautika, Berlin, H&S, 1974, p. 1.

3Une comparaison des différentes listes montre qu’aucun auteur ne se conforme au nombre canonique de cinquante Argonautes7 : Apollodore cite quarante-cinq noms, Valérius cinquante-deux, Apollonios cinquante-cinq et Hygin soixante-sept. K. Meuli a ainsi fait remarquer que l’on pouvait répertorier une centaine de noms de personnages cités comme participant à l’expédition8. Si aucun auteur ne propose un même nombre d’Argonautes, ni les mêmes noms, les variations ne concernent cependant que des personnages secondaires.

4Apollonios se différencie fortement des trois autres par son choix de ne pas inclure de personnages appartenant à d’autres cycles. Il reprend certains noms à l’Iliade – quatorze de ses personnages sont ainsi des ancêtres de héros du cycle troyen – mais il n’y a pas de personnage participant aux deux expéditions. Les trois autres auteurs ne se limitent pas, quant à eux, à un seul cycle légendaire.

  • 9 Ascalaphos, Ialménos, Euryale, Léïtos et Pénéléôs.

5Apollodore, tout en s’inspirant largement de la liste d’Apollonios, dont il reprend vingt-huit noms, ajoute cinq personnages de la guerre de Troie9ainsi qu’Atalante et Thésée. Il tient ainsi compte de traditions légendaires différentes et parfois tardives, comme c’est le cas pour Thésée.

  • 10 Cette innovation d’Hygin a peut-être pour motif une considération pratique, à savoir inclure à bord (...)
  • 11 Philoctète et Asclépios sont mentionnés plusieurs fois dans le reste de l’œuvre sans aucune référen (...)

6Hygin ajoute Philoctète, Laocoon fils de Porthaon, Thersanor (un personnage inconnu, fils du Soleil, dont le nom est incertain), et Asclépios10, en les disséminant dans sa liste sans aucun commentaire11. Sa liste est la plus longue et semble avoir été gouvernée avant tout par l’intention de faire une somme de toutes les variantes.

  • 12 Cinq personnages (Aréios, Astérios, Eurydamas, Laocoon et Palaïmonios) n’apparaissent que dans le c (...)
  • 13 C’est le cas d’Iphitos et Clytios, les fils d’Eurytos, qui voulut rivaliser avec Apollon.
  • 14 Ainsi Coronos, qui est dit moins courageux que son père, et à propos duquel Hygin rappelle que son (...)
  • 15 Tu quoque Thessalicae, Nestor, rapit in freta puppis / fama, Mycenaeis olim qui candida velis / aeq (...)
  • 16 Cette métaphore était déjà présente dans le catalogue d’Apollonios, à travers le personnage d’Orphé (...)

7Valérius Flaccus offre enfin un objet d’étude intéressant puisque sa réécriture de l’œuvre d’Apollonios est un fait établi. Comme les autres, il ne se livre qu’à des variations modérées. Il ne reprend pas neuf personnages du catalogue d’Apollonios, soit du fait de leur faible importance dans l’œuvre grecque12ou de leur caractérisation négative13, soit parce que les légendes les concernant pouvaient choquer le goût romain14. Les innovations concernent également des personnages mineurs. Sur les six nouveaux personnages, deux apparaissent comme éléments d’un couple de frères et ne seront plus mentionnés (Clyménus et Deucalion), trois ne réapparaîtront qu’une seule fois (Iphis, Philoctète et Tydée), et le dernier n’aura qu’une importance modeste dans la suite de l’œuvre (Nestor). Les changements sont donc modérés et n’ont de fonction que dans le cadre du catalogue même. Si certains peuvent sembler liés aux aléas d’une réécriture qui se fait par imprégnation et réminiscence de l’œuvre source, l’insertion de Philoctète et de Nestor, auxquels le narrateur s’adresse directement, est significative. Elle rappelle la guerre de Troie à venir15, permet de situer l’expédition comme antérieure à cette dernière, et, par extension, inscrit l’œuvre dans les prémices d’une longue tradition littéraire. Philoctète et Nestor sont alors utilisés comme des personnages littéraires et servent, par métonymie, à évoquer d’autres œuvres. Le bateau se lançant sur une mer inconnue est aussi une métaphore de l’œuvre épique qu’il faut écrire16et les personnages qu’il prend à son bord sont autant de signes vers des œuvres envers lesquelles Valérius reconnaît sa dette, la principale étant l’Iliade.

8Chaque auteur se livre donc à des innovations limitées, ce qui témoigne d’une certaine stabilité du mythe quel que soit le genre de l’œuvre qui s’en empare. Ces modifications ont cependant des buts différents : témoigner des différentes traditions pour les mythographes, avec, dans le cas d’Hygin, un spectre très large, et marquer sa place dans une tradition littéraire, en se démarquant du cycle troyen pour Apollonios de Rhodes ou en se présentant comme le point de départ d’une tradition pour Valérius Flaccus.

Listes mythographiques

  • 17 Elle se compose d’une succession de 34 noms (XVII, 29-49).

9Une énumération peut prendre la forme d’une liste ou d’un catalogue, ce dernier se présentant comme une liste organisée et narrativisée. Ces deux formes coexistent dans l’épopée – citons par exemple la liste des Néréides dans l’Iliade17– mais la seconde est une spécificité du genre épique. Les mythographes rédigent, pour leur part, des listes qui peuvent être composées exclusivement de noms, comme c’est le cas chez Apollodore, ou de fragments de longueur variable, comme chez Hygin.

  • 18 Apollodore, I, 111 = I, 9, 16 : οἱ δὲ συναθροισθέντες εἰσὶν οἵδε, « ceux qui se rassemblèrent pour (...)

10Apollodore introduit son énumération en une phrase18, puis donne la liste sèche des noms des Argonautes, suivis du nom de leur père. Cette liste pourrait être représentée graphiquement de façon verticale en plaçant des tirets devant chaque nom de personnage :

Tῖφυς Ἁγνίου, ὃς ἐκυβέρνα τὴν ναῦν, Ὀρφεὺς Oἰάγρου, Zήτης καὶ Kάλαις Bορέου, Kάστωρ καὶ Pολυδεύκης Διός, Tελαμὼν καὶ Πηλεὺς Aἰακοῦ, Ἡρακλῆς Διός, θησεὺς Aἰγέως, Ἴδας καὶ λυγκεὺς Ἀφαρέως, Ἀμφιάραος Ὀικλέους, Kαινεὺς Kορώνου, Παλαίμων Ἡφαίστου ἢ αἰτωλοῦ, Kηφεὺς Ἀλεοῦ, λαέρτης Ἀρκεισίου, Aὐτόλυκος Ἑρμοῦ, Ἀταλάντη Σχοινέως, Mενοίτιος Ἄκτορος, Ἄκτωρ Ἱππάσου, Ἄδμητος Фέρητος, Ἄκαστος Πελίου, Eὔρυτος Ἑρμοῦ, Mελέαγρος Oἰνέως, Ἀγκαῖος λυκούργου, Eὔφημος Ποσειδῶνος, Ποίας θαυμάκου, Bούτης Tελέοντος, Фᾶνος καὶ Στάφυλος Διονύσου, Ἐργῖνος Ποσειδῶνος, Περικλύμενος Nηλέως, Aὐγέας Ἡλίου, Ἴφικλος θεστίου, Ἄργος Фρίξου, Eὐρύαλος Mηκιστέως, Πηνέλεως Ἱππάλμου, λήιτος Ἀλέκτορος, Ἴφιτος Nαυβόλου, Ἀσκάλαφος καὶ Ἰάλμενος Ἄρεος, Ἀστέριος Kομήτου, Πολύφημος Ἐλάτου. (Apollodore, I, 111-113 = I, 9, 16)

  • 19 Iphitos est associé aux autres héros de l’expédition contre Troie, alors qu’il n’envoie que ses fil (...)
  • 20 Thésée est mentionné par Hygin, mais pas par les deux auteurs épiques.
  • 21 Apollodore est le seul à citer ces deux personnages.
  • 22 Voir au sujet du caractère figé de la mythologie dans la Bibliothèque, la notice de Carrière Jean-C (...)

11Il est très difficile de dégager un principe d’organisation : si le premier à être nommé est Tiphys le pilote, la liste n’est cependant pas organisée selon la fonction des personnages ; il n’y a pas d’ordre alphabétique ; Atalante, seul personnage féminin, est citée au milieu des autres sans mise en valeur particulière, et fils de dieux et de mortels se succèdent sans distinction. On peut cependant remarquer que les premiers personnages cités sont parmi les plus connus et que des personnages appartenant au cycle troyen sont regroupés à la fin (Euryale, Pénéléôs, Leïtos, Ascalaphos, Ialménos et Iphitos), comme s’il s’agissait d’une reconstitution de mémoire, avec ses imprécisions19. Les innovations d’Apollodore par rapport aux autres listes (Thésée20, Atalante, Laërte21) sont disséminées sans insistance ni justification. Sa liste ne laisse pas de place à la variante et se présente comme fixe22. Elle est le résultat, et non la mise en scène, d’une démarche heuristique.

  • 23 Le paragraphe XIII, intitulé Iuno, se termine par la phrase effecit ut Iason unam crepidam in limo (...)
  • 24 Hygin, Fables, XIV, 25-27.
  • 25 Hygin, Fables, XIV, 28-29.
  • 26 Hygin, Fables, XIV, 20.

12La liste d’Hygin est plus développée. Elle commence de façon assez abrupte après l’épisode de la reconnaissance de Jason23. Un titre a été sans doute ajouté tardivement : Argonautae convocati. Se succèdent ensuite des phrases nominales commençant par le nom du personnage. La liste se conclut par une étymologie du terme « minyen ». Suivent alors trois autres listes, qui ont été cette fois rédigées avec des phrases comportant un verbe conjugué, et qui concernent respectivement ceux qui ne parviendront pas en Colchide24, ceux qui ne reviendront pas chez eux25, et enfin ceux qui viennent se joindre à l’expédition en cours de route26. Les deux premières listes reprennent donc des personnages déjà cités et livrent un complément d’information. On peut lire par exemple à propos d’Hylas deux notices situées dans deux listes distinctes et répondant à des thématiques différentes, la première étant généalogique et la seconde concernant un épisode de l’expédition :

Hylas Theodamantis et Menodices nymphae Orionis filiae filius, ephebus, ex Oechalia, alii aiunt ex Argis, comitem Herculis. […] Hylas enim in Moesia a nymphis juxta Cion flumenque Ascanium raptus est, quem dum Hercules et Polyphemus requirunt, vento rapta nave deserti sunt.

  • 27 Respectivement Hygin, Fables, XIV, 11 et XIV, 20.

Hylas, fils de Théodamas et de la nymphe Ménodicé, fille d’Orion, jeune homme d’Œchalie, d’autres disent d’Argos, compagnon d’Hercule […]. Hylas en effet fut enlevé par les nymphes en Moèsie près de Cion et du fleuve Ascanios ; le vent ayant entraîné le navire pendant qu’ils le cherchaient, Hercule et Polyphème furent abandonnés27.

  • 28 Ainsi à propos d’Aspérion, alii aiunt <Hyperasii> filium, « certains le disent fils d’Hyperasius » (...)
  • 29 Au sujet d’Eurytus et Echion, quidam auctores Thessalos putant « certains auteurs les pensent Thess (...)
  • 30 La seule mise à distance très ferme concerne Caeneus : hunc nonnulli feminam fuisse dicunt, cui pet (...)
  • 31 Ainsi, à propos de Clytius et Iphitus : Euryti et Antiopes Pylonis filiae filii, reges Oechaliae. A (...)

13Hygin sépare ainsi en quatre listes des événements appartenant à des thématiques et à des strates temporelles différentes. Il ne donne dans la liste principale que des informations généalogiques et géographiques, alors que les trois autres évoquent la geste des Argonautes. Des expressions du type alii dicunt, ferunt, quidam auctores putant, permettent d’évoquer des variantes sur des questions essentiellement de filiation28et d’origine géographique29, mais sont rarement utilisées pour discuter véritablement de la véracité d’une histoire et affirmer un point de vue30. Elles introduisent une alternative, leur seconde place étant le seul signe d’une éventuelle disqualification31.

14La liste est donc sèche chez Apollodore et ne se prête ni à des développements érudits, ni à des variantes. Chez Hygin, elle est subordonnée à sa thématique généalogique et doit se démultiplier pour aborder d’autres thèmes. Elle ne sert pas à rassembler toutes les informations sur un même personnage, telle une notice de dictionnaire, mais elle prolonge le récit de façon singulière. En effet, le dénombrement des Argonautes se trouve dans la deuxième partie des Fabulae, c’est-à-dire dans la partie des récits, et non dans la troisième partie constituée par les listes élaborées par Hygin lui-même et qui regroupent de façon thématique des héros mythiques, comme « ceux qui ont tué leur père, leur mère, leur enfant, etc. ». La liste des Argonautes s’insère dans le récit même de leurs aventures, dont elle fait, en quelque sorte, partie.

Catalogues épiques

  • 32 Le catalogue des Vaisseaux s’organise comme un passage en revue de toutes les régions de la Grèce, (...)
  • 33 À propos d’Euphémos, Apollonios passe de l’Achaïe au cap Ténare puis en Asie Mineure, d’où sont ori (...)

15Le catalogue épique se présente sous la forme d’une liste organisée. Il ne peut souvent pas être régi par un principe de succession temporelle (l’organisation généalogique ne peut s’appliquer à la troupe des Argonautes), et fait se succéder ses fragments selon une organisation spatiale. Apollonios de Rhodes reprend ainsi le modèle homérique de la périégèse32 : le lieu d’origine organise la succession des personnages, en commençant par la Thrace avec Orphée et, après un tour de la Grèce interrompu par une seule incohérence33, un retour au point de départ. Cette composition circulaire est fortement marquée et facilite grandement la lecture et la compréhension du passage. La référence géographique, héritée d’Homère, peut avoir été liée aux contraintes de la composition orale, et permettait sans doute à l’aède et aux auditeurs de se repérer dans une énumération qui n’était pas une généalogie.

16Valérius Flaccus substitue, pour sa part, le plan du bateau à la description géographique. Il énumère les Argonautes suivant leur place dans la nef Argo, principe qu’il énonce dans un vers au sens également métapoétique :

  • 34 Valérius Flaccus, Arg., I, 352.

Dant remo sua quisque viri, dant nomina transtris.
Chacun donne son nom à une rame, à un banc34.

  • 35 Apollonios de Rhodes, Arg., I, 20 : νῦν δ’ ἂν ἐγγενεν τε κα οὔνομα μυθησαμην. Les interrogatio (...)
  • 36 Valérius Flaccus, Arg., I, 353 : laeuom ; 360 : hinc ; 362, 363 : hic.
  • 37 Valérius Flaccus, Arg., I, 369 et 402 : tum.
  • 38 Valérius Flaccus, Arg., I, 403-404.
  • 39 Les vers 403-410 déplacés par Kennerknecht D., Zur Argonautensage, Bamberg, Gärtner, 1888, permette (...)

17L’expression nomina dare peut être lue comme désignant l’activité même de dire en catalogue, si on la met en parallèle avec la formule d’Apollonios : « Pour moi, je veux maintenant dire la race et le nom des héros35. » Le fait d’attribuer une rame à chaque personnage cité permet en quelque sorte de construire le bateau tout au long du catalogue. Valérius énumère deux rangées de vingt-et-un rameurs sous la direction d’Hercule et de Télamon, puis sept personnages occupés à des tâches diverses, en plus de Jason. Cependant la référence au plan du bateau est totalement littéraire et l’ordre, ainsi suggéré, illusoire. Si l’on peut reconstituer le plan choisi par Apollonios, se faire une idée de la répartition des Argonautes chez Valérius est difficile, notamment parce qu’aux indications spatiales36s’ajoutent très vite les notations temporelles37et les formules traditionnelles comme non defuit, et linquit38. Sept vers ont d’ailleurs été déplacés par les éditeurs afin de maintenir une répartition symétrique entre bâbord et tribord, sans qu’aucune indication spatiale permette de trancher le débat39. La mise en espace chez Apollonios a un référent réel, la Grèce, qui est à la fois la Grèce de son temps et la Grèce littéraire d’Homère. Chez Valérius Flaccus, elle est totalement fictionnelle, de par son invention du navire, et fictive, puisque cette organisation ne peut être reconstituée.

  • 40 Pour les questions de définition du catalogue, voir l’article de Beye C.R., « Homeric battle narrat (...)
  • 41 Aristote, Poétique, 1459a, 30-36.
  • 42 Ille ubi se mediae per scuta virosque carinae / intulit, ardenti Aesonides retinacula ferro / absci (...)
  • 43 Hamon Philippe, Du Descriptif, Paris, Hachette, 1993.
  • 44 Si l’on examine le catalogue d’Apollonios, 19 personnages sur 55 ne reviennent pas, soit plus d’un (...)
  • 45 On pourrait, pour justifier ce décalage, mettre en avant le fait que ce sont des personnages ennemi (...)

18Cette organisation des segments n’est pas le seul critère de différenciation. Le catalogue épique est également une liste narrativisée et construite comme une scène40, c’est pourquoi Aristote, dans la Poétique41, cite le catalogue iliadique des Vaisseaux comme l’exemple d’un épisode réussi. Apollonios décrit les Argonautes quittant chacun leur lieu d’origine pour se joindre à l’expédition tandis que Valérius Flaccus les représente en train de ramer dans la nef Argo. Cependant, la temporalité de cette scène n’est pas exactement celle du récit principal, ce que traduisent l’emploi de nombreux imparfaits dans le catalogue d’Apollonios et une bizarrerie du catalogue de Valérius : les Argonautes sont décrits en train de ramer, alors que le départ n’est annoncé qu’après le catalogue, dans un retour au récit principal42, d’où l’impression de digression, c’est-à-dire d’autonomie de ces passages, ressentie à la lecture. Les catalogues se situent à la rencontre des catégories de la description et du récit, distinction qui, comme l’a rappelé Philippe Hamon43, n’avait aucun sens chez les Anciens. Ils représentent l’action d’un groupe en train de se constituer et sont également un développement du paradigme du guerrier. Ils se rapprochent ainsi des descriptions d’actions stéréotypées propres au genre épique. Il s’agit de faire ressentir l’importance numérique des guerriers, d’où l’absence d’« utilité » pratique de ces passages, qui ne sont pas des guides de mythologie (ou de personnages) destinés à faciliter la lecture de l’œuvre. En effet, un tiers des personnages, en moyenne, sont mentionnés là pour la seule et unique fois44. De plus, la place des personnages dans le catalogue ne correspond pas à celle qu’ils auront dans le reste du récit : Jason n’est ainsi que brièvement mentionné dans les deux catalogues. Cette autonomie du passage se marque également par un détail : deux personnages des Argonautiques de Valérius Flaccus, Aeëtès et Absyrtus, mentionnent le nombre canonique de cinquante Argonautes alors que le catalogue en cite cinquante-deux (Jason compris)45.

  • 46 Apollodore évoque un navire à 50 rames et ne cite que 45 noms. Les commentateurs ont essayé de comb (...)

19C’est sur ce point que se rejoignent catalogue épique et liste mythographique : le même phénomène de distorsion se constate chez Apollodore46, signe que l’énumération, sous forme de liste ou de catalogue, subordonne son caractère informatif à un but expressif. Les listes d’Apollodore et d’Hygin, loin d’organiser rationnellement le matériau mythique, rendent avant tout compte de la masse des Argonautes rassemblés, tout comme le font les catalogues épiques, et se constituent à leur façon en épisode du récit. L’impression quantitative rendue par la succession des noms prime sur la précision de l’érudition.

20Mais épopée et mythographie se rencontrent aussi ailleurs : si les mythographes utilisent la liste pour sa dimension expressive plus que pour organiser au mieux leurs informations mythologiques, le catalogue épique peut être aussi le lieu d’une recherche mythographique.

Deux mises en œuvre épiques du matériau mythique

  • 47 Voir en particulier son étymologie du terme « minyen » en I, 229-32, qui se trouve aussi chez Hygin(...)
  • 48 Apollonios de Rhodes, Arg., I, 101-04.
  • 49 Apollonios de Rhodes, Arg. I, 133-138, dédouble le personnage de Nauplios en inventant des ancêtres (...)
  • 50 Il ne s’agit pas ici de dévaluer la qualité poétique d’un catalogue témoignant de tout le raffineme (...)

21Le but traditionnellement attribué à la mythographie, à savoir considérer le mythe comme un objet de savoir, correspond également à la démarche d’Apollonios, qui marque son intérêt pour les généalogies, l’étiologie et l’étymologie47. Il prend en compte la chronologie en expliquant l’absence de Thésée et Peirithoos48, les deux héros étant retenus aux Enfers, et en rétablissant la généalogie problématique de Nauplios49. Le lien fort établi avec le référent géographique réaliste va dans le sens d’un traitement rationaliste du mythe50.

  • 51 Valérius Flaccus, Arg., I, 486. Apollonios de Rhodes (Arg., I, 224-27) les avait, lui, inclus dans (...)

22Chez Valérius Flaccus, la liste des Argonautes est avant tout un matériau fictionnel, ce que traduisent son principe d’organisation non référentiel et l’ouverture du catalogue sur le reste du texte. On peut lire dans cette perspective l’absence d’Hylas. Ce dernier est en effet mentionné avant le catalogue comme accompagnant Hercule mais ne figure pas dans le catalogue même, ce qui ne semble pas gêner les critiques qui l’incluent toujours dans leurs comptes. Comme il n’y a pas de notice biographique concernant Hercule, peut-être Valérius Flaccus considère-t-il que ce qu’il a évoqué précédemment est inclus dans le nom même d’Hercule. Peut-être aussi Hylas est-il trop jeune pour être compté comme un Argonaute à part entière. Autre possibilité, plus riche, le catalogue joue de la connaissance qu’a le lecteur de l’œuvre et en particulier de la disparition à venir d’Hylas, qui se transforme en reflet. Déjà, l’absence d’Hylas dans le catalogue est comme un écho de la légende connue de tous, du texte de Valérius Flaccus, qui l’a évoqué précédemment, et de la suite des Argonautiques. Dans ce même jeu avec les limites du texte s’inscrit l’arrivée tardive d’Acaste, qui n’est évoquée que dans la suite du récit chez Valérius Flaccus, alors qu’elle était annoncée, dans un souci d’exhaustivité, dès le catalogue d’Apollonios51.

  • 52 Valérius Flaccus, Arg., I, 398-401 ; 427-32 ; 452-56.
  • 53 Voir sur ces mises en abîme de l’activité de l’aède, Galand-Hallyn Perrine, Le Reflet des Fleurs. D (...)
  • 54 Virgile, Énéide, III, 286-89.

23Témoigne en outre de ce caractère proprement littéraire du traitement du mythe la présence de trois ekphraseis52dans le catalogue de Valérius Flaccus. Des mythes concernant la jeunesse ou la filiation des héros sont représentés sur leurs armes ou leur manteau, dans une mise en abîme du traitement artistique du mythe qui assimile, depuis le bouclier d’Achille et la tapisserie d’Hélène, le poète au forgeron et au tisserand53. Le bouclier d’Abas, porté par son fils Canthus, redouble cette affirmation du caractère littéraire comme signe d’une aemulatio avec l’Énéide54puisque Valérius Flaccus décrit un bouclier que Virgile, son modèle, n’avait qu’évoqué.

24On peut enfin s’interroger sur l’absence chez Valérius Flaccus du topos de l’appel à la Muse, et pour cela comparer ce passage avec le deuxième catalogue des Argonautiques, celui des alliés de Persès. Pour garder le schéma virgilien d’une Odyssée, suivie d’une Iliade, Valérius Flaccus invente une guerre entre Aiétès et son frère Persès, absente de la version d’Apollonios. Le catalogue des alliés de Persès est introduit par le topos de l’appel à la Muse, comme s’il s’agissait là d’un vrai catalogue « à la façon d’Homère », mais il est ethnographique et développe les coutumes exotiques de chacun des peuples. Son savoir, bien qu’adapté à son œuvre, n’est pas fantaisiste. On peut formuler l’hypothèse que, si le mythe est avant tout un matériau fictionnel dans son premier catalogue, fruit d’une tradition littéraire par rapport à laquelle il faut se situer, l’ethnographie retrouve dans ce deuxième catalogue la dimension d’érudition et de référentialité que pouvait avoir le mythe pour les auteurs d’épopées grecques.

25Les catégories génériques ne recoupent pas les enjeux de ces énumérations. S’il y a loin de la liste sèche d’Apollodore aux catalogues narrativisés d’Apollonios et de Valérius, domine cependant dans ces textes la dimension expressive de l’énumération. Morceau de bravoure, qui doit avant tout dire la masse du groupe des héros, elle se développe pour elle-même avant tout souci d’intégration au reste de l’œuvre. L’énumération n’est pas une forme mythographique en ce qu’elle ne contribue véritablement pas à une organisation de l’information, mais sa mise en œuvre épique peut permettre, comme c’est le cas chez Apollonios de Rhodes, d’associer une démarche mythographique à une recherche poétique. La frontière entre les conceptions du mythe comme objet d’un savoir et comme matériau littéraire n’est donc pas étanche.

Notes

1 Je tiens à remercier chaleureusement Charles Delattre pour son soutien constant lors de l’élaboration de cet article. Merci également à M. Bretin-Chabrol, S. Clément-Tarantino et A. Deremetz, pour leurs relectures attentives et constructives.

2 Cf. Mazon Paul, Introduction à l’Iliade, Paris, Les Belles Lettres, 1967, p. 152. Günther Jachmann dans son ouvrage Der Homerische Schiffskatalog und die Ilias, Cologne, Westdeutscher Verlag, 1958, considère même qu’il s’agit d’un pastiche post-homérique.

3 On peut ainsi s’interroger sur l’intérêt d’une description de l’arrivée des bateaux, neuf ans après son déroulement, et ce alors même que la bataille est terrestre ; de plus, la présentation des personnages semble ne pas tenir compte de leur importance dans la suite de l’histoire (en particulier pour le contingent béotien). Pour un point sur ces questions, voir les remarques de Kirk Geoffrey S., The Iliad : A Commentary, t. I, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

4 Rhys Carpenter dans Folk Tale, Fiction and Saga in the Homeric Epics, Berkeley, University of California Press, 1946, p.26, évoque même le catalogue en ces termes : « That pitilessly prosaic enumeration of Greek towns and leaders of the expeditionary force ». Voir également les analyses par Jean-Pierre Vernant du catalogue comme « répertoire de noms » dans Mythe et Pensée chez les Grecs, Paris, Maspero, 1965, p.84-85.

5 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 23-228 ; Valérius Flaccus, Argonautiques, I, 350-483 ; Apollodore, I, 9, 16 ; Hygin, Fables, XIV. Les éditions citées seront celles de la CUF. Nous nous en tiendrons à la datation des premier-deuxième siècles après J.-C. pour Apollodore et du deuxième siècle après J.-C. pour Hygin. Pour les questions d’attribution et de datation de ces œuvres, voir au sujet d’Apollodore l’ouvrage fondateur de Robert Carl, De Apollodori Bibliotheca. Dissertatio inauguralis philologica, Berlin, Otto Francke, 1873, l’introduction à la traduction de Carriere Jean-Claude et Massonie Bernard, La Bibliothèque d’Apollodore, Paris, Les Belles Lettres, 1991, et l’article de Mactoux Marie-Madeleine,« Panthéon et discours mythologique, le cas d’Apollodore », in Revue de l’Histoire des Religions, n°206, 1989, p.245-70. À propos d’Hygin, voir l’introduction de Boriaud Jean-Yves dans l’édition de la CUF (Paris, Les Belles Lettres, 1997).

6 En particulier Pindare, Pythiques, IV, 171 sq. ; Diodore, IV, 40-49 ; Argonautiques Orphiques, 119 sq. Chez Pindare, la non-exhaustivité de la liste correspond à l’affirmation d’une poétique qui se démarque de l’épopée ; voir à ce sujet la note 3 de Puech André, p. 178 de l’édition de la CUF (Paris, Les Belles Lettres, 1922). Diodore affirme, pour sa part, explicitement son choix de ne citer que les personnages les plus importants au paragraphe 41. Les Argonautiques Orphiques constituent un cas limite du fait de leur narration homodiégétique.

7 Pour la question du nombre d’Argonautes, voir l’article de Carspecken J.F., « Apollonius Rhodius and the Homeric Epic », in Yale Classical Studies, n° 13, 1952, p. 33-143.

8 Voir Meuli Karl, Odyssee und Argonautika, Berlin, H&S, 1974, p. 1.

9 Ascalaphos, Ialménos, Euryale, Léïtos et Pénéléôs.

10 Cette innovation d’Hygin a peut-être pour motif une considération pratique, à savoir inclure à bord le meilleur médecin.

11 Philoctète et Asclépios sont mentionnés plusieurs fois dans le reste de l’œuvre sans aucune référence à leur passé d’Argonautes et les deux autres ne reviennent pas.

12 Cinq personnages (Aréios, Astérios, Eurydamas, Laocoon et Palaïmonios) n’apparaissent que dans le catalogue, et un sixième, Augias, n’est mentionné à nouveau que dans le cadre d’une action collective.

13 C’est le cas d’Iphitos et Clytios, les fils d’Eurytos, qui voulut rivaliser avec Apollon.

14 Ainsi Coronos, qui est dit moins courageux que son père, et à propos duquel Hygin rappelle que son père était, selon certains, une femme transformée en homme.

15 Tu quoque Thessalicae, Nestor, rapit in freta puppis / fama, Mycenaeis olim qui candida velis / aequora nec stantes mirabere mille magistros : « Toi aussi Nestor, le bruit fait autour du voilier thessalien t’emporte sur la mer, toi qui un jour ne t’étonneras pas de voir la mer étinceler de la blancheur des voiles mycéniennes et mille pilotes se dresser debout » (Valérius Flaccus, Arg., I, 380-82).

16 Cette métaphore était déjà présente dans le catalogue d’Apollonios, à travers le personnage d’Orphée. Voir à ce sujet, l’article de Deremetz Alain, « Les mythes de la création », in Uranie, n° 1, 1991, p. 31-52.

17 Elle se compose d’une succession de 34 noms (XVII, 29-49).

18 Apollodore, I, 111 = I, 9, 16 : οἱ δὲ συναθροισθέντες εἰσὶν οἵδε, « ceux qui se rassemblèrent pour cette expédition furent […]. »

19 Iphitos est associé aux autres héros de l’expédition contre Troie, alors qu’il n’envoie que ses fils (voir Iliade, II, 518).

20 Thésée est mentionné par Hygin, mais pas par les deux auteurs épiques.

21 Apollodore est le seul à citer ces deux personnages.

22 Voir au sujet du caractère figé de la mythologie dans la Bibliothèque, la notice de Carrière Jean-Claude, op. cit., p. 16.

23 Le paragraphe XIII, intitulé Iuno, se termine par la phrase effecit ut Iason unam crepidam in limo relinqueret (« elle fit en sorte que Jason laissât une sandale dans la boue »). Lui succède alors le paragraphe XIV constitué par la liste des Argonautes.

24 Hygin, Fables, XIV, 25-27.

25 Hygin, Fables, XIV, 28-29.

26 Hygin, Fables, XIV, 20.

27 Respectivement Hygin, Fables, XIV, 11 et XIV, 20.

28 Ainsi à propos d’Aspérion, alii aiunt <Hyperasii> filium, « certains le disent fils d’Hyperasius » (ibid., 1) ; à propos d’Argus, alii aiunt Danai filium, « certains le disent fils de Danaus » (ibid., 10).

29 Au sujet d’Eurytus et Echion, quidam auctores Thessalos putant « certains auteurs les pensent Thessaliens » (ibid., 3) ; à propos de Clytius et Iphitus, alii aiunt ex Euboia, « d’autres les disent d’Eubée » (ibid., 8).

30 La seule mise à distance très ferme concerne Caeneus : hunc nonnulli feminam fuisse dicunt, cui petenti Neptunum propter conubium optatum dedisse ut in juvenilem speciem conversus nullo ictu interfici posset, quod est numquam factum, nec fieri potest ut quisquam mortalis non posset ferro necari aut ex muliere in virum converti (ibid., 4) : « Certains disent qu’il s’agissait d’une femme, à qui, à sa demande, Neptune, ayant obtenu l’union qu’il avait souhaitée, accorda que, une fois changé en jeune homme, aucun coup ne pourrait le tuer, chose qui ne s’est jamais produite, et il ne peut se faire qu’un mortel, quel qu’il soit, ne puisse être tué par le fer ou puisse être changé de femme en homme. »

31 Ainsi, à propos de Clytius et Iphitus : Euryti et Antiopes Pylonis filiae filii, reges Oechaliae. Alii aiunt ex Euboia (ibid., XIV, 8) ou à propos d’Argus : Polybi et Argiae filius, alii aiunt Danai filius (ibid., 10), ou encore à propos d’Erginus : Neptuni filius, a Mileto, quidam Periclymeni dicunt, Orchomenius (ibid., 16).

32 Le catalogue des Vaisseaux s’organise comme un passage en revue de toutes les régions de la Grèce, en commençant par la Béotie. Macrobe dans les Saturnales (V, 15) fait l’éloge de l’exhaustivité de cette énumération qui ne néglige aucun lieu.

33 À propos d’Euphémos, Apollonios passe de l’Achaïe au cap Ténare puis en Asie Mineure, d’où sont originaires Erginos et Ancaios (Apollonios de Rhodes, Arg., I, 179-189).

34 Valérius Flaccus, Arg., I, 352.

35 Apollonios de Rhodes, Arg., I, 20 : νῦν δ’ ἂν ἐγγενεν τε κα οὔνομα μυθησαμην. Les interrogations de Kleywegt A. J. (Valerius Flaccus, Argonautica book I. A Commentary, Leyde, Brill, 2005, op. cit.) sur le caractère réaliste de l’expression, qui signifierait alors « inscrire leur nom », nous paraissent peu convaincantes.

36 Valérius Flaccus, Arg., I, 353 : laeuom ; 360 : hinc ; 362, 363 : hic.

37 Valérius Flaccus, Arg., I, 369 et 402 : tum.

38 Valérius Flaccus, Arg., I, 403-404.

39 Les vers 403-410 déplacés par Kennerknecht D., Zur Argonautensage, Bamberg, Gärtner, 1888, permettent de maintenir la parité numérique entre les deux côtés du bateau. En revanche, selon Gauthier Liberman, aucune des deux solutions ne permet de rendre véritablement plausible la chute d’Hercule du livre III (vers 478-80) ; voir à ce propos la note 85 au vers 403 du livre I dans son édition des Argonautiques dans la CUF (Paris, Les Belles Lettres, 1997).

40 Pour les questions de définition du catalogue, voir l’article de Beye C.R., « Homeric battle narratives and catalogues », in Harvard Studies in Classical Philology, n° 68, 1964, p. 345-373.

41 Aristote, Poétique, 1459a, 30-36.

42 Ille ubi se mediae per scuta virosque carinae / intulit, ardenti Aesonides retinacula ferro / abscidit (Valérius Flaccus, Arg., I, 487-89) : « Quand il fut parvenu au milieu du navire parmi les boucliers et les hommes, le fils d’Éson trancha les amarres avec un glaive étincelant. »

43 Hamon Philippe, Du Descriptif, Paris, Hachette, 1993.

44 Si l’on examine le catalogue d’Apollonios, 19 personnages sur 55 ne reviennent pas, soit plus d’un tiers. Chez Valérius, la proportion est à peu près équivalente, puisque 16 personnages sur 52 ne reviennent pas, et 12 ne reviennent qu’une fois, de manière très anecdotique, ce qui fait environ une moitié de personnages inutiles dans l’économie de l’œuvre. De même, chez Apollodore, seulement 12 personnages seront mentionnés dans la suite du récit ; chez Hygin, 18 personnages apparaissent dans les listes secondaires et seulement 6 dans la suite du récit concernant les Argonautes.

45 On pourrait, pour justifier ce décalage, mettre en avant le fait que ce sont des personnages ennemis des Argonautes qui citent ce nombre démenti par l’œuvre, et y voir comme une ironie à leur égard, mais peut-être faut-il d’abord interroger notre attente moderne de parfaite cohérence à propos du catalogue. A. J. Kleywegt (op. cit., p. 209) s’oppose à ces tentatives de rationalisation et propose même une traduction qui rompt l’équilibre entre les deux rangs et amène les Argonautes au nombre de 53.

46 Apollodore évoque un navire à 50 rames et ne cite que 45 noms. Les commentateurs ont essayé de combler ce vide par différents moyens, sans parvenir à un compte juste (voir pour le détail, la dissertation de Otto Jessen, Prolegomena in catalogum Argonautarum. Dissertatio inauguralis philologica, Berlin, Gustav Schade, 1889). Il est, certes, difficile de généraliser à partir de son seul cas, mais on peut néanmoins remarquer que le nombre de 67 fourni par Hygin n’est guère plus signifiant. Il ne correspond pas au nombre habituel de rameurs et, surtout, il n’est aucunement justifié par le mythographe.

47 Voir en particulier son étymologie du terme « minyen » en I, 229-32, qui se trouve aussi chez Hygin (Fables, XIV, 24).

48 Apollonios de Rhodes, Arg., I, 101-04.

49 Apollonios de Rhodes, Arg. I, 133-138, dédouble le personnage de Nauplios en inventant des ancêtres intermédiaires, afin de résoudre la contradiction de chronologie qui rendait difficile la participation, pourtant traditionnelle, d’un fils d’une Danaïde à la même expédition qu’Hercule. Valérius Flaccus délaisse ce détail.

50 Il ne s’agit pas ici de dévaluer la qualité poétique d’un catalogue témoignant de tout le raffinement alexandrin et offrant une problématisation d’ordre littéraire. En laissant en suspens la place que devra prendre Jason, du côté d’Orphée ou de celui d’Hercule, c’est-à-dire du côté du talent ou de la force, le catalogue pose la question du statut du héros dans l’épopée alexandrine. Voir à ce sujet l’ouvrage de Clauss J.J., The Best of the Argonauts : The Redefinition of the Epic Hero in Book 1 of Apolloniuss Argonautica, Berkeley, University of California Press, 1993.

51 Valérius Flaccus, Arg., I, 486. Apollonios de Rhodes (Arg., I, 224-27) les avait, lui, inclus dans son catalogue tout en mentionnant leur arrivée tardive.

52 Valérius Flaccus, Arg., I, 398-401 ; 427-32 ; 452-56.

53 Voir sur ces mises en abîme de l’activité de l’aède, Galand-Hallyn Perrine, Le Reflet des Fleurs. Description et métalangage poétique dHomère à la Renaissance, Genève, Droz, 1994 et Scheid John et Svenbro Jesper, Le Métier de Zeus. Mythe du tissage et du tissu dans le monde gréco-romain, Paris, Errances, 2003.

54 Virgile, Énéide, III, 286-89.

Auteur

Université de Lille III

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540