Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythe et fiction

 | 
Danièle Auger
, 
Charles Delattre

Mythe et enjeux génériques

Déjanire et Héraclès chez Sophocle. L’épouse et le héros : deux mondes opposés1

Juan Antonio López Férez

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été rédigé dans le cadre du Projet de recherche HUM2006-08548 de la Direction Générale (...)

1Héraclès est, sans doute, le héros panhellénique, aussi bien par son lignage que par ses grands travaux. En réalité, la Grèce est même devenue trop petite pour lui, puisque certains de ses travaux ont été réalisés dans des pays lointains. Il était spécialement vénéré en Attique, car il jouissait dans cette région de plus de lieux de culte que Thésée, le héros athénien s’il en est.

2Certains traits héroïques renvoient à une divinité pré-grecque, étrangère, infernale : sa relation avec Omphale, dont nous reparlerons, pourrait être comprise sous cet angle. Nous savons aujourd’hui que beaucoup de récits à propos d’Héraclès devaient exister à l’époque mycénienne, où le terme « héros » est bien attesté dans l’écriture. C’est d’autre part un héros complexe, aux traits multiples : c’est un dieu de la végétation, mais, en même temps, il reçoit un culte en différents lieux. Il est aussi un dieu de la chasse, ce qui pourrait bien expliquer plusieurs de ses victoires sur des animaux sauvages. C’est le héros d’une population paysanne très peu cultivée : ses armes sont ses propres mains ou une énorme massue qui était auparavant la branche verte d’un arbre. Il travaille presque toujours pour un maître : il gagne toutes les épreuves, c’est un « glorieux vainqueur » et on le considère comme « le meilleur des hommes ». En outre, il est lié à plusieurs mythes qui portent sur l’au-delà, la vie d’outre-tombe. On pourrait expliquer de cette façon ses confrontations avec Hadès, Cerbère, Géryon, et aussi son voyage jusque chez les Hespérides. La mort d’Héraclès, dévoré par les flammes, a été vue comme le feu purificateur annuel, symbole du nouvel an et de la nouvelle vie. Il est en relation intime avec les oracles et aussi avec les sources d’eaux chaudes. Tout ceci fait penser à une relation étroite entre Héraclès et le monde souterrain, le royaume des morts.

  • 2 Sur Héraclès, voir en général Murray Gilbert, « Heracles. El más noble de los hombres », in Murray (...)

3Sa dernière résidence est ambiguë, multiple : d’un côté Homère le situe dans l’Hadès, mais, de l’autre il nous dit qu’Héraclès habite parmi les immortels, marié à Hébé, fille de Zeus et d’Héra. Beaucoup de données apparemment contradictoires peuvent être mieux comprises si on l’examine à la fois comme dieu et comme homme : il est un exemple évident du passage d’un homme à la catégorie de dieu. D’ailleurs quelque chose de spécial était déjà survenu au moment de sa conception : si le père des dieux l’a engendré, un homme, Amphitryon, l’a revendiqué comme son fils et rattaché au monde des mortels. Euripide, plein d’ironie, recueille habilement dans son Héraclès certains de ces aspects de la vie du héros2.

Les Trachiniennes de Sophocle3

  • 3 Sur le texte, sa traduction et ses commentaires, voir Lloyd-Jones Hugh, Wilson Nigel, Sophoclis fab (...)
  • 4 En ce qui concerne les Trachiniennes on peut consulter les travaux suivants : Conacher Desmond J., (...)
  • 5 Sur Déjanire et sa fonction dans la pièce, voir Gasti Helen, « Sophocles’ Trachiniae : a social or (...)
  • 6 Nom propre formé sur l’adjectif ήϊ, « ennemi », « hostile ». Le sens peut être « celle qui détru (...)
  • 7 Pour la fonction d’Héraclès dans cette tragédie, d’intéressantes perspectives sont offertes par Ces (...)

4Sophocle, s’appuyant sur une longue tradition littéraire sur laquelle nous sommes mal informés, écrit une tragédie dont l’argument est simple4 : une épouse solitaire5, Déjanire6, a peur de ce qui pourrait arriver à son époux, lequel a de fréquentes relations sexuelles avec d’autres femmes loin de chez lui. Héros presque divin, Héraclès respecte les divinités, est appelé « le meilleur des hommes », mais vit en dehors des conventions sociales7 : presque toujours absent du foyer, il se soucie peu de sa famille, et est pris d’une terrible passion pour une belle jeune fille, Iole, dont il fait sa maîtresse et qu’il envoie chez lui. L’épouse légitime reçoit dans sa maison la maîtresse de son mari, et décide après cela d’attirer son époux avec ce qu’elle croit être un philtre amoureux, mais qui en réalité est un poison terrible qui tue le héros.

  • 8 Douterelo Esther, « El léxico y el tema del amor en las Traquinias de Sófocles », in Cuadernos de F (...)

5Le thème principal des Trachiniennes, c’est le pouvoir terrible d’Éros sur les mortels8. En ce sens on peut considérer la pièce comme une véritable tragédie érotique, sur le même plan que la Médée et l’Hippolyte d’Euripide. Aphrodite, qui est pour certains mère d’Éros, a une fonction fondamentale dans le développement du drame, car elle est explicitement l’arbitre de la lutte terrible entre Héraclès et le fleuve Achélôos, dont le prix est précisément Déjanire. Le texte des Trachiniennes comprend plusieurs allusions au lit conjugal en un sens clairement érotique, particulièrement la référence à la façon dont l’épouse prépare la couverture du lit. Le poète se sert d’êtres monstrueux comme le fleuve Achélôos, le Centaure Nessos et l’Hydre polycéphale pour souligner le pouvoir violent, surhumain, bestial, propre à l’impulsion érotique, et, en même temps, pour insister sur la faiblesse de l’ordre et de la civilisation. Les êtres mortels sont envahis, saisis, détruits par Éros, puissance divine, ce qui met en relief l’extrême fragilité de la civilisation et des normes humaines.

6Quand Déjanire parle de la passion d’Héraclès pour Iole, elle la considère comme une nosos, une maladie, une affection, comme celles qui étaient examinées, étudiées et annotées par les auteurs de la Collection hippocratique. L’héroïne souligne qu’Héraclès avait subi cette affection à de nombreuses reprises.

  • 9 Même si on admet aujourd’hui que des femmes pouvaient être présentes dans l’auditoire, on considère (...)

7Nous savons que la tragédie à Athènes était représentée devant un public majoritairement masculin9. Parmi les sujets importants que traitaient les tragiques figurent la relation entre les sexes et tout particulièrement le mariage. En ce sens, les Trachiniennes ne laissent planer aucun doute sur la répartition des fonctions au sein du mariage, et montrent aux spectateurs le châtiment que reçoit celui qui viole les normes de l’institution matrimoniale. La pièce est riche en nuances et présente des idées novatrices, en particulier la question du contrôle du désir érotique pour les hommes aussi bien que pour les femmes. La femme, dont le déchaînement érotique est abordé par plusieurs textes du ve siècle av. J.-C., doit freiner sa passion amoureuse, aussi bien que l’homme, qui doit garder la mesure dans ses infidélités hors du foyer et, surtout, respecter son épouse chez lui.

8L’introduction d’Iole dans la maison familiale est un élément de rupture, puisque cela suppose un amoindrissement de l’épouse légitime et de ses fonctions dans le cadre matrimonial. À Athènes, qu’un homme ait des relations sexuelles hors du mariage n’était pas mal vu, mais on blâmait celui qui introduisait une concubine dans le foyer et, pis encore, avait des enfants illégitimes avec elle. Les Trachiniennes exposent, d’une façon exceptionnelle chez leur auteur, le désir sexuel d’une femme à qui son mari manque, y compris dans le lit. Curieusement la passion amoureuse devient destructrice non pas du fait du comportement de Déjanire (qui en fin de compte lutte pour maintenir sa famille unie et en même temps pour jouir des avantages incontestables qui reviennent à l’épouse légitime), mais par le déchaînement sexuel d’Héraclès. Les Trachiniennes contiennent donc des critiques voilées qui portent sur la situation familiale et sociale du ve siècle, et, d’une certaine façon, bouleversent des valeurs admises traditionnellement et soutenues par l’idéologie dominante du temps.

  • 10 Les Trachiniennes sont composées de 1278 vers. Selon les spécialistes, la pièce aurait été représen (...)

9Comme dans d’autres œuvres de la première époque de Sophocle, les Trachiniennes sont composées en diptyque10 : dans la première partie Déjanire, la protagoniste, tient la première place, comme Héraclès, le deutéragoniste, dans la deuxième. La distribution n’est pas symétrique : jusqu’au vers 970 il est question du manoir d’Héraclès qui attend anxieusement le retour du héros. Il s’agit d’un vrai nostos, comme les fameux retours des héros après la guerre de Troie, mais d’un retour très spécial, car les deux personnages centraux se détruisent mutuellement sans se rencontrer.

10Déjanire est présentée comme une épouse fidèle, préoccupée par sa famille et son foyer, ne sachant peu ou rien de ce que fait son mari pendant ses longues absences ; elle s’occupe du foyer et de ses fils, desquels se détache Hyllos, l’aîné ; elle sait bien qu’Héraclès lui est fréquemment infidèle, mais elle ne s’inquiète pas beaucoup, ou, en tout cas, elle sait comment passer sur ses fautes avec élégance ; elle est pleine de compassion envers les esclaves qui arrivent dans sa maison, et particulièrement, envers Iole ; mais elle est ensuite dominée par la peur qu’Iole ne devienne l’épouse légitime, et manifeste son désir sexuel vers Héraclès. Si en principe elle accepte la nouvelle situation, elle change d’idée par la suite, à la pensée qu’il y aura deux femmes dans le même lit et que le héros n’aura de relations sexuelles qu’avec la plus jeune. Si jusqu’alors les nombreuses infidélités du héros n’avaient pas modifié la distribution des fonctions dans la maison, à présent tout a changé avec l’arrivée d’Iole comme maîtresse d’Héraclès. La protagoniste se confie à sa nourrice, qui, quoiqu’elle soit esclave, la conseille à la façon d’une personne libre. Le poète se concentre sur Déjanire d’une façon spéciale : presque les deux tiers de notre tragédie sont dominés par la présence de l’héroïne dont la vie dépend complètement de son époux.

11Héraclès est un personnage complexe dans notre tragédie et, peut être, dans la tradition littéraire. Il se montre égoïste, cruel, inhumain, extrêmement violent ; vaincu par Éros, dominé par son désir sexuel envers Iole, il anéantit la cité d’Œchalie, et ensuite, sans aucun remords, envoie Iole, sa maîtresse, vers la maison familiale, détruisant ainsi les piliers du mariage.

  • 11 Déjanire (Trachiniennes, 177 : πάντων ἀρίστου φωτὸς ἐστερημένην) et Hyllos (Trachiniennes, 811 : πά (...)

12De l’autre, Héraclès est le libérateur de l’humanité, celui qui élimine monstres et individus malfaisants partout où il passe. Plusieurs personnages de notre tragédie l’appellent d’ailleurs « le plus noble de tous les hommes11 ». En accord avec sa fonction libératrice, mais en même temps dominé qu’il est par l’amour, il sauve par deux fois Déjanire de deux monstres, Achélôos et Nessos. Marié à Déjanire, il fonde une union matrimoniale, institution essentielle et civilisatrice, parce qu’elle règle le sexe et la procréation. À la fin de notre pièce, en ordonnant le mariage de Hyllos avec Iole, il est à nouveau le héros protecteur d’une institution fondamentale de l’humanité.

13Héraclès apparaît sur scène dans la deuxième partie de la tragédie. Il est présenté comme un héros primitif, surhumain, par Sophocle qui ne fait rien pour humaniser sa présence, pour le rendre compréhensible aux spectateurs ; au contraire, avec grande habileté et grâce aux interventions des personnages, Déjanire en particulier, l’auteur souligne la grande sauvagerie et la brutalité du héros, absolument égocentrique, incapable d’avoir une once de tendresse ou d’humanité envers sa femme et son fils ; il n’est pas proche de sa famille et ignore la prudence et modération.

  • 12 Cf. Segal Charles, « Mariage et sacrifice dans les Trachiniennes de Sophocle », in L’Antiquité clas (...)

14Les Trachiniennes nous montrent deux mondes opposés : la vie de Déjanire se réduit à son foyer et aux siens (l’oikos) et aux peurs qu’elle éprouve pour son époux absent12 ; à l’inverse, Héraclès est presque toujours loin des siens. Deux plans contradictoires s’opposent : d’un côté, l’épouse patiente et résignée qui s’occupe du foyer et de ses fils, passant sous silence les nombreuses infidélités de son mari ; d’autre part, le héros qui vit loin de la maison, sans relation affective avec les siens, entrant et sortant du foyer sans aucune explication dans le meilleur des cas.

15Bref, pour Héraclès, sa femme, vivante ou morte, ne signifie rien. Mais Déjanire est un être humain avec ses soucis et ses limites ; elle souffre en silence et, quand Iole arrive comme maîtresse de son époux, elle a peur que dorénavant Héraclès n’ait plus de relations sexuelles qu’avec cette femme plus jeune qu’elle. Elle ne peut pas supporter cela et veut susciter l’amour de son époux. Ainsi la cruauté extrême d’Héraclès, qui envoie sa maîtresse à son foyer sans aucun remords, sera la démesure décisive qui l’anéantira quand il recevra la tunique envoyée par Déjanire, qui essayait de gagner à nouveau son amour. Le mépris qu’Héraclès exprime envers les conventions et les normes sociales devient sa destruction, la cause de sa mort.

16Les oppositions abondent dans la pièce. Le héros est arrivé à un point insupportable de démesure en envoyant à son foyer sa jeune maîtresse, avec l’intention, si on en croit Déjanire, de l’introduire dans le lit conjugal. Cette action déséquilibre la répartition des fonctions. Déjanire, jusqu’alors patiente, modèle de prudence féminine, est entraînée par le désir sexuel, légitime mais sans frein, pour son mari et fait quelque chose de mal vu dans l’Athènes de l’époque : attirer son époux au moyen de philtres d’amour.

  • 13 Certains ont voulu voir une valeur symbolique dans l’action pénétrante de l’arme homicide.
  • 14 Nelli Florencia, « El mito de Heracles en Baquílides. Su relevancia para el análisis de las Traquin (...)

17Les antinomies sont notables même au moment où Héraclès meurt : l’héroïne, échappant à la convention tragique propre aux personnages féminins, qui ordonne leur mort par pendaison, se tue avec une épée, arme virile, guerrière et militaire. En plus elle se donne la mort sur le lit conjugal, en s’introduisant une épée dans le foie et le diaphragme13. Déjanire agit alors comme un homme, tandis qu’Héraclès, incapable de se tenir debout, ne peut même pas tuer sa femme (qui est déjà morte), pleure comme une jeune fille14, et pour mourir doit appeler son fils afin que ce dernier le dépose sur un bûcher au sommet du mont Œta.

Le mythe et les Trachiniennes

  • 15 Trachiniennes, 31-33 : « Nous avons eu des enfants ; mais lui, comme un paysan qui a pris la charge (...)
  • 16 Trachiniennes, 36-37 : « Et c’est au moment même où il a surmonté toutes ces épreuves, c’est alors (...)

18Déjanire rappelle la lutte d’Héraclès contre Achélôos, et comment le héros la conquit comme épouse. Dans les quarante-huit vers du prologue, l’héroïne utilise six termes relevant du champ sémantique de la peur pour nous parler de ses angoisses passées, présentes et futures. Dans toute la pièce, en effet, à la manière d’un topos réitératif, se manifestent les diverses nuances et les expressions de la crainte, non seulement dans la bouche de la protagoniste, mais aussi chez le Chœur. D’après Déjanire, Héraclès entrait et sortait de la maison sans donner aucune explication lorsqu’il était esclave, et, comme un laboureur qui s’occupe d’un terrain lointain, il ne s’intéressait à ses fils qu’au moment des semailles et des récoltes15. Mais c’est précisément au moment où le héros a fini ses travaux qu’elle éprouve sa plus grande peur16. L’insistance réitérative sur la peur est la marque d’un mélange poétique de mythe et de fiction tragique.

19Si Déjanire ignore où est son époux, Hyllos, son fils aîné, sait qu’il a passé une année au service d’une femme de Lydie, Omphale, et qu’il a ensuite fait campagne en Eubée, dans le pays d’Eurytos. Que le fils, et non sa mère, sache où est Héraclès est une nouvelle innovation par rapport au mythe. La délimitation des fonctions est si stricte que Déjanire ne sait rien de ce qui se passe en dehors du foyer.

  • 17 Trachiniennes, 106-110 : « J’apprends qu’en son cœur amoureux la fiancée si disputée naguère, maint (...)

20Le Chœur17 signale quelques aspects importants de la vie de Déjanire : ses larmes permanentes, sa peur constante, l’inquiétude obsédante qu’elle éprouve depuis le départ de son époux et la façon dont elle se consume sur une couche qui la fait souffrir et d’où son mari est absent. Là encore, les larmes incessantes et la peur sont des innovations de Sophocle.

  • 18 C’est cette action qui provoque la colère de Zeus, qui envoie le coupable en esclavage ; cf. Trachi (...)

21Le héraut Lichas arrive avec les prisonnières et, après les questions de Déjanire, dit qu’Héraclès est toujours fort, vivant, florissant, et ne souffre d’aucun mal. Lichas est une extraordinaire création poétique du point de vue de la dissimulation, tant il s’y entend en paroles vagues ou retorses et en pieux mensonges. Il mentionne par exemple les prisonnières par un euphémisme, en les désignant comme un butin réservé par Héraclès aux dieux. Déjanire demande à Lichas si Héraclès s’est trouvé devant Œchalie ; Lichas répond que le héros a passé une partie de son temps en Lydie, non pas comme homme libre, mais comme esclave acheté, vendu à Omphale la Barbare, et qu’il est resté chez elle un an entier. Le contexte est si pauvre en références mythiques que Lichas ajoute des explications sur la façon d’être d’Héraclès, qui est défini comme presque toujours violent, terrible, impitoyable. Eurytos, selon d’autres versions du même mythe, avait promis la main de sa fille, Iole, à celui qui le vaincrait au jeu de l’arc, mais refusa de tenir sa promesse quand Héraclès se présenta et le vainquit. Dans les Trachiniennes, Sophocle donne une interprétation différente des événements : Héraclès aurait été offensé, et finalement expulsé du palais royal d’Œchalie en état d’ivresse, Eurytos provoquant le héros et, le voyant pris de vin, le chassant de son palais. Mais la vengeance du héros, qui aboutit à la mort d’Iphitos, fils du coupable, est excessive, comme cela est noté lorsqu’il est question de la violence d’Héraclès, qui a poussé Iphitos du haut d’une terrasse sur les remparts de Tirynthe18. Enfin Sophocle introduit une autre interprétation innovante de la légende héroïque, car ce n’est pas Eurytos qui offre sa fille au vainqueur, mais Éros qui pousse Héraclès à lutter contre le père d’Iole. Sophocle apparaît ainsi comme un extraordinaire expert dans l’art d’user du mythe traditionnel et de recourir à des innovations poétiques. Le comportement de Lichas est sans doute une contribution personnelle du tragique.

  • 19 Segal Charles, « Bride or concubine ? : Iole and Heracles motives in the Trachiniae », in Illinois (...)
  • 20 Trachiniennes, 359-60 : « Héraclès, n’arrivant pas à convaincre le père de lui donner sa fille pour (...)
  • 21 Trachiniennes, 406.
  • 22 Trachiniennes, 428.

22Déjanire a pitié des prisonnières qui entrent dans sa maison, et pose des questions à l’une d’entre elles, qui a un comportement calme et sensé (il s’agit bien sûr d’Iole), mais elle n’obtient aucune réponse. Le vieux messager expose à Lichas ce qu’il avait entendu dire, à savoir qu’Héraclès avait dévasté Œchalie et avait éliminé Eurytos à cause d’Iole19 ; qu’Éros est le dieu qui l’a conduit à mener cette lutte armée ; que la cause n’en est pas les services rendus à Omphale en Lydie ; qu’Héraclès a essayé de convaincre Eurytos pour qu’il lui donne Iole comme concubine20 et qu’il envoie Iole chez lui, non comme esclave, mais objet de son désir. Dans un dialogue très structuré où, deux par deux, interviennent Déjanire, Lichas et le messager, l’héroïne oblige Lichas à confesser la vérité. Tout corrobore le fait que le héraut joue un double jeu : Lichas, regardant Déjanire, affirme qu’il est devant l’épouse d’Héraclès21, mais nous savons grâce au messager qu’il a soutenu peu auparavant, sous la foi du serment, qu’il amenait Iole en qualité d’épouse à Héraclès22. Iole, donc, n’est pas une prisonnière quelconque.

  • 23 Trachiniennes, 459-460.

23Déjanire montre une grande compréhension quand elle affirme qu’on ne peut pas lutter contre Éros, qui commande même aux dieux : elle serait folle si elle critiquait une telle maladie de son mari. De toute façon, elle se rappelle les événements passés, en particulier le fait qu’Héraclès a eu des aventures avec beaucoup de femmes23. Lichas reconnaît ouvertement le terrible désir amoureux d’Héraclès envers Iole : le héros, quoiqu’il fût le meilleur par sa vigueur, a été vaincu par la passion sexuelle qu’il ressent pour la jeune fille. L’héroïne a donc parfaitement compris : elle ne veut s’attirer aucun mal pour avoir engagé une mauvaise lutte avec les dieux. Ainsi est mis en lumière un aspect innovant du mythe, la fonction d’Éros dans le développement des faits.

  • 24 Trachiniennes, 516 : ῥαβδονόμει (« elle bougeait la baguette »). Le terme est un hapax. Rappelons q (...)

24Dans le premier stasimon, le Chœur chante le pouvoir de Cypris, rappelant la lutte d’Achélôos avec Héraclès : le taureau aux hautes cornes se bat contre le héros qui brandit à la fois l’arc, les javelines et la massue. Au milieu, portant la baguette d’arbitre24, Cypris. Pendant ce temps, Déjanire, assise sur une colline, attend son futur époux. Là encore la tradition mythique est présentée de façon innovante : c’est une divinité chargée de diriger le processus de l’amour, Aphrodite, qui préside depuis le début à la relation d’Héraclès et de Déjanire.

  • 25 Trachiniennes, 536-537 : Kρην γρ, οἶμαι δοκέτ’, ἀλλ’ ἐζευγμένην, / παρεισδδεγμαι.
  • 26 26. Trachiniennes, 539-540 : καὶ νῦν δύ’ οὖσαι μίμνομεν μιᾶς ὑπο / χλαίνης ὑπαγκάλισμα Déjanire sig (...)
  • 27 Trachiniennes, 545-546 : τὸ δ’ αὖ ξυνοικεῖν τῇδ’ ὁμοῦ τίς ἂν γυνή / δύναιτο, κοινωνοῦσα τῶν αὐτῶν γ (...)
  • 28 Trachiniennes, 550-551 : ταῦτ’ οὖν φοβοῦμαι μ πσις μὲν Ἡρακλῆς / ἐμὸς καλῆται, τῆς νεωτέρας δ’ ἀν (...)
  • 29 Cf. Blössner Norbert, « Deianeiras Entscheidung. Zur poetischen Funktion von Sophokles’ Trachinieri (...)
  • 30 Trachiniennes, 630-632 : « J’ai peur que tu ne parles trop tôt de mes désirs, avant qu’il soit bien (...)
  • 31 Cf. Bergson Leif, « Herakles, Deianeira und Iole », in Rheinisches Museum, nº 136, 1993, p. 102-115 (...)

25Déjanire pense qu’elle a reçu à la maison une femme mariée, pas une vierge25. Elle a peur que dorénavant elles ne soient deux à attendre, sur la même couverture, l’étreinte du héros26. Elle ajoute qu’aucune femme n’accepterait de partager avec une autre le même époux dans le même foyer27. Elle a peur en somme qu’Héraclès ne reste son époux que de nom, mais qu’il soit en fait l’amant de la jeune femme28. Déjanire affirme qu’elle a enduit une tunique avec le sang du Centaure Nessos pour Héraclès, parce qu’elle veut triompher d’Iole grâce à des philtres qui touchent son époux. D’autre part, avant le départ de Lichas, Déjanire lui fait voir avec quelle amitié elle a accueilli Iole29 ; en outre, elle veut savoir si le héros la désire encore30. Sophocle, avec une extraordinaire maîtrise, connaît l’imaginaire mythique des Athéniens qui assistent à la représentation tragique, mais, en même temps, ajoute d’indubitables nouveautés dans le traitement de matériaux mythiques quand il s’intéresse à la psychologie féminine, comme la peur de Déjanire d’être oubliée sexuellement par son époux et, en même temps, son désir de plaire à son mari en recevant Iole avec des sentiments d’amitié31.

  • 32 Trachiniennes, 924-6 : « D’un geste brusque elle dégrafe soudainement sa robe que retient la broche (...)
  • 33 Trachiniennes, 930-1 : « Nous la trouvons le flanc transpercé d’un poignard à double tranchant, pla (...)
  • 34 Trachiniennes, 1062-3 : « C’est une femme, au corps de femme, sans rien d’un mâle, qui m’aura ainsi (...)
  • 35 Trachiniennes, 1108-11 : « celle qui m’a traité de pareille manière, eh bien ! je saurais, moi, seu (...)
  • 36 Pour les spectateurs il y a une progression évidente : d’abord, le héros est vaincu par une femme ; (...)
  • 37 Trachiniennes, 1070-1075 : « Va, mon fils, fais cela ; aie pitié de celui qui a droit à mille pitié (...)

26Mais il existe d’autres aspects de la tradition mythique que Sophocle déploie de façon innovante. Si la mort d’Héraclès était à peu près bien établie dans les textes antérieurs, celle de Déjanire avait été peu développée par les poètes. Chez Sophocle, l’héroïne, sachant qu’elle a été trompée par Nessos et que son fils Hyllos la déteste pour avoir envoyé à son père la tunique fatale, prend une résolution définitive. La nourrice expose en effet comment Déjanire, après avoir étendu des couvertures sur le lit d’Héraclès, saute sur le lit et s’assied au milieu ; elle lui dit adieu, dénoue son peplos32, et se transperce le foie et le diaphragme d’une épée à double tranchant33. La nourrice ajoute qu’Hyllos, apprenant trop tard la vérité et sachant que sa mère était coupable malgré elle, pleure avec amertume à côté du cadavre maternel. Que Déjanire se tue avec une épée, comme un guerrier homérique, après l’avoir décidé d’une façon privée, personnelle, illustre un processus de masculinisation du personnage. Héraclès, en revanche, admet que, malgré tous les exploits qu’il a réalisés, il a été vaincu par une femme34. Quand il apprend que Déjanire s’est donné la mort, il regrette de n’avoir pas pu l’anéantir avec ses mains35. Il supplie Hyllos, et à la suite Hadès et Zeus, de lui donner la mort. Finalement, quand il sait que le sang de Nessos consume sa vie, il ordonne à son fils de l’emporter au sommet du mont Œta et, après avoir fait un grand bûcher là-haut, de l’y déposer et d’y mettre le feu. Sa mort par incinération est donc un acte public. Le grand apport de Sophocle réside sans aucun doute dans la féminisation du héros, que l’on a vu comme une femme et qui pleure comme une jeune fille36, et qui demande pitié à son fils, quoiqu’il n’ait jamais eu pitié des autres37. En bref, on peut dire que mythe, imaginaire poétique et fiction tragique se combinent harmonieusement dans notre pièce.

Notes

1 Ce travail a été rédigé dans le cadre du Projet de recherche HUM2006-08548 de la Direction Générale de Recherche (Ministère d’Éducation et Science, Espagne). Je remercie Helena López Gallego et María Teresa Gallego Pérez pour avoir élaboré la version française. Ma gratitude va aussi à Charles Delattre qui a révisé ce travail.

2 Sur Héraclès, voir en général Murray Gilbert, « Heracles. El más noble de los hombres », in Murray Gilbert, Grecia clásica y mundo moderno, Madrid, Editorial Norte y Sur, 1962, p. 113-133 (éd. orig. 1946) ; Galinsky Gothard, The Heracles Theme : the adaptations of the hero in literature from Homer to the twentieth century, Oxford, Blackwell, 1972.

3 Sur le texte, sa traduction et ses commentaires, voir Lloyd-Jones Hugh, Wilson Nigel, Sophoclis fabulae, Oxford, « Oxford Classical Texts », 1990 (nous suivons le texte de cette édition) ; Mazon Paul, Sophocle, I (Les Trachiniennes-Antigone), Paris, « Collection des universités de France », 19672 (nous reprenons cette traduction). Les éditions suivantes ont également été consultées : Campbell Lewis, Sophocles. The plays and fragments, t. 2, Hildesheim, Olms, reimp. 1969 (18791) ; Davies Malcolm, Sophocles. Trachiniae, Oxford, Clarendon Press, 1991 ; Easterling Patricia, Sophocles. Trachiniae, Cambridge, Cambridge University Press, reimp, 1989 (19821) ; Fialho Maria do Ceu, As Traquínias, Coimbra, INIC, 1984 ; Jebb Richard, Sophocles. The plays and fragments, t. 5, The Trachiniae, Amsterdam, Hakkert, reimp. 1962 (19081) ; Kamerbeek Jan, The plays of Sophocles. Commentaries (II). The Trachiniae, Leyde, Brill, reimp. 1970 (19591) ; Longo Odone, Commento linguistico alle Trachinie di Sofocle, Padoue, Proagones, 1968.

4 En ce qui concerne les Trachiniennes on peut consulter les travaux suivants : Conacher Desmond J., « Sophocles’ Trachiniae : some observations », in American Journal of Philology, nº 118, 1997, p. 21-34 ; Heiden Bruce, Tragic rhetoric : an interpretation of Sophocles’ Trachiniae, New York, Peter Lang, 1989 ; Kapsomenos S.G, Sophokles’ Trachinierinnen und ihr Vorbild. Eine literargeschichtliche und textkritische Untersuchung, Athènes, Griechische Gesellschaft, 1963 ; Levett Bradley, Sophocles : Women of Trachis, Liverpool, Duckworth, 2004 ; López Férez Juan Antonio, « Deyanira y Heracles en Sófocles. La esposa y el héroe : dos mundos opuestos » in Cuadernos de Filología Clásica (G), nº 17, 2007, p. 97-143 ; McCall M., « The Trachiniae. Structure, focus, and Herakles » in American Journal of Philology, nº 43, 1972, p. 142-163 ; Schwinge Ernst, Die Stellung der Trachinierinnen im Werk des Sophokles, Göttingen, Vandenhœck & Ruprecht, 1962 ; Segal Charles, « Sophocles’ Trachiniae. Myth, pœtry and heroic values », in Yale classical studies, nº 25, 1977, p. 99-158 ; Segal Charles, « Time, oracles and marriage in the Trachiniae », in Lexis, nº 9-10, 1992, p. 63-92 ; Webster Thomas, « Sophocles’ Trachiniae », in Greek poetry and life. Essays presented to G. Murray on his seventieth birthday, Oxford, Clarendon Press, 1936, p. 164-180 ; De Wet B.X., « An evaluation of the Trachiniae of Sophokles in the light of moral values in Athens of the 5th century B.C. », in Dioniso, nº 54, 1983, p. 213-226.

5 Sur Déjanire et sa fonction dans la pièce, voir Gasti Helen, « Sophocles’ Trachiniae : a social or externalized aspect of Deianeira’s morality », in Antike und Abendland, nº 39, 1993, p. 20-28 ; Houghton H. P., « Deianeira in the Trachiniae of Sophocles », in Pallas, nº 11, 1962, p. 69-102 ; Ryzman Marlene, « Deianeira’s moral behaviour in the context of the natural laws in Sophocles’ Trachiniae », in Hermes, nº 119, 1991, p. 385-398.

6 Nom propre formé sur l’adjectif ήϊ, « ennemi », « hostile ». Le sens peut être « celle qui détruit (ou tue) son mari ».

7 Pour la fonction d’Héraclès dans cette tragédie, d’intéressantes perspectives sont offertes par Ceschi Guido, « Il caso clinico di Eracle nelle Trachinie di Sofocle », in Atti dell’Istituto Veneto, nº 161, 2002-3, p. 65-93 ; Johansen H.F., « Heracles in Sophocles’ Trachiniae », in Classica et Mediaevalia, nº 37, 1986, p. 47-61 ; Stinton Thomas, « Heracles’ homecoming and related topics. The second stasimon of Sophocles’ Trachiniae », in Papers of Liverpool Latin seminar, nº 5, 1985, p. 403-432. On peut aussi consulter López Férez Juan Antonio, « Observaciones sobre los mitos en el Heracles de Eurípides », in Máscaras, vozes e gestos : nos caminhos do teatro clássico, Brasete Maria Fernanda (dir.), Univ. Aveiro, 2001, p. 71-114 ; Silk Michael, « Heracles and Greek Tragedy », in Greece and Rome, nº 32, 1985, p. 1-22.

8 Douterelo Esther, « El léxico y el tema del amor en las Traquinias de Sófocles », in Cuadernos de Filología Clásica (G), nº 7, 1997, p. 195-206 ; Faraone Christopher, « Deianeira’s Mistake and the Demise of Heracles : Erotic Magic in Sophocles’ Women of Trachis », in Helios, nº 21, 1994, p. 115-131 ; Fialho Maria do Ceu, « Eros e finitude em As Traquínias de Sófocles », in Humanitas, nº 27-28, 1975-76, p. 131-166.

9 Même si on admet aujourd’hui que des femmes pouvaient être présentes dans l’auditoire, on considère le plus souvent qu’elles étaient très peu nombreuses.

10 Les Trachiniennes sont composées de 1278 vers. Selon les spécialistes, la pièce aurait été représentée avant 430 avant notre ère.

11 Déjanire (Trachiniennes, 177 : πάντων ἀρίστου φωτὸς ἐστερημένην) et Hyllos (Trachiniennes, 811 : πάντων ἄριστον ἄνδρα τῶν ἐπὶ χθονί). Dans les deux séquences la fin des phrases prononcées par les deux personnages occupe une position emphatique.

12 Cf. Segal Charles, « Mariage et sacrifice dans les Trachiniennes de Sophocle », in L’Antiquité classique, nº 44, 1975, p. 30-53.

13 Certains ont voulu voir une valeur symbolique dans l’action pénétrante de l’arme homicide.

14 Nelli Florencia, « El mito de Heracles en Baquílides. Su relevancia para el análisis de las Traquinias de Sófocles », in Synthesis, nº 13, 2006, p. 92, soutient que l’Epinicie 5 de Bacchylide est plus ancienne que Les Trachiniennes, et souligne qu’Héraclès pleure quand il connaît l’histoire de Méléagre (Bacchylide, Epin. 5, 156-157 : Aμφιτρύωνος παῖδα μοῦνον δὴ τότε τέγχαι βλέφαρον). Peut-être y a-t-il aussi dans ce poème une inversion des fonctions (masculinisation de Déjanire et féminisation d’Héraclès), comme dans Les Trachiniennes.

15 Trachiniennes, 31-33 : « Nous avons eu des enfants ; mais lui, comme un paysan qui a pris la charge d’un domaine au loin, ne les a jamais vus qu’une fois ou l’autre, aux seules époques des semailles ou de la moisson » (κἀφύσαμεν δὴ παῖδας, οὓς κεῖνός ποτε, / γῄτης ὅπως ἄρουραν ἔκτοπον λαβών, / σπείρων μόνον προσεῖδε κἀξαμῶν ἅπαξ).

16 Trachiniennes, 36-37 : « Et c’est au moment même où il a surmonté toutes ces épreuves, c’est alors que je sens plus de peur que jamais » (νῦν δ’ ἡνίκ’ ἄθλων τῶνδ’ ὑπερτελὴς ἔφυ, / ἐνταῦθα δὴ μάλιστα ταρβήσασ’ ἔχω).

17 Trachiniennes, 106-110 : « J’apprends qu’en son cœur amoureux la fiancée si disputée naguère, maintenant pareille à un pauvre oiseau, Déjanire, n’arrive pas à endormir la passion inscrite en ses yeux ni à en arrêter les larmes, mais nourrit au contraire l’inquiétude obsédante née du départ de son époux, sur la couche anxieuse où languit son veuvage et où la malheureuse n’attend plus qu’un affreux destin ».

18 C’est cette action qui provoque la colère de Zeus, qui envoie le coupable en esclavage ; cf. Trachiniennes, 280 : « les dieux sont les premiers à détester la démesure ».

19 Segal Charles, « Bride or concubine ? : Iole and Heracles motives in the Trachiniae », in Illinois Classical Studies, nº 19, 1994, p. 59-64.

20 Trachiniennes, 359-60 : « Héraclès, n’arrivant pas à convaincre le père de lui donner sa fille pour une union secrète… ».

21 Trachiniennes, 406.

22 Trachiniennes, 428.

23 Trachiniennes, 459-460.

24 Trachiniennes, 516 : ῥαβδονόμει (« elle bougeait la baguette »). Le terme est un hapax. Rappelons que ῥάβδος peut dénommer une baguette magique ou de commandement, signe d’autorité et de prestige.

25 Trachiniennes, 536-537 : Kρην γρ, οἶμαι δοκέτ’, ἀλλ’ ἐζευγμένην, / παρεισδδεγμαι.

26 26. Trachiniennes, 539-540 : καὶ νῦν δύ’ οὖσαι μίμνομεν μιᾶς ὑπο / χλαίνης ὑπαγκάλισμα Déjanire signale qu’Héraclès pourrait mettre les deux femmes dans le même lit. Le nom χλαῖνα, « couverture pour le lit », est un terme spécial qui apparaît dans certains passages où on mentionne l’initiation sexuelle des nouveaux mariés : cf. Archiloque, Épode de Cologne, 44-45 ; Euripide, Péliades, Fr 5 Jouan – Van Loy = Fr 603, 4 Kannicht.

27 Trachiniennes, 545-546 : τὸ δ’ αὖ ξυνοικεῖν τῇδ’ ὁμοῦ τίς ἂν γυνή / δύναιτο, κοινωνοῦσα τῶν αὐτῶν γάμων.

28 Trachiniennes, 550-551 : ταῦτ’ οὖν φοβοῦμαι μ πσις μὲν Ἡρακλῆς / ἐμὸς καλῆται, τῆς νεωτέρας δ’ ἀνήρ.

29 Cf. Blössner Norbert, « Deianeiras Entscheidung. Zur poetischen Funktion von Sophokles’ Trachinierinnen 582-597 », in Philologus, nº 146, 2003, p. 217-251.

30 Trachiniennes, 630-632 : « J’ai peur que tu ne parles trop tôt de mes désirs, avant qu’il soit bien sûr que l’on me désire, moi aussi, là-bas » (δέδοικα γὰρ / μὴ πρῷ λέγοις ἂν τὸν πόθον τὸν ἐξ ἐμοῦ, / πρὶν εἰδέναι τἀκεῖθεν εἰ ποθούμεθα).

31 Cf. Bergson Leif, « Herakles, Deianeira und Iole », in Rheinisches Museum, nº 136, 1993, p. 102-115 ; Carawan Edwin, « Deianeira’s Guilt », in Transactions and Proceedings of the American Philological Association, nº 130, 2000, p. 189-237.

32 Trachiniennes, 924-6 : « D’un geste brusque elle dégrafe soudainement sa robe que retient la broche appliquée entre ses deux seins, et elle se découvre ainsi et le bras et tout le flanc gauche » (λύει τὸν αὑτῆς πέπλον ᾧ χρυσήλατος / προὔκειτο μαστῶν περονίς, ἐκ δ’ ἐλώπισεν / πλευρὰν ἅπασαν ὠλένην τ’ εὐώνυμον).

33 Trachiniennes, 930-1 : « Nous la trouvons le flanc transpercé d’un poignard à double tranchant, planté sous le foie et le diaphragme » (ὁρῶμεν αὐτὴν ἀμφιπλῆγι φασγάνῳ / πλευρὰν ὑφ’ ἧπαρ καὶ φρένας πεπληγμένην).

34 Trachiniennes, 1062-3 : « C’est une femme, au corps de femme, sans rien d’un mâle, qui m’aura ainsi abattu, et seule, sans même un poignard » (γυνὴ δέ, θῆλυς οὖσα κοὐκ ἀνδρὸς φύσιν, / μόνη με δὴ καθεῖλε φασγάνου δίχα).

35 Trachiniennes, 1108-11 : « celle qui m’a traité de pareille manière, eh bien ! je saurais, moi, seul et en tel état, je saurais la mater. Qu’elle vienne ici seulement, et je lui apprendrai à aller proclamer partout qu’Héraclès, vivant ou mort, a toujours puni les méchants » (τήν γε δράσασαν τάδε / χειρώσομαι κἀκ τῶνδε προσμόλοι μόνον, / ἵν’ ἐκδιδαχθῇ πᾶσιν ἀγγέλλειν ὅτι / καὶ ζῶν κακούς γε καὶ θανὼν ἐτεισάμην).

36 Pour les spectateurs il y a une progression évidente : d’abord, le héros est vaincu par une femme ; ensuite, il pleure comme une vierge ; et, finalement, il est découvert comme un être féminin. Il n’est pas possible de trouver une plus grande transformation d’un héros aussi brutal et sauvage dans un espace de temps aussi bref.

37 Trachiniennes, 1070-1075 : « Va, mon fils, fais cela ; aie pitié de celui qui a droit à mille pitiés, qui crie et qui pleure ici comme une fille, alors que cela, personne ne peut dire qu’il l’ait jamais vu faire à l’homme que je fus. Toujours, sans une plainte, je suivais les douleurs. Mais cette fois, sous pareil coup, je me révèle, hélas ! une simple femme… » (Ἴθ’, ῶ τέκνον, τόλμησον, οἴκτιρόν τέ μέ / πολλοῖσιν οἰκτρόν, ὅστις ὥστε παρθένος / βέβρυχα κλαίων καὶ τόδ’ οὐδ’ ἂν εἷς ποτε / τόνδ’ ἄνδρα φαίη πρόσθ’ ἰδεῖν δεδρακότα, / ἀλλ’ ἀστένακτος αἰὲν εἱπόμην κακοῖς / νῦν δ’ ἐκ τοιούτου θῆλυς ηὕρημαι τάλας).

Auteur

Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), Madrid

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540