Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

 | 
Henri Bresc
, 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Du pèlerinage à la découverte du monde : voyage et écriture de la géographie

Les formes d’intégration des récits de voyage dans la géographie savante. Quelques remarques et un cas d’étude : Roger Bacon, lecteur de Guillaume de Rubrouck

Nathalie Bouloux

Texte intégral

  • 1 Parmi des manuels et ouvrages récents adoptant ce point de vue : Duteil Jean-Pierre, L’Europe à la (...)

1Les modalités par lesquelles les observations des voyageurs médiévaux ont été intégrées dans les descriptions du monde constituent encore un domaine de recherche à peine ébauché, du moins si l’on accepte de renoncer à une historiographie ancienne qui opposait sans nuance l’empirie à la géographie livresque. Il est encore commun de confronter les voyageurs, qui seraient des observateurs plus ou moins diligents des réalités, aux géographes de cabinet, prisonniers d’autorités dépassées, de traditions fausses et de présupposés méthodologiques contraires à la science. La « rencontre » entre voyageurs et géographes ne pourrait alors que tendre vers l’insertion de données nouvelles, déterminées par l’empirie, dans des descriptions géographiques textuelles éloignées de la réalité. L’intégration des nouveautés rapportées par les voyageurs entraînerait naturellement et progressivement une connaissance du monde plus vraie, limitée cependant par les résistances des savants attachés à la tradition1.

  • 2 Sur le regard porté par exemple sur le domaine oriental, voir Schmieder Felicitas, Europa und die (...)

2Cette interprétation mérite d’être sérieusement pondérée. Les voyageurs médiévaux ne sont pas des explorateurs selon l’acception moderne du terme. Ils voient avec un savoir préalable qui oriente leur regard, partent avec un projet très éloigné d’une enquête scientifique moderne et leurs écrits, qui doivent répondre aux attentes de leurs lecteurs, se plient à des normes d’écriture2. L’opposition entre l’ancien et le nouveau, l’empirie et l’autorité livresque, est une catégorie propre aux historiens contemporains, que ne partagent pas les savants médiévaux en des termes aussi simples (cette question mériterait d’ailleurs de plus amples réflexions que celles qui seront menées ici). Il convient d’analyser et de comprendre l’attitude intellectuelle des savants à l’égard des nouveautés rapportées par les voyageurs, et l’effet qu’elles eurent (ou non) sur la « tradition géographique » en lisant les sources avec des yeux nouveaux. En particulier, la prise en compte du contexte des sociétés, des savoirs et des individus qui se sont trouvés confrontés à ces questions est impérative pour saisir les enjeux intellectuels et culturels de cette histoire. Une enquête, selon les termes qui viennent d’être posés, impliquerait un long investissement dans les sources. Je me contenterai ici de poser les données du questionnement à partir d’un cas. Le départ chronologique sera classiquement le xiiie siècle et son ouverture vers l’Orient, le cœur du débat, une relecture de l’intégration du récit de voyage de Guillaume de Rubrouck dans l’Opus Maius de Roger Bacon, que je préciserai par une étude de cas, la nouvelle perception de la forme de la Caspienne par les deux Franciscains. Mais auparavant, il n’est pas inutile de rappeler les conditions intellectuelles qui constituent le cadre de cette « rencontre » entre le voyageur et le savant immobile.

Adapter et moderniser l’héritage des Anciens

  • 3 La liste donnée ici est celle des ouvrages les plus répandus. Le clerc curieux pouvait fort bien av (...)
  • 4 Gautier Dalché Patrick, Du Yorkshire à l’Inde. Une « géographie » urbaine et maritime à la fin du (...)

3Commençons par quelques rappels généraux, trop souvent négligés. Jusqu’au xiiie siècle, l’idée que l’ensemble de l’œkoumène a été suffisamment et d’une manière indépassable décrit par les Anciens est un fondement de la description de l’espace, tant sur le plan du contenu du monde connu que sur celui des méthodes de sa description. Il était par conséquent naturel pour les savants d’utiliser les textes anciens, en particulier le tableau géographique placé par Orose en ouverture de ses Histoires contre les Païens, les Collectanea rerum memorabilium de Solin et les livres XIII et XIV des Etymologies d’Isidore de Séville3. Le procédé descriptif, hérité de l’Antiquité tardive, considéré comme le plus opératoire, consiste à localiser les régions par leur contiguïté et à dessiner de la sorte un puzzle qui permette d’ordonner dans sa totalité l’espace du monde. Rendre l’espace ainsi perceptible par l’esprit dans sa totalité et sa permanence, voilà le dessein des « géographes de cabinet ». Comme dans les autres secteurs du savoir médiéval, la méthode est la compilation. La certitude de la supériorité des Anciens explique le nombre limité des traités de géographie autonomes, mais n’implique nullement un désintérêt pour l’espace, qui se traduit notamment par de très nombreuses descriptions, souvent d’espaces restreints, dans des œuvres de natures très diverses. Le caractère livresque de cette géographie n’exclut pas des intérêts pratiques, comme l’attestent les traités, probablement rédigés par l’historien anglais Roger de Hoveden, en vue de préparer la croisade de Richard Coeur de Lion4.

  • 5 Cambridge, Corpus Christi College, 66, f. ° 2
  • 6 « Par lungs tens e par lungs eages \ e par muement de languages \ unt perdu lur premereins nuns \ (...)
  • 7 Par exemple, à propos de la Gaule « Haec quondam fuit trifaria, scilicet Belgica, Celtica et Togat (...)
  • 8 Bouloux Nathalie, « Ressources naturelles et géographie : le cas de Barthélemy l’Anglais », in Méd (...)

4D’une manière générale, les modalités d’adaptation de connaissances géographiques nouvelles sont déjà en place à l’orée du xiiie siècle. Le stock de toponymes et d’ethnonymes est sujet à un renouvellement, même si celui-ci demeure ponctuel. La carte de Sawley (dite improprement d’Henri de Mayence)5 s’ouvre à des toponymes qui n’ont rien d’antique (ainsi Roem ou Scanzia). L’intégration de ces noms modernes s’accompagne de la conscience, sous l’effet du passage du temps, d’une « mutatio nominum6 » et de la nécessité d’actualiser, au moins en partie, et pour un public élargi d’étudiants, de laïcs ou même de clercs, moins aguerris peut-être aux subtilités de la géographie antique que les lettrés carolingiens, les toponymes reçus de l’Antiquité. Dans le livre XV du De proprietatibus rerum, consacré à la géographie, le franciscain Barthélemy l’Anglais procède à des identifications entre les désignations anciennes et modernes7. On pourrait multiplier les exemples illustrant ce processus d’actualisation et de renouvellement des toponymes, sans toutefois que cet effort d’adaptation entraîne l’invalidation des textes anciens. Ceux-ci gardent au contraire leur valeur heuristique parce qu’ils demeurent le fondement de la compréhension du monde moderne. Ainsi, au milieu du xiiie siècle, la prise de conscience de l’étendue de la puissance mongole s’exprime en premier lieu par des interrogations. Qui étaient ces peuples ? D’où venaient-ils ? Comment les reconnaître parmi les peuples mentionnés par les auteurs anciens et inventoriés dans la Genèse ? Comment interpréter leur apparition stupéfiante et inquiétante ? Une des réponses possibles fut l’identification avec Gog et Magog, connus par la tradition eschatologique. D’un autre côté, les procédés descriptifs de la géographie – la localisation des régions par leurs confronts – n’empêchent pas l’utilisation d’autres formes de représentation de l’espace, notamment celles de l’itinéraire, donnant souvent des mesures de distance précises, même si elles sont parfois perturbées dans la tradition manuscrite. Enfin, des notations concrètes, fondées sur les données de l’expérience, apparaissent dans des ouvrages géographiques : les traités de Giraud de Barri sur l’Irlande et le Pays de Galles en sont un exemple bien connu ; dans le livre XV du De proprietatibus rerum, Barthélemy l’Anglais s’appuie à la fois sur des données issues de la tradition antique et de faits concrets montrant la prise en compte de la réalité moderne – le travail du drap ou la production de la tourbe en Flandres, l’utilisation du plâtre qui caractérise Paris8.

  • 9 Cf. Richard Jean, « Les navigations des occidentaux sur l’Océan indien et la mer Caspienne (12e-15(...)
  • 10 Cf. Gueret-Laferté Michèle, Sur les routes de l’empire mongol. Ordre et rhétorique des relations d (...)

5Les croisades et plus généralement l’essor du commerce occidental eurent aussi pour conséquence de renouveler la perception des espaces orientaux. La production écrite concernant l’espace des croisades permit de comprendre et d’assimiler des renseignements concrets et nouveaux. Le chapelain de Baudouin 1er, Foucher de Chartres rapporte l’expédition du roi jusqu’au bord de la mer Rouge (Aïla) et donne la distance qui sépare la Méditerranée de la mer Rouge9. Voilà un exemple ponctuel d’intégration de données nouvelles. Mais l’écrit ne fut sans doute pas le seul mode de communication de ces nouveautés. La tradition orale, les échanges d’informations notamment dans les milieux liés au commerce, ne trouvèrent sans doute pas toujours une expression écrite durable, en partie parce que les détenteurs de ce savoir pratique n’avaient pas la légitimité culturelle nécessaire à la composition d’écrits. Le traité de « mercatura » de Pegolotti, achevé vers 1340, qui rassemble tant de renseignements variés et précis, peut apparaître comme une somme des connaissances accumulées par plusieurs générations de marchands italiens, à un moment où la culture marchande a trouvé une légitimité culturelle dans l’ordre des savoirs. La question de la validité se pose avec une tout autre acuité s’agissant du témoignage direct des hommes, une des formes par lesquelles les nouveautés peuvent être intégrées dans le savoir livresque, mais qui toujours pose aux yeux des savants la question de l’authenticité des dires et impose des stratégies rhétoriques de validation10.

  • 11 Gregory Tullio, « La nouvelle idée de nature et de savoir scientifique au xiie siècle », in The cu (...)
  • 12 Gautier Dalché Patrick, « Connaissance et usages géographiques des coordonnées dans le Moyen Âge l (...)

6Il n’est pas non plus inutile de rappeler les profonds changements qui ont affecté le regard porté sur la nature dans la vie intellectuelle depuis le xiie siècle. Dans un article fondamental, Tullio Gregory a montré qu’à partir du xiie siècle, sous l’influence de l’élargissement de l’horizon intellectuel qu’apportent les textes traduits de l’arabe dans bien des domaines du savoir, et d’une évolution propre à la culture occidentale, s’élabore une nouvelle idée de la nature, non plus conçue comme objet de contemplation et de signification, mais comme sujet d’investigation rationnelle visant à la comprendre, voire à la dominer11. L’astronomie fut un des domaines particulièrement renouvelés, ce qui n’est pas sans incidence sur la question qui nous occupe. Ce sont en effet dans les traités de la sphère que les questions relatives à l’extension de l’espace habitable et habité par l’homme furent posées en des termes nouveaux, notamment au xiiie siècle. La compréhension des coordonnées, latitude et longitude, acquise dès le xiie siècle, est aussi le résultat des spéculations astronomiques, notamment de la nécessité d’adapter les tables astronomiques pour les lieux où elles étaient utilisées12. L’assimilation de la physique aristotélicienne, dans laquelle la notion de « lieu » est essentielle, accompagne un des fondements de l’astronomie médiévale, l’influence des astres sur le monde sublunaire, une des conditions des recherches sur la nature et de la pensée du changement. La nature du lieu, défini théoriquement par sa position en longitude et latitude, est déterminée par l’influence des astres. Dans les savoirs géographiques du xiiie siècle, une telle conception du lieu tient une place essentielle, parfois en arrière-fond culturel, souvent plus directement. Le traité « géographique » d’Albert le Grand a précisément pour titre « De natura loci ». Constitué en trois parties, les deux premières présentent une théorie sur la notion du lieu et de sa nature, et de l’extension de l’espace habitable, tandis que la troisième dessine par le texte une mappa mundi pour l’essentiel reprise de la Cosmographia du Pseudo-Aethicus, dont l’intérêt pour Albert réside en ce qu’elle dresse la liste des objets constituant le monde selon ses quatre orientations (fleuves, peuples, cités, etc.). Cette conception aristotélicienne n’était évidemment pas étrangère à un grand savant comme Roger Bacon.

7Au moment où les premiers voyageurs s’engagent sur les routes de l’empire Mongol, les modes de penser l’espace dans l’Occident médiéval se sont diversifiés et complexifiés. Il resterait à examiner si l’ensemble de ces changements modifie les rapports entre autorité et expérience. Question essentielle mais trop vaste et trop complexe pour être traitée en quelques lignes, ce qui nous conduira à l’examiner à partir d’un cas concret, l’insertion de la relation de voyage de Guillaume de Rubrouck dans la géographie de Roger Bacon.

La relation de voyage de Guillaume de Rubrouck et la géographie de Roger Bacon

  • 13 Beaucoup de généralités sur l’utilisation de Guillaume de Rubrouck par Roger Bacon mais peu d’étud (...)
  • 14 Voir Power Amanda, « A mirror for every age : the reputation of Roger Bacon », in English Historic (...)
  • 15 Voir par exemple Campbell Mary C., The Witness and the other world : exotic European Travel Writin (...)

8Voilà un cas emblématique de la rencontre entre voyageur et géographe, en raison de la personnalité « historiographique » des deux auteurs13. Roger Bacon jouit encore d’une réputation de savant « moderne », fondateur de la « science expérimentale », même si des études récentes tendent à ramener ses contributions à une plus juste appréciation14. Guillaume de Rubrouck est considéré comme le plus méritant des voyageurs médiévaux, celui qui sut rapporter le plus justement observations géographiques, mœurs et coutumes des Mongols et exposer les enjeux de la mission15.

  • 16 Guillaume de Rubrouck, Itinerarium, Sinica Franciscana, 1, Itinera et relationes Fratrum minorum s (...)
  • 17 Bacon Roger, The « Opus Majus » of Roger Bacon, éd. Bridges John Henry, Francfort, Minerva, 1964 ( (...)

9On sait que ces deux auteurs, franciscains, se rencontrèrent à Paris, sans doute vers 1265, alors que Guillaume de Rubrouck avait enfin obtenu l’autorisation de quitter son couvent d’Acre pour se rendre à Paris, auprès de saint Louis, qui l’avait envoyé en Asie et pour qui il avait rédigé son Itinerarium16. Roger Bacon l’interrogea à plusieurs reprises, lut avec intérêt son compte-rendu qu’il inséra en partie dans la section géographique de l’Opus Maius17.

  • 18 Cf. Gautier Dalché Patrick, « Connaissance et usages géographiques des coordonnées dans le Moyen  (...)
  • 19 « Hic enim est magna utilitas istarum scientiarum in sacra scriptura. Et forte nihil utilius de ph (...)
  • 20 Voir par exemple Edson Edith, The World Map 1300-1492. The Persistence of Tradition and Transforma (...)

10Avant d’examiner les modalités d’insertion de la relation de Guillaume dans le traité du docteur admirable, il convient de rappeler les caractères de la géographie de Roger Bacon. La partie géographique se trouve dans le livre IV de l’Opus Maius, dont le thème général est l’utilité des mathématiques pour les études théologiques, l’astronomie, y compris judiciaire, constituant la science par excellence. Trois domaines d’application de ces principes se dégagent, la correction du calendrier, la géographie et l’astrologie. La géographie, selon Roger Bacon, est placée dans une conception du monde et de l’espace où la science est surtout une recherche des effets des astres sur le monde sublunaire. Dans ce contexte essentiellement astronomique, Roger Bacon propose une cartographie du monde connu sur la base des coordonnées de longitude et de latitude. Ce projet – puisque la carte, disparue, devait comprendre à peine plus d’une soixantaine de villes – a longtemps été considéré comme un aspect de la remarquable modernité du franciscain, avant d’être replacé récemment dans le contexte général de la connaissance des coordonnées géographiques en Occident, en relation avec la diffusion de la physique aristotélicienne18. La détermination des coordonnées de longitude et de latitude s’inscrit dans une pratique liée à la réception des traités astronomiques arabes depuis le xiie siècle, et dans une conception aristotélicienne de l’espace pour laquelle il importe de connaître la situation d’un lieu – pour Bacon, ses coordonnées géographiques – pour en comprendre la nature, c’est-à-dire la manière dont les astres y influent. L’objet de ce projet cartographique n’est pas d’offrir une représentation plus exacte que celle de la tradition géographique médiévale mais de sous-tendre la recherche de la signification spirituelle et herméneutique des res déterminée par leur lieu géographique19. Il est d’ailleurs amusant de constater que pour les historiens de la cartographie, cette fonction herméneutique de la géographie est souvent retenue comme le parangon de la « tradition médiévale », en raison sans doute de son adhérence remarquable à la vision banale d’un Moyen Âge essentiellement spirituel et symbolique20. De sorte que Roger Bacon est à la fois moderne parce qu’il aurait construit une carte exacte selon les coordonnées et le représentant d’une herméneutique chrétienne freinant tout progrès de la géographie.

  • 21 Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 301-302. Voir aussi « Quamplurimi eni (...)
  • 22 « Quod amplius vadat aliquis frater ad Tartaros, sicut ego ivi vel sicut vadunt frates Predicatore (...)
  • 23 Cf. p. 302-303. Voir Schmieder Felicitas, « Christians, jews, muslims – and Mongols : fitting a fo (...)

11Laissons ces interprétations contradictoires pour relire Roger Bacon. Pour lui, la notitia locorum a aussi d’autres utilités, qu’il rappelle au moment de commencer la description du monde. Si elle est nécessitée de l’ordre du savoir et de la compréhension du sens spirituel de la création, notamment pour l’interprétation des Ecritures, selon une tradition exégétique qui doit d’abord s’appuyer sur une connaissance exacte des lieux, elle est aussi nécessaire au gouvernement de l’Église. Elle est indispensable aux prédicateurs et aux missionnaires qui doivent apprendre, avant leur départ, la natura locorum mundi sans laquelle ces hommes vaillants rencontrent d’innombrables périls. Elle doit leur servir à déterminer leur route « ut scirent complexiones locorum extraneorum, quatenus scirent eligere loca temperata per quae transirent », à connaître la religion des peuples qu’ils rencontrent, les périls encourus (« quando hominum pacificorum, quando babarorum, quando hominum rationabilium »), car « celui qui ignore les lieux du monde ne sait non seulement où il va mais encore comment s’y rendre21 ». Cette justification pratique de la connaissance géographique est comme un écho de la relation de Guillaume de Rubrouck, où le prédicateur témoigne si souvent des difficultés du voyage au point d’achever son rapport par le constat de l’inutilité des missions dans l’Asie profonde, du moins dans les conditions qui furent les siennes22. La prise en compte des conditions concrètes du voyage missionnaire donne un caractère stratégique à la description de Roger Bacon, en relation avec un impératif du gouvernement de l’Eglise, celui d’étendre la foi chrétienne à l’ensemble du monde désormais connu. En dernier lieu, la connaissance des lieux asiatiques relève d’une nécessité pour la juste appréciation des temps apocalyptiques à venir23.

  • 24 D’après Michèle Guéret-Laferté, « Le voyageur et le géographe… », op. cit., Roger Bacon semble reg (...)

12Pour réaliser ce programme de géographie « pratique », Roger Bacon recourt à la tradition descriptive de la géographie livresque, utilisant les sources à sa disposition, anciennes et récentes, pour produire une géographie souvent jugée abstraite et éloignée de la réalité – ce qu’elle n’est nullement aux yeux de son auteur24 – et moderne seulement lorsqu’elle traite des steppes asiatiques sur la base des données nouvelles fournies par Guillaume de Rubrouck.

  • 25 Autre aspect de la modernité de Roger Bacon, qui a d’autant plus marqué les esprits que ces passag (...)
  • 26 « Sed regionum nobis notarum divisiones particulares non oportet annotare, similiter nec loca sing (...)
  • 27 Les savants grecs ont défini sept climata (des bandes de latitude), s’étendant de l’équateur vers (...)
  • 28 Pour un résumé de cette ordonnance, voir Guéret-Laferté Michèle, « Le voyageur et le géographe… », (...)
  • 29 Il faut noter également le rôle de la géographie et de la connaissance particulière des terres asi (...)
  • 30 « Descripsi igitur regiones omnes Asiae et Africae, et aquilonares Europae. Nunc orientales et mer (...)

13Le début de l’exposé géographique est consacré à la détermination de l’extension de l’habitable, dans une optique qui relève habituellement des traités de la sphère. Un apport essentiel de ce long passage tient à la réévaluation de l’extension en longitude de l’espace habitable et une sous-évaluation de la distance maritime entre l’Orient et l’Occident25. Vient ensuite la description du monde, qui répond à un projet d’ensemble, celui de décrire l’espace de la mission. Roger Bacon juge inopportun de décrire les régions de l’Occident latin, lesquelles sont bien connues, et entend au contraire centrer la description sur les loca extranea, expression par laquelle sont désignées les régions extérieures à la domination chrétienne, avec une place privilégiée réservée aux lieux de la croisade et de l’histoire sainte et aux lieux asiatiques, où s’annonce la venue de l’Antéchrist26. L’ordre descriptif suivi est parfaitement adapté au projet. Il est inédit dans la mesure où il ne suit pas l’ordre habituel des descriptions, adopté pour la plupart des textes géographiques, fondé sur la description des trois parties du monde – Asie, Europe, Afrique. Roger Bacon s’attache à une description ordonnée, autant que faire se peut, selon les climata, balayés d’est en ouest27. L’ordre descriptif est déterminé par une géographie astronomique, qui indique que l’important aux yeux de son auteur réside dans les relations entre les astres et le monde sublunaire. Sans entrer dans le détail du parcours choisi28, il convient néanmoins de noter l’intérêt porté aux terres ouvertes à la mission, particulièrement le nouvel espace mongol qu’il faut rattacher à l’image habituelle du monde29. C’est ainsi qu’à la fin du traité, Roger Bacon décrit brièvement le nord et l’est de l’espace européen – exclu a priori au début du traité parce qu’il est bien connu – de sorte qu’il rattache sans discontinuité les nouveautés asiatiques au monde des latins30.

  • 31 Ibid., p. 304-305.
  • 32 Ibid., p. 304. Ces trois auteurs sont également cités plus haut, lorsque Roger Bacon expose la néc (...)

14La modernité supposée de Roger Bacon est également liée à ses déclarations sur la nécessité de l’expérience dans la description du monde, parce que les auteurs écrivent souvent « ex rumore magis quam per experientiam31 ». L’interprétation la plus facile consiste à expliquer que Roger Bacon est le premier à comprendre les mérites de l’observation sur le savoir transmis dans les livres. L’affaire est pourtant plus complexe, comme je voudrais le montrer ici en analysant ce que le docteur admirable dit des sources qu’il utilise. L’Histoire naturelle de Pline forme la source principale, complétée par Jérôme, Orose et Isidore et d’autres auteurs non explicitement cités32.

  • 33 « Descriptione Aegypti facta quantum hic est necesse, nunc ad Africam accedendum est. Et licet Pli (...)

15Pline est certes une autorité traditionnelle du savoir géographique, mais rarement suivie comme modèle dans les descriptions du monde en raison de la complexité de son traité. Il est le plus souvent utilisé pour développer des données particulières. Dans la géographie de Roger Bacon, il tient la première place. Ponctuellement, Roger a recours à d’autres auteurs, non sans trouver des justifications à leur usage. Pour la description de l’Afrique, il suit ainsi Salluste dont la fiabilité est attestée par le jugement de Jérôme lui-même33.

  • 34 « Non nunquam tamen plura reperiuntur scripta, quae ex rumore magis quam per experientiam habuerun (...)
  • 35 Sur la complexité du terme et de son usage, voir Hamesse Jacqueline, « Experientia/experimentum da (...)
  • 36 Voir par exemple à propos de la circumnavigabilité de l’Afrique : « Et Seneca libro quinto Natural (...)
  • 37 Die Kosmographie des Aethicus, Prinz Otto (éd.), Munich, Monumenta Germaniae Historica 14, 1993.

16Comme il convient aussi de répondre aux interrogations concernant l’origine des « gentes tyrannicae », les raisons de leur dévastation déjà faites et à venir (on retrouve ici une perspective eschatologique) et les possibilités de leur conversion, il se doit d’insérer dans la description ce que l’on sait de leur mode de vie et de leur religion. C’est arrivé à ce point de son programme que Roger Bacon expose la nécessité du recours aux voyageurs34, pour corriger les erreurs des auteurs. Pourtant, Roger Bacon ne balaie pas l’ensemble des dires des auteurs, mais pose la question de leur validité sur certains points seulement. En d’autres termes, les erreurs ponctuelles ne remettent pas en cause l’ensemble des écrits, mais invitent plutôt à une lecture critique. Le terme même d’« experientia » prête à confusion, dans la mesure où nous y voyons trop facilement un plaidoyer pour l’empirie contre le savoir livresque, selon les principes scientifiques modernes (souvent interprétés sous l’angle d’une vulgarisation simplificatrice), alors que le terme renvoie à des notions autrement complexes35. Dans le domaine des savoirs géographiques, cette « experientia » est incontestablement celle des voyageurs, mais elle n’est jamais utilisée seule, toujours de concert avec des textes. Dans le cas de Roger Bacon, elle relève de la prise en compte de l’ouverture d’espaces en grande partie inconnus des anciens, qui ne pouvaient par conséquent les décrire qu’imparfaitement par les textes éprouvés. Le recours aux témoignages des voyageurs doit être garanti par des processus d’authentification de leur fiabilité. Une première étape porte sur la reconnaissance du recours à l’expérience dans les sources antiques, que Roger Bacon mentionne à plusieurs reprises36. L’intégration par Pline ou d’autres auteurs anciens de faits observés par des voyageurs fonctionne comme une légitimation des voyages entrepris au xiiie siècle. C’est au fond le même principe qui recommande aux yeux du docteur admirable le recours à la Cosmographia, écrite au viiie siècle par un personnage qui se désigne sous le nom d’Aethicus, auteur d’un voyage au travers du monde connu que saint Jérôme aurait lui-même traduit37. Le texte, souvent obscur, ressortit selon notre jugement moderne au voyage imaginaire. Roger Bacon l’utilise pourtant comme la narration de Guillaume de Rubrouck. Quels sont donc les critères de crédibilité qui conduisent Roger Bacon à utiliser sur le même plan un texte que nous jugeons livresque et un récit de voyage que nos yeux de modernes perçoivent comme l’un des plus intéressants du Moyen Âge ?

  • 38 Guéret-Laferté Michèle, Sur les routes de l’empire mongol. Ordre et rhétorique des relations de vo (...)
  • 39 Lorsque Roger Bacon regrette que la détermination des latitudes et des longitudes soit si peu répa (...)
  • 40 « Et maxime in regionibus aquilonaribus sequar fratem praedictum, quem Dominus Rex Franciae Lodovi (...)
  • 41 « Quem librum diligenter vidi, et cum ejus auctore contuli, et similiter cum mul-tis aliis, qui lo (...)

17Michèle Guéret-Laferté a étudié les modalités d’écriture par lesquelles les auteurs de récits de voyage prouvent leur crédibilité38. Roger Bacon utilise des procédés de certification différents. Le premier mérite de Guillaume de Rubrouck est d’avoir sillonné des régions quasiment inconnues des Anciens. Franciscain comme Roger Bacon, il est également l’envoyé du roi de France, pour qui il écrit sa relation de voyage. Or la caution d’une autorité à caractère sacré est un élément essentiel du processus d’authentification39. Le rapport, parce qu’il est adressé au roi de France, porte cette garantie, ce qui explique que chaque occurrence du nom de Guillaume de Rubrouck soit assortie du rappel de son statut d’envoyé de saint Louis40. Roger Bacon ajoute qu’il a lu le rapport « diligenter » et qu’il s’est entretenu avec son auteur. Cet examen critique trouve une dernière certification dans la concordance observée avec ce que rapportent les autres voyageurs, « qui loca orienties et meridiana rimati sunt41 ».

  • 42 « Et in Cosmographia sua Ethicus astronomus dicit gentes varias debere exire circa dies Antichrist (...)

18Or, les modalités de certification de la Cosmographia sont proches. Roger Bacon cite Aethicus une première fois dans un contexte eschatologique. Il le présente comme un astronome et un philosophe, insiste sur la nature du texte, qui se présente comme une traduction de saint Jérôme lui-même, ce qui garantit la valeur du texte42. Remarquons qu’il mentionne Guillaume de Rubrouck pour la première fois dans ce même passage, c’est-à-dire dans un contexte eschatologique. Une deuxième occurrence de la Cosmographia confirme cette interprétation :

  • 43 Ibid., p. 356.

Unde hic incipiunt regiones aquilonares, de quibus philosophi meridiani parum scriverunt, secundum quod Ethicus astronomus refert in suo libro; sed hic perambulavit omnes has regiones, et mare oceanum septentrionale cum insulis suis navigavit. Volo igitur ipsum sequi, et nihilominus libros de moribus Tartarorum, et praecipue fratrem Willielmum, quem Dominus rex Franciae, Lodovicus, in Syria existens misit ad terram Tatarorum anno Domini 1253, qui frater scripsit Domino regi situm regionum et marium43.

19Ce passage, qui met sur le même pied deux textes à nos yeux si dissemblables, résume les principales justifications de leur usage : témoignages sur des espaces peu ou pas décrits par les Anciens ; certification de la validité des écrits par des autorités. Le soin mis par Roger Bacon à assurer son lecteur que les deux voyageurs sont crédibles n’est pas rhétorique mais découle logiquement de la méfiance vis-à-vis de nouveautés dont il importe de juger si elles sont vraies ou fausses. En quelque sortes, plus encore que les données livresques, les dires des voyageurs sont susceptibles de transmettre ces « rumores » dénoncées par Roger Bacon. Tout cela rend difficile de faire de Roger Bacon le parangon de l’observation directe du réel qui primerait sur le livresque. Le livresque et l’expérience sont deux modalités complémentaires par lesquelles est appréhendé et conçu le réel, sans que l’une ne l’emporte sur l’autre, comme le montre également le recours presque constant à la fois au livresque de la tradition et aux observations des voyageurs.

  • 44 Les astronomes arabes fixent l’extension du monde habité à 180° de longitude sur l’équateur.
  • 45 Arim est en effet : « distans per nonaginta gradus ab occidente, sed magis ab oriente elongatur pr (...)

20L’opposition que nous faisons naturellement entre expérience et savoir livresque a d’autant moins de sens pour Roger Bacon qu’il existe pour lui plusieurs manières de rendre compte du réel. Admettre, comme le fait le docteur admirable, que l’extension du monde habité est plus vaste vers l’orient que ne le pensaient les Anciens, entraîne une contradiction avec la représentation du monde reçue des astronomes arabes. Ainsi Arim, ville imaginaire que les savants arabes plaçaient par convention sur l’équateur au centre du monde habité se trouve décentrée si l’on admet une extension plus grande du monde habité44. Arim se trouve alors toujours à 90° du méridien marquant la limite du monde connu à l’Occident, mais la limite orientale du monde habité est repoussée au-delà de 90°. Arim n’est plus au centre du monde habité45. Roger Bacon résout la contradiction de la manière suivante :

  • 46 Ibid., p. 311.

Nec est contradictio, quia mathematici loquuntur de habitatione eis nota secundum veras comprehensiones longitudinum et latitudinum regionum: et hoc non est tantum quantum notum est per experientiam itineris et navigationis apud Plinium et alios naturales46 .

21Il existe bien au moins deux approches pour rendre compte du réel, celle des « mathematici » (ou astronomes) et celle des naturalistes, auteurs de descriptions géographiques réalisées sur la base des autorités livresques et du récit des voyageurs. On remarquera ici encore l’emploi d’« experientia » à propos de Pline, qui, même s’il conserve le témoignage d’anciennes navigations, est pour nous une autorité, et non à propos des découvertes des voyageurs contemporains. Plus important encore, le caractère conventionnel et abstrait des latitudes et des longitudes est affirmé comme une nécessité pour les astronomes, qui se fondent pour leur calcul sur une ville imaginaire. Il n’est pas contraire à la rationalité que cette convention coexiste avec une prise en compte différente des res, donnée par l’expérience des naturalistes.

  • 47 Guéret-Laferté Michèle, « Le voyageur et le géographe », op. cit., p. 92
  • 48 Par exemple, Roger Bacon ne suit pas la correction effectuée par Guillaume de Rubrouck sur la sour (...)

22Il reste à examiner ce que Roger Bacon fait du texte de Guillaume de Rubrouck. Michèle Guéret-Laferté insiste sur le soin pris par Bacon pour intégrer le rapport de Guillaume dans son projet, non en le copiant entièrement mais en sélectionnant les passages et les données qu’il juge utiles pour son projet géographique47. Il arrive que certaines nouveautés rapportées par Guillaume ne soient pas retenues par Roger48, ce que l’on a trop tendance à interpréter comme une forme de résistance au nouveau : lorsque l’observation montre les erreurs de la tradition, on s’attend à ce que Roger Bacon accorde foi au voyageur. Mais comme on l’a vu plus haut, que le docteur admirable ait jugé globalement fiable le récit du voyageur n’implique pas que tout ce qu’il écrit est recevable, mais au contraire, qu’il faut passer au crible de la critique les nouveautés asiatiques en les confrontant avec ses sources livresques. Il existe une autre condition de la recevabilité des nouveautés : il faut que ces nouvelles données s’accordent avec son projet. Au fond, ce qui importe ici, ce n’est pas tant le rejet de faits que nous savons exacts que les raisons pour lesquelles certaines remises en cause de la tradition sont acceptées tandis que d’autres sont rejetées. Tentons donc de comprendre cela à partir de l’exemple de la mer Caspienne.

Le paradigme de la Caspienne

23Guillaume de Rubrouck est souvent loué pour la vivacité et la justesse du regard qu’il pose sur les êtres et les res qu’il rencontre. Il a en particulier le souci de donner des détails très concrets sur l’espace parcouru, afin de faire partager son voyage aux lecteurs – en premier lieu saint Louis – et de rendre compte avec précision de son expérience. De ce point de vue, on admire couramment sa capacité à prendre ses distances par rapport au savoir hérité, en particulier Isidore de Séville, et à remettre en cause des faits dont l’observation montre la fausseté. On attribue cette position intellectuelle à la personnalité d’un homme exceptionnel sans chercher à la rapporter au milieu culturel auquel il appartient. Les missionnaires franciscains entretiennent un rapport pratique à l’espace. L’efficacité d’une mission tient à la valeur de sa préparation, fondée sur la prise en compte des réalités. C’est l’objet même du rapport de Guillaume, même s’il s’agit d’un récit remis au roi. La remise en cause de la nature de la Caspienne – mer fermée et non golfe ouvert sur l’Océan – doit donc s’analyser avec la conscience de cet arrière-fond culturel.

24Commençons par étudier ce que Guillaume de Rubrouck nous en dit :

  • 49 Guillaume de Rubrouck, Itinerarium, op. cit., p. 210-211.

Venimus ergo ad Etiliam, maximum flumen. Est enim in quadruplo maior quam Secana et profundissima, veniens de maiori Bulgaria, que est ad acquilonem, tendens in meridiem, cadens in quemdam lacum sive quoddam mare quod modo vocant mare Sircan, a quadam civitate que est super ripam eius in Perside, sed Ysidorus vocat illud mare Caspium. Habet enim montes Caspios et Persidem a meridie, montes vero Muliech, hoc est Haxasinorum ad orientem, qui contiguantur cum montibus Caspiis, ad aquilonem vero habet illam solitudinem in qua modo sunt Tartari, prius vero erant ibi quidam Comani qui dicebantur Cangle, et ex illo latere recipit Etiliam que crescit in estate sicut Nilus Egipti. Ad occidentalem vero habet montes Alanorum et Lesgi et portam ferream et montes Georgianorum.
Habet ergo illud mare tria latera inter montes, aquilonare vero habet ad planitiem. Frater Andreas ipse circumdedit duo latera eius, meridionale scilicet et orientale. Ego vero alia duo, aquilonare scilicet in eundo a Baatu ad Manguechan et revertendo similiter ; occidentale vero in revertendo de Baatu in Siriam; iiiior mensibus potest circumdari, et non est verum quod dicit Ysidorus quod sit sinus exiens in occeano. Nusquam enim tangit occeanum, sed undique circumdatur terra49.

  • 50 Il s’agit de la Volga, désignée par la transcription du vocable mongol Til.
  • 51 La comparaison avec l’expérience supposée du lecteur – ici Saint Louis, procédé banal des récits d (...)
  • 52 « Regna in ea [Parthia] decem et octo sunt, porrecta a Caspio litore usque ad terras Scytarum », E (...)
  • 53 Pelliot Paul, Recherches sur les chrétiens d’Asie Centrale et d’extrême-orient, Paris, Imprimerie (...)

25La description de l’Ethilia50 relève des procédés habituels de la géographie médiévale : comparaison avec le connu (la Seine51), donnée sur son origine (« veniens de maiori Bulgaria »), la direction de son cours (« ad acquilonem tendens in meridiem »), et son embouchure (« cadens in quemdam lacum »). Puis vient l’identification de la nature et du nom du lac formé par la Volga, qui porte le nom de « mare Sircan », mais qu’Isidore appelle la mer Caspienne ». Plusieurs procédés d’intégration de la nouveauté sont ici mis en œuvre, la prise en compte des toponymes nouveaux – qui est une des formes par laquelle le savoir géographique est actualisé – et l’identification des toponymes modernes avec les anciens. Ce dernier procédé n’a rien d’évident. Il implique une lecture extrêmement attentive d’Isidore de Séville. Guillaume de Rubrouck doit confronter ce qu’il lit dans le texte d’Isidore et ce qu’il connaît, pour en obtenir une synthèse acceptable, apte à rendre l’espace pensable. Encore faut-il réfléchir sur le texte d’Isidore qui explique, en effet, que la mer Caspienne est un golfe de l’océan (XIII, 17, 2) mais fait allusion à plusieurs reprises à la mer Caspienne comme bordant plusieurs régions, d’une manière parfois confuse (description de l’Asie du nord, XIV, 31 et ss ; description des régions de l’Asie orientale, XIV, 3, 10-11). Guillaume de Rubrouck privilégie le second passage, dans lequel se trouve le nom de la « Persida52 », mais reconstitue entièrement une description de la Caspienne correspondant à ses connaissances, en puisant dans un stock de toponymes et d’ethnonymes nouveaux : « montes Muliech, hoc est Haxasinorum », « illam vero solitudinem in qua modo sunt Tartari, prius vero erant ibi quidam Comani qui dicitur Cangle » ; « montes Georgianorum », tout en conservant des points de repère plus traditionnels (« porta ferrea »). À la suite de cette description, il rapporte les faits d’expérience permettant de contredire Isidore de Séville sur la nature de la mer Caspienne (« non est verum quod dicit Ysidorus quod sit sinus exiens in occeano »). Il a fallu pour cela compléter et corroborer son récit avec celui d’un autre frère, le dominicain André de Longjumeau, envoyé de saint Louis comme lui, qui a longé les rivages méridional et oriental de la Caspienne lors d’un voyage entrepris quelques années avant le sien et qu’il a vraisemblablement rencontré en Palestine avant de partir53.

  • 54 Ibid., p. 104-106, que je résume ici.

26Cet extrait du récit de Guillaume Rubrouck est devenu un passage obligé des commentateurs pour signaler sa modernité, ou plus précisément, sa qualité essentielle qui est d’observer et, sur cette base empirique, de contredire les autorités. L’analyse qui vient d’être faite montre que Guillaume de Rubrouck a construit ce passage à partir du texte d’Isidore. Mais comment interpréter la mention d’André ? Elle vient dans le texte comme confirmation nécessaire de l’expérience de Guillaume, l’un et l’autre ayant parcouru chacun deux côtés de la mer. Notons qu’André a précédé Guillaume sur les bords de la Caspienne – ce qui d’une certaine manière inverse le processus d’authentification, l’observation de Guillaume s’exerce dans les faits après celle d’André. Un détail du texte semble également significatif. Le terme « mare de Sircan » conservé par le père Van den Wyangaert, est une correction de la leçon portée par le meilleur manuscrit, « Siroan ». Paul Pelliot propose de conserver « siroan », qui serait une transcription de mer de « Sirwan », vocable en usage chez des Turcs Seldjoukides. Or Guillaume est passé chez les Seljoukides à son retour et c’est donc à leur contact qu’il aurait reçu ce nom de la Caspienne54. Ce dernier point doit conduire à entrevoir d’autres sources d’information, non mentionnées par Guillaume, les connaissances des hommes, savants et moins savants, qu’il a rencontrés avant et après son entreprise missionnaire. Dernière remarque enfin, qui nous ramène aux données de l’expérience : en toute rigueur, Guillaume n’a pas pu reconnaître la fermeture de la Caspienne par l’observation, puisqu’il dit lui-même qu’il n’en a pas fait le tour complet. C’est donc tout un ensemble de procédés intellectuels bien plus complexes qu’une simple confrontation entre autorité livresque et observation sur le terrain qui est mis en jeu dans la construction d’une nouvelle représentation de la Caspienne, dans laquelle le recours à l’empirie tient une part qui s’est considérablement rétrécie à l’analyse.

  • 55 Giraud de Barri « Nec mirum tamen si a tramite veritatis interdum deviaverint [Solin, Orose, Isido (...)
  • 56 « In hac solebant pascere Commani qui dicuntur Capchat a Teutonicis vero dicuntur Valani et provin (...)
  • 57 « Tota illa regio a latere occidentali istius maris, ubi sunt porta ferrea Alexandri et montes Ala (...)
  • 58 « Terminus anguli aquilonaris ingnoratur pre magnis frigoribus. Sunt enim ibi perpetue pene nivium (...)

27Il n’empêche que le texte met en jeu la crédibilité d’Isidore de Séville. Cela pourrait paraître comme une attitude absolument nouvelle, préfigurant la modernité, si, dès le xiie siècle, d’autres ne l’avaient fait avant lui55 et si, dans d’autres passages, Guillaume ne se référait directement à Isidore comme à une autorité fiable. Par exemple, il décrit la Valanie et l’Albanie, en insérant les nouveautés de son temps dans le schéma isidorien56. Le texte d’Isidore est parfois interprété en fonction de la réalité « observée », comme dans l’épisode où l’existence de chiens immenses est confirmée par les témoignages oraux relatifs aux chiens de traîneau du grand Nord57. Au contraire, dans un autre passage, les mentions de monstres trouvées dans les textes d’Isidore et de Solin sont rejetées comme fausses, précisément parce qu’elles ne sont pas corroborées par le témoignage oral58.

  • 59 Cf. Schmieder Felicitas, « Cum hora undecima : The Incorporation of Asia into the Orbis Christianu (...)

28Guillaume de Rubrouck semble hésiter entre le respect des savoirs hérités et une remise en cause des autorités. C’est un effet de la culture scolastique qui cherche de la concordance et l’aplanissement des difficultés conceptuelles, à partir de la lecture des textes qui permet l’élaboration de la discussion. La ligne de partage entre les faits éprouvés et les faits rejetés est bien la concordance ou la discordance entre le texte et le réel, sans que la remise en cause ponctuelle de l’autorité textuelle détermine un rejet global de cette autorité. Guillaume de Rubrouck construit une représentation de ces régions éloignées, aux confins de l’Europe et de l’Asie extrême-orientale, selon un ordre conforme aux principes de la géographie médiévale, en conciliant lecture et nouveautés. Le livresque guide le rapport écrit, comme il a dû orienter le regard du voyageur. L’identification de la Caspienne comme une mer fermée est donc moins une remise en cause de l’autorité (l’erreur d’Isidore n’est qu’un aspect d’une description du monde qui reste opératoire) que l’effet de la prise de conscience de l’immensité du monde qui s’ouvre à l’évangélisation59. L’élargissement de l’espace ne débouche pourtant pas sur une remise en question des méthodes de la géographie antique et médiévale, mais sur la nécessité de présenter l’ensemble du monde dans sa cohérence.

  • 60 Cf. p. 132.
  • 61 « Nam idem est mare Caspium et Hyrcanium sicut dicit Plinius », Roger Bacon, The « Opus Majus » of (...)

29C’est à Roger Bacon qu’il revient de synthétiser ces apports dans une vue très cohérente du monde. Il revient à plusieurs reprises sur la Caspienne. Une première occurrence d’ordre méthodologique apparaît dans l’exposé sur les sources et la justification des témoignages des voyageurs60. Dans un deuxième temps, il identifie la mer Hyrcanienne et la mer Caspienne, sur le fondement de sa lecture de Pline61. Puis il aborde une troisième fois la question en se fondant sur les nouveautés rapportées par Guillaume de Rubrouck :

  • 62 Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 354.

Nam Caspii et Hyrcani super littora illius maris inhabitant: non igitur est hoc mare veniens ab oceano, ut Isidorus et Plinius, et omnes auctores occidentales scribunt. In hoc enim casu non habuerunt experientiam certam per se nec per alios, sed ex rumore scripserunt. In libris autem de moribus Tartarorum, ut per fide dignos qui in illis regionibus fuerunt patet, quod hoc mare fit ex concursu fluminum et est mare satis magnum. Nam circuitus ejus est quatuor mensium. Et Hyrcania prope est super littus meridionale illius maris in termino Parthiae62 .

  • 63 Cf. supra note 48.
  • 64 Aristote, Met. II, 1, dans la traduction de Guillaume de Moerbeke : « Quorum Rubrum quidem uidetur (...)

30Ce passage est important mais il convient d’en restituer le sens avec prudence. Que Roger Bacon rejette dans ce cas (« in hoc enim casu »), le savoir hérité relatif à la mer Caspienne sur la foi de l’expérience des modernes est indéniable. Que son attitude soit absolument nouvelle et personnelle est plus douteux. Il suit ici le regard de Guillaume de Rubrouck, et se situe comme lui dans la tradition scolastique du xiiie siècle, largement préparée par les acquis du xiie siècle. Il apporte des compléments aux données rassemblées par Guillaume de Rubrouck, en constatant que l’erreur est générale – elle est commune à tous les auteurs occidentaux, y compris Pline – tandis que l’expérience qui la corrige n’est pas celle d’un seul homme, mais de tous ceux qui sont allés dans ces régions, seule la concordance de tous pouvant certifier le nouveau. On constate encore que cette correction des autorités textuelles sur la base de l’expérience des modernes n’est à aucun moment une remise en cause de la validité d’ensemble de ces autorités et que l’on ne trouve nulle formulation visant à rejeter les descriptions géographiques reçues des Anciens sur la base d’une enquête systématique. Roger Bacon accepte d’ailleurs sans discussion des faits que nous considérons comme des données erronées63, de sorte que l’on doit se demander si le seul témoignage des modernes entre en ligne de compte dans la remise en cause de la nature de la Caspienne. Un détail apporté que l’on ne trouve pas chez Guillaume de Rubrouck permet d’entrevoir une autre source. La donnée relative à l’habitation de la Caspienne et de l’Hyrcanie se trouve dans les Meteorologica d’Aristote64 dans un passage où le philosophe grec affirme la fermeture de la Caspienne. Que Roger Bacon ne renvoie pas explicitement à Aristote étonne. La référence non avouée au Philosophe permet cependant d’expliquer l’insistance du docteur admirable sur l’erreur commise par tous les auteurs « occidentaux ».

31Enfin, la quatrième mention de la mer Caspienne dans l’Opus Maius apporte un élément décisif aux raisons qui poussent Roger Bacon à intégrer la nouvelle représentation de cette mer :

  • 65 Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 365-366.

A portis vero Caspiis incipit mare Caspium extendi in longum ad orientem; et in latum ad aquilonem, et est non minus quam Ponticum mare, ut dicit Plinius, et habet spatium quatuor mensium in circuitu. Frater vero Willielmus in redeundo ab imperatore Tartarorum circuivit latus occidentale; et in eundo ad eum perambulavit latus aquilonare, ut ipse retulit Domino regi Franciae qui nunc est, anno Domini 1253. Et a parte aquilonis habet vastam solitudinem, in qua sunt Tartari. Et ultra eos sunt multae regiones aquilonares antequam perveniatur ad Oceanum; et ideo non potest illud mare esse sinus maris Oceani, quod tamen fere omnes auctores scribunt: sed experientia hujus temporis facta per fratrem Willielmum et homines alios fideles docet, quod non venit a mari, sed fit per flumina magna et multa, quorum congregatione fit hoc mare Caspium et Hyrcanicum. Tota vero haec terra Tartarorum a Tanai usque ad Ethiliam fuit Cumanorum, qui vocabantur Canglae, qui omnes sunt deleti per Tartaros. Et tota ista vocabatur Albania antiquitus. Et hic sunt canes maximi, ita ut leones perimant, tauros premant, et homines ponunt eos in bigis et aratris65.

  • 66 « Et ideo habitatio inter orientem et occidentalem non erit medietas aequinoctialis circuli, nec m (...)

32Ce passage a beaucoup en commun avec l’extrait commenté ci-dessus – de telles redites sont fréquentes dans la description géographique. Il apporte toutefois un élément nouveau. Dans l’exposé des preuves, l’expérience de Guillaume de Rubrouck, mentionnée à deux reprises, est complétée d’un argument logique : au-delà de la Caspienne, s’étendent de vastes solitudes dans lesquelles se trouvent les Tartares et encore au-delà, avant d’atteindre l’océan, de nombreuses régions boréales. En conséquence, la mer Caspienne ne peut être un golfe de l’océan. Les données de l’expérience, acquises à travers le témoignage de Guillaume de Rubrouck (et d’autres), s’accordent avec la détermination de l’extension de l’habitable menée quelques pages plus haut. Comme nous l’avons vu, Roger Bacon donnait à l’orbis terrarum une dimension plus grande que celle habituellement reconnue par les astronomes et remarquait qu’il n’avait été mesuré ni à son époque, ni à celle des Anciens, « puisque la moitié du quart dans lequel nous sommes nous reste inconnue66 ». Au fond, le témoignage de Guillaume de Rubrouck est d’autant plus recevable qu’il valide la conception générale du monde de Roger Bacon.

  • 67 « Nomina provinciarum in his regionibus sunt multum mutata propter guerras. Nam Turkia multas terr (...)
  • 68 Un autre effet du passage du temps est la difficulté à lire les textes anciens, d’où une autre néc (...)
  • 69 « Et ulterius versus orientem est terra Corasiminorum, sed deleti sunt a Tartaris. Et in his locis (...)
  • 70 Beaujouan Guy, « La prise de conscience de l’aptitude à innover (le tournant du milieu du xiiie si (...)

33Il convient également de noter que l’expérience ne discrédite pas le contenu des traités antiques, qui sont confrontés à la réalité (« Et tota ista vocabatur Albania antiquitus »). Parce qu’ils constituent à la fois un socle de connaissances et une méthode, ils sont une condition heuristique de la reconnaissance et de l’assimilation de la nouveauté, qui peut être intégrée ou au contraire rejetée. Roger Bacon est fort conscient des effets « géographiques » du passage du temps67, qui impliquent, non de délaisser les Anciens, mais au contraire de s’aider de leur lecture pour comprendre l’organisation politique de l’espace contemporain68, sans oublier quelques peuples fabuleux, comme les Amazones69. Plus généralement, la description géographique de Roger Bacon illustre bien « la prise de conscience de l’aptitude à innover70 », et sous cet aspect, il est en effet parfaitement moderne. Sa description géographique est aussi imprégnée de préoccupations eschatologiques et missionnaires : en quelque sorte, l’idée que les latins du xiiie siècle en savent parfois plus que les Anciens, et qu’il est nécessaire qu’ils en sachent encore plus, vient surtout de l’obsession de pouvoir un jour faire coïncider l’orbis terrarum avec l’orbis christianus.

34Conclusion : comment apprécier les apports des voyageurs dans l’image du monde à partir de la seconde moitié du xiiie siècle ?

35Les descriptions géographiques de Guillaume de Rubrouck et de Roger Bacon révèlent un rapport à l’espace ancré dans le réel et la pratique. Leur appartenance à l’ordre franciscain doit être relevée, dans la mesure où le caractère missionnaire de leur ordre implique cette confrontation pratique à l’espace. Il faut aussi accepter que l’« expérience » du réel ne s’oppose pas aux connaissances livresques des Anciens, qui ne sont nullement jugées dépassées. Le rapport entre savoir livresque et expérience est infiniment complexe, ne serait-ce que parce qu’il ne recouvre pas l’opposition moderne entre ancien et nouveau. Le témoignage du (faux) voyageur qu’est Aethicus a une valeur heuristique semblable à celle du missionnaire Guillaume de Rubrouck, les deux tenant leur fiabilité de la garantie d’une autorité (saint Jérôme pour le premier, saint Louis pour le second). Alors que les commentateurs modernes jugent Aethicus parfaitement fantaisiste et considèrent Guillaume comme le premier contradicteur des autorités livresques fausses, Roger Bacon les utilise sur un plan d’égalité.

36Que le livresque reste le fondement de la connaissance de l’espace et de la méthode d’investigation du réel n’empêche pas une prise de conscience de la nécessité à dépasser le savoir antique, selon un procédé qui tient à l’accumulation de nouvelles données et à leur insertion dans l’héritage savant. La voie empruntée par Roger Bacon est celle en action dans la culture universitaire : celle des discussions du savoir hérité, fondées sur l’assimilation et le questionnement des données de la science arabe et plus généralement d’une culture scientifique textuelle, qui conduisent les Latins à s’interroger sur l’extension du monde connu, notamment dans ses franges boréales et australes, dans le contexte des études astronomiques. Roger Bacon tire les enseignements de ces discussions universitaires en affirmant l’immensité du monde, notamment vers les espaces orientaux qui s’ouvrent désormais aux activités missionnaires. Il est naturellement conduit à investir l’idée de la nécessité d’une connaissance directe de ces nouvelles régions. La figure du voyageur acquiert alors une épaisseur nouvelle, non sans poser la question essentielle de sa fiabilité. Pour autant, les données de l’expérience n’ont pas, dans l’absolu, plus de valeur, d’un point de vue heuristique, que le savoir livresque qui continue à fournir la méthode descriptive et l’essentiel des données.

37Dans le monde du xiiie siècle, l’innovation géographique commence par une lecture active des textes, se développe par la prise en compte des arguments contraires ou concordants (ici entrent en jeu les données des voyageurs, qui doivent concorder entre elles pour être valides), par le questionnement d’autres textes, pour aboutir à une vision cohérente du monde. Lorsqu’un auteur n’insère pas des données issues de l’expérience des voyageurs, qui auraient permis de corriger des erreurs des Anciens, il ne s’agit pas ou pas seulement d’une résistance à la nouveauté. Celles-ci ne sont acceptées que si elles peuvent s’insérer dans une vision d’ensemble cohérente, adaptée aux déterminations culturelles de l’auteur et de son public.

38De ce point de vue, l’histoire de la réception de la fermeture de la Caspienne est exemplaire. Au début du xive siècle, Haython affirme sans ambiguïté (et sans rappeler la position des Anciens) qu’il s’agit d’une mer fermée. À la même époque, la mappemonde de Petrus Vesconte insérée dans les œuvres de Marino Sanudo et de Paulin de Venise dessine deux mers Caspienne, position reprise par Fazio degli Uberti dans le Dittamondo et « théorisée » par Boccace dans son De montibus. Cette attitude intellectuelle ne ressort pas non plus d’une résistance au réel mais bien des modalités d’adaptation aux contextes culturels de l’élaboration de l’image du monde. Ce sont ces mêmes contextes qui font de la figure du voyageur une source nécessaire d’informations inédites au temps des découvertes, sans disqualifier pour autant les méthodes des Anciens. Ce nouvel acteur des connaissances géographiques qu’est le voyageur trouve rapidement sa place dans la dialectique entre données empiriques et connaissances savantes par l’apparition de traités écrits sous la forme de récits de voyage fictifs présentés comme parfaitement réels – que l’on songe ici à Jean de Mandeville ou au Libro del Consoçimiento, et qui sont encore un autre aspect des rapports entre le texte et l’expérience.

Notes

1 Parmi des manuels et ouvrages récents adoptant ce point de vue : Duteil Jean-Pierre, L’Europe à la découverte du monde du xiiie au xviie siècle, Paris, Armand Colin, « Campus », 2003 ; Voyageurs au Moyen Âge, Novoa Portela Feliciano, Villalba Ruiz de Toledo F. Javier (dir.), Paris, 2007.

2 Sur le regard porté par exemple sur le domaine oriental, voir Schmieder Felicitas, Europa und die Fremden : die Mongolen im Urteil des Abendlandes vom 13 bis in das 15. Jahrhundert, Sigmaringen, J. Thorbecke, Beiträge zur Geschichte und Quellenkunde des Mittelalters 16, 1994 ; Guerret-Laferté Michèle, Sur les routes de l’empire mongol. Ordre et rhétorique des relations de voyage aux xiiie et xive siècles, Paris, Honoré Champion, 2004.

3 La liste donnée ici est celle des ouvrages les plus répandus. Le clerc curieux pouvait fort bien avoir recours à d’autres textes.

4 Gautier Dalché Patrick, Du Yorkshire à l’Inde. Une « géographie » urbaine et maritime à la fin du xiie siècle (Roger de Howden ?), Genève, Droz, 2005.

5 Cambridge, Corpus Christi College, 66, f. ° 2

6 « Par lungs tens e par lungs eages \ e par muement de languages \ unt perdu lur premereins nuns \ viles plusurs e regiuns », Wace, Le Roman de Rou, Holden A. J. (éd.), 3 vol., Paris, A. et J. Picard, « Société des anciens textes français », 1970-1973, vol. 1, v. 11-14, p. 161.

7 Par exemple, à propos de la Gaule « Haec quondam fuit trifaria, scilicet Belgica, Celtica et Togata, sed has prouincias Franci nunc inhabitant, a quibus Francia appellatur, quare supra de Francis et Francia » ; Bartholomaei Anglici de genuinis rerum coelestium, terrestrium et inferarum proprietatibus, livre XVIII, Francfort, Wolfgang Richter, 1601 (réimpr. Francfort, 1966, p. 658).

8 Bouloux Nathalie, « Ressources naturelles et géographie : le cas de Barthélemy l’Anglais », in Médiévales, 53, (« La nature en partage. Connaître et exploiter les ressources naturelles »), automne 2007, p. 11-22.

9 Cf. Richard Jean, « Les navigations des occidentaux sur l’Océan indien et la mer Caspienne (12e-15e siècles) », in Orient et Occident au Moyen Âge : contact et relations (xiie-xve siècles), Londres, Aldershot Variorum (Variorum reprints), 1976, p. 354.

10 Cf. Gueret-Laferté Michèle, Sur les routes de l’empire mongol. Ordre et rhétorique des relations de voyage aux xiiie et xive siècles, op. cit.

11 Gregory Tullio, « La nouvelle idée de nature et de savoir scientifique au xiie siècle », in The cultural context of medieval learning, Proceedings of the first International colloquium on Philosophy, Science and Theology in the Middle Ages (septembre 1973), Murdoch John Emery et Sylla Edith Dudley (dir.), Dordrecht-Boston, D. Reidel, Boston Studies in the Philosophy of Science 26, 1975, p. 193-212.

12 Gautier Dalché Patrick, « Connaissance et usages géographiques des coordonnées dans le Moyen Âge latin (du Vénérable Bède à Roger Bacon) », in Science antique, Science médiévale (Autour d’Avranches 235), Actes du colloque international (Mont-Saint-Michel, 4-7 septembre 1998), Callebat Louis et Desbordes Olivier (dir.), Hildesheim, Zürich, New York, Olms-Weidmann, 2000, p. 401-436.

13 Beaucoup de généralités sur l’utilisation de Guillaume de Rubrouck par Roger Bacon mais peu d’études, en des termes proches de ceux ici envisagés, en dehors de Guéret-Laferté Michèle, « Le voyageur et le géographe. L’insertion de la relation de voyage de Guillaume de Rubrouck dans l’Opus Majus de Roger Bacon », in La Géographie au Moyen Âge. Espaces pensés, espaces vécus, espaces rêvés. Perspectives médiévales, supplément au numéro 24, Paris, 1998, p. 81-96 et de Woodward David et Howe Herbert M., « Roger Bacon on geography and cartography », in Roger Bacon and the sciences. Commemorative essays, Hackett Jeremiah (éd.), Leyde-New-York-Cologne, Brill, Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters, 1997, p. 199-222.

14 Voir Power Amanda, « A mirror for every age : the reputation of Roger Bacon », in English Historical Review, 121 : 492, 2006, p. 657-692. Sur la vie et l’œuvre de Roger Bacon, Hackett Jeremiah « Roger Bacon : his life, career and works », in Roger Bacon and the sciences. Commemorative essays, op. cit., p. 9-23 (spéc. p. 20) ; Id. « Roger Bacon », in A companion to the philosophy in the middle ages, Gracia Jorge J. E. (éd.), Malden Ma, Oxford, Victoria, 2003, p. 616-626.

15 Voir par exemple Campbell Mary C., The Witness and the other world : exotic European Travel Writing, 400-1600, Ithaca-New-York, Cornell Univ. Press, 1988, p. 112-121.

16 Guillaume de Rubrouck, Itinerarium, Sinica Franciscana, 1, Itinera et relationes Fratrum minorum saeculi XIII et XIV, Van den Wyngaert Anastasius (éd.), Rome, 1929, p. 164-332.

17 Bacon Roger, The « Opus Majus » of Roger Bacon, éd. Bridges John Henry, Francfort, Minerva, 1964 (réimpr.)

18 Cf. Gautier Dalché Patrick, « Connaissance et usages géographiques des coordonnées dans le Moyen Âge latin », op. cit., p. 425-435.

19 « Hic enim est magna utilitas istarum scientiarum in sacra scriptura. Et forte nihil utilius de philosophia poterit inveniri ; quoniam qui ignorat loca mundi, ei multoties non sapit cortex historiae per loca infinita, et maxime propter falsitatem multi-plicem bibliarum novarum ; atque per consequens ad intellectus spirituales impedietur ascendere et non nisi imperfecte poterit eos explicare. Qui vero imaginationem bonam locorum habuerit, et situm eorum et distantiam et altitudinem et longitudinem latitudinem et profundum cognoverit, necnon et diversitatem eorum in caliditate et siccitate, frigiditate et humiditate, colore, sapore, odore, et pulchritudine, turpitudine, amoenitate, fertilitate, sterilitate et aliis conditionibus expertus fuerit, et optime placebit ei historia literalis, et de facili atque magnifice poterit ingredi ad intelligentiam sensuum spiritualium. Non enim est dubium quin viae corporales significent vias spirituales, et loca corporalia significent terminos viarum spiritualium et convenientiam locorum spiritualium, quoniam locus habet proprietatem terminandi motum localem et rationem continentiae ; et ideo istorum locorum cognitio et literam facit, ut dictum est, intelligi, et vias parat ad intelligentias sprirituales : quod multipliciter confirmatur per dicta et facta et scripta sanctorum » (Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 183-184).

20 Voir par exemple Edson Edith, The World Map 1300-1492. The Persistence of Tradition and Transformation, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2007, p. 29.

21 Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 301-302. Voir aussi « Quamplurimi enim a negotiis Christianorum maximis sunt frustati eo quod regionum distinctiones nesciverunt », p. 302.

22 « Quod amplius vadat aliquis frater ad Tartaros, sicut ego ivi vel sicut vadunt frates Predicatores, non videtur michi expedire » (Guillaume de Rubrouck, Itinerarium, op. cit., p. 331).

23 Cf. p. 302-303. Voir Schmieder Felicitas, « Christians, jews, muslims – and Mongols : fitting a foreign people into the Western christian apocalyptic scenario », in Jewish, Christian and Muslim Culture in Confluence and Dialogue, Medieval Encounrters, 12, n° 2, 2006, p. 274-295.

24 D’après Michèle Guéret-Laferté, « Le voyageur et le géographe… », op. cit., Roger Bacon semble regretter de ne pouvoir faire une autre géographie et n’aurait recours aux textes que comme un pis-aller : « Haec autem via, qua procedam, non est per certificationem astronomiae, scilicet per veras longitudines et latitudines locorum respectu coeli ; quia nondum habent eam Latini, sed est sumpta ex auctoribus qui mundi regiones describunt secundum quod quilibet potest loca natalis soli describere, et per alios de locis extraneis edoceri », op. cit., p 304. Mais on peut aussi entendre ici la conscience de l’impossibilité de faire une synthèse (donner pour chaque lieu décrit ses coordonnées géographiques et sa détermination naturelle). Cela ne discrédite pas pour autant le recours aux procédés habituels de la géographie, d’autant qu’à plusieurs reprises, Roger Bacon explique sa démarche. Ainsi, dans le passage qui précède la citation ci-dessus, il écrit « Quoniam igitur infinita est utilitas cognitionis locorum hujus mundi pro philosophia et theologia et ecclesia Dei, volo adhuc alium sermonem de hujusmodi locis componere et divisiones regionum evidentiores assignare »(ibid., p. 304) ; plus haut, il écrit : « Quoniam igitur locorum mundi cognitionis maxima utilitas est, ideo aliam descriptionem oportet afferri », ibid.,p. 300. La description du monde est cet « alium sermonem » ou cette « aliam descriptionem », qui est une géographie descriptive à visée immédiatement pratique – c’est-à-dire utile pour la direction de l’Église et pour l’organisation de son activité missionnaire.

25 Autre aspect de la modernité de Roger Bacon, qui a d’autant plus marqué les esprits que ces passages sont insérés par Pierre d’Ailly dans son Imago mundi, et lus par Christophe Colomb. Ainsi, Roger Bacon fait figure de génial promoteur des grandes découvertes (critique de ce point de vue dans Woodward David et Howe H. M., « Roger Bacon on geography and cartography », op. cit., p. 206-207).

26 « Sed regionum nobis notarum divisiones particulares non oportet annotare, similiter nec loca singula in aliis regionibus sed magis notabilia et famosiora in scriptura et philosophia ; de quibus gentes tyrannicae venient et venerunt, quae mundum referuntur de praeterito vastasse aut aliquando vastaturae » (Roger Bacon, op. cit., p. 304).

27 Les savants grecs ont défini sept climata (des bandes de latitude), s’étendant de l’équateur vers le pôle, caractérisés par des données astronomiques complexes (la hauteur du soleil est la même et la durée du jour le plus long varie peu par rapport à celle observée au parallèle situé au centre du climat). Au Moyen Âge, les savants latins ont cherché à définir l’extension de chaque climat en énumérant les provinces qui les composent. Cf. Gautier Dalché Patrick, « Connaissance et usages géographiques des coordonnées dans le Moyen Âge latin », op. cit.

28 Pour un résumé de cette ordonnance, voir Guéret-Laferté Michèle, « Le voyageur et le géographe… », op. cit., p. 85. On notera cependant que Roger Bacon ne suit pas d’une manière rigoureuse l’ordre descriptif qu’il s’est imposé. Supposant peut-être des difficultés de lecture, il en rappelle parfois les principes, comme dans ce passage qui suit la description de l’Inde : « Et ideo ab ea [Inde] fuit incipiendum, ut ulterius curreret stylus per longitudinem habitabilis usque ad occidens per regiones Aethiopum et iterum ab occidente revertendo secundum longitudinem », Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 352.

29 Il faut noter également le rôle de la géographie et de la connaissance particulière des terres asiatiques dans des considérations sur la fin du monde : par exemple, Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 302, 304.

30 « Descripsi igitur regiones omnes Asiae et Africae, et aquilonares Europae. Nunc orientales et meridianas Europae et occidentales breviter annotabo. Nam fere omnes notae sunt omnibus »(ibid., p. 374).

31 Ibid., p. 304-305.

32 Ibid., p. 304. Ces trois auteurs sont également cités plus haut, lorsque Roger Bacon expose la nécessité de la connaissance des lieux pour comprendre les textes sacrés.

33 « Descriptione Aegypti facta quantum hic est necesse, nunc ad Africam accedendum est. Et licet Plinius et multi multa hic scribunt, sententia tamen Sallustii in Jugurthino certior est et planior, quam principaliter exponam ; quoniam Hieronymus dicit libro Locorum et Hegesippus in Historia Hierosolymitana quod Sallustius est auctor certissimus »(ibid., p. 315).

34 « Non nunquam tamen plura reperiuntur scripta, quae ex rumore magis quam per experientiam habuerunt auctores. Nam et Plinius minus bene dixit mare Caspium oriri ex mari Oceano, et Ptolemaeus in Almagesti de plano erravit de situ Britanniae majoris et minoris, sicut manifestum est cuilibet, et sic isti de aliis multis, et caeteri auctores similiter. Propter quod recurram ad eos qui loca hujus mundi pro magna parte peragrati sunt »(ibid., p. 304-305).

35 Sur la complexité du terme et de son usage, voir Hamesse Jacqueline, « Experientia/experimentum dans les lexiques médiévaux et dans les textes philosophiques antérieurs au 14e siècle » dans Experientia, X colloquio internazionale, Rome, 4-6 gennaio 2001, Veneziani Marco (éd.), Florence, Leo. S. Olschki, 2002, p. 78-90 ; Spinosa Giacinta, « Empeiria/Experientia : modelli di “prova” tra antichità, medioevo ed età cartesiana », op. cit., p. 167-198. Notons que les études du terme sont surtout le fait des philosophes et des historiens de la médecine. Voir par exemple Agrimi Jole, Crisciani Chiara, « Per una ricerca su experimentum-experimenta : riflessione epistemologica e tradizione medica (secoli xiii-xv) » in Presenza del lessico greco e latino nelle lingue contemporanee, Jani Pietro et Mazzini Innocenzo (éd.), Macerata, Università degli studi di Macerata, 1990, p. 9-49. Sur la notion de science expérimentale, voir Fisher N. W. et Unguru Sabetal, « Experimental science and mathematics in Roger Bacon’s Thought », in Traditio, 27, 1971, p. 353-378 ; Hackett Jeremiah, « Roger Bacon on sciencia experimentalis », in Roger Bacon and the sciences, op. cit. (note 00), p. 277-315

36 Voir par exemple à propos de la circumnavigabilité de l’Afrique : « Et Seneca libro quinto Naturalium dicit quod mare hoc est navigabile in paucissimis diebus, si ventus sit conveniens. Et Plinius docet in Naturalibus quod navigatum est a sinu Arabico usque ad Gades : unde refert quendam fugisse a rege suo prae timore et intravit sinum maris Rubri qui vocatur Arabicus, qui circiter spatium navigationis annualis distat a mari Indico secundum Hieronymum in epistola, ut inferius exponetur » (Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 290-291 ; Sénèque, Quaest. naturales, 1, prologue ; Pline, Hist. Nat., II, 67).

37 Die Kosmographie des Aethicus, Prinz Otto (éd.), Munich, Monumenta Germaniae Historica 14, 1993.

38 Guéret-Laferté Michèle, Sur les routes de l’empire mongol. Ordre et rhétorique des relations de voyage aux xiiie et xive siècles, op. cit., p. 103-211.

39 Lorsque Roger Bacon regrette que la détermination des latitudes et des longitudes soit si peu répandue dans le monde latin, il ajoute qu’il manque une autorité, que ce soit celle du pape, de l’empereur ou d’un roi pour les garantir. Voir Gautier Dalché Patrick, « Connaissance et usages géographiques des coordonnées dans le Moyen Âge latin », op. cit., p. 427-428. Le recours à une autorité supérieure est encore sensible au xve siècle, voir Bouloux Nathalie, « La géographie à la cour (Italie, xve siècle) », in Microlugus, XVI, I saperi nelle corti, 2008, p. 182.

40 « Et maxime in regionibus aquilonaribus sequar fratem praedictum, quem Dominus Rex Franciae Lodovicus misit ad Tartaros anno Domini 1253, qui perlustravit regiones orientis et aquilonis et loca in medio mundi his annexa, et scripsit haec praedicta illustri regi » (Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit.,p. 305. Voir également p. 303, 356, 365-366).

41 « Quem librum diligenter vidi, et cum ejus auctore contuli, et similiter cum mul-tis aliis, qui loca orientis et meridiana rimati sunt »(ibid., p. 305).

42 « Et in Cosmographia sua Ethicus astronomus dicit gentes varias debere exire circa dies Antichristi, et eum vocabunt Deum Deorum, prius mundi regiones vastaturi. Et Hieronymus hoc confirmat in libro quem transtulit de sapientiis hujus philosophi » (ibid., p. 302).

43 Ibid., p. 356.

44 Les astronomes arabes fixent l’extension du monde habité à 180° de longitude sur l’équateur.

45 Arim est en effet : « distans per nonaginta gradus ab occidente, sed magis ab oriente elongatur propter hoc, quod longitudo habitabilis major est quam medietas coeli vel terrae, et hoc versus orientem. Et ideo Arym non distat ab oriente per nonaginta gradus tantum. Sed mathematici ponunt eam in medio habitationis sub aequinoctioctiali distans aequaliter ab occidente et oriente, septentrione et meridie »(ibid.,p. 310).

46 Ibid., p. 311.

47 Guéret-Laferté Michèle, « Le voyageur et le géographe », op. cit., p. 92

48 Par exemple, Roger Bacon ne suit pas la correction effectuée par Guillaume de Rubrouck sur la source du Don, cf. Guéret-Laferté Michèle, op. cit.

49 Guillaume de Rubrouck, Itinerarium, op. cit., p. 210-211.

50 Il s’agit de la Volga, désignée par la transcription du vocable mongol Til.

51 La comparaison avec l’expérience supposée du lecteur – ici Saint Louis, procédé banal des récits de voyage, est souvent utilisée par Guillaume de Rubrouck : ainsi le Tanais (Don) est lui aussi comparé à la Seine (Itinerarium, op. cit. p. 197) ; les crues de la Volga à celles du Nil, que Guillaume ne connaissait peut-être pas d’« expérience », mais qui sont un topos de la littérature géographique, et que Saint Louis avait en revanche vues lors la croisade de 1248-1249.

52 « Regna in ea [Parthia] decem et octo sunt, porrecta a Caspio litore usque ad terras Scytarum », Etym., XIV, 3, 9. Suit description de l’Assyirie et de la Médie, puis celle de la Persida : « Persida tendens ab ortu usque ad Indos, ab occasu Rubrum mare habet, ab aquilone vero Mediam tangit, ab austro Carmaniam, quae Persidae adnectitur, quibus est Susa oppidum nobillisimum »(ibid., XIV, 3, 12).

53 Pelliot Paul, Recherches sur les chrétiens d’Asie Centrale et d’extrême-orient, Paris, Imprimerie nationale, 1973, p. 79-80.

54 Ibid., p. 104-106, que je résume ici.

55 Giraud de Barri « Nec mirum tamen si a tramite veritatis interdum deviaverint [Solin, Orose, Isidore, Bède], cum nihil oculata fide, nihil nisi per indicem et a remotis agnoverint » ; Topographia Hibernica, Dimock James F. (éd), in Giraldi Cambrensis opera, t. 5, 1867 (Rerum Britannicarum Medii Aevi Scriptores), I, cap. VI, p. 29 (je reviendrai ultérieurement sur les racines de la position intellectuelle face à la nouveauté attribuée aux voyageurs du xiiie siècle).

56 « In hac solebant pascere Commani qui dicuntur Capchat a Teutonicis vero dicuntur Valani et provincia Valania, ab Ysidoro vero dicitur, a flumine Tanay usque ad paludes Meotidis et Danubium, Alania. Et durat ista terra in longitudine a Danubio usque Tanaym, qui est terminus Asie et Europe, itinere duorum mensium velociter equitando, prout equitant Tatari ; que tota inhabitabatur a Commanis Capchat, et etiam ultra a Tanay usque Etiliam, inter que flumina sunt x diete magne. Ad aquilonem istius provincie iacte Ruscia que ubique silvas habet, et protenditur a Polonia et Hungaria usque ad Thanain, que tota vastata est a Tartaris et adhuc cotidie vastatur », Guillaume de Rubrouck, Itinerarium, op. cit., p. 194-195. Isidore : « Huius [Scythia] pars prima Alania est, quae ad Maetidis paludes pertingit »(Etym. XIV, IV, 3).

57 « Tota illa regio a latere occidentali istius maris, ubi sunt porta ferrea Alexandri et montes Alanorum, usque ad occeanum acquilonarum et paludes Meotidis, ubi oritur Tanais, solebat dici Albania. De qua dicit Ysidorus quod habet canes ita magnos tanteque ferocitatis ut tauros premant, leones perimant. Quod verum est, prout intellexi a narrantibus, quod ibi versus occeanum aquilonarem faciunt canes trahere in bigis sicut boves propter magnitudinem et fortitudinem eorum » (Guillaume de Rubrouck, Itinerarium, op. cit., p. 211-212). Isidore : « Haec ab oriente sub mare Caspium surgens, per ora Oceani septentrionalis usque ad Maeotides paludes per deserta et inculta extentidur. Huic terrae canes ingentes sunt, tantaeque feritatis ut tauros premant, leones perimant » (XIV, III, 34).

58 « Terminus anguli aquilonaris ingnoratur pre magnis frigoribus. Sunt enim ibi perpetue pene nivium. Quesivi de monstris sive de monstruosis hominibus de quibus narrat Ysidorus et Solinus. Ipsi dicebant michi quod nunquam viderant talia, de quo multum miramur si verum sit »(ibid., p. 269).

59 Cf. Schmieder Felicitas, « Cum hora undecima : The Incorporation of Asia into the Orbis Christianus », in Christianizing Peoples and Converting Individuals, Armstrong Guida et Wood Ian N. (éd.), Turnhout, Brepols, International Medieval Resarch 7, 2000, p. 259-268

60 Cf. p. 132.

61 « Nam idem est mare Caspium et Hyrcanium sicut dicit Plinius », Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 351. Pline, Histoire naturelle, VI, 15, 36.

62 Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 354.

63 Cf. supra note 48.

64 Aristote, Met. II, 1, dans la traduction de Guillaume de Moerbeke : « Quorum Rubrum quidem uidetur secundum modicum communicans ad id quod extra Columpnas mare ; Hyrcanicum autem et Caspium separata ab hoc et circumhabitata in circuitu, ut non utique laterent fontes, si secundum aliquem locum ipsorum essent » (Guillelmus de Morbeka translator Aristotelis, Meteorologica (uel Metheora), Gudrun Vullemin-Diem (ed.), Bruxelles, 2008, livre 2, cap. 1.

65 Roger Bacon, The « Opus Majus » of Roger Bacon, op. cit., p. 365-366.

66 « Et ideo habitatio inter orientem et occidentalem non erit medietas aequinoctialis circuli, nec medietas rotunditatis terrae, nec duodecim horae, ut aestimant, sed longe plus medietate rotunditatis terrae et plus quam revolutio medietatis coeli. Quantum autem hoc sit, non est temporibus nostris mensuratum, nec invenimus in libris antiquorum ut oportet certificatum : nec mirum, quoniam plus medietatis quartae in qua sumus est nobis ignotum »(ibid., p. 293).

67 « Nomina provinciarum in his regionibus sunt multum mutata propter guerras. Nam Turkia multas terras occupat, quae apud auctores habent nomina antiqua, ut est pars Asiae minoris, et Phrygia, et Lydia. Asia vero major continet plus medietate mundi, et totum praeter Europam et Africam, unde continet hanc Asiam minorem. Et haec nunc vocatur apud Graecos Anatolia, id est orientalis Graecia, in qua est Galatia »(ibid., p. 355).

68 Un autre effet du passage du temps est la difficulté à lire les textes anciens, d’où une autre nécessité à s’appuyer sur les auteurs antiques : « Haec de Illyrioco recitavi verbo ad verbum secundum Plinium, propter hoc, quod nos moderni nescimus intelligere verbum apostoli, cum dicit se replevisse evangelium usque ad Illyricum. Et in multis historiis invenimus Illyricum et Illyricos, et non intelligimus quae dicuntur ; unde Illyrii jacent inter Dalmatiam et Histriam. Et ideo ubi nunc Sclavonia est et forum Julii et circa partes Venetiarum solebant esse Illyrii »(ibid., p. 375-376).

69 « Et ulterius versus orientem est terra Corasiminorum, sed deleti sunt a Tartaris. Et in his locis solebant antiquitus esse Amazones secundum Plinium et Ethicum astronomum »(ibid., p. 361).

70 Beaujouan Guy, « La prise de conscience de l’aptitude à innover (le tournant du milieu du xiiie siècle) », in Le Moyen Âge et la science. Approche de quelques disciplines et personnalités scientifiques médiévales, Ribémont Bernard (dir.), Paris, Klincksieck, 1991, p. 5-14.

Auteur

Université François Rabelais–CESR, Tours

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540