Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

 | 
Henri Bresc
, 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Géographie savante, géographie symbolique

Les cartes anthropomorphes d’Opicinus de Canistris (1337)

Muriel Laharie

Texte intégral

1C’est à un voyage peu ordinaire que je vous convie : il vous permettra de découvrir une géographie et une cartographie très singulières, celles d’Opicinus de Canistris, né à Pavie en 1296 et mort en Avignon vers 1353 après une vie aventureuse à bien des égards. Si les cartes anthropomorphes qu’Opicinus nous a laissées sont déjà plus ou moins connues, les explications qui en ont été proposées jusqu’il y a peu de temps restaient incertaines et approximatives, pour deux séries de raisons :

  • 1 Salomon Richard G., Opicinus de Canistris. Weltbild und Bekenntnisse eines Avignonesichen Kleriker (...)
  • 2 Voir Laharie Muriel, «Une cartographie “à la folie” : le journal d’Opicinus de Canistris», in Méla (...)
  • 3 Pour la description complète du manuscrit, voir Laharie Muriel, Le journal singulier d’Opicinus de (...)
  • 4 Dans cet article, le Vaticanus latinus 6 435 est appelé de façon abrégée : Vaticanus ; et le Palat (...)
  • 5 Les dessins du Vaticanus latinus 6 435 sont numérotés de V 1 à V 34 ; les planches du Palatinus la (...)

2Tout d’abord, les premières cartes opiciniennes publiées – celles qui figurent dans l’édition en 1936 par Richard Salomon du manuscrit Palatinus latinus 1993 de la Bibliothèque apostolique vaticane1, ne sont pas chronologiquement les premières réalisées par leur auteur. Car un second manuscrit d’Opicinus (Vaticanus latinus 6 435), présentant des cartes plus nombreuses et plus précises, fut découvert pendant la Seconde guerre mondiale : considéré à tort par R. Salomon comme postérieur au précédent, il lui est en fait antérieur2. Ce codex rédigé sur papier est composé de 23 quaternia (cahiers comportant quatre bi feuillets). Malheureusement, il manque quelques folios au début; d’autres sont incomplets du fait de l’humidité. Le codex comprend donc aujourd’hui 88 folios (soit 176 pages recto verso) – sur un total qui devait être de 92 au départ – au contenu dense, voire surchargé. Sa transcription paléographique demande du temps, mais ne présente pas de difficultés majeures3. Dépourvu de titre et de plan, le Vaticanus4 présente un contenu disparate et touche à tous les domaines : théologie, astronomie, littérature, médecine, vie quotidienne… Mais la géographie et la cartographie occupent une place prépondérante. Les allusions géographiques commencent dès le début du texte et sont présentes dans deux des trois croquis géométriques de la première moitié du manuscrit. Les cartes anthropomorphes proprement dites n’apparaissent que dans la deuxième moitié ; on en compte 23 (sur 34 dessins au total5).

  • 6 Voir Kris Ernst, « Un artiste psychotique du Moyen Age », in Psychanalyse de l’art, Paris, PUF, «  (...)
  • 7 Voir Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus lati (...)
  • 8 Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6 (...)
  • 9 Voir les travaux individuels ou communs de Roux Guy et Laharie Muriel.

3La seconde raison tient au caractère ésotérique et déroutant des cartes d’Opicinus dans ces deux manuscrits. Si une approche superficielle autorise d’emblée une comparaison avec les cartes marines de l’époque, l’analyse en profondeur du tracé de ces cartes, des éléments qui l’ornent, des nombreuses notes qui y figurent et qui sont indissociables du reste des manuscrits, montre une cartographie étrange et complexe, difficilement compréhensible. Dès 1952, la possibilité d’une maladie mentale sous-tendant le travail de ces cartes a été émise6 ; puis pendant près de 50 ans, les opinions réticentes à admettre à la folie d’Opicinus (les plus nombreuses jusqu’en 1990 environ) ou favorables à cette hypothèse (en nombre croissant depuis les années 90) se sont multipliées7, d’autant plus que l’intérêt des chercheurs pour les cartes du Vaticanus devenait plus vif. Mais, en l’absence d’une édition globale du manuscrit, ces hypothèses ne pouvaient être sérieusement étayées. En tant que médiéviste et en tant que spécialiste de la folie médiévale, j’ai ainsi été amenée à m’intéresser au personnage et à l’œuvre d’Opicinus. J’ai donc mené à partir de 1992 un travail de plus de dix ans comportant deux aspects complémentaires : d’une part, la transcription et la traduction du manuscrit Vaticanus latinus 6435, effectuées avec le soutien de l’Ecole française de Rome, et qui ont été récemment publiées à la Bibliothèque apostolique vaticane8 ; et, d’autre part, une approche interdisciplinaire menée avec des psychiatres compétents, notamment le Dr Guy Roux. Dépourvus bien sûr de tout a priori au départ de notre enquête, nous avons pu progressivement établir qu’Opicinus souffrait d’une grave psychose quand il avait élaboré sa cartographie et que l’on pouvait décoder les représentations liées à cette psychose9. Je vous propose donc une présentation générale des cartes anthropomorphes du Vaticanus : les conditions originales de leur élaboration ; puis la description de deux d’entre elles, assortie de commentaires qui montreront leurs liens avec l’ensemble du codex.

Conditions de réalisation : un faisceau favorable

  • 10 Le prêtre nous fournit lui-même des renseignements sur son existence, car en plus de la planche P (...)

4La biographie d’Opicinus étant désormais connue10, nous n’envisagerons ici que les traits de sa personnalité et les événements de son existence qui ont déclenché chez lui une démarche cartographique singulière alors qu’il était dans sa quarantième année.

Des études et des aptitudes personnelles

  • 11 In picturis ymaginum plus studebam.
  • 12 Illuminatio librorum ex arte quam pauper didici I(i)anue barbarie (fol. 65r).

5Dès son enfance, le jeune Opicinus est attiré par l’enluminure : « J’étudiais surtout la peinture des images », raconte-t-il lui-même (année 1308)11, privilégiant ainsi rétrospectivement un apprentissage qui a eu lieu au milieu du cursus classique d’un jeune garçon de bonne famille à l’époque, mais laissant aussi deviner un don inné pour le dessin. Son talent de géomètre qui se retrouvera dans ses cartes s’est probablement révélé là aussi dès son jeune âge (la géométrie appartient au quadrivium). A-t-il dès cette époque appris également des rudiments de géographie ? Nous ne pouvons répondre à cette question. En revanche, il détenait vraisemblablement déjà une grande curiosité d’esprit, ainsi qu’une intelligence et une mémoire peu communes, dont il fera preuve par la suite, notamment lors de la réalisation du Vaticanus.À l’âge de 20 ans, alors qu’il se trouve en exil à Gênes avec sa famille pour trois ans (1316-1318) en raison des luttes fratricides qui opposent guelfes et gibelins, Opicinus manifeste à l’évidence goût et talent pour l’enluminure. « J’ai appris l’art de l’enluminure des livres quand j’habitais Gênes, la porte de la barbarie, en étant pauvre12. » Et c’est là qu’il acquiert une vaste culture à base mnémonique, notamment dans le domaine de l’Ecriture sainte par laquelle il se déclare cupidus (V 15, fol. 71r).

Un contact croissant avec les manuscrits cartographiques de son temps

  • 13 Ianua dedit uiam scientie describendi mundum Papie (fol. 53r).

6C’est également lors de ce séjour forcé à Gênes qu’il découvre les premières cartes marines (longtemps appelées à tort « portulans ») : « Gênes a montré comment s’y prendre pour dessiner l’univers de Pavie13. » Il s’agit sans doute des travaux cartographiques de Giovanni Carignano et de Petrus Vesconte, peut-être même de la célèbre carte pisane. Alors que les mappemondes circulaires traditionnelles, au tracé plus qu’approximatif, présentent un lien structurel entre l’espace et l’histoire biblique et sont des constructions symboliques (en particulier, les célèbres mappemondes d’Ebstorf et de Hereford du milieu et de la fin du xiiie siècle), les cartes marines, qui se diffusent en Occident depuis le tournant du xiiie et du xive siècle, proposent une représentation du monde connu beaucoup plus précise car elles sont destinées aux gens de mer : elles indiquent de manière à peu près correcte le tracé des côtes qui bordent la mer Méditerranée et les noms des ports. Non seulement Opicinus examine ces nouvelles cartes, mais il commence à s’en inspirer pour faire des croquis. Son talent inné pour le dessin commence donc à se spécialiser dans la cartographie dès l’âge de 20 ans. Mais après ce contact précoce avec les cartes marines génoises, Opicinus revient à Pavie, devient prêtre (1320), puis se livre pendant plusieurs années à des manœuvres douteuses pour monter dans la hiérarchie. Il écrit alors bon nombre de traités religieux, mais dépourvus de dessins. On ignore s’il a revu des cartes et s’il a continué à y travailler pendant les dix ans qui suivent son séjour à Gênes, car il ne donne aucune précision autobiographique à ce sujet. Mais on peut supposer, au vu de ce qui lui est ensuite arrivé, que son intérêt pour les cartes s’est maintenu, au moins en veilleuse.

  • 14 Voir Roux Guy et Laharie Muriel, Art et Folie au Moyen Âge. Aventures et Énigmes d’Opicinus de Can (...)
  • 15 De preeminentia spiritualis imperii (1329). Copies du xive siècle : Bibliothèque apostolique vatic (...)
  • 16 De laudibus Papie (1330). Voir Maiocchi R. et Quintavalle F., Anonymi Ticinensis liber de laudibus (...)
  • 17 Sanudo Marino, Liber secretorum fidelium crucis (1re version), Cité du Vatican, Bibliothèque apost (...)
  • 18 Petrus Vesconte, Atlas, Cité du Vatican, Bibliothèque apostolique vaticane, Palatinus latinus 1362 (...)
  • 19 Paulin de Venise, De mapa mundi, Cité du Vatican, Bibliothèque apostolique vaticane, Vaticanus lat (...)
  • 20 In mappa maris nauigabilis secundum Ianuenses et Maioricenses, habetur certa taxatio passuum per m (...)
  • 21 Voir Laharie Muriel, « Une cartographie “à la folie” : le journal d’Opicinus de Canistris », op. c (...)

7En 1328, le prêtre commet une erreur qui conditionnera tout le reste de son existence : il commet un acte simoniaque et se fait excommunier par l’évêque de Pavie14. Le jeune prêtre s’enfuit précipitamment de Pavie et, après environ un an d’errance, arrive à la cour d’Avignon en espérant y refaire ses forces et sa situation sociale. Grâce à son talent d’écrivain, il obtient du pape Jean XXII un poste de scribe à la Pénitencerie apostolique (1330) ; mais peu de temps après, il est retrouvé par ses poursuivants qui lui intentent un procès devant la Rote. Malgré les affres que lui cause ce procès, Opicinus continue ses activités intellectuelles : il écrit deux traités (le De preeminentia spiritualis imperii15 et le De laudibus16). Et il peut à loisir consulter à la bibliothèque pontificale des manuscrits géographiques qui le remettent en contact avec le monde géographique qui l’avait frappé à Gênes et qui vraisemblablement le séduisent de plus en plus, qu’il s’agisse des copies de mappemondes traditionnelles, des cartes marines pisanes et génoises déjà vues dans sa jeunesse, du Liber secretorum fidelium crucis de Mario Sanudo17, offert au pape Jean XXII en 1321, en même temps que l’atlas de Petrus Vesconte18 ou des travaux de Paulin de Venise19 et des cartographes majorquins (probablement Angelino Dulcert). Opicinus lève de temps en temps le voile dans son journal sur ces influences : « Sur la carte de la mer navigable dressée par les Génois et les Majorquins, on peut évaluer le nombre exact de pas à l’aide des milles indiqués sur les côtés de cette carte20. » Nous avons récemment montré que ces différentes sources ont inspiré l’auteur du Vaticanus, lequel offre une synthèse singulière des modèles cartographiques de l’époque21.

L’influence de la psychose

  • 22 Opicinus emploie une expression révélatrice pour désigner cette maladie qui l’a épuisé et terrifié (...)
  • 23 Pour les détails de la formation et des manifestations de cet état pathologique appelé aujourd’hui (...)
  • 24 Per hos tres annos continuos multa et quasi innumerabilia folia cartarum [...] diuersis et uariis (...)
  • 25 Solus autem Deus aperuit mihi intellectum ut ad exemplar alterius illam transcriberem, nemine me d (...)

8De 1331 à 1334, le prêtre lutte pour essayer de gagner (malhonnêtement !) son procès. Mais au printemps 1334, il entre dans la psychose, d’où une perte de contact avec la réalité : à partir du 30 mars et pendant une quinzaine de jours, il est victime de ce que nous appelons aujourd’hui une bouffée délirante aiguë (alternance d’agitation extrême et de prostration, hallucinations visuelles et auditives, perte des repères spatio-temporels…22).Convaincu d’être devenu le Christ mort et ressuscité, du fait de la proximité chronologique entre cet épisode pathologique particulier et la Semaine sainte, Opicinus considère que l’année 1334 correspond à sa seconde et vraie naissance. Puis il développe progressivement un délire chronique mégalomaniaque à portée cosmique23, où l’imagination est souveraine : il s’identifie successivement à Dieu, au Soleil, à la Vierge Marie, à saint Jean, à l’Europe, à la tortue, etc. Très vite, l’évolution de sa psychose (caractérisée par une prédominance de la pensée spatiale) le pousse à dessiner : « Tout au long de ces trois ans [1334-1337], j’ai rempli avec une foule de textes une quantité importante et pour ainsi dire considérable de feuilles de parchemin [...], avec des sortes de dessins et de roues tournant en sens contraire et mobiles, concernant la représentation de l’orbe terrestre et des autres images du mystère24. » Ces brouillons, à contenu souvent cartographique, sont à la base des singuliers dessins que l’on trouve dans le Vaticanus et le Palatinus. L’imagination du scribe devenu psychotique est stimulée par les connaissances géographiques qu’il a précédemment engrangées : il passe de plus en plus de temps à dessiner ; et ses images ont souvent un contenu géographique. Autrement dit, il a trouvé son moyen d’expression privilégié, d’autant plus qu’il estime que cette œuvre lui est dictée par Dieu : « C’est Dieu seul qui a ouvert mon intelligence pour que, prenant l’original d’un autre, je le recopie ici, sans que personne me l’apprenne25. »

9En 1337, alors qu’Opicinus est définitivement devenu un grand délirant chronique, son procès devant la Rote se termine par son acquittement (car le scribe avait continué ses tractations et manipulations de témoins en sous-main…). L’issue positive de cet événement judiciaire déclenche un épisode hypomaniaque (surexcitation dans tous les domaines) qui stimule sa créativité. C’est dans ce contexte qu’il se met à rédiger en secret le codex sur papier Vaticanus latinus 6435 : de juillet à novembre 1337, il note presque chaque jour spontanément dans ce journal les idées délirantes qui l’habitent, en utilisant un style hermétique ; et il les traduit en dessins qui, comme nous l’avons vu plus haut, offrent un caractère si énigmatique qu’ils ont à la fois fasciné et souvent induit en erreur les chercheurs qui ont tenté de les comprendre à l’époque contemporaine.

10Entre 1338 et sa mort (survenue dans des conditions inconnues vers 1353), Opicinus continue son existence insolite en Avignon : son intérêt pour les cartes de la bibliothèque pontificale continue donc à être satisfait autant qu’il le souhaite. Enfermé dans sa psychose, il peaufine son codex (notamment avec de nombreux addita de bas de page) ; et surtout, il met au point les grandes planches sur parchemin du Palatinus latinus 1993, qui reprennent et explicitent de manière beaucoup plus imposante, mais aussi beaucoup moins vivante, les thèmes de son journal.

Les personnages des cartes opiciniennes : quelques exemples significatifs

  • 26 Voir Laharie Muriel, « Une cartographie “à la folie” : le journal d’Opicinus de Canistris », op. c (...)
  • 27 « Nous avons en effet sous les yeux toutes les catégories de lieux et de temps rassemblées en un s (...)

11Rappelons d’abord le contenu général la culture géographique d’Opicinus dont témoigne le Vaticanus26. Le scribe connaît et représente les trois parties du monde connu : Europe, Afrique et Asie (surtout l’Asie mineure) – ce qui correspond en gros aux connaissances de l’époque sur la terre habitée (« œkoumène »). Et ses cartes sont en général centrées sur le bassin méditerranéen. Mais c’est l’utilisation que fait Opicinus de ses connaissances géographiques et des cartes qu’il a consultées qui est très originale : en effet, le scribe ne s’intéresse qu’à ce qui peut servir le délire gigantesque qui l’habite et qui s’accompagne d’une dilatation cosmique de son identité. Comme tous les psychotiques atteints de mégalomanie, il projette son image corporelle à l’échelle d’une région, d’un pays, d’une partie du monde ou du cosmos : il s’agit d’une stratégie pathologique de l’occupation de l’espace. Ce qui veut dire qu’il considère qu’il est tout et qu’il est partout, sans tenir compte du temps et de l’espace27. Il s’agit là d’une exagération pathologique de la théorie de l’homme microcosme courante à l’époque, selon laquelle l’homme microcosme reflète en miniature l’univers ou macrocosme. Ces convictions délirantes favorisent donc des identifications multiples (déjà notées plus haut), en l’occurrence ici des identifications géographiques, omniprésentes dans les cartes.

12Cette cartographie entièrement égocentrique – car au service exclusif de son auteur – et exprimant une pensée spatiale typiquement psychotique, présente de plus des traits fortement manichéens, avec de nombreuses figures et expressions antithétiques. Car le délire d’Opicinus comporte un versant persécuté classique, dirigé essentiellement contre le pape Benoît XII (1334-1342) à qui le prêtre voue une haine démesurée. Signalons enfin que l’on peut remarquer dans ces cartes anthropomorphes de nombreux aspects érotiques et scatologiques, liés à l’état d’excitation dans laquelle se trouve le scribe lorsqu’il les réalise.

  • 28 Voir Roux Guy et Laharie Muriel, Art et Folie au Moyen Âge. Aventures et Énigmes d’Opicinus de Can (...)

13Il est impossible de donner un titre unique aux cartes du Vaticanus, car elles représentent plusieurs personnages et plusieurs idées à la fois ; elles sont par ailleurs surchargées d’une multitude de thèmes et d’éléments secondaires. Chacune des cartes anthropomorphes d’Opicinus mérite donc une présentation et une analyse couvrant plusieurs dizaines de pages, comme les études faites par le Dr Guy Roux l’ont montré28. Un survol rapide de ces cartes nous montre principalement l’Europe et l’Afrique représentées sous la forme d’êtres humains munis d’un visage et de membres, plus ou moins vêtus, et esquissant des gestes significatifs, ainsi qu’un affreux diable coloré qui coïncide avec le bassin méditerranéen. Et d’une carte à l’autre, ces personnages changent d’apparence, d’expression et d’attitude. D’autres créatures anthropomorphes peuplent les cartes d’Opicinus : la tarasque océanique (assez souvent), l’Asie divinisée (plus rarement). Je me contenterai ici de décrire l’essentiel des deux cartes opiciniennes les plus significatives (V 6 et V 25), en centrant mon étude sur les personnes et les animaux qui les animent. Le commentaire rapide que j’en ferai – historique et géographique surtout, mais également psychiatrique – nécessitera de faire appel non seulement aux notes qui figurent sur le dessin lui-même, mais aussi à l’ensemble du manuscrit ; car tout se tient et s’interpénètre dans le délire cosmique d’Opicinus et dans son expression singulière…

La carte V 6 (fol. 53v : figure 1)29

  • 29 Texte latin et traduction : voir Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (133 (...)

14La gestation des cartes anthropomorphes d’Opicinus dans la première moitié de son codex est attestée par de nombreuses allusions et identifications géographiques écrites, dont certaines explicitent avant l’heure divers éléments des cartes que nous allons rencontrer ; d’autant plus que ce cheminement est jalonné, nous l’avons vu plus haut, par de nombreux brouillons faits par le scribe. V 6, première carte anthropomorphe du codex Vaticanus, a été réalisée par Opicinus le 20 septembre 1337. Présentée avec l’ouest en haut (ce qui n’est pas courant à l’époque), elle nous propose quatre des cinq principaux personnages qui peuplent les cartes opiciniennes, et dont les couleurs contrastées (brun/blanc) facilitent la distinction. Faisons connaissance avec ces personnages – souvent incomplets ici – que nous retrouverons ailleurs.

La tarasque

  • 30 « L’océan, entre l’Écosse et le haut de l’Afrique, peut ainsi prendre la forme d’un corps allant d (...)
  • 31 Stomachus tarascini deuorat omnia uitia carnis. Quand la référence des citations n’est pas précisé (...)
  • 32 « Je me suis rappelé, l’année de la perfection, la veille [de la fête] de saint Marc évangéliste [ (...)
  • 33 Mors deuorat uestimentum Europe (fol. 84r).

15En partant du nord, nous découvrons d’abord le visage d’un monstre au regard cruel, à la gueule ouverte et munie de grandes dents ; il est en train de dévorer un enfant qui n’a plus que les jambes à l’extérieur. Les notes indiquent qu’il s’agit de la « tarasque » (tarasca), animal fabuleux que la légende médiévale faisait sévir dans le Rhône (elle a donné son nom à Tarascon), mais qui occupe ici l’espace océanique30 : son visage correspond au tracé des côtes de la Manche et de l’océan Atlantique qui bordent le royaume de France et l’Espagne ; elle est en train de mettre l’épaule de l’Europe dans sa gueule : « L’estomac de la tarasque avale tous les vices de la chair31 ». Cet animal maléfique fascine Opicinus : le dessin V 5 (fol. 52v) lui est entièrement consacré (il y est représenté sous la forme d’un monstre à six pieds, couvert d’écailles et de poils, et pourvu d’une gigantesque queue). Dans plusieurs cartes postérieures à V 6, la tarasque est figurée dans le même espace océanique où elle mord méchamment l’épaule de l’Europe (voir V 20, fol. 76v ; V 25 étudiée plus loin ; V 28, fol. 84r…). Or l’élément marin présente à cette époque une symbolique ambiguë, allant de la matrice maternelle à la mort ; c’est également une image de l’inconscient. Chez Opicinus, il est envisagé de manière péjorative, puisqu’il y place ce monstre qui se situe dans le camp du « mauvais ». De plus, le scribe assimile justement la tarasque dénommée « cette bête léonine » et sa mère, morte trois ans avant la réalisation de cette carte32 ! De quoi exciter la curiosité des psychanalystes… Et dans V 28, le la tarasque est désignée comme étant « la mort » qui « engloutit le vêtement de l’Europe33 ».

L’Europe

  • 34 Europa [...] tegit pallio terga sua contra gelidum aquilonem, et pectus et uentrem denudat ad Sole (...)
  • 35 Opicinus a notamment été inspiré par l’Italie du De mapa mundi de Paulin de Venise (Vaticanus lati (...)
  • 36 Charles Perrault, qui a rendu les bottes de sept lieues très populaires (Le Petit Poucet, 1697), s (...)
  • 37 Vt nostra Europa faciat altum passum (fol. 44r).
  • 38 [Europa] semper in actu ambulandi nullam eligit sedem in terris (fol. 83v).

16Au sud de la tarasque, on trouve le deuxième personnage principal de la carte V 6, à savoir l’Europe. Il s’agit d’une femme dont le visage occupe l’Espagne : ses cheveux tombent sur ses épaules, son regard est peu expressif, sa bouche reste fermée ; en revanche, son oreille droite est tendue pour écouter ce que lui dit l’Afrique au-dessus du détroit de Gibraltar. Sa face antérieure – correspondant en gros à la France – est nue (on voit son sein gauche) et Avignon est donc située dans sa « poitrine ». Son épaule gauche se trouve dans la gueule de la tarasque. Son bras et sa main gauches, de taille disproportionnée, supportent l’amorce d’un manteau qui se trouverait en Europe du Nord : « L’Europe [...] protège son dos avec un manteau/pallium contre le froid venu du nord, et offre au Soleil sa poitrine et son ventre nus34 ». Ses jambes correspondent à l’Italie – notons que le scribe a été le premier à matérialiser l’idée ancienne que l’Italie ressemblait à une jambe35 – et à la Grèce (laquelle n’apparaît que très partiellement sur la carte). Elle porte aux pieds des sortes de bottillons qu’Opicinus appelle ailleurs « chaussures rustiques » (calciamenta rusticana : fol. 2v) ; on peut émettre l’hypothèse que ces bottillons préfigurent les fameuses bottes de sept lieues – dont l’équivalent imaginaire est très ancien36 – car cette idée est omniprésente dans le Vaticanus : « pour que notre Europe fasse une grande enjambée37 ». De plus – et malgré les menaces et les attaques de la tarasque, d’un côté, les tentatives de séduction de l’Afrique, de l’autre – l’Europe garde une allure résolument dynamique et ses jambes qui esquissent un pas en avant suggèrent qu’elle est en mouvement : « L’Europe, étant toujours en train d’aller et venir, ne choisit aucun siège en ce monde38. »

  • 39 Ego Papiensis Europa nomine Opicinus (fol. 67v).
  • 40 Ex corpore meo testificor dispositionem Europe (fol. 32v).

17Globalement, ce personnage représente « la grande Europe » (maior Europa) – comme il est dit dans V 6 – et cette expression est souvent reprise dans le Vaticanus. Il s’agit en fait d’un autoportrait d’Opicinus, que l’on retrouve avec des variantes dans d’autres cartes – avec un visage tantôt masculin, tantôt féminin, du fait de l’ambivalence sexuelle d’Opicinus. Le scribe, enclin à la dissimulation, exprime néanmoins parfois lui-même qu’il s’identifie à cette Europe du Vaticanus aux visages multiples : « Moi l’Europe de Pavie dont le nom est Opicinus39 » ; « Je montre la géographie de l’Europe à partir de mon corps40 ». Et en général, il s’agit d’une « bonne » Europe, comme l’indique la dénomination précisée dans la carte en question : spiritualis Ecclesia (V 14, fol. 69v), sancta christianitas (V 22, fol. 78r), T(t)emplum (V 20, fol. 76v) etc.

  • 41 Ventrem pregnantem minori mundo fetuum geminorum cum trunco Asie (fol. 36r).
  • 42 Minores Europa et Affrica cum parte Asie genite de semine diabolici maris adhuc in utero matris (f (...)
  • 43 Papia disposita in genitalibus filie, sicut fidelis Venetia in genitalibus matris (fol. 13v)

18Mais en revenant à V 6, une surprise supplémentaire nous attend et nous permet de comprendre pourquoi l’Europe décrite ci-dessus est « grande » ! Car on s’aperçoit, en regardant cette Europe d’un peu plus près, qu’en Lombardie, dans la région de Pavie (où Opicinus est né et a passé la première moitié de sa vie), il y a une mini-carte bicolore (blanc/rose foncé) semblable à la grande, mais d’échelle différente. Cette superposition originale nous montre « la matrice [de la grande Europe] enceinte du petit monde des fœtus jumeaux ainsi que d’un fragment de l’Asie41 » ; avec « la petite Europe et la petite Afrique ainsi qu’une partie de l’Asie, engendrées par la semence de la mer diabolique et se trouvant encore dans le sein de leur mère42 ». L’apparence de cette « petite Europe » (minor Europa) est exactement la même, en miniature, que celle de « la grande Europe » dans le bas-ventre de laquelle elle est représentée ; car, en fait, elles sont mère et fille : « Pavie [est] placée dans les parties génitales de la fille, comme la fidèle Venise dans les parties génitales de la mère43 ».

Le diable méditerranéen

  • 44 Diabolicum semen [...] diuidit filium hominis in minores Affricam et Europam cum aliquo trunco ste (...)
  • 45 Ecce quod in isto uentre gignitur alius dimidius mundus a Perside usque ad occeanum occidentis. Ec (...)

19Entre l’Europe et l’Afrique, la mer Méditerranée est figurée, dans sa partie occidentale, par un curieux personnage qu’on pourrait qualifier d’« homme au bonnet » et dont les yeux correspondent à la Sicile et à la Sardaigne. De même couleur que l’océan maléfique de la tarasque, cette mer semble d’emblée elle aussi « mauvaise ». Cette hypothèse est confirmée par la présence d’une « petite » mer Méditerranée dans le bas-ventre de la grande Europe ; et l’on se rend compte alors que « l’homme au bonnet » correspond à la jambe et au pied difformes du « petit diable méditerranéen » de couleur rose foncé. Opicinus assimile ce dernier à la « semence diabolique » qui « divise le fils de l’homme en petite Afrique et petite Europe, avec un fragment de l’Asie stérile44 » : « Voici qu’un autre demi-monde est conçu dans ce ventre : il part de la Perse et s’étend jusqu’à l’océan à l’ouest. Voilà les troubles et les contraintes dont la grande Europe souffre dans sa matrice, elle qui contient la petite mer diabolique comme intermédiaire entre les filles de ce ventre45 ».

  • 46 Voir P 20 Palatinus, fol. 11r, année 1304 : Pueriliter cum sorore me minore exprobrando ludebam.
  • 47 « L’ennemi qu’est l’homme charnel et ancien, père du mensonge, est personnifié par la mer diaboliq (...)
  • 48 Ecce quod ab utraque parte alterutro modo diabolus iudicatur [...]. Vnus idemque diabolus est, qui (...)

20Avec sa main et son bras contrefaits, le grand diable brun procède à des attouchements dans la région de Venise, vulve de l’Europe : il s’agit d’une allusion aux jeux sexuels auxquels s’est adonné Opicinus enfant avec sa sœur aînée et qui l’ont durablement culpabilisé46 (encore une occasion pour les psychanalystes de dire leur mot !). Et son sexe démesuré occupe la côte languedocienne. L’attirance pathologique du scribe pour tout ce qui est obscène se donne ici libre cours. Cette figure diabolique difforme et lubrique – que nous retrouverons, agrandis, dans V 25 – est cependant classique à une époque hantée par cette personnification du Mal. Et Opicinus n’innove pas quand il précise que le diable sème la « malice » (malitia) – mot qui est omniprésent dans le Vaticanus – et le mensonge (mendacium)47. Mais, là comme ailleurs, il va plus loin et récupère le diable dans sa perspective délirante : ses ennemis sont souvent qualifiés de « communauté des hommes charnels » (universitas carnalium), laquelle est identifiée au diable. Elle comprend notamment Benoît XII, « le diable de la poitrine » (diabolus pectoralis : fol. 81v), qui, d’après le scribe, siège sur le trône pontifical d’Avignon à sa place ; et « les Lombards », surtout les « partis » guelfes et gibelins qui s’entredéchirent et qu’il juge responsables d’une partie de ses malheurs : « Voici que chaque parti est considéré par l’autre comme le diable et réciproquement [...]. Il s’agit d’un seul et même diable, qui s’agite en utilisant les analogies entre les partis pour engloutir le peuple chrétien48 ».

L’Afrique

  • 49 Impia enim diues secedit ad austrum incendii, que tamen in torrida plaga se munit et farcit multip (...)
  • 50 Vbera, id est tete (quasi Thetis, mater Achillis). Cette note montre le goût immodéré d’Opicinus p (...)
  • 51 Les expressions et les figures concernant l’Europe et l’Afrique ont un caractère fréquemment antit (...)

21Quant au dernier personnage – l’Afrique – à être représenté au sud, il doit être complété là aussi par son petit homologue du bas-ventre de l’Europe (ce complément est de couleur brune et se trouve dans la mer). On voit essentiellement son visage de profil, avec son collier de barbe et sa tonsure, son regard fixé sur l’Europe, son grand nez, sa bouche ouverte (pour conseiller l’Europe) et son menton pointu. L’Afrique porte un vêtement ecclésiastique à nombreux plis : « En effet, cette impie qui est riche se retire vers le sud brûlant, et pourtant elle met et revêt une tunique à nombreux plis et superflue49 » ; ces plis sont exploités et accentués au niveau de la poitrine (coïncidant avec la côte d’Afrique du nord) au point de former « les seins, c’est-à-dire les tétons, comme Thétis, mère d’Achille50 ». On remarque aussi que l’index droit de l’Afrique est pointé en avant. Bien qu’aucune appellation ne figure dans V 6, il est clair qu’il s’agit de « la grande Afrique » (par opposition à « la grande Europe »). Cette Afrique est aussi souvent présente que l’Europe dans les cartes du Vaticanus, puisqu’il s’agit d’un couple antithétique. Tantôt masculine, tantôt féminine elle aussi, elle est en général « mauvaise » : elle représente souvent Benoît XII (c’est le cas ici) ; mais il peut aussi (ou en même temps) s’agir du « mauvais » Opicinus (avant sa conversion), ou bien des autres ennemis passés et présents du scribe, ainsi que l’indiquent les expressions qui désignent cette Afrique selon les cartes : ypocrisis (V7, fol.54r), Babilon maledicta (V18, fol. 74v), angelus tenebrarum (V26, fol. 82r) etc.51

  • 52 Lombardia autem partialis, diuisa per minores Europam et Affricam (fol.23r).
  • 53 Omnia gesta et mores minoris Affrice sunt significantes in malum (fol.3r).

22Quant à la « petite Afrique » de V6, elle aussi située dans « la Lombardie sectorisée, divisée en petite Europe et petite Afrique52 » de la grande Europe, elle complète ce qui manque à la « grande Afrique » : trapue et assise, entièrement couverte, elle s’oppose à l’Europe nue, légère et dynamique. Elle aussi est « mauvaise » : « Tous les actes et les comportements de la petite Afrique sont des manifestations du mal53. »

  • 54 Maior Europa pregnans parit minorem Affricam per lateralem I(i)anuam uio-lenter, quam sequitur min (...)

23« La grande Europe enceinte accouche de la petite Afrique dans la violence, par Gênes, la porte de côté, et la petite Europe la suit54 », précise une note de la carte V6 : cette naissance originale de la « petite Europe » et de la « petite Afrique » dans la région de Gênes est un élément essentiel de la cartographie opicinienne. Sa Lombardie natale, minée par les conflits entre guelfes et gibelins, devient pour Opicinus le lieu d’un enfantement extraordinaire. Les autres personnages de V6 assistent et complètent cette scène de manière pittoresque.

La carte V 25 (fol. 79v : figure 2)55

  • 55 Texte latin et traduction :voir Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337 (...)

24Mise au point par son auteur les 24 et 25 octobre 1337, la carte V25 nous propose les personnages déjà rencontrés dans V6 – Europe, Afrique, diable méditerranéen, tarasque – mais avec des variantes et des ajouts. Nous y trouvons aussi quelques nouveautés, notamment le renversement de la carte, qui est située en bas, par rapport au curieux personnage qui occupe la moitié supérieure du folio et que nous examinons en premier.

L’Asie opicinienne

  • 56 « Dans la poitrine par excellence, l’âme de la chrétienté tout entière, telle une épouse unique, e (...)
  • 57 Papa presens sacramentalis in toto est etiam papa spiritualis [...]. Partim non in toto sum papa s (...)
  • 58 Papa stupor mundi.
  • 59 Ecce largitas maiestatis nomen persone diuidit inter omnes, sicut Christus corpus et sanguinem suu (...)
  • 60 Tu solus mundo quasi Sol.
  • 61 Perfectio spiritualis significatur per Solem (fol. 36v).

25En haut, un personnage au visage lunaire, androgyne et austère, est assis en majesté sur un siège confortable et ouvre largement les bras. Ses cheveux (en partie masqués) tombent sur ses épaules. Il porte une tiare, à l’intérieur de laquelle le nom de Benoît XII est indiqué, et qui est surmontée de « l’escarboucle de la charité » (carbonculus caritatis). Un cercle où figure le nom d’OPICINUS – dont le O et le S, écrits en rouge, permettent de représenter « la bouche du Seigneur » (OS Domini Ihesu Christi) – entoure sa tête. Sa poitrine contient le couple sponsal56. Il est entièrement vêtu comme un personnage pontifical. Les notes voisines du dessin de ce personnage ne laissent aucun doute sur les prétentions opiciniennes à être le pape : « Le pape actuel, parfaitement sacramentel, est aussi le pape spirituel [...]. C’est partiellement et non totalement que je suis le pape sacramentel au-dessus de ma paroisse ; et c’est totalement [...] que je me considère comme le pape spirituel au-dessus de mon adversaire57 ». Pour Opicinus, en proie à son délire persécutif, Benoît XII n’est qu’un imposteur : « le pape actuel est la honte du monde58 », précise-t-il dans un des poèmes de la carte. Mais cette identification au pape n’est pas la seule, car dans V 25, Opicinus se prend aussi pour le Christ : « Voici la majesté généreuse qui partage entre tous son nom personnel, comme le fait le Christ avec son corps et son sang59 ». Le double cercle entourant sa tête équivaut à un nimbe. Deux animaux évangéliques sont posés sur ses mains, tandis que les deux autres se situent sous les petites poèmes indiqués de part et d’autre de son trône (et qui proclament la grandeur du scribe tout en disqualifiant Benoît XII). Ses pieds correspondent respectivement aux mentions des apôtres Pierre et Paul. Enfin Opicinus exploite la coïncidence que lui offre la lettre O majuscule qui ouvre son prénom pour l’assimiler, grâce à sa forme, non seulement au cercle qui symbolise à l’époque la perfection divine, mais aussi au Soleil : « Toi, unique dans l’univers, comme le Soleil60 », dit un petit poème de la carte V 25 qui s’adresse à Opicinus. Cette identification du scribe à l’astre solaire se retrouve dans d’autres cartes du Vaticanus, notamment V 24 (fol. 79r). Et le scribe d’expliquer que le Soleil correspond au « Seigneur Christ et pape » (Soli Domino Christo pape : V 19, fol. 75r) et que « la perfection spirituelle est indiquée par le Soleil61 ».

  • 62 Homo intellectualis et spiritualis est Asia (fol. 80r).
  • 63 Asia igitur (id est totius perfectionis Ecclesia) est caritas (fol. 72r).

26De plus, d’un point de vue géographique, ce personnage opicinien occupe la place de l’Asie par rapport à la carte du bas : entre ses pieds, coulent le Tigre et l’Euphrate ; le paradis terrestre et le Phison (fleuve du paradis terrestre) sont indiqués de part et d’autre de ses épaules ; il est situé à l’est, du côté du soleil levant… L’autoportrait divinisé d’Opicinus dans V 25 correspond donc à l’Asie transfigurée. C’’est aussi le cas dans cinq autres cartes, sous des formes différentes : le Christ bénissant (V 7, fol. 54r) ou son visage (V 14, fol. 69v), un personnage au visage lunaire (V 16, fol. 71v ; et V 34, fol. 87v), le couple sponsal relié à Rome et au reste du monde (V 31, fol. 85v). Et Opicinus d’expliquer : « L’homme intellectuel et spirituel, c’est l’Asie62 » ; « l’Asie (c’est-à-dire l’Église qui contient la perfection dans sa totalité) est la charité de Dieu63 ». Encore une fois, ces identifications géographiques et religieuses additionnées permettent au scribe de se proclamer maître de l’univers. L’Asie de la carte V 25 est donc un exemple d’identifications groupées reflétant le délire gigantesque du scribe.

Les acteurs de la carte renversée du bas

  • 64 Il s’agit du cap Kanastreo, au sud-est de Salonique. Opicinus fait un jeu de mots Canistrum/Canist (...)
  • 65 Ecce prostratio T(t)empli dominici, cuius flumina conuertuntur in sanguinem corruptibilem. Ecce qu (...)
  • 66 Europa habens naturam exterius corporalem corruptam (fol. 48r).

27En bas, une carte renversée à l’allure un peu inhabituelle. L’Europe masculine a un visage nettement christique exprimant la souffrance, les yeux fermés, des entailles au crâne, et un point d’interrogation sur l’oreille. Là encore, son épaule bretonne est mordue par une tarasque chevelue et goulue (le trait est même déformé pour transformer la Bretagne en mitre, allusion à l’importance de la fonction épiscopale dans le délire opicinien). Ses jambes maigres sont quasiment nues et on y voit des traces de poils. Elle pose son pied grec sur une sorte de dragon qui est situé au nord du golfe de Thessalonique (en couvrant Canistrum64) et allonge sa queue sur le bord de la mer Noire. En plus des morsures causées par la tarasque, l’Europe reçoit des flèches lancées par l’Afrique qui l’atteignent à plusieurs endroits (ses blessures sont matérialisées par les fleuves indiqués en rouge). Une note indique que cette Europe correspond à « la déconfiture du Temple du Seigneur dont les fleuves se changent en sang corruptible. Voici les nombreuses déchirures, l’écrasement important des membres et des os65 » (c’est-à-dire les humiliations et les problèmes rencontrés autrefois par Opicinus). Cette Europe opicinienne blessée de V 25 est d’ailleurs signalée bien avant le dessin V 25 lui-même : « l’Europe estropiée » (Europa mutilata : fol. 32v), « l’Europe dont la santé physique est visiblement altérée66. » Il s’agit encore une fois d’une « bonne Europe », montrant Opicinus identifié au Christ vivant sa Passion. D’autres cartes du Vaticanus présentent l’Europe avec un visage christique (V 12, fol. 68v ; V 13, fol. 69r ; V 18, fol. 74v, etc.).

  • 67 Vermem conscientie semper corrodentem animam concupiscibilem (fol. 60v).
  • 68 Europa corpore mouetur et ambulat et corde quiescit ; Affrica uero corpore quiescit et sedet et me (...)

28En face, l’Afrique féminine présente la même physionomie globale qu’ailleurs, mais avec des variantes intéressantes, dont on note d’emblée l’aspect ridicule. Casquée et armée, chevelue, vêtue d’un habit qui lui arrive sous les genoux, elle est affublée de membres inférieurs courts et de pieds contrefaits, alors que son bras droit qui pointe l’index est proportionnellement énorme. Elle porte dans la poitrine le cercle OPICINUS qui constitue « la bouche de l’enfer » (OS inferni) – contrepoint négatif évident au cercle positif de la tête de l’Asie opicinienne. De son cou, sort un gros ver qui serpente sur la côte, une créature animale inféodée au diable et présente dans d’autres cartes : « le serpent de Tunis ou de Carthage » (serpentem Tunicii uel Cartaginis : V 14, fol. 69v), ou encore « le ver de la conscience qui ronge toujours l’âme portée à la convoitise67 ». L’immobilisme de l’Afrique, maladroitement assise sur un trône caricatural, contraste avec la vivacité de l’Europe : « L’Europe bouge et se déplace physiquement, et reste calme dans son cœur ; alors que l’Afrique a le corps immobile et assis, et que son esprit divague68. » Il s’agit donc, comme dans V 6, d’une « mauvaise » Afrique, incarnant, comme le précise une note, « toutes les familles corruptibles du monde » (quelibet corruptibilis progenies mundi).

  • 69 Mediterraneum mare non potest formari in aliud nisi in diabolicum mare (fol. 83v).
  • 70 Voir Laharie Muriel, « Une cartographie “à la folie” : le journal d’Opicinus de Canistris », op. c (...)

29Séparant l’Europe et l’Afrique et dominée par l’Asie, la silhouette du diable méditerranéen, s’étend jusqu’aux bords de la Terre sainte. Il saute d’emblée aux yeux du fait de l’orientation de la carte (avec l’est en haut), et aussi parce que sa couleur (rose foncé) – là encore identique à celle de la tarasque océanique – tranche sur les personnages non colorés. Il correspond à l’image agrandie du petit diable méditerranéen de V 6 mais en plus complet : il est muni des mêmes attributs (membres tors, organes sexuels monstrueux, main droite touchant l’aine de l’Europe du bas). Il symbolise, comme on l’a déjà vu, tout ce qui relève du domaine du Mal. La coïncidence du diable avec l’espace méditerranéen peut surprendre : « La Méditerranée ne peut prendre d’autre forme que celle de la mer diabolique69 », note lui-même le scribe. Or on peut noter la parenté entre ce diable méditerranéen opicinien et la mer Méditerranée d’allure effectivement diabolique dans les cartes des manuscrits de Marino Sanudo et de Paulin de Venise70, présentées de manière traditionnelle avec l’est en haut de la carte : cette remarque corrobore l’utilisation particulière que fait Opicinus des sources cartographiques de son époque. Ce diable, rencontré déjà dans V 6, est présent dans de nombreuses cartes du Vaticanus, plus ou moins complet, mais sans les variantes raffinées rencontrées pour l’Europe et l’Afrique (ex : V 14, fol. 69v ; V 21, fol. 77r ; V 26, fol. 82r ; V 34, fol. 87v). Globalement, Opicinus en fait un personnage hideux, obscène et menaçant. À première vue très différente de V 6, la carte V 25 nous offre un théâtre cartographique de base similaire. Mais l’accent est mis ici sur l’itinéraire initiatique qu’a connu Opicinus : en allant de l’ouest vers l’est, le prêtre est passé du calvaire à la divinisation. Sa mégalomanie à portée cosmique s’exprime de manière triomphale.

Conclusion

30Les cartes V 6 et V 25, complexes et originales, fruits d’une manipulation de l’espace particulièrement astucieuse, représentent des figures emblématiques du délire mégalomaniaque et manichéen d’Opicinus : les identifications groupées et globalisantes qu’elles proposent servent l’illusion de toute puissance de leur auteur ; et leur anthropomorphisme permet à Opicinus de spatialiser le Bien et le Mal. On ne peut être qu’admiratif devant l’intelligence, la culture, l’imagination et la mobilité d’esprit de ce prêtre. Son indiscutable créativité démontre l’inanité des préjugés selon lesquels les malades mentaux seraient intellectuellement et artistiquement diminués. Ainsi ces cartes anthropomorphes, les premières connues à ce jour, nous renseignent à la fois sur la géographie et la cartographie de l’époque, d’une part, et sur les moyens d’expression de la psychose (qui présentent des invariants dans la longue durée), d’autre part. Leur consultation nous rappelle des mondes familiers tout en nous ouvrant des horizons inconnus, aux confins de la réalité et de l’inconscient.

Opicinus de Canistris, carte V 6.
Biblioteca apostolica vaticana, Vat. latinus 6435, fol. 53v.

Opicinus de Canistris, carte V 25.
Biblioteca apostolica vaticana, Vat. latinus 6435, fol. 79v.

Notes

1 Salomon Richard G., Opicinus de Canistris. Weltbild und Bekenntnisse eines Avignonesichen Klerikers des 14. Jahrunderts, rééd. Lichtenstein, Kraus Reprints, 1936 (1969).

2 Voir Laharie Muriel, «Une cartographie “à la folie” : le journal d’Opicinus de Canistris», in Mélanges de l’École française de Rome (Moyen Âge), École française de Rome, 119, 2, 2007, p. 364; 2008, p. XXI-XXII.

3 Pour la description complète du manuscrit, voir Laharie Muriel, Le journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6435, Cité du Vatican, Bibliotheca apostolica Vaticana, 2008, p. XXXVII-XLIII.

4 Dans cet article, le Vaticanus latinus 6 435 est appelé de façon abrégée : Vaticanus ; et le Palatinus latinus 1993 : Palatinus.

5 Les dessins du Vaticanus latinus 6 435 sont numérotés de V 1 à V 34 ; les planches du Palatinus latinus 1993 de P 1 à P 52. Cette numérotation est déjà utilisée dans les travaux de Salomon Richard G. (op. cit.), d’une part, dans ceux de Roux Guy et Laharie Muriel (« Mort et renaissance d’Opicinus de Canistris en 1334 », in Mort et Création, Chemama-Steiner Béatrice et Fritschy Françoise (dir.), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 181-200 ; Art et Folie au Moyen Âge. Aventures et Énigmes d’Opicinus de Canistris (1296-1351 ?), Paris, Le Léopard d’Or, 1997), d’autre part.

6 Voir Kris Ernst, « Un artiste psychotique du Moyen Age », in Psychanalyse de l’art, Paris, PUF, « Le Fil rouge », 1978.

7 Voir Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6435, op. cit., p. XXIII-XXXVII.

8 Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6435, op. cit.

9 Voir les travaux individuels ou communs de Roux Guy et Laharie Muriel.

10 Le prêtre nous fournit lui-même des renseignements sur son existence, car en plus de la planche P 20 (Palatinus, fol. 11r) qui présente l’autobiographie résumée de l’auteur à 40 ans, l’ensemble du Vaticanus constitue une vaste autobiographie : en effet, quels que soient les thèmes apparemment abordés ou dessinés, le scribe ne parle que de lui ; mais il faut tenir compte du fait que ses propos, infléchis par la psychose, nécessitent un décodage serré. Pour une vue complète de la biographie d’Opicinus de Canistris, voir Roux Guy et Laharie Muriel, Art et Folie au Moyen Âge. Aventures et Énigmes d’Opicinus de Canistris (1296-1351 ?), p. 47-52 et 171-265 ; Roux Guy, Opicinus de Canistris (1296 – 1352), prêtre, pape et Christ ressuscité, Paris, Le Léopard d’Or, 2005, p. 13-60 ; Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6435, op. cit., p. XLVII-LII.

11 In picturis ymaginum plus studebam.

12 Illuminatio librorum ex arte quam pauper didici I(i)anue barbarie (fol. 65r).

13 Ianua dedit uiam scientie describendi mundum Papie (fol. 53r).

14 Voir Roux Guy et Laharie Muriel, Art et Folie au Moyen Âge. Aventures et Énigmes d’Opicinus de Canistris (1296-1351 ?), op. cit., p. 49-50 ; Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6435, op. cit., p. XLVIII-XLIX.

15 De preeminentia spiritualis imperii (1329). Copies du xive siècle : Bibliothèque apostolique vaticane, Vaticanus latinus 4115, fol. 1-22 ; Paris, BnF, ms lat. 4046, fol. 208v-218v. Éd. partielle dans Scholz R., Unbekannte Kirchenpolitische Streischriften aus der Zeit Ludwig des Bayern (1327-1354), Rome, tome I, 1911, p. 37-43, et tome II, 1914, p. 89-104.

16 De laudibus Papie (1330). Voir Maiocchi R. et Quintavalle F., Anonymi Ticinensis liber de laudibus civitatis Ticinensis, dans Rerum Italicarum Scriptores, XI, 1, Città di Castello, 1903, p. 1-52 : éd. du De laudibus. Gianani F. dans Opicino de Canistris, l’Anonimo Ticinese (Cod. Vaticano Palatino latino 1993), Pavie, 1927 ; rééd., Pavie, 1996 (avec édition du De laudibus, p. 73-121). Ce traité comme le précédent ne comportent pas de dessins.

17 Sanudo Marino, Liber secretorum fidelium crucis (1re version), Cité du Vatican, Bibliothèque apostolique vaticane, Vaticanus latinus 2 972 (xive siècle).

18 Petrus Vesconte, Atlas, Cité du Vatican, Bibliothèque apostolique vaticane, Palatinus latinus 1362 (xive siècle).

19 Paulin de Venise, De mapa mundi, Cité du Vatican, Bibliothèque apostolique vaticane, Vaticanus latinus 1960 (xive siècle) ; Compendium ou Chronologia Magna, Paris, BNF lat. 4 939 (1329-1334).

20 In mappa maris nauigabilis secundum Ianuenses et Maioricenses, habetur certa taxatio passuum per miliaria que in lateribus huius carte (fol. 59r). Voir aussi V 31 (fol. 85v).

21 Voir Laharie Muriel, « Une cartographie “à la folie” : le journal d’Opicinus de Canistris », op. cit.

22 Opicinus emploie une expression révélatrice pour désigner cette maladie qui l’a épuisé et terrifié : « la prostration (ou l’anéantissement) de ma personne » (prostratio mei :V2,fol.49r).

23 Pour les détails de la formation et des manifestations de cet état pathologique appelé aujourd’hui « paraphrénie », voir Roux Guy et Laharie Muriel, Art et Folie au Moyen Âge. Aventures et Énigmes d’Opicinus de Canistris (1296-1351 ?), op. cit., p.51-52 et 230-232 ;Roux Guy, Opicinus de Canistris (1296 – 1352), prêtre, pape et Christ ressuscité,op. cit., p.42-44 ; Laharie Muriel,Le journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6435, op. cit.,p.L-LI.

24 Per hos tres annos continuos multa et quasi innumerabilia folia cartarum [...] diuersis et uariis modis ymaginum et rotarum super descriptione orbis terrarum et aliarum figurarum misterii (fol.53r).

25 Solus autem Deus aperuit mihi intellectum ut ad exemplar alterius illam transcriberem, nemine me docente (fol.77v).

26 Voir Laharie Muriel, « Une cartographie “à la folie” : le journal d’Opicinus de Canistris », op. cit., p. 365-369.

27 « Nous avons en effet sous les yeux toutes les catégories de lieux et de temps rassemblées en un seul homme » (Habemus enim ante oculos nostros in genere omnia loca et tempora in unum collecta : fol. 23r).

28 Voir Roux Guy et Laharie Muriel, Art et Folie au Moyen Âge. Aventures et Énigmes d’Opicinus de Canistris (1296-1351 ?), op. cit. :V2,V4etV 5,V21 ;Roux Guy, Opicinus de Canistris (1296 – 1352), prêtre, pape et Christ ressuscité, op. cit. : V 6,V 24,V 25.

29 Texte latin et traduction : voir Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6435, op. cit., t. 2, p. 528-533. Commentaire approfondi : voir Roux Guy, Opicinus de Canistris (1296 – 1352), prêtre, pape et Christ ressuscité, op. cit., p. 381-411.

30 « L’océan, entre l’Écosse et le haut de l’Afrique, peut ainsi prendre la forme d’un corps allant de la poitrine aux organes génitaux, mais dépourvu de tête et de jambes » (Occeanum autem mare a Scotia usque ad uerticem Affrice sic potest formari a pectore usque ad lumbos, eo quod caret capite et cruribus : fol. 83v).

31 Stomachus tarascini deuorat omnia uitia carnis. Quand la référence des citations n’est pas précisée, c’est qu’il s’agit de la carte V 6.

32 « Je me suis rappelé, l’année de la perfection, la veille [de la fête] de saint Marc évangéliste [24 avril 1338], que le lendemain, jour de sa fête [25 avril], cela faisait trois années pleines que cette bête léonine avait soustrait mes épaules à ma principale charge de famille » (Recordatus sum anno perfectionis, pridie sancti Marci euangeliste, quod die sequenti, scilicet festo suo, sunt III anni completi ex quo illa bestia leonina alleuiauit humeros meos de maximo onere domus mee). Or la mère d’Opicinus est morte le 25 avril 1335.

33 Mors deuorat uestimentum Europe (fol. 84r).

34 Europa [...] tegit pallio terga sua contra gelidum aquilonem, et pectus et uentrem denudat ad Solem (fol. 70r).

35 Opicinus a notamment été inspiré par l’Italie du De mapa mundi de Paulin de Venise (Vaticanus latinus 1960, fol. 266v) qui, une fois retournée – car elle est orientée au sud – ressemble réellement à une jambe avec botte. Voir Laharie Muriel, « Une cartographie “à la folie” : le journal d’Opicinus de Canistris », op. cit., p. 372-373.

36 Charles Perrault, qui a rendu les bottes de sept lieues très populaires (Le Petit Poucet, 1697), s’inscrit dans la tradition de contes merveilleux où, selon l’époque et la latitude, apparaissent des sandales, des babouches ou des souliers de vitesse qui métamorphosent le héros qui les chausse en un messager des rois ou des dieux. Cette tradition est déjà présente dans la mythologie grecque.

37 Vt nostra Europa faciat altum passum (fol. 44r).

38 [Europa] semper in actu ambulandi nullam eligit sedem in terris (fol. 83v).

39 Ego Papiensis Europa nomine Opicinus (fol. 67v).

40 Ex corpore meo testificor dispositionem Europe (fol. 32v).

41 Ventrem pregnantem minori mundo fetuum geminorum cum trunco Asie (fol. 36r).

42 Minores Europa et Affrica cum parte Asie genite de semine diabolici maris adhuc in utero matris (fol. 34r).

43 Papia disposita in genitalibus filie, sicut fidelis Venetia in genitalibus matris (fol. 13v)

44 Diabolicum semen [...] diuidit filium hominis in minores Affricam et Europam cum aliquo trunco sterilis Asie (fol. 47r).

45 Ecce quod in isto uentre gignitur alius dimidius mundus a Perside usque ad occeanum occidentis. Ecce quantas angustias et pressuras maior Europa patitur in utero suo, in quo habetur diabolicum minus mare quasi mediator filiarum huius uentris (fol. 34r).

46 Voir P 20 Palatinus, fol. 11r, année 1304 : Pueriliter cum sorore me minore exprobrando ludebam.

47 « L’ennemi qu’est l’homme charnel et ancien, père du mensonge, est personnifié par la mer diabolique » (Inimicus homo carnalis et uetus pater mendacii est similis diabolico mari : fol. 47r).

48 Ecce quod ab utraque parte alterutro modo diabolus iudicatur [...]. Vnus idemque diabolus est, qui per similitudines partium satagit christianum populum deuorare (fol. 33r).

49 Impia enim diues secedit ad austrum incendii, que tamen in torrida plaga se munit et farcit multiplici et superflua tunica (fol. 70r).

50 Vbera, id est tete (quasi Thetis, mater Achillis). Cette note montre le goût immodéré d’Opicinus pour les jeux de mots, notamment quand ils ont un caractère sexuel.

51 Les expressions et les figures concernant l’Europe et l’Afrique ont un caractère fréquemment antithétique, ce qui est dans la logique du délire manichéen.

52 Lombardia autem partialis, diuisa per minores Europam et Affricam (fol.23r).

53 Omnia gesta et mores minoris Affrice sunt significantes in malum (fol.3r).

54 Maior Europa pregnans parit minorem Affricam per lateralem I(i)anuam uio-lenter, quam sequitur minor Europa.

55 Texte latin et traduction :voir Laharie Muriel, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6435, op. cit., t. 2, p. 822-831. Commentaire approfondi : voir Roux Guy, Opicinus de Canistris (1296 – 1352), prêtre, pape et Christ ressuscité,op. cit.,p.303-363.

56 « Dans la poitrine par excellence, l’âme de la chrétienté tout entière, telle une épouse unique, et le véritable Christ invisible, véritable époux grâce à la foi qui a pris forme, se rassasient mutuellement » (In uno pectore anima totius christianitatis, quasi unica sponsa, et inuisibilis uerus Christus, per fidem formatam uerus sponsus, mutuo saciantur : fol. 5r).

57 Papa presens sacramentalis in toto est etiam papa spiritualis [...]. Partim non in toto sum papa sacramentalis super parrochiam meam ; et in toto [...] me credo esse papam spiritualem super aduersarium meum. Quand la référence des citations n’est pas précisée, c’est qu’il s’agit de la carte V 25.

58 Papa stupor mundi.

59 Ecce largitas maiestatis nomen persone diuidit inter omnes, sicut Christus corpus et sanguinem suum.

60 Tu solus mundo quasi Sol.

61 Perfectio spiritualis significatur per Solem (fol. 36v).

62 Homo intellectualis et spiritualis est Asia (fol. 80r).

63 Asia igitur (id est totius perfectionis Ecclesia) est caritas (fol. 72r).

64 Il s’agit du cap Kanastreo, au sud-est de Salonique. Opicinus fait un jeu de mots Canistrum/Canistris ; la disqualification de la famille d’Opicinus est fréquente dans le Vaticanus.

65 Ecce prostratio T(t)empli dominici, cuius flumina conuertuntur in sanguinem corruptibilem. Ecce quot scissure, quanta dispersio membrorum et ossium.

66 Europa habens naturam exterius corporalem corruptam (fol. 48r).

67 Vermem conscientie semper corrodentem animam concupiscibilem (fol. 60v).

68 Europa corpore mouetur et ambulat et corde quiescit ; Affrica uero corpore quiescit et sedet et mente uagatur (V 12, fol. 68v).

69 Mediterraneum mare non potest formari in aliud nisi in diabolicum mare (fol. 83v).

70 Voir Laharie Muriel, « Une cartographie “à la folie” : le journal d’Opicinus de Canistris », op. cit., p. 374.

Table des illustrations

Légende Opicinus de Canistris, carte V 6.Biblioteca apostolica vaticana, Vat. latinus 6435, fol. 53v.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Opicinus de Canistris, carte V 25.Biblioteca apostolica vaticana, Vat. latinus 6435, fol. 79v.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Université de Pau et des Pays de l’Adour

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540