Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

 | 
Henri Bresc
, 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Géographie savante, géographie symbolique

Al-Idrīsī : un complément d’enquête biographique

Annliese Nef

Texte intégral

  • 1 Le xixe siècle est en effet marqué par la traduction de la Nuzhat al-mushtaq fikhtirāq al-afāq en (...)
  • 2 Ainsi l’idée que l’ouvrage d’al-Idrīsī fut terminé en 1154 a la vie dure, même si on a définitivem (...)

1On pourrait penser que tout a été dit sur le célèbre géographe al-Idrīsī depuis la fin du xixe siècle1, mais tel est loin d’être le cas, d’autant que la biographie d’al-Idrīsī est l’une des plus résistantes à l’apport d’informations nouvelles. Certains éléments, publiés depuis parfois trois décennies, continuent de ne pas être pris en compte par les chercheurs, sans même évoquer les ouvrages de vulgarisation, complètement étanches de ce point de vue, ce qui ne laisse pas d’étonner2.

2En effet, si la réputation d’al-Idrīsī comme géographe arabo-musulman n’est plus à faire, sa vie est très mal connue, ce qui rend difficile l’établissement de ses différentes phases. Nous nous arrêterons donc à nouveau ici sur al-Idrīsī avant al-Idrīsī, c’est-à-dire avant la célèbre date de 1154, censée être celle de la fin de la rédaction de sa géographie, une date aussi connue que problématique, en avançant de nouveaux arguments en faveur d’origines siciliennes d’al-Idrīsī. Sa biographie après cette date sera revue à la lumière de nouvelles hypothèses concernant sa production sicilienne postérieure.

Al-Idrīsī avant al-Idrīsī : retour sur les origines du géographe

  • 3 Amara Allaoua et Nef Annliese : « Al-Idrīsī et les Ḥammūdides de Sicile : nouvelles données biogra (...)

3En 2001, Allaoua Amara a découvert une notice d’al- Ṣafadī concernant al-Idrīsī qui était jusque-là passée inaperçue car elle était consacrée à l’arrière grand-père de ce dernier, membre de la dynastie idriside, Idrīs b. Yaḥya b. ‘Alī b. Ḥammūd, éphémère seigneur de Malaga, et non à l’auteur lui-même. Les informations qu’elle contenait étaient très nouvelles et nous l’avons commentée dans un article commun3, mais nos hypothèses ont été récemment critiquées et il apparaît nécessaire de reprendre le dossier de la biographie d’al-Idrīsī.

  • 4 Ne sont pas mentionnées celles qui citent simplement al-Idrīsī ou ses ouvrages, mais seulement cel (...)

4Commençons par énumérer les sources qui permettant d’établir la biographie d’al-Idrīsī, ne serait-ce que pour rappeler à quel point elles sont peu nombreuses4 :

  • Al-Iṣfāhānī (1125-1201), dans sa Kharīdat al-qaṣr, s’inspire pour sa notice d’Ibn Bishrūn qu’il cite nommément5. Ce dernier, contemporain d’al-Idrīsī, a évolué en Sicile et en Ifrīqiya et est mort avant 1166.
  • Ibn Abī Uṣaybi‘a (1194-1270), dans son Kitāb ‘uyūn al-anbā’ fī ṭabaqāt al-aṭibbā’, évoque al-Idrīsī botaniste.
  • Ibn Sa’īd al-Maġribī (1213-1286), dans son Kitāb al-muġrib fī ḥulā al-Maġrib, précise simplement qu’al-Idrīsī a beaucoup voyagé6.
  • Al- Ṣafadī (1297-1362), notre source principale, dans al-Wāf2 bi-l-wafāyāt7.
  • Ibn Khaldūn (1332-1406) évoque al-Idrīsī dans sa Muqaddima. Il n’en dit quasiment rien sauf qu’il se retrouva en Sicile en raison du départ de son ancêtre de Malaga pour la Sicile8.
  • Léon l’Africain, De Viris illustribus apud Arabes, dernière source de la période médiévale, si tant est qu’elle s’y rattache encore (1485-1554)9.

5Il y a donc essentiellement trois auteurs qui fournissent à l’heure actuelle des détails sur la vie d’al-Idrīsī : al-Iṣfāhānī, al-Ṣafadī et Léon l’Africain.

  • 10 « Natus est civitatis Massare in Cicilia ».

6Le premier problème concerne le lieu de naissance du géographe. Aucun des trois auteurs évoqués ne précise la date de naissance du géographe et un seul livre son lieu de naissance. Léon l’Africain mentionne en effet la ville de Mazara en Sicile10. La difficulté est que la notice fournie par ce dernier est tout sauf fiable : il fait par exemple mourir al-Idrīsī avant la date mentionnée dans l’introduction de la géographie (et d’autres qui parsèment le texte). Toutefois, cette indication sur la ville natale d’al-Idrīsī pourrait se concilier avec ce qu’avance al-Ṣafadī, l’auteur sans conteste le plus prolixe à propos d’al-Idrīsī avant al-Idrīsī.

  • 11 Wasserstein, David J., The Caliphate in the West. An Islamic Political Institution in the Iberian (...)
  • 12 « ...et finalement la dynastie ḥammūdide disparut. [...]. Parmi eux, Muḥammad b.‘Abd Allāh fils d’ (...)

7Le passage d’al-Ṣafadī sur les Ḥammūdides mis au jour par Allaoua Amara jette une lumière indirecte sur la vie d’al-Idrīsī. Il ne contredit en rien les autres textes du même auteur sur al-Idrīsī ou sur le roi Roger, auxquels il consacre également des biographies. Le principal apport d’al-Ṣafadī consiste à préciser le lien entre le géographe et les Ḥammūdides, une dynastie d’origine idriside qui passa du Maghreb à la péninsule Ibérique au moment des royaumes de Taifas et dont différentes branches régnèrent sur une série de villes d’al-Andalus (y compris Cordoue), affirmant épisodiquement des prétentions califales11. Il précise ainsi que l’un des descendants de la branche ḥammūdide de Malaga gagna la Sicile lorsque le Ṣanhāja qui était alors à la tête de Grenade s’empara de cette ville, en 1057. Ce Ḥammūdide, Muḥammad b. ‘Abd Allāh, était, selon al-Ṣafadī, le père d’al-Idrīsī. Il aurait bénéficié des largesses des Hauteville, avant que son fils ne fasse de même auprès de Roger II12. Un tel élément pourrait suggérer une naissance sicilienne d’al-Idrīsī, sur la terre d’exil de son père.

  • 13 Johns Jeremy, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Dīwān, Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 14 C’est le cas d’Abū-l-Qāsim Ḥammūd, chanté par Ibn Qalāqis. Cf. De Simone Adalgisa, Splendori e Mis (...)

8Rappelons que la présence de membres de la dynastie ḥammūdide est bien attestée dans la Sicile du xiie siècle et ce point n’est pas remis en cause par Jeremy Johns qui critique notre hypothèse sur un autre point13. Un lignage s’y rattachant et dont l’origine, il est vrai, n’est pas claire, est ainsi attesté à Trapani à la fin du xiie siècle ; certains de ses représentants ont été célébrés dans des textes composés en Sicile14.

  • 15 Nous remercions J.-Ch. Ducène d’avoir attiré notre attention sur ce point qu’il mentionne dans son (...)
  • 16 À propos de Roger II, al-Ṣafadī écrit : Wa-huwa al-ladhī istaqdama al-sharīf al-Idrīsī [...] min a (...)

9Deux éléments semblent s’opposer à l’hypothèse d’une naissance sicilienne d’al-Idrīsī. Le premier est que dans son ouvrage de pharmacopée, dont nous reparlerons, le géographe se réfère au Sharq al-Andalus en utilisant les expressions ‘inda-nā (« chez nous ») ou fī bilādi-nā (« dans notre pays »)15. Néanmoins, cette désignation générale peut tout aussi bien renvoyer à la « terres des Ḥammūdides » ; le Sharq al-Andalus est indubitablement la région que cette dynastie a dû fuir et ce peut être là une manière de la revendiquer. Le second réside dans une assertion d’al-Ṣafadī qui affirme dans la biographie de Roger que celui-ci fit venir le géographe de la ‘udwa, c’est-à-dire de « la rive opposée16 ». Cette expression a généralement été comprise comme renvoyant à la côte du Maghreb, ce qui n’est pas nécessairement antithétique avec l’hypothèse d’un al-Idrīsī sicilien, si l’on suppose que sa famille a quitté l’île sous les Hauteville avant que lui-même n’y revienne pour servir Roger, un départ que ne suggère toutefois pas le texte d’al-Ṣafadī. On peut également supposer qu’après une naissance sicilienne, al-Idrīsī se forma au Maghreb, cette quête du savoir par le biais de la peregrinatio au sein du dār al-islām étant classique à l’époque.

  • 17 Johns Jeremy, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Dīwān, op. cit., note 101, p. 236. (...)
  • 18 Geoffroi Malaterra, De Rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae Comitis et Roberti Guiscardi duc (...)
  • 19 Jeremy Johns met en question l’idée que Chamutus soit un représentant des Ḥammūdides. Il est vrai (...)

10Une autre possibilité, que nous avions avancée en 2001, est que le terme ‘udwa renvoyait à la Calabre pour des raisons sur lesquelles nous allons revenir. Jeremy Johns s’y est opposé dans une note17. La raison pour laquelle nous avions, toutefois, évoqué la Calabre réside dans un passage de la chronique de Geoffroi Malaterra, le chantre de la conquête des Hauteville en Sicile. Il relate en effet qu’en 1086, Chamutus qui tenait Castrogiovanni18, localité importante du centre de la Sicile, se rendit au comte Roger, accepta de se convertir au christianisme et fut doté de terres près de Mileto, où il s’installa avec son épouse qui était sa cousine, ce qui exigea une dérogation ecclésiastique. Si ce Chamutus renvoie au Ḥammūdide de Malaga exilé en Sicile19, al-Idrīsī peut être née en Calabre, mais cette lecture n’était qu’une hypothèse et le demeure, en l’absence d’information supplémentaire.

  • 20 Al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafāyāt, vol. 1, éd. H. Ritter, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, « Bibliot (...)
  • 21 Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi (...)

11Si, sur ce point, un doute subsiste, en revanche, al-Idrīsī est probablement né et a grandi en Sicile – ou en Calabre, mais ce détail importe peu –, même si Roger II l’a peut-être fait venir du Maghreb après une parenthèse dans cette région au moment de la conquête de l’île par les Normands, puisqu’il est quasiment certain qu’une partie de sa formation s’y est déroulée. Nous voulons pour preuve du lien fort qui existait entre le géographe et la Sicile le passage suivant de la biographie d’al-Idrīsī par al-Ṣafadī : nashā’ Muḥammad hadhā fī aṣḥāb Rujār al-franjī ṣāḥib ṣāḥib Ṣiqilliyya20 c’est-à-dire : « Ce Muḥammad a grandi au milieu des proches de Roger le Franc, maître de la Sicile », comme le soulignait déjà en 1970, Giovanni Oman21, sans rencontrer le moindre écho dans la bibliographie postérieure.

  • 22 Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi (...)

12Ibn Khaldūn ne dit pas autre chose22 : il précise qu’al-Idrīsī écrit en Sicile parce qu’un de ses ancêtres y a immigré. Bien entendu, il est possible que ce faisant il se réfère à al-Ṣafadī, mais il n’y a pas d’autre version en concurrence avec celle-ci et, encore une fois, les sources siciliennes des xie-xiie siècle appuient cette lecture. D’autant qu’un autre élément converge avec ceux-ci.

  • 23 Johns Jeremy, « Arabic “June” (bruṭuyūn) and “July” (isṭiriyūn) in Norman Sicily », in Bulletin of (...)
  • 24 Caracausi Girolamo, Lessico Greco della Sicilia e dell’Italia meridionale (secoli x-xiv), Palerme, (...)
  • 25 Elle est mentionnée sous des titres divers : Kitāb al-jāmi’ al-ashtāt al-nabāt (Somme sur les diff (...)
  • 26 La version d’Istambul n’est pas datée et se présente comme un dictionnaire qui propose pour un ter (...)

13Ce lien fort entre al-Idrīsī et la Sicile que Jeremy Johns rejette semble néanmoins renforcé, dans une certaine mesure, par une de ses propres découverts concernant le texte de la Nuzhat. Il rapporte, en effet, dans un article23, que dans sa description du golfe de Saint-Malo, al-Idrīsī utilise pour désigner le mois de juillet le vocable isṭiriyūn qui se retrouve dans des documents en arabe de la chancellerie des Hauteville. Or, ce terme, tout comme celui qui renvoie au mois de juin, bruṭuyūn, est emprunté à une variante du grec médiéval. Leur utilisation est également attestée en Calabre, dans la région de Bova, comme l’a bien montré Girolamo Caracausi24. L’utilisation de ces deux mots par al-Idrīsī témoigne, si besoin en était, de ses connaissances linguistiques vastes, et reflète un intérêt plus large qui apparait également dans un ouvrage sur les simples25 où il fournit des équivalents de chaque nom de plante dans de nombreuses langues26. Toutefois, dans le cas qui nous intéresse, il est clairement influencé par une pratique locale qui ne peut naître de la seule fréquentation de scribes grecs à la cour palermitaine et qui suggère qu’al-Idrīsī avait une bonne connaissance des usages linguistiques de la Sicile et/ou des régions avoisinantes, telle la Calabre.

Al-Idrīsī, l’Ifrīqiya, l’ibadisme et les Ḥammādides

14Des études récentes ont également mis l’accent sur des éléments internes à la géographie d’al-Idrīsī qui ne sont pas sans suggérer des liens étroits avec le Maghreb et plus précisément avec sa partie orientale. Mais il n’est pas certain que ces indices affaiblissent l’hypothèse de liens étroits entre al-Idrīsī et la Sicile.

  • 27 Prévost Virginie, « Antījān, un toponyme ibaditechezal-Idrīsī », in Al-Andalus-Magreb, 14, 2007,p. (...)
  • 28 Ibid., p. 145.

15Un premier point, qui a récemment fait l’objet de renouvellements, concerne la présentation qu’al-Idrīsī fait de l’ibadisme ifrīqiyen.Virginie Prévost a montré qu’à plusieurs reprises al-Idrīsī fait preuve d’une connaissance surprenante de certains toponymes ou éléments berbères liés à l’ibadisme. Ainsi al-Idrīsī évoque Jerba, dans une description courte et relativement approximative, qui ne laisse pas d’étonner de la part d’un géographe qui écrit à la cour de Palerme, dans la mesure où les liens entre l’île ifrīqiyenne et la capitale de la Sicile sont intenses entre 1135, date de sa conquête par les Hautes villes qui contrôlent l’île jusqu’en 1153, date de la rébellion jerbienne. Toutefois, on y trouve un élément que seul al-Idrīsī mentionne : le toponyme d’Antījān27. Ce nom de lieu aujourd’hui disparu est exclusivement cité dans certaines sources ibadites, comme le lieu où se réunissait la ḥalqa, conseil religieux ibadite, de Jerba. Virginie Prévost a souligné à juste titre qu’il est relativement invraisemblable de supposer qu’al-Idrīsī a consulté les textes ibadites de son époque car ils faisaient l’objet d’une conservation jalouse de la part des adeptes de ce courant28.

16Faut-il penser qu’al-Idrīsī se rendit sur place, ce qui attesterait de ses séjours en Ifrīqiya ? Le flou général de la description suggère plutôt qu’il eut recours à un informateur oral, ailleurs au Maghreb ou même en Sicile.

  • 29 Prévost Virginie, « Zīzū, l’île mystérieuse d’al-Idrīsī », in Acta Orientalia belgica, 18, 2005, p (...)
  • 30 Prévost Virginie, « Une minorité religieuse vue par les géographes arabes : les ibadites du Sud tu (...)

17De même, Virginie Prévost a montré que les informations fournies par al-Idrīsī sur l’île de Zīzū, à localiser entre l’île de Jerba et Zuwwāġa sur la côte libyenne, reflètent là aussi une connaissance peu commune, au regard des traités de géographie antérieurs connus, mais approximative elle aussi, de cette région ibadite29. En outre, contrairement à la tradition géographique, en particulier al-Bakrī et ceux qui s’inspirent de lui, al-Idrīsī décrit avec précision et sans agressivité les Ibadites de Jerba30. Deux particularités qui, là encore, suggèrent une source d’information ibadite, difficile à localiser dans l’espace car elle pourrait avoir été sicilienne aussi bien qu’ifrīqiyenne, d’autant que l’importance des groupes ibadites en Sicile est loin d’être claire.

  • 31 Meouak Mohamed, « Fortifications, habitats et peuplement entre Bougie et la qal‘a des Banū Ḥammād. (...)
  • 32 Une partie de la dynastie fuit en Sicile après la prise de la capitale ḥammādide, la Qal‘a Banī Ḥa (...)

18Autre élément à verser au dossier : la bonne information d’al-Idrīsī concernant le domaine ḥammādide. Mohamed Meouak a ainsi avancé que le géographe fait également montre d’une connaissance rare et détaillée de l’itinéraire qui mène de la Qal‘a à Bougie31. Néanmoins, dans ce cas également, cet élément qui semble pointer en direction d’un lien étroit avec le Maghreb central, est ambigu. Il s’agit d’une autre région à propos de laquelle al-Idrīsī était susceptible de bénéficier d’informations de première main dans la capitale sicilienne puisqu’une partie de la dynastie ḥammādide se réfugia à la cour de Palerme devant l’avancée almohade32. Toutefois, l’auteur a pu se rendre sur place, en raison précisément des relations qui existaient entre cette dynastie maghrébine et les Hauteville, ce que pourrait suggérer un passage à la première personne contenu précisément dans cet itinéraire.

19La question des liens entre al-Idrīsī et la Sicile est donc loin de pouvoir être réglée définitivement dans un sens ou dans un autre, mais les seules informations disponibles suggèrent une naissance sicilienne du géographe, même si ses déplacements postérieurs sont difficiles à retracer. Les études récentes mettent notamment en avant ses relations probables avec l’Ifrīqiya, mais là non plus rien de définitif ne peut être avancé et les informations dispensées par le géographe pourraient aussi bien lui avoir été communiquées en Sicile. Il est vrai que les relations multiples entre ces deux régions, qui participent d’une même aire commerciale, culturelle et politique en dépit de leurs différences, ne permettent pas de trancher. Sans doute faudrait-il passer à nouveau en revue l’ensemble des informations fournies par al-Idrīsī concernant le Maghreb et al-Andalus pour déterminer si leur nature ou leur originalité permet de tirer des conclusions plus fines sur ce point.

20Pour poursuivre avec la biographie d’al-Idrīsī, soulignons que la fin de sa vie n’est guère mieux connue que son début, mais qu’elle aussi semble se dérouler au moins en partie en Sicile.

Al-Idrīsī après al-Idrīsī : la biographie du géographe après le Livre de Roger

  • 33 Il reprend de la sorte Rubinacci Roberto, « Eliminatio codicum e recensio della Introduzione al “L (...)

21La date de 1154 semble paralyser les esprits. Henri Bresc a pourtant insisté sur le fait qu’al-Idrīsī n’achève pas sa géographie en 1154, puisque l’ouvrage mentionne des dates postérieures à cette dernière. Giovanni Oman, de son côté, avait avancé quelques décennies plus tôt que cette date était celle du début de la rédaction33, mais cette datation est désormais devenue canonique : elle est considérée comme marquant l’achèvement de la géographie. Répétons donc que tel n’est pas le cas : il est probable qu’une première version inachevée fut élaborée avant la mort de Roger en 1154, mais que l’entreprise fut poursuivie et portée à terme sous Guillaume Ier.

  • 34 Sur ce traité, cf. note 22.

22D’autres œuvres sont attribuées à al-Idrīsī mais les rattacher à un contexte précis est encore plus problématique que pour sa célèbre géographie. Laissant de côté ici la question du traité sur les simples qui est attribué à al-Idrīsī et dont on connaît deux versions du xiiie siècle, fort dissemblables34, on s’arrêtera à l’autre traité de géographie attribué à cet auteur.

  • 35 Sezgin F. en a proposé une édition facsimile : al-Idrīsī, Uns al-muḥaj wa-rawḍ al-furaj (The Enter (...)
  • 36 Cf. note précédente.
  • 37 Pour un exemple, on verra la comparaison faite entre le deux textes par Virginie Prévost concernan (...)
  • 38 Pour un avis contraire à ce qui n’est pour l’instant qu’une hypothèse à approfondir, on se reporte (...)

23Le cas du traité de géographie qui s’inspire du Kitāb al-Nuzhat, le Uns al-muḥaj wa-rawḍ al-furaj (« La distraction des cœurs et les prairies de la contemplation »), attribué à al-Idrīsī et également désigné sous le titre de « Petit Idrīsī », est complexe35. Il nous est parvenu à travers deux manuscrits de mauvaise qualité36. S’agit-il véritablement d’une composition d’al-Idrīsī ? Au-delà de sa brièveté par rapport à la Nuzhat, le contenu de l’Uns diffère de celui du « Livre de Roger » et ces variations substantielles ne peuvent manquer d’intriguer37 Ne s’agit-il pas plutôt d’un texte plus tardif qui s’appuie sur la Nuzhat et la synthétise, tout en en corrigeant certains points ? Seule une comparaison systématique des deux textes pourra faire la lumière sur leurs relations38.

  • 39 Sur ce point, on consultera l’introduction à al-Idrīsī, Los caminos de al-Andalus en el siglo xii, (...)

24La date de 1192 donnée pour son achèvement sur un des manuscrits stambouliotes39 semble exclure définitivement que l’ouvrage puisse être de notre géographe. Si l’on veut tout de même le considérer comme une œuvre d’al-Idrīsī, soulignons que son existence milite pour la poursuite de l’enquête sur la vie d’al-Idrīsī au-delà de la mort de Roger II…

  • 40 Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi (...)

25Ce dernier point se concilierait parfaitement avec une série d’informations qui indiquent qu’al-Idrīsī ne quitta pas l’île après la rédaction de la Nuzhat et qu’il continua d’y travailler pour la dynastie des Hauteville. En effet, si al-Iṣfahānī cite al-Idrīsī dans son œuvre, mi-dictionnaire de ṭabaqāt, mi-anthologie poétique, c’est parce que ce dernier avait également développé une activité dans ce domaine. L’auteur nous précise qu’il composa un ouvrage intitulé Rawḍ al-uns wa-nuzhat al-nafs (« Le jardin de l’amitié et le divertissement de l’âme ») pour Guillaume Ier, le fils de Roger II40, qui régna entre 1154 et 1166. Ceci, d’une part, suggère que le séjour d’al-Idrīsī en Sicile se prolongea effectivement, et, d’autre part, le titre renvoie à un contenu poétique. Il est également possible que la proximité de ce titre avec celui du « Petit Idrīsī » ait amené à attribuer à al-Idrīsī une deuxième géographie qui n’est peut-être pas la sienne.

  • 41 De Simone Adalgisa, « Un’ipotesi su al-Idrīsī geografo e poeta », in Azhar. Studi arabo-islamici i (...)
  • 42 La controverse oppose al-Sharīf al-Makīn, qu’Adalgisa de Simone propose d’identifier à al-Idrīsī, (...)
  • 43 Al-Iṣfahānī, Kharīdat al-qaṣr wa-jarīdat al-‘aṣr, éd. U. al-Dasūqī et A. ’Abd al-’Aẓīm, s. d., vol (...)

26Il s’agit donc du troisième volet de l’activité idrīsienne, après la géographie et la pharmacologie. Adalgisa De Simone a présenté al-Idrīsī aussi comme un poète, bon connaisseur de la production contemporaine, ce que l’on savait, mais elle a donné à ce troisième volet de son œuvre une dimension plus concrète41. Elle a en effet traduit des vers d’al-Idrīsī cités dans des anthologies et proposé d’identifier al-Idrīsī avec un polémiste auquel le poète égyptien Ibn Qalāqis a eu à faire en Sicile42. L’épisode qui les aurait mis aux prises se déroula entre 1168 et 1169. Il faut dire que cela irait à l’encontre de la date de décès du géographe habituellement retenue et placée vers 1165 pour une raison obscure. Un tel allongement de la vie d’al-Idrīsī serait conciliable avec la seule date précise avancée pour la mort d’al-Idrīsī, hormis celle de Léon l’Africain, inacceptable, une date que nous avions évoquée dans notre article de 2001 pour la première fois, en nous appuyant sur un passage d’al-Iṣfahānī, sans guère de succès : à savoir 571 H, c’est-à-dire 1175-117643.

Conclusions

27Quelles grandes lignes de la vie d’al-Idrīsī est-il donc possible de retracer ? L’arrivée de son père en Sicile est datée par al-Ṣafadī à la fin des années 1050. Admettons que l’exilé n’ait pas quitté al-Andalus immédiatement en 1057 et qu’en 1059 il ait eu 18 ans. S’il a donné naissance à al-Idrīsī à un âge relativement avancé, mettons 58 ans, en 1099 donc, al-Idrīsī a tout à fait pu mourir en 1175-76. Il est donc impératif de ne plus s’agripper aux dates, qu’aucune source n’établit définitivement, retenues jusqu’ici et de ne pas demeurer focalisé sur la géographie d’al-Idrīsī et la date de 1154.

28Deuxième point, si l’on accepte cette ouverture, ce serait moins le passage d’al-Idrīsī à un mécénat chrétien que les conditions de sa naissance et de son éducation, en partie siciliennes, qui expliqueraient le relatif silence des sources en langue arabe sur le géographe.

29Enfin, on peut se demander pourquoi il est si important d’identifier à défaut de l’origine exacte du géographe, l’aire régionale dans laquelle il a évolué. Outre que l’image, encore floue certes, qui se dégage peu à peu, tend à complexifier quelque peu le personnage, elle oblige également à nuancer la logique des allégeances et des relations entre les entités politiques de la Méditerranée centrale, l’idée que nous avons de la société sicilienne et du mécénat des Hauteville. Une telle enquête, loin d’être motivée par la volonté d’assigner une « identité » quelconque à al-Idrīsī, vise à contextualiser, d’un point de vue culturel et intellectuel, son œuvre. Ce point n’est certes pas indifférent lorsque l’on considère les transformations profondes qu’il a apportées à la géographie islamique…

Notes

1 Le xixe siècle est en effet marqué par la traduction de la Nuzhat al-mushtaq fikhtirāq al-afāq en français sous le titre Géographie d’Edrisi (trad. Jaubert, P. A, Paris, Imprimerie Royale, « Recueil de voyages et de mémoires », vol. 5 et 6, 1836-1840) ; le xxe siècle voit une explosion des études partielles consacrées à ce texte et à son auteur. En témoignent l’article de l’Encyclopédie de l’Islam consacré à al-Idrīsī par G. Oman, mais aussi ses nombreux articles : Oman Giovanni, « Notizie sul geografo arabo al-Idrīsī (xii sec) e le sue opere », in Annali dell’istituto Universitario Orientale di Napoli, 11, 1961, p. 25-63 ; « Notizie sul geografo arabo al-Idrīs3 (xii sec) e le sue opere. Addenda », in Annali dell’istituto Universitario Orientale di Napoli, 12, 1962, p. 193-195 ; « Notizie sul geografo arabo al-Idrīsī (xii sec) e le sue opere. Addenda II », in Annali dell’istituto Universitario Orientale di Napoli, 16, 1966, p. 101-105 et « Notizie sul geografo arabo al-Idrīs3 (xii sec) e le sue opere. Addenda III », in Annali dell’istituto Universitario Orientale di Napoli, 19, 1969, p. 89-101.

2 Ainsi l’idée que l’ouvrage d’al-Idrīsī fut terminé en 1154 a la vie dure, même si on a définitivement démontré le contraire dans la préface de H. Bresc et A. Nef à Al-Idrīsī, La Première géographie de l’Occident, Paris, Flammarion, « Garnier Flammarion », 1999.

3 Amara Allaoua et Nef Annliese : « Al-Idrīsī et les Ḥammūdides de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’auteur du Livre de Roger », in Arabica, 67, 2000, p. 121-127.

4 Ne sont pas mentionnées celles qui citent simplement al-Idrīsī ou ses ouvrages, mais seulement celles qui contiennent une notice biographique. La plupart sont citées en arabe (et en latin pour Léon l’Africain) dans Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi al-Sharīf al-Idrīsī (vi-xii sec.) », in Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, 30 (20), 1970, p. 209-239.

5 Ibid., p. 226.

6 Ibid., p. 227-228.

7 Ibid., p. 229 et le nouveau passage découvert en 2001 : Al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafāyāt, vol. 8, Najm M.Y. (éd.), Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, « Bibliotheca islamica », 1971, p. 324-326 ; traduction dans Amara Allaoua et Nef Annliese : « Al-Idrīsī et les Ḥammūdides de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’auteur du Livre de Roger », op. Cit. p. 122.

8 Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi al-Sharīf al-Idrīsī (vi-xii sec.) », op. cit., p. 231.

9 Ibid., p. 232.

10 « Natus est civitatis Massare in Cicilia ».

11 Wasserstein, David J., The Caliphate in the West. An Islamic Political Institution in the Iberian Peninsula, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 50-97.

12 « ...et finalement la dynastie ḥammūdide disparut. [...]. Parmi eux, Muḥammad b.‘Abd Allāh fils d’al-‘Alī Idrīs, dont on parle ici, se rendit en Sicile. [...] À la même époque, Roger le Franc a conquis la Sicile et lorsqu’on lui a rapporté que Muḥammad b. ‘Abd Allāh était issu de la famille du prophète, il s’est montré généreux à son égard. Son fils, Muḥammad b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh, a vécu dans l’entourage de Roger. [...] » (Amara Allaoua et Nef Annliese : « Al-Idrīsī et les Ḥammūdides de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’auteur du Livre de Roger », op. cit., p. 122).

13 Johns Jeremy, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Dīwān, Cambridge, Cambridge University Press, « Cambridge Studies in Islamic Civilization », 2002, p. 234-239, note 101.

14 C’est le cas d’Abū-l-Qāsim Ḥammūd, chanté par Ibn Qalāqis. Cf. De Simone Adalgisa, Splendori e Misteri di Sicilia in un’opera di Ibn Qalāqis, Soveria Mannelli, Rubbettino, 1986.

15 Nous remercions J.-Ch. Ducène d’avoir attiré notre attention sur ce point qu’il mentionne dans son « Compte rendu de I. G. Konovalova, Al-Idrisi : au sujet des pays et des peuples de l’est de l’Europe, Moscou, 2006 (russe) », in Le Muséon. Revue d’études orientales, 122, fasc. 1-2, 2009, p. 237-241, p. 237.

16 À propos de Roger II, al-Ṣafadī écrit : Wa-huwa al-ladhī istaqdama al-sharīf al-Idrīsī [...] min al-‘udwa ilay-hi ; cf. Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi al-Sharīf al-Idrīsī (vi-xii sec.) », op. cit., p. 230.

17 Johns Jeremy, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Dīwān, op. cit., note 101, p. 236. Toutefois, l’auteur y renvoie à la biographie de Roger de Sicile par al-Ṣafadī, sans que le texte qu’il cite permette d’étayer son objection : « Clearly the hinterland of Mileto could not have been a centre for Muslim ahl al-‘ulūm al-falsafiyya [c’est-à-dire : « les spécialistes des sciences philosophiques »] in the mid-12th century » ([al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafāyāt, éd. S. Dedering, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, « Bibliotheca islamica », 1982], vol. 14, p. 105, l. 18) ; and it follows that the ‘udwa from which Roger summoned al-Idrīsī was patently not the ‘udwat al-Rūm, but rather the Ifrīqiyan coast ([al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt], vol. 14, p. 106, l. 1-2). Or, le premier passage mentionné par J. Johns est le suivant : kāna fīhi maḥabba li-ahl al-‘ulūm al-falsafiyya ; le « hi » renvoie à Roger II. Ce passage indique simplement donc que « [le roi] appréciait les savants et les philosophes » ; il n’y a pas de lien avec le vocable ‘udwa… Ainsi ce terme pourrait parfaitement renvoyer à la ‘udwat al-Rūm, c’est-à-dire la côte des Rūm ou des Byzantins.

18 Geoffroi Malaterra, De Rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae Comitis et Roberti Guiscardi ducis fratris eius, éd. E. Pontieri, Bologne, N. Zanichelli, « Rerum Italicarum Scriptores », 1927-1928, p. 88 : Chamut, cum uxore et liberis, christianus efficitur, hoc solo conventionis interposito, quod uxor sua, quae sibi quadam consanguinitatis linea conjungebatur, in posterum sibi non interdicetur. Chamut autem, inter suos ulterius commorari vel differens vel diffidens, ne comiti, quasi aliquam fallaciam miscens, suspectus fieret, vel minus crederetur, apud Calabriam, in provincia Melitana a comite terram suis usibus sufficientem expetit.

19 Jeremy Johns met en question l’idée que Chamutus soit un représentant des Ḥammūdides. Il est vrai que le nom Ḥammūd n’est pas porté que par des représentants de ce lignage. Toutefois, au-delà de la présence avérée des Ḥammūdides en Sicile, le personnage mentionné par Geoffroi est visiblement important et Roger considère qu’il mérite des égards particuliers, ce qui s’accorde avec l’origine prestigieuse de ce lignage. En outre, un passage du Kitāb al-‘Ibār d’Ibn Khaldūn souligne également le lien entre la Sicile et al-Idrīsī. Il avance en effet à propos de la Nuzhat : al-ladhī allafahu al-‘alawī al-Idrīsī al-Ḥammūdī li-malik Ṣiqilliyya min al-ifranj wa-huwa Rujār b. Rujār ‘indamā kāna nāzilan ‘alay-hi bi-Ṣiqilliyya ba’d khurūj Ṣiqilliyya min imārā Mālīqa, c’est-à-dire : « qui a été composée par le ’alide, al-Idrīsī, le Ḥammūdide pour le roi de Sicile, un Franc, Roger fils de Roger, quand il s’est installé auprès de lui en Sicile après l’exil en Sicile des émirs de Malaga » (Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibār, Beyrouth, 1967, 1, p. 91).

20 Al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafāyāt, vol. 1, éd. H. Ritter, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, « Bibliotheca islamica », 1931, p. 163-164.

21 Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi al-Sharīf al-Idrīsī (vi-xii sec.) », op. cit., p. 219. Cet article fondamental n’est pas remplacé par l’introduction de Hadj-Sadok Muhammad à sa traduction des passages d’al-Idrīsī qui se rapportent au Maghreb : Al-Idrīsī, Le Magrib au xiie siècle après J.-C. (vie siècle de l’Hégire), Hadj-Sadok Muhammad (éd. et trad.), Paris, Publisud, 1983.

22 Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi al-Sharīf al-Idrīsī (vi-xii sec.) », op. cit., p. 231 ; pour le texte, cf. supra, note 19.

23 Johns Jeremy, « Arabic “June” (bruṭuyūn) and “July” (isṭiriyūn) in Norman Sicily », in Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 64, 2001, p. 99-100.

24 Caracausi Girolamo, Lessico Greco della Sicilia e dell’Italia meridionale (secoli x-xiv), Palerme, Centro di Studi filologici e linguistici siciliani, « Lessici siciliani », 6, 1990, p. 485 et 590.

25 Elle est mentionnée sous des titres divers : Kitāb al-jāmi’ al-ashtāt al-nabāt (Somme sur les différentes plantes), Kitāb al-mufradāt (Le livre des simples) et Kitāb al-adwiya al-mufradāt (Le livre des remèdes simples), deux manuscrits inédits sont conservés à la bibliothèque Fatih d’Istambul et à la Kitābkhāna-i majlis-i Sanā de Téhéran. F. Sezgin en a proposé avec d’autres une reproduction facsimilé sous le titre Kitāb al-jāmi’ li- ṣifāt ashtāt al-nabāt wa-durūb anwā’ al-mufradāt (Compendium of the Properties of Diverse Plants and Various Kinds of Simple Drugs), éd. F. Sezgin, Francfort, Institut für Geschichte der Arabisch-Islamischen Wissenschaften, « Islamic Medicine », vol. 1-3, 1995.

26 La version d’Istambul n’est pas datée et se présente comme un dictionnaire qui propose pour un terme jusqu’à douze équivalents dans des langues diverses (latin, grec, syriaque, hindiyya, turc, persan, kurde et berbère en particulier) ; cf.Meyerhof Max,« Ueber die Pharmakologie und Botanik de sarabischen Geographen Edrisi », in Archiv für Geschichte der Mathematik, der Naturwissenschaften und der Technik,12,1930, p.45-53 et 225-236.La seconde version est datée de 1283 et a été copiée à Māġa, elle ne fournit pas les équivalents dans les différentes langues mais précise les sources de l’auteur, ce qui n’est pas le cas du manuscritd’Istambul.

27 Prévost Virginie, « Antījān, un toponyme ibaditechezal-Idrīsī », in Al-Andalus-Magreb, 14, 2007,p.139-147, spéc.p.142

28 Ibid., p. 145.

29 Prévost Virginie, « Zīzū, l’île mystérieuse d’al-Idrīsī », in Acta Orientalia belgica, 18, 2005, p. 323-338.

30 Prévost Virginie, « Une minorité religieuse vue par les géographes arabes : les ibadites du Sud tunisien », in Acta orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae, 59/2, 2006, p. 193-204.

31 Meouak Mohamed, « Fortifications, habitats et peuplement entre Bougie et la qal‘a des Banū Ḥammād. Les données du géographe al-Idrīsī (c. 493/1100-c. 560/1165) », in Mélanges de la Casa de Velazquez. Nouvelle série, 36/1, 2006, p. 173-193.

32 Une partie de la dynastie fuit en Sicile après la prise de la capitale ḥammādide, la Qal‘a Banī Ḥammād, par les Almohades en 1152. Al-Ḥārith et ‘Abd Allāh auraient ainsi quitté l’Ifrīqiya en 1152 et al-Ḥarīth, qui tenait Bône avant sa fuite, aurait ensuite été rétabli à la tête de la ville par Roger, avant d’être défait et exécuté par les Almohades. Cf. Al-Nuwayrī, Nihāyat al-‘arab, Naṣṣār H. et Al-Ahwānī (éd.), A. A., Le Caire, Al-Hay’a al-Miṣriyya al-‘āmma li-l-kitāb, 1983, vol. 24, p. 303 ; cf. aussi Ibn Al-Athīr, Kāmil al-tawārikh, version arabe dans Amari Michele, éd., Biblioteca arabo-sicula, éd. revue par U. Rizzitano, Palerme, Accademia Nazionale di Scienze, lettere e arti di Palermo, « Edizione nazionale delle opere di Michele Amari – Serie arabistica », 1988, vol. 1, p. 336-337 et version italienne dans Id., éd., Biblioteca arabo-sicula, Rome-Turin, 1880-1881, rééd. Catane, 1982, 1, p. 477-478 et Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar, dans Amari Michele (éd.), Biblioteca arabo-sicula, version it., 2, p. 211 et version ar., 2, p. 542-543.

33 Il reprend de la sorte Rubinacci Roberto, « Eliminatio codicum e recensio della Introduzione al “Libro di Ruggero” », in Studi Magrebini, n° 1, 1966, p. 1-40.

34 Sur ce traité, cf. note 22.

35 Sezgin F. en a proposé une édition facsimile : al-Idrīsī, Uns al-muḥaj wa-rawḍ al-furaj (The Entertainment of Hearts, and Meadows of Contemplation), Sezgin F. (éd.), Francfort, Institut für Geschichte der Arabisch-Islamischen Wissenschaften, « Islamic geography », 1984, à partir de deux manuscrits (Hekimoglu n° 688 et Ḥasan Ḥusnī, n° 1289) qui datent respectivement et hypothétiquement du xive siècle et du xvie siècle. Un troisième manuscrit serait parvenu d’Alep à Londres avant la publication du travail de F. Sezgin. La partie concernant al-Andalus a été éditée : al-Idrīsī, Los caminos de al-Andalus en el siglo xii, Mizal J. A. (éd. et trad.), Madrid, C.S.I.C.-Instituto de filologia, 1989. On dispose également d’une édition de la partie concernant le Maghreb et le Bilād al-Sūdān : al-Idrīsī, Uns al-muḥaj wa-rawḍ al-furaj : qism shamāl al-Ifrīqiya wa-l-Bilād al-Sūdān, éd. Nūḥī al-Wāfī, Rabat, al-Mamlaka al-Maġribiyya : Wizārat al-Awqāf wa-l-Sh’ūn al-Isāmīya, 2007. On verra pour l’Europe centrale : Ducene Jean-Charles, « Poland and the Central Europe in the Uns al-muḥaj by al-Idrīsī », in Rocznik Orientalistyczny, 61, fasc. 2, 2008, p. 5-30 ; enfin, Jean-Charles Ducène prépare une édition et une traduction française de cet ouvrage qui devrait paraître bientôt.

36 Cf. note précédente.

37 Pour un exemple, on verra la comparaison faite entre le deux textes par Virginie Prévost concernant le Sud tunisien : Prevost Virginie, « Les itinéraires d’al-Idrīsī dans le Sud tunisien : deux versions bien différentes », in Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 157/2, 2007, p. 353-365.

38 Pour un avis contraire à ce qui n’est pour l’instant qu’une hypothèse à approfondir, on se reportera aux travaux de J.-C. Ducène, qui ne nie pas ces différences, mais pour qui al-Idrīsī aurait complété le texte et modifié les cartes de la Nuzhat dans le Uns al-muḥaj, cf. Ducene Jean-Charles, « Poland and the Central Europe in the Uns al-muḥaj by al-Idrīsī », op. cit., p. 17.

39 Sur ce point, on consultera l’introduction à al-Idrīsī, Los caminos de al-Andalus en el siglo xii, op. cit, p. 27.

40 Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi al-Sharīf al-Idrīsī (vi-xii sec.) », op. cit., p. 226.

41 De Simone Adalgisa, « Un’ipotesi su al-Idrīsī geografo e poeta », in Azhar. Studi arabo-islamici in memoria di Umberto Rizzitano (1913-1980), Pellitteri Antonino et Montaina Giovanni (dir.), Palerme, Facoltà di lettere e filosofia dell’Università di Palermo, « Studi e Ricerche », 23, 1995, p. 111-123.

42 La controverse oppose al-Sharīf al-Makīn, qu’Adalgisa de Simone propose d’identifier à al-Idrīsī, et Ibn Qalāqis : il s’agit de déterminer si un mot utilisé dans une poésie d’Ibn al-Labbāna (m. 1 113) doit être lu ‘alaq ou ‘ulaq.

43 Al-Iṣfahānī, Kharīdat al-qaṣr wa-jarīdat al-‘aṣr, éd. U. al-Dasūqī et A. ’Abd al-’Aẓīm, s. d., vol. 4, p. 163. Cf. Amara Allaoua et Nef Annliese, « Al-Idrīsī et les Iammūdides de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’auteur du Livre de Roger », op. cit., p. 125.

Auteur

Université Paris 4-Sorbonne

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540