Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

 | 
Henri Bresc
, 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Géographie savante, géographie symbolique

Archives du voyage

Henri Bresc

Texte intégral

  • 1 Gautier Dalché Patrick (« Situs orbis terre vel regionis. Un traité de géographie inédit du haut M (...)
  • 2 Respectivement dans le De Canaria, vers 1341, et dans le De vita solitaria, II, 11, chap. 17 (1346 (...)
  • 3 Poggio Bracciolini, De varietate fortunæ, IV, rédigeant en 1448-1449 pour Eugène IV le récit de Ni (...)
  • 4 Annales omnium temporum, ms inédit (Palerme, Biblioteca Comunale, 3QqC 54), étudié par Trasselli C (...)
  • 5 Deluz Christiane, « Le cosmographe et le voyageur, de l’indifférence à la rencontre », in Les Voya (...)

1Tandis que dans l’orient arabe, la géographie conserve à travers tout notre Moyen Âge une place essentielle dans l’exposé des savoirs, en Occident, la description raisonnée du monde est passée au service d’une cosmographie symbolique à finalité religieuse, partageant avec elle les « mappemondes1 ». La géographie s’y est réduite à un cadre, une nomenclature, pauvre de descriptions, sans chair, destinée à assurer l’intelligibilité du monde. Les informations tirées des pèlerinages et des voyages contemporains s’intègrent cependant très tôt dans le réveil d’un discours géographique, en même temps que se multiplient les récits des voyageurs, bien avant que les humanistes se fassent les descripteurs de mondes que d’autres ont parcourus ou découverts, Boccace et Pétrarque pour les Canaries2, puis le Pogge3 et le Palermitain Pietro Ransano4 pour l’Inde et l’Éthiopie, avant que l’humaniste lui-même, Pietro Martire d’Anghiera, aille faire le voyage et la description de l’Égypte. Le changement est dû d’abord à la multiplication des voyages et l’attitude philosophique nouvelle des savants, attentifs aux lieux, au particulier, puis attachés à l’expérience5.

  • 6 Opus Majus, IVe partie, chap. XVI, p. 286-376 ; cf. Guéret-Laferté Michèle, « Le voyageur et le gé (...)

2Le problème se pose des modes d’insertion de ces informations. Les savants universitaires, Vincent de Beauvais, Roger Bacon et Pietro d’Abano ont intégré des savoirs apportés par les missionnaires dominicains et franciscains, dans des ouvrages dont la destination géographique n’était pas bien définie. Roger Bacon consacre un chapitre de l’Opus majus à une géographie systématique, pays par pays, de l’Orient, de l’Inde à l’Anatolie ; après une introduction sur les climats, il y intègre la documentation de Guillaume de Rubrouck et de Jean de Plancarpin6.

  • 7 Idrîsî, La Première géographie de l’Occident, Bresc Henri et Nef Annliese (prés.), Paris, Garnier (...)

3J’ai choisi trois auteurs, qui éclairent trois moments et trois méthodes : le premier al-Idrîsî, géographe sicilien qui, de 1154 à 1158, écrit en arabe à Palerme un ouvrage préparé en étroite collaboration avec le roi Roger II, accumulant des données anciennes, assurées et donc rarement corrigées, et aussi une documentation nouvelle. Il l’a obtenue d’une grande variété d’informateurs, en particulier de « missionnaires » envoyés en Europe par la Cour de Palerme, véritables espions géographiques et qu’il a exposée selon la méthode ancienne des itinéraires, manifestant à l’égard de la royauté sicilienne autonomie intellectuelle et capacité de critique7.

  • 8 Gervais de Tilbury, Otia imperialia : recreation for an emperor, Banks Shelagh E. et Binns James W (...)

4Le second auteur, le Normand d’Angleterre Gervais de Tilbury, adresse en 1214-1215 les Otia imperialia (Divertissements impériaux) à l’empereur guelfe Otton de Brunswick, proche de la défaite8 ; l’ouvrage permet de reconstruire sa biographie intellectuelle : il est parti de Grande-Bretagne un peu avant 1175. Après un séjour à Reims (1176-1180) et un passage au service du roi Henri le Jeune, mort en 1183, ses pérégrinations d’étudiant, puis de juriste et de juge, l’ont conduit en Italie, d’abord à Bologne où il est fait « maître », puis en Sicile. En 1189, à la mort de Guillaume II, Gervais se rend en Provence, où il est juge de l’archevêque d’Arles Humbert d’Eyguières, puis maréchal du royaume d’Arles. Il s’y marie avec une parente de l’archevêque et entre ainsi dans la parentèle d’une noblesse de haut rang.

  • 9 Ludolph de Suchem, De Itinere Terræ sanctæ, Deycks Ferdinand (éd.), Stuttgart, 1851 ; aucun appara (...)

5Le troisième auteur, le clerc Ludolph Clipeator, curé de Sudheim, dans l’évêché de Paderborn, voyage le long des côtes méditerranéennes de 1336 à 1341, partageant la vie des nobles ; son récit, rédigé en 1342, réunit des observations personnelles, celles que contiennent les écrits de ses prédécesseurs, en particulier Boldensele, et des témoignages d’hommes de confiance. Il le dédie à l’évêque de Paderborn9.

  • 10 Neumann Guillaume Antoine [O. Carm.], « Ludolphus de Sudheim, De itinere Terræ Sanctæ », in Archiv (...)

6Ces auteurs s’inscrivent dans trois cultures et présentent trois projets. Le premier assume et dépasse l’héritage des géographes arabes dans une perspective de renouvellement intellectuel, qui n’est pas sans relations avec la méthode nouvelle des universitaires de Chartres et d’Oxford. Le second offre à Otton de Brunswick une encyclopédie complexe en triptyque : une première partie, Distinctio prima, fait en 24 chapitres la synthèse de la cosmographie chrétienne des origines du monde au déluge. La seconde Distinctio présente une Mappamundi, description du monde en douze chapitres et histoire des Empires en huit, et conclut par un XXIIe chapitre consacré à la Terre sainte. La troisième distinctio se compose de 130 courts chapitres qui présentent pour l’essentiel des faits curieux, capables de susciter la réflexion sur de grands thèmes philosophiques. L’ensemble s’insère dans une tradition encyclopédique, qui fait de la description du monde la servante d’une cosmographie chrétienne et sa géographie permet de localiser les « merveilles » qui exciteront la curiosité du lecteur. Le troisième inscrit son récit dans un itinéraire, première ébauche d’une géographie systématique de la Méditerranée et qui comprend déjà huit chapitres de synthèse : « Routes », « Mer Méditerranée », « Périls de la mer », « Coups de vents », « Tourbillons », « Dangers des poissons », « Poissons », « Migration des oiseaux » (de 3 à 11), mais une version de son œuvre, plus scientifique et élaborée plus tard, débouche sur une description physique et ethnographique de la Syrie : l’itinéraire y est réduit à quatre brefs chapitres introductifs, « Routes », « Rhodes », « Sicile », « Chypre » ; la Première partie, en dix-sept chapitres, est une description de l’Orient, Syrie, Égypte et Palestine, tandis que la Seconde partie, en neuf chapitres, « Montagnes », « Populations », « Vêtements », « Fruits », « Évêques », « Sectes chrétiennes », « Juifs », « Musulmans », « Mort de Mahomet », réunit les informations dispersées dans la première version10.

7Une problématique commune se dessine : comment des auteurs ont-ils fait entrer l’observation personnelle ou indirecte, le fruit du voyage personnel ou effectué par délégation, par mission, ou encore le témoignage du voyage d’un autre, dans un plan général d’ouvrage qui n’est ni récit de voyage, ni autobiographie. Nous apercevons aussitôt une différence : l’absence dans l’ouvrage d’al-Idrîsî des « facéties », des faits remarquables qui excitent la curiosité, suscitent la réflexion scientifique et religieuse et enrichissent les Otia et l’Itinéraire de Ludolph. Le riche héritage des géographes arabes a été soigneusement, sinon intégralement, dépouillé des ‘ajâ’ib, des « merveilles », repoussées dans l’univers des marges. Nous partirons donc des héritages qu’assument ces auteurs et des initiatives qu’ils prennent, pour envisager ensuite le matériel qu’ils ont recueilli et publié, et enfin les méthodes d’exposition pour finir par une étude plus précise de leur réélaboration par Ludolph, qui révèle les nouvelles tendances intellectuelles.

Héritage et innovation

8Il nous faut d’abord opposer al-Idrîsî, encombré de documentation et forcé de sélectionner, et Gervais, enfermé dans la tradition qui remonte à Isidore de Séville, à Ludolph, beaucoup plus libre, faute de grande œuvre qui le domine.

La transmission

  • 11 Cf. Ibn Hawqal qui énumère, chacun avec sa carte, le domaine des Arabes, la mer de Perse, le Maghr (...)
  • 12 Ptolémée, Orose, Ibn Khurradâdhbih (vers 885), Ya’qûbî (vers 890), Jayhânî (vers 920-942), Qudâma (...)
  • 13 Par exemple pour le quatrième compartiment du sixième climat (cité désormais VI, 4) pour Romanie, (...)
  • 14 En VI, 3, Bohème, Hongrie, Pologne, Saxe ; en VI, 8, Pays fétide, Simrîqî et Sîsîan.
  • 15 Les localités de l’Abyssinie paraissent successivement aux chapitres I, 4, 5 et 6 ; celles de Cala (...)
  • 16 Dubler Cesar, « Idrisiana Hispanica I. Probables itinerarios de Idrîsî por al-Andalus », in Al-And (...)

9Héritier de la tradition et des livres, al-Idrîsî articule son œuvre sur les antiques itinéraires des masâlik wa l-mamâlik, « pays et itinéraires11 » et lui intègre des descriptions régionales comme celle de la Sibérie des Turcs Kîmâks. Là où l’information lui paraît sûre et où la vérification en serait trop difficile, car les régions sont trop lointaines, le géographe palermitain se fonde sur les douze ouvrages qui constituent la charpente de ces chapitres XII. Il reste d’ailleurs difficile d’identifier avec précision les emprunts12. Al-Idrîsî brise le classement par « pays » (mamlaka) pour le remplacer par une ordonnance purement géographique : ce sont des compartiments bornés par les parallèles qui suivent les limites des « climats » et par des méridiens dont les longitudes ne sont pas indiquées, mais peuvent se deviner à travers l’examen de la représentation cartographique qu’il trace de chacun des compartiments. Il revient ainsi à la méthode d’exposition d’al-Khwârizmî. Le géographe palermitain fait pour chaque chapitre, chaque compartiment, une introduction donnant la liste des principales localités, quelquefois des fleuves et des montagnes. Ces listes ne sont plus liées à la description d’un pays. Al-Idrîsî hésite d’ailleurs entre une liste globale des localités du compartiment13 ou des listes séparées par pays14, les élargissant aux autres villes du même pays (Angleterre en VII, 2) et les redoublants15. C’est comme un remords à appliquer cette méthode non naturelle et sans doute la preuve d’une rédaction primitive globale par pays, découpée ensuite selon les climats et les méridiens16. La répétition n’exclut pas des variantes et des révisions : Tarragone est toujours dépeuplée en IV, 1, tandis qu’en V, 1 la cité de frontière, après la reconquête chrétienne, est de nouveau florissante.

  • 17 Gautier Dalché Patrick, « Les savoirs géographiques en Méditerranée chrétienne (xiiie siècle) », i (...)

10La Mappamundi de Gervais repose d’abord sur des nomenclatures, celles des provinces de l’Empire romain, qui donnent un corps à l’histoire antique, et celle des évêchés qui éclaire la géographie contemporaine17. Dans le domaine de la cosmographie et de la géographie, les citations explicites des auteurs anciens privilégient les poètes (Lucrèce, Ovide et Lucain), les compendia philosophiques qui donnent accès au Timée, les récits bibliques et leurs commentaires (Flavius Josèphe, Origène, Lactance, Augustin, Jérôme, Alcuin, la Chronique de Claude), ainsi que les récits hagiographiques et homilétiques des Pères de l’Église (la Vie de saint Hilarion de Jérôme, Sulpice Sévère). La place des cosmographies, commentaires à l’Hexæmeron ou auxiliaires du comput (Bède le Vénérable, Walafrid Strabon) et des encyclopédies allégoriques (Méthode, Fulgence, Martien Capella) est plus modeste. Dans l’ensemble, les citations sont là pour conforter la nature des éléments, l’interprétation du déluge, l’origine et la distribution des nations et donner une image vivante de quelques éléments du décor géographique, mer Rouge, Sinaï, désert égyptien et pays des Syrtes, Mont Chimère de Lycie. La mappemonde se nourrit également d’un matériel érudit où ne perce guère la description du monde, entre roman et histoire, le Pseudo-Turpin et Geoffroy de Monmouth. La littérature proprement géographique est rarement évoquée, Lettre d’Alexandre à Aristote pour l’Inde, Description de la Terre Sainte du diacre Théodose, Isidore de Séville, encyclopédie De Universo de Raban Maur, Megacosmus de Bernard Silvestre.

  • 18 Gervais de Tilbury, Le Livre des merveilles : divertissement pour un empereur (troisième partie), (...)
  • 19 Faral Edmond, « Une source latine de l’histoire d’Alexandre. La lettre sur les merveilles de l’Ind (...)
  • 20 De Medeiros François, L’Occident et l’Afrique, xiiie-xve siècle : images et représentations, Paris (...)

11Gervais a surtout pillé Pierre le Mangeur. Annie Duchesne a mis en évidence les nombreux démarquages de l’Historia Scholastica, une vingtaine pour la Tertia Distinctio18. D’autres emprunts non déclarés se dispersent, Histoire du voyage de Charlemagne à Jérusalem, Mirabilia de Rome, Lettre à l’empereur Adrien sur les Merveilles de l’Asie, et ils sont nombreux aussi à la littérature hagiographique (Passion de l’apôtre Thomas, Passion des martyrs d’Agaune, Vie de saint Honorat). Cet ensemble hétéroclite de sources exclut une présentation géographique homogène des « facéties », mais laisse des blocs : la Terre Sainte présente ainsi un chapitre cohérent tiré du diacre Théodose et cet exemple rappelle le rôle de la description de la Palestine dans l’élaboration d’une méthode géographique tout au long du Moyen Âge. D’autres textes, de III, 72-81, parcourent un vaste horizon plus ou moins onirique, Inde, Taprobane, mer Rouge, Pologne, Égypte, Perse, Éthiopie, Palestine et Syrie, copiés de la Lettre à l’empereur Adrien19. À partir de son étude précise de la géographie de l’Afrique chez les auteurs latins du Moyen Âge20, François De Medeiros note que Gervais n’a, dans l’ensemble, pas joué lui-même le rôle d’un « mangeur », d’un « boa constrictor » laissant intacts ses emprunts (comme le font les encyclopédistes du siècle suivant, Vincent de Beauvais et Barthélemy l’Anglais). Il a tout réélaboré, interprétant ses sources et modifiant des points de détail (ainsi pour la Table du Soleil d’Héliopolis en III, 78, et pour les sources du Nil).

  • 21 Polo de Beaulieu Marie-Anne, « Horizons marins dans la littérature exemplaire. La Vita de saint Cl (...)
  • 22 Sainte-Sophie identifiée à l’église de la Transfiguration, Maroc et Algarve dédoublés, Galata conf (...)

12L’absence d’une édition annotée de Ludolph, enfin, rend aléatoire la recherche des sources lettrées de son récit, mais elles sont peu nombreuses et ce sont largement celles de Gervais. On repère aisément des légendes bien connues, issues de l’hagiographie (celle de saint Jean à Éphèse, celle du lieu de martyre du pape Clément à Cherson21) ou tirées des mythographes (celle d’Hélène à Paphos) ou encore une variante de celle des barnacles (chap. 11). Il introduit aussi une nomenclature des évêchés latins de Syrie et de la hiérarchie féodale franque (II, V) et cite un Provinciale pour les évêchés de Chypre. La nouveauté consiste dans l’emprunt de récits de la chute d’Acre (chap. 27, tiré des « histoires ») et de la prise de Bagdad par les Mongols (chap. 32, tiré, dit-il, des Annales des rois d’Arménie). Pour l’essentiel, sa description suit le texte du voyage de Guillaume de Boldensele, qu’il enrichit d’anecdotes et de récits empruntés : deux chapitres, sur Damas et le monastère de Sardenay, sont empruntés au Pèlerinage de frère Thietmar (I, XVI et XVII). Mais, au cours de l’élaboration de son texte, Ludolph a eu accès à un savoir historique, sinon géographique. Dans la seconde version, il cite l’Histoire scholastique à propos du jardin de Matarieh (I, IV) ; le chapitre I, II, donne les noms de quatre grands féodaux qui ont tenu Gibelet, Jaffa, Saette et Tyr pendant les débuts de l’État latin. Dans le détail, de nombreuses erreurs et des identifications hâtives, certaines banales22, montrent que Ludolph a puisé non sans précipitation dans la documentation disponible.

Les révisions

13Les géographes arabes partaient de l’acquis et le corrigeaient quand une révision s’imposait. Ibn Hawqal a ainsi emporté le livre de son maître, al-Istakhrî, pour en vérifier les informations par une vision directe. Sur ce modèle, mais sans voyager lui-même, al-Idrîsî opère de nombreuses corrections des géographes arabes. L’itinéraire du Maghreb a ainsi été récemment révisé ; par comparaison avec celui d’al-Bakrî, achevé en 1068, il montre la rupture entre le littoral et l’intérieur du Maghreb, le démantèlement des routes autour de Kairouan et la coupure avec Mahdiyya. C’est l’effet de la présence des Bédouins arabes, dont al-Idrîsî dénonce infatigablement les destructions, et de l’occupation normande des littoraux, tout récent (1148) et démystifiée ici sans égard pour son maître Roger II ou pour Guillaume Ier. Le texte souligne l’interruption des relations économiques avec l’arrière pays et le déclin de la prospérité des ports. En III, 1 et 2 et IV, 1, il insiste sur les effets de la guerre almohade et des pillages des Arabes depuis Aghmât et Meknès jusqu’à Gabès, Tripoli et Lebda, marchés anéantis, campagnes détruites, villes et faubourgs abandonnés. Al-Idrîsî, favorable aux Almoravides, a suivi de près l’évolution politique de l’Afrique du Nord : il cite la prise d’assaut de la Qal’a des Banû Hammâd en 1152.

14Pour la Syrie (III, 5), autre point où les mutations devraient être considérables, la description suit pour l’essentiel Ibn Hawqal : les routes ne semblent pas avoir souffert de la présence du royaume latin, alors qu’al-Idrîsî enregistre ponctuellement ses conquêtes récentes (Gaza en 1149, Ascalon en 1153), la constitution du district montagnard des Assassins (parfaitement lisible quand on reconstitue la carte : aucune route ne le traverse), et les modifications majeures du paysage urbain, la belle église de Naplouse et le puits de la samaritaine, la grande église forteresse d’Arwâd, le Burdj d’Ibn Sindjîl à Tripoli, les nouveaux sanctuaires de Jérusalem ; à côté de la description figée du Haram al-sharîf, l’Éléona au mont des Oliviers et d’autres lieux de pèlerinage reconstruits depuis 1099, le Cénacle, Béthanie, Josaphat, Saint-Jean des Grecs. Mais aucun château n’apparaît sinon Margat/Marqab ; la guerre n’est donc pas au centre des préoccupations des informateurs d’al-Idrîsî, mais bien les commerces. C’est d’ailleurs peut-être une invitation à réviser la perspective obsidionale une histoire qui, de Grousset à Prawer, est presque exclusivement guerrière.

15Même les chapitres qui portent sur les compartiments irakiens, égyptiens et soudanais portent des nouveautés, qui révèlent le passage à Palerme d’une information lointaine et récente. Al-Idrîsî connaît le nouvel itinéraire du pèlerinage au Hedjaz le long du Nil et par Djeddah (II, 5), il rapporte la construction du palais des rois hasanides à Ghana en 1116-1117 (I, 2), la présence en 1117 de Baudouin Ier de Jérusalem à Hisn al-Mâ’, point ultime de son invasion de l’Égypte (III, 4), et même le prix des dattes à Basra en 1141 (III, 6). Il a des informations plus anciennes sur l’Est extrême : Balkh est devenue la « capitale des Turcs » (III, 7) et Samarqande est en ruines (IV, 8).

L’innovation

  • 23 Trimingham John Spencer, « The Arab Geographers and the East African Coast », in Africa and the Or (...)
  • 24 Itinéraire, villes et gîtes d’étape, longueur des étapes, taille et fortification des habitats, re (...)
  • 25 Uns al-muhadj wa-rawd al-furadj analysé par Rubinacci Roberto, « Intorno al cosidetto Piccolo Idrî (...)

16Al-Idrîsî offre une riche moisson de sources nouvelles : périples byzantins de l’Égée, routes militaires des Balkans, rapports qui ont permis l’introduction de toponymes nouveaux sur la façade orientale de l’Afrique23, nomenclature féodale de l’Europe, interprétée comme géographie administrative du royaume de France et de l’Empire, ce qui convient à la culture politique normande et s’accorde avec les ambitions des Staufen. L’apport le plus massif provient de l’envoi des « missionnaires », hommes énergiques, éprouvés et d’esprit pénétrant, disposant pour chaque ville d’une fiche qui suit un questionnement précis24. Le « Petit Edrisi » donne une liste de pays, qui ont reçu ces missionnaires, Germanie, France, Provence, Gascogne, Bretagne, Normandie, pays d’Aquilée, Toscane, Lombardie, Vénétie, Hongrie, Russie, Coumanie, pays des Kimek25. L’information accumulée est traitée selon la méthode d’exposition des masâlik et disposée le long d’itinéraires.

  • 26 Lewicki Tadeusz, « À propos de la genèse du “Nuzhat al-Mustâq fi’htirâq al-âfâq” », in Studi Magre (...)

17S’ajoutent d’autres sources ignorées des savants arabes, les géographes latins (Orose, peut-être Isidore), les documents administratifs et militaires du Palais qui concernent routes, fleuves, ports, arsenaux, et des informations errantes apportées par les diplomates et pistées par Tadeusz Lewicki qui identifie des informateurs possibles, quoique quelquefois inattendus26.

18Al-Idrîsî applique à l’ensemble de la documentation une méthode de vérification, proche du canon des canons discordants et exposée dans le prologue : « Ce qui lui [Roger II] paraissait établi par leurs dires [les hommes expérimentés interrogés] et ce qui lui semblait vrai dans ce qu’ils rapportaient, il le considéra comme assuré et le retint. Il chercha en quoi ils différaient et le déclara nul [...] il commença à vérifier, petit à petit, ces données, à l’aide du compas de fer et en tenant compte des informations tirées des livres cités et des informations qu’il avait retenues lorsque les auteurs divergeaient ».

19Gervais et Ludolph ne révisent guère les récits qu’ils engrangent, mais les enrichissent d’observations personnelles et les intègrent dans des ensembles qui mettent en lumière leur signification nouvelle. Ludolph met ainsi les barnacles, dont il a entendu parler, en relation avec les poissons volants qu’il a vus et il intègre à cette occasion une anecdote sur les hirondelles qui reviennent, année après année, dans leur nid, retournant au thème de la migration des oiseaux (chap. 11). Il incorpore également des récits qu’il doit à un voyageur (une tempête sur la côte de Cilicie, chap. 6), à deux marins sûrs (l’attaque d’un requin contre un navire et la dent d’un melar enfoncée dans une coque, chap. 10), à un vieux Templier (sur la force prodigieuse du crocodile). D’autres sont présentés sans garants explicites, celui d’un cétacé échoué à Tortose (chap. 10) comme celui des nageurs sultaniens envoyés aux sources du Nil (chap. 23). Mais l’essentiel, chez Ludolph, est attribué à la vision directe.

La mise en œuvre du matériel accumulé

Les merveilles

  • 27 Chekin Leonid S., « Elements of the Rational Method in Gervase of Tibury’s Cosmology and Geography (...)
  • 28 Pierres et métaux (III, 1-3, 27-28), arbres (4, 5, 11, 36), lieux sanctifiés (7-22, 67), Égypte (3 (...)

20Les « facéties », équivalent des ‘ajâ’ib des auteurs arabes, jouent dans nos textes un rôle différencié : al-Idrîsî repousse les merveilles, peu nombreuses au demeurant et généralement rejetées en doute, aux marges du monde connu, Canaries (II, 1 et III, 1), Éthiopie des Monts de la Lune (I, 4), Océan Ténébreux (VII, 4) et Sibérie (III, 9 et 10 ; V, 9 ; VII, 9) ; quelques-unes se figent dans les itinéraires (creusement du détroit de Gibraltar) et dans quelques descriptions (Mérida, Rome « du cuivre »), sans compter quelques talismans, mais non sans critique de vraisemblance : al-Idrîsî repousse ainsi l’hypothèse d’une canal souterrain entre la Caspienne et les grandes mers ouvertes (IV, 8). Chez Ludolph, les merveilles sont également enkystées, tandis que Gervais leur attribue une fonction essentielle et on peut classer les récits rapportés par Gervais selon des groupes de thèmes. La plupart ont trait aux interférences et aux confusions entre les règnes de la nature : sagesse des animaux, passage de l’animal à l’homme, passage du végétal à l’animal, influence des astres sur les règnes minéral et végétal, monstres. D’autres manifestent l’accord entre la nature et la religion, lieux sanctifiés, miracles, et distinguent les talismans et la magie licite de la magie illicite, du mauvais œil et de la présence des esprits mauvais. D’autres encore éclairent des états incertains entre la vie et la mort, génie du lieu, combattants qui sortent de leur tombe, revenants. D’autres enfin illustrent la morale chevaleresque. Ces historiettes cherchent à introduire une rationalité, à permettre de poser des questions éclairantes à partir d’une expérience foisonnante27. Le classement des anecdotes de la troisième distinction permet de reconnaître le thème dominant et aussi de suggérer une distribution géographique.28

  • 29 Van Der Lugt Maaike, « Animal légendaire et discours savant médiéval. La Barnacle dans tous ses ét (...)
  • 30 On note le récit, situé dans le golfe de Satalie (III, 12), de la tête de la reine morte aimée d’u (...)

21Ces variations, selon le temps et les lieux, dessinent une véritable géographie du folklore. Au départ, se trouve le monde britannique dominé par le leitmotiv des passages, entre animal et humain, entre animal et végétal (en particulier l’oie barnacle29) et de la nature animée, douze des 29 anecdotes identifiables. La Grande Bretagne connaît le revenant et le génie du lieu, ignore le talisman, la magie, licite ou non, et fournit l’essentiel des récits destinés à confirmer la cosmologie : existence des eaux supérieures (I, 13), passage aux antipodes (III, 45). En Italie, Gervais découvre tout autre chose : rien ou presque sur les passages entre les mondes, rien sur la nature animée, le revenant y est abordé dans la perspective de Grégoire le Grand, tandis que la collecte est dominée par le thème des talismans virgiliens et de la magie licite (onze des 22 anecdotes). Le monde oriental, que Gervais aborde essentiellement à travers le livre, fournit une gamme équilibrée d’historiettes dominée par le thème des monstres présents dans un horizon onirique, une dizaine d’anecdotes sur 35, tirées, pour l’essentiel, de la littérature antique30, et qui se classent dans le thème des passages entre animalité et humanité (hommes singes, faunes, équinocéphales, femmes à dents de chèvre). La Provence et les terres voisines, qui offrent une moisson très riche (soixante anecdotes), exaltent les passages entre les ordres du monde, la nature animée (en particulier les sources), l’accord entre nature et religion, tandis que le thème des revenants y est traité de manière systématique, offrant une construction théologique d’un au-delà complexe. La Provence apporte aussi des thèmes nouveaux : sur celui des passages, se greffent les fées et les sorcières, pendant que se dessine un accord entre la morale chevaleresque et la religion. On a remarqué d’abondantes citations, presque une quarantaine, inspirée par l’histoire des juifs (Flavius Josèphe) et par le folklore aggadique connu en particulier à travers Pierre le Mangeur, mais probablement aussi par le contact direct, et qui se greffent sans trop de peine sur le légendaire chrétien. La continuité d’étape en étape est forte, mais les découvertes de Gervais ont ouvert à chaque étape de sa vie de nouvelles perspectives de réflexion.

  • 31 Hist. Nat., XXI, 2 ; la version du conte talmudique que suit Pline s’oppose à celle de Flavius Jos (...)

22L’originalité de Gervais est dans l’accumulation et le classement, mais le folklore qu’il enregistre n’est pas différent de celui qu’égrènent au long de leurs itinéraires les voyageurs et les missionnaires de la fin du xiiie au xve siècle, Riccoldo de Montecroce (1300), Emmanuel de Martoni (1394), Anglure (1395), Tafur (1435-1439), Adorno (1470-1471), Félix Fabri (1480-1483), Langherand (1485), Harff enfin (1496-1499). Comme Gervais et comme eux, Ludolph rassemble des « merveilles », qui concordent quelquefois d’ailleurs avec celles que racontent les Otia, barnacles des côtes anglaises (chap. 11 ; Otia, III, 123), absence du Sinaï de tout animal immonde (chap. 35), séjour des rois dans l’enfer arthurien de l’Etna (chap. 14 ; Otia, I, 12), sépulcre maritime de saint Clément à Cherson (chap. 4), croix du Bon larron qui apporte sa bénédiction à la terre de Chypre (chap. 21 ; Otia, III, 47), pommes de Sodome qui ne sont que cendres fétides (chap. 42 ; Otia, III, V), icône miraculeuse de Sainte-Marie de Sardenay, Sednaya, lieu de pèlerinage dès le xiie siècle pour les Latins de Terre sainte aux portes de Damas (chap. 44 ; Otia III, 46). Ce sont des récits bien connus du monde latin. Ludolph ajoute quelques légendes inédites, la séparation de Vulcano de la Sicile par les mérites de saint Barthélémy, l’apôtre dont les reliques sont conservées au monastère évêché de Lipari (chap. 15), la bénédiction qui fait que les serpents ne peuvent vivre au nord du fleuve qui passe à Gaza (chap. 27) et il collecte encore deux récits de « miracles de frontière », qui font triompher le bon droit des chrétiens orientaux persécutés : à Ramleh, ville de saint Georges, un juif ou un sarrasin ne peut vivre plus d’un an (chap. 28) et, à Matarieh, le jardin des baumiers ne produit que s’il est cultivé et gardé par des chrétiens (chap. 30). On note un récit de folklore juif, greffé sur la Bible et intégré sans réticence, celui de la source Sambatyon qui ne coule pas le jour du shabbat (chap. 43), suivant ainsi la version de Pline l’Ancien31. Dans la foulée de Gervais, et sans y insister, comme en passant, Ludolph signale l’accord entre la nature et les événements de l’histoire humaine : les grandes éruptions de l’Etna coïncident avec les guerres entre Guelfes et Gibelins qui ont marqué l’Italie contemporaine, la bataille de Montecatini en 1316 et celle d’Altopascio en 1325 (chap. 14). Comme Gervais, Ludolph met ainsi l’accent sur l’accord entre nature et religion et apporte son témoignage sur l’existence d’êtres mixtes, à cheval sur les divers ordres de la nature.

L’autopsie

  • 32 Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabo (...)

23L’appel à la vision directe apporte une garantie générale de l’authenticité des récits, qu’il faut cependant nuancer. Les points nouveaux qu’apporte al-Idrîsî supposent une vision personnelle. L’auteur a vu « de ses yeux » les hautes marées de l’Océan occidental (I, 10) et a visité la caverne des sept Dormants de Loja en 1117 (V, 4) comme les mines de mercure et de cinabre de Hisn Abâl (IV, 1). Il cite aussi sa vision personnelle de l’arrosage à Aghmat (III, 1), du pont de Constantine (III, 1) et de la fontaine de Saida (III, 5). Al-Idrîsî aurait donc voyagé en al-Andalus, au Maghreb et en Orient, si l’on prenait à la lettre ces témoignages. Mais Giovanni Oman a mis en lumière qu’il s’agit seulement d’une expression renforcée de phénomènes extraordinaires qui méritent confirmation32, ce que les dates rapportées par al-Idrîsî pour ces visites confirment : si on les intégrait à sa biographie, elle serait incohérente. L’autopsie n’est donc qu’apparente, garante de la validité du témoignage. C’est celle d’un probable voyageur, digéré et dont le nom disparaît dans une information synthétique et homogénéisé.

24La classification des thèmes qui soutiennent le choix des « facéties » inscrites dans les Otia, 183 dans la Tertia distinctio et 66 dans les deux premières distinctions, permet de suivre les curiosités de Gervais et du milieu intellectuel avec lequel il dialogue. Un classement géographique des historiettes permet également de suivre une vie de voyageur et d’observateur : une large bande du royaume d’Angleterre, de la frontière du Pays de Galles et de Carlisle et Penrith au Nord jusqu’à Londres et au Kent, une Italie centrée sur trois pôles, la Lunigiana et Tortona au Nord (de part et d’autre du pas de la Cise), la région de Naples, et Catane en Sicile, une vaste Provence, enfin, de Narbonne, Mende et Le Puy jusqu’à Vienne et aux passages des Alpes (Saint-Maurice d’Agaunes au Nord, Grenoble et Suse au centre jusqu’à Turin et Fruttuaria, le val de Lantosque au Sud), concentrée sur Arles, Beaucaire et Aix et deux pointes, l’une en Catalogne, l’autre en Auvergne. D’autres références laisseraient soupçonner des voyages en Méditerranée, peut-être en Grèce (golfe de Satalie, III, 12 ; Cilicie, III, 121 ; Chypre, III, 47) et un pèlerinage à Jérusalem avant 1187 (Sinaï III, 33 ; Sardenay, III, 46 ; palmiers d’Idumée, III, 51 ; bains de Banyas, III, 52 ; Pétra et Hébron, III, 116 et 117), mais aucune information n’est donnée comme personnelle sur l’Orient, alors que Gervais cite explicitement la description de la Terre sainte par le diacre Théodose. Rien non plus sur l’Allemagne, sauf l’information qu’il connaît de visu sur les Allemands, comme les Grecs et les Africains.

25L’expérience personnelle est invoquée à plusieurs reprises (II, 8, sur la nature des peuples ; II, 13, sur l’eau salée plus lourde ; III, introduction, sur la ceinture de cuir de salamandre lavée au feu). Venu à la collégiale provençale de Barjols en vérifier les merveilles, Gervais dit : accessi sedulus explorator (III, 10). Il invoque des témoins sûrs et respectés, Jean de Naples, cardinal d’Alexandre III (1159-1181), mort en 1175, qui a recopié le livre d’ars notoria trouvé dans la tombe de Virgile (III, 112), puis un parent par alliance, noble de Provence (I, 15). D’autres récits, sans garants explicites, viennent des mêmes milieux, chanoines, nobles, pèlerins : ainsi celui d’Isnard, seigneur de Dauphin, près de Forcalquier, moine en Égypte au xiie siècle (III, 31).

26L’essentiel de l’œuvre de Ludolph repose sur la vision directe : il rapporte ses passages dans les eaux de la Sardaigne, où il a vu des baleines (chap. 10), entre les îles maltaises (chap. 16), à Chio, à Éphèse, à Rhodes, à Nicosie (chap. 17-20), raconte les aventures de chasse de ses compagnons dans une île de l’Égée (chap. 19) et les accidents de navigation qu’il a subis pendant son voyage de retour, en 1341, un coup de vent dans le golfe de Satalie le 18 mars et un tourbillon (chap. 8), une tempête sur les côtes de la Sardaigne le 18 mai (chap. 13). Il mesure la mer Rouge, un mille de 5 000 pas (I, VII). Il a rencontré des Allemands devenus mamlouks parmi les gardiens du jardin de Matarieh (chap. 30) et croisé dans le désert de Jéricho des Templiers prisonniers qui ignoraient, trente ans après, la dissolution de l’ordre (chap. 41). L’itinéraire évoque d’autres observations personnelles : Ludolph a souvent été à Narbonne (chap. 5), il a rencontré les premiers Tziganes (Mandopoli, II, VII), il a vu les coraux, qui changent de couleur en sortant des eaux, les poissons volants, les oiseaux migrateurs, les cailles qu’il a capturées, une peau de crocodile, et il donne des garanties de ces passages en évoquant deux hauts prélats, qu’il dit tous deux franciscains et qu’il a sans doute rencontrés, en Sicile l’archevêque de Monreale (chap. 14), sans doute Napoleone Orsini (1325-1337, mais qui n’est pas franciscain), et à Nicosie, frère Élie de Nabinals, fait cardinal depuis le passage de Ludolph (chap. 20). Nous savons que Ludolph passe dans le domaine des Mamlouks pendant les années des féroces tourments qui ont marqué le sultanat de Muhammad Nâsir (1293-1341) et il signale lui-même la persécution qui frappe les chrétiens de Damas en 1341 (chap. 44).

L’utilisation de la carte

  • 33 On citera Bardûn (Verdun-sur-le-Doubs) en VI, 2.

27La méthode cartographique exalte l’originalité d’al-Idrîsî : non seulement son usage est systématique, mais il est fondé sur les coordonnées astronomiques des cités, ignorées d’Ibn Hawqal, à partir de l’héritage ptoléméen sans doute révisé par al-Khwarizmî. Al-Idrîsî conserve d’Ibn Hawqal la présence d’une carte par chapitre, mais il ne s’agit plus d’une carte régionale ; c’est une simple feuille d’atlas, le compartiment d’un climat entre deux méridiens. Elle se poursuit donc sur les feuilles voisines. De plus, elle est ici réaliste ; le cartographe rompt en particulier avec les formes géométriques et symboliques des îles. Une observation attentive montre le va-et-vient entre les cartes et le texte : certaines d’entre elles ont été dessinées à partir du texte. Elles représentent en effet des traits caractéristiques soulignés par le rédacteur, îles à Constantine, entre Rummel et ravins (III, 1), à Paris (VI, 2), lacs et fleuves (« mille sources » vers l’Aral et « cinquante » vers le lac Gharghân en V, 8 ; trois rivières affluents de l’Âthîl en VI, 7), muraille autour de Bukhara (IV, 8). Mais d’autres portent la représentation d’éléments géographiques absents de la rédaction finale, un affluent du Nil des Noirs en I, 1, la grande île Wanqara entre deux branches du même fleuve en I, 2, deux rivières sahariennes en I, 3, deux autres en II, 2, un affluent du Nahr Rûî (Coruh) en V, 5, de nombreux autres cours d’eau et plus de trente villes33. Quelques uns de ces noms peuvent être des doublons de villes citées dans le texte, mais l’ensemble, assez fourni, montre que le dessinateur a eu accès à un matériel plus important que celui qu’a retenu le rédacteur.

  • 34 Gautier Dalché Patrick, « La Description », op. Cit, p. 125.
  • 35 C’est déjà le cas de l’ascension de Burchard de Mont-Sion sur l’Hermon qui permet une description (...)

28Gervais ne semble pas avoir utilisé de carte pour rédiger son texte, ce qui rend encore plus invraisemblable son identification avec le Gervasius, prévôt de l’abbaye d’Ebstorf et auteur présumé de la mappemonde perdue, mais il se plaint de l’arbitraire des cartographes et il se propose de fournir une meilleure version, emendatior pictura, de la mappemonde (II, 2234). La rédaction de Ludolph s’est en revanche appuyée sur une carte, à un moment où la diffusion des cartes marines et leur emploi par les géographes se généralise. L’itinéraire trahit cette utilisation : la Méditerranée est plus large à l’ouest (chap. 5, alors que Ludolph n’a jamais traversé la mer du Nord au Sud) ; la proposition d’un itinéraire qui mènerait en Orient par l’Espagne et le Maghreb est purement graphique et Ludolph note que seuls les Sarrasins le parcourent, pour leur pèlerinage (I, III). La vision à partir des hauts lieux transcrit en quelque sorte la représentation cartographique35 : du mont Oreb, dans le Sinaï, « on peut examiner en détail, perlustrari, en cercle les provinces, la mer Rouge, Élim, le lieu où les fils d’Israël ont reçu la pluie de manne et tous les autres lieux » (chap. 35). On retrouve cette haute perspective dans le Pèlerinage de Thietmar (1217), qui ne voit du Sinaï qu’Élim et le lieu de la manne, dans l’Evagatorium de frère Félix Fabri (en 1483), qui voit encore plus largement, les navires dans les ports prêts à partir pour le Golfe persique et la Mer indienne, et, de l’autre côté de la mer, le désert de saint Antoine, le port de Bérénicé et l’Olympe d’Éthiopie, comme dans le récit d’Arnold von Harff (1496-1499), avec des précisions semblablement naïves et suspectes.

La mise en récit géographique

29La combinaison entre la forme de l’itinéraire, les réflexions et les paragraphes synthétiques est le fondement de la géographie médiévale ; elle permet de donner un savoir assimilé, regroupé, sans rompre avec une exposition agréable ou même divertissante.

Itinéraires et réflexions synthétiques chez al-Idrîsî

30Dans la Géographie d’al-Idrîsî, des chapitres particuliers constituent des synthèses historiques et ethnographiques. Certaines sont générales, comme

31La description de la terre et des sept mers (prologue). D’autres mêlent nomenclature et ethnographie ; elles sont soumises à la loi de la fragmentation selon les climats (paragraphe général sur les Noirs en I, 1) et selon les pays : royauté du Ghâna (I, 9 et 10), castes et royauté de l’Inde (II, 7), nourriture et mœurs des Indiens (II, 8), arts et princes de la Chine (I, 9 et II, 10), tribus berbères du Maghreb (III, 1), listes des provinces byzantines (V, 4), des forteresses du Caucase (V, 6) et des peuples turcs (V, 10), des provinces d’al-Andalus (IV, 1), de celles de la France (VI, 2) et de l’Allemagne (VI, 2). De longs paragraphes, qui accueillent des comparaisons, sont réservés aux déserts (II, 2), aux fleuves (IV, 2 pour la Sicile, V, 2 pour le Pô, V, 3 pour l’Italie du Sud), aux principales chaînes de montagnes (V, 2 Mont-Joux ; V, 4 chaîne dinarique et Tommort ; V, 6 Caucase), et aux grandes villes, Cordoue, Palerme, Rome, Alexandrie et Fustât (puisqu’Idrîsî ignore Le Caire, fondé pourtant en 969, depuis deux siècles).

32Le découpage en climats impose en revanche la fragmentation d’un insulaire qu’on perçoit à travers les répétitions et les repentirs : al-Idrîsî reprend par trois fois la description des Canaries (I, 1 ; II, 1 ; III, 10), non sans incohérences. Mais plusieurs autres insulaires viennent ensuite confirmer son choix d’une méthode d’étude et d’exposition synthétique, îles de la Méditerranée occidentale (dont la Sicile qui ne jouit pas par conséquent d’une place spéciale, ni centrale, IV, 2), îles de l’Océan indien (I, 6 et 8), de la Mer de Chine (I, 10), de la Mer ionienne (IV, 3), de Romanie (Égée, Crète, Péloponnèse, IV, 4), de l’Adriatique (V, 3), de la Caspienne (V, 6 et VI, 6), de l’Océan Ténébreux (VII, 4). Et la synthèse affleure en de nombreux points, à travers les comparaisons : la crue de l’Oued Dra’ est comparée en III, 1 à celle du Nil.

33Des comparaisons méthodiques portent sur le mode de vie et sur les faits religieux. La destruction des campagnes du Maghreb est l’effet des Bédouins arabes, dont al-Idrîsî dénonce infatigablement les ravages, les associant aux Kurdes du Fars, aux Mand de l’Indus et aux Badhah du Multân et les rapprochant des Berbères (II, 7), eux-mêmes de nouveau comparés aux Turcs en V, 8 (tentes et pâturages). En III, 10, c’est le mode de vie des Turcs Kimeks qui est confronté à celui des Arabes, tandis que la capture des éléphants dans des fosses en Orissa (II, 9) est mise en parallèle avec l’usage semblable des Berbères pour prendre les lions. Le géographe identifie le culte rendu au feu par les Tajûwîn de Nubie (I, 3) et par le khâqân des Kimeks et par son peuple (IV, 10 et V, 9) avec la religion des Sabéens de Harrân, comme il assimile au judaïsme les pratiques des habitants noirs du Lemlem (au Sud du Soudan, I, 1) et des habitants de la Qamnuriyya (Mauritanie, II, 1), aux croyances mêlées et sans roi. En filigrane, se lit une réflexion sur les religions, qui voit dans le ritualisme des juifs un modèle et leur attribue sans doute un républicanisme original. Al-Idrîsî confronte enfin les formes de la royauté, comparant au souverain chinois, le Baghbûgh, les rois de l’Inde, des Turcs, des Persans, etc. C’est dans le cadre d’une réflexion classique sur les conditions nécessaires à la monarchie, faste, étalage de la force, éléphants, etc. qu’on retrouve en II, 10.

La greffe manquée de l’observation sur la mappemonde

  • 36 Gervais de Tilbury, Otia imperialia: recreation for an emperor, op. cit., p. 14.

34L’œuvre de Gervais de Tilbury est dominée par la curiosité pour la cosmologie et pour les points délicats de la philosophie naturelle, tout ce qui touche aux ordres de la nature et, par conséquent, au composé humain. Parmi les « facéties » qui illustrent ces points et posent des questions, une quinzaine au moins touchent à la description du monde et pourraient être intégrées à la Mappamundi. Mais la constitution d’une troisième distinctio prive l’exposé de la mappemonde d’une dynamique : d’assez nombreuses historiettes, soixante-six, sont intégrées à la première et à la seconde partie, donnant du poids aux réflexions générales sur la cosmologie. Le cours souterrain du Gardon soutient ainsi la croyance en une source unique des quatre fleuves de Paradis et la hauteur du mont Olympe, au-dessus du vent et dans un air raréfié, explique que le Paradis, placé en altitude, ait été inaccessible au déluge universel (I, 11). Une expérience de filtrage de l’eau justifie, en I, 13, l’idée que la source unique des rivières est la mer. C’est la Mappamundi qui est la plus pauvre en exempla et en descriptions nouvelles : on peut retenir seulement l’éloge de la Camargue et la description des vêtements étroits des Narbonnais (II, 10). D’autres informations, une dizaine, presque purement géographiques, sont intégrées à cette troisième partie, sur l’aimant (III, 1), le sel marin et celui de Cardona (III, 2 et 40), le lac Averne (III, 19), les bains médicinaux (III, 15 et 52), les maladies infligées par des vers (III, 116) ; cinq descriptions précises, enfin, quoique courtes, regardent le littoral de la Terre sainte d’après Jérôme (III, 30), l’Olympe de Thrace dont le sommet est au-dessus des vents, connu à travers Pierre le Mangeur (III, 33), la mer de Galilée (III, 52), le mont Chimère en Lycie (où brûlent les émanations de méthane) décrit par Isidore (III, 121), le Val de Lantosque (III, 122). Le dessein de l’œuvre aurait pu être d’élargir et de préciser la mappemonde, en faisant de la troisième distinctio une description des singularia cujusque provinciæ mirabilia comme il l’annonce dans l’introduction36, en classant par parties du monde et par provinces les détails vivants, comme le fait, vers 1192, l’auteur de l’Expositio mappe mundi attribuée à Roger de Howden. Mais Gervais a préféré un regroupement incertain et inachevé par thèmes.

De l’itinéraire à la géographie

35La présentation de Ludolph est celle d’un itinéraire, discontinu cependant, où se succèdent plusieurs branches possibles en théorie seulement et en réalité impraticables. Une première route terrestre, développée dans la seconde version (chap. I) passe par la Livonie, le Pont, l’Hellespont, le littoral de l’Asie, jusqu’à la Cilicie, suivant sans doute le chemin de croisés allemands ; une seconde route terrestre parcourt la Hongrie, la Bulgarie, la Thrace et atteint Constantinople ; elle est à peine évoquée dans la première version (chap. 1 et 2) ; une troisième voie terrestre, imaginée évidemment à partir de la carte, suit, par la péninsule Ibérique, la Berbérie et l’Égypte, le chemin du pèlerinage musulman (chap. 3 et 4). C’est enfin un omniprésent chemin de la mer. Les chapitres 5 à 13 décrivent la mer Méditerranée, les dangers qu’elle présente, les conditions de la navigation sur une nef ou sur une galère. Une erreur de transcription du texte de Boldensele fait partir l’itinéraire de Constantinople et de Troie, le long des côtes Nord de la Méditerranée, par la Sicile, l’Achaïe, le littoral de l’Anatolie, Éphèse au chap. 18, Phocée, Patara et Myrrhe au chap. 19, l’Archipel, Rhodes, Chypre au chap. 20, et en particulier la vigne d’Engadi au chap. 21, Acre, la Palestine côtière, le Jourdain et l’Égypte, avec une pointe vers Babylone, le Vieux-Caire. Une réflexion sur les deux Babylone lui fait évoquer Bagdad et Suse (chap. 32), avant un retour en Palestine et en Syrie par le Sinaï (chap. 33 à 45) et un embarquement probable à Beyrouth pour l’Anatolie, la Sardaigne.

  • 37 Le site prétendu de Troie a été visité en particulier par les princes de la Première croisade.

36Les itinéraires ainsi tracés sont reconstitués à partir d’éléments fragmentaires et sans doute de dates différentes : si Ludolph n’a pas fait la route de la Hongrie sur laquelle il ne laisse aucun témoignage, il est cependant venu à Constantinople (chap. 2) et à Pera-Galata (chap. 17), a vu les ruines de Troie, objectif classique du tourisme savant et courtois37 (chap. 13). Il semble avoir franchi le détroit de Gibraltar (chap. 4) et fréquenté les régions méridionales du royaume d’Aragon peuplées de Sarrasins, sans doute Valence (chap. 3). Le grand itinéraire maritime est donc un outil pédagogique. Un autre itinéraire, plus théorique, au même paragraphe, conduit une nef directement à Chypre, au départ de Marseille ou de Venise.

37Un grand nombre de paragraphes exclusivement géographiques viennent se greffer sur le texte. Ce sont d’abord les descriptions de phénomènes naturels, courants marins et marées, coups de vents, tourbillons, sèches (chap. 4 à 9), volcans (chap. 14 et 15), déserts (chap. 35, 36, 41), sites admirables (lac de Tibériade, chap. 43). La synthèse est donnée au chap. I de la seconde version : c’est de l’Ouest que soufflent les vents dominants, qui freinent le retour ; et l’explication scientifique : les vents viennent du froid, de l’Occident, vers l’Orient chaud. Viennent ensuite les cités, Constantinople (chap. 2), Syracuse (chap. 16), Corinthe (chap. 17), Famagouste et Nicosie (chap. 22 et 23), Acre (chap. 24), Le Caire (chap. 29), Jérusalem (chap. 38), Damas (chap. 44), Tripoli (chap. I de la seconde version). S’ajoute l’énumération de quelques traits caractéristiques d’îles ou de provinces, la Sicile, la Morée et l’Égée, l’Anatolie (chap. 16-19), la Palestine (chap. 41-43). La curiosité géographique s’accompagne du goût pour les paysages : dans la seconde version (chap. I), Ludolph présente la chance qu’a le pèlerin de parcourir des yeux, perlustrare, les cités et les îles, tandis qu’au chap. 13 de la première version, il rappelle que le voyage en galère, qui suit les côtes, permet d’apercevoir de beaux tableaux naturels. Elle s’accompagne d’une vision ethnographique précise et destinée à devenir classique, celle de l’Égypte, fours à poulets et pigeons voyageurs (chap. 29), vie des bédouins (chap. 35 et 36) et de détails politiques sur les chrétiens du Mont Liban qui attendent leur libération (chap. I de l’éd. Neumann). Les détails sont abondants, sur la vie matérielle : exportation des turbots séchés de Constantinople (chap. 2), capture du thon en Sicile (chap. 16), mastic de Chio et alun de Phocée (chap. 17 et 19), nomadisme des Turcs, richesse des prostituées de Famagouste et qualité des vins de Chypre (chap. 22 et 23), culture de la canne à sucre dans le Ghawr (chap. 42).

38La réflexion de Ludolph lui permet aussi de croiser les informations sur la géographie physique : aux chap. 14 et 15, il confronte les systèmes éruptifs de l’Etna et de Vulcano, opposant les coulées de lave et les jets explosifs de pierre ponce ; au chap. 24, il compare la fontaine de Tripoli avec celle de Paderborn et le Mont Liban avec le Mont Osning, en Westphalie. Il rapproche aussi le commerce sur le Méandre (chap. 18) du trafic du Rhin ; tous deux conduisent aux ports de mer les produits de l’arrière-pays, ici la Tartarie. Il compare enfin les modes de vie : les Turcs, bons archers et qui vivent de laitages, sont confrontés aux Frisons (chap. 17). Ces parallèles prolongent les réflexions de Gervais, tandis que d’autres observations montrent la diffusion de thèmes savants, géographie des profondeurs marines (chap. 9), origine des vents dans les grottes (chap. 7), double association entre froid et vent et entre chaleur et absence de vent (chap. 5). Les synthèses, enfin, sur le corail (chap. 9), la migration des oiseaux (chap. 12), se font plus amples dans la seconde version, mais ne concernent plus que la Palestine : monts, pluies et vents, séismes au chap. I, nature des habitants et alimentation, vêtements, production de la Syrie, nomenclature politique et religieuse et description assez peu bienveillante des Sarrasins.

Conclusion

39L’itinéraire, voie royale, conduisait à deux voies possibles. Développer les chapitres qui concernaient chacun des pays et leur donner l’étoffe d’une ample analyse géographique ; c’est le choix d’Idrîsî, poussé par la nécessité, dans un petit nombre de compartiments. C’est aussi celui de la seconde version du texte de Ludolph. Ou rassembler les informations pour en faire une géographie globale de la Méditerranée : c’est l’option de la première version de Ludolph. Les auteurs hésitent entre les deux possibilités offertes par l’abondance des notations, personnelles ou non, rassemblées par les voyageurs.

40Dans les deux branches de l’alternative, on voit à l’œuvre une raison géographique : les auteurs ne se contentent pas de la description, ils cherchent des thèmes communs issus d’une réflexion déjà ancienne sur le climat, chaleur/froid, exploitation des terres/désert, urbanisation/vie nomade, sur les caractères propres de la Méditerranée, vents, vie et agitations sous-marines, et des fleuves qui y débouchent, crues, lien économique entre les régions qu’ils arrosent, sur le rapport entre la nature des lieux et la culture des hommes qui y vivent, sur la brutalité des phénomènes violents qui secouent les provinces de la Méditerranée, séismes, éruptions volcaniques. Ils débouchent sur de précieuses ethnographies, riches de documents, mais aussi de méthode, par les rapprochements systématiques qu’ils mettent en œuvre. Ils rassemblent ainsi un matériau et une capacité de synthèse qui annoncent la qualité des récits de voyage du xve siècle, comme ceux de Nompart de Caumont, de Bertrandon de La Brocquière, de frère Félix Fabri, et des compositions qu’en tireront les humanistes ; on verra dans leur travail d’élaboration, plus qu’une position d’annonciateurs et de précurseurs, la continuité de l’effort intellectuel.

Notes

1 Gautier Dalché Patrick (« Situs orbis terre vel regionis. Un traité de géographie inédit du haut Moyen Âge », in Revue d’histoire des textes, 12-13, 1982-1983, p. 149-179) a précocement mis le doigt sur les pratiques pédagogiques, l’exposé complet, l’attention portée aux limites naturelles et à la nomenclature, tous points développés depuis.

2 Respectivement dans le De Canaria, vers 1341, et dans le De vita solitaria, II, 11, chap. 17 (1346).

3 Poggio Bracciolini, De varietate fortunæ, IV, rédigeant en 1448-1449 pour Eugène IV le récit de Niccolò de’ Conti.

4 Annales omnium temporum, ms inédit (Palerme, Biblioteca Comunale, 3QqC 54), étudié par Trasselli Carmelo, « Un Italiano in Etiopia », in Rassegna di Studi Etiopici, 1/2 (1941), p. 173-202 : récit de Pietro Rombulo de Messine.

5 Deluz Christiane, « Le cosmographe et le voyageur, de l’indifférence à la rencontre », in Les Voyageurs au Moyen Âge, Bresc Henri et Menjot Denis (dir.), 130e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005 (édition électronique).

6 Opus Majus, IVe partie, chap. XVI, p. 286-376 ; cf. Guéret-Laferté Michèle, « Le voyageur et le géographe : l’insertion de la relation de voyage dans l’Opus majus de Roger Bacon », in La Géographie au Moyen Âge. Espaces pensés, espaces vécus, espaces rêvés, Supplément au n° 24 de Perspectives médiévales, 1998, p. 81-96.

7 Idrîsî, La Première géographie de l’Occident, Bresc Henri et Nef Annliese (prés.), Paris, Garnier Flammarion, 1999.

8 Gervais de Tilbury, Otia imperialia : recreation for an emperor, Banks Shelagh E. et Binns James W. (éd. et trad.), Oxford, Clarendon press, 2002 ; cette édition, plus complète que celle de Leibniz, in Scriptores rerum Brunsvicensium, I, Hanovre, 1707, manque encore d’un appareil critique.

9 Ludolph de Suchem, De Itinere Terræ sanctæ, Deycks Ferdinand (éd.), Stuttgart, 1851 ; aucun apparat critique, mais on peut parer à cette absence par celui de sa traduction par Deluz Christiane dans Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte, xiie-xvie siècle, Régnier-Bohler Danielle (dir.), Paris, Robert Laffont, 1997, « Bouquins », p. 1032-1056.

10 Neumann Guillaume Antoine [O. Carm.], « Ludolphus de Sudheim, De itinere Terræ Sanctæ », in Archives de l’Orient latin, II, 2, 1883, p. 306-377 ; cette seconde version est datée de 1348 par frère Nicolas de Hude qui en assure la compilation, mais les ajouts, analysés par le P. Neumann, la situent plus sûrement entre 1351 et 1361.

11 Cf. Ibn Hawqal qui énumère, chacun avec sa carte, le domaine des Arabes, la mer de Perse, le Maghreb, l’Espagne, la Sicile, l’Égypte, la Syrie, la mer de Syrie (Méditerranée), la Haute Mésopotamie, l’Irak, le Khuzistan, le Fars, le Kirman, le Sind, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et l’Arran, le Djibal, la Daïlam et le Tabaristan, la Caspienne, les steppes du Khurasan et du Fars, le Séistan, le Khurasan et la Transoxiane.

12 Ptolémée, Orose, Ibn Khurradâdhbih (vers 885), Ya’qûbî (vers 890), Jayhânî (vers 920-942), Qudâma (décédé entre 932 et 948), Ishâq b. Husayn (vers 950), Mas’ûdî (mort en 956-7), al-’Udhrî (décédé en 1085), Ibn Hawqal (vers 973) et al-Kîmâkî (xe siècle), Mûsâ b. Qâsim. L’examen du texte permet d’ajouter d’autres sources qui ne sont pas expressément citées, al-Khwarizmî (vers 830) et al-Bakrî (mort en 1094).

13 Par exemple pour le quatrième compartiment du sixième climat (cité désormais VI, 4) pour Romanie, Gétulie (Jatûliyah, dont on perçoit clairement l’origine purement savante et latine) et Macédoine.

14 En VI, 3, Bohème, Hongrie, Pologne, Saxe ; en VI, 8, Pays fétide, Simrîqî et Sîsîan.

15 Les localités de l’Abyssinie paraissent successivement aux chapitres I, 4, 5 et 6 ; celles de Calabre en IV, 2 et IV, 3 ; celles de Gascogne en V, 1 et V, 2 ; celles enfin de Dalmatie en V, 3 et 4

16 Dubler Cesar, « Idrisiana Hispanica I. Probables itinerarios de Idrîsî por al-Andalus », in Al-Andalus, XXX, 1965, p. 89-137, note, p. 90, note la répétition courante des éléments descriptifs d’un climat dans un autre, par exemple du IVe dans les chapitres du Ve.

17 Gautier Dalché Patrick, « Les savoirs géographiques en Méditerranée chrétienne (xiiie siècle) », in Micrologus, 2, 1994, p. 76-99, p. 95.

18 Gervais de Tilbury, Le Livre des merveilles : divertissement pour un empereur (troisième partie), Duchesne Annie (trad. et comm.), Paris, Les Belles Lettres, 1992.

19 Faral Edmond, « Une source latine de l’histoire d’Alexandre. La lettre sur les merveilles de l’Inde », in Romania, 43, 1914, p. 199-215 et 352-370.

20 De Medeiros François, L’Occident et l’Afrique, xiiie-xve siècle : images et représentations, Paris, Karthala, 1985, p. 75-76.

21 Polo de Beaulieu Marie-Anne, « Horizons marins dans la littérature exemplaire. La Vita de saint Clément du naufrage maternel au tombeau maritime », in Mondes marins au Moyen Âge, Connochie-Bourgne Chantal (dir.), Actes du 30e colloque du CUER MA (3, 4 et 5 mars 2005), Aix-en-Provence, « Sénéfiance n° 52 », p. 377-388, p. 379 : elle est tôt répercutée dans le De Terra Sancta de l’archidiacre Théodose et diffusée, au xiiie siècle, par Jean de Mailly, par la Légende dorée et le Miroir historial.

22 Sainte-Sophie identifiée à l’église de la Transfiguration, Maroc et Algarve dédoublés, Galata confondue avec la province des Galates, Rhodes avec Colosses, Suse identifiée à Tabriz, Geth avec Scandalion, Château Pèlerin avec Assur, Ascalon avec Jaffa ; le goût de l’étymologie de Ludolph va jusqu’au calembour : Galata de gala, « lait », Biterris, Béziers, de Binas-Terras, « deux terres » (Afrique et Europe) et Narbonne de « narrebonne ».

23 Trimingham John Spencer, « The Arab Geographers and the East African Coast », in Africa and the Orient. Cultural Synthesis in Pre-colonial Times, Chittick Hubert Neville et Rotberg Robert I. (dir.), East New York-Londres, Africana, 1975, p. 115-146, p. 137.

24 Itinéraire, villes et gîtes d’étape, longueur des étapes, taille et fortification des habitats, ressources en eau et en approvisionnements, cherté des prix, beauté de la ville.

25 Uns al-muhadj wa-rawd al-furadj analysé par Rubinacci Roberto, « Intorno al cosidetto Piccolo Idrîsî », in Yâd-Nama, in memoria di A. Bausani, II, Rome, 1991, p. 87-98.

26 Lewicki Tadeusz, « À propos de la genèse du “Nuzhat al-Mustâq fi’htirâq al-âfâq” », in Studi Magrebini, I, 1966, p. 41-55, p. 48. Par exemple Bernard de Clairvaux, longtemps ennemi de Roger II, pour la Pologne des savants (mais cette Pologne savante n’est qu’une confusion d’al-Idrîsî avec Bologne).

27 Chekin Leonid S., « Elements of the Rational Method in Gervase of Tibury’s Cosmology and Geography », in Centaurus, 28, 1, 1985, p. 209-217.

28 Pierres et métaux (III, 1-3, 27-28), arbres (4, 5, 11, 36), lieux sanctifiés (7-22, 67), Égypte (30-32 et 35), eaux (37-40 et 87-89, 125-129), monts (41-45), double nature des animaux et des hommes (55-64, 66, 120, 123), Arabie (72-81), fées (85-86, 90, 92-93), sagacité des animaux (95-97) et accord de la nature avec la morale chrétienne (98), histoire biblique et folklore juif (104, 105-108, 111-119).

29 Van Der Lugt Maaike, « Animal légendaire et discours savant médiéval. La Barnacle dans tous ses états », in Micrologus, VIII, 2, 2000, p. 351-393 : la génération végétale de l’oie s’explique par sa complexion, les éléments du végétal, elle reste froide et immangeable.

30 On note le récit, situé dans le golfe de Satalie (III, 12), de la tête de la reine morte aimée d’un chevalier. De l’union naît une tête monstrueuse (une Gorgone) qui, jetée en mer, cause les tempêtes ; on retrouve ce récit dans l’Expositio mappe mundi attribuée par Patrick Gautier Dalché à Roger de Howden dans Du Yorkshire à l’Inde. Une « géographie » urbaine et maritime de la fin du xiiie siècle (Roger de Howden ?), Genève, Droz, 2005, p. 225 et dans le procès des Templiers. Le récit mythologique savant s’est fondu dans la culture folklorique.

31 Hist. Nat., XXI, 2 ; la version du conte talmudique que suit Pline s’oppose à celle de Flavius Josèphe pour qui le fleuve est sec six jours sur sept et se déchaîne le jour du sabbat.

32 Oman Giovanni, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabo al-Sharîf al-Idrîsî », in Annali dell’Istituto Universitario orientale di Napoli, 1970, p. 209-238.

33 On citera Bardûn (Verdun-sur-le-Doubs) en VI, 2.

34 Gautier Dalché Patrick, « La Description », op. Cit, p. 125.

35 C’est déjà le cas de l’ascension de Burchard de Mont-Sion sur l’Hermon qui permet une description et une mesure du Liban du Sud, quarante lieues jusqu’à Tyr ; Gautier Dalché Patrick, « Les savoirs géographiques en Méditerranée chrétienne… », op. cit., p. 89. L’escalade des montagnes traduit alors plusieurs intérêts : celle, probable, du Ventoux par Jean Buridan a pour objectif l’observation des « météores » et la mesure de sa hauteur (qu’il calcule et estime à deux lieues, quelque 8 000 m) ; celle de Pétrarque, en 1336, est une vérification de la tradition savante et pieuse et aussi une métaphore de la vie humaine mais, à chaque fois, la curiosité et le goût du paysage sont présents.

36 Gervais de Tilbury, Otia imperialia: recreation for an emperor, op. cit., p. 14.

37 Le site prétendu de Troie a été visité en particulier par les princes de la Première croisade.

Auteur

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540