Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

 | 
Henri Bresc
, 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Introduction

Emmanuelle Tixier du Mesnil

Texte intégral

  • 1 À titre d’exemple, Paul Claval, dans un « Que sais-je » portant sur L’Histoire de la géographie (P (...)

1Les ouvrages retraçant l’histoire de la pensée géographique ignorent généralement la période médiévale1. Ils passent sans transition des traités de la géographie antique, d’Eratosthène à Strabon ou Ptolémée, à la résurrection de la discipline durant la Renaissance, effectuant un bond de près de treize siècles. L’humanisme, en recentrant la pensée sur l’homme et sur l’espace dans lequel il évolue, serait ainsi à l’origine du renouveau de l’antique science de la description du monde. Le Moyen Âge, jugé obscurantiste et clérical, ne se voit crédité que de quelques journaux de voyage ainsi que de la réalisation de portulans, destinés à guider les marins, et qui annoncent des découvertes encore à venir.

2Défendre une telle position revient à postuler que la géographie n’est que l’inventaire des découvertes. Entre les conquêtes d’Alexandre le Grand, qui permettent de repousser les limites de l’œkoumène, et les grandes découvertes du xve siècle qui voient naître un Nouveau Monde, elles-mêmes prolongées par les explorations du xviiie et du xixe siècle, donc entre ces deux moment, il n’y aurait que le grand vide d’une période qui ne peut remplir les blancs de la carte. Cette vision minimise considérablement la portée et la valeur épistémologique de la discipline, que nous préférons définir comme la construction d’une représentation de l’espace. Le Moyen Âge retrouve alors toute sa place, en élaborant une imago mundi qui lui est propre.

3Il nous faut donc tenter de dessiner les contours de la pensée géographique médiévale, de présenter les conditions de son élaboration et les évolutions qui la caractérisent, mais aussi de mettre en relief les lieux de sa production.

4Le monde arabo-musulman, de Bagdad à Cordoue, dès le ixe siècle, porte alors haut le flambeau de l’antique discipline héritée de la Grèce. Car c’est surtout la géographie de langue arabe, « fille du califat de Bagdad », selon la formule d’André Miquel, qui livre au Moyen Âge d’abondants traités destinés à peindre l’ensemble de l’œkoumène ou, plus souvent, le « domaine de l’islam » (dâr al-islâm) et ses marges. Le monde arabo-musulman des ixe et xe siècles doit à sa position d’intermédiaire dans la transmission du savoir et de trait d’union entre trois continents, son rôle prépondérant dans l’avènement, à partir d’éléments anciens, d’une nouvelle pensée géographique.

5Différente dans ses intentions comme dans sa nature, la géographie élaborée dans l’Occident latin mérite également d’être dévoilée et analysée. Grâce aux travaux de Patrick Gautier-Dalché et de Nathalie Bouloux, la connaissance de cette géographie occidentale et de son articulation avec des supports graphiques divers, cartes ou portulans, permet de mettre en valeur le versant latin de la production géographique.

6Au géographe, nous avons voulu adjoindre le voyageur car les deux personnages ne se confondent pas toujours au Moyen Âge, bien que leurs pratiques semblent se recouper sur plus d’un point (déplacement, observation, rédaction, etc.). Le premier, appartenant au monde des lettrés, fait figure d’intellectuel. Par le biais de la compilation, pratique essentielle au Moyen âge, il s’inscrit dans une lignée de savants et contribue à l’établissement d’une chaîne ininterrompue du savoir. Qu’importe parfois si les informations glanées çà et là sont périmées depuis plusieurs siècles, la reprise de données fournies par les prédécesseurs est tout aussi noble à ses yeux que l’autopsie et le travail sur le terrain. Le voyage n’est alors perçu que comme l’un des moyens de l’information.

7Le voyageur en revanche place le périple au cœur de son projet, périple qui semble devenir fin en soi. Leur démarche même diffère : alors que le géographe élabore une construction mentale qui transcende le terrain et qui contribue à l’élaboration d’une image globale du monde, le voyageur, lorsqu’il relate son parcours, consigne les choses vues dans l’ordre de leur découverte au cours de l’itinéraire parcouru, lie le temps vécu à l’espace appréhendé.

8Tous deux cependant ont un point commun essentiel : ils livrent un récit à travers les lignes duquel apparaissent tout à la fois le bagage culturel, savant et technique de leur auteur, mais aussi les éléments qu’il entend privilégier. Les merveilles, les anecdotes sur un étranger qui se confond souvent avec l’étrange, les considérations folkloriques ou légendaires, les mentions plus techniques prennent place au sein d’un discours qui se propose d’instruire mais aussi de divertir. L’écriture mêle alors savoir livresque, topoi égrainés au fil des siècles, informations glanées auprès des sources les plus diverses, invraisemblances et vérités. Le traité de géographie, la carte qui accompagne ou se substitue au récit, la relation de voyage sont donc autant de réalisations qui nous apportent des renseignements sur les lieux qu’elles se proposent de décrire ; ce sont également autant de témoignages sur la façon dont, au Moyen Âge, on se représentait le monde.

9Nous avons privilégié deux principaux axes d’études : le premier s’articule autour des notions de géographie savante et de géographie symbolique, lorsque le voyage n’apparaît qu’en filigranes et non comme le préalable à l’établissement de la discipline. De véritables représentations du monde sont alors élaborées ; elles constituent un objet historique extrêmement riche qui permet de mieux comprendre les contextes qui les ont vues naître. Le second axe est consacré aux rapports étroits qui unissent dans d’autres cas le voyage et l’écriture de la géographie ; nous verrons de quelles manières les informations recueillies au cours de périples, justifiés souvent par le départ en pèlerinage, sont ensuite fondues dans un récit géographique qui rend compte tout à la fois de l’élaboration de la discipline géographique, mais aussi des avancées dans la découverte du monde.

Notes

1 À titre d’exemple, Paul Claval, dans un « Que sais-je » portant sur L’Histoire de la géographie (PUF, 1995), analyse « la géographie dans la culture et la société grecques », puis passe brièvement en revue « le déclin des connaissances géographiques » au Moyen Âge, avant de se consacrer à l’étude de la redécouverte des sources antiques à la Renaissance.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540