Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romantismes, l'esthétique en acte

 | 
Jean-Louis Cabanès

Romantismes

À quoi cela sert-il ? La polémique contre l’utilitarisme dans la préface de Mademoiselle de Maupin

Paolo Tortonese

Texte intégral

1On n’aborde pas sans quelque crainte la préface de Mademoiselle de Maupin, un de ces textes trop célèbres et trop encadrés par l’histoire littéraire, enserré dans une gaine de formules traditionnelles. Crainte de se faire happer par un discours convenu sur l’art pour l’art, par des périodisations commodes et stériles, par des concepts épuisés. Mais il aurait été dommage que dans un colloque sur l’esthétique au xixe siècle une place ne lui soit pas réservée, et qu’une tentative ne soit faite pour le situer, non seulement dans une problématique théorique, mais d’abord dans une histoire renouvelée de la littérature du xixe siècle.

  • 1 Parmi ces spécialistes qui ont su jeter un regard neuf sur la préface la plus célèbre de Gautier, (...)

2Ces dernières années, les spécialistes de Gautier ont bien commencé à ranimer la lecture d’un texte compliqué et fuyant1, qu’on a voulu faire correspondre trop strictement à une thèse, et qui mérite d’être relu sans préjugés, non pas pour le vider de tout contenu idéologique, mais pour y chercher une pluralité de discours et d’attitudes, une intuition ouverte et une conscience aiguë des problèmes modernes de la littérature.

3S’il est une œuvre qui a joué un rôle dans la transition de la poétique à l’esthétique, en France, c’est sans aucun doute ce roman de 1835, avec sa préface. Préface et roman se partagent les rôles, pour démolir ensemble une vision prescriptive et pour affirmer une autonomie de l’art aussi tranchée que susceptible d’interprétations diverses.

4S’opposant à la poétique, la préface rencontre sur son chemin, successivement, la critique, la morale, la finalité de l’art. Si Gautier ouvre son texte par une évocation comique de la vertu, c’est que l’obstacle moral est incontournable : il le retrouve à chaque fois qu’il aborde une facette différente de la critique, une école nouvelle, une conception quelconque de la littérature. Le roman fera écho à cette friction avec la morale, en campant un personnage pris au piège de l’amour exclusif du beau et confronté à sa propre démoralisation.

5La polémique de Gautier se concentre sur la critique, répondant, comme vous le savez, aux attaques dont l’avait gratifié Le Constitutionnel, et qui avaient débouché sur un procès. Et notamment Gautier désigne deux principales catégories de critiques : les critiques vertueux et les critiques utilitaires. Le problème moral et la question de la moralité de l’art se posent d’une manière plus évidente pour le premier groupe, les vertueux, les moralisateurs, les scandalisés, mais ces questions ne sont pas moins essentielles dans le cas des utilitaires.

6Je voudrais présenter quelques considérations sur cette dernière catégorie, sur le sens que Gautier semble donner au mot utilitaire, sur les implications idéologiques de l’opposition entre esthétique et utilité, entre esthétisme et utilitarisme. Pour y voir plus clair, nous avons intérêt à contextualiser les propos de Gautier de deux façons : d’abord étroitement, autour de cette année 1834 où Gautier semble avoir écrit sa préface (sans doute après le mois de mai, malgré la date affichée, qui n’est pas crédible), ensuite plus largement, parce que les questions que la préface pose sont celles de la littérature moderne et romantique, qui se propagent de la fin du xviiie siècle à la fin du xixe. Une contextualisation trop exclusivement ponctuelle nous ferait risquer de manquer les plus grands enjeux, et un élargissement trop lâche de la perspective nous ferait perdre de vue la dimension polémique.

  • 2 Théophile Gautier, Poésies complètes, Paris, Nizet, 1970, t. I, p. 82.

7Lorsque Gautier décide de classer le deuxième groupe de critiques qu’il veut dénoncer sous l’étiquette d’utilitaires, le mot n’est pas encore répandu dans la langue littéraire. Les dictionnaires ne donnent pas d’occurrences antérieures au texte de Gautier. Mais Gautier lui-même s’était déjà servi du mot utilitaire, dans la préface d’Albertus en 1832, là où il avait attaqué les « utilitaires, utopistes, économistes, saint-simonistes et autres », coupables de poser à l’auteur la mauvaise question : « À quoi cela sert-il2 ? ». Cette question qui reviendra telle quelle dans la bouche caricaturée du critique utilitaire en 1835, est donc déjà explicite en 1832, et la liaison est déjà faite, entre la catégorie des utilitaires et la question de la finalité de l’art.

8En fait, lorsqu’on parle de la préface de Mademoiselle de Maupin, il faudrait ne pas oublier qu’elle s’inscrit dans une série de quatre préfaces, avec celle d’Albertus en 1832, celle des Jeunes-France en 1833, celle de Fortunio en 1837.

  • 3 Théophile Gautier, Œuvres, choix de romans et de contes, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1995 (...)
  • 4 Ibid., p. 30.

9Dans Les Jeunes-France, le préfacier s’exclame ironiquement : « Je hais de tout mon cœur ce qui ressemble de près ou de loin à un livre : je ne conçois pas à quoi cela sert3 », et il ajoute : « Quant à mon opinion sur l’art, je pense que c’est une jonglerie pure4. »

  • 5 Ibid., p. 479.
  • 6 Ibid., p. 480.

10Dans la préface de Fortunio, la question est devenue : « Qu’est-ce que cela prouve5 ? », et la moquerie revient sur les saint-simoniens, dont le préfacier imagine l’interprétation qu’il pourraient donner du roman, y voyant « la réunion symbolique de l’Orient et de l’Occident6 ». La cohérence de Gautier dans ses antipathies est remarquable, et, au fond, en 1832 nous avons, non seulement son premier emploi du mot, mais déjà les éléments essentiels de son discours contre les utilitaires et sur l’utilité.

  • 7 « Bourgeois utilitaire et positif », Le Rhin, 1842, p. 62.
  • 8 « Ces hideux boudins de tôle représentent l’époque utilitaire où nous sommes », in Là-bas, 1891, p (...)

11Or, le mot français utilitaire semble s’épanouir autour de 1830. À Genève, en 1829, paraît un périodique intitulé L’utilitaire, journal de philosophie sociale, qui se réclame ouvertement de la doctrine de Jeremy Bentham. Il faut pourtant attendre quelques années pour retrouver le mot sous la plume de poètes ou de romanciers, le plus souvent dans un emploi dépréciatif : c’est ainsi qu’on le trouve chez Hugo en 18427, ou encore à la fin du siècle chez Huysmans8. Ce n’est certes pas un mot fréquent, et il est possible qu’il doive une partie de son sens à l’emploi qu’en fait Gautier aux années 1830, l’associant à tout ce qui lui semble antiesthétique dans l’esprit bourgeois. Mais en anglais aussi, langue dont le mot français est dérivé, utilitarian peut signifier, en dehors de toute référence à une doctrine précise, ce qui s’oppose à beau, pittoresque, élégant.

  • 9 Louis Reybaud, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale, Paris, Belin, 1997, p. 54.

12L’adjectif utilitaire ne rentre au Dictionnaire de l’Académie qu’en 1842, précédé par l’adverbe utilitairement en 1835. Toujours en 1842, on le rencontre dans le roman de Louis Reybaud, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale, plus précisément dans une scène cocasse, où le protagoniste, poète sans le sou, reproche à sa maîtresse, qui prétend avoir de quoi manger, de ne pas « raisonner en amie de l’art » et lui dit : « Vous êtes trop utilitaire9. » Ensuite les deux personnages, déçus par le romantisme qui ne les nourrit pas, décident de se faire saint-simoniens.

13Cette association entre utilitarisme et saint-simonisme est justement celle qu’avait faite Gautier dans la préface de 1835 :

  • 10 Théophile Gautier, Œuvres, choix de romans et de contes, op. cit., p. 190.

À côté des journalistes moraux, sous cette pluie d’homélies comme sous une pluie d’été, dans quelque parc, il est surgi, entre les planches du tréteau saint-simonien, une théorie de petits champignons d’une nouvelle espèce assez curieuse, dont nous allons faire l’histoire naturelle. Ce sont les critiques utilitaires10.

14C’est donc dans les interstices de la théorie saint-simonienne qu’a surgi, selon Gautier, le discours des critiques qui déplorent l’autonomie de la littérature et qui réclament l’engagement du romantisme dans les batailles du progrès. Gautier associe cette attitude progressiste à l’utilitarisme en tant que doctrine morale et conception de l’homme.

15L’analyse historique est, évidemment, à nuancer. Les rapports entre utilitarisme anglais et saint-simonisme français sont multiples. Saint-Simon trouve chez Bentham une doctrine qui l’attire et parfois le fait douter. John Stuart Mill, plus tard, s’intéresse à la pensée saint-simonienne. Les deux courants sont distincts, et pourtant ils pouvaient se mêler aux yeux d’un Français des années 1830.

  • 11 Jérémie Bentham, Traités de législation civile et pénale, 3 vol., Paris, Bossange, 1802 ; Jérémie (...)

16Les doctrines de Bentham avaient été importées dans le monde francophone par un Suisse, Etienne Dumont, à partir de 180211, ce qui avait déterminé Mme de Staël à consacrer un chapitre de De l’Allemagne à la réfutation de l’utilitarisme. Dans les années 1830-1833, après la mort d’Etienne Dumont, plusieurs de ses traductions de Bentham avaient été republiées : le Traité des preuves judiciaires, le Traité sur la législation civile et pénale, les Opuscules législatifs. Ces doctrines étaient donc tout à fait accessibles au public français.

  • 12 La Morale utilitaire, exposition et critique des doctrines qui fondent la morale sur l’idée du bon (...)
  • 13 La Morale anglaise contemporaine, morale de l’utilité et de l’évolution, Paris, G. Baillière, 1879

17Elles sont d’ailleurs encore bien présentes dans les décennies qui suivent, et souvent discutées. En 1874, l’Académie des sciences morales et politiques lance un concours relatif à « l’examen critique de la morale utilitaire », et elle couronne deux mémoires, l’un de Ludovic Carrau12, l’autre de Jean-Marie Guyau13, le futur auteur de L’Art au point de vue sociologique, qui n’avait alors que vingt ans. Dans ce mémoire, Guyau expose et réfute les théories benthamiennes, en soulignant le rapport problématique entre l’égoïsme individuel et le bonheur social dans ces doctrines. Dans sa théorie de l’art, quelques années plus tard, il reviendra sur le problème de l’utilité, mais pour chercher à fonder le caractère social de l’art dans le sentiment, ce qui va à l’encontre de l’utilitarisme. Chez Guyau, la morale utilitaire reste antithétique à l’art.

  • 14 Philarètes Chasles, Mémoires, Charpentier, 2e éd., 18761877, p. 161.

18À la même époque, on trouve dans les mémoires de Philarète Chasles, un chapitre sur Bentham, auquel Chasles aurait rendu visite en 1820. Le jeune visiteur est scandalisé quand Bentham lui montre la maison où a vécu Milton, et lui annonce qu’il veut y installer des « écoles chrestomatiques » (c’est-à-dire où on enseigne des choses utiles). Le berceau du Paradis perdu serait donc profané par des apprentissages peu poétiques. Devant l’expression troublée de son interlocuteur, Bentham s’exclame : « Seriez-vous encore sensible aux délicatesses idéales et poétiques que le monde vante ? Tant pis pour vous ! », et il ajoute : « Je ne méprise pas Milton, mais il appartient au passé, et le passé ne sert à rien14. » Voilà qui fait écho à la petite phrase de Gautier : « À quoi cela sert-il ? » Apparemment, l’image circulait, d’un Bentham ennemi des arts.

19Le débat sur l’utilitarisme est par ailleurs également animé par les philosophes éclectiques. Dans le Cours d’esthétique de Jouffroy, cours privé professé en 1825-1826, mais publié en 1843, après sa mort, on trouve une discussion des rapports entre art et utilité, qui, par certains aspects, n’aurait pas déplu à Gautier. Jouffroy, comme son maître Victor Cousin, récuse toute assimilation de l’expérience esthétique à un plaisir égoïste : il veut lui donner une dimension propre, la fonder sur une fonction particulière de l’âme. Mais en cela, il est beaucoup moins l’adversaire de Bentham, qu’il ne cite même pas, et beaucoup plus le disciple de Kant.

20Le désintéressement kantien surgit dans un terrain philosophique très indifférent à l’utilitarisme, mais il rencontre en France, quarante ans plus tard, les préoccupations de ceux qui craignent la réduction de toute activité humaine à un seul et unique mobile, l’intérêt. À l’époque où Gautier écrit Mademoiselle de Maupin, une alliance très ambiguë semble s’être établie entre des tendances utilitaristes proprement benthamiennes et des tendances politiques, soit libérales soit socialistes humanitaires. Ces éléments sont hétérogènes, mais ont pu paraître solidaires à un moment donné.

  • 15 Albert Cassagne, La Théorie de l’art pour l’art en France chez les derniers romantiques et les pre (...)
  • 16 Victor Hugo, préface des Orientales, Paris, Gallimard, « Poésie », p. 20.

21De même, et symétriquement, les préoccupations philosophiques des éclectiques, de source kantienne et platonicienne, ont pu coïncider avec les exigences des romantiques, toutes centrées autour de la liberté de l’art. Albert Cassagne pensait que cette coïncidence était précise mais un peu due au hasard15, parce qu’il ne voyait aucune filiation entre le désintéressement cher à Cousin et la liberté de l’art telle que Hugo l’avait prêchée dans la préface des Orientales : « Que signifie ce livre inutile de pure poésie16 ? » La question reste ouverte, et il faudrait la réexaminer de fond en comble, sachant que la pensée de Cousin commence à avoir son influence en 1818, vingt ans avant les Orientales, vingt-cinq ans avant la préface de Mademoiselle de Maupin, et qu’elle avait eu le temps de pénétrer les esprits et les milieux.

  • 17 Pierre Leroux, Aux philosophes, aux artistes, aux politiques. Trois discours et autres textes, Par (...)

22Quand Pierre Leroux adresse son appel Aux artistes, en 1831, il fait référence à Cousin pour se démarquer de sa pensée, et même s’il veut reconnaître une certaine autonomie à l’art, il pense qu’il ne faut pas fonder cette autonomie sur une distinction des fonctions de l’esprit, au risque de perdre cette solidarité entre art et vie qui lui est précieuse. Pour Pierre Leroux, « l’art, c’est la vie qui s’adresse à la vie », et l’artiste qui, oubliant cette vérité, ferait « de l’art uniquement pour en faire17 », n’aurait pas son approbation.

23Il est clair qu’entre 1830 et 1835 se joue une partie complexe autour de l’utilité, et que sur ce mot se concentrent les craintes et les espoirs de plusieurs groupes, puisant dans différentes idéologies les arguments de leurs diatribes. Les libéraux de l’ancien Globe et leur optimisme progressiste, les saint-simoniens et leur humanitarisme, les néochrétiens de différentes tendances, les éclectiques avec un souci d’élaboration philosophique plus prononcé, le groupe romantique hugolien et son principe de liberté, les Jeunes-France qui tirent de ce principe les conséquences extrêmes.

24Gautier se situe explicitement contre le trois premiers groupes (doctrinaires, saint-simoniens, néochrétiens), sans pour autant vouloir rejoindre les cousinistes. Quant à Hugo, le maître est étonnamment absent de la préface de 1835. Ce silence cache une profonde duplicité : Gautier se situe à la fois aux côtés de Hugo, le Hugo des Orientales, et contre Hugo, le Hugo qui commence à être sensible aux appels des Pierre Leroux.

25Mais, dans son refus de l’utile, Gautier semble occulter un problème théorique. Derrière l’unité qu’il accorde à ses adversaires, en les mettant tous dans le même sac de l’utilitarisme, se cachent non seulement des distinctions qu’il ne veut pas voir, mais aussi une aporie de son propre discours.

26Rejetant l’utilité, considérée comme un principe antithétique au principe de l’art, Gautier accuse les utilitaires de fonder l’art sur le besoin :

  • 18 Théophile Gautier, Œuvres, choix de romans et de contes, op. cit., p. 193.

Il n’y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien ; tout ce qui est utile est laid ; car c’est l’expression de quelque besoin ; et ceux de l’homme sont ignobles et dégoûtants, comme sa pauvre et infirme nature. – L’endroit le plus utile d’une maison, ce sont les latrines18.

  • 19 Voir John Stuart Mill, L’Utilitarisme, Paris, Alcan, 1889, p. 11.

27Le besoin, c’est la recherche du plaisir, dont Bentham avait fait le mobile unique des actions humaines. En entraînant ce besoin dans les latrines, Gautier veut le dégrader, et l’enfoncer dans un matérialisme rudimentaire. Mais cette attitude pourrait lui faire partager le point de vue des spiritualistes qui, eux aussi, critiquaient Bentham. John Stuart Mill notera plus tard que l’utilitarisme a été simultanément accusé d’opposer l’utilité au plaisir, et de réduire l’utilité à un intérêt grossièrement matériel19. Cette dernière critique est celle dans laquelle Gautier risquait de glisser.

28Or, Gautier évite, dans la préface de 1835, de se confondre avec les partisans de mobiles nobles et spirituels, à opposer à la recherche du plaisir. Et il ne dit jamais sur quel élan supérieur l’esthétique trouverait son appui. Il y a une raison à cela : Gautier veut se réclamer d’une vision hédoniste de l’art, au moment même où il dénonce le principe de l’intérêt, qui est un principe de plaisir. Il faudra donc se demander en quoi diffèrent l’hédonisme esthétique et l’hédonisme utilitaire.

  • 20 « Principes de législation », in Œuvres de J. Bentham, t. I, Bruxelles, L. Hauman, 1829-1830, p. 1 (...)

29Pour Bentham, « la nature a placé l’homme sous l’empire du plaisir et de la douleur », et nous devons toutes nos idées au désir de nous procurer le premier et de fuir la seconde. Selon ce système, « mal, c’est peine, douleur ou cause de douleur. Bien, c’est plaisir ou cause de plaisir. » Autrement dit : « La vertu n’est un bien qu’à cause des plaisirs qui en dérivent : le vice n’est un mal qu’à cause des peines qui en sont la suite20. »

30Cette réduction des catégories morales à une seule et simple réalité psychologique, qui est la recherche du plaisir, aurait pu plaire, en principe, à un sceptique comme Gautier, qui a violemment critiqué l’ascèse chrétienne. Si cette réduction lui paraît ignoble, c’est donc pour des raisons distinctes de celles qui faisaient réagir un Edme Caro. Pour Gautier aussi, comme pour Bentham, le plaisir n’est pas à blâmer.

31Mais il y a deux autres aspects déterminants de la pensée de Bentham. Le premier, c’est que le plaisir doit être cherché dans sa dimension collective, et que la société fait primer le bien-être de tous sur le bien-être d’un seul. Le second, c’est que l’utilitarisme valorise les attitudes modérées dans la recherche du plaisir, sur la base d’une sorte d’économie morale. Pour Bentham, la morale est affaire de calcul : l’homme vicieux semble obtenir d’abord plus de plaisir que le vertueux, mais à la longue c’est le vertueux qui aura plus de plaisir. La morale utilitaire ne demande pas de renoncer définitivement au plaisir, mais de bien calculer ses chances d’en avoir le plus possible, à long terme :

  • 21 Ibid., p. 25.

L’homme vertueux amasse dans l’avenir un trésor de félicité ; l’homme vicieux est un prodigue qui dépense sans calcul son revenu de bonheur […]. La vertu est comme un économe prudent, qui rentre dans ses avances et cumule les intérêts21.

  • 22 Ibid., t. II, p. 38.

32Ainsi, dit Bentham, « le moraliste éclairé » doit « démontrer qu’un acte immoral est un faux calcul de l’intérêt personnel, et que l’homme vicieux fait une estimation erronée des plaisirs et des peines22 ». On s’aperçoit qu’au fond c’est une théorie de l’épargne, théorie bourgeoise par excellence ! – « boutiquière », aurait dit Baudelaire.

33Le mot d’ordre de Bentham est : « régulariser l’égoïsme ». Dans cette expression, Gautier aurait rejeté le verbe encore plus que le substantif. Comble de la morale bourgeoise que cette recherche d’un bonheur qui n’a pas la violence généreuse, l’audace d’un hédonisme pressé qui prend ses risques ; recherche d’un bonheur pantouflard, calculé, prévoyance d’épicier qui met de côté son capital en vue d’une confortable retraite.

34On ne peut imaginer rien de plus opposé aux valeurs de Gautier, mais aussi à la vision de la beauté qui se trouve dans Mademoiselle de Maupin. Dans le roman, le personnage d’Albert vit l’amour de la beauté comme une expérience qui l’isole, l’empêche de ressentir la moindre sympathie pour son prochain, le rend presque inhumain. D’Albert serait prêt à donner tous les plaisirs de sa vie pour une nuit d’amour avec l’incarnation de son idéal, et voudrait brûler toutes les satisfactions futures dans la flamme d’un instant. L’esthétique, chez Gautier, ne souffre ni de compromis social ni de compromis stratégique : elle est l’absolu qui s’oppose à la relativité relationnelle et rationnelle.

35Mais cet absolu, bizarrement, ne trouve aucun appui dans une spiritualité, ni même dans une théorie du sentiment, et c’est pourquoi nous chercherons en vain, à travers les alternances de discours ironique et non-ironique, dans la préface de Mademoiselle de Maupin, une affirmation précise sur la fonction de l’âme qui correspondrait à l’expérience esthétique, sur les valeurs élevées qui la nourrissent, sur les retombées positives qui la suivent.

  • 23 Article du 29 mai 1833 dans L’Europe littéraire, ensuite refondu dans « Littérature et philosophie (...)

36C’est pourquoi Gautier ne veut pas que sa critique de l’utilitarisme aboutisse au point de vue d’une Mme de Staël, opposant au calcul l’amour du bien et associant l’art à cet amour ; ni au point de vue de Saint-Simon, qui, lorsqu’il doute des vertus exclusives de l’économisme, s’adresse au sentiment (comme l’a montré Philippe Régnier) ; ni au point de vue de Pierre Leroux, avec sa morale de la générosité politique ; ni au point de vue trop hésitant de Hugo en 1833, qui rejette « l’utilité directe » et « l’art enrôlé », mais pense que l’art « enseigne et civilise23 » ; ni, pour finir, au point de vue strict des Cousin et des Jouffroy, trop sûrs de la réalité psychologique de leur concepts.

37Il reste donc à Gautier un anti-utilitarisme boiteux, si on le compare aux idées de son époque. Mais cette lacune dans son discours, faisant de sa théorie à peine une demi-théorie, lui permet de jouer la carte de la destruction ironique, et de ne pas collaborer à la construction laborieuse d’une métaphysique de l’art.

38Sa sécession radicale donne à son discours à la fois de la faiblesse et de la force. Faiblesse théorique, qui le rend marginal dans un contexte de débat philosophique, et force polémique, qui donne à sa revendication de l’art un caractère d’autant plus absolu que son absoluité n’est pas fondée, mais juste posée dans la violence rhétorique.

39L’art posé, revendiqué, mais non véritablement fondé, est plus fragile que jamais, plus soumis que jamais aux dangers de la société marchande et démocratique (c’est ce que Gautier assume par ses propos ironiques sur la réclame des livres). L’art ne peut jouer que de son extrême exiguïté pour ne pas se faire écraser par les colosses qui l’entourent, en se glissant dans les interstices et dans les marges de la configuration idéologique et sociale. Son obstination est à la mesure de sa précarité, sa résistance est un défi impertinent.

40À travers la faille philosophique, finalement, se fait jour une prise de conscience en dehors de toute doctrine. À la frontière où les ressources théoriques de Gautier s’épuisent surgit un rire qui emporte tout ce qui devait faire vivre l’art, et ce même rire le fait obstinément survivre.

Notes

1 Parmi ces spécialistes qui ont su jeter un regard neuf sur la préface la plus célèbre de Gautier, je citerai seulement Martine Lavaud, et sa thèse sur Théophile Gautier militant du romantisme, Paris, Champion, 2001, et Anne Geisler, qui a procuré une excellente édition commentée de Mademoiselle de Maupin, Paris, Champion, 2003.

2 Théophile Gautier, Poésies complètes, Paris, Nizet, 1970, t. I, p. 82.

3 Théophile Gautier, Œuvres, choix de romans et de contes, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1995, p. 25.

4 Ibid., p. 30.

5 Ibid., p. 479.

6 Ibid., p. 480.

7 « Bourgeois utilitaire et positif », Le Rhin, 1842, p. 62.

8 « Ces hideux boudins de tôle représentent l’époque utilitaire où nous sommes », in Là-bas, 1891, p. 90.

9 Louis Reybaud, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale, Paris, Belin, 1997, p. 54.

10 Théophile Gautier, Œuvres, choix de romans et de contes, op. cit., p. 190.

11 Jérémie Bentham, Traités de législation civile et pénale, 3 vol., Paris, Bossange, 1802 ; Jérémie Bentham, Théorie des peines et des récompenses, 2 vol., ouvrage rédigé en français, d’après les manuscrits d’Étienne Dumont, Londres, B. Dulau, 1811 ; Traité des preuves judiciaires, ouvrage extrait des manuscrits de Jérémie Bentham, ouvrage édité par Étienne Dumont, 2 vol., Paris, Bossange Frères, 1823 ; De l’Organisation judiciaire et de la codification, extraits de divers ouvrages de Jérémie Bentham, édité par Étienne Dumont, Paris, H. Bossange, 1828.

12 La Morale utilitaire, exposition et critique des doctrines qui fondent la morale sur l’idée du bonheur, Paris, Didier, 1875.

13 La Morale anglaise contemporaine, morale de l’utilité et de l’évolution, Paris, G. Baillière, 1879.

14 Philarètes Chasles, Mémoires, Charpentier, 2e éd., 18761877, p. 161.

15 Albert Cassagne, La Théorie de l’art pour l’art en France chez les derniers romantiques et les premiers réalistes, Seyssel, Champ Vallon, 1997, p. 73.

16 Victor Hugo, préface des Orientales, Paris, Gallimard, « Poésie », p. 20.

17 Pierre Leroux, Aux philosophes, aux artistes, aux politiques. Trois discours et autres textes, Paris, Payot, 1994, p. 144.

18 Théophile Gautier, Œuvres, choix de romans et de contes, op. cit., p. 193.

19 Voir John Stuart Mill, L’Utilitarisme, Paris, Alcan, 1889, p. 11.

20 « Principes de législation », in Œuvres de J. Bentham, t. I, Bruxelles, L. Hauman, 1829-1830, p. 10.

21 Ibid., p. 25.

22 Ibid., t. II, p. 38.

23 Article du 29 mai 1833 dans L’Europe littéraire, ensuite refondu dans « Littérature et philosophie mêlées », in Œuvres complètes, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2002, p. 58.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540