Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romantismes, l'esthétique en acte

 | 
Jean-Louis Cabanès

Sociabilités au cours du siècle

Les manuels de beauté romantiques : une esthétique mise en pratique

François Kerlouégan

Texte intégral

  • 1 Philippe Perrot, Le Travail des apparences. Le corps féminin. xviiie-xixe siècles, Paris, Éditions (...)
  • 2 Voir Alain Corbin, Le Miasme et la jonquille : l’odorat et l’imaginaire social aux xviiie et xixe (...)

1Rivoles et futiles, les manuels de beauté de l’âge romantique ne le sont qu’en apparence. S’il est en effet un lieu, au xixe siècle, au même titre que la littérature et la peinture, qui témoigne de l’ancrage idéologique du discours esthétique, c’est bien le manuel de beauté. Bien que ce texte hybride, tenant à la fois du livre de recettes, du guide de bonnes manières, du traité de morale et, parfois, du pamphlet politique, fasse souvent sourire le lecteur moderne par son inconséquence, il construit toutefois, sous son abord inoffensif, une puissante image sociale. Ce sont ces relations entre un objet (le manuel de beauté) et un phénomène essentiel du siècle (la mise en idéologie du beau et, corollaire inévitable, la vulgarisation du discours esthétique) que nous nous proposons d’étudier ici. Contre toute attente, on ne cherchera pas à circonscrire le canon esthétique prévalent à l’époque romantique, ce que l’historien du corps Philippe Perrot a appelé le « modèle somatique1 » – pour cela, on renverra aux conclusions éclairées d’Alain Corbin et de Georges Vigarello2. Ce qui nous retient ici, c’est l’objet même du manuel de beauté, le discours qu’il constitue, la doxa qu’il dispense.

  • 3 Paris, sans éditeur, 1806.
  • 4 Paris, Delaunay, 1825.
  • 5 Paris, Roret et Béchet, 1828.
  • 6 Voir Honoré de Balzac, Œuvres diverses, t. II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1 (...)
  • 7 Paris, édité à compte d’auteur, 1829.
  • 8 Paris, Roret, 1832.
  • 9 Lyon, Boursy, 1836.
  • 10 Paris, Comptoir des Imprimeurs-unis, 1844.

2Parmi le foisonnement de manuels de beauté de la première moitié du siècle, nous en retenons sept, selon des critères relativement arbitraires, reconnaissons-le, si ce n’est leur évident intérêt. C’est d’abord, dans l’ordre chronologique, l’éminente et volumineuse Toilette des dames, ou encyclopédie de la beauté3 (1806). Suivent, en 1825, le plus modeste Traité d’hygiène domestique4 de Vidalin, ainsi que l’important Code de la toilette d’Horace Raisson, sous-titré Manuel complet d’élégance et d’hygiène contenant les lois, règles, applications et exemples de l’art de soigner sa personne et de s’habiller avec goût et méthode5 et dont une large part serait due à Balzac6. En 1829 paraît l’intéressant ouvrage d’un coiffeur, Pierre Villaret, Les Métamorphoses de la chevelure7. On trouve ensuite un guide plus conséquent, la bible de la beauté bourgeoise, le Manuel des dames8 de Mme Celnart (1832). Les deux derniers textes retenus sont aux antipodes l’un de l’autre : le Nouveau manuel de santé, ou recettes pour conserver la santé, la vigueur et la beauté9 (1836) de Ferdinand B***, mince fascicule de douze pages vendu à bas prix, et la Théorie de l’élégance10 (1844) d’Eugène Chapus, texte plein d’esprit aux tonalités pamphlétaires et à l’esprit balzacien dans ses meilleurs moments.

  • 11 Notre analyse ne concerne que la beauté féminine. La beauté masculine, elle, n’est pas encore cons (...)
  • 12 Si les noms des cosmétiques énumérés font rêver le lecteur moderne (« Fluide de Java », « Poudre d (...)

3Notons d’emblée que la dénomination simplificatrice de « manuels de beauté romantiques », qui pourrait faire accroire à un ensemble des plus homogènes, masque en fait une réelle hétérogénéité, tant concernant le type de texte (du traité allusif au guide exhaustif contenant une liste de conseils pratiques), que leur date (1806 pour le plus ancien, 1844 pour le plus récent) et leur destinataire (de la femme du monde à la grisette11). Les points communs, pourtant, sont nombreux. La structure de l’ouvrage, d’abord, est identique. Après une préface, où l’auteur s’explique sur ses visées, se succèdent invariablement deux parties : un passage en revue des différents lieux du corps (cheveux, visage, mains, etc.), accompagnés de conseils de beauté sur chacun d’entre eux, puis une seconde partie consacrée à la cosmétique, énumérant les produits de beauté à la disposition de la lectrice12.

  • 13 Horace Raisson, Code de la toilette, Paris, J. P. Roret, 1828, p. 154.

4Ultime point commun, et non des moindres : tous ces textes proposent, quels qu’ils soient, un discours sur la beauté. Si l’interdit moral s’y donne à lire sous un aspect si catégorique, si les défenses y semblent si impérieuses (ne pas arborer telle coiffure, du dernier des ridicules ; ne pas user de tel cosmétique, du plus vulgaire, etc.), c’est qu’ils revêtent une puissante valeur socio-idéologique. Donner à voir telle caractéristique physique, c’est montrer qu’on appartient à une classe : celle des femmes de goût, des femmes à la mode ou, dans les manuels plus populaires, des femmes « convenables ». Étonnant paradoxe que, dans l’espace clos de la chambre ou du cabinet de beauté, voire dans l’espace plus réduit qu’est le sac à main, la besace, la bourse des femmes (la plupart de nos ouvrages sont de petit format : in-seize, voire in-dix-huit pour certains), se loge un discours idéologique. En lisant les manuels de beauté, on découvre en effet que le beau ne s’y offre plus comme une entité théorique, ni même comme un idéal plastique, mais, pleinement, comme une pratique. Certes, le manuel de beauté demeure – c’est sa limite – un discours, non une réalisation, mais la beauté qu’il prescrit, contrairement à celle produite par l’artefact, se trouve profondément ancrée dans une réalité sociale. Acteur à part entière du corps social, le corps met en effet en jeu des données sociopolitiques qu’ignore l’œuvre d’art. Nos auteurs ne légifèrent d’ailleurs pas seulement sur la beauté, mais aussi et surtout sur les convenances, c’est-à-dire les usages sociaux du corps. « Une personne bien élevée, lit-on dans le Code de la toilette, est peu prodigue de gestes13. » Avec de telles phrases, le manuel de beauté édicte bien un usage du corps, un habitus, une pratique corporelle qui est aussi pratique sociale.

  • 14 Ferdinand B***, Nouveau manuel de santé, op. cit., p. 8.
  • 15 Mme Celnart, Manuel des dames, Paris, Roret, 1832, p. 6.
  • 16 Formé de mucilage, une substance végétale.
  • 17 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 19.

5Comment, dans nos manuels, cette efficacité sociale de la beauté se donne-t-elle à lire ? Partons du fait que, découvertes de la médecine aidant, la beauté se trouve dans nos ouvrages, de manière inédite et sans doute pour la première fois (même s’il y a eu des précédents à la fin du xviiie siècle), médicalisée. « La beauté, écrit l’un de nos auteurs, se conserve par les mêmes moyens que la santé, dont elle dépend en grande partie14. » Beauté et santé se retrouvent en effet sur le terrain commun de la propreté. « Soyons d’une propreté constante, minutieuse, professe un autre, car la propreté embellit la laideur, comme la malpropreté enlaidit les plus heureux charmes15. » Sans aller jusqu’à l’ouvrage de Ferdinand B***, précisément intitulé Nouveau manuel de santé, la plupart de nos manuels de beauté peuvent passer pour des traités de médecine. N’échappant pas au travail de rationalisation herméneutique qui affecte le réel en ce début de siècle, la beauté devient ainsi un terrain mesurable, quantifiable, capable d’être évalué cliniquement. Si on ne divise pas partout systématiquement les cosmétiques en mucilagineux16, vinaigres et pommades, partout on emprunte aux traités de médecine une tonalité scientifique incontestable. « Dans notre Manuel, écrit par exemple Mme Celnart, nous procédons en vraies savantes. Ainsi, nous avons vu l’alopécie, la calvitie ; voici maintenant la canitie, ou la décoloration des cheveux17. » Partout, on ne manque pas de déconseiller aux lectrices les soins de beauté nuisibles à la santé. D’ailleurs, de manière quasi généralisée, on ne parle plus de « beauté » mais d’« hygiène » – la différence est capitale. Au goût, alors seul critère, pour le moins diffus, du beau, se substitue la rigueur du critère médical. Preuve en est le traitement de la chevelure dans nos textes. Lieu d’une intense rêverie érotique, esthétique, culturelle, la chevelure féminine n’est abordée ici qu’en termes cliniques : coupe, effets néfastes de la teinture, lutte contre les cheveux blancs ou la chute, etc. Si c’est évidemment l’objectif de tout manuel de beauté de n’évoquer le corps qu’en termes techniques, le discours sur la beauté, autour de 1830, prend ses distances avec les usages symboliques et culturels du corps pour ne le considérer que sous l’angle objectif de l’anatomie – conséquence, dans sa version triviale, de la naissance de la clinique qui fonde le siècle.

  • 18 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 168.
  • 19 Ibid., p. 174.
  • 20 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 6.
  • 21 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 193.

6La marque la plus visible de cette transformation de la beauté en hygiène est la préconisation, unanime dans nos textes, de ce qu’on pourrait appeler l’idéal du corps naturel. Ici, on conseille pour le visage des « recettes salubres », « simples comme la nature18 ». Là, on signale que « l’eau fraîche suffit pour […] baigner [les yeux] soir et matin19 ». Ailleurs, on indique que « seconder, soigner la nature, ne point prétendre à la forcer, voilà tout l’art de la toilette20 ». Partout, enfin, on valorise la beauté entretenue par simple ablution, expliquant que « l’âme de la toilette est une exquise propreté21 ». En opposition avec la beauté des siècles classiques, où la cosmétique primait sur l’hygiène, nos manuels tracent donc les contours d’une esthétique du naturel, où l’hygiène, découverte récente à l’époque, devient le critère essentiel de la séduction.

  • 22 Vidalin, Traité d’hygiène domestique, Paris, Delaunay, 1825, p. VIII.
  • 23 Ibid., p. 157.
  • 24 Eugène Chapus, Théorie de l’élégance, Paris, Comptoir des Imprimeurs-unis, 1844, p. 8.

7Cette médicalisation de la beauté nous retient moins en tant que telle que parce qu’elle instaure le corps en outil social. Pour l’un de nos auteurs, l’hygiène est en effet « util[e] pour la société22 ». Cessant d’être un vain ornement, le hochet d’une aristocratie oisive, la beauté devient une vertu indispensable aux relations sociales, un instrument de la conquête du réel. Ainsi, si l’auteur de la Toilette des dames privilégie la propreté au détriment de la cosmétique, c’est parce qu’elle est plus accessible aux femmes du commun. En tirant la beauté vers la propreté, et donc vers la santé, on la soustrait à la conscience de classe dont elle était jusque là inséparable. De signe d’un groupe social, elle devient exigence universelle. « Un médecin hygiéniste, écrit Vidalin, ne connaît d’autre cosmétique pour la peau, que l’eau fraîche et pure, la tempérance, et la santé qui en est la conséquence […]. Ce sont là les seuls cosmétiques que l’on rencontre dans les toilettes des villageoises : il ne me paraît pas qu’elles s’en trouvent plus mal23 ». S’alignant sur des critères naturels, la beauté fait donc passer au second plan les critères culturels, et notamment les signes d’appartenance sociale. Reprenant cette idée, Eugène Chapus estime que « la femme qui revient du fleuve avec les deux mains sur les hanches, une cruche de grès sur la tête, une fleur à la bouche, a une élégance dont on n’imiterait ni le charme ni l’originalité24 ». Mettre l’accent sur l’hygiène, c’est donc démocratiser le beau. Rappelons que, sans paradoxe aucun, ce sont les femmes du monde qui sont, à cette époque, les plus étrangères à la toilette par ablution et immersion, que connaissent en revanche les paysannes.

  • 25 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 81.
  • 26 Voir Georges Vigarello, Histoire du corps, t. II, op. cit.

8La médicalisation de la beauté et le sens idéologique qui s’y attache ne trouvent pas meilleur terrain d’expression que l’épineuse question du fard. Si ce dernier est condamné unanimement, c’est qu’il ne vise qu’à séduire. Avec le fard, la beauté seule est prise en compte, détachée de la notion de santé. Nos auteurs ne manquent d’ailleurs pas d’avertir leur lectrice que le fard est « fort dangereux » et, en raison du sulfure de mercure qu’il contient, qu’il « nuit à la santé25 ». Sous le raisonnement médical perce sans mal un argument socio-idéologique. Le fard, à l’époque de nos textes, est en effet condamné car il est perçu comme démodé et, pis encore, comme l’usage exclusif de l’aristocratie de l’Ancien Régime. Mais, contradiction intéressante, il demeure aussi, on le sait, une des pièces maîtresses de l’attirail séducteur de la prostituée. Ainsi, en fustigeant le fard, le manuel bourgeois récuse-t-il deux modèles sociaux violemment rejetés par la morale boutiquière : la femme du monde et la prostituée, deux réalisations du féminin que l’honnêteté juste-milieu rassemble dans une même accusation d’immoralité. Contre la morale libertine de l’aristocratie, contre la morale immorale de la courtisane, qui, toutes deux, à l’instar du fard, dissimulent, la morale bourgeoise, au contraire, ôte, décape, nettoie. Georges Vigarello a montré comment l’hygiène du corps était une manifestation de l’ordre moral26. Loin de tout excès, d’un côté comme de l’autre, l’hygiène, valeur moderne, devient en effet une des incarnations de la tempérance bourgeoise. À cela s’ajoute le fait que, l’hygiène signant une valorisation inédite de l’individu quelle que soit son origine, chaque femme qui suit les conseils de santé peut aspirer à devenir belle de manière naturelle, et non selon des procédés cosmétiques garants d’une appartenance sociale.

  • 27 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 51.

9Rationalisée, médicalisée, inséparable de l’hygiène, la nouvelle beauté prônée dans nos manuels perd alors de son aura magique. Elle se démocratise, se vulgarise. Faire de la beauté une science revient en effet à la rendre lisible – et lisible par tous. Cet effort de démystification est très net dans nos ouvrages. Ainsi, à propos d’un cosmétique, la « pâte divine de Vénus », qui permet d’adoucir et de blanchir la peau, le Manuel des Dames précise que « ce titre pompeux, charme des élégantes vulgaires, effroi des dames éclairées, ne désigne pourtant ni un trésor, ni un poison, mais tout simplement une pommade composée de graisse, de beurre, de miel et de quelques aromates27 ». La « pâte divine de Vénus » n’a plus de divin que son nom ! Expliqué, divulgué, éventé, le secret de beauté n’en est plus un. Il sort du boudoir de la femme du monde pour s’exhiber, avec une impudeur toute démocratique, dans les éditions à bon marché de nos manuels. La conséquence est de taille : naguère privilège, marque de naissance, idéal impénétrable, la beauté, désormais, s’actualise, devient objectif atteignable, réalisable par les moyens concrets de la cosmétique. Paradigme lyrique, elle se transforme à présent en rouage économique. On ne naît pas belle, on le devient : tel pourrait être le credo de nos manuels, témoignant ainsi de ce que l’on pourrait nommer, paraphrasant Georg Lukács, une capitalisation de la beauté.

  • 28 Eugène Chapus, Théorie de l’élégance, op. cit., p. 13.
  • 29 Ibid., p. 60.
  • 30 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 71.
  • 31 Ibid., p. 85.

10En réalité, l’évolution n’est pas aussi lisible, car le nouvel élément d’analyse qu’on vient d’avancer brise la prétendue homogénéité de notre ensemble de textes. Il faut en effet différencier nettement le manuel destiné aux femmes de l’aristocratie, dans lequel la beauté est et demeure une donnée innée, et le manuel bourgeois, qui est le seul à développer cette idée du capital beauté. Les manuels d’obédience aristocratique, en effet, persistent à affirmer que la beauté, loin de pouvoir être acquise par une somme d’opérations, réside dans le comportement, confirmant là son impossible démocratisation. « On n’enseigne pas l’élégance, lit-on sous la plume du très mondain Eugène Chapus, on l’aime, on la voit, on la comprend d’intuition, on se l’approprie, mais on n’en reçoit pas de leçons28 ». Et il explique plus loin que « le cou long, les épaules fines, les mains petites, blanches, effilées, sont réputés jolis et élégants, parce que ce sont là des caractères auxquels s’associent des idées de noblesse d’origine, d’inoccupation, de grandeur et de fortune29 ». De même, si le Code de la toilette, qui s’adresse visiblement aux mêmes femmes du monde, divulgue fort peu de conseils de beauté (la partie dévolue aux cosmétiques, placée en appendice, est comme bâclée), c’est que, pour l’auteur, la beauté, l’élégance, la séduction ne s’enseignent pas. « Il n’y a pas de règles à indiquer pour la tenue des bras, y lit-on. Un laisser-aller naturel, un doux abandon leur donnent seuls de la grâce30. » De manière générale, Raisson et Balzac évitent d’empiéter sur le domaine médical, dont ils savent qu’il contribue à rendre la beauté rationnelle et donc moins marquée socialement. « Les soins, écrivent-ils, qui […] peuvent combattre [l’embonpoint] appartiennent plutôt au domaine de la médecine qu’à celui de la toilette31 » – et de les passer sous silence, traçant une limite aussi infranchissable que tacite entre beauté et médecine.

  • 32 Ibid., p. 7.
  • 33 Eugène Chapus, Théorie de l’élégance, op. cit., p. 20.

11La dimension innée de la beauté n’est donc en réalité qu’un avatar de la conscience de classe. Dans la société profondément bouleversée des premières décennies du siècle, où les frontières sociales ont été brouillées par le nivellement bourgeois, le manuel de beauté destiné à l’aristocrate renoue avec une forme de distinction. Il réintroduit cette différenciation sociale qu’on pensait disparue depuis la Révolution. « Aujourd’hui, constatent les auteurs du Code de la toilette, toutes les classes de la société revêtent le même costume, la seule manière de le porter établit extérieurement les distinctions32. » Même son de cloche sous la plume d’Eugène Chapus : « Aujourd’hui, la confusion règne dans les idées comme dans les choses ; il n’y a ni classe, ni moule de profession, ni caractère. Aussi qu’avons-nous fait ? Nous avons adopté le paletot, qui n’est fait pour personne et qui va mal à tout le monde33. » Ces deux jugements portent certes sur la mode, non sur la beauté physique, mais le propos est inchangé : le manuel sert à retracer une frontière entre les gens de goût et les autres, à réorganiser l’espace du beau, largement uniformisé par la modernité.

  • 34 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 6.

12Mais il y a plus. La vocation ultime du manuel de beauté aristocratique réside sans doute dans ce que l’on pourrait nommer sa fonction cathartique. Tout en témoignant de la mobilité des formes, esthétiques et politiques, il tente de la conjurer en fixant, codant, balisant un terrain jugé par trop mouvant. Farouchement réactionnaire, contre la peur panique d’un réel instable, il construit un ordre social immuable distinguant clairement les frontières. Il devient ainsi le garant d’une stabilité sociale. On comprend mieux, dès lors, la rhétorique juridique qui encadre, par exemple, le manuel de Raisson, si bien dénommé code : il n’y est question que de « corps de doctrines », de « lois », de « règles » et d’« exemples34 ». C’est parce que la beauté physique met en jeu des enjeux sociaux qu’elle nécessite, à ce titre, comme tout phénomène social, une législation. Le manuel se fait alors le témoin d’un rapport social devenu illisible, qu’il faut rendre à sa transparence.

  • 35 Ferdinand B***, Nouveau manuel de santé, op. cit., p. 8.
  • 36 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 27.

13C’est donc seulement, à l’inverse des manuels aristocratiques, dans les manuels plus bourgeois que la beauté apparaît comme le fruit d’un travail. En témoigne le titre d’un chapitre du Nouveau manuel de santé : « Choses qui contribuent à conserver et à augmenter la beauté35. » De même, la blancheur du teint, élément-clef du canon esthétique féminin, peut s’acquérir par des « soins hygiéniques constants » pour la femme qui « ne l’a pas reçu[e] de la nature36 ». Dès lors qu’elle s’impose comme un capital à faire fructifier ou, au contraire, à dilapider, la beauté devient un facteur de mobilité sociale. Pour une femme, la transformation de son corps est tout aussi possible que celle de sa condition. Ces manuels, destinés aux lectrices de la petite bourgeoisie, voire aux grisettes, proposent donc une beauté – osons l’anachronisme – « en kit », à assembler soi-même, à l’opposé des codes si déterministes, si immuables, de la beauté aristocratique. Parfaite incarnation d’une esthétique en acte, où la femme maîtrise davantage son existence sociale, la beauté préconisée dans ces manuels ne s’offre plus comme un acquis mais comme une activité.

  • 37 Ibid., p. 25.
  • 38 Philippe Hamon, Imageries. Littérature et image au xixe siècle, Paris, José Corti, « Les Essais », (...)

14Cette divergence dans la conception de la beauté (beauté innée contre capital beauté) est particulièrement visible dans l’isotopie du dévoilement qui traverse nos textes. Loin des manuels pour les femmes du monde qui préservent la forteresse de la beauté, consolident l’énigme du beau en n’en divulguant rien, les manuels plus accessibles révèlent et dévoilent. Ainsi, les traits de la beauté aristocratique – pâleur de la peau, port de tête, finesse des cheveux, profondeur du regard – jugés inatteignables par la ménagère bourgeoise, brillant dans leur lointaine perfection, se donnent désormais comme le résultat de gestes simples. La beauté devient le résultat d’une opération dont on livre désormais la formule. Le secret du féminin – secret sexuel autant que social – s’expose, se publicise. La beauté est, en d’autres termes, déchiffrée. Le manuel de beauté de large diffusion se situe ainsi à l’exact inverse du texte littéraire, qui, au contraire, consolide l’énigme de la beauté féminine en ne l’expliquant jamais. « C’est à tort, écrit d’ailleurs l’un de nos auteurs, que l’on répète souvent que la beauté peut se passer du secours de la toilette ; et messieurs les poètes vantent aussi trop légèrement les héroïnes parées de leurs seuls attraits37. » Le propos est clair : là où la littérature reste évasive, le manuel pénètre, dissèque, explique. La toilette serait ainsi à la beauté ce que la versification est à l’inspiration poétique : la partie invisible de l’œuvre d’art. La beauté ne se donne donc plus comme une entité abstraite, un concept dont la tyrannique suprématie n’aurait d’égale que son impossible appropriation par l’individu, mais, dévoilant les coulisses, comme un art palpable et tangible, puisque s’inscrivant sur ce matériau éminemment concret qu’est le corps de chaque lectrice. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que ce soit la bourgeoisie, insatisfaite en ce début de siècle à l’idée de se voir refuser l’accès au sublime – il demeure le langage de l’aristocratie –, qui invente le manuel de beauté. Rien de fortuit non plus si ce dernier fleurit précisément au moment de l’essor des techniques de reproduction de l’image, car il participe largement de cette vaste entreprise de démocratisation du beau, de vulgarisation du jugement esthétique, de la « mise en exposition généralisée des êtres et des choses38 ».

  • 39 Toilette des dames, p. 41.
  • 40 Eugène Chapus, Théorie de l’élégance, op. cit., p. 29.
  • 41 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 16.
  • 42 Ibid., p. 6.
  • 43 Ibid., p. 11.
  • 44 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 43.
  • 45 Toilette des dames, p. 273.

15Toutefois, si le manuel de beauté bourgeois signe une démocratisation du beau, loin de faire accéder la femme à une connaissance de soi, il demeure profondément normalisateur et contraignant. À la prescription aristocratique s’est simplement substituée la prescription bourgeoise, sans doute plus explicite, plus bavarde, mais non moins impérieuse. Si un seul de nos manuels professe timidement l’idée d’une relativité de la beauté (« Il n’y a point de beau physique invariable »39), la quasi-totalité s’accorde avec l’éthique bourgeoise. Preuve en est que la beauté originale ou singulière est perçue comme largement négative. Celle de la femme de lettres, par exemple, est récusée, car celle-ci, lit-on, « tient moitié de l’homme, moitié de la femme », ce qui fait d’elle « un être mixte, un centaure de la civilisation40 ». Les manuels, par leurs injonctions ou leurs interdits, modélisent, chiffrent, fondent un étalon. Cette normalisation du beau est d’ailleurs traduite par certains procédés stylistiques récurrents. D’abord, la forte rhétorique prescriptive (« Il faut41 », « Il ne faut pas… », « Il est bon aussi de… », « On ne doit jamais… », « Il faut éviter, autant que possible, de42… », « Il faut vous interdire complètement43… », etc.). On remarque aussi l’abondance d’énoncés topiques, de clichés, langage normatif qui fait écho à la norme physique prescrite (dans un manuel, un chapitre sur la beauté des yeux débute ainsi : « L’œil est le miroir de l’âme44 » !). C’est enfin le recours, plus rare mais non moins révélateur, à une typologie (« Sophie, à quinze ans, n’était qu’une paysanne ; Sophie, aujourd’hui, voit son dix-huitième printemps, et c’est une nymphe élégante et mignonne […]. À qui sont dus ces prodiges ? Aux cosmétiques45 »). Dans le dernier cas, l’invention d’un type social, qui annonce la typologie balzacienne et celle des Français peints par eux-mêmes, témoigne bien de ce discours social qui motive, plus ou moins explicitement, le manuel de beauté.

  • 46 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, « Tel », 1993,p. 1 (...)

16Normative et réactionnaire, la doxa du manuel de beauté l’est surtout, et de manière la plus violente, dans la représentation passablement misogyne qu’elle donne de la femme. Si, en enseignant aux femmes un usage du corps, le manuel de beauté remplit une indéniable fonction émancipatrice, celle-ci y est dépeinte, soit dans les manuels pour femmes du monde, comme une poupée, un objet à parer pour satisfaire la libido masculine, soit dans les ouvrages fondés sur un idéal plus bourgeois, comme une mère de famille vertueuse, qui n’est belle qu’en proportion de sa vertu conjugale. Dans les deux cas, le discours enferme la femme, la maintient dans un cadre représentatif. Écrits pour la plupart par des hommes – le seul qui soit écrit par une femme, Le Manuel des Dames de Mme Celnart n’est pas, en la matière, le plus progressiste –, nos manuels quadrillent l’espace féminin, maîtrisant ainsi le rôle social naissant de la femme. S’emparer de la beauté, c’est, pour nos auteurs, prendre comme terrain de discours l’espace des femmes, espace périlleux parce que toujours susceptible de mettre en danger l’ordre social masculin. Le manuel de beauté avoue ainsi sa fonction la plus secrète, la plus puissante aussi : cheval de Troie, il pénètre dans le mundus mulieris sous les atours d’un ami des femmes pour mieux les contrôler, les asservir inconsciemment à un rôle social précis, connu, maîtrisable. Éclatante confirmation, pour reprendre les mots de Michel Foucault, que « le temps pénètre le corps, et avec lui tous les contrôles minutieux du pouvoir46 ».

  • 47 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 10.
  • 48 Ibid., p. 62.
  • 49 Toilette des dames, p. 259.
  • 50 Ibid., p. 15.
  • 51 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 4 et 37.

17C’est à des fins identiques que se déploie l’idée de l’utilité sociale de la beauté, abordée plus haut. « Une personne parfaitement bien mise, lit-on dans un de nos textes, acquiert par cela seul une sorte d’importance » qui fait que l’« on conçoit une idée favorable de ses habitudes d’ordre, de convenance, d’économie, de sociabilité47 ». Cette idée du beau utile nous situe clairement du côté d’une esthétique performative, d’une praxis du beau qui ne trouve son accomplissement que dans une action sur le corps social. La beauté, agissante, devient le pivot d’une éthique sociale. D’ailleurs, nos auteurs ne lésinent pas sur les énoncés physiognomoniques à moindre frais : « Une belle denture, lit-on dans Le Code de la toilette, a quelque chose de séduisant et d’aimable : en général, elle atteste une bonne santé, un caractère facile et l’absence des grandes passions48. » La physiognomonie, qui met en rapport le physique et le psychologique, est l’expression même de l’actualisation du corps dans le champ social. Soigner son corps, c’est, en d’autres termes, contribuer à la solidité du corps social. Ainsi l’auteur de La Toilette des Dames précise-t-il que « la santé comme la beauté » résultent d’une « vie sage et réglée », d’« occupations douces et variées », d’« affections bienfaisantes, élevées, généreuses » et de « l’exercice des vertus49 », avant d’ajouter : « Une belle femme a contracté, en naissant, l’engagement d’être vertueuse et bonne. Manque-t-elle à cet engagement, la beauté devient un présent fatal ; c’est une plante qui, mal cultivée, ne produit que des fruits amers50 ». « En prenant soin de leur personne, professe, quant à elle, Mme Celnart, en s’efforçant de l’embellir, c’est un hommage que les femmes rendent à la sainteté du mariage », mais « dès que les soins qu’on donne à sa personne cessent d’avoir son époux pour objet, c’est déjà un prélude à l’infidélité51 » ! Derrière l’aphorisme bourgeois, tout est dit : le discours sur la beauté n’est que le prétexte à un discours moral.

  • 52 Tout n’est sans doute pas si tranché, car il demeure un espace qui, au sein de la fiction, continu (...)

18Il faudrait, pour donner à la réflexion sur le manuel de beauté toute son ampleur, le confronter au discours littéraire qui lui est contemporain. Si l’on compare le discours sur le corps dans le manuel de beauté et le discours romanesque ou lyrique sur le corps, on retrouve certes un même travail de normalisation physique à l’œuvre – que l’on pense à Virginie ou Atala, dont le corps a une valeur aussi prescriptive que dans nos manuels, proposant aux lectrices un modèle de beauté sur lequel rêver. Mais si le beau corps féminin littéraire possède une valeur idéologique, celle-ci se situe, non du côté de la conformité à une norme sociale, mais de sa subversion. C’est que le roman et la poésie – sans doute moins le théâtre – travaillent a priori sur le singulier, l’étrange, l’exceptionnel. Le beau corps littéraire est le plus souvent construit consciemment contre le réel, contre l’histoire. La Paquita de La Fille aux yeux d’or, la Lélia de Sand, la Laurence de Lamartine offrent à voir de beaux corps, mais parce que leurs personnages s’inscrivent contre le mouvement du siècle ou protestent contre lui. À l’inverse, c’est bien le travail de normalisation du manuel de beauté qui garantit sa capacité d’organisation du monde. Hasardons une hypothèse. Si les manuels de beauté connaissent un développement sans précédent en ces années 1830, c’est peut-être que le roman a changé de visée. Dans le roman des premières années du siècle, chez Chateaubriand, Constant et Nodier, c’est encore la fiction qui propose un modèle esthétique. Dès que le roman, avec Balzac et Sand, adopte une visée réaliste, il ne propose plus, ou de manière moins évidente, de beau corps féminin idéal. Réaliste, il privilégie les représentations étonnantes, singulières et non plus les modèles. Il faut donc réinventer un discours normatif, qui puisse organiser à nouveau efficacement le territoire de la beauté : c’est la mission du manuel de beauté52.

19Ainsi, alors que le vocabulaire de la beauté demeure esthétique, sa syntaxe – le sens mis en œuvre, mis en acte – revêt, on l’a vu, une valeur éminemment politique. Si nos manuels sont parfaitement emblématiques de l’actualisation du beau au xixe siècle, ce n’est pas tant de manière inhérente (tout manuel de beauté, à toute époque, a une valeur prescriptive), que parce qu’il s’agit précisément de manuels écrits à un moment où tout discours esthétique, de l’essai philosophique aux fascicules publicitaires, parle la langue de l’idéologie et se donne comme une grille de lecture du réel. Ne serait-ce que pour cette raison, nos manuels gagnent en richesse et en pertinence. Pertinence qui n’attend qu’à être davantage mise en lumière. On s’est ici livré à une simple, peut-être simpliste, poétique des manuels. Il reste, de manière urgente, beaucoup à faire autour de ces textes en les mettant en rapport avec les textes littéraires, en élargissant la réflexion au discours sur la mode, notamment. Ces rapprochements, ces développements, ces analyses seraient sans nul doute fertiles. Ils prouveraient une fois de plus l’extraordinaire malléabilité herméneutique du corps au xixe siècle, ce lieu décidément essentiel pour saisir le rapport du moi à l’histoire.

Notes

1 Philippe Perrot, Le Travail des apparences. Le corps féminin. xviiie-xixe siècles, Paris, Éditions du Seuil, « Points », 1991, p. 62.-

2 Voir Alain Corbin, Le Miasme et la jonquille : l’odorat et l’imaginaire social aux xviiie et xixe siècles, Paris, AubierMontaigne, 1986 ; Georges Vigarello, Le Propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, 1985 ; Histoire du corps, Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), t. II, « De la Révolution à la Grande Guerre », Paris, Éditions du Seuil, 2005.

3 Paris, sans éditeur, 1806.

4 Paris, Delaunay, 1825.

5 Paris, Roret et Béchet, 1828.

6 Voir Honoré de Balzac, Œuvres diverses, t. II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1996, notice du « Code de la toilette », p. 1351-1352.

7 Paris, édité à compte d’auteur, 1829.

8 Paris, Roret, 1832.

9 Lyon, Boursy, 1836.

10 Paris, Comptoir des Imprimeurs-unis, 1844.

11 Notre analyse ne concerne que la beauté féminine. La beauté masculine, elle, n’est pas encore constituée en tant qu’objet culturel. En outre, elle passe encore beaucoup, à cette époque, par l’héroïsme, la valeur : l’homme n’est pas beau, il est terrible. Étudier la question de la beauté masculine est loin d’être inintéressant, mais c’est là une tout autre question qu’on laissera ici de côté. Excepté un seul manuel, tous ne concernent et ne s’adressent qu’aux femmes. « La beauté, lit-on dans l’un d’entre eux, est le plus bel apanage que nous ait donné la nature, spécialement aux femmes […]. Aussi, en parlant de beauté, n’entends-je parler que de celle des femmes » (Ferdinand B***, Nouveau manuel de santé, ou recettes pour conserver la santé, la vigueur et la beauté, Lyon, Boursy 1836, p. 8).

12 Si les noms des cosmétiques énumérés font rêver le lecteur moderne (« Fluide de Java », « Poudre de Ceylan », « Eau des Templiers », « Rouge d’Espagne », Manuel des Dames, respectivement p. 41, 45, 63 et 86), ce n’est là qu’une chose triviale pour les lectrices de l’époque. Dans ces interminables listes, on insiste simplement sur la fabrication des cosmétiques et sur leur utilisation, le tout assorti en général d’un jugement critique sur leur efficacité.

13 Horace Raisson, Code de la toilette, Paris, J. P. Roret, 1828, p. 154.

14 Ferdinand B***, Nouveau manuel de santé, op. cit., p. 8.

15 Mme Celnart, Manuel des dames, Paris, Roret, 1832, p. 6.

16 Formé de mucilage, une substance végétale.

17 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 19.

18 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 168.

19 Ibid., p. 174.

20 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 6.

21 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 193.

22 Vidalin, Traité d’hygiène domestique, Paris, Delaunay, 1825, p. VIII.

23 Ibid., p. 157.

24 Eugène Chapus, Théorie de l’élégance, Paris, Comptoir des Imprimeurs-unis, 1844, p. 8.

25 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 81.

26 Voir Georges Vigarello, Histoire du corps, t. II, op. cit.

27 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 51.

28 Eugène Chapus, Théorie de l’élégance, op. cit., p. 13.

29 Ibid., p. 60.

30 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 71.

31 Ibid., p. 85.

32 Ibid., p. 7.

33 Eugène Chapus, Théorie de l’élégance, op. cit., p. 20.

34 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 6.

35 Ferdinand B***, Nouveau manuel de santé, op. cit., p. 8.

36 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 27.

37 Ibid., p. 25.

38 Philippe Hamon, Imageries. Littérature et image au xixe siècle, Paris, José Corti, « Les Essais », 2001, p. 184.

39 Toilette des dames, p. 41.

40 Eugène Chapus, Théorie de l’élégance, op. cit., p. 29.

41 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 16.

42 Ibid., p. 6.

43 Ibid., p. 11.

44 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 43.

45 Toilette des dames, p. 273.

46 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, « Tel », 1993,p. 178.

47 Horace Raisson, Code de la toilette, op. cit., p. 10.

48 Ibid., p. 62.

49 Toilette des dames, p. 259.

50 Ibid., p. 15.

51 Mme Celnart, Manuel des dames, op. cit., p. 4 et 37.

52 Tout n’est sans doute pas si tranché, car il demeure un espace qui, au sein de la fiction, continue à normaliser la beauté : le « roman de cabinet de lecture ». Les héroïnes si topiques, si canoniques, de Victor Ducange ou de Paul de Kock, à la beauté si ordinaire, si praticable, loin des héroïnes des « grands romans », remplissent une fonction analogue à nos manuels de beauté : elles fixent une norme, un paradigme viable pour la lectrice.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540