Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romantismes, l'esthétique en acte

 | 
Jean-Louis Cabanès

L’ancien et le nouveau

Y a t-il une esthétique staëlienne en 1800 ?

Stéphanie Tribouillard

Texte intégral

1De la littérature, ouvrage d’une ère nouvelle tant par sa date (1800) que par ses ambitions, marquet-il le point de basculement entre les ambitions de la poétique et l’avènement d’une discipline nouvelle, l’esthétique ?

  • 1 Madame de Staël, De la littérature, édition établie par G. Gengembre et J. Goldzink, Paris, Flamma (...)

2Remarquons en premier lieu que Mme de Staël se défend d’entrée de jeu d’avoir voulu édicter une poétique nouvelle : « Il existe, écrit l’auteur dès le Discours préliminaire, dans la langue française, sur l’art d’écrire et sur les principes du goût, des traités qui ne laissent rien à désirer1. » Face aux accusations de Fontanes, les dénégations se feront plus vigoureuses encore dans la préface de la seconde édition :

L’on m’a reproché d’avoir donné la préférence à la littérature du Nord sur celle du Midi et l’on a appelé cette opinion une poétique nouvelle. C’est mal connaître mon ouvrage que de supposer que j’avais pour but de faire une poétique ; j’ai dit dès la première page que Voltaire, Marmontel et La Harpe ne laissaient rien à désirer à cet égard ; mais je voulais montrer le rapport qui existait entre la littérature et les institutions sociales de chaque siècle et de chaque pays (DL, 54).

3Sans invalider sur la seule bonne foi de Mme de Staël la lecture de Fontanes récupérée, acrimonie en moins, par toute une tradition critique qui a fait du De la littérature un manifeste du préromantisme, notons cependant immédiatement que si l’influence des poétiques de la fin du xviiie siècle, et en particulier des écrits de Marmontel, n’est pas discutable, Madame de Staël, pour penser à partir de catégories préexistantes, les redistribue. Surtout, si quelques propositions isolées peuvent aller dans le sens d’une poétique, la perspective d’ensemble d’un ouvrage dont le titre complet est De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, interdit de le considérer comme tel. Dans l’essai de 1800, le fait littéraire est historicisé, socialisé, politisé ; ce projet inédit aboutit dans la seconde partie, après l’examen des littératures européennes passées et présentes à des propositions pour une littérature nouvelle dans la république qui doit naître de la Révolution française et dans laquelle l’écrivain a remplacé l’homme de lettres. Par le nouveau programme philosophico-littéraire qu’elle met en place, Mme de Staël se distingue définitivement de la poétique.

4Peut-on pour autant considérer De la littérature comme la première esthétique du xixe siècle français ?

  • 2 Schiller et ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme, ou encore Schelling, auteur du Syst (...)
  • 3 Comme l’a montré la comtesse de Pange, Germaine de Staël se sert des articles de Villers pour écri (...)

5En mentionnant l’esthétique comme discipline, il est difficile de ne pas évoquer la Critique de la faculté de juger de Kant, qui ouvre l’époque moderne de l’esthétique, d’autant plus que l’on connaît l’influence de Kant et des kantiens allemands2 sur Mme de Staël, ceci dès 1800. Alors même que cette apprentie germaniste n’a pas lu directement Kant, une imprégnation existe par ses conversations européennes et, surtout, par les études de Charles de Villers sur la philosophie kantienne parues en 1798 dans le Spectateur du Nord3. Le projet de l’auteur du De la littérature qui choisit significativement comme support, comme vecteur de son discours, en place d’une théorie esthétique autonome, la forme libre de l’essai, n’est cependant pas, malgré la richesse des propositions esthétiques que contient l’œuvre, d’écrire une esthétique. De la littérature est avant tout déterminé par des options philosophiques et des raisons circonstancielles. La révolution de la sensibilité, de l’esthétique, dont Mme de Staël perçoit les signes et qu’elle appelle de ses vœux, est conditionnée par le phénomène politique inédit qu’est la Révolution française, moment de bouleversement total duquel, en vertu de la perfectibilité, doit sortir un progrès après une période de chaos. Si le phénomène esthétique n’est pas oblitéré, une lecture d’ensemble montre qu’il n’est pas envisagé de manière autonome : dans De la littérature, l’esthétique, comprise dans un sens très large, non restreint aux phénomènes de l’art, s’étend à la question du jugement esthétique, aux relations entre art et morale.

  • 4 Comme on le sait, après la suppression en 1793 de l’Académie française, l’Institut, créé le 22 aoû (...)

6Il serait vain de chercher, dans De la littérature, une théorie esthétique explicite. Le moment 1800, défavorable à l’autonomie du littéraire, du philosophique et des arts, ne se prêtait guère à un tel projet4. Bientôt rejointe par les autres grands penseurs de la littérature consulaire, Chateaubriand et Bonald, Mme de Staël élabore un programme global qui affirme le primat du social.

De la philosophie avant toute chose

7L’esthétique est envisagée à travers le prisme de la philosophie et, plus particulièrement, à partir de cette notion philosophique centrale dans la pensée staëlienne qu’est la perfectibilité.

  • 5 Elle procède de même lorsqu’elle envisage la littérature, qu’elle entend, non dans son acception m (...)

8Pour cette fille des Lumières qu’est Mme de Staël, la philosophie, loin d’être un domaine intellectuel isolé qui serait le seul fait de spécialistes, représente une activité générale qui a sa place au centre de la société et de la culture. Elle entend le terme philosophie dans son sens le plus large5 : « J’appelle philosophie, l’investigation du principe de toutes les institutions politiques et religieuses, l’analyse des caractères et des événements historiques, enfin l’étude du cœur humain et des droits naturels de l’homme. Une telle philosophie suppose la liberté, ou doit y conduire » (DL, 187). La philosophie, et en particulier la philosophie française, est pensée comme une activité subjective et individuelle qui inclut toutes les facultés de l’âme : raison, sentiment, imagination. D’après Mme de Staël, un équilibre naturel règne entre ces trois facultés qui se complètent et se contrôlent réciproquement, idée déjà présente dans la Poétique française de Marmontel. Surtout, l’auteur de De la littérature met à profit les idées de Kant, le grand réconciliateur entre raison et sentiment.

9La littérature du siècle qui s’ouvre sera nécessairement philosophique pour satisfaire aux lois de la perfectibilité, « idée première » de l’ouvrage selon les termes mêmes de l’auteur. Puisque la perfection de l’imagination et du style a été atteinte au xviie siècle, les efforts de la littérature doivent se concentrer sur la philosophie. Les écrivains du moment 1800 auront d’autant plus à cœur de prolonger l’essor philosophique militant du xviiie siècle, époque où « la littérature a donné l’impulsion à la philosophie » (DL, 285), qu’après l’expérience révolutionnaire, la littérature philosophique correspond aux attentes du public. Dans le chapitre consacré aux ouvrages d’imagination, l’auteur remarque que « la philosophie s’étend à tous les arts d’imagination comme à tous les ouvrages de raisonnement » (DL, 356). Nous aurons compris que la qualité philosophique d’un ouvrage ne réside pas dans sa matière : « Un livre sur les principes du goût, sur la peinture, sur la musique, peut être un ouvrage philosophique, s’il parle à l’homme tout entier, s’il éveille en lui les sentiments et les pensées qui agrandissent toutes les questions » (DL, 384). La littérature nouvelle devra prendre en compte toutes les dimensions de l’homme révolutionné, car « c’est d’après la réunion plus ou moins complète [des] moyens d’influer sur le sentiment, l’imagination ou le jugement, que nous pouvons apprécier le mérite de différents auteurs. Il n’y a pas de style digne de louange, s’il ne contient au moins deux des trois qualités qui réunies sont la perfection de l’art d’écrire » (DL, 381).

10La perfectibilité confronte Germaine de Staël à une sérieuse difficulté d’ordre esthétique, celle du progrès dans les arts, qu’elle surmonte en faisant un sort à part aux beaux-arts (peinture, sculpture, musique), exclus de la perfectibilité : « Les beaux-arts, affirme-t-elle, ne sont point perfectibles à l’infini. […] On peut marquer un terme au progrès des arts ; il n’en est point aux découvertes de la pensée » (DL, 90-91). Les beaux-arts ne peuvent dépasser un certain degré de perfection, eux qui doivent leur création à l’imagination, et sont de ce fait dépourvus de toute valeur épistémologique. Elle distingue donc les progrès de la civilisation et de la pensée, dont profitent les idées, qui se perfectionnent au fur et à mesure que la raison progresse, de la beauté esthétique qui a pu être atteinte dès l’Antiquité puisque l’art peut parvenir immédiatement au sublime sans avoir besoin du progrès de la civilisation.

11Dans De la littérature – les choses évolueront dès Corinne – la conception staëlienne de l’art se fonde encore pour une part essentielle sur l’opposition art/littérature. Les critères de cette opposition sont la perfectibilité et le « degré épistémologique » des œuvres en question : la littérature, dans le sens où l’auteur l’envisage, est perfectible et philosophique par nature, puisqu’elle peut représenter le monde extérieur ou intérieur des écrivains par le langage. Elle est définie comme un « art de penser et de s’exprimer » (DL, 76), langage et pensée s’articulent, conception qui se retrouve dans la définition staëlienne du style. Cette mention de la pensée range la littérature dans le champ de la perfectibilité. Flexible dans ses moyens d’expression, la littérature reflète le monde et contribue également à le changer alors que, selon Mme de Staël, les sciences et les arts seraient impuissants à le faire, eux qui n’exercent pas la même influence directe sur l’opinion publique « qui décide de la destinée des nations » (DL, 79).

  • 6 « Les ouvrages qui appartiennent à la haute littérature ont pour but d’opérer des changements util (...)
  • 7 Mme de Staël réserve au théâtre, art public par excellence, moyen d’action potentiel, une place de (...)
  • 8 « La royauté absolue ou l’aristocratie féodale protègent souvent les sciences et les arts, et ne h (...)

12De la littérature pose comme première la valeur morale et pratique des idées philosophiques. La vocation de la littérature, dont les progrès sont nécessaires à l’établissement et à la conservation de la liberté, est de contribuer au perfectionnement social6. Or, au contraire de la littérature, et en particulier du théâtre7, Mme de Staël estime que les sciences et les arts ne conduisent pas à l’amour de la liberté, eux qui sont capables de s’accommoder du despotisme, lequel encourage en retour des productions sans danger pour lui8.

13Dès Corinne, et plus encore dans De l’Allemagne, la pensée staëlienne s’assouplit sur le principe de l’utilité et sur le statut de l’art, qui s’émancipe de plus en plus des règles du goût, gagne en pouvoir créateur et atteint même un certain statut philosophique. De la littérature à De l’Allemagne, l’art gagne en intériorisation, il atteint une légitimation autonome, sans perdre pour autant sa fonction édifiante.

Entre universalisme et esthétiques nationales

14Le programme staëlien reste en partie conforme à l’universalisme des Lumières associé aux ambitions révolutionnaires. L’une des principales nouveautés va consister dans la proposition d’une combinatoire entre cet universalisme philosophique – dont l’esthétique est l’un des domaines – et la prise en compte de la spécificité nationale, que justement la Révolution a placée sur le devant de la scène historique. Il va donc s’agir de penser une articulation entre les principes et les particularités, les « circonstances locales ».

  • 9 Le sublime, évoqué dans De la littérature, l’est encore largement dans le sens où l’entendait Marm (...)

15Le matériel notionnel à partir duquel Germaine de Staël pense traduit un attachement aux principes universalistes. Les deux catégories esthétiques les plus importantes dans l’œuvre staëlienne sont le beau et le sublime. En 1800, s’ils sont distincts, ils ne sont pas encore différenciés de manière fondamentale. Le sublime apparaît quelquefois comme une augmentation du beau, mais les deux qualités se confondent souvent en produisant le même effet dans l’âme du spectateur9. Le contenu de l’essai incite à penser que son auteur s’interroge peu sur le beau, qui lui semble être une catégorie maîtrisée. Avant tout, dans le cadre du programme staëlien, le beau est considéré comme un moyen, un instrument de la philosophie : les progrès du beau ne peuvent passer que par la philosophie.

16« La littérature ne puise ses beautés durables que dans la morale la plus délicate » (DL, 68) : dans le Discours préliminaire, au paragraphe « De l’importance de la littérature dans ses rapports avec la vertu », la mise en rapport littérature/vertu prépare l’analogie entre le beau esthétique et le beau moral. Pour Mme de Staël, le beau et le sublime ne se limitent pas à des catégories esthétiques, le beau peut servir à caractériser une conception intellectuelle, et le sublime à désigner une qualité morale :

La parfaite vertu est le beau idéal du monde intellectuel ; il y a quelques rapports entre l’impression qu’elle produit sur nous et le sentiment que fait éprouver tout ce qui est sublime, soit dans les beaux-arts, soit dans la nature physique. Les proportions régulières des statues antiques, l’expression calme et pure de certains tableaux, l’harmonie de la musique, l’aspect d’un beau site […] nous transportent d’un enthousiasme qui n’est pas sans analogie avec l’admiration qu’inspire le spectacle des actions honnêtes (DL, 67).

  • 10 Annie Becq, Genèse de l’esthétique française moderne. De la raison classique à l’imagination créat (...)

17Comme l’a remarqué Annie Becq, le beau chez Mme de Staël sert de « propédeutique à la morale10 » : le chef-d’œuvre se reconnaît dans sa capacité à produire une impression à la fois intellectuelle, morale et sensible apte à susciter un « noble enthousiasme ». Il existe pour Mme de Staël une correspondance platonicienne entre vérité, beauté, bonté. La vérité, objet que cherche la philosophie, doit être exprimée dans une belle forme esthétique afin de stimuler les facultés intellectuelles du lecteur, d’élever son âme, de l’inciter ainsi à agir moralement.

  • 11 En 1800, si le génie apparaît déjà dans la pensée staëlienne en tant que faculté intellectuelle, i (...)

18Le beau est saisi, discerné, par la faculté subjective de la perception esthétique qu’est le goût. En 1800, le goût est au centre de débats qui excèdent le cadre de l’esthétique : tant chez les partisans des Lumières et de 1789 que de la Contre-révolution, la régénération du goût intervient comme un enjeu social, politique, voire éthique. Dans De la littérature, le goût est considéré comme la faculté rationnelle et universelle appliquée globalement dans les contextes moraux, sociaux ou esthétiques. Il s’agit d’une force normative qui est à la base d’une culture réunissant l’intégrité des mœurs et la beauté de la forme. La révolution politique ne suppose pas une révolution littéraire qui ferait table rase du principe de goût auquel Mme de Staël réaffirme son attachement en déclarant qu’« aucune beauté littéraire n’est durable si elle n’est soumise au goût le plus parfait » (DL, 57), et refuse de renverser les règles du goût, sous prétexte que l’Ancien Régime a déformé les vrais principes du goût naturel. Tout ce qui relevait de l’exagération et de la contention du génie n’était pas, explique-t-elle, les règles du goût, mais une déformation sociale de celles-ci. Elle récuse également une autre déviance qui s’est emparée, elle, de la littérature révolutionnaire, le mauvais goût, la vulgarité. Désireuse de garder la législation du goût bien compris, elle s’oppose à l’idée d’une tyrannie du goût nuisible au génie : « Jamais, affirme-t-elle, le goût n’exige le sacrifice du génie11 » (DL, 213) et renverse les perspectives : « C’est en étudiant le génie qu’on a découvert les principes [du goût] » (DL, 215).

  • 12 L’enthousiasme qu’a suscité en Allemagne le Werther de Goethe « tient, dit-elle, à ce que cet ouvr (...)

19Le relativisme devient cependant une nécessité démonstrative dès 1800, lorsqu’à côté des vérités universelles fondant les règles du goût, Mme de Staël constate l’existence de goûts nationaux particuliers, fruits de « modifications causées par les circonstances locales » (DL, 212) ; elle oscille donc, pour la commodité démonstrative, entre universalisme et particularisme. Son relativisme est cependant encore bien timide : « Le goût est fixe dans ses principes généraux. Le goût national doit être jugé d’après ces principes ; et selon qu’il diffère ou qu’il s’en rapproche, le goût national est plus près de la vérité » (DL, 212). À ce titre, elle condamne sans réserve les excès, les bizarreries et le mauvais goût de Shakespeare, la complaisance du dramaturge envers un public grossier et dénonce la fierté mal placée de ses compatriotes : au lieu d’apprécier le grand écrivain à cause de ses particularismes anglais, qui le dévaluent aux yeux du public européen, il faut l’aimer en dépit de ceux-ci. « Ne disons donc pas que Shakespeare a su se passer de goût, et se montrer supérieur à ses lois. Reconnaissons, au contraire, qu’il a du goût quand il est sublime, et qu’il manque de goût quand son talent faiblit » (DL, 216). Selon Mme de Staël, l’écrivain national de génie doit être capable de traduire l’esprit de sa nation12 tout en respectant les règles universelles du beau et du goût. À l’aube du siècle nouveau, cette adepte de la perfectibilité pense que les progrès de tout ordre des civilisations européennes, la multiplication de leurs contacts tendront à établir un « bon goût général », effaçant, non pas l’esprit d’une littérature, mais ses particularismes archaïques et de mauvais goût, insupportables pour un public excédant celui de la nation d’origine.

20De la littérature ne s’en tient donc pas aux propositions universalistes. Le relativisme littéraire de Mme de Staël se traduit par la formalisation du paradigme Nord/Midi comme principe explicatif de deux traditions européennes autonomes, porteuses chacune de leur propre patrimoine. Les nations de ces deux pôles possèdent, remarque-t-elle, des esthétiques différentes, fruit de l’histoire nationale, du temps, des mœurs, de la performance de leurs institutions politiques et religieuses, et de la langue, donnée déterminante pour l’art, la littérature et la philosophie d’une nation.

21L’approche nationale staëlienne de la question littéraire est bien connue, mais on en comprend encore mieux la pertinence, ou plutôt la nécessité conceptuelle, dans son rapport à la problématique esthétique, car les paramètres que nous venons d’énoncer rendent possible une classification nationale des littératures, laquelle aboutit au constat de l’insuffisance esthétique des littératures du Midi. Prenons l’exemple de la littérature ibérique, promise à une fertilité exceptionnelle, car capable de réunir « l’imagination du nord et celle du midi, la grandeur chevaleresque et la grandeur orientale » (DL, 193). Mais l’alliance désastreuse du despotisme politique et du fanatisme religieux de l’Inquisition a entravé les progrès de la perfectibilité et empêché cette littérature de développer toutes ses potentialités.

22À ce sombre tableau s’opposent les brillants résultats des nations septentrionales. Mme de Staël dresse une peinture enthousiaste de l’Angleterre, nation qui cumule les avantages d’une constitution qu’elle juge admirable, du protestantisme, plus favorable à la philosophie et à la liberté que le catholicisme, et de mœurs progressistes, en particulier dans le domaine des relations hommes/femmes, dernière qualité qui fait des Anglais des romanciers hors pair, eux qui brillent dans la peinture et l’analyse des passions, des sentiments, du bonheur domestique.

  • 13 La fédération, système que Mme de Staël estime par ailleurs favorable au bonheur et à la liberté, (...)

23L’Allemagne est l’occasion d’exposer un contre-exemple notoire qui nuance la théorie conditionnant la perfection littéraire à des institutions politiques avancées, favorisant les Lumières et la liberté. Les lettres allemandes pâtissent du régime féodal, du système fédéral qui les prive d’un centre unificateur13. En dépit de ces handicaps, elle remarque pourtant que « la littérature allemande porte le caractère de la littérature d’un peuple libre » car « les hommes de lettres d’Allemagne vivent entre eux en république » (DL, 257). Dans ce pays où la société est sans agrément, les institutions obsolètes et défectueuses, les philosophes, vivent solitaires, détachés des affaires publiques. Tournés « vers la contemplation de la nature et l’examen d’eux-mêmes […] leur vie méditative leur inspire une sorte d’enthousiasme pour le beau » (DL, 258).

24Philosophiques, mélancoliques, aspirant à l’infini, possédant l’énergie de l’indépendance, les littératures du Nord sont les plus adaptées aux états libres. Mais comment faire admettre au public français ces littératures à qui il reproche de manquer de goût ? Mme de Staël trouve une alternative dans la mise en place de nouveaux principes critiques induits par son relativisme.

25Elle adresse un message explicite aux Français qui repoussent le théâtre de Shakespeare ou la jeune littérature allemande dans leur intégralité au nom d’un jugement péremptoire (ces littératures sont barbares et manquent de goût) : il ne faut pas se priver des beautés, des traits de génie de la littérature du Nord sous prétexte que notre goût national réprouve certains tableaux, certaines parties de ces ouvrages. La notion de génie vient à propos ménager une ouverture : « Si l’on demande ce qui vaut mieux d’un ouvrage avec de grands défauts et de grandes beautés, ou d’un ouvrage médiocre et correct, je répondrai, sans hésiter, qu’il faut préférer l’ouvrage où il existe, ne fût-ce qu’un trait de génie » (DL, 212). Elle invite le public français à se livrer à une critique approfondie des pièces de Shakespeare, afin de séparer le bon grain de l’ivraie, les « beautés du premier ordre, et de tous les pays et de tous les temps » qui coexistent parallèlement à « des défauts qui appartiennent à son siècle » (DL, 216) et des singularités anglaises. Elle opte pour une critique positive des beautés, propose au public de l’an 1800 de s’attacher aux mérites au lieu de ridiculiser des défauts ; dans une large mesure, son étude de la littérature allemande se porte sur une recension des beautés de celle-ci. En introduction du chapitre consacré à l’Allemagne, l’auteur invite son public à « considére[r] les causes principales qui modifient l’esprit de la littérature en Allemagne, le caractère des ouvrages vraiment beaux qu’elle a produits » (DL, 256). Le contact avec le beau allemand est capable de ranimer les esprits français dont la sensibilité s’est trouvée dévitalisée, anesthésiée par les convenances. « Les tragédies allemandes, et en particulier celles de Schiller, contiennent des beautés qui supposent une âme forte » (DL, 262). Le Werther, « sublime réunion […] de pensées et de sentiments, d’entraînement et de philosophie » (DL, 259) répond aux aspirations staëliennes définies dans De la littérature et bientôt mises en pratique. « Il n’y a, poursuit notre critique, que Rousseau et Goethe qui aient su peindre la passion réfléchissante, la passion qui se juge elle-même, et se connaît sans pouvoir se dompter » : ne trouve-t-on pas déjà le programme de Delphine et de Corinne ?

  • 14 Mme de Staël prend l’exemple des Allemands, tentés d’imiter les écrivains français pour enrichir l (...)

26Il y a donc un enseignement à tirer des modèles étrangers, ce qui légitime leur étude, mais comment s’inspirer des ressources étrangères sans renoncer aux principes du goût et en sachant garder le génie français ? Mme de Staël s’érige contre les tentatives d’imitation pure et simple : l’esthétique propre à une nation n’est pas reproductible par imitation. L’imitation produit une dénaturation qui, loin de corriger les insuffisances du génie national, fait perdre tout naturel et produit une littérature affectée14. Si nous laissons le cas, condamné sans réserve de l’imitation, deux possibilités subsistent : l’irréductibilité ou la communicabilité. La part irréductible du génie de chaque nation a, généralement, partie liée avec le mauvais goût. Il existe une anglicité et une germanité irréductibles et incommunicables, inacceptables pour le goût des Français qui repoussent avec raison les obscurités métaphysiques allemandes. Par contre, Ossian, modèle des littératures du Nord dans leur ensemble, a su parler le langage du cœur, au-delà des circonstances liées à l’ici et maintenant : il incarne une universalité triomphant des particularismes : « Les émotions causées par les poésies ossianiques peuvent se reproduire dans toutes les nations, parce que leurs moyens d’émouvoir sont tous pris dans la nature » (DL, 207). Est donc communicable et modélisable ce qui relève du « goût naturel », souvent proche du goût natif et, paradoxalement, ce qui relève de l’intériorité.

27On comprend alors que l’intérêt de Mme de Staël pour la littérature des nations européennes (qui n’est pas douteux) ne perd jamais de vue la France, terre d’élection des lettres et des idées, car apte à opérer une synthèse harmonieuse entre Nord et Midi, elle qui bénéficie d’une culture policée, d’une langue fixée, d’un centre littéraire, qui est, après l’expérience révolutionnaire, habitée à la fois par l’enthousiasme et la mélancolie, prête enfin à adopter les transformations stylistiques nécessaires à l’expression des idées nouvelles et à embrasser les nouveaux sujets que commande la République, grande pourvoyeuse d’énergie et de passions fortes.

Les principes en acte

28Nous nous proposons pour finir de soumettre à l’épreuve des faits les principes sur lesquels s’élabore la critique staëlienne. Nous avons choisi de comparer l’étude d’une œuvre, la Messiade de Klopstock, telle qu’elle est menée dans De la littérature, le Génie du christianisme et deux articles bonaldiens, afin de mettre en évidence l’originalité du système critique staëlien.

29Par souci chronologique et pour mieux mettre en regard son approche avec celle de Chateaubriand et de Bonald, tournons-nous d’abord vers De la littérature. Mme de Staël consacre une page à la Messiade dans le chapitre « De la littérature allemande », c’est dire combien la catégorisation nationale prime sur tout autre considération. Le genre auquel ressortit l’œuvre, l’épopée, semble très accessoire dans la présentation staëlienne de la littérature allemande : aucune référence n’y est faite. Après avoir énuméré brièvement les faiblesses de l’œuvre, l’auteur s’attache à une critique détaillée de ses beautés : « La Messiade […], à travers une foule innombrable de longueurs, de mysticités, d’obscurités inexplicables, contient des beautés du premier ordre » (DL, 261). Le goût allemand, a-t-elle déjà expliqué, n’est pas encore unifié dans ce pays aux structures à la fois féodales et fédérales, où la langue n’est pas non plus fixée. La Messiade est belle, qui réunit idéalement raison, imagination et sentiment avec des « idées neuves » qui donnent à penser, « une vérité dans les expressions de l’amour », « la touchante énergie », caractéristique de ces littératures du Nord où le désir d’action est le corollaire de la mélancolie dont elle vante les charmes. La lecture de la Messiade fait éprouver « une sorte de tristesse dont la sensation n’est pas dépourvue de quelque douceur » (DL, 262). Elle inaugure une méthode qui sera systématisée dans De l’Allemagne : citer longuement un ou plusieurs extraits de l’ouvrage afin de le rendre familier, de donner à entendre le texte encadré d’une présentation et d’un jugement critique. Mme de Staël commence sa tâche de vulgarisatrice, qui se doublera bientôt d’un travail de traduction afin de rendre aimable et incorporable la littérature des autres.

  • 15 Chateaubriand, Génie du christianisme, Paris, Flammarion, « GF », 1966, seconde partie, livre I, c (...)
  • 16 . Ibid., p. 224.
  • 17 « L’épopée est la première des compositions poétiques », explique le théoricien du Génie, p. 236.
  • 18 Ibid., p. 224.
  • 19 Ibid., p. 236.

30Chateaubriand évoque pour sa part brièvement la Messiade dans le Génie du christianisme15. Pour en comprendre le sens, il est utile de se reporter au cadre général de cette étude qui intervient dans la seconde partie de l’essai consacrée à la définition, défense et illustration de la « Poétique du christianisme », ainsi que le titre l’annonce. Le livre Ier, « Vue générale des épopées chrétiennes », pose pour principe « l’influence de la religion sur les lettres et les arts »16. La poésie se trouve être, avec les beaux-arts et la littérature, l’une des trois branches de la poétique du christianisme. L’épopée, ou plutôt le poème épique, comme le nomme Chateaubriand, se range naturellement dans la poésie, dont il est la plus haute et la plus noble expression17. Même s’il conteste la classification d’Aristote qui voit « le poème épique tout entier contenu dans la tragédie » pour prouver au contraire que l’épopée est le genre le plus complet et le plus difficile, parce qu’il exige un talent universel, Chateaubriand suit un principe de classification générique (secondaire chez Mme de Staël) et pense dans le cadre de l’élaboration d’une poétique nouvelle. Il explique préférer « les poèmes épiques où la religion tient la place de la mythologie18 », ce qui est le cas dans la Messiade. Pourtant, l’œuvre de Klopstock souffre, selon Chateaubriand, d’un défaut rédhibitoire : « avoir pris le merveilleux du christianisme pour sujet de son poème »19 et choisi un Dieu comme personnage premier, ce qui contredit les principes que l’essayiste vient d’ériger et qu’il mettra en pratique dans Les Martyrs :

  • 20 Ibid., p. 225. Les italiques sont dans le texte.

Dans toute épopée, les hommes et leurs passions sont faits pour occuper la première et la plus grande place.
Ainsi, tout poème où une religion est employée comme sujet et non comme accessoire, où le merveilleux est le fond et non l’accident du tableau, pèche essentiellement par la base20.

  • 21 Chateaubriand nomme ainsi la Messiade.

31Le Messie21 est cependant sauvé par « de beaux traits » : Chateaubriand s’oriente donc lui aussi vers une critique des beautés mais, avant tout, il convoque Klopstock à titre d’exemple parce que son épopée imparfaite entre en sympathie avec la grande thèse du Génie : prouver que le christianisme a des ressources poétiques et des moyens d’émouvoir supérieurs à la littérature païenne des Anciens. Chateaubriand est sensible à la grandeur du merveilleux chrétien de Klopstock, qui élève l’âme ; il semble captivé par l’originalité de la conception angélologique qui se dégage de la Messiade :

  • 22 Ibid., p. 237.

Cette profusion […] d’anges, d’esprits, de ténèbres, d’âmes à naître, ou d’âmes qui ont déjà passé sur la terre, jettent l’esprit dans l’immensité. Le caractère d’Abbadona, l’ange repentant, est une conception heureuse. Klopstock a aussi créé une sorte de séraphins mystiques inconnus avant lui22.

32La mention d’Abbadona nous permet de mesurer l’écart avec l’analyse de Mme de Staël qui s’intéresse au potentiel tragique de l’ange révolté et à la relation culpabilité/vertu : « Le caractère d’Abbadona, subissant les destinées d’un coupable en conservant l’amour de la vertu, unissant les facultés d’un ange avec les souffrances de l’enfer, est une idée tout à fait neuve » (DL, 261).

33C’est donc essentiellement pour son appartenance au genre épique et comme expression de la poétique chrétienne que l’auteur du Génie mentionne la Messiade.

  • 23 Louis de Bonald, « Du style et de la littérature », in Mélanges littéraires, politiques et philoso (...)
  • 24 Que Bonald nomme également genres privés ou familiers.

34À première lecture, parce qu’il raisonne lui aussi en termes de société, Bonald peut paraître plus proche de Mme de Staël que ne l’est Chateaubriand. Il évoque en quelques mots la Messiade dans un article de 1806 « Du style et de la littérature23 » après avoir caractérisé l’état de la littérature « des peuples du Nord de l’Europe » dans leur entier, et non pas de l’Allemagne, qui ne peut prétendre au titre de nation. L’infirmité, l’inachèvement esthétique des littératures nordiques est imputé à l’état des institutions politiques et religieuses : on devine que ces terres protestantes n’ont guère la faveur du théocrate. Expression, reflet d’une société peu perfectionnée car non ou mal constituée, la littérature allemande ne peut s’illustrer dans les grands genres, les genres publics, elle qui ignore ce qu’un véritable Etat veut dire. La littérature germanique, qui n’a pour seul modèle de cellule constituée que celle de la famille, relevant du domaine privé, se réfugie dans les genres domestiques24 : drame ou roman, où les écrivains allemands brillent parfois, mais leur absence de « principes fixes », c’est-à-dire d’une législation du goût et des règles dramatiques, les pénalise définitivement pour les grands genres, tragédie ou épopée. Ces peuples qui n’ont pas eu la chance de connaître l’absolutisme louis quatorzien sont dits « incapables de faire une tragédie régulière » : universalisme et francocentrisme se conjuguent avec une évidence confondante dans la logique bonaldienne. Si nous notons une dévalorisation du privé, tout ce qui relève de l’individualité est, lui, laissé de côté, car refusé. Logique avec son système de pensée, Bonald se prive cependant d’une compréhension de la modernité, des passions, de la saisie d’une originalité, individuelle et nationale, toutes choses que Mme de Staël et Chateaubriand perçoivent et diffusent. Dans l’épopée, l’autre grand genre avec la tragédie, les Allemands auraient « outré le sublime jusqu’au vague, l’idéal, l’incompréhensible : et ces derniers défauts se mêlent, dit-il, à de véritables beautés dans la Messiade de Klopstock. »

35Nous comprenons mieux cette relative indulgence à l’égard de la Messiade grâce à un article publié en 1810 dans le Mercure de France « Du poème épique à l’occasion des Martyrs ». La défense de « l’épopée » de Chateaubriand s’y double d’une réflexion théorique sur le genre épique qui donne à Bonald l’occasion de revenir sur la Messiade qui constitue, avec le Paradis perdu, la Jérusalem délivrée et Les Martyrs, l’une des rares épopées chrétiennes. En dépit de son mauvais goût et d’une obscurité intrinsèque à sa germanité, la Messiade, épopée qui raconte la fondation de la religion chrétienne, se trouve rachetée par l’excellence de son sujet, par sa valeur militante exemplaire ; Bonald appelle de ses vœux une littérature nouvelle, expression d’une société renouvelée dont l’écrivain, chevalier du Christ, sera le héraut. La Messiade l’intéresse d’un point de vue tant théologique qu’esthétique parce qu’elle substitue au merveilleux païen, qui sévit dans les productions néoclassiques impériales, le même merveilleux chrétien qu’il défend et promeut dans Les Martyrs. Pour Bonald, la source du beau littéraire est la religion, qu’il nomme également « société religieuse », modèle premier et sublime des sociétés humaines.

36En 1800, l’heure est à la définition d’une société nouvelle, induisant un renouvellement esthétique qui passera par la philosophie, la société, la religion. Pour les trois grands théoriciens de la période, l’heure n’est pas venue de penser l’esthétique comme une discipline autonome, pas plus qu’une littérature émancipée de la catégorie de l’utile.

37Encore tributaire de cadres de pensée établis par les Lumières, corsetée par les règles du goût, dissociant le couple philosophie/littérature de l’art, Mme de Staël se distingue cependant en inventant un système critique qui dépasse la réflexion générique et, plus largement, les cadres et ambitions de la Poétique, pour penser la littérature à partir d’un double postulat : une conception philosophique centrale, la perfectibilité, et une nouvelle relation dialectique Nord/Sud, à l’intérieur de laquelle prend place une classification nationale des littératures et un nouveau couple : mélancolie et enthousiasme. L’an 1800 s’ouvre avec un ouvrage qui n’est plus une poétique ; mais, pour trouver un système esthétique constitué doublé d’un manifeste romantique, il faut attendre un autre livre, De l’Allemagne, un autre contexte historique. Le romantisme ne s’y est pas trompé, qui a pris pour référence théorique au cours de l’année 1820, et pour bannière De l’Allemagne, et non De la littérature. Il n’en reste pas moins, si l’on tient à trouver des signes précurseurs du romantisme, qu’à l’aube du siècle, De la littérature lance – entre autres – la réflexion sur les esthétiques nationales et porte discrètement en germe l’une des grandes idées romantiques : le caractère original des littératures nationales.

Notes

1 Madame de Staël, De la littérature, édition établie par G. Gengembre et J. Goldzink, Paris, Flammarion, « GF », 1991, p. 65. Toutes nos références, notées entre parenthèses et abrégées dans le texte en DL, suivies du numéro de page, renverront désormais à cette édition.

2 Schiller et ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme, ou encore Schelling, auteur du Système de l’idéalisme transcendantal.

3 Comme l’a montré la comtesse de Pange, Germaine de Staël se sert des articles de Villers pour écrire les chapitres consacrés à l’Allemagne dans De la littérature. Voir Madame de Staël et la découverte de l’Allemagne, Paris, Malfère, 1929, p. 17.

4 Comme on le sait, après la suppression en 1793 de l’Académie française, l’Institut, créé le 22 août 1795 est un corps unique, divisé en trois classes. La littérature est regroupée avec les beaux-arts dans une troisième classe divisée en huit sections ; les philosophes se retrouvent quant à eux dans la seconde classe, dite « Sciences morales et politiques ». Comme le note Annie Becq : « L’absence d’autonomie des beaux-arts, confondus avec la littérature dans la 3e classe de l’Institut, restreignait le rôle éventuel de cette reconstitution des cadres de la vie artistique » (Genèse de l’esthétique française moderne. De la raison classique à l’imagination créatrice, 1680-1814, Pisa, Pacini, 1984, 2 vol, p. 793).

5 Elle procède de même lorsqu’elle envisage la littérature, qu’elle entend, non dans son acception moderne et restreinte, sens qui émerge dans la seconde partie du xviiie siècle, mais « dans son acception la plus étendue ; c’est-à-dire renfermant en elle les écrits philosophiques et les ouvrages d’imagination, et tout ce qui concerne enfin l’exercice de la pensée dans les écrits, les sciences physiques exceptées » (DL, 66).

6 « Les ouvrages qui appartiennent à la haute littérature ont pour but d’opérer des changements utiles, de hâter des progrès nécessaires, de modifier enfin les institutions et les lois » (DL, 384).

7 Mme de Staël réserve au théâtre, art public par excellence, moyen d’action potentiel, une place de choix dans son programme où l’écrivain doit influer sur le sort de ses concitoyens, où l’alliance pouvoir/philosophie est conçu comme naturel, où il revient à la littérature de cimenter le sentiment national.

8 « La royauté absolue ou l’aristocratie féodale protègent souvent les sciences et les arts, et ne haïssent que l’indépendance philosophique » (DL, 188).

9 Le sublime, évoqué dans De la littérature, l’est encore largement dans le sens où l’entendait Marmontel. Le sens kantien, tel que Mme de Staël le comprend et l’adapte, n’est présent qu’à partir de Corinne (l’épisode de Saint-Pierre en est un exemple probant) et de De l’Allemagne.

10 Annie Becq, Genèse de l’esthétique française moderne. De la raison classique à l’imagination créatrice (1680-1814), op. cit., vol. II, p. 849.

11 En 1800, si le génie apparaît déjà dans la pensée staëlienne en tant que faculté intellectuelle, il n’est pas encore perçu comme une fonction spécifique dans le domaine de l’esthétique. L’évolution est sensible dans Corinne, qui revendique le primat de l’imagination et du génie (désormais considéré comme la faculté de l’homme à se libérer des normes esthétiques et à créer librement), mais auquel des limitations restent imposées : le génie doit rester apollinien et de bon goût ; goût et génie doivent se contrôler, se stimuler, s’équilibrer.

12 L’enthousiasme qu’a suscité en Allemagne le Werther de Goethe « tient, dit-elle, à ce que cet ouvrage est tout à fait dans le caractère national. Ce n’est pas Goethe qui l’a créé, c’est lui qui a su le peindre » (DL, 260).

13 La fédération, système que Mme de Staël estime par ailleurs favorable au bonheur et à la liberté, « nuit presque toujours au plus grand développement possible des arts et des talents, pour lesquels la perfection du goût est nécessaire. La communication habituelle de tous les hommes distingués, leur réunion dans un centre commun, établit une sorte de législation littéraire, qui dirige tous les esprits sur la meilleure route » (DL, 256).

14 Mme de Staël prend l’exemple des Allemands, tentés d’imiter les écrivains français pour enrichir leurs écrits de la grâce et de la gaieté qui leur manquent. Ils tombent alors « dans des fautes d’autant plus graves, qu’étant sortis de leur caractère naturel, ils n’ont plus ces beautés énergiques et touchantes qui faisaient oublier les imperfections » (DL, 265).

15 Chateaubriand, Génie du christianisme, Paris, Flammarion, « GF », 1966, seconde partie, livre I, chap. IV, « De quelques poèmes français et étrangers », p. 224.

16 . Ibid., p. 224.

17 « L’épopée est la première des compositions poétiques », explique le théoricien du Génie, p. 236.

18 Ibid., p. 224.

19 Ibid., p. 236.

20 Ibid., p. 225. Les italiques sont dans le texte.

21 Chateaubriand nomme ainsi la Messiade.

22 Ibid., p. 237.

23 Louis de Bonald, « Du style et de la littérature », in Mélanges littéraires, politiques et philosophiques, 1819, repris dans les Œuvres complètes, Le Clère, 1847-1854, t. VI.

24 Que Bonald nomme également genres privés ou familiers.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540