Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romantismes, l'esthétique en acte

 | 
Jean-Louis Cabanès

Panoramique

Le débat français sur l’esthétique philosophique allemande (1820-1850)

Elisabeth Decultot

Texte intégral

  • 1 Gustave Flaubert, « Lettre à Madame Roger des Genettes, 18 juin 1873 », in Œuvres complètes, Corre (...)
  • 2 Pour la Science du beau de Charles Lévêque, Paris, A. Durand & Pedeone-Lauriel, 1872, note 28.

1En juin 1873, Gustave Flaubert écrit à Madame des Genettes : « Je lis maintenant l’esthétique du sieur Lévesque, professeur au Collège de France. Quel crétin ! Brave homme du reste et plein des meilleures intentions. Mais qu’ils sont drôles les universitaires, du moment qu’ils se mêlent de l’Art1 ! » Le professeur visé est Charles Lévêque, auteur d’une volumineuse Science du beau qui, au moment de sa parution en 1861, avait été saluée par une partie du monde savant comme une contribution décisive à une science encore nouvelle en France : l’esthétique. L’ouvrage avait remporté en 1859 le concours ouvert deux ans auparavant par l’Académie des sciences morales et politiques et, dans le même élan, il avait été couronné par deux autres classes de l’Institut2.

  • 3 Alexander Gottlieb Baumgarten, Meditationes philosophicae de nonnullis ad poema pertinentibus, Hal (...)
  • 4 Johann Christoph Gottsched, Handlexicon oder kurzgefaßtes Wörterbuch der schönen Wissenschaften un (...)
  • 5 Jean Paul, Vorschule der Ästhetik, Vorredezurersten Ausgabe (1re édition : 1804), in : id., Werke, (...)

2Le jugement acéré de Flaubert témoigne des résistances profondes que suscite l’esthétique dans le dernier tiers de xixe siècle en France. Or si ces résistances peuvent être lues comme le produit de débats propres aux cercles intellectuels français, elles sont aussi le résultat d’une confrontation avec une tradition intellectuelle étrangère. C’est en Allemagne que Baumgarten utilise pour la première fois le néologisme latin æsthetica en 1735, qu’il reprend en 1750 pour en faire le titre d’un ouvrage devenu célèbre3. Rapidement traduit par le substantif allemand « Ästhetik », le mot – et la discipline qu’il désigne – entame dès la seconde moitié du xviiie siècle une carrière fulgurante outre-Rhin. De Herder à Hegel, en passant par Kant et Schelling, rares sont les philosophes qui ne se soient intéressés à ce champ du savoir. Quant aux universités, elles introduisent très rapidement dans leurs programmes des cours touchant à cette matière. La vogue n’est certes pas sans contradicteurs. Dès les années 1750-1760, Gottsched et ses alliés tentent d’« endiguer le torrent des doctrines erronées » qui, sous le nom d’esthétique, est en train de s’abattre sur l’Allemagne4. Mais ces voix discordantes n’arrivent pas à contenir le mouvement, dont Jean Paul confirme l’ampleur en 1804 : « Rien ne pullule à notre époque comme les esthéticiens », écrit-il au seuil d’un ouvrage qu’il choisit d’intituler Vorschule der Ästhetik. « On ne verra guère de jeune homme s’acquitter dûment du montant de ses cours d’esthétique sans qu’au bout de quelques mois il réclame du public une somme comparable contre un imprimé du même genre ; et il s’en trouve même certains qui règlent l’un avec l’autre5. »

  • 6 Emmanuel Kant, Critique du jugement, suivie des Observations sur le sentiment du beau et du sublim (...)
  • 7 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Cours d’esthétique, analysé et trad. en partie par Ch. Bénard, Pari (...)
  • 8 Charles Bénard, « Esthétique », in Dictionnaire des sciences philosophiques, Paris 1844-1852, vol. (...)

3Or la réaction des milieux intellectuels français à cette nouvelle « science philosophique » développée outre-Rhin a été longtemps très réservée. Ce n’est que des années 1840-1850 que datent les premières traductions importantes de l’esthétique philosophique allemande en France. En 1846, plus de cinquante ans après sa publication en Allemagne, Jules Barni donne la première traduction française de la Critique du jugement de Kant, à laquelle il joint un commentaire en 18506. En 1851, Charles Bénard achève de faire paraître sa transposition en français du Cours d’esthétique de Hegel, qu’il fait suivre d’un commentaire en 1852. En 1847, le même Bénard avait publié un mélange de textes philosophiques de Schelling, qui ménageait une place importante aux réflexions du philosophe sur l’art7. Mais l’« esthétique » n’en est pas pour autant adoptée en France. En 1845, Bénard souligne la marginalité persistante de cette discipline : « Malgré l’importance et l’intérêt des questions qu’elle traite, note-t-il dans son article “Esthétique” du Dictionnaire des sciences philosophiques, l’esthétique n’est parvenue que fort tard à obtenir une place indépendante et le rang qui lui est dû parmi les sciences philosophiques. Si elle a été cultivée avec ardeur en Allemagne depuis un demi-siècle, son nom en France commence à peine à être connu8 ». L’objet de la présente contribution sera de rendre compte de la réception française de l’esthétique philosophique allemande dans les années 1820-1850, période complexe en ce qu’elle présente certes les premiers signes d’une importation réelle de cette discipline, mais continue également de lui opposer de fortes résistances.

L’esthétique allemande en France de 1750 à 1820 : quelques aperçus

  • 9 Louis de Beausobre, « Dissertation sur les différentes parties de la philosophie », in Dissertatio (...)
  • 10 [Anonyme = G. A. Junker], Essai sur la poésie allemande, in Journal étranger, septembre 1761, p. 9 (...)
  • 11 Johann Georg Sulzer, « Lettre de M. Sulzer à un de ses amis où il expose le plan de son Dictionnai (...)
  • 12 Moses Mendelssohn, « Réflexions sur les sources et les rapports des beaux-arts et des belles-lettr (...)

4Pour comprendre la spécificité de ce moment de basculement, un bref survol des décennies antérieures s’impose. La première mention en France de la discipline récemment fondée par Baumgarten est due à Louis de Beausobre (1730-1783), un descendant de huguenot membre de l’Académie de Berlin, qui suit en 1749 les cours d’esthétique du philosophe à Francfort-sur-l’Oder. En 1753, Beausobre dresse un panorama des sciences philosophiques allemandes, où l’esthétique, invention récente, figure en bonne place à côté de « l’ontologie », de la « théologie naturelle » ou encore de la « logique9 ». Mais ce texte, rédigé par un Berlinois francophone et marqué par une nomenclature des disciplines propre à l’université allemande, ne rencontre guère d’écho en France. Plus importante est en revanche l’incidence du Journal étranger. Fondé en 1754, ce périodique, qui paraît jusqu’en 1762, accorde de façon générale aux pays germaniques une place de choix dans son panorama de l’actualité littéraire européenne. L’Allemagne y est non seulement représentée pour sa littérature au sens étroit du terme, mais aussi pour ses ouvrages de philosophie, de critique littéraire, d’histoire de l’art, et même pour ses revues. Dans cet ensemble, l’esthétique et les débats qui l’entourent outre-Rhin font partie des sujets assez fréquemment évoqués. Georg Adam Junker, auteur d’un important Essai sur la poésie allemande qui paraît dans la revue en 1761, mentionne les contributions de Baumgarten et de Meier à cette discipline10. Mais c’est surtout à Sulzer et à Mendelssohn qu’il ménage ses plus importants développements – deux auteurs par ailleurs fort présents dans la revue pour leurs contributions à l’esthétique. En 1761, le Journal étranger fait paraître une Lettre de Sulzer annonçant son projet de « poser les premiers fondements solides d’une Aesthétique parfaite11 ». Quant à Mendelssohn, il est présent dans cet organe par trois de ses plus importants essais esthétiques des années 1750, tous intégralement traduits en français : les quinze Lettres sur les sensations, les Réflexions sur les sources et les rapports des beaux-arts et des belles-lettres et l’essai Du sublime et du naïf dans les belles-lettres12. Pourtant, il serait erroné de voir dans ces publications l’indice d’une approbation sans réserve de la science nouvellement baptisée « esthétique » en Allemagne. Les notes dont les rédacteurs de la revue accompagnent les traductions des textes de Mendelssohn le prouvent : « Mais par quelle fatalité la métaphysique est-elle si relevée, si importante, si nécessaire ; et les métaphysiciens, loin de nous être utiles, n’ont-ils fait que nous abuser ? », s’interroge un collaborateur du Journal en prélude à la publication de la septième des Lettres sur les sensations. L’application aux beaux-arts d’une perspective « métaphysique » paraît encore bien incongrue aux rédacteurs de cette revue.

  • 13 [J. G. Sulzer], « Aesthétique », in Encyclopédie, F. B. de Felice (éd.), Supplément, vol. 1, Yverd (...)
  • 14 Claude-Henri Watelet et Pierre-Charles Lévesque, Encyclopédie méthodique. Beaux-Arts, 2 vol., Pari (...)

5Durant cette période pré-kantienne, la dernière mention importante de l’esthétique paraît dans deux ouvrages qui, par leur plus large diffusion, auraient dû contribuer efficacement à l’importation de cette discipline en France ou, à défaut, de son nom. En 1775-1776, l’Encyclopédie d’Yverdon puis le Supplément à l’Encyclopédie font paraître deux articles « Esthétique » qui ne sont autres que les traductions – d’ailleurs légèrement divergentes entre elles – de la notice « Aesthetik » du dictionnaire de Sulzer, Allgemeine Theorie der schönen Künste13. Avec ces deux notices, les conditions semblaient réunies pour que l’esthétique, dans sa présentation sulzerienne, s’implantât rapidement en France en cette seconde moitié du xviiie siècle. Pourtant il n’en fut rien. Les deux articles demeurèrent sans écho. Dans la partie de l’Encyclopédie Méthodique consacrée aux beaux-arts – l’un des plus volumineux avatars de l’Encyclopédie et de ses suppléments –, Claude-Henri Watelet et Pierre-Charles Lévesque ne jugèrent pas opportun de conserver l’entrée en 178814. Le mot « esthétique », de toute évidence, ne paraissait pas utile à l’aube du xixe siècle. En 1799, Charles de Villers dresse le bilan de cette naturalisation manquée :

  • 15 C. de Villers attribue ici par erreur à Diderot l’initiative des deux articles « Esthétique » préc (...)
  • 16 Charles de Villers, « Considérations sur l’état actuel de la littérature allemande par un Français (...)

Diderot a voulu introduire dans l’Encyclopédie ce terme d’Esthétique15, mais cela n’a pas pris. Comme nous n’avons sur les principes du goût que des ouvrages fragmentaires et une doctrine éclectique, que ces principes ne sont point encore rédigés en un code certain et suivant une méthode vraiment scientifique, il est évident que nous n’avons point encore d’Esthétique, et que le mot ne pouvait rester là où la chose manquait16.

  • 17 Voir en particulier François Azouvi et Dominique Bourel, De Königsberg à Paris. La réception de Ka (...)
  • 18 Charles de Villers, « Présentation de la Critique de la raison pure », in Le Spectateur du nord, v (...)
  • 19 Élisabeth Décultot, « Ästhetik/esthétique. Étapes d’une naturalisation (1750-1840) », in Revue de (...)
  • 20 Friedrich Schiller, « Idées sur ce que l’on peut appeler Commun et Bas dans les beaux-arts », trad (...)

6L’introduction du criticisme kantien en France autour de 1800 ne modifie guère cette constellation. Comme l’ont montré plusieurs études, la philosophie de Kant se heurte à cette époque à de profondes résistances, notamment sensibles dans le cadre de l’Institut17. Or, des trois Critiques, seule la première mobilise l’attention. Ce déséquilibre se remarque même chez les plus fermes partisans de Kant. C’est à la seule Critique de la raison pure que Villers consacre un exposé de quarante pages en 1799 et c’est encore autour de cette œuvre que s’organise pour l’essentiel son grand ouvrage de 1801 Philosophie de Kant ou principes fondamentaux de la philosophie, qui se voulait pourtant une introduction globale à la philosophie kantienne. La Critique du jugement n’y est évoquée qu’en quelques lignes18. Il y a à ce silence des causes philosophiques multiples – que nous avons essayé d’analyser ailleurs19. Contentons-nous ici d’évoquer les résistances formelles que suscite dans ces années l’esthétique allemande. Souvent accusée d’excessive abstraction tout au long du xviiie siècle, la philosophie allemande est plus que jamais tournée en dérision pour ses tendances amphigouriques à partir des années 1790, avec l’introduction des premiers textes de Kant en France. Or ces accusations d’hermétisme sont particulièrement fréquentes lorsqu’il s’agit de textes touchant au beau et à l’art. Lorsqu’il publie en 1804-1805 la traduction de deux textes esthétiques de Schiller dans la Gazette littéraire de l’Europe, Charles Boudens de Vanderbourg se dit explicitement agacé par le style trop abstrait de son auteur, qu’il décide de corriger vigoureusement en écourtant et en réorganisant le texte original. Parmi ces modifications, l’une paraît particulièrement significative pour notre propos : la suppression systématique du mot « esthétique », considéré comme inutile20. Le jugement de Madame de Staël sur les textes esthétiques de Schiller dans De l’Allemagne confirme cette tendance :

  • 21 Mme de Staël, De l’Allemagne, 2 vol., Paris, 1968, ici vol. 2, p. 69.

Dans son essai sur la grâce et la dignité, et dans ses lettres sur l’Esthétique, c’est-à-dire la théorie du beau, il y a trop de métaphysique. Lorsqu’on veut parler des jouissances des arts dont tous les hommes sont susceptibles, il faut s’appuyer toujours sur les impressions qu’ils ont reçues, et ne pas se permettre les formes abstraites qui font perdre la trace de ces impressions21.

7L’argument du style est, on le voit, plus profond qu’il n’y paraît de prime abord. À travers le « style » de l’esthétique allemande, c’est en effet sa situation épistémologique qui est visée. Kant et Schiller corsètent leur réflexion sur le sentiment de beau dans un système conceptuel rigoureux. Tout dans la présentation de leurs réflexions rappelle de façon insistante leur position disciplinaire d’origine : la philosophie. S’en prendre au style de l’esthétique allemande, c’est donc bien plus que s’attaquer à la seule forme du discours : c’est s’interroger sur la légitimité pour la philosophie de prendre possession d’un champ sur lequel elle n’avait jusqu’alors guère revendiqué de droit.

Les leçons de Victor Cousin sur « Le vrai, le beau et le bien »

  • 22 Il existe trois éditions de ce cours, qui différent sensiblement entre elles. La première date de (...)
  • 23 Paul Janet, Victor Cousin et son œuvre, Paris, 1885, p. 92.
  • 24 Victor Cousin, Cours de philosophie professé […] pendant l’année 1818, [édition de 1836], note 22, (...)

8Que s’est-il donc passé après 1810 pour que des philosophes français tels que Jules Barni, Charles Bénard ou Charles Lévêque entreprennent de traduire dans les années 1840-1850 quelques-uns des textes majeurs de cette discipline ? Pour répondre à cette question, un bref détour par Victor Cousin s’impose. Le cours sur « Le vrai, le beau et le bien » que Cousin donne à la Sorbonne en 1817-1818 amorce de fait un tournant dans la constellation héritée du xviiie siècle22. Nourrie de références explicites à Kant, Locke, Reid, Burke ou Hutcheson, la partie de ces conférences consacrée au beau a souvent été citée par ses successeurs comme le « premier essai d’esthétique théorique qui ait été tenté en France », selon l’expression de Paul Janet23. Soulignons cependant que Cousin évite d’y employer le mot « esthétique » et lui préfère le terme plus traditionnel en français de « théorie du beau24 ». Ce choix lexical n’est pas anodin. La « théorie du beau » telle que Cousin la conçoit inclut une analyse descriptive et prescriptive des diverses formes de l’art. Cette orientation se lit clairement dans la facture même de son cours. Dans chacune des trois versions publiées de ces conférences – 1836, 1846, 1853 –, Cousin reste très pragmatique dans son approche des questions artistiques : il réserve de longs passages à l’examen circonstancié des « différents arts », qu’il étudie selon des modèles conventionnels, opposant les genres artistiques les moins « libres » (architecture et jardin) aux genres les plus « libres » (sculpture, peinture, musique et poésie).

  • 25 Victor Cousin, Cours de philosophie professé […] pendant l’année 1818, [édition de 1836], note 22, (...)
  • 26 Ibid., p. 275.
  • 27 Lettre de T. Jouffroy à P. Damiron, 8 août 1818, in Correspondance de Théodore Jouffroy, Paris, 19 (...)

9Ce choix méthodologique n’est nullement dénué de signification philosophique. Opter pour une analyse descriptive et prescriptive du beau, c’est en effet implicitement choisir une certaine définition de la beauté. Si la « théorie du beau » est possible pour Cousin, c’est que le beau lui-même existe objectivement – un axiome présent dès la première version publiée des conférences. Cousin conçoit de fait le beau comme une propriété appartenant aux objets. À l’image de la vérité, qui « n’est ni fille de l’homme, ni fille de la nature », le beau existe par lui-même. Partant, le jugement de beau est qualifié d’« objectif25 ». Rien d’étonnant dès lors à ce que Cousin assortisse son cours d’une nomenclature précise des caractères naturels du beau : unité dans la variété, proportion, expression, etc. L’opposition à la Critique du jugement est ici évidente, et d’ailleurs revendiquée dès la première édition du cours. L’« école de Kant » a eu tort de penser qu’il n’y avait « dans la nature rien de vrai, de bon et de beau, si ce n’est le vrai, le beau et le bon que l’homme trouvait dans son âme, et qu’il réalisait illégitimement en dehors de lui. [...] Si la nature n’est qu’une induction de la pensée, elle n’est que ce que nous la faisons, qu’un fantôme que nous pouvons détruire26 ». Kant rend impossible l’affirmation d’une existence du beau en dehors du sujet. Or, Cousin a vu dans ce principe un danger radical : celui, inhérent à ses yeux au criticisme en général, du « scepticisme ». Le cours sur « Le vrai, le beau et le bien » recèle, on le voit, un message ambigu quant à la discipline esthétique. D’un côté, ces conférences témoignent un intérêt nouveau pour la réflexion philosophique sur le beau – intérêt qui a pu, comme en témoigne par exemple Théodore Jouffroy, éveiller la curiosité pour cette matière27 ; d’un autre, cependant, elles affichent une nette distance par rapport à Kant, l’un des principaux représentants de cette discipline en Allemagne.

Charles Bénard, Jules Barni, Charles Levêque, promoteurs de la discipline « esthétique »

  • 28 Pour les traductions de C. Bénard et de J. Barni, notes 6 et 7 ; Charles Levêque, La Science du be (...)
  • 29 Charles Bénard, normalien de la promotion 1827, agrégé de philosophie en 1831, enseigne dans diver (...)
  • 30 Charles Bénard, « Esthétique », in Dictionnaire des sciences philosophiques, op. cit., p. 293.
  • 31 Charles Lévêque, Platon considéré comme fondateur de l’esthétique. Leçon d’ouverture du cours de p (...)
  • 32 Jules Barthelemy-Saint-Hilaire, « Extraits du rapport présenté au nom de la section de philosophie (...)

10Présent donc dès les leçons de 1817-1818 sur le beau, le rapport à l’esthétique philosophique allemande devient véritablement central dans les années 1840-1850. Pour analyser cette période, trois figures serviront de support à la présente enquête : celles de Charles Bénard (1807-1898), traducteur des leçons d’esthétique de Hegel ainsi que de textes de Schelling sur l’art, de Jules Barni (1818-1878), traducteur de la Critique du jugement de Kant, et enfin de Charles Lévêque (1818-1900), auteur d’une volumineuse Science du beau28. La cohérence de ce groupe de philosophes travaillant dans les années 1840-1850 sur des questions d’esthétique ne provient pas seulement de parentés biographiques liées à la personne de Cousin, qui a pour une large part orienté leur carrière29. Elle repose aussi sur un intérêt institutionnel commun : faire accéder l’esthétique au statut de discipline philosophique à part entière, c’est-à-dire, notamment, dotée de chaires propres dans l’enseignement supérieur – souhait qui ne trouvera un début de réalisation qu’en 1863 avec la création de la première chaire d’esthétique et d’histoire de l’art en France à l’École des beaux-arts. Charles Bénard est un ferme partisan de cette cause. « Depuis Schelling, note-t-il en 1845 dans l’article “Esthétique” du Dictionnaire des sciences philosophiques, l’Allemagne peut s’enorgueillir d’avoir définitivement “émancipé” la science qui prend [l’art] pour objet ». Or cette science, largement représentée dans les universités d’outre-Rhin, est « à peine connue » en France30. En février 1857, Charles Lévêque ouvre son cours de philosophie grecque et latine au Collège de France sur la même déploration31. De fait, ce n’est qu’à l’extrême fin des années 1850 qu’apparaîtront les premiers signes d’une pénétration de l’esthétique dans le corps institutionnel de la philosophie. En 1857, l’Académie des Sciences morales et politiques met pour la première fois au concours une question touchant spécifiquement aux problèmes esthétiques : « Rechercher quels sont les principes de la science du Beau, et les vérifier en les appliquant aux beautés les plus certaines de la nature, de la poésie et des arts, ainsi que par un examen critique des plus célèbres systèmes auxquels cette science du Beau a donné naissance dans l’Antiquité et surtout chez les modernes. » C’est ce prix que remporte Charles Lévêque en 1859 – une récompense à laquelle s’ajoutera bientôt un prix de l’Académie française puis de l’Académie des beaux-arts. En couronnant la Science du beau de Lévêque, l’Institut dans son ensemble entend signifier son intérêt nouveau pour l’esthétique, et rattraper par là le retard accumulé. Encore faut-il se garder d’une lecture univoque de cet épisode. Dans le rapport qu’il lit devant l’Académie des Sciences morales et politiques en 1859 sur les mémoires reçus, Jules Barthelemy-Saint-Hilaire trace un tableau bien sombre du déficit français en matière d’esthétique – notamment par rapport à l’Allemagne. « La science du Beau n’a pas été jusqu’à présent très cultivée parmi nous, constate-t-il, et nous sommes bien loin d’avoir fait dans ce domaine attrayant et difficile tout ce que nous pourrions y faire. [...]. La science parmi nous n’a point encore élevé de monuments aussi illustres que ceux de l’Allemagne, et l’Académie contribuera autant qu’il dépend d’elle à racheter cette infériorité par les ouvrages qu’elle fera naître32 ».

  • 33 Joseph Tissot, Histoire abrégée de la philosophie, Paris/Dijon, 1840, p. 293-296. L’Histoire de la (...)
  • 34 Auguste Ott, Hegel et la philosophie allemande, Paris, 1844, p. 447, note 1.
  • 35 Charles de Rémusat, De la philosophie allemande. Rapport à l’Académie des sciences morales et poli (...)

11En ce milieu de siècle, l’esthétique est donc loin d’avoir conquis une totale légitimité dans le corps des disciplines académiques. Les résistances proviennent bien sûr des cercles concurrents, critique littéraire et chaire d’éloquence d’un côté, critique d’art et histoire de l’art de l’autre. Mais elles proviennent aussi des milieux philosophiques eux-mêmes. Dans l’Histoire abrégée de la philosophie que Joseph Tissot, traducteur de Kant, publie en 1840, la troisième Critique n’est gratifiée que de trois succinctes pages, contre plus de vingt pour la première. Quant à Schelling et Hegel, leurs textes sur l’art ne sont pas même mentionnés33. De toute évidence, la raison de ce silence réside dans la représentation que beaucoup de ces philosophes ont des objets propres à la philosophie. Pour Auguste Ott, qui fait paraître un ouvrage sur Hegel et la philosophie allemande en 1844, les leçons sur l’esthétique contiennent « des développements de détail très étendus, qui ne sont pas du domaine proprement dit de la philosophie et qui ne se prêtent que difficilement à l’analyse ». Aussi l’auteur s’estime-t-il fondé à ne pas évoquer l’esthétique dans son panorama de l’œuvre hégélienne34. L’année suivante, Charles de Rémusat, rapporteur du concours ouvert par l’Institut sur l’« examen critique de la philosophie allemande depuis Kant », confirme cette nomenclature des sciences philosophiques. S’il commente amplement les deux premières Critiques dans son rapport, il évoque en revanche à peine la troisième, devant laquelle il avoue sa perplexité35.

Constructions historiographiques de la discipline esthétique : généalogies françaises, généalogies allemandes

  • 36 Jules Barni, « Avant-propos », in Emmanuel Kant, Critique du jugement, note 6, vol. 1, p. iv-v.
  • 37 Charles Bénard, « Esthétique », note 8, p. 305.
  • 38 Ces titres français sont les suivants : Jean Pierre de Crousaz, Traité du beau, Amsterdam 1715 (2e (...)
  • 39 Charles Bénard, Hegel. Philosophie de l’art. Essai analytique et critique, Paris, 1852, p. 267.

12Si Barni, Bénard et Lévêque s’accordent à vouloir faire accéder la réflexion sur l’art au rang de discipline philosophique, ils divergent en revanche fortement dans les généalogies nationales qu’ils esquissent de cette science. « C’est surtout à l’Allemagne que la philosophie doit [l’idée d’esthétique], cette “science à part”, qui a pris la place des essais particuliers et superficiels auxquels on s’était borné jusque-là », note Barni dans l’avant-propos de sa traduction de la Critique du jugement de Kant en 185036. Quant à Bénard, son article « Esthétique » du Dictionnaire des sciences philosophiques est des plus clairs sur cette question : « En France, depuis un demi-siècle, de savantes recherches archéologiques, historiques et critiques ont été faites sur les monuments de l’art à toutes les époques, mais on n’a guère essayé de remonter au principe même du beau, et de déterminer les règles générales de l’art37. » Hormis le cours de Théodore Jouffroy, aucun travail français n’est digne de figurer dans l’histoire de l’esthétique aux yeux de Bénard – et notamment pas, s’entend implicitement, le cours de Cousin sur « Le vrai, le beau et le bien », totalement passé sous silence. La bibliographie dont il accompagne sa notice ne compte d’ailleurs que deux références françaises, pour dix-huit titres allemands38. C’est que par les qualités mêmes qu’elle requiert – prédisposition aux spéculations philosophiques et sensibilité à l’art –, l’esthétique est pour Bénard une discipline intrinsèquement allemande. « La science du beau et l’étude philosophique des œuvres de l’art étaient trop conformes à la nature du génie allemand, à la fois poétique et spéculatif, enthousiaste et méditatif », souligne-t-il en 1852, « pour ne pas être cultivée de bonne heure et avec ardeur chez une nation qui, depuis un siècle, a remué en tout sens le vaste champ de la pensée39 ».

  • 40 Charles Lévêque, La Science du beau, note 28, vol. 1, p. v-vi.
  • 41 Ibid., vol. 2, p. 481.
  • 42 Ibid., p. 502-503, 509.
  • 43 Ibid., p. 522.
  • 44 Ibid., p. 474, et suiv., et 488 et suiv.

13Tout autre est la représentation de l’histoire de l’esthétique selon Charles Lévêque. En introduction à la Science du beau qu’il publie en 1861, Lévêque retrace la généalogie méconnue d’une école philosophique « toute française » de la réflexion sur l’art, une école « essentiellement psychologique » qui s’est développée « en dehors de toute influence » externe, sous la seule « impression encore vive de l’enseignement de 181840. » Pour Lévêque, Cousin est le fondateur incontesté de cette école. Ce refus de la référence allemande prend parfois une tournure cocasse. À la faveur d’un examen des principaux « systèmes d’esthétique » du xviiie siècle, Lévêque s’attache à prouver que ce n’est pas, ainsi qu’on le prétend habituellement, à Baumgarten qu’il faut attribuer la fondation de l’esthétique comme discipline philosophique, mais, en toute rigueur chronologique, au Père André, dont l’Essai sur le beau paraît dès 1741, c’est-à-dire neuf ans avant Æsthetica de Baumgarten41. Quant à la doctrine de Kant, elle est entachée d’un « vice radical » : le subjectivisme. Pour l’auteur de la Critique du jugement, commente Lévêque, « le jugement de goût n’est pas un jugement de connaissance ; il n’est point, par conséquent, logique, mais esthétique (relevant de la sensibilité), c’est-à-dire que le principe qui le détermine est purement subjectif ». Kant a échafaudé une théorie repliée sur la sphère du moi42. De cette erreur primitive découlent toutes les autres : absence de règles objectives du beau, ce qui met en danger le principe d’universalité du jugement de goût selon Levêque ; mise en cause du caractère nécessaire de ce jugement ; impossibilité subséquente d’établir une véritable science du beau. À l’éreintement de Kant, Lévêque fait succéder un examen en apparence plus clément de Schelling. Pourtant, s’il est certes vanté pour avoir donné sa juste dimension à la nature « spiritualiste » du beau, Schelling n’en est pas moins sévèrement jugé. Par sa définition de Dieu, il se voit accusé d’avoir ouvert la voie à un « panthéisme idéaliste », que Hegel ne fera que développer43. C’est dans de tout autres traditions philosophiques nationales que Lévêque entend chercher les fondements de l’esthétique véritable, à savoir dans le cartésianisme français du Père André et dans l’idéalisme écossais de Thomas Reid. L’un comme l’autre ont su défendre le beau contre tous les scepticismes – qu’ils soient subjectivistes ou sensualistes – pour l’adosser solidement à la « divinité44 ». Avec sa Science du beau, Lévêque entend donc tempérer les tropismes germaniques de Bénard et de Barni, en réécrivant sur la base de références non-allemandes une histoire de l’esthétique moderne jugée trop germano-centrée.

  • 45 Jules Barthelemy-Saint-Hilaire, « Extraits du rapport [...] sur le concours relatif à la question (...)

14De toute évidence, le succès rencontré par l’ouvrage de Lévêque auprès de trois académies de l’Institut n’est nullement indifférent à cette vision de l’histoire intellectuelle. On pourrait croire, note Barthelemy-Saint-Hilaire dans son rapport à l’Académie des Sciences morales en 1859, que « l’esthétique appartient aux philosophes d’outre-Rhin, et qu’après l’avoir créée depuis plus d’un siècle, ce sont encore eux surtout qui l’étudient et qui l’approfondissent ». La Science du beau de Lévêque possède à ses yeux le mérite de prouver au contraire que le travail d’un philosophe français, s’appuyant sur la méthode « française » de la « psychologie », peut « prendre un rang distingué parmi les ouvrages de la science esthétique45 ».

  • 46 Guillaume, Charles Blanc et l’esthétique. Leçon d’ouverture faite au Collège de France, in Tullo M(...)

15Notons, en guise de conclusion, que si la référence allemande joue un rôle central dans la généalogie intellectuelle de l’esthétique en France dans les années 1820-1850, elle a également eu une incidence manifeste sur son institutionnalisation. En 1863, la première chaire d’esthétique et d’histoire de l’art est créée à l’École des beaux-arts pour Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc, remplacé dès 1864 par Hippolyte Taine, qui conserve ce poste jusqu’en 1893. Quinze ans plus tard, en 1878, une chaire de même nom est créée au Collège de France pour Charles Blanc, qui l’occupe jusqu’à sa mort en 1882. Or Eugène Guillaume, son successeur, esquisse dans sa leçon inaugurale un historique de la discipline qui souligne l’importance décisive de la tradition allemande pour le développement institutionnel de l’esthétique en France : « Vous le savez, rappelle-t-il à son auditoire, c’est en Allemagne que la science du beau a été distinguée des autres sciences philosophiques, et c’est là, de plus, qu’elle a reçu son nom ». Retraçant l’histoire de l’esthétique allemande depuis Baumgarten jusqu’à Hegel en passant par Winckelmann, Lessing, Kant, Fichte et Schelling, il pose vigoureusement l’Allemagne en modèle : « Dans ce pays comme dans d’autres, et cela contrairement à ce qui se voit chez nous, il n’y a guère d’université où cette science ne soit enseignée. » Au moment où Jouffroy donnait dans la quasi clandestinité ses leçons d’esthétique, « Hegel achevait, avec un succès immense, son cours d’esthétique ». Au moment où Herbart « creusait ce grand sujet », Cousin, au ministère de l’Instruction publique, n’entreprenait rien pour la création d’une chaire46. Ce n’est qu’en 1878, avec la création de la chaire de Charles Blanc au Collège de France, que la France commence selon Guillaume à rattraper ce retard.

Notes

1 Gustave Flaubert, « Lettre à Madame Roger des Genettes, 18 juin 1873 », in Œuvres complètes, Correspondance, nouvelle édition augmentée, septième série (1873-1876), Paris, 1930, p. 28 (n°1377).

2 Pour la Science du beau de Charles Lévêque, Paris, A. Durand & Pedeone-Lauriel, 1872, note 28.

3 Alexander Gottlieb Baumgarten, Meditationes philosophicae de nonnullis ad poema pertinentibus, Halle 1735, § 115-116 (id., Philosophische Betrachtungen über einige Bedingungen des Gedichtes, éd. ettrad. par Heinz Paetzold, latin-allemand, Hamburg 1983, p. 85-87) ; id., Aesthetica, 2 vol., Frankfurta. d. Oder 1750-1758 (facsimilé intégral : Hildesheim, 1986).

4 Johann Christoph Gottsched, Handlexicon oder kurzgefaßtes Wörterbuch der schönen Wissenschaften und freyen Künste, Leipzig 1760, p. 50 ; [Anonyme = J. C. Gottsched], Anzeige von : J. C. Gottsched, Auszug aus des Herrn Batteux […] schönen Künsten, aus dem einzigen Grundsatze der Nachahmung hergeleitet (Leipzig 1754), in : Das Neueste aus der anmuthigen Gelehrsamkeit, 6, 1754 (juin), p. 464-467, icip. 464-465.

5 Jean Paul, Vorschule der Ästhetik, Vorredezurersten Ausgabe (1re édition : 1804), in : id., Werke, éd. par N. Miller, vol. 5, München5 1987, p. 22.

6 Emmanuel Kant, Critique du jugement, suivie des Observations sur le sentiment du beau et du sublime, Paris 1846 ; Jules-Romain Barni, Philosophie de Kant. Examen de la Critique du jugement, Paris 1850. Barni traduisit et commenta également la première et la deuxième Critique : Emmanuel Kant, Critique de la raison pratique, précédée des Fondements de la métaphysique des mœurs, trad. par J. Barni, Paris 1848 ; Jules-Romain Barni, Philosophie de Kant. Examen des Fondements de la métaphysique des mœurs et de la Critique de la raison pratique, Paris, Ladrange, 1851 ; Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, Paris, G. Baillière, 1869. La première Critique avait été traduite pour la première fois en français par Jules Tissot : Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, Paris, Ladrange, 1835-1836.

7 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Cours d’esthétique, analysé et trad. en partie par Ch. Bénard, Paris/Nancy, 1840-1851 ; Charles Bénard, Hegel. Philosophie de l’art. Essai analytique et critique, Paris, 1852 ; Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling, Écrits philosophiques et morceaux propres à donner une idée générale de son système, Paris, 1847.

8 Charles Bénard, « Esthétique », in Dictionnaire des sciences philosophiques, Paris 1844-1852, vol. 2 (1845), p. 293-306, ici p. 293.

9 Louis de Beausobre, « Dissertation sur les différentes parties de la philosophie », in Dissertations philosophiques, Paris 1753, p. 131-206, ici p. 163-164.

10 [Anonyme = G. A. Junker], Essai sur la poésie allemande, in Journal étranger, septembre 1761, p. 95-148 (réédité dans : [Anonyme= G. A. Junker], Nouveaux principes de la langue allemande, Paris 1762, p. xxvii-lx).

11 Johann Georg Sulzer, « Lettre de M. Sulzer à un de ses amis où il expose le plan de son Dictionnaire […] », in Journal étranger, juin 1761, p. 37-54, ici p. 49. En note, le mot « Aesthétique » est expliqué comme suit : « Théorie des sensations, du mot grec aisthesis, sensus ».

12 Moses Mendelssohn, « Réflexions sur les sources et les rapports des beaux-arts et des belles-lettres » (sans nom de traducteur), in Journal étranger, février 1761, p. 3-47 (1re publication en allemand : 1757) ; id., Lettres sur les sensations (sans nom de traducteur), in Journal étranger, mai 1761, p. 138-157 (lettres i-iv) ; juin 1761, p. 154-170 (lettres v-vi) ; août 1761, p. 35-62 (lettres vii-ix) ; novembre 1761, p. 177-193 (lettres x-xii) ; décembre 1761, p. 159-183 (lettres xiii-xv) (1re publication en allemand : 1755) ; id., « Du sublime et du naïf dans les belles lettres » (sans nom de traducteur), in Journal étranger, septembre 1762, p. 5-59 (1re publication en allemand : 1758).

13 [J. G. Sulzer], « Aesthétique », in Encyclopédie, F. B. de Felice (éd.), Supplément, vol. 1, Yverdon 1775, p. 128-131 ; id., « Esthétique », in Supplément à l’Encyclopédie, vol. 2, Amsterdam 1776, p. 872-873. Le texte qui a servi de base à ces deux notices est l’article « Aesthetik » de J. G. Sulzer paru en 1771 dans le premier volume de la Allgemeine Theorie der Schönen Künste (2 vol., Leipzig 1771-1774, vol. 1, p. 20-22). Pour la présence de Sulzer dans le Supplément à l’Encyclopédie, voir Lawrence Kerslake, « Johann Georg Sulzer and the Supplement of the Encyclopédie », in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 148, Oxford, 1976, p. 225-247.

14 Claude-Henri Watelet et Pierre-Charles Lévesque, Encyclopédie méthodique. Beaux-Arts, 2 vol., Paris, 1788-1791 (avec un vol. de planches, Paris, 1805).

15 C. de Villers attribue ici par erreur à Diderot l’initiative des deux articles « Esthétique » précédemment cités.

16 Charles de Villers, « Considérations sur l’état actuel de la littérature allemande par un Français », in Le Spectateur du nord, vol. 12, octobre 1799, p. 1-54, ici p. 42 (note).

17 Voir en particulier François Azouvi et Dominique Bourel, De Königsberg à Paris. La réception de Kant en France (1788-1804), Paris, Vrin, 1991. On pourra également consulter Maximilien Vallois, La Formation de l’influence kantienne en France, Paris s. d. [1924] ; Célestin Bouglé, « Spiritualisme et kantisme en France », in Revue de Paris, 1er mai 1934, p. 198-215 ; André Monchoux, L’Allemagne devant les lettres françaises de 1814 à 1835, Toulouse, Fournier, 1953.

18 Charles de Villers, « Présentation de la Critique de la raison pure », in Le Spectateur du nord, vol. 10, avril 1799, p. 1-37 ; id., Philosophie de Kant ou principes fondamentaux de la philosophie, Metz an IX [= 1801], p. xxiv-xxv. Quant à la longue « Notice littéraire sur M. Kant » qu’il publie dans le Spectateur du nord en 1798, elle ne mentionne elle aussi qu’allusivement la troisième Critique (Le Spectateur du nord, vol. 5, mars 1798, p. 335-368, surtout p. 349-350 pour les brèves allusions à la troisième Critique).

19 Élisabeth Décultot, « Ästhetik/esthétique. Étapes d’une naturalisation (1750-1840) », in Revue de Métaphysique et de Morale, juin 2002, p. 157-178.

20 Friedrich Schiller, « Idées sur ce que l’on peut appeler Commun et Bas dans les beaux-arts », trad. par C. Vanderbourg (de son vrai nom : Martin Marie Charles Boudens de Vanderbourg), in Archives littéraires de l’Europe (fac-similé : Genève 1972), vol. 2, 1804, p. 247-259, ici, p. 254-255, note 1 (1re publication allemande : 1802). Pour Vanderbourg, voir R. Mortier, Les Archives littéraires de l’Europe (1804-1808) et le cosmopolitisme littéraire sous le Premier Empire, Bruxelles, 1957, p. 120-121.

21 Mme de Staël, De l’Allemagne, 2 vol., Paris, 1968, ici vol. 2, p. 69.

22 Il existe trois éditions de ce cours, qui différent sensiblement entre elles. La première date de 1836. Elle est due à Adolphe Garnier, maître de conférence à l’École Normale et élève de Cousin (Victor Cousin, Cours de philosophie professé à la faculté des lettres pendant l’année 1818, sur le fondement des idées absolues du vrai, du beau et du bien, publié avec son autorisation et d’après les meilleures rédactions de ce cours par M. Adolphe Garnier, Paris 1836 [fac-similé : Genève 2000, avec un avant-propos d’Oscar Haac et une introduction de Jean-Pierre Cotten]). La seconde édition, réalisée par Paul Janet sous le contrôle de Cousin en 1846, présente un texte largement remanié dans son plan et son contenu (Victor Cousin, Cours de l’histoire de la philosophie moderne. Histoire des derniers systèmes de la philosophie moderne sur les idées du vrai, du beau et du bien, Paris 1846). Pour ces modifications concernant les leçons sur le vrai et le bien, voir Jean Pierre Cotten, « Le cours de 1818 », in Cours de philosophie professé à la faculté des lettres pendant l’année 1818, Genève 2000, p. xv-xl, ici p. xv et suivantes. En 1853 enfin, Cousin livre une ultime version de son cours, cette fois-ci exclusivement procurée par lui-même et pour cette raison considérée comme « classique » (Victor Cousin, Du vrai, du beau, du bien, Paris, 1853). C’est sous cette dernière forme, maintes fois rééditée au xixe siècle, que la plupart des lecteurs prirent connaissance de son enseignement sur l’art. On ne compte que deux différences essentielles pour la partie sur le beau : la leçon XII de 1846 sur le « sentiment du beau » n’a pas d’équivalent dans celle de 1853 ; l’édition de 1853 comporte un long chapitre sur l’art français au xviie siècle (leçon X), absent de la version de 1846.

23 Paul Janet, Victor Cousin et son œuvre, Paris, 1885, p. 92.

24 Victor Cousin, Cours de philosophie professé […] pendant l’année 1818, [édition de 1836], note 22, p. 195, 223, 294 ; id., Du vrai, du beau, du bien, [édition de 1853], note 22, p. 169.

25 Victor Cousin, Cours de philosophie professé […] pendant l’année 1818, [édition de 1836], note 22, p. 217, et p. 275-276.

26 Ibid., p. 275.

27 Lettre de T. Jouffroy à P. Damiron, 8 août 1818, in Correspondance de Théodore Jouffroy, Paris, 1901, p. 213.

28 Pour les traductions de C. Bénard et de J. Barni, notes 6 et 7 ; Charles Levêque, La Science du beau étudiée dans ses principes, dans ses applications et dans son histoire, Paris, A. Durand, 1861.

29 Charles Bénard, normalien de la promotion 1827, agrégé de philosophie en 1831, enseigne dans divers lycées de province avant d’obtenir un poste à Paris en 1848, fonction qu’il cumule en 1855 avec une charge de cours à l’École Normale. De dix ans plus jeune que Bénard, Jules Barni entre à l’École Normale en 1837, alors que Cousin en est le directeur. Reçu premier à l’agrégation de philosophie en 1840, il devient rapidement son secrétaire particulier. Si, comme Jouffroy, il tend à s’éloigner de Cousin dans le courant des années 1840 en rejoignant des mouvements ouvertement républicains et libres-penseurs, il lui doit d’avoir obtenu rapidement un poste de professeur en lycée à Paris. C’est à Cousin que Barni dédie sa traduction française de la Critique du jugement qui paraît en 1846. Charles Levêque (1818-1900) enfin, admis à l’École Normale en 1838, lauréat de l’agrégation de philosophie en 1842, enseigne dans divers lycées de province avant de devenir pensionnaire de l’École d’Athènes en 1847. Ayant soutenu son doctorat tardivement (1852), il ne commence réellement son ascension universitaire que sous le Second Empire.

30 Charles Bénard, « Esthétique », in Dictionnaire des sciences philosophiques, op. cit., p. 293.

31 Charles Lévêque, Platon considéré comme fondateur de l’esthétique. Leçon d’ouverture du cours de philosophie grecque et latine faite le 12 février 1857, Paris, 1857, p. 9.

32 Jules Barthelemy-Saint-Hilaire, « Extraits du rapport présenté au nom de la section de philosophie à l’Académie des Sciences morales et politiques sur le concours relatif à la question du beau », in Charles Lévêque, La Science du beau, op. cit., note 28, vol. 1, p. 398.

33 Joseph Tissot, Histoire abrégée de la philosophie, Paris/Dijon, 1840, p. 293-296. L’Histoire de la philosophie allemande de Joseph Willm, qui paraît à Paris en quatre volumes entre 1846 et 1849, marque certes un début de changement. Pour la première fois au sein d’un panorama historique de la philosophie, l’analytique kantienne du beau fait l’objet d’une présentation détaillée (vol. 2 [1847], p. 71-126). Mais les réflexions sur l’art de Schelling n’y sont que brièvement présentées et l’Esthétique de Hegel n’y est pas même mentionnée.

34 Auguste Ott, Hegel et la philosophie allemande, Paris, 1844, p. 447, note 1.

35 Charles de Rémusat, De la philosophie allemande. Rapport à l’Académie des sciences morales et politiques, précédé d’une introduction sur les doctrines de Kant, de Fichte, de Schelling et de Hegel, Paris, 1845, p. xxxii.

36 Jules Barni, « Avant-propos », in Emmanuel Kant, Critique du jugement, note 6, vol. 1, p. iv-v.

37 Charles Bénard, « Esthétique », note 8, p. 305.

38 Ces titres français sont les suivants : Jean Pierre de Crousaz, Traité du beau, Amsterdam 1715 (2e édition augmentée : 1724 ; réédité par Francine Markovits, Paris 1985) ; Théodore Jouffroy, Cours d’esthétique, Philibert Damiron (éd.), Paris, 1843.

39 Charles Bénard, Hegel. Philosophie de l’art. Essai analytique et critique, Paris, 1852, p. 267.

40 Charles Lévêque, La Science du beau, note 28, vol. 1, p. v-vi.

41 Ibid., vol. 2, p. 481.

42 Ibid., p. 502-503, 509.

43 Ibid., p. 522.

44 Ibid., p. 474, et suiv., et 488 et suiv.

45 Jules Barthelemy-Saint-Hilaire, « Extraits du rapport [...] sur le concours relatif à la question du beau », note 32, vol. 1, p. 398.

46 Guillaume, Charles Blanc et l’esthétique. Leçon d’ouverture faite au Collège de France, in Tullo Massarani, Charles Blanc et son œuvre, Paris, 1885, p. 3-65, ici p. 36 et suivantes.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540