Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures politiques des mythes littéraires au XXe siècle

 | 
Sylvie Parizet

Grandeur et misère du recours au mythe : l'écrivain face aux tourments de l'histoire

L’anti-utopie, un mythe politique ? Le cas de feu pâle de Nabokov

Déborah Lévy-Bertherat

Texte intégral

1l'anti-utopie, qu’on appelle aussi dystopie, est un espace fonctionnant sur le modèle de l’utopie, mais inversant l’idéal de perfection utopique pour décrire un lieu de malheur. Comme l’utopie, l’anti-utopie est un mythe, dans la mesure où elle constitue le fondement d’un récit type, où l’on retrouve les motifs suivants : géographie close marquée par l’harmonie et la régularité ; système politique stable et incontestable ; société régie par un ordre totalisant, par l’uniformité (de l’ensemble ou de groupes définis) et par l’absence quasi totale de domaine privé.

2Le genre de l’anti-utopie apparaît en littérature dès le xviiie siècle (illustré notamment par Voltaire et surtout par Swift). Il reste alors, comme dans les utopies premières (celle de More fondant le type de l’utopie moderne), décrit de l’extérieur, généralement sous la forme d’un récit de voyage. Les anti-utopies du xxe siècle ont la particularité de placer un individu au cœur du monde décrit : le narrateur D 503 dans Nous autres de Zamiatine (1920), John, le « sauvage » du Meilleur des mondes de Huxley (1932), et Winston Smith, le héros de 1984 d’Orwell (1949). Devenu centre focal du récit, leur point de vue singulier fait voler en éclats l’illusion utopique, et notamment le rêve collectiviste qu’elle met en œuvre.

  • 1 Notamment dans Terra incognita (1931), qui décrit un cheminement mortel, à la manière d’Edgar Poe (...)
  • 2 On pourrait encore citer la représentation de Tchernychevski dans Le Don, mais Que faire ?, le rom (...)

3Le motif du territoire imaginaire apparaît de manière récurrente dans l’œuvre de Nabokov : on le trouve déjà dans ses nouvelles1. Les dictatures anonymes des romans Invitation au supplice (1938) et Brisure à senestre (1947) sont des univers kafkaïens dont le premier est abstrait, tandis que le second ressemble à la fois à l’URSS de Staline et à l’Allemagne de Hitler. Nabokov reprend le thème du pays imaginaire avec Feu pâle (1962) : la Zemblay est présentée comme un royaume idéal, rattaché par bien des traits à un modèle utopique, mais dégradé par l’ironie de l’auteur. Un autre avatar du thème apparaîtra encore dans Ada (1969), sous la forme de Terra, planète de la folie, inventée par le héros Van Veen, opposée et symétrique d’Antiterra, notre monde2.

  • 3 Ces deux derniers avaient lu Nous autres lorsqu’ils ont écrit Le Meilleur des mondes et1984.

4C’est principalement à Feu pâle que je vais m’intéresser ici, pour tenter de montrer comment Nabokov joue d’un double héritage littéraire utopique ou antiutopique : d’une part les voyages imaginaires, comme Utopia et Les Voyages de Gulliver ; d’autre part, les romans d’anticipation du xxe siècle, Nous autres, Le Meilleur des mondes et 19843. Dans tous ces récits, l’utopie est la projection caricaturale ou inversée d’un système politique existant ou susceptible d’exister un jour (l’Angleterre pour More, la Russie soviétique pour Zamiatine ou Orwell, etc.). Peut-on en dire autant de Nabokov, selon le quel toute lecture idéologique de ses œuvres était une hérésie ?

« La zembla, ma chère patrie4 »

  • 4 Vladimir Nabokov, « embla, my dear countr », in Pale Fire, New York, Berkley Books, 1985, p.46 (Fe (...)

5La très étrange composition de Feu pâle coïncide avec une invasion progressive du texte par le thème de la Zembla : dans le poème de John Shade, elle n’apparaît qu’une fois, nommée comme un territoire indistinct dessiné sur sa joue quand il se rase. Shade, spécialiste de Pope, se souvient de l’Essay on Man, où elle représente l’extrême Nord (d’après la Nouvelle-Zemble, archipel bien réel au nord de la Sibérie). Dans ses notes sur le poème, Kinbote, commentateur fou, prétend que le poème de Shade a pour source d’inspiration ses propres récits faits au poète, son voisin, à propos de la Zembla, un petit royaume nordique, et de son roi Charles II. Très vite, le lecteur comprend que Kinbote est ce roi lui-même, exilé à la suite d’une révolution, et devenu professeur dans une université de Nouvelle-Angleterre. Le commentaire de Kinbote s’éloigne peu à peu des vers de Shade, qui ne sont plus qu’un prétexte pour son propre récit, l’histoire de la Zembla. Enfin, l’index liste presque exclusivement des noms de personnages ou de lieux zembliens, et c’est, bien entendu, « Zembla » qui a – et qui est – le dernier mot, sans aucune référence ni numéro de page : c’est dire que la Zembla n’est nulle part (utopie), ou partout, ou qu’elle se désagrège au moment où le livre s’achève.

Une géographie utopique ?

  • 5 Voir ci-dessous p. 334.

6De son modèle réel le plus évident, la Nouvelle-Zemble, la Zembla de Nabokov tient peu de chose : son insularité et sa situation nordique (une première version du récit s’intitulait « Ultima Thulé5 »). En fait, l’insularité de la Zembla nabokovienne est ambiguë, c’est une sorte d’île-péninsule :

  • 6 « La péninsule zemblienne (coupée à sa base du continent de la folie par un canal impraticable) » (...)

The Zemblan peninsula (cut off basally by an impassable canal from the mainland of madness6) (p. 90)

7Cette particularité géographique rappelle étrangement l’île d’Utopie chez Thomas More :

  • 7 Thomas More, Utopia, préambule du livre II, traduction anglaise par G. Burnet, Oxford, 1753, p. 54 (...)

[…] this was no island at first, but a part of the continent. Utopus, that conquered it (whose name it still carries, for Abraxa was its first name), […] designed to separate [it] from the continent, and to bring the sea quite round [it]. To accomplish this he ordered a deep channel to be dug, fifteen miles long7 […]

8Le nom d’Abraxa est une allusion à l’Éloge de la folie d’Érasme : il semble que la description physique initiale du lieu utopien, évoquant son origine et sa clôture fondatrice, pose de manière ambivalente le rapport entre projet utopique et folie.

9L’insularité est essentielle à l’utopie. Les mondes imaginaires visités par Gulliver sont tous des îles, sauf Brobdingnag, pays des géants, qui est encore une presqu’île séparée du continent :

  • 8 Jonathan Swift, Travels by Lemuel Gulliver, part II, Penguin Books, p. 316.

The kingdom is a peninsula, terminated to the north-east by a ridge of mountains thirty miles high, which are altogether impassable by reason of the volcanoes upon the tops8.

  • 9 Dans ce cadre idyllique, les bois, bosquets et collines semblent attendre une pastorale. Les amour (...)

10Ces territoires liés-séparés sont littéralement des utopies, non-lieux, irreprésentables dans leur contradition. L’absurdité concerne aussi, chez Nabokov, le relief et le climat de l’île : bien que nordique et montagneuse, la Zembla jouit d’un éternel été. Kinbote a soin de préciser que c’est là un des effets du règne du roi Charles II9.

  • 10 « Les monts Bera, une chaîne de rudes montagnes, longue de deux cents milles, qui n’atteint pas to (...)

11Mais comme chez More, l’utopie, non-lieu, est aussi eutopie, bon lieu10, et les nombreux toponymes zembliens s’égrènent dans l’index comme dans un guide touristique : « bel endroit » (p. 264), « doux vallon » (ibid.), « jolie baie » (p. 265), « splendide montagne » (p. 265), etc. L’ironie de l’auteur dénonce le mensonge de ce monde trop parfait.

La politique zemblienne : une « parfaite harmonie »

12Cette ironie devient plus sensible lorsqu’il s’agit du régime politique. Le règne du roi Charles II, dit le Bien-Aimé, est dépeint comme idyllique (« Everybody, in a word, was content », p. 46), mais cette version des faits est d’emblée présentée comme contestable :

  • 11 « Le règne de ce roi (1936-1958) demeurera dans le souvenir d’au moins quelques historiens comme u (...)

That king’s reign (1936-1958) will be remembered by at least a few discerning historians as a peaceful and elegant one. Owing to a fluid system of judicious alliances, Mars in his time never marred the record. Internally, until corruption, betrayal, and Extremism penetrated it, the People’s palace (parliament) worked in perfect harmony with the Royal Council. Harmony, indeed, was the reign’s password. The polite arts and pure sciences flourished. Technology, applied physics, industrial chemistry and so forth were suffered to strive. A small skyscraper of ultramarine glass was steadily rising in Onhava11 (p. 46).

  • 12 On notera que la sexualité en Zembla est marquée par l’absence de pudeur (on trouve le même trait (...)

13L’essor des sciences et des techniques est un trait constant des utopies, et dans les anti-utopies la science devient une menace pour l’homme. Le peu que l’on apprend des savants zembliens les présente comme des fous dangereux ou ridicules : le roi Alfin, père de Charles II, s’est passionné pour l’aviation (motif récurrent, du reste, des trois anti-utopies contemporaines citées plus haut), sa passion lui a coûté la vie (p. 92). Mandevil a perdu une jambe en essayant de fabriquer de l’anti-matière (p. 133). Les théologiens zembliens ont pour objet d’étude… la folie, ce qui suggère qu’elle est au cœur de la religion zemblienne (p. 206). On pense aux savants fous de l’Académie de Lagado, sur l’île de Balnibarbivisitée par Gulliver : l’un cherche à amollir des billes pour en garnir des oreillers, un autre fait exploser un chien en essayant sur lui un nouveau remède, etc.12.

14La rêveri eutopiste est manifestement épinglée ici par Nabokov, selon un modèle politique difficilement identifiable. On trouve dans ces lignes un écho du roman Le Don (1937), où Nabokov s’enprenait à Tchernychevski, l’auteur du roman utopique Que faire ?

  • 13 Vladimir Nabokov, Le Don, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1983, p.276.

Le monde de Fourier, l’harmonie des douze passions, la félicité de la vie collective, les ouvriers parés de guirlandes de roses, tout ceci ne pouvait manquer de plaire à Tchernychevski qui était toujours à la recherche de « ohérenc ». Rêvons de la vie de phalanstère dans un palais : dix-huit cents âmes–et toutes heureuses ! Musique, drapeaux, gâteaux13 .

  • 14 On apprend, par exemple, qu’un académicien a été suspendu pour avoir mis en cause la qualité d’une (...)

15Le récit désordonné de Kinbote laisse échapper, ici et là, des démentis au tableau idyllique : les Zembliens, apprend-on, sont friands de régicide ; le régime a des traits dictatoriaux14, et la société est marquée par l’absence d’individualité.

« Embler land, un pays de “ressembleurs” »

  • 15 Nabokov a lu Nous autres dans la traduction française de 1929, le texte russe étant resté inédit j (...)

16C’est sans doute surtout à Zamiatine15, plus qu’à Huxley et à ses cohortes de jumeaux, que Nabokov a emprunté l’idée de l’uniformité sociale marquée par la ressemblance physique. Les habitants de la contre-utopie de Zamiatine ne sont plus des hommes, mais des « numéros » privés de noms et vêtus d’uniformes. La négation de l’individualité est ironiquement présentée par le narrateur, D503, comme admirable :

  • 16 Evguéni Zamiatine, Nous autres, Paris, Gallimard, 1971, p.20-21.

Vous voyez, même les idées se ressemblent. Et ceci, c’est parce que personne n’est « un », mais « un parmi », « un de », nous sommes tellement semblables16.

  • 17 Ibid., p.43-44.

On se croirait entouré de miroirs : j’aperçois à travers les murs d’autres moi-même, avec ma chambre, mes vêtements, mes mouvements répétés mille fois17.

17Son titre, My (littéralement « nous »), est la négation de l’individualité.

18La ressemblance de tous les Zembliens barbus (« all bearded Zemblans resembl[e] one another », Pale Fire, p. 179) permet au roi de quitter de pays, des centaines de sosies déguisés (il croit lui-même voir son propre reflet dans le miroir d’un lac) trompant la vigilance de la police.

  • 18 « […] en fait, le nom Zembla est une corruption non du russe zemlya, mais de Semblerland, un pays (...)

[…] in fact, the name Zembla is a corruption not of the Russian zemlya, but of Semblerland, a land of reflections, of ’resemblers 18.

19Il faut, pour cette nouvelle population indifférenciée, inventer une langue adéquate, une langue neuve, plus uniforme, moins nuancée. Le motif deviendra essentiel pour Orwell, qui créera, dans 1984, le Newspeak, parodie de la langue abréviative des régimes totalitaires (donnant naissance à des termes du type « Gestapo » ou « komintern »). On trouvait déjà chez Swift une parodie du rêve de la langue parfaite et synthétique : à Balnibarbi, des savants s’évertuent à réduire les mots longs à une seule syllabe, et ont même envisagé la suppression totale desmots (op. cit., p. 402).

20Nabokov s’est visiblement amusé, dans Feu pâle, à inventer la langue zemblienne, mélange de russe, d’allemand, d’anglais, de français, de latin, etc. qui se contracte ou se compose à volonté (ainsi « hotinguens » désigne des caleçons moulants de jeunes garçons). More prêtait à ses Utopiens une langue « riche, harmonieuse, fidèle interprète de la pensée », propre à l’enseignement des sciences (p. 77). Nabokov appelle le zemblien la « langue du miroir » : l’image peut rendre compte de l’absence d’individualité (langue du reflet pour un pays de « ressembleurs » qui sont le reflet les uns des autres).

« Erre de crista » : le motif du verre

21Proche du motif du miroir, celui du verre est exploité de manière très insistante dans Feu pâle. Outre le gratte-ciel de verre construit à Onhava, il traverse toute l’histoire du tueur Gradus, ancien ouvrier verrier, auteur de l’explosion de la verrerie qui constitue l’acte initial de la révolution zemblienne. Or c’est là un motif central des utopies (on le trouve même chez More, à une époque où le verre était un luxe rare : « on fait, dans l’île, un grand usage du verre », op. cit., p. 59).

22Zamiatine lui donne une place centrale : le verre est au cœur de sa cité maudite, où les immeubles d’habitation, y compris les planchers et les cloisons, et les meubles même, sont en verre. De cette manière, les habitants sont constamment surveillés et se surveillent mutuellement (Orwell s’en inspirera avec le Big Brother de 1984).

23Le motif de la maison de verre se trouve bien dans Feu pâle, mais curieusement déplacé : c’est la maison du poète Shade, espionné nuit et jour à la jumelle par son voisin Kinbote, qui est ainsi qualifiée, le narrateur reprenant et parodiant le proverbe : « Les gens qui vivent dans des maisons de verre ne devraient pas écrire de poèmes » (p. 77).Cela signifie peut-être que l’absence d’intimité est incompatible avec la poésie qui est par essence opacité, mystère.

  • 19 Dans Que faire ?, l’héroïne, Véra Pavlovna, rêve d’un Palais de cristal, vision utopique de l’harm (...)

24Comme par un retour symétrique, c’est l’expression « crystal land », trouvée dans le poème de Shade, qui laisse penser à Kinbote que le poète exploite sa Zembla. Le cristal surenchérit sur le verre, adjoint à la transparence, négatrice d’individualité et d’intimité, une dimension luxueuse19.

« Presque légendaire Zembla » : des modèles réels ?

25Comment comprendre cette curieuse utopie ou contre-utopie zemblienne ? Nabokovy accumule tous les traits invariants de récits où le mythe a un sens nettement politique. À quelles réalités politiques pourrait-elle donc renvoyer ?

26Des indices permettent, certes, d’interpréter le passé royal de Kinbote comme un pur délire : la Zemblane serait qu’une création de son esprit. Mais les lieux américains censément réels qu’il évoque ont des noms presque aussi fantaisistes que les lieux zembliens : les États s’appellent Appalachiaou Utana, par exemple. Lafrontière entre réalité et imaginaire, entre raison et folie, se brouille donc, d’autant plus que la Zembla ressemble à la fois à une utopie et à des pays réels, la Russie notamment.

27L’éditeur Walter Minton voulait que Nabokov donne au lecteur une clef pour identifier la Zembla, qu’il change les derniers mots de l’index et qu’il ajoute à la formule « embla : une lointain et erre nordiqu » l’adjectif « maginair ». Nabokov voit là une proposition « ésastreus », et dicte à sa femme une réponse très ferme :

  • 20 Cité par Brian Boyd, Vladimir Nabokov, II, « es Années américaine », Paris, Gallimard, 1999, p.511

Personne ne sait, personne ne doit vraiment savoir si la Zembla existe vraiment […]. Nous ne savons même pas si la Zembla est une pure invention ou une sorte de double lyrique de la Russie (Zembla=zemlya)20 .

28Même si Nabokov (ou Kinbote) réfute malicieusement cette étymologie, Zembla vient bel et bien du russe « emlya », la terre. Ce qui peut d’abord signifier que la Zembla est la terre par excellence, la patrie, celle de tout exilé, « odnaya zemlya », la terre natale. Ou qu’elle est, déguisée et méconnaissable, une Russie en miniature, sa « emlya » à lui. Mais l’analogie n’est pas seulement « yriqu », elle est aussi, et indissolublement, politique. Kinbote révèle une parenté entre les deux pays : la popularité, dans l’ancienne Zembla, de la Russie de l’ancien régime, « a Russie qui haïssait les tyrans, la Russie des grandes dames et des gentils hommes et des aspirations libérales » (p. 213-214), ce qui suggère au moins une assimilation entre les deux révolutions, zemblienne et russe.

  • 21 Ibid., p. 341.

29Mais on pourrait évoquer une autre analogie : la révolution zemblienne est imputée, de manière répétée, à l’influence souterraine d’un immense pays voisin. Or, depuis la côte zemblienne, on aperçoit, par temps clair, « une vague iridescence que certains affirment être la Russie » (p. 123). Les révolutionnaires sont secondés par des espions russes, venus fouiller le palais royal. Cette situation rappelle celle des pays satellites de l’URSS au temps de la guerre froide (il parle du rideau de fer, p. 188), et notamment de la Hongrie, où une tentative de libéralisation du régime avait été étouffée par une intervention militaire soviétique. Rien, dans Feu pâle, ne semble se référer explicitement à la Hongrie. Mais il n’est peut-être pas indifférent que Nabokov ait esquissé une première ébauche de son roman peu après les événements d’octobre et novembre 1956. Dans ce premier projet, le pays imaginaire s’appelait Ultima Thulé, la « Nouvelle Zemble » était le pays voisin (la Russie dans la version définitive), et l’Amérique était également visée par une satire qui tenait de la politique-fiction, anticipant de quatre ans l’élection de Kennedy, et lui faisant refuser d’accueillir officiellement le roi déchu21.

30Dans la version finale, la pointe contre les compromissions américaines a disparu, mais la référence à l’actualité politique de l’Europe de l’Est et à l’ingérence russe est plus claire : Khrouchtchev se rend en Zembla et prononce, en russe, un discours justifiant la tutelle russe sur le pays, voire son annexion : « Vy nazivaété sebya Zemblerami, a ya vas nazivaïou zemlyakami » (« vous appelez Zembliens, mais moi je vous appelle compatriotes »). Le jeu de mots Zembla/Zemlya sert ici à dénoncer la mainmise du grand frère soviétique sur ses satellites.

31L’idéologie révolutionnaire est stigmatisée sous la forme emblématique de Gradus, envoyé à la poursuite du roi en exil pour l’assassiner. C’est une sorte d’automate, caricature du nouvel homme mécanique chanté par les futuristes et déjà parodié dans Nous autres :

  • 22 Nous autres, op. cit., p. 181.

La beauté d’un mécanisme réside dans son rythme précis et toujours égal, pareil à celui d’une pendule. Mais vous, qui avez été nourris dès votre enfance du système Taylor, n’avez-vous pas la précision de la pendule22 ?

  • 23 « De simples ressorts et spirales produisaient les mouvements mécaniques de cet homme-horloge » (o (...)

32Ainsi, Gradus : « Mere springs and coils produced the inward movements of our clockwork man23 » (p. 100). Mû par l’obéissance aveugle, Gradus n’a pour conscience politique que la haine des riches et le mépris de toute individualité :

  • 24 « Il adorait les idées générales et le faisait avec un aplomb pédantesque. Toute généralité était (...)

He worshiped general ideas and did so with pedantic aplomb. The generality was godly, the specific diabolical. If one person was poor and the other wealthy it did not matter what precisely had ruined one or made the other rich; the difference itself was unfair24 (p. 101).

33Gradus incarne donc de manière caricaturale (primaire ?) le credo communiste. N’est-il pas d’ailleurs surnommé Léningradus ?

34L’organisation secrète qui l’envoie tuer le roi, les Ombres, est grotesque. Mais, comme à l’insu de son royal narrateur, Nabokov renvoie dos à dos monarchistes et révolutionnaires, en imaginant, dans la logique d’un pays de sosies, que les deux groupes se ressemblent et sont à peu près interchangeables, des « ombres jumelles », tels Odon et Nodo, demi-frères ennemis. L’engagement politique même s’en trouve discrédité, comme négation de l’individualité de la personne et de la pensée.

35Il reste que, même si l’Amérique n’est plus l’objet d’une satire politique, la Zembla en constitue l’inversion symétrique, comme le A de l’Appalachia, de l’Amérique, aussi appelée Arcadie, s’oppose au Z. Comme l’Amérique (la Nouvelle-Angleterre) est l’objet du poème de Shade, la Zembla est celui du récit de Kinbote, son reflet inversé. Cette structure rejoint d’ailleurs celle de l’Utopie de More, dont le premier livre décrit et critique l’Angleterre, le second décrivant l’Utopie qui en est le revers idéal.

Fuir la zembla

36Pour fuir la Zembla devenue sa prison, le roi emprunte un passage secret qui conduit du palais au théâtre d’Onhava. Le souterrain est dissimulé au fond d’un placard. Le motif n’a rien d’original, mais des coïncidences de détail suggèrent que Nabokov a pu l’emprunter à Nous autres :

J’ouvris rapidement l’armoire, me glissai à l’intérieur, dans l’obscurité, et refermai la porte derrière moi […]. J’entrai dans un couloir où régnait un silence de mille kilos […]. Cela faisait penser aux souterrains par lesquels, paraît-il, on se sauvait au temps de la guerre de Deux Cents ans […]. Je me trouvai près d’une lourde porte opaque… (Nous autres, p. 104-106).

  • 25 « Entrer dans le placard, le fermer à clef de l’intérieur, […] ouvrir la porte secrète, se glisser (...)

Enter the closet, lock it from the inside, […] open the secret door, […] slip into the yawning darkness […]. The secret passage seemed to have grown more squalid […] He unlocked the door and upon pulling it open was stopped by a heavy black drapery […]25 (Pale Fire, p. 84-88).

37Chez Zamiatine, le souterrain est un passage secret qui relie la Maison antique, sorte de musée du monde ancien (le nôtre) à la cité moderne. Le souterrain ne sauve pas le héros, au contraire : il le ramène à la cité maudite.

38Chez Nabokov, le souterrain sauve la vie du roi, et sa traversée se fait avec un talisman, que le roi/Kinbote conservera toujours : un volume in-32 de Timon d’Athènes en zemblien. L’œuvre de Shakespeare, même dénaturée par une mauvaise traduction, est un moyen de résistance contre l’oppression et la violence. Il est très possible que Nabokov ait emprunté ce trait à Brave New World, où la référence à Shakespeare est obsédante. John possède un seul livre, qui représente à lui seul la civilisation disparue. Il cite Shakespeare en toutes circonstances, et c’est de La Tempête, drame insulaire et peut-être utopique, qu’est tiré le titre ironique du roman de Huxley. Nabokov reprend le procédé, mais substitue à La Tempête, histoire d’un bon roi, celle de Timon le misanthrope. Timon est sans doute un héros politiquement moins admirable que Prospéro, mais c’est un héros de l’individualité, voire de l’individualisme, parfait antidote à la dystopie de Semblerland.

Conclusion

39Il semble donc que la Zembla nabokovienne infléchisse l’imaginaire ut-pique vers un mythe personnel, où l’histoire politique et le drame individuel de l’exil se rejoignent. Le jeu des références littéraires lui permet, en outre, de garder ses distances avec le « sens » politique que l’on est, à juste titre, tenté de prêter au texte, en se fondant sur les allusions à la révolution russe ou à l’Europe de l’Est. La défense de l’individualité comme valeur suprême conduit Nabokov à renvoyer dos à dos les systèmes, invitant à une lecture dépolitisée, comme intériorisée, d’un mythe politique.

Notes

1 Notamment dans Terra incognita (1931), qui décrit un cheminement mortel, à la manière d’Edgar Poe ou de Jules Verne, dans une terre hostile. Ultima Thulé et Solus Rex (1940 et 1941) sont les fragments d’un roman inachevé qui aurait été, d’après Nabokov, différent de Feu pâle.

2 On pourrait encore citer la représentation de Tchernychevski dans Le Don, mais Que faire ?, le roman utopiste de ce penseur, ne représente pas vraiment d’utopie. Dans Le Don, le héros Fiodor conçoit sa biographie de Tchernychevski comme « n exercice de ti » : stigmatiser la bêtise de la pensée utopiste et l’asservissement de l’art à des visées politiques. Feu pâle reprend l’exercice : la Zembla est une fausse utopie où s’illustre une négation de l’individu. On notera que le dernier chapitre de Brave New World Revisited s’appelle « hat is to be done ? », sans qu’on sache si Orwellcite Tchernychevskiou Lénine, qui avait repris le titre ; voir ci-dessous p.330.

3 Ces deux derniers avaient lu Nous autres lorsqu’ils ont écrit Le Meilleur des mondes et1984.

4 Vladimir Nabokov, « embla, my dear countr », in Pale Fire, New York, Berkley Books, 1985, p.46 (Feu pâle, Paris, Gallimard, « ’Imaginair », 1965, p.66).

5 Voir ci-dessous p. 334.

6 « La péninsule zemblienne (coupée à sa base du continent de la folie par un canal impraticable) » (op. cit., p. 122).

7 Thomas More, Utopia, préambule du livre II, traduction anglaise par G. Burnet, Oxford, 1753, p. 54. « […] cette terre ne fut pas toujours une île. Elle s’appelait autrefois Abraxa et tenait au continent ; Utopus s’en empara et lui donna son nom. […] il fit couper un isthme de quinze mille pas, qui le joignait au continent » (traduction de Victor Stouvenel, Messidor/Éditions sociales, 1982, p. 54).

8 Jonathan Swift, Travels by Lemuel Gulliver, part II, Penguin Books, p. 316.

9 Dans ce cadre idyllique, les bois, bosquets et collines semblent attendre une pastorale. Les amours du roi Charles se situent de préférence dans un cadre champêtre, où l’accompagnent souvent ses jeunes amants.

10 « Les monts Bera, une chaîne de rudes montagnes, longue de deux cents milles, qui n’atteint pas tout à fait la pointe nord de la péninsule zemblienne […], la divise en deux parties : la florissante région orientale […] et la partie occidentale, beaucoup plus étroite, avec ses pittoresques villages de pêcheurs et ses agréables stations balnéaires » (Vladimir Nabokov, Feu pâle, op. cit., p. 122).

11 « Le règne de ce roi (1936-1958) demeurera dans le souvenir d’au moins quelques historiens comme un règne paisible et élégant. Grâce à un système fluide d’alliances judicieuses, Mars ne vint jamais obscurcir les annales de son règne. Questions intérieures, jusqu’à ce que la corruption, la trahison et l’extrémisme ne la pénètrent, la place du Peuple (le Parlement) fonctionna en parfaite harmonie avec le Conseil royal. En effet, harmonie était le mot de passe de ce règne. Les beaux-arts et la science pure florissaient. On permettait à la technologie, à la physique appliquée, à la chimie industrielle et autres de se développer. Un petit gratte-ciel de verre outremer s’élevait doucement à Onhava » (op. cit., p. 67).

12 On notera que la sexualité en Zembla est marquée par l’absence de pudeur (on trouve le même trait chez More et Zamiatine).

13 Vladimir Nabokov, Le Don, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1983, p.276.

14 On apprend, par exemple, qu’un académicien a été suspendu pour avoir mis en cause la qualité d’une traduction faite par l’oncle du roi.

15 Nabokov a lu Nous autres dans la traduction française de 1929, le texte russe étant resté inédit jusqu’en 1952 (il ne paraîtra en URSS qu’en 1988). C’est cette traduction que nous citons ici.

16 Evguéni Zamiatine, Nous autres, Paris, Gallimard, 1971, p.20-21.

17 Ibid., p.43-44.

18 « […] en fait, le nom Zembla est une corruption non du russe zemlya, mais de Semblerland, un pays de reflets, de ressembleurs […] » (Vladimir Nabokov, Pale Fire, op. cit., p. 230).

19 Dans Que faire ?, l’héroïne, Véra Pavlovna, rêve d’un Palais de cristal, vision utopique de l’harmonie et de la justice sociale abouties.

20 Cité par Brian Boyd, Vladimir Nabokov, II, « es Années américaine », Paris, Gallimard, 1999, p.511.

21 Ibid., p. 341.

22 Nous autres, op. cit., p. 181.

23 « De simples ressorts et spirales produisaient les mouvements mécaniques de cet homme-horloge » (op. cit., p. 135).

24 « Il adorait les idées générales et le faisait avec un aplomb pédantesque. Toute généralité était divine, toute spécificité, diabolique. Si une personne était pauvre et l’autre riche, peu importait ce qui avait causé la ruine de l’un et la richesse de l’autre ; la différence elle-même était injuste… » (op. cit., p. 135).

25 « Entrer dans le placard, le fermer à clef de l’intérieur, […] ouvrir la porte secrète, se glisser dans l’obscurité béante […]. Le passage secret semblait être devenu plus sordide […]. Il déverrouilla la porte et, l’ayant ouverte, il fut arrêté par une lourde draperie noire. » (op. cit., p. 114-119)

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540