Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'ar[t]chitecture en milieu hospitalier

 | 
Isabelle Genyk
, 
Isabelle Saint-Martin
, 
Magali Uhl

Présentation des projets

Texte intégral

Salle des départs. Hôpital Raymond Poincaré à Garches (1996). Ettore Spalletti, artiste et Adriana Civitarese, assistante. Guido Fanti et Bernard Ngojo, architectes

Présentation du lieu

1Le service d’anatomie et de cytologie pathologiques de l’hôpital Raymond Poincaré à Garches est un centre de médecine légale. Les travaux de restructuration se sont concentrés sur les lieux d’accueil des familles : la salle d’attente, les salles de reconnaissance des corps, la salle des départs.

Historique de la commande

2En 1993, des travaux de réfection et de mise aux normes des parties techniques du service ont été effectués. Ils sont à l’origine de la volonté du directeur de l’hôpital de restructurer les espaces consacrés aux familles dont la décoration datait de la construction de l’hôpital en 1935. L’objectif est d’humaniser le lieu pour accompagner les usagers dans leur travail de deuil. Pour cette requête, bien plus coûteuse qu’une mise aux normes classique, la direction de l’hôpital fait appel au programme des Nouveaux commanditaires de la Fondation de France qui propose, par l’intermédiaire de son médiateur, plusieurs artistes dont le lauréat, Ettore Spalletti.

Caractéristiques de l’intervention

3Cette intervention porte sur une transformation du bâti existant constitué d’une salle principale de 90 m², de 5,25 m de hauteur sous plafond, au fond de laquelle s’ouvrent trois absidioles voûtées et d’une partie consacrée à l’accueil des familles. Cette partie est composée d’une salle d’attente, de deux salons de reconnaissance des corps, d’un salon de présentation et d’une cour de départs des convois. Cette dernière ouvre par trois portes, correspondant aux trois absidioles, sur la salle principale d’exposition des corps.

4L’intervention de l’équipe de maîtrise d’œuvre a consisté en une mise en couleur de l’espace recevant le public, en la réalisation de trois fresques, deux ensembles de panneaux laqués roses, une marqueterie en granit noir, d’éléments sculpturaux (une fontaine, trois catafalques, quatre vases de marbre), et en la création de mobilier et d’objets cultuels (un crucifix, deux bougeoirs et un bénitier). L’élément le plus significatif est les diverses tonalités de bleu qui se répandent sur l’ensemble des murs et des plafonds où toutes arrêtes semblent avoir été lissées.

Plan de la Salle des départs

Lieu de recueillement et de prière. Institut Paoli-Calmettes à Marseille (juin 2000). Michelangelo Pistoletto, artiste. Giorgio Ferraris, architecte

Présentation du lieu

5L’institut Paoli-Calmettes est un Centre régional de lutte contre le cancer. Il est à fois un hôpital spécialisé et aussi un lieu de recherche biomédicale et d’enseignement en cancérologie. L’intervention consiste ici en la création d’un espace unique interreligieux.

Historique de la commande

6Le lieu de recueillement et de prière, inauguré en juin 2000 est un projet né de la volonté commune du directeur de l’Institut et de l’aumônier. En remplacement de l’ancienne chapelle catholique, ils ont œuvré pour la création d’un lieu multiculte. L’institut Paoli-Calmettes a fait appel au programme des Nouveaux commanditaires de la Fondation de France qui propose, en avril 1997, l’artiste italien Michelangelo Pistoletto assisté de l’architecte Giorgio Ferraris.

Caractéristiques de l’intervention

7L’espace conçu a pour plan une ellipse au centre de laquelle, une autre ellipse homothétique est tracée au sol. Celle-ci délimite une zone périphérique dans laquelle prennent place cinq espaces dédiés pour, trois d’entre eux, aux principales religions monothéistes : christianisme, judaïsme et islam, pour le quatrième, à d’autres croyances dont le bouddhisme et enfin, pour le dernier, aux agnostiques, qui se traduit par l’invitation à la connaissance à travers la lecture. Les « alcôves » sont séparées les unes des autres par de fins claustras courbes de métal convergeant vers le centre. Ces parois, tout en créant une limite et un lieu propre à chaque religion, procurent une perméabilité visuelle et matérialisent l’idée de dialogue interreligieux.

8Le centre, vers lequel tout converge, est occupé par une œuvre de Michelangelo Pistoletto – le Mètre cube d’infini – mise en valeur par un éclairage zénithal provenant d’un puits de lumière artificielle. L’œuvre d’art, élément fédérateur et central de ce lieu, fait partie de la série des Objets en moins réalisée par l’artiste dans les années soixante. Elle est basée sur le concept de la différence, où chaque objet, tout en mettant en évidence sa singularité, fait référence à une même dimension humaine : métaphore du dialogue intercultuel revendiqué par ce lieu.

Plan du Lieu de recueillement et de prière

Oratoire. Hôpital Bretonneau à Paris (octobre 2001). Pierre Buraglio, artiste. Fabrice Pilorgé, architecte avec le concours du cabinet d’architecture Valode et Pistre

Présentation du lieu

9Principalement dédié aux personnes âgées, l’hôpital Bretonneau est un établissement spécialisé en gériatrie, psychogériatrie et soins palliatifs. L’intervention concerne ici la création d’un oratoire multicultuel.

Historique de la commande

10Dans le cadre de la restructuration générale de l’hôpital s’est posé la question de la création d’un lieu de culte pour des personnes âgées en majorité de tradition chrétienne. La direction de l’hôpital demande à l’artiste Pierre Buraglio un projet d’oratoire, qui puisse s’ouvrir à plusieurs cultes. En dépit de certaines réticences, le projet se concrétise par une commande publique associant principalement l’assistance publique des hôpitaux de Paris et la DRAC.

Caractéristiques de l’intervention

11Le travail de l’artiste s’est porté sur le volume intérieur de cette salle relativement petite (35 m2). La suppression d’une partie du plafond suspendu, au-dessus de l’aire de célébration, appelle le regard vers le haut et offre un décaissé de 80 cm laissant apparaître la sous-face de béton peint en bleu indigo. Les deux murs à angle droit qui limitent cette aire sont réunis en un pan coupé de 82 cm de large qui définit l’orientation en diagonale du lieu cultuel. L’autel et l’ambon/lutrin lui sont parallèles. Cette orientation singularise l’Oratoire et agrandit visuellement la pièce. Sur les côtés, trois vitraux, inspirés des fresques de Giotto à Padoue, colorent et éclairent l’espace ; ils sont abrasés par meulage en partie basse pour préserver l’intimité de ceux qui viennent se recueillir. Sur les murs près de l’entrée, sont peints des extraits de la Bible, de la Torah et du Coran, en français, hébreu et arabe. À ces trois textes s’ajoutent les dessins d’une échelle tronquée en vraie grandeur (Échelle de Jacob) et trois cadres vides. Les peintures murales sont ocre-rouge et bleu indigo pour certains cadres. Les murs sont en plâtre ciré (blanc rompu). Le sol est couvert d’un carrelage en carreaux de ciment coloré dans la masse de 25 cm de côté, gris en majorité avec quelques carreaux vert et anthracite. Le mobilier a également été conçu par l’artiste avec le même souci de simplicité qui caractérise ce lieu. Une cloison mobile permet d’ouvrir l’Oratoire sur la salle polyvalente attenante.

Plan de l’Oratoire

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540