Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matière à penser

 | 
Bernadette Bensaude-Vincent

Deuxième partie : L’histoire et ses clichés

« Pur » et « appliqué » : une invention à dépasser

Texte intégral

1Le début de ce chapitre reprend un article paru dans Culture technique, n° 23, « La chimie, ses industries et ses hommes », juin 1991, p. 16-31.

2À nos yeux la distinction entre « pur » et « appliqué » est une évidence : d’un côté une recherche à finalité cognitive ; de l’autre, une explication des connaissances acquises dans un but utilitaire. Pourtant l’affirmation d’une identité commune à la science et aux arts chimiques est une idée récente et durement conquise. En effet, dans la littérature chimique au début du xviiie siècle, on trouvait plutôt le couple théorique et pratique et le couple science et arts qui furent évincés vers le milieu du xixe siècle par les expressions « chimie pure » et « chimie appliquée ». Or ce glissement sémantique présente une particularité. Les catégories qui organisaient la chimie au xviiie siècle sont d’origine philosophique : l’une issue de la philosophie grecque, l’autre de la scolastique. Au contraire, les concepts de « pur » et « appliqué » ne semblent pas empruntés à une philosophie et ne sont même pas, semble-t-il, intégrés aux discours philosophiques contemporains.

3Un bref rappel des catégories philosophiques voisines, en vigueur à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle éclaire le problème. Chez Kant, le « pur » s’oppose à l’« empirique » et non à l’appliqué. C’est justement parce que la chimie n’est pas « pure » que Kant lui refuse le titre de science en 1786, dans la préface des Premiers principes métaphysiques de la science de la nature

  • 1 Kant Emmanuel, Premiers principes métaphysiques de la science de la nature, Paris, Vrin, 1971, p. (...)

À proprement parler on ne peut appeler science que celle dont la certitude est apodictique, une connaissance qui n’offre qu’une certitude empirique, n’est appelée qu’improprement savoir. La totalité de la connaissance qui est systématique peut déjà, pour cette raison, être appelée science et même science rationnelle si la liaison de la connaissance dans ce système constitue un enchaînement de raisons et de conséquences. Mais si finalement ces raisons ou ces principes sont, comme dans la chimie par exemple simplement empiriques et, si les lois, en vertu desquelles on explique par raison les faits donnés, ne sont que des lois d’expérience, ils ne comportent pas dans ce cas la conscience de leur nécessité (et ne sont pas certains apodictiquement) et au sens strict la totalité ne mérite pas le nom de science ; c’est pourquoi la chimie devrait s’appeler art systématique plutôt que science1.

  • 2 Kant Emmanuel, Doctrine du droit, Paris, Vrin, p. 81 et 89.

4En 1797, Kant semble revenu sur ce jugement puisqu’il déclare qu’il n’y a qu’une seule chimie, celle de Lavoisier. Il en vient à la traiter comme une science rationnelle reposant sur des principes. Plus loin, Kant avoue qu’en chimie comme en physique, des principes dérivés de l’expérience peuvent être admis comme universels bien qu’ils ne présentent pas le même caractère de nécessité que des principes a priori2. Ces deux allusions suggèrent que Lavoisier a profondément changé le statut philosophique de la chimie, mais pas au point de conduire Kant à qualifier la chimie de « pure ».

5En 1830, Auguste Comte définissant l’objet de son Cours de philosophie positive, utilise à plusieurs reprises la notion d’application mais non pas celle de « science pure ». D’une part, il distingue deux types de sciences naturelles :

  • 3 Comte Auguste, Cours de philosophie positive, Paris, Hermann, t. 1, p. 45-48.

Les unes abstraites, générales ont pour objet la découverte des lois. […] Les autres concrètes, particulières, descriptives et qu’on désigne quelquefois sous le nom de sciences naturelles proprement dites, consistent dans l’application de ces lois à l’histoire effective des différents êtres existants3.

  • 4 Ibid., p. 46-47.

6Comte qui dénie toute spécificité aux secondes, n’en parle pas dans son Cours. Il considère que « les applications les plus importantes dérivent constamment des théories formées dans une simple intention scientifique ». D’autre part, Comte utilise la distinction générale entre « spéculation » et « action », à laquelle il fait correspondre deux catégories de connaissance théorique et pratique, le couple de catégories sous-tend la fameuse formule du positivisme : « science d’où prévoyance, prévoyance d’où action ». Tout en admettant qu’au temps de Bacon, on a progressé en concevant la connaissance « comme véritable base rationnelle de l’action de l’homme sur la nature », Comte déplore l’utilitarisme de son siècle qui réduit les sciences à cette fonction, ignorant leur destination essentielle qui est de connaître les lois des phénomènes. L’autorité des recherches théoriques par rapport aux besoins pratiques appelle, dit Comte, un médiateur entre science et arts, concrétisé dans une forme sociale nouvelle, l’ingénieur, « dont la destination spéciale est d’organiser les relations de la théorie et de la pratique4 ». Mais de science pure, il n’est pas question. Le couple science pure et science appliquée n’appartient pas à la réflexion des philosophes sur les sciences.

Une origine locale

  • 5 Voir Passeron Irène, « D’Alembert refait le Monde (Phys.) : parcours dans les mathématiques mixtes (...)

7Ce couple est formé dans une localité encyclopédique, et non dans une réflexion sur l’ensemble du savoir encyclopédique. Les mathématiciens du xviie siècle ont d’abord introduit la notion de mathématiques mixtes qui étudient des êtres réels sous le rapport de la quantité et au xviiie siècle Bernouilli et d’Alembert distinguent clairement les mathématiques pures des mathématiques mixtes5. Malgré l’origine chimique de ces deux qualificatifs « mixte » et « pur », les chimistes empruntent aux mathématiciens la notion d’un savoir pur, non mélangé, mais ils modifient profondément la dichotomie en opposant le pur à l’appliqué. La distinction ainsi modifiée leur permet de résoudre un problème spécifique à leur histoire, car en chimie les pratiques techniques sont largement antérieures à l’élaboration scientifique.

  • 6 Meinel Christoph, « Theory or practice ? The eighteenth-century debate on the scientific status of (...)
  • 7 Bud Robert, Roberts Gerrylynn, Science versus Practice. Chemistry in Victorian Britain, Manchester (...)

8Les expressions « chimie pure » et « chimie appliquée » ont une origine assignable en précision. Le chimiste suédois Johan Gottschalk Wallerius, titulaire en 1750 d’une chaire de chimie, de médecine et de pharmacie à l’Université d’Uppsala, utilise ces expressions dans un traité de chimie publié en 1751. D’après Christoph Meinel, cette dichotomie correspond à une tentative de légitimation de la chimie sur la scène académique6. Les notions de pur et d’appliqué permettent un renversement stratégique : la priorité chronologique des arts chimiques – teinturerie, verrerie, métallurgie, pharmacie, etc., – est effacée au profit d’une dépendance logique des arts à l’égard de la science. Le changement de statut participe, d’après Meinel, de la tradition allemande et scandinave caractéristique des Lumières qui mêle étroitement la chimie, le mercantilisme et le « kammeralisme ». Les multiples traductions du traité de Wallerius ont permis une large diffusion des expressions « pur » et « appliqué » notamment en Allemagne et en Angleterre dans la deuxième moitié du xviiie siècle. Comme le souligne une étude de Robert Bud et Gerrylyn K. Roberts sur l’Angleterre victorienne, c’est dans un contexte de promotion de l’enseignement de la chimie que les expressions « pur » et « appliqué » font fortune7. La catégorie « chimie pure » justifie la création de cours de chimie dans des formations généralistes autant que professionnelles. Car paradoxalement, c’est au nom de son utilité que la chimie est promue comme une science pure.

9Qu’en est-il en France ? Bien qu’on trouve dans l’Encyclopédie l’idée générale d’application d’une science à d’autres domaines, la notion d’exploitation utilitaire d’un savoir autonome, n’apparaît qu’à l’époque révolutionnaire. Meinel la situe dans L’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain de Condorcet. Toutefois ce texte ne contient pas les formes adjectivales pur et appliqué qui n’entrent en usage qu’au début du xixe siècle.

10Dans quel contexte, et quelles circonstances la France a-t-elle adopté la distinction chimie pure et chimie appliquée ? Que traduit-elle ? Quels intérêts servait-elle, qui pourraient expliquer son effacement vers la fin du xxe siècle ?

1750 : science et arts en interaction

11Voyons pour commencer quelle était la situation antérieure à l’entrée en scène des notions de science pure et appliquée. Vers le milieu du xviiie siècle la majorité des traités de chimie publiés en France comprennent une partie théorique et une partie pratique. La distinction semble admise par tradition et n’est pas, semble-t-il, remise en question. L’action (praxis) était bien distincte de la production (poiesis). Ce qu’on appelle « chimie pratique » ne décrit pas les arts chimiques mais les opérations chimiques et les instruments de laboratoire. En fait la distinction porte moins sur le contenu que sur l’ordre d’exposition. Ainsi Pierre-Joseph Macquer publie un traité en deux parties : la première, Éléments de chymie théorique (1749) expose la chimie des affinités et inclut déjà un certain nombre de récits d’expériences dans le corps de la théorie ; la deuxième partie, Éléments de chymie pratique (1751) décrit un plus grand nombre d’opérations non pas dans l’ordre logique – du simple au complexe, du connu à l’inconnu – mais plutôt selon les lieux de pratiques chimiques.

  • 8 Nieto-Galan Agustí, Colouring Textiles. A History of Natural Dyestuffs in Industrial Europe, Dordr (...)
  • 9 Berthollet Claude-Louis, Éléments de l’art de la teinture, Paris, 1791. Voir la recension par Lavo (...)
  • 10 Fox Robert, « Science, practice and innovation in the age of natural dyestuffs », in Berg Maxime, (...)

12L’union du laboratoire et de l’atelier est encouragée par le gouvernement qui confie à l’Académie royale des sciences de Paris la recherche de solutions à des problèmes très pratiques. Cette union est illustrée par la création en 1731 du poste d’Inspecteur de la manufacture royale des Gobelins. D’où une dynastie de chimistes qui sont chargés d’éclairer par la science les pratiques artisanales mises en œuvre dans les manufactures du Royaume. Charles-François de Cisternay du Fay, puis Jean Hellot, auxquels succèdent Macquer puis Claude-Louis Berthollet, eurent tous pour mission d’élaborer des interprétations scientifiques de la teinture sous forme de traités. Il n’est pas douteux que cette mission a dû familiariser ces chimistes avec les ateliers, et qu’elle apporte une sorte de rationalisation des pratiques artisa-nales. Ainsi L’Art de la teinture des laines et des étoffes de laine en grand et en petit teint publié par Hellot en 1750 ; Macquer lui-même avance une théorie de la liaison entre teinture et textile dans L’Art de la teinture en soie (1763). Mais il est plus douteux que ces grands commis d’État soient parvenus à articuler effectivement la science et l’art. Comme le souligne Agustí Nieto-Galan, malgré la prolifération des traités sur la teinture qui combinent théorie et pratique, le savoir théorique reste un ornement rhétorique sans prise sur les pratiques d’atelier8. Deux cultures de la chimie coexistent en dépit des belles déclarations sur l’utilité de la science. Est-il possible d’évaluer l’utilité exacte de la science académique dans la configuration du xviiie siècle ? Elle favorise peu l’innovation. Dans ses Éléments de l’art de la teinture (1791), Berthollet propose une vaste synthèse ordonnée des procédés observés et recueillis dans les ateliers. Ce traité qui fut un best-seller n’a pas pour ambition de guider les artisans, ni même d’améliorer leurs méthodes. Comme le précise le rapport de Lavoisier, il s’agit bien plutôt d’« éclairer les artistes sur les principes de leur art pour qu’ils puissent ensuite les perfectionner dans leur pratique9 ». Intégrer les diverses pratiques et savoir-faire dans un cadre général pour classer et systématiser les phénomènes, c’est cela qu’on entend par « éclairer » l’art par les lumières de la science. D’innovation technique suscitée par la théorie chimique, il n’est pas question10.

  • 11 Venel, « Chymie », in Encyclopédie, t. III, Paris, 1753, p. 420.

13L’enjeu est ailleurs. Il y va du statut de la chimie. Car les rapports entre science et arts sont un sujet sensible au niveau symbolique dans la lutte pour la reconnaissance et la dignité qui est menée sur la scène de l’Encyclopédie. Or ce combat, illustré par l’article « chymie » de Gabriel-François Venel, ignore les catégories de « pur » et « appliqué » diffusées à la même époque par un collègue suédois. Il mobilise une configuration bien différente qui valorise le chimiste comme artiste. Venel commence par dénoncer un double préjugé. Le premier, répandu parmi « les gens peu instruits » consiste à confondre le chimiste et l’artisan verrier, céramiste ou autre. Le second, plus grave aux yeux de Venel, consiste à confondre le chimiste avec « le manœuvre de l’expérience ». Venel dénonce pareillement la réduction de la chimie aux arts et l’assimilation de la chimie à un empirisme aveugle. Il entend prouver qu’elle dispose d’une doctrine générale, rivale et non servante de la mécanique, car fondée sur « le laboratoire de la nature et de l’art ». Si Venel s’insurge contre la confusion entre science chimique et arts chimiques, ce n’est pas pour proclamer leur indépendance. Au contraire, il situe l’originalité de la chimie dans leur alliance. Il pense leur relation en termes de général et particulier. La chimie – toujours au singulier – est « une vaste source de connaissances naturelles » dont les arts ou d’autres sciences font « une application particulière11 ». Mais cette relation Venel ne la pense pas à sens unique. Il envisage leur interaction sous forme de deux questions :

  • 12 Ibid.

Les arts chimiques étant liés à la Chimie générale comme un tronc commun, il se présente ici deux questions très importantes, ce me semble. 1. Jusqu’à quel point chacun de ces arts peut-il être corrigé & perfectionné par la science chimique ? 2. Combien la science chimique peut-elle être avancée à son tour par les connoissances particulières puisées dans l’exercice de chacun de ces arts ?
Quant à la première question, il est évident que le chimiste le plus éclairé, le plus instruit, dirigera, réformera, perfectionnera un art chimique quelconque, avec un avantage proportionnel à ses connoissances générales, à sa science ; à condition néanmoins que sur l’objet particulier de cet art il aura acquis cette faculté de juger par sentiment, qui s’appelle coup d’œil chez l’ouvrier, & que celui-ci doit à l’habitude de manier son sujet ; car aucun moyen scientifique ne sauroit suppléer à cette habitude : c’est un fait, une vérité d’expérience12.

14À la première question la réponse est positive mais conditionnelle : les lumières de la science éclairent l’atelier si et seulement si le chimiste possède en outre l’habitude, la familiarité, la longue expérience de l’ouvrier. En revanche, à la deuxième question, la réponse est nette et franche : la science chimique ne peut se passer des ressources de l’art. Généralité et prévision, ces deux caractères essentiels des énoncés scientifiques ne peuvent être atteints sans l’habileté opératoire, le « coup d’œil », le bon sens d’un artiste. Lui seul est capable d’éliminer les singularités, les caprices de la nature, les résultats aberrants de mesure. Bref, de « stabiliser » les faits comme on dit aujourd’hui.

  • 13 Ibidem.

En un mot, il faut être artiste, artiste exercé, rompu, ne fût-ce que pour exécuter, ou pour diriger les opérations avec cette facilité, cette abondance de ressources, cette promptitude, qui en font un jeu, un délassement, un spectacle qui attache, & non pas un exercice long & pénible, qui rebute & qui décourage nécessairement par les nouveaux obstacles qui arrêtent à chaque pas, & surtout par l’incertitude des succès. Tous ces phénomènes isolés, ces prétendues bizarreries des opérations, ces variétés des produits, toutes ces singularités dans les résultats des expériences, que les demi-chimistes mettent sur le compte de l’art, ou des propriétés inconnues des matières qu’ils employent, peuvent être attribuées assez généralement à l’inexpérience de l’artiste, & elles se présentent peu aux yeux du chimiste exercé. Il n’arrivera que très rarement à celui-ci, peut-être même ne lui arrivera-t-il jamais d’obtenir un certain produit, et de ne pouvoir jamais parvenir à le retirer une seconde fois des mêmes matières13.

15L’interaction entre science et art présente donc une nette dissymétrie ; l’art est source de savoir pour la science : pas de savoir chimique sans savoir-faire, pas de vue d’ensemble sans une curiosité minutieuse du détail. Mais la relation inverse reste problématique. La science est certes utile pour perfectionner, corriger, étendre les procédés de l’art, mais quant à savoir si elle est capable d’inventer un art, cela reste une question. Ainsi la science n’est ni antérieure ni supérieure aux arts. Pour Venel comme pour les autres chimistes qui articulent quotidiennement les activités cognitives et pratiques, ce sont deux manifestations de l’identité de la chimie, deux modes d’expression de son originalité parmi les sciences de la nature.

1800 : le « génie » de la science chimique

16Changement de décor. Dans le Discours préliminaire à son monumental Système des connaissances chimiques, Antoine de Fourcroy, ancien conventionnel, qui fut membre du Comité de salut public aux heures les plus chaudes, rappelle les exploits des chimistes révolutionnaires pour défendre la patrie en danger :

  • 14 De Fourcroy Antoine, Système des connaissances chimiques, Paris, Baudouin, 1800, vol. 1, p. xxj.

Sans le génie de la science chimique, elle [la France] était menacée d’une disette absolue dans ses moyens de défense. Une administration active, et accoutumée à vaincre toutes les résistances […] conçoit l’espoir de trouver dans la chimie ce que la routine des ateliers ne peut lui fournir, et ce que le commerce interrompu lui refuse. Elle appelle les chimistes les plus éclairés, elle les réunit, leur fait connaître ses besoins pressants autant qu’étendus, la confiance qu’elle a placée dans leurs lumières et les secours qu’elle leur demande. Son attente n’a pas été trompée : ses espérances se sont réalisées au-delà même du point où elle les avait portées14.

17Fini le temps des artistes habiles et créatifs inspirant les recherches chimiques. La science se définit par sa capacité d’adaptation et d’invention de solutions pratiques, en contraste avec la routine qui domine dans les ateliers. Toute la fonction d’utilité de la chimie semble transférée des arts vers la science. D’où une inversion des rapports décrits par Venel. Évoquant la collecte du salpêtre dans les caves durant les guerres révolutionnaires Fourcroy conclut :

  • 15 Ibid., p. xxij.

Voilà donc un fonds inépuisable de la matière la plus utile à la défense, et la plus avantageuse à une foule d’ateliers et de manufactures, trouvé pour jamais dans les connaissances chimiques15.

18L’art n’alimente plus le savoir ; la science, en revanche fournit la matière première des arts.

19Cette relation unilatérale s’esquisse dans un contexte bien précis de mobilisation des savants au service de la patrie. La chimie est présentée comme une science-providence. Sa capacité à répondre aux besoins sociaux, à procurer presque immédiatement une offre adéquate à la demande présuppose en réalité quelques médiations que Fourcroy évoque d’ailleurs. Il s’agit d’une administration éclairée qui gère et organise l’articulation entre savants et fabricants et dont on sait qu’elle était en partie aux mains des chimistes comme Guyton de Morveau, Prieur de la Côte-d’Or, et Fourcroy lui-même. Deuxième élément de contexte : les services rendus par la science chimique sont consécutifs à la révolution chimique que Fourcroy évoque plus que discrètement en taisant le nom de Lavoisier et en l’attribuant à la France. Ainsi scelle-t-il en quelques phrases une alliance entre la chimie et la France qui lui permet de réclamer en échange des services rendus que l’État procure des postes et des crédits pour que prospère la science chimique.

  • 16 Ibid., p. xxiij.

C’est à la France que sont dus le renouvellement, la restauration complète et la perfection de cette belle science ; et s’il était juste qu’elle en recueillit les fruits dans une grande occasion où il s’agissait de son existence et de son soutien, il est aussi naturel qu’elle voit former en son sein les plus grandes entreprises destinées à augmenter les progrès de la chimie et à en étendre les avantages16.

  • 17 Ibid., p. xxxviij.

20C’est donc une science en « bon état » qui fut bonne à tout faire pendant la révolution française. Une science renouvelée par sa propre révolution que Fourcroy présente dans son Système des connaissances chimiques comme une science autonome, affranchie du joug de la médecine et de la pharmacie, émancipée de l’histoire naturelle. Ce traité devait d’après le discours préliminaire comporter quatre parties : théorie de la science, histoire de la science, pratique de la science et applications. Mais Fourcroy n’a pas suivi ce plan idéal et présente son Système comme un ouvrage inachevé, incomplet, en dépit de ses cinq épais volumes. Seule est intégralement traitée la partie théorique avec de-ci de-là quelques aperçus d’histoire et quelques parenthèses sur les pratiques. Au bilan, la chimie qu’apprennent les chimistes dans les années 1800 consiste en un système théorique avec des « accessoires17 ». Encore faut-il ajouter que les menues injections de pratique et d’applications sont moins destinées à familiariser le lecteur avec les savoir-faire chimiques qu’à faire valoir la puissance de la théorie moderne : « faire apercevoir en quoi les procédés actuels de l’art chimique diffèrent de ceux qu’ils étaient autrefois », « exposer les grands avantages dont la culture et l’étude approfondie de la chimie sont accompagnées ».

  • 18 Sur l’histoire des relations entre chimie et pharmacie et l’importance de l’événement révolutionna (...)

21Bref, la science chimique est autonome, simplement embellie par la pratique et les applications. Et Fourcroy ne s’est pas contenté de véhiculer ce message dans un traité. En tant que responsable de la réforme de l’enseignement médical, il a redéfini le profil de la médecine et de la pharmacie comme des techniques fondées sur la science chimique en même temps qu’il créait les institutions qui les placent sous contrôle de l’État18.

22On voit donc que l’émergence de la relation unilatérale entre science et applications est autant solidaire d’une opportunité politique – la révolution française – que de la révolution interne à la chimie. De fait Lavoisier lui-même envisageait différemment les relations entre sciences et arts, si l’on en juge par l’esquisse qu’il a laissée d’un programme d’enseignement. Ses « Réflexions sur l’instruction publique » rédigées en 1793, prévoient l’introduction de la chimie dans l’enseignement secondaire. Celui-ci est divisé en deux filières répondant à deux orientations professionnelles : l’une destinée aux fonctions publiques avec science, langue et littérature et l’autre destinée aux « arts » avec un tronc commun – le dessin indispensable à tous les arts, puis une structure arts mécaniques ou arts chimiques. Or le plan qu’il propose pour le cours d’art chimique est indépendant de la science chimique :

  • 19 Lavoisier, « Réflexions sur l’instruction publique présentées à la Convention nationale par le Bur (...)

Le cours relatif aux arts chimiques devra commencer par une exposition des corps naturels qui sont en usage dans les arts, par une description de leurs qualités extérieures, par quelques explications sur leur origine. Passant ensuite à l’emploi de ces substances simples, le professeur fera voir que les opérations chimiques relatives aux arts peuvent se classer, se décomposer comme les machines ; que ces opérations se rapportent à des combustions, à des décombustions, à des dissolutions, à des cristallisations, à des précipitations, à des fermentations. Il aura comme dans le cours des arts mécaniques, l’attention de commencer par les généralités qui sont communes à un grand nombre d’arts, et de réserver pour la fin de son cours les instructions relatives aux arts qui exigent des développements particuliers19.

  • 20 Ibid., p. 528.
  • 21 Cette proposition de créer un corps de savants salariés de la république contemporaine du décret d (...)

23Lavoisier souligne beaucoup plus la proximité entre arts mécaniques et arts chimiques qu’entre science et arts chimiques. La logique analytique du simple au complexe est déplacée des substances vers les opérations, du matériau vers le geste. Toutefois la suite du projet prenant l’Angleterre pour modèle, souligne que la prospérité industrielle d’un pays ne dépend pas seulement de ses ressources matérielles mais aussi de l’avancement de la recherche, de « l’emploi des facultés de l’esprit20 ». Lavoisier propose la création d’un corps de chercheurs fonctionnaires, sans charges d’enseignement, exclusivement voué à l’invention et à la publication21.

24Si la plupart des chimistes français semblent persuadés que la science chimique conditionne la prospérité de la nation, tous ne partagent pas la conviction de Fourcroy sur la dépendance des arts à l’égard des sciences. Jean-Antoine Chaptal est l’auteur d’un traité intitulé Chimie appliquée aux arts publié en 1807 et pourtant il s’insurge contre une application unilatérale de la science dans les ateliers. Ce savant professeur à l’École de santé de Montpellier qui est aussi manufacturier souligne la distance entre le laboratoire et l’atelier. Tout en adoptant dans ses traités la logique analytique et la nouvelle nomenclature des chimistes académiciens, il s’inquiète du divorce entre le point de vue des savants et celui des fabricants.

  • 22 Chaptal Jean-Antoine, Chimie appliquée aux arts, Paris, Déterville 1807, vol. 1, p. xij.

25Dans le discours préliminaire, il commence par exalter les bienfaits qu’apporte la « nouvelle chimie » à la conduite des arts. La science est plus encore qu’un flambeau qui éclaire la pratique, une source inépuisable d’arts nouveaux, tels que le blanchiment des toiles et l’aérostation. Les principes généraux permettent de faire l’économie d’une description détaillée de chaque procédé technique. La chimie, écrit-il, est « devenue tout à coup une science centrale d’où tout dérive et vers qui tout se réunit22 ». Cependant, cette science ne répond pas aux besoins des industriels et Chaptal va jusqu’à les mettre en garde contre une aveugle application des procédés inventés par les chimistes de laboratoire.

  • 23 Ibid., p. xv.

Le fabricant pourrait aisément compromettre sa fortune et sa réputation s’il réglait sa conduite, ou fondait ses spéculations, sur quelques résultats de laboratoire ou sur des apparences trompeuses. Ce n’est qu’avec la plus grande circonspection qu’on doit porter dans les ateliers les innovations, quelqu’avantageuses qu’elles paraissent23.

  • 24 Ibid., p. xx.
  • 25 Voir Tomic Sacha, Pratiques et enjeux de l’analyse chimique des végétaux : étude d’une culture hyb (...)

26Chaptal estime que le chimiste de laboratoire ne maîtrise pas tous les paramètres dont dépend le succès d’une innovation industrielle : marché, main-d’œuvre, approvisionnement en matière première… Chaptal insiste sur la foule de petits détails circonstanciels dont dépend la prospérité d’une fabrique : la composition particulière du minerai local, la configuration du paysage, un micro-climat… tous ces ingrédients constituent ce qu’il nomme « le pouvoir des localités », lequel doit contrebalancer le pouvoir des généralités scientifiques : « Le chimiste propose, le fabricant juge et décide24 ». En soulignant le savoir irremplaçable que confère la pratique de l’art, Chaptal est en un sens plus proche de Venel, son prédécesseur à Montpellier, que de Fourcroy. Et de fait, la relation de dépendance instaurée par Fourcroy semble largement rhétorique : si l’on en juge d’après ce qui se passe dans le domaine de la pharmacie que Fourcroy a tenté de traiter comme une simple « science appliquée », l’innovation technologique, autant que scientifique, repose en grande partie sur le savoir-faire des phar-maciens en analyse25. L’expansion de la chimie dans les études de médecine et de pharmacie se traduit bien plutôt par l’hybridation des cultures que par une relation d’application. Résumons donc : vers le milieu du xviiie siècle la littérature chimique présente toujours deux faces – théorique et pratique – et tente l’articulation entre science et arts, sans vraiment subordonner les seconds à la première. Vers 1800, sous la double impulsion de la révolution chimique et de la révolution française, la science est ouvertement présentée comme source d’inventions techniques mais cela n’implique pas en pratique une relation unilatérale de dépendance des techniques chimiques à l’égard de la science.

1850 : la chimie s’applique

27Un coup d’œil sur un corpus des manuels de chimie publiés en France entre 1889 et 1865 révèle en même temps qu’une forte croissance du nombre des titres vers les années 1830-1850, que l’expression « chimie appliquée » fleurit, supplante de très loin les formules telles que « traité de chimie avec ses applications à… ». Toutefois l’expression « chimie appliquée » – le plus souvent à l’agriculture – est parfois relayée dans les rééditions par des expressions telles que « chimie agricole ». On trouve ainsi sur le marché de l’édition une grande diversité de chimies : agricole, industrielle, médicale, pharmaceutique, photographique, etc. Cette diversification accompagne l’essor de l’enseignement de la chimie dans l’enseignement secondaire, supérieur et professionnel. La notion de chimie appliquée est avant tout une catégorie pédagogique utilisée dans l’élaboration des programmes pour l’ouverture de nouveaux cours. Dans toute l’Europe, la chimie appliquée permet la création de chaires de chimie dans un ensemble de cursus très variés. La chimie s’applique au sens premier de ce terme qui désigne une action de superposition d’où résulte le recouvrement d’un espace. La chimie s’étale comme la peinture sur le mur et recouvre un vaste champ de savoirs et de pratiques.

  • 26 Cette éclipse des procédés pratiques est d’ailleurs plus marquée dans les ouvrages d’enseignement (...)
  • 27 Bud Robert, Science versus Practice, op. cit., p. 16 ; Roberts Gerrylyn, « “A plea for pure scienc (...)

28À s’appliquer aux domaines les plus divers de la technique, la chimie aurait pu se fragmenter en multiples sous-disciplines. Or c’est le contraire qui advint. La plupart des traités de chimie appliquée exposent largement les bases de la science chimique dans ses assises théoriques tandis que la partie pratique – les procédés de fabrication des produits, tels que la soude, l’acide sulfurique, les chlorures décolorants, etc. – se trouve souvent réduite à quelques pages ou lignes26. D’où ce paradoxe : ce qui s’invente dans cette prolifération de cours de chimie appliquée, c’est le concept de chimie pure. Comme le soulignent Bud et Roberts dans leur étude du Royal College of Chemistry créé à Londres dans les années 1840 : « Ironiquement la discipline chimique, promue pour son utilité intrinsèque, prospère comme une science pure27 ». En France, l’invasion de la chimie pure dans les formations même les plus techniques est favorisée par le cumul des fonctions, particulièrement accentué dans la capitale du fait de la concentration d’instituts et d’écoles et les faibles revenus des enseignants. Les chimistes cumulards donnent plus ou moins le même cours à la Sorbonne, dans les écoles d’ingénieurs ou à l’école de médecine, etc.

  • 28 Morell Jack B.,« The Chemist Breeders : The Research Schools of Justus Liebig and Thomas Thomson » (...)
  • 29 Liebig Justus von, Lord Bacon, Paris [sans date], p. 119.

29En même temps qu’elle acquiert la réalité d’un dénominateur commun, la science pure devient une valeur à défendre, un enjeu de revendications. En Allemagne, par exemple, la promotion de la chimie universitaire est fortement marquée par la figure de Justus von Liebig qui, pendant plus de vingt-cinq ans, a formé aux opérations d’analyse des dizaines de chimistes venus étudier du monde entier28. Or, alors même qu’il forme des chimistes professionnels qui irriguent les officines, les manufactures et usines d’Allemagne et d’ailleurs, Liebig se pose en fervent défenseur de la science pure. Contre les tendances utilitaristes dont il attribue l’origine à Bacon, Liebig demande qu’on cultive la science pour elle-même et déclare que le degré de civilisation d’un peuple se mesure à ses recherches pures29.

  • 30 Liebig Justus von, Chimie appliquée à la physiologie végétale et à l’agriculture, Paris, 1840, p. (...)
  • 31 Ibid., p. 233-234. Voir aussi Rossiter Margareth, The emergence of Agricultural Science : Justus L (...)
  • 32 Liebig Justus von, Chimie appliquée à la physiologie animale et à la pathologie, Paris, 1842, vol. (...)

30Tout en célébrant les bénéfices de la science pure, Liebig s’active néanmoins pour étendre l’empire de la chimie à la physiologie végétale et animale. Dans la Chimie appliquée à la physiologie végétale et à l’agriculture, il fait de réels efforts d’adaptation au public des fermiers. Tout en posant la question générale des rapports entre le règne minéral et celui du vivant, il aborde des problèmes très pratiques. Son hypothèse sur la fixation directe de l’azote de l’air par les plantes s’est trouvée vite démentie, mais cela n’a pas empêché l’ouvrage de devenir très populaire. Son succès tient moins à ce qu’il démontre qu’à la manière de démontrer. Sur chaque question abordée Liebig brandit une série d’analyses systématiques d’eaux de pluie, de sols, d’urines, d’excréments de bovins, de chevaux, d’hommes… À la fin de chaque paragraphe il administre des conseils pratiques, parfois énoncés comme de véritables principes comme : « rendre toujours à la terre, en pleine mesure, sous n’importe quelle forme, tout ce qu’on lui enlève par les récoltes et se régler en cela sur les besoins de chaque espèce de plantes en particulier30 ». À chaque occasion Liebig place un couplet sur les bienfaits de la chimie pour l’agriculture, scandant un invariable message : agriculteurs, vous ne pouvez vous passer des services d’un laboratoire de chimie31. Dans la Chimie appliquée à la physiologie animale et à la pathologie, Liebig soutient des positions plus radicales en traitant la physiologie de science décadente qui ne trouvera son salut que dans la chimie et ses laboratoires32.

  • 33 Crosland Maurice P., Gay-Lussac, Scientist and Bourgeois, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)
  • 34 Gay-Lussac qui a mis au point une innovation importante dans la production d’acide sulfurique – la (...)

31Est-ce à dire que les notions de chimie pure et de chimie appliquée ne sont qu’un fétiche académique, une fiction forgée pour servir les stratégies professionnelles des chimistes ? En fait, les chimistes-professeurs du xixe siècle ne se contentent pas d’exploiter l’utilité des arts chimiques pour promouvoir leur discipline, obtenir des chaires et des crédits. La perspective des applications et des marchés oriente leurs recherches et les avancées de la science. La théorie chimique elle-même semble commandée par les impératifs de maîtrise des techniques d’analyse, et de purification. L’illustre de manière exemplaire la carrière de Joseph-Louis Gay-Lussac. Professeur à la Faculté des sciences, à l’École polytechnique, membre de l’Académie des sciences, du Bureau consultatif des poudres et salpêtres, du Bureau de garantie de la monnaie et président du conseil d’administration de Saint-Gobain en 1839, Gay Lussac développe un style de chimie particulier en lien avec ses activités multiples33. Il publie aussi bien des résultats fondamentaux comme la fameuse loi sur les volumes gazeux ou des études sur l’iode et le cyanogène que des instructions pratiques pour les ouvriers. Il est avant tout un expérimentateur qui se tient à l’écart des controverses théoriques et se plaît par-dessus tout à perfectionner les méthodes d’analyse (titrimétrie, alcalimétrie, etc.). La science réputée pure est en fait « contaminée » par les applications multiples de la chimie en période d’industrialisation. Ce qui ne garantit pas pour autant des relations harmonieuses et fécondes entre science et industrie. Les démêlés de Gay-Lussac avec Saint-Gobain montrent qu’en dépit de sa prestance, de son activité infatigable, il n’a pas réussi à créer les conditions d’une collaboration suivie et fructueuse entre recherche académique et production industrielle34.

32On voit donc que l’essor de la chimie académique est largement tributaire de l’essor de la chimie industrielle. Mais la catégorie de « chimie appliquée » destinée à répondre à la demande de chimistes professionnels a finalement servi davantage les intérêts académiques que ceux des industriels.

xxe siècle : l’industrie, fille de la science

  • 35 Fell Ulrike (dir.), L’Apport des sociétés savantes industrielles du xixe siècle jusqu’à nos jours, (...)

33L’écart maladroitement camouflé dans les cours et traités entre chimie industrielle et chimie appliquée se lit dans les initiatives de créations de sociétés professionnelles dans toute l’Europe. Les premières sont des sociétés savantes : la Chemical Society of London est fondée en 1841, la Société de chimie de Paris en 1857, la Société chimique russe en 1868, etc. Elles tentent d’attirer les chimistes industriels, par exemple en ouvrant une section industrie, comme le fit par exemple la Société de chimie de Paris. Mais les industriels s’y sentent si peu représentés qu’ils créent leurs propres sociétés : Au Royaume Uni, la Society for Chemical Industry est fondée en 1881 ; en Allemagne, le Verein Deutscher Chemiker créé en 1877 devient le porte-parole de la grande industrie chimique. Ces deux sociétés ont un rôle stratégique de pont entre le monde académique, le monde industriel et l’État35. Qu’en est-il pour la France ? Une fois encore, la France suit la vague européenne avec retard. La Société industrielle de chimie est créée en 1918, dans un contexte de guerre et, une fois encore, de mobilisation des chimistes au service de la patrie.

  • 36 Fox Robert, « Science, industry and the social order in Mulhouse, 1789-1871 », in British Journal (...)
  • 37 Fox Robert, « The savant confronts his peers : scientific societies in France, 1815-1914 » in Fox (...)
  • 38 Shinn Terry, « Des corps de l’État au secteur industriel : genèse de la profession d’ingénieur, 17 (...)

34Pourtant, vers la fin du xixe siècle, plusieurs régions françaises ont commencé à se doter de sociétés et d’instituts plus favorables à une véritable alliance entre science et industrie. Il s’agit d’initiatives locales à Rouen, Lille, Nancy, Mulhouse, Lyon. Le modèle consacré par tous les historiens est la Société industrielle de Mulhouse créée en 1826 pour donner une base scientifique aux techniques industrielles et encourager l’esprit d’entreprise36. Des sociétés locales sont créées à l’écart des mandarins parisiens et des instituts de chimie destinés à former de véritables praticiens répondant aux demandes des industries locales37. Suite à la perte de l’Alsace-Lorraine, le mouvement atteint la capitale. La nécessité de dépasser la chimie appliquée au profit d’une chimie industrielle est clairement invoquée à la fondation de l’École municipale de physique et de chimie industrielle en 1882 et l’ouverture en 1886 d’un laboratoire de chimie industrielle à la Faculté des sciences de Paris. Ce train de mesures est fructueux puisque, d’après l’étude de Terry Shinn, les publications relatives à des sujets de chimie industrielle progressent de 600 % et conquièrent droit de cité dans les vénérables Annales de Chimie et de Physique38.

  • 39 Le Chatelier Henry, Science et industries, Paris, Flammarion, 1925. Letté Michel, Henry Le Chateli (...)

35La décision de créer une Société de chimie industrielle pourrait donc apparaître comme une victoire du courant de chimie industrielle sur le courant de chimie appliquée. Le modèle de la science industrielle porté par les Alsaciens, Albin Haller, Paul Kestner, fut aussi fortement encouragé à Paris par Henry le Chatelier. Toutefois ce courant est loin d’être majoritaire. Le Chatelier n’a pas réussi à imposer la réforme qu’il souhaitait à la Société d’encouragement de l’industrie nationale lorsqu’il en fut président39.

  • 40 Bulletin du syndicat général des produits chimiques, février 1917, p. 89, cité par Fell Ulrike, «  (...)
  • 41 Travis Anthony, « Heinrich Caro, chemist and calico-printer », in Fox Robert, Nieto-Gàlan Agustí ( (...)
  • 42 Il s’agit « non d’un composite de chimie et de génie mécanique ou civil mais d’une science à part (...)
  • 43 Rapport du 28 mai 1920, cité par Sordes René, Histoire de l’enseignement de la chimie en France, P (...)

36Quel concept de chimie industrielle défend la Société de chimie industrielle ? Changer la mentalité des industriels français, tel est le mot d’ordre. Albin Haller les exhorte : « Il faut que vous preniez le chemin des bibliothèques et des laboratoires.40 » Il s’agit surtout, comme le souligne Ulrike Fell, d’encourager journaux et congrès afin de promouvoir une organisation rationnelle de la recherche et de la communication scientifique. Malgré les rapports multiples sur le succès de la chimie allemande, les Français ne semblent pas convaincus que l’organisation d’une recherche industrielle telle que celle qui a permis aux grands groupes industriels allemands de conquérir les marchés des colorants de synthèse, soit le modèle à suivre41. La Société de chimie industrielle ne vise pas une recherche technologique adaptée à la production industrielle sur le modèle du Chemical Engineering promu en 1915 par Arthur D. Little aux États-Unis42. À la différence de leurs collègues américains, les ingénieurs chimistes français ne valorisent pas les procédés comme instrument pour affirmer leur identité et conquérir leur autonomie. Il n’est pas question d’une recherche industrielle autonome, quand l’Union nationale des anciens élèves des écoles de chimie congédie le concept de chimie industrielle – au sens du chemical engineering – pour revendiquer l’unité de la chimie : « Il n’y a pas deux chimies. Il n’y a pas la chimie pure et la chimie appliquée. Il n’y a qu’une chimie. Les applications de la chimie sont l’extension à l’industrie des découvertes de la chi-mie pure, l’industrie est fille de la science43 ».

  • 44 Kevles Daniel, « Principles and Politics in Federal R & D Policy, 1945-1990 – An Appreciation of t (...)

37Cette déclaration a au moins le mérite de mettre en lumière que l’appellation « chimie industrielle » n’a pas supplanté le paradigme du pur/appliqué ni le projet qui le sous-tend. Les concepts de chimie pure et chimie appliquée n’ont jamais constitué une réelle dichotomie, ils inspirent au contraire un modèle unitaire. L’ingénieur chimiste à la française est d’abord et avant tout un chimiste qui doit acquérir de surcroît quelques notions d’ingénierie. Or ce paradigme se fonde sur un schéma linéaire de dépendance de la technique à l’égard de la science qui, tout en déniant la spécificité des techniques, sert paradoxalement une idéologie technocratique. Comme l’indique le slogan de l’Exposition universelle de Chicago en 1933, la filiation de l’industrie à l’égard de la science permet d’énoncer un impératif de soumission au progrès : Science finds, industry applies, man conforms. La puissance de ce paradigme linéaire ne fut pas démentie après la Deuxième Guerre mondiale, notamment dans le fameux rapport de Vannevar Bush, Science. The endless frontier44.

  • 45 Gibbons Michael, Limoges Camille, Nowotny Helga, Schwartzman Simon, Scott Peter, Trow Martin, The (...)
  • 46 Bensaude-Vincent Bernadette, « The Construction of a Discipline : Materials Science in the U.S.A » (...)

38Plus personne aujourd’hui n’ose utiliser les expressions de chimie pure et appliquée dans un discours ou dans le titre d’un laboratoire de recherche. Vers la fin du xxe siècle, en Europe comme aux États-Unis, un nouveau modèle de production du savoir semble prévaloir dans les milieux de la politique scientifique, qui prône le décloisonnement des disciplines, les partenariats entre recherche académique et industrielle, avec une forte sensibilité au marché et à la société45. Ce modèle, inspiré des programmes de recherche menés durant la Seconde Guerre mondiale puis durant la guerre froide, favorise la suprématie de l’approche ingénieur sur l’approche science pure et bouleverse le partage disciplinaire dans la mesure où la conception industrielle exige toujours un concours de spécialistes qui se moque du partage des disciplines académiques. Aux États-Unis, ce modèle prend corps dès les années 1960-1970 avec les Materials Science and Engineering, qui insistent sur la liaison étroite entre science et ingénierie et rompent avec le modèle linéaire, en imposant une démarche interdisciplinaire et en insistant sur l’importance des procédés dans la conception des matériaux46. Toutefois, en France, la recherche en matériaux ne subvertit pas le cadre des disciplines académiques traditionnelles et ne rompt jamais franchement avec le modèle linéaire. Malgré quelques efforts pour lancer des programmes interdisciplinaires au CNRS dans les années 1980, l’organisation de la recherche en ce domaine exprime toujours la foi dans la suprématie du modèle linéaire et ne renonce pas à la filiation : science, techniques et industrie. Dans le domaine des recherches en matériaux comme dans les programmes de recherches en nanotechnologie, la France semble garder foi dans le modèle linéaire en cette première décennie du xxie siècle. On maintient une distinction entre nanoscience et nanotechnologies, et les publications s’organisent toujours dans les cadres disciplinaires traditionnels, nanophysique, nanochimie, nanobiologie. Mais l’histoire semble se répéter car, une fois encore, c’est loin de la capitale – dans la région de Grenoble, notamment avec le projet Minatec – que s’expérimentent de nouveaux modèles d’organisation de la recherche.

39En conclusion, les notions de chimie pure et chimie appliquée qui émergent localement au xviiie siècle se traduisent dans l’organisation de la science au xixe siècle, avec la multiplication des cours et traités de chimie. Mais la distinction est trompeuse car elle ne traduit pas du tout la reconnaissance d’une dualité dans les cultures de la chimie. Loin de favoriser l’essor de la recherche industrielle et l’émancipation du génie chimique à l’égard de la science académique, cette distinction sert avant tout la science académique et un projet unitaire de dépendance de la technologie à l’égard de la science. Que ces expressions disparaissent du vocabulaire dans la deuxième moitié du xxe siècle ne signifie pas nécessairement que les politiques et la communauté scientifique françaises aient rompu avec le modèle linéaire qui les sous-tend.

Notes

1 Kant Emmanuel, Premiers principes métaphysiques de la science de la nature, Paris, Vrin, 1971, p. 9.

2 Kant Emmanuel, Doctrine du droit, Paris, Vrin, p. 81 et 89.

3 Comte Auguste, Cours de philosophie positive, Paris, Hermann, t. 1, p. 45-48.

4 Ibid., p. 46-47.

5 Voir Passeron Irène, « D’Alembert refait le Monde (Phys.) : parcours dans les mathématiques mixtes », in Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, n° 40-41, « Les branches du savoir dans l’Encyclopédie » (en ligne), mis en ligne le 21 décembre 2006 : http://rde.revues.org/document349.html.

6 Meinel Christoph, « Theory or practice ? The eighteenth-century debate on the scientific status of chemistry », in Ambix, n° 3, 1983, p. 121-32. Voir aussi « Reine und angewandte Chemie. Die entstehung einer neuen Wissenschaftskonzeption in der Chemie der Aufklârung », in Berichte zur Wissenschaftsgeschichte, n° 8, 1985, p. 25-45.

7 Bud Robert, Roberts Gerrylynn, Science versus Practice. Chemistry in Victorian Britain, Manchester, Manchester University Press, 1984.

8 Nieto-Galan Agustí, Colouring Textiles. A History of Natural Dyestuffs in Industrial Europe, Dordrecht, Boston, Kluwer Academic Publishers, 2001, chapitre 3.

9 Berthollet Claude-Louis, Éléments de l’art de la teinture, Paris, 1791. Voir la recension par Lavoisier, Œuvres, vol. IV, Paris, Imprimerie impériale, 1868, p. 545. Sa lecture va contre l’optimisme scientifique de certains contemporains qui voient dans cet ouvrage une illustration exemplaire des lumières que la science apporte à l’art. Optimisme étrangement partagé par certains historiens notamment Keyser Barbara W., « Between science and craft : The case of Berthollet and Dyeing », in Annals of Science, n° 47, 1990, p. 213-260.

10 Fox Robert, « Science, practice and innovation in the age of natural dyestuffs », in Berg Maxime, Kristine Bruland (éds.), Technological Revolutions in Europe : Historical Perspectives, Cheltenham, E. Elgar, 1998, p. 86-95.

11 Venel, « Chymie », in Encyclopédie, t. III, Paris, 1753, p. 420.

12 Ibid.

13 Ibidem.

14 De Fourcroy Antoine, Système des connaissances chimiques, Paris, Baudouin, 1800, vol. 1, p. xxj.

15 Ibid., p. xxij.

16 Ibid., p. xxiij.

17 Ibid., p. xxxviij.

18 Sur l’histoire des relations entre chimie et pharmacie et l’importance de l’événement révolutionnaire voir Simon Jonathan, Chemistry, Pharmacy and Revolution in France, 1777-1809, Aldershot, Ashgate, 2005.

19 Lavoisier, « Réflexions sur l’instruction publique présentées à la Convention nationale par le Bureau de consultation des arts et métiers, suivies d’un projet de décret », in Œuvres, vol. IV, Paris, Imprimerie impériale, 1868, p. 516-540, citation p. 525.

20 Ibid., p. 528.

21 Cette proposition de créer un corps de savants salariés de la république contemporaine du décret de fermeture des académies en août 1793, reprend celle du mémoire « Observations sur l’Académie des sciences », in Œuvres, vol. IV, op. cit., p. 617.

22 Chaptal Jean-Antoine, Chimie appliquée aux arts, Paris, Déterville 1807, vol. 1, p. xij.

23 Ibid., p. xv.

24 Ibid., p. xx.

25 Voir Tomic Sacha, Pratiques et enjeux de l’analyse chimique des végétaux : étude d’une culture hybride (1790-1835), Thèse de l’Université Paris 10, 2003.

26 Cette éclipse des procédés pratiques est d’ailleurs plus marquée dans les ouvrages d’enseignement que dans les ouvrages populaires qui accompagnent les cours du soir, destinés aux industriels et ouvriers.

27 Bud Robert, Science versus Practice, op. cit., p. 16 ; Roberts Gerrylyn, « “A plea for pure science” : the ascendancy of academia in the making of the English chemist », in Knight David, Kragh Helge (éds.), The Making of the Chemist, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 107-120.

28 Morell Jack B.,« The Chemist Breeders : The Research Schools of Justus Liebig and Thomas Thomson », in Ambix, n° 19, 1972, p. 1-43. Brock, William Justus von Liebig : The Chemical Gatekeeper, Cambridge, New York, Melbourne, Cambridge University Press, 1997. Fruton Joseph, « The Liebig’s research group. A reappraisal », in Proceeding American Philosophical Society, n° 132, 1988, p. 1-66.

29 Liebig Justus von, Lord Bacon, Paris [sans date], p. 119.

30 Liebig Justus von, Chimie appliquée à la physiologie végétale et à l’agriculture, Paris, 1840, p. 182.

31 Ibid., p. 233-234. Voir aussi Rossiter Margareth, The emergence of Agricultural Science : Justus Liebig and the Americans, 1840-1880, New Haven, Yale University Press, 1975.

32 Liebig Justus von, Chimie appliquée à la physiologie animale et à la pathologie, Paris, 1842, vol. 1, p. lxxxij. Cette stratégie rappelle celle que décrit Bruno Latour à propos de Pasteur, Latour B., Les Microbes. Guerre et paix, Paris, Éditions Métaillié, 1984.

33 Crosland Maurice P., Gay-Lussac, Scientist and Bourgeois, Cambridge, Cambridge University Press, 1978.

34 Gay-Lussac qui a mis au point une innovation importante dans la production d’acide sulfurique – la tour de Gay-Lussac – se voit octroyé en 1844 le poste très honorifique de président du conseil d’administration mais c’est la compagnie qui exploite son brevet. Il démissionne en 1847.

35 Fell Ulrike (dir.), L’Apport des sociétés savantes industrielles du xixe siècle jusqu’à nos jours, Paris, Éditions archives contemporaines, 2001.

36 Fox Robert, « Science, industry and the social order in Mulhouse, 1789-1871 », in British Journal for the History of Science, n° 17, 1984, p. 127-168.

37 Fox Robert, « The savant confronts his peers : scientific societies in France, 1815-1914 » in Fox Robert, WEISZ George (éds), The organisation of Science and technology in France 1808-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 241-282.

38 Shinn Terry, « Des corps de l’État au secteur industriel : genèse de la profession d’ingénieur, 1750-1920 », in Revue française de sociologie, n° 22, 1981, p. 167-182. Grelon André, « Les universités et la formation des ingénieurs en France (1870-1914) », in Formation-Emploi, n° 27-28, 1980, p. 65-88.

39 Le Chatelier Henry, Science et industries, Paris, Flammarion, 1925. Letté Michel, Henry Le Chatelier (1850-1936) ou la science appliquée à l’industrie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

40 Bulletin du syndicat général des produits chimiques, février 1917, p. 89, cité par Fell Ulrike, « La Société de chimie industrielle entre les deux guerres », in Fell Ulrike (dir.), Chimie et industrie en Europe, op. cit., p. 69-95, citation p. 72.

41 Travis Anthony, « Heinrich Caro, chemist and calico-printer », in Fox Robert, Nieto-Gàlan Agustí (éds.) Natural Dyestuffs and Industrial Culture in Europe, 1750-1880, USA, Science History Publications, 1999, p. 285-312. Carlson W.B., « Innovation and the Modern Corporation : From Heroic Invention to Industrial Science », in Krige John & Pestre Dominique, Science in the Twentieth Century, Amsterdam, Harwood, 1997, p. 203-226.

42 Il s’agit « non d’un composite de chimie et de génie mécanique ou civil mais d’une science à part entière », dont la base est le concept d’opérations unitaires (unit operations) dont la suite bien coordonnée constitue un procédé chimique à l’échelle industrielle. Voir Reynolds Terry S., 75 Years of Progress. A History of the American Institute of Chemical Engineers, 1803-1983, New York, American Institute of Chemical Engineers, 1983, p. 12-13.

43 Rapport du 28 mai 1920, cité par Sordes René, Histoire de l’enseignement de la chimie en France, Paris, Société de chimie industrielle, 1928, p. 170

44 Kevles Daniel, « Principles and Politics in Federal R & D Policy, 1945-1990 – An Appreciation of the Bush Report », réédition de Bush Vannevar, Science – The Endless Frontier – A Report to the President on a Program for Postwar Scientific Research, Washington, D.C., National Science Foundation, 1990, p. ix-xxxiii ; Kline Ronald, « Constructing “Technology” as “Applied Science” – Public Rhetoric of Scientists and Engineers in the United States, 1880-1945 », in Isis, n° 86, 1995, p. 194-221.

45 Gibbons Michael, Limoges Camille, Nowotny Helga, Schwartzman Simon, Scott Peter, Trow Martin, The New Production of Knowledge. The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, Londres, Sage, 1994 ; Nowotny Helga, Scott Peter, Gibbons Michael, Re-Thinking Science. Knowledge and the Public in an Age of Uncertainty, Cambridge, Polity Press, 2001 ; trad. fr. Repenser la science, Paris, La Découverte, 2003. Pestre Dominique, Science, argent et politique. Un essai d’interprétation, Paris, INRA Éditions, 2003.

46 Bensaude-Vincent Bernadette, « The Construction of a Discipline : Materials Science in the U.S.A », in Historical Studies in the Physical and Biological Sciences, n° 31, 2001, p. 223-248.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540