Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matière à penser

 | 
Bernadette Bensaude-Vincent

Deuxième partie : L’histoire et ses clichés

Lavoisier, disciple de Condillac

Texte intégral

  • 1 Butterfield Herbert, The Origins of Modern Science, 1300-1800, Londres, Bell & Sons, 1957.

1Dans l’historiographie positiviste traditionnelle, la révolution chimique accomplie par Lavoisier est souvent présentée comme l’écho un peu tardif de « la » révolution scientifique qui commence en astronomie avec Copernic, puis se serait propagée à la physique terrestre au xviie siècle et un siècle plus tard, à la chimie. C’est ainsi, par exemple, qu’Herbert Butterfield intitulait le chapitre consacré à la chimie : « The postponed revolution in chemistry »1. La propagation de cette onde de choc est posée comme une évidence, comme si un mouvement irrésistible d’appel à la modernité avait traversé l’échelle du savoir établie par Auguste Comte.

  • 2 Sur la variété des interprétations voir Bensaude-Vincent Bernadette, Lavoisier, mémoires d’une rév (...)
  • 3 Cette relation est étudiée par Albury William Randall, The Logic of Condillac and the Structure of (...)

2Des études minutieuses et intensives de la révolution chimique au cours des trente dernières années ont sérieusement compliqué le tableau. Plusieurs interprétations rivales s’affrontent qui ont pour effet de discréditer les certitudes sereines de l’historiographie positiviste sans pour autant produire une vision d’ensemble de la révolution chimique2. Parmi ces études, on abordera celles qui interrogent la relation de Lavoisier à la culture du siècle des Lumières et, en particulier à la philosophie de l’Abbé Étienne Bonnot de Condillac3.

  • 4 Guyton de Morveau, Lavoisier, Berthollet et Fourcroy (1787), Méthode de nomenclature chimique, Par (...)

3L’influence de Condillac est revendiquée avec force par Lavoisier qui cite longuement La Logique, publiée en 1780, dans le mémoire « Sur la nécessité de réformer & de perfectionner la nomenclature de la chimie », lu à l’Assemblée publique de l’Académie royale des sciences du 18 avril 1787. La thèse principale qu’il en retient – à savoir que « les langues sont de véritables méthodes analytiques » – inspire le titre même de l’ouvrage exposant la réforme : Méthode de nomenclature chimique4. Et ce choix est important car, en proposant une méthode de nommer au lieu d’un lexique, les réformateurs ont travaillé pour l’avenir et œuvré dans le long terme : les principes de 1787 sont toujours actuels, du moins en chimie minérale.

4Peu après cet hommage ostensible à Condillac à l’occasion de la publication de la Méthode de nomenclature, Lavoisier va jusqu’à présenter son itinéraire intellectuel comme une confirmation des thèses de Condillac, dans le Discours préliminaire au Traité élémentaire de chimie, publié en 1789.

  • 5 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, Paris, Éditions Jacques Gabay, 1992. p. iij-vj.

Je n’avais pour objet lorsque j’ai entrepris cet ouvrage, que de donner plus de développement au Mémoire que j’ai lu à la séance publique du mois d’Avril 1878, sur la nécessité de réformer et de perfectionner la Nomenclature de la Chimie.
C’est en m’occupant de ce travail, que j’ai mieux senti que je ne l’avais encore fait jusqu’alors, l’évidence des principes qui ont été posés par l’Abbé de Condillac dans sa Logique, & dans quelques autres de ses ouvrages. Il y établit que nous ne pensons qu’avec le secours des mots ; que les langues sont de véritables méthodes analytiques ; que l’algèbre la plus simple, la plus exacte & la mieux adaptée à son objet de toutes les manières de s’énoncer, est à la fois une langue & une méthode analytique ; enfin que l’art de raisonner se réduit à une langue bien faite. Et en effet tandis que je croyais ne m’occuper que de Nomenclature, tandis que je n’avais pour objet que de perfectionner le langage de la Chimie, mon ouvrage s’est transformé insensiblement entre mes mains, sans qu’il m’ait été possible de m’en défendre, en un Traité élémentaire de Chimie5.

  • 6 Albury, W.R., « The order of Ideas : Condillac’s Method of Analysis as a Political Instrument in t (...)
  • 7 Beretta Marco, The Enligntenment of Matter. The Definition of Chemistry from Agricola to Lavoisier(...)

5Nous voici donc en présence d’un cas remarquable de révolution scientifique étayée sur un système philosophique. Il est tentant de parler d’une « influence » de la philosophie de Condillac sur la révolution chimique de Lavoisier en mettant en regard les propos de Lavoisier et ceux de Condillac, comme le font William Albury6 et Marco Beretta7. Par exemple, Beretta conclut que « la chimie de l’oxygène a des racines philosophiques ». Le pont entre la Logique de Condillac et le Traité élémentaire de chimie, semble naturellement le concept d’analyse, qui occupe une place centrale dans le texte source comme dans le texte d’accueil.

6Toutefois, la manière dont Lavoisier s’approprie un concept philosophique pour le mettre au travail dans une localité du savoir étrangère à la construction de ce concept, appelle examen. L’analyse au sens de Condillac est une méthode inspirée de l’algèbre. Condillac lui-même n’était point un mathématicien chevronné – il avait simplement lu des livres élémentaires de Euler, Lagrange et Lacaille. Il a néanmoins été l’un des moteurs de la mathématisation des sciences au xviiie siècle. Dans La Logique ou l’art de raisonner, ouvrage paru peu avant sa mort en 1780, il définit longuement l’analyse. En gros :

  • C’est un art de raisonner, la méthode que nous enseigne la nature et qu’elle met à l’œuvre dans la génération des idées. Elle est simple, elle est facile, insiste Condillac. L’analyse opère en nous. Il suffit de suivre la nature. D’où une première métaphore : c’est le levier de l’esprit. « Or comme l’art de mouvoir de grandes masses a ses lois dans les facultés des corps et dans les leviers dont nos bras ont appris à se servir, l’art de penser a les siennes dans les facultés de l’âme et des leviers dont notre esprit a également appris à se servir8. »
  • C’est un double processus, du complexe au simple et du simple au complexe. Condillac l’explique par la métaphore suivante : je suppose un château-observatoire d’une campagne. De la fenêtre, j’aperçois un paysage. Cette première vision d’ensemble ne permet pas de saisir tous les éléments simples qui composent ce paysage. L’esprit doit les passer en revue successivement avant de recomposer une image globale. L’analyse est ainsi l’examen de ce qui est donné en simultané dans la sensation. « Dans l’art de raisonner, comme dans l’art de calculer, tout se réduit à des compositions et à des décompositions, et il ne faut pas croire que ce soit là deux arts différents9. »
  • Cet art de raisonner est une langue bien faite. À chaque élément de sensation s’attachent un mot et une idée ; ce sont trois empreintes d’un même cachet. Donc la manière de procéder du connu à l’inconnu est de suivre le processus de génération des idées du simple au complexe.

7Qu’est ce qu’un chimiste rompu aux analyses matérielles peut bien trouver dans cet ouvrage qui exalte l’analyse comme processus mental ? Pour démêler la question, je commencerai par préciser à quel moment de son itinéraire et dans quel contexte Lavoisier lit La Logique de Condillac et pourquoi elle lui apparaît comme une révélation, une formule miracle. Ensuite, je confronterai les caractères de l’analyse condillacienne avec la tradition d’analyse dans la chimie du xviiie siècle. Enfin je tenterai de cerner l’impact effectif de l’emprunt du concept condillacien d’analyse sur la chimie promue par Lavoisier.

Les circonstances de la rencontre

8Lavoisier présente Condillac comme une révélation, la solution à ses problèmes de chimiste. Mais de quelle nature sont ses problèmes ? Et dans quelle mesure rencontrent-ils les problèmes de Condillac dans La Logique ?

9Cet ouvrage, ne l’oublions pas, est issu d’une commande adressée en 1777 par le gouvernement de Pologne : il s’agissait de rédiger une logique classique en vue d’une réforme de l’éducation. La vocation pédagogique me semble livrer une piste pour comprendre l’intérêt que Lavoisier porte à l’analyse condillacienne. Lui qui, contrairement à la plupart de ses collègues chimistes, n’a jamais enseigné, consacre néanmoins une part importante de sa réflexion et de son œuvre à l’enseignement de la chimie. Avec son collaborateur Jean-Baptiste Bucquet, professeur de chimie à l’École de médecine, il avait préparé une suite d’expériences pour des démonstrations publiques de chimie. Mais ce pourrait être Condillac qui a inspiré chez Lavoisier le désir d’écrire un traité.

  • 10 Ibid., p. 326-336.
  • 11 Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, Carton 1259, dossier 1.

10Lavoisier, on l’a vu, paye tribut à Condillac au début du Traité élémentaire quand il évoque une séquence logique ou une force mystérieuse qui l’aurait poussé, malgré lui, à rédiger un traité alors qu’il avait le projet de continuer ses réflexions sur la nomenclature. Cette version de la genèse du Traité est visiblement inspirée par la thèse condillacienne d’une logique agissant comme une force naturelle dans tout esprit tant qu’elle n’est pas contrariée par quelque obstacle10. Néanmoins elle est un peu mensongère. Le rôle moteur accordé à la réforme du langage, illustrant la thèse fameuse de Condillac « une science bien faite est une langue bien faite », masque l’antériorité du projet d’un traité de chimie. Les brouillons conservés aux archives de l’Académie des sciences montrent en effet que Lavoisier avait ébauché un traité vers 1780-178111. Sur les premiers feuillets de cette ébauche Lavoisier note : « Ce sera l’ouvrage de ma vie ». Repenser la manière d’enseigner la chimie, tel est l’objectif, à long terme, de Lavoisier.

  • 12 Guyton de Morveau Louis-Bernard, « Mémoire sur les dénominations chymiques, la nécessité d’en perf (...)

11La réforme de la nomenclature n’est qu’un moyen, une occasion fournie par le travail entrepris par Guyton de Morveau12.

  • 13 Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, Carton 1259, dossiers 1 et 2. Les pages reco (...)

12S’il est évident que le projet d’un traité n’est pas enfanté par la nomenclature, ni par la force des idées de Condillac, on voit néanmoins qu’il est contemporain de la lecture de La Logique. Les feuilles de brouillon intitulées « Premier Discours préliminaire » sont une suite de citations empruntées à La Logique. Apparemment, Lavoisier a hésité entre deux maîtres à penser puisqu’un autre feuillet d’« introduction et prolégomènes » intitulé « manière de raisonner » énumère les trois règles énoncées par Newton au début des Principia mathematica. Lavoisier critique le célèbre hypotheses non fingo, « car la supposition fournit souvent une méthode pour faciliter le raisonnement13. »

13Par où commencer ? Telle est, aux yeux de Lavoisier, la difficulté majeure que doit affronter l’auteur d’un traité. La première feuille de brouillon intitulée « Réflexions sur la logique » critique les cours et traités traditionnels parce qu’ils supposent, dès le commencement chez leurs lecteurs ou auditeurs, une foule de connaissances qui ne peuvent être acquises qu’a posteriori. « Il est extrêmement difficile de remédier à ce défaut », note Lavoisier, qui prend alors la résolution suivante :

[La logique] appliquée aux sciences nécessite de bien concevoir l’ensemble avant d’en former un traité. L’ordre que j’ai cru devoir adopter est celui des géomètres mais modifié relativement à l’état d’imperfection où est la chimie. Imperfection qui ne permet pas de poser des principes certains et démontrer comme en géométrie et qui nécessite conséquemment une autre marche.

14Condillac a peut-être tourné les regards de Lavoisier vers la méthode, mais il ne lui a pas fourni de recette pour organiser le traité rêvé. Lavoisier hésite et envisage d’appliquer à la chimie l’ordre géométrique. Or cette piste suggère qu’il n’a pas bien lu les derniers chapitres de La Logique, puisque Condillac y critique la méthode géométrique consistant à prendre des définitions pour point de départ.

  • 14 Condillac, La Logique ou l’art de raisonner, op. cit., p. 398-404.

Parce que la géométrie est une science qu’on nomme exacte, écrit Condillac, on a cru que pour bien traiter toutes les autres sciences, il n’y avait qu’à contrefaire les géomètres et la manie de définir à leur manière est devenue la manie de tous les philosophes14.

15Bref, en 1781, Lavoisier a lu et pris des notes dans La Logique de Condillac, sans y trouver de solution immédiate à son problème. Il y trouve plutôt l’énoncé d’un problème insistant. Il faut une méthode logique pour écrire un traité. Mais quelle méthode ? Le projet de traité est abandonné et ne sera repris qu’en 1789. Lavoisier explique ce renoncement en ces termes :

  • 15 Lavoisier, Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, Carton 1259, dossier 2.

Tel est le plan que j’ai conçu d’un Traité élémentaire de chimie et je ne crains pas de me tromper en affirmant que c’est le seul que l’on doive proposer pour former de cette science encore dans le chaos une science réelle et qu’on ne doit point fonder sur des mots. Mais ce plan l’aurai-je rempli ? Non, sans doute, peut-être même est-il impossible à remplir dans l’état actuel de nos connaissances. Pour y réussir, il faudrait d’abord recommencer peut-être les trois quarts et (plus) des expériences faites jusqu’à ce jour. Il faudrait les revoir sous un point de vue nouveau. Il faudrait y apporter un soin, une exactitude dont les premiers chimistes étaient bien éloignés et dont il n’existe de nos jours qu’un petit nombre de modèles. Nous avions conçu ce projet M. Bucquet et moi. Nous l’avions même ébauché mais la mort moissonna ce chimiste infatigable qui embrassait à la fois toutes les parties de la science chimique qui s’en formait le tableau exact, qui en appréciait les lacunes. J’ai perdu le secours et les lumières de ce compagnon de mes travaux et j’avoue que je n’ai pas le courage d’entreprendre seul un travail aussi étendu. J’ai, il est vrai, ajouté quelques expériences aux travaux déjà faits, j’ai rempli quelques vides de la science chimique mais il en reste d’immenses et je ne peux présenter qu’un ouvrage imparfait15.

16Cette confession dit bien que la condition pour présenter de manière logique la chimie est de refaire toutes les expériences connues, une tâche si fastidieuse qu’elle est impossible ; en tout cas, ajournée.

17Bien différente est la lecture de Lavoisier quelques années plus tard quand, ayant échafaudé sa propre théorie chimique, attaqué de front celle du phlogistique, il se trouve engagé par Guyton de Morveau dans le projet de réforme de la nomenclature. C’est le rôle du langage dans la pensée qui retient alors son attention et motive sa référence à Condillac au début du mémoire sur la nécessité de réformer la nomenclature :

  • 16 Lavoisier, « Sur la nécessité de réformer et de perfectionner... », in Méthode de nomenclature chi (...)

Une méthode analytique est une langue ; une langue est une méthode analytique, & ces deux expressions sont, dans un certain sens, synonymes. Cette vérité a été développée avec infiniment de justesse et de clarté dans La Logique de l’abbé de Condillac, ouvrage que les jeunes gens qui se destinent aux sciences ne sauraient trop lire, & dont nous ne pouvons nous dispenser d’emprunter quelques idées. Il y a fait voir comment on pouvait traduire le langage algébrique en langage vulgaire & réciproquement ; comment la marche de l’esprit était la même dans les deux cas ; comment l’art de raisonner était l’art d’analyser16.

18Cette façon de résumer La Logique révèle le glissement des priorités chez Lavoisier. Il s’intéresse préférentiellement à la manière de raisonner : du simple au complexe et du complexe au simple. C’est la logique naturelle. Elle peut s’appliquer à la chimie, quel que soit son état d’imperfection. Dans le mémoire « Sur la nécessité de réformer et de perfectionner la nomenclature », Lavoisier présente les thèses de Condillac comme si elles lui avaient fourni les principes généraux dont dérive le nouveau langage de la chimie.

  • 17 Ibid., p. 65.

Nous nous bornerons à entretenir, dans ce moment, l’Académie des vues générales qui nous ont dirigés, de l’espèce de métaphysique qui nous a guidés : les principes une fois posés, il ne nous restera plus qu’à en faire des applications, à présenter des tableaux & à y joindre des explications sommaires17.

19Ainsi la logique analytique aurait inspiré les dénominations de la nouvelle nomenclature. Cette présentation déductive contredit simplement les faits. Car loin de se déduire d’une lecture de Condillac, ces termes mettent en œuvre bien d’autres principes. Les uns résultent de plusieurs essais et tentatives de réforme de la nomenclature – notamment par Macquer, Bergman et surtout le projet largement développé par Guyton de Morveau. Ce dernier est l’inspirateur et l’auteur principal de la réforme du langage trop souvent attribuée au seul Lavoisier. Si l’on compare le mémoire de Guyton en 1782 et la Méthode de nomenclature présentée en 1787, on peut mieux repérer en quoi l’analyse condillacienne joua le rôle de « levier ». Le projet de Guyton de Morveau repose déjà sur l’idée que le nom doit exprimer la chose : « Les dénominations doivent être, autant qu’il est possible, conformes à la nature des choses […]. La dénomination d’un composé chimique n’est claire et exacte qu’autant qu’elle rappelle les parties composantes par des noms conformes à leur nature ». Certes Guyton ne dit pas exactement qu’il faut commencer par dénommer les substances simples pour former les noms des composés. Mais de là à prétendre que tous les termes techniques se déduisent de ce principe condillacien, c’est sauter un peu vite par-dessus un certain nombre de décisions plus arbitraires.

20En effet, les dénominations des substances proposées en 1787 par le collectif qui retravaille le projet de Guyton reflètent moins l’ordre des choses que les idées de Lavoisier : sur la combustion (du coup on ne trouve pas trace du phlogistique dans la nouvelle nomenclature) ; sur les acides (d’où le mot oxygène = générateur d’acide) ; et sur la composition de l’eau (d’où le mot hydrogène = générateur d’eau). C’était un pari osé : une nomenclature étant faite pour durer et s’étendre à tous les pays, comme le rappelle Lavoisier, elle ne devrait pas se fonder sur une théorie acceptée seulement par une petite dizaine de chimistes français. On voit donc qu’en aucun cas, la nomenclature chimique moderne ne fut, comme le prétend Lavoisier, entièrement déduite des principes tirés de La Logique de Condillac.

21L’autorité philosophique invoquée masque un coup d’état accompli dans les coulisses de l’Académie.

22Dès lors, les préliminaires philosophiques du mémoire lu par Lavoisier en avril 1787 seraient-ils de simples artifices rhétoriques ? Une manière habile d’invoquer une autorité extérieure à la communauté des chimistes pour justifier une volonté de rupture avec la tradition ? La lecture du Traité renforce certes cette impression d’utilisation stratégique d’un patronage philosophique pour en découdre avec la tradition mais elle oblige à aller plus loin. En effet, si le Traité est reconnu comme l’acte fondateur de la chimie moderne, c’est, dit-on, parce qu’il introduit le premier l’ordre analytique du simple au complexe.

23Or, premièrement, Lavoisier ne suit pas cet ordre tout au long du Traité, mais seulement dans la deuxième partie, qui reprend les tableaux de nomenclature. Deuxièmement, cet ordre avait déjà été introduit dans un Traité publié cinquante ans auparavant et que Lavoisier avait sans doute lu, les Éléments de chimie théorique, publiés par Pierre-Joseph Macquer en 1749.

  • 18 Macquer Pierre Joseph, Éléments de chimie théorique, Paris, 1749, p. xvi-xvii.

Le plan que je me suis principalement proposé de suivre, écrivait Macquer, est de ne supposer aucune connoissance chymique dans mon lecteur ; de le conduire des vérités les plus simples, et qui supposent le moins de connoissances, aux vérités les composées qui en demandent davantage. Cet ordre que je me suis prescrit, m’a imposé la loi de traiter d’abord des substances les plus simples que nous connaissions, & que nous regardons comme les éléments dont les autres sont composées, parce que la connaissance des propriétés de ces parties élémentaires conduit naturellement à découvrir celles de leurs différentes combinaisons ; & qu’au contraire la connoissance des propriétés des corps composés, demande qu’on soit déjà instruit de celles de leurs principes. La même raison m’engage lorsque je traite des propriétés d’une substance, à ne parler d’aucune de celles qui sont relatives à quelque autre susbtance dont je n’ai point parlé18.

24Du simple au complexe, cette logique, introduite cinquante ans avant le fameux Traité élémentaire de Lavoisier, montre combien l’analyse dominait déjà la chimie avant Lavoisier et en même temps consacre l’autonomie de la chimie à la fois à l’égard des arts chimiques et à l’égard de l’histoire naturelle. Cependant, Macquer introduit une ambiguïté. Il justifie son plan au nom de considérations pédagogiques : partir de zéro, et procéder pas à pas, « du connu à l’inconnu ». Puis il superpose l’ordre de complexité croissante des substances chimiques. Il postule ainsi comme une évidence, que le simple dans l’ordre ontologique (les éléments de la matière) est le même que le simple dans l’ordre de la connaissance (les premiers éléments d’une science). Ce postulat de coïncidence de la ratio essendi et de la ratio cognos-cendi, jette une équivoque sur le terme « éléments de chimie ».

25Lavoisier possédant dans sa bibliothèque les Éléments de chimie de Macquer, a pu puiser à cette source l’idée d’introduire l’ordre du simple au complexe dans son propre Traité élémentaire de chimie. Pourtant ce n’est pas à Macquer que Lavoisier se réfère pour justifier sa méthode, mais à Condillac. Au lieu de tracer une généalogie en ligne droite, Lavoisier fait un crochet par la philosophie. Pourquoi ? Il n’est pas interdit de penser que ce qui précisément l’éblouit chez Condillac, c’est la superposition des deux ordres : la marche du simple au complexe est aussi celle du connu à l’inconnu, puisque c’est la « marche naturelle des idées ». Lavoisier compare longuement la généalogie condillacienne des idées chez l’enfant à l’apprentissage de la chimie. Pareil à l’enfant qui forme des idées de plus en plus complexes à partir des sensations élémentaires, le chimiste doit partir des faits pour former un savoir de plus en plus complexe. Il superpose ainsi l’ordre des choses (la formation des composés à partir des substances simples), l’ordre de la connaissance (la formation des idées à partir des sensations) et l’ordre du langage (la formation des noms composés par juxtaposition de noms simples). C’est lumineux !

  • 19 De fait, la rencontre effective s’est faite sur des problèmes économiques. Lavoisier et Condillac (...)

26Pour résumer cette première partie, il semble que la rencontre entre Lavoisier et Condillac se fait sur la question pédagogique19. Lavoisier trouve dans l’analyse condillacienne une méthode de progression didactique et une référence à la nature qui conforte le postulat que l’ordre du simple au complexe est le même que l’ordre du connu à l’inconnu.

  • 20 Voir Bensaude-Vincent Bernadette, García-Belmar Antonio, Bertomeu José-Ramon, L’Émergence d’une sc (...)

27De fait, les difficultés rencontrées par les auteurs de traités après la révolution montreront que cela n’était pas une solution miracle. Que la marche du connu à l’inconnu procède tout autant du complexe au simple et que cela ne permet pas de savoir dans quel ordre il faut présenter les substances aux débutants20.

L’analyse au laboratoire

28Si la pédagogie est un motif de rencontre, il reste à voir comment cette méthode de raisonner s’articule sur les pratiques matérielles effectives d’analyse en laboratoire. Quel rapport peut-on établir entre l’art de raisonner et l’art du laboratoire, entre le logiciel et le matériel ? Pour Marco Beretta, il s’agit d’une simple « généralisation épistémologique » ou encore d’une « extension sémantique » de l’analyse chimique.

  • 21 Beretta Marco, The Enlightenment of Matter. The Definition of Chemistry from Agricola to Lavoisier(...)

Lavoisier savait bien que la notion d’analyse chimique avait besoin d’une généralisation épistémologique pour devenir le principe central de la science. Pour cette raison, il avait l’intention d’en modifier le sens, en l’utilisant pour signifier une méthode d’investigation plutôt qu’une opération ordinaire de laboratoire et en faisant de l’analyse le fondement de la méthode chimique21.

29Extension, généralisation, ces termes supposent une identité d’opération. Est-ce vraiment la même opération qui se fait dans l’esprit et dans le laboratoire ? Il y a, en effet, des points communs entre les opérations matérielles de décomposition et l’analyse condillacienne :

  • Tout comme l’analyse condillacienne, la démarche du chimiste implique un double mouvement de décomposition et de recomposition. Même si les chimistes réservent le terme analyse pour l’étape de décomposition et celui de « synchrèse » pour l’étape de recomposition, ils insistent comme Condillac sur la complémentarité des deux démarches.
  • Comme chez Condillac, l’analyse est le moyen privilégié d’atteindre la vérité, de faire avancer nos connaissances sur les substances matérielles. Au xviie siècle, Daniel Sennert recommandait le procédé dit de reductio in pristinum statum pour établir la composition corpusculaire des mixtes et détruire les formes substantielles des scolastiques. Ernst-Georg Stahl suscite l’admiration de Kant dans la seconde préface à la Critique de la raison pure justement parce qu’il « transforma les métaux en chaux et la chaux en métal en leur ôtant ou en leur restituant quelque chose22. » C’est cette « réversion » des opérations (distincte de la réversibilité thermodynamique) qui constitue en chimie le nerf de la démonstration. Lavoisier lui-même l’utilise dans ses premières recherches sur les gaz en 1772 et 1773 et c’est par une expérience solennelle de décomposition et de recomposition de l’eau qu’il démontre en 1785 la composition de l’eau.
  • Les chimistes sont bien avertis des limites d’une telle preuve par décomposition et recomposition. Le danger est de prendre les produits de l’analyse pour vrais principes constituants des corps alors qu’ils peuvent avoir été créés dans l’opération d’analyse. En effet, l’analyse altère les parties du corps qu’elle sépare et forme de nouvelles substances, qu’on appelait parfois « créatures du feu ». Ces artefacts d’expérience, soulignés par Robert Boyle au xviie siècle, et par Boerhaave dans ses Elementa chemiae en 1732, fondent le scepticisme des chimistes. Leur prudence conduit parfois à un certain agnosticisme, qu’attestent les affirmations réitérées dans l’Encyclopédie de Diderot sur l’impossibilité de jamais connaître les vrais éléments des corps car on ne les atteint jamais lorsqu’on décompose un mixte23. En tout cas, la conscience des pièges de l’analyse encourage une définition toute relative des éléments comme « dernier terme auquel parvient l’analyse ». Ce relativisme foncier quant au pouvoir de l’analyse est un troisième point commun entre l’analyse définie par Condillac et l’analyse chimique. De même que Condillac souligne que nous ne pouvons juger de l’essence des choses mais seulement « des rapports que les choses ont à nous, et de ceux qu’elles ont entre elles », de même les chimistes soulignent que les termes auxquels ils parviennent par leur analyse « ne sont principes qu’à notre égard et qu’en tant que nous ne pouvons aller plus loin24 ».

30Or Condillac ne prend à aucun moment en considération les pratiques analytiques des chimistes. Malgré les points communs évidents avec sa conception de l’analyse, malgré la popularité de la chimie dans la culture du siècle des Lumières, malgré l’attention que lui portent des philosophes comme Diderot et Rousseau, Condillac n’y fait jamais référence. La seule référence aux chimistes, à ma connaissance, se trouve dans le Traité des systèmes de 1749, où Condillac leur dénie tout espoir d’atteindre à la connaissance des principes vrais de la nature :

  • 25 Condillac, Traité des systèmes, in Œuvres, t. 1, 1749, p. 197-198.

En vain, par exemple, le chymiste se flatte d’arriver, par l’analyse aux premiers éléments : rien ne lui prouve que ce qu’il prend pour un élément simple et homogène, ne soit pas un composé de principes hétérogènes25.

31Si plus tard dans La Logique, Condillac admet qu’on commence à faire usage de l’analyse en physique et en chimie, il reste que l’élaboration de son concept d’analyse ne doit rien aux pratiques des chimistes. Il les ignore simplement quand il s’efforce de passer en revue les différentes méthodes d’analyse :

  • 26 Condillac, La Logique ou l’art de raisonner, op. cit., p. 406.

Je sais bien qu’on distingue différentes espèces d’analyses ; analyse logique, analyse métaphysique, analyse mathématique : mais il n’y en a qu’une ; et elle est la même dans toutes les sciences, parce que dans toutes elle conduit du connu à l’inconnu par le raisonnement seulement, c’est-à-dire par une suite de jugements qui sont renfermés les uns dans les autres26.

32L’exclusion de la chimie hors de l’horizon de pensée de Condillac se justifie par son attention exclusive aux opérations mentales et non gestuelles ni matérielles. Condillac décompose des raisonnements, des propositions, qu’il compare à des tableaux visuels mais il ne travaille pas la matière. Une seule fois, il prend l’exemple d’une substance matérielle – l’or – pour définir ce qu’est une « évidence de fait » par opposition à l’« évidence de raison », que l’on atteint en géométrie.

  • 27 Ibid., p. 418.

Je verrais également toutes les propriétés de l’or dans son essence, si je la connaissais. Sa pesanteur, sa ductilité, sa malléabilité etc. ne seraient que son essence même qui se transformerait, et qui, dans ses transformations, m’offrirait différents phénomènes ; et j’en pourrais découvrir toutes les propriétés par un raisonnement qui ne serait qu’une suite de propositions identiques. Mais ce n’est pas ainsi que je le connais. […] Quoique la pesanteur, la ductilité, la malléabilité ne soient vraisemblablement qu’une même chose qui se transforme différemment, je ne le vois pas. Je ne saurois donc arriver à la connaissance de ces phénomènes par l’évidence de raison : je ne les connais qu’après les avoir observés, et j’appelle évidence de fait la certitude que j’en ai27.

  • 28 Macquer Pierre-Joseph, « Aggrégation », in Dictionnaire de chymie, t. 1, p. 50.

33Condillac ne considère que les propriétés physiques, celles qui relèvent de l’observation et non de l’expérience, celles qui n’affectent en rien la nature ou composition de l’or. Aux yeux des chimistes contemporains de Condillac, cela n’est pas de l’analyse. Certes la distillation des chimistes répond, en un sens, à la définition condillacienne de l’analyse dans la mesure où elle fait apparaître en successif ce qui était donné en simultané, d’un coup, dans le mixte de départ. Mais tandis que l’opération mentale d’analyse « à la Condillac » laisse subsister le tableau à analyser, la distillation implique la destruction de ce mixte. C’est une divergence fondamentale entre le concept d’analyse de Condillac et celui des chimistes ses contemporains. Ceux-ci avaient coutume de distinguer, à la suite de Stahl, les deux notions de mixte et d’agrégat. L’agrégat n’est qu’une union mécanique, une juxtaposition d’unités, molécules ou particules de nature homogène entre elles. La décomposition d’un agrégat ne met en jeu que des forces mécaniques et parvient à ce que Macquer appelle les « parties intégrantes » qui sont de même nature que l’agrégat de départ. En revanche, la décomposition des mixtes, qui est l’objet propre de la chimie, détruit le mixte de départ et parvient à des éléments hétérogènes, que Macquer nomme « principes prochains28 ». Par exemple l’acide et l’alcali qui sont les principes constituants du sel marin n’ont pu être obtenus qu’en faisant disparaître le sel marin.

34D’où une deuxième divergence fondamentale entre l’analyse condillacienne et celle des chimistes. Les éléments auxquels parvient l’analyse condillacienne doivent être sensibles alors que ceux des chimistes comme Rouelle échappent radicalement aux sens. Chez Condillac, les éléments sont physiquement présents dans le tableau et perceptibles par les sens, même s’ils demeurent inaperçus au coup d’œil rapide. En revanche, dans le mixte chimique les éléments ou principes demeurent imperceptibles, même à un œil exercé. Le phlogistique, par exemple, est radicalement invisible, et ne peut jamais être isolé à l’état pur. Cependant sa présence dans les mixtes est attestée par un certain nombre d’effets sensibles dont il est la cause supposée.

  • 29 Sur les difficultés soulevées par la notion de mixte voir plus haut chapitre 3.

35Le concept condillacien d’analyse laisse donc de côté la difficulté majeure posée par les analyses chimiques concernant la possibilité d’atteindre les éléments, tels qu’ils étaient réellement contenus dans le mixte29.

36Dès lors, qu’est-ce que ce concept peut bien apporter à un chimiste comme Lavoisier ? Si, comme on vient de le montrer, il y a une divergence profonde entre l’analyse logique de Condillac et celle des chimistes, comment Lavoisier articule-t-il les deux ?

Une stratégie de simplification

  • 30 De fait la logique analytique n’est vraiment appliquée que dans la deuxième partie du Traité prése (...)

37D’un côté, l’esprit d’analyse au sens condillacien est censé gouverner la construction du nouveau langage et présider à la reconstruction de la chimie dans le Traité élémentaire de chimie30. D’un autre côté, les opérations d’analyse matérielle restent pour Lavoisier l’instrument par excellence du chimiste. L’analyse matérielle est même l’objectif de la chimie puisqu’il déclare dans le Traité élémentaire de chimie :

  • 31 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, op. cit., p. 193-194.

La chimie en soumettant à des expériences les différents corps de la nature, a pour objet de les décomposer et de se mettre en état d’examiner séparément les différentes substances qui entrent dans leur combinaison. […] La chimie marche donc vers son but & vers sa perfection, en divisant, subdivisant & resubdivisant encore, & nous ignorons quel sera le terme de ses succès31.

  • 32 Lavoisier, « Sur la nécessité de réformer et de perfectionner... », in Méthode de nomenclature chi (...)

38Entre les deux analyses, mentale et matérielle, Lavoisier suppose ou souhaite une relation de miroir. Telle est l’ambition de la réforme de la nomenclature. Les noms simples, qui constituent l’alphabet ou le point de départ de la nomenclature, seront le terminus des opérations effectives d’analyse en laboratoire. On recompose au niveau du langage les éléments auxquels atteint le chimiste analyste. Le logiciel est l’image inversée du matériel. Il faut donc prendre au pied de la lettre l’expression « miroir fidèle » que Lavoisier désigne comme état de perfection de la nomenclature : « La perfection de la nomenclature de la chimie, envisagée sous ce rapport, consiste à rendre les idées & les faits dans leur exacte vérité, sans rien supprimer de ce qu’ils présentent, surtout sans rien y ajouter : elle ne doit être qu’un miroir fidèle32 ».

39Allons plus loin, si l’on en croit le mémoire sur la nomenclature, l’analyse linguistique ou mentale de Condillac pourrait – à la rigueur – dispenser des peines de l’analyse matérielle. Elle offre, en tout cas, un raccourci qui permet à Lavoisier d’accomplir « l’ouvrage de sa vie », de rédiger le traité qu’il avait abandonné suite à la mort de Jean-Baptiste Bucquet. Les deux collaborateurs estimaient urgente la tâche pédagogique mais la concevaient de telle sorte qu’elle était impossible à réaliser promptement. Pour écrire un traité, il fallait d’abord, selon eux, répéter toutes les expériences, vérifier tous les résultats d’analyse, stabiliser les faits.

40Or l’analyse, une fois érigée en « logique naturelle » grâce à l’autorité de Condillac, dispense de cette tâche fastidieuse car elle permet d’anticiper les résultats de l’expérience.

  • 33 Ibid., p. 70.

Nous sommes bien éloignés sans doute de connaître tout l’ensemble, toutes les parties de la science ; on doit donc s’attendre qu’une nomenclature nouvelle, avec quelque soin qu’elle soit faite, sera loin de son état de perfection ; mais pourvu qu’elle ait été entreprise sur de bons principes, pourvu que elle soit une méthode de nommer, plutôt qu’une nomenclature, elle s’adaptera naturellement aux travaux qui seront faits dans la suite, elle marquera d’avance la place & le nom des nouvelles substances qui pourront être découvertes, & elle n’exigera que quelques réformes locales & particulières33.

41Tel semble donc, en première approche, le pouvoir de la langue : une fois corrigée, réformée, elle dispense du fastidieux travail d’inventaire matériel et autorise l’invention. Cette assimilation triomphante de l’analyse mentale à l’analyse chimique simplifie la tâche du chimiste et permet d’enseigner cette science selon un ordre logique.

  • 34 Beretta Marco, The Enligntenment of Matter. The Definition of Chemistry from Agricola to Lavoisier(...)

42Lavoisier aurait-il donc sorti la chimie des impasses où l’enferrait une doctrine essentiellement empiriste en imposant un code, une langue sur le monde insaisissable des transformations matérielles ? À une doctrine forgée sur la base d’une collection d’opérations et de traditions diverses, il aurait substitué une discipline intellectuelle, une méthode de raisonnement. C’est à une conclusion semblable que parviennent l’analyse de tendance koyréenne de Marco Beretta comme l’analyse ouvertement foucaldienne de Wilda Anderson. Pour Anderson, Lavoisier instaure une discursivité scientifique. Il « établit moins une science per se qu’il n’établit une idéologie générale de la science et de la scientificité34 ».

  • 35 Pasteur, par exemple, aimait à souligner le contraste entre l’inventeur fécond, expérimentateur ch (...)

43Cette image de Lavoisier renforce par des approches historiographiques nouvelles le cliché d’un Lavoisier plus théoricien qu’expérimentateur formé au cours du xixe siècle35. Néanmoins elle me semble trop facile et assez paresseuse. À toujours célébrer ses prouesses de théoricien, on oublie parfois que Lavoisier est aussi un expérimentateur acharné, et averti des difficultés épistémologiques que pose l’établissement d’une preuve expérimentale.

  • 36 Holmes Frederic, L. Antoine Lavoisier. The Next Crucial Year, Princeton, Princeton University Pres (...)

44Or il me semble que c’est précisément un moyen de résoudre le classique problème d’interprétation des analyses matérielles que Lavoisier pense avoir trouvé chez Condillac. Les études minutieuses de ses carnets de laboratoire par Frederic L. Holmes, qui suit la démarche de Lavoisier au jour le jour, dans ses tâtonnements, ses essais et ses erreurs, montrent à quel prix Lavoisier a mis au point en 1773 sa méthode des bilans36. Peser ce qui entre et ce qui sort de la réaction, évaluer les gains et les pertes, c’est pour Lavoisier le plus sûr moyen d’expliquer ce qui s’est passé dans le processus réactionnel qui, lui, reste une boîte noire et de déterminer les éléments d’une substance, d’un gaz par exemple. Si Lavoisier a peu à peu pris confiance dans sa méthode expérimentale, s’il a pris l’habitude d’accorder plus de crédit aux mesures qu’aux observations qualitatives et, parmi les mesures, aux poids plus qu’aux volumes, il doit néanmoins convaincre ses collègues et rivaux de la validité de sa méthode de bilans gravimétriques. En particulier, lors de la controverse avec Priestley au sujet du phlogistique en 1775, tous deux font les mêmes expériences, mais parviennent à des conclusions divergentes sur la composition de l’air nitreux comme sur la réduction de la chaux de mercure. Lavoisier s’efforce donc moins de dispenser le chimiste d’expériences que de faire accepter sa propre lecture des expériences. D’où la troisième partie du Traité élémentaire de chimie, consacrée à la description des appareils et expériences de laboratoire que Lavoisier justifie ainsi :

  • 37 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, Discours préliminaire, op. cit., p. xxx.

En général la pratique des expériences, & surtout des expériences modernes, n’est point assez répandue ; & peut-être si, dans les différents mémoires que j’ai donnés à l’Académie, je me fusse plus étendu sur le détail des manipulations, me serois-je fait plus facilement entendre ; & la science auroit-elle fait des progrès plus rapides37.

  • 38 Voir plus haut chapitre 3 et Duhem Pierre, Le Mixte et la combinaison chimique. Essai sur l’évolut (...)

45C’est donc dans le contexte de cette lutte pour faire accepter une lecture de l’expérience, qu’il faut reconsidérer la lecture que Lavoisier fait de Condillac. Il y trouve un moyen de contourner une difficulté fondamentale de la chimie, qu’on peut nommer l’énigme du mixte. Comme l’a souligné Pierre Duhem, le mixte, bien distingué de l’agrégat par les chimistes du xviiie siècle soulève deux difficultés38 : comment comprendre que l’union de deux composants donne un être entièrement nouveau dont les propriétés ne sont pas la somme de celles des composants ? Et d’autre part, puisque le mixte n’est pas une simple juxtaposition de parties constituantes, quel est le mode d’être des éléments dans le mixte ?

46Si le mixte n’est pas une juxtaposition mais une stratégie pour contourner la difficulté, pour traiter cette inconnue qu’est la composition. Lavoisier, lisant Condillac, découvre une analogie entre sa balance, ses bilans gravimétriques et le « levier de l’esprit », cette méthode naturelle que, d’après Condillac, tout le monde pratique naturellement sans le savoir. Si l’algèbre est le modèle le plus accompli de cette méthode, alors pourquoi ne pas exprimer par une équation ce qui se passe dans l’analyse ?

47Il me paraît significatif que Lavoisier tente pour la première fois une écriture algébrique des réactions chimiques avec symboles et mises en équation, en 1782, donc après lecture de La Logique. Le mémoire sur « La dissolution des métaux dans les acides » présente cette mise en formule en des termes qui rappellent certes l’analyse condillacienne mais avec une extrême prudence, les formules n’étant qu’un artifice simplificateur :

  • 39 Lavoisier, « La dissolution des métaux dans les acides », in Œuvres, t. 2, Paris, Imprimerie impér (...)

Maintenant il est clair qu’il existe, dans la dissolution des métaux par les acides, un grand nombre de forces qui agissent chacune avec l’énergie qui leur est propre, et qu’il en résulte un problème d’une solution difficile et compliquée. Pour mieux faire sentir à cet égard l’état de la question, et pour présenter aux yeux, sous un même coup d’œil, le résultat de ce qui se passe dans les dissolutions métalliques, j’ai construit des espèces de formules qu’on pourrait prendre d’abord pour des formules algébriques, mais qui n’ont point le même objet, et qui ne dérivent point des mêmes principes ; nous sommes encore bien loin de pouvoir porter dans la chimie la précision mathématique, et je prie en conséquence, de ne considérer les formules que je vais donner que comme de simples annotations, dont l’objet est de soulager les opérations de l’esprit39.

  • 40 Ibid. p. 526

48Dans la conclusion, Lavoisier revient sur la distance qui sépare encore l’analyse chimique de l’analyse algébrique mais ne la présente plus comme un fossé insurmontable. Lavoisier a l’espoir d’arriver à une chimie algébrique. « J’espère que la lecture de ce mémoire fera entrevoir la possibilité d’appliquer l’exactitude du calcul à la chimie ; mais, avant tout, il faut des données certaines qui puissent servir de base, et c’est à quoi je vais m’attacher40. »

  • 41 Hahn Roger, « Lavoisier et ses collaborateurs », in Il y a deux cents ans, Lavoisier, Actes de col (...)
  • 42 Ce travail exige des compétences mathématiques qui dépassaient un peu celles de Lavoisier. C’est l (...)

49De la même époque datent les débuts de la collaboration avec Laplace, leurs recherches sur la dilatation des métaux et sur la mesure de la chaleur. Or, comme l’a montré Roger Hahn, cette collaboration se justifie par une préoccupation commune aux deux académiciens concernant les mesures expérimentales et leur interprétation41. Leur mémoire commun sur la chaleur fournit une illustration exemplaire de la méthode analytique proposée par Condillac. Laplace et Lavoisier se proposent, en effet, de mesurer la chaleur, sans se prononcer sur sa nature. Pour ce faire, ils procèdent du connu à l’inconnu, par reformulations successives en mettant les inconnues en équation. Que mesure le calorimètre ? On n’en sait rien. Mais si on procède du connu à l’inconnu, on connaît la cause inconnue (la chaleur) par la mesure de ses effets sensibles, tels que la fusion d’une certaine quantité de glace en eau. En mettant un signe « = » entre cette cause inconnue et les effets connus, Lavoisier met entre parenthèses la question de la nature et du mode d’être des principes constituants. En mettant un signe « + » dans un membre de l’équation, il met entre parenthèses la question de la nature du lien entre les unités constituantes. Du coup, la distinction entre mixte et agrégat, qui au cours du xviiie siècle, définissait le champ d’étude de la chimie, cesse d’être pertinente. Il me paraît symptomatique que ce terme de « mixte », si courant dans la littérature chimique du xviiie siècle, disparaisse à l’époque de Lavoisier pour laisser place aux termes de composé ou de mélange. La méthode analytique est donc avant tout une stratégie de recherche, une manière de transformer l’énigme des mixtes en un problème à résoudre. Loin de dispenser de l’expérience, la méthode analytique commande un programme expérimental orienté vers la mesure et les bilans, en même temps qu’elle livre une clé de lecture des résultats42.

50Cette interprétation purement pragmatique me paraît éclairer le passage trop fameux du Traité élémentaire où Lavoisier énonce ce qu’on appelle le principe de conservation de la matière.

  • 43 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, op. cit., partie I, chapitre XIII, p. 140-141.

Rien ne se crée, ni dans les opérations de l’art, ni dans celles de la nature, et l’on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après l’opération ; que la qualité et la quantité des principes est la même, et qu’il n’y a que des changements, des modifications.
C’est sur ce principe qu’est fondé tout l’art de faire des expériences en chimie : on est obligé de supposer dans toutes une véritable égalité ou équation entre les principes du corps qu’on examine et ceux qu’on en retire par l’analyse. Ainsi puisque du moût de raisin donne du gaz acide carbonique et de l’alcool, je puis dire que le moût de raisin = acide carbonique + alcool43.

51Ce principe n’est pas formulé comme une loi fondamentale de la chimie mais comme un principe qui commande « l’art de faire des expériences ». Pour faire des expériences, pour conclure avec certitude à partir des expériences, il faut postuler : « que la qualité et la quantité des principes est la même ». Nature et proportion des constituants sont les seuls critères pertinents pour juger de la composition. En mettant un signe « = » entre « moût de raisin » et « acide carbonique + alcool », Lavoisier établit une relation d’identité entre une cause et son effet qui néglige les métamorphoses dues à la fermentation alcoolique, comme le mode d’action ou d’intervention des principes.

52De plus, ce principe est formulé en passant, à l’occasion d’un chapitre sur la fermentation vineuse. Lavoisier qui a rencontré un abîme de difficultés pour établir des bilans dans son étude de la fermentation choisit précisément ce terrain pour illustrer sa méthode. D’une manière générale, le domaine des analyses végétales est ce qui marque la limite du pouvoir de l’analyse condillacienne. La nomenclature réformée s’applique très bien aux sels, aux chaux métalliques et à l’ensemble du règne minéral mais ne modifie guère la dénomination des substances végétales. Le « levier de l’esprit » n’a pas réussi à soulever tout l’édifice de la chimie. N’est-il pas paradoxal alors d’illustrer la méthode là où elle est le plus difficile à mettre en œuvre ? Si l’on accepte de lire la suite de ce chapitre sur la fermentation vineuse, il est clair que la mise en équation n’est pour Lavoisier qu’un point de départ. Aussitôt après avoir écrit l’équation moût de raisin = acide carbonique + alcool, Lavoisier se demande sous quelle forme doivent subsister les principes constituants du sucre (carbone, hydrogène, oxygène) dans le moût de raisin pour que la fermentation puisse avoir lieu. L’équation de bilan n’est donc qu’une étape qui relance l’investigation sur le mode d’action des principes, sur leur circulation, leurs unions et désunions durant la réaction.

53En conclusion, Lavoisier trouve dans le concept condillacien d’analyse deux choses : d’une part une méthode d’enseigner qui conjugue le respect de l’ordre du simple au complexe et la marche du connu à l’inconnu. D’autre part, l’analogie entre le levier de l’esprit et la méthode des bilans qu’il pratiquait en laboratoire lui a fourni une grille de lecture algébrique de ses résultats d’expérience. Bref, une technique d’analyse de données. Son exploitation de l’analyse condillacienne traverse le clivage jadis à la mode entre contexte de la découverte et contexte de justification, car cette lecture algébrique est tout à la fois un instrument d’exploration, une ruse pour aller de l’avant en contournant les énigmes et un outil de légitimation par référence à la nature.

Notes

1 Butterfield Herbert, The Origins of Modern Science, 1300-1800, Londres, Bell & Sons, 1957.

2 Sur la variété des interprétations voir Bensaude-Vincent Bernadette, Lavoisier, mémoires d’une révolution, Paris, Hachette littératures, 1993, p. 15-30 ; Bret Patrice (dir.), « Débats et chantiers autour de Lavoisier et la révolution chimique », in Revue d’histoire des sciences, n° 48/1-2, 1995.

3 Cette relation est étudiée par Albury William Randall, The Logic of Condillac and the Structure of French Chemical and Biological Theory (1780-1800), Ph. D. Thesis, The Johns Hopkins University, Baltimore, 1972 ; voir aussi Crosland Maurice P., Historical Studies in the Language of Chemistry, Dover Publications, New York, 1978, p. 170-175 ; Crosland, Maurice, « The development of Chemistry in the Eighteenth-Century », in Studies on Voltaire and the Eighteeeeth-Century, n° 24, 1963, p. 369-441 ; Dagognet François, Tableaux et Langages de la chimie, Paris, Vrin, 1969, p. 15-55 ; Beretta Marco, The Enligntenment of Matter. The Definition of Chemistry from Agricola to Lavoisier, Science History Publications, USA, 1993.

4 Guyton de Morveau, Lavoisier, Berthollet et Fourcroy (1787), Méthode de nomenclature chimique, Paris, Cuchet ; par la suite on se référera à l’édition récente parue aux Éditions du Seuil, collection « Sources du savoir », 1994.

5 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, Paris, Éditions Jacques Gabay, 1992. p. iij-vj.

6 Albury, W.R., « The order of Ideas : Condillac’s Method of Analysis as a Political Instrument in the French revolution », in The Politics and the Rhetoric of Scientific Method. Historical Studies, Schuster J.A., Yeo R. (éds.), T. Reidel, 1986, p. 203-226.

7 Beretta Marco, The Enligntenment of Matter. The Definition of Chemistry from Agricola to Lavoisier, op. cit., p. 187.

8 Condillac, La Logique ou l’art de raisonner, Paris, Vrin, 1981, p. 324.

9 Ibid., p. 413.

10 Ibid., p. 326-336.

11 Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, Carton 1259, dossier 1.

12 Guyton de Morveau Louis-Bernard, « Mémoire sur les dénominations chymiques, la nécessité d’en perfectionner le système et les règles pour y parvenir », in Observations sur la Physique, sur l’histoire naturelle et sur les arts, 19, mai 1782, p. 370-382 (également publié sous forme de brochure à Dijon, 1782). Sur l’origine et le contenu de ce projet voir Bensaude-Vincent Bernadette, introduction à la réédition de Guyton de Morveau, Lavoisier, Berthollet, Fourcroy, Méthode de nomenclature chimique, op. cit.

13 Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, Carton 1259, dossiers 1 et 2. Les pages recopiées par Lavoisier sont p. 16, 28, 86 et 87 ; la référence à Newton se trouve dans le dossier 3.

14 Condillac, La Logique ou l’art de raisonner, op. cit., p. 398-404.

15 Lavoisier, Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, Carton 1259, dossier 2.

16 Lavoisier, « Sur la nécessité de réformer et de perfectionner... », in Méthode de nomenclature chimique, op. cit., p. 66.

17 Ibid., p. 65.

18 Macquer Pierre Joseph, Éléments de chimie théorique, Paris, 1749, p. xvi-xvii.

19 De fait, la rencontre effective s’est faite sur des problèmes économiques. Lavoisier et Condillac ont consacré une partie de leur œuvre à des questions économiques : voir Condillac, Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre (1776) et Lavoisier, Œuvres, t. 6 ; rapports à l’Académie. Notes et rapports divers, Économie politique, Agriculture et finances, Commission des poids et mesures, Paris, Imprimerie nationale, 1893.

20 Voir Bensaude-Vincent Bernadette, García-Belmar Antonio, Bertomeu José-Ramon, L’Émergence d’une science des manuels. Les livres de chimie en France (1789-1852), Paris, Édition Archives contemporaines, 2003.

21 Beretta Marco, The Enlightenment of Matter. The Definition of Chemistry from Agricola to Lavoisier, op. cit., p. 201. Il faut tout de même préciser que ce n’est pas Lavoisier qui a introduit l’analyse en chimie, ni même qui en a fait « le fondement de la méthode chimique ». L’analyse est plutôt ce qui caractérise l’identité même de cette science au cours des siècles. Dès la tradition spagyriste, la chimie définissait son objet comme décomposition des corps mixtes en leurs principes (généralement mercure, soufre et sel) avec purification de ces principes et recomposition sous forme d’un mixte plus pur et plus noble.

22 Kant Emmanuel, Critique de la raison pure, Paris, PUF, 1968, p. 17. Sur la chimie des xviie et xviiie siècles voir Duhem Pierre, Le Mixte et la combinaison chimique. Essai sur l’évolution d’une idée, Paris, Fayard, 1985 ; Metzger Hélène, Les Doctrines chimiques en France du début du xviie à la fin du xviiie siècle, Paris, Blanchard, 1969 ; Newton, Stahl, Boerhaave et la doctrine chimique, Paris, 1930, réédition Blanchard, 1974.

23 Voir par exemple l’article « Éléments » dans l’Encyclopédie de Diderot ; il se réduit à quelques lignes et l’auteur s’en justifie ainsi : « On sera peut-être étonné de la brièveté de cet article : mais nos connaissances sur ce qui en fait l’objet sont encore plus courtes ».

24 Condillac, La Logique ou l’art de raisonner, op. cit., p. 376. Pour les chimistes, on trouve une définition relative des principes dès 1675 dans le Cours de chymie de Nicolas Lemery, constamment réédité jusqu’au milieu du xviiie siècle. « Le nom de “principe” en chimie ne doit pas être pris tout à fait dans une signification exacte ; car les substances à qui l’on a donné ce nom ne sont principes qu’à notre égard et qu’en tant que nous ne pouvons pas aller plus avant dans la division des corps, mais on comprend bien que ces principes sont encore divisibles en une infinité de parties, qui pourraient à plus juste titre être appelées principes ». Cité par Duhem Pierre, Le Mixte et la combinaison chimique. Essai sur l’évolution d’une idée, op. cit., p. 26

25 Condillac, Traité des systèmes, in Œuvres, t. 1, 1749, p. 197-198.

26 Condillac, La Logique ou l’art de raisonner, op. cit., p. 406.

27 Ibid., p. 418.

28 Macquer Pierre-Joseph, « Aggrégation », in Dictionnaire de chymie, t. 1, p. 50.

29 Sur les difficultés soulevées par la notion de mixte voir plus haut chapitre 3.

30 De fait la logique analytique n’est vraiment appliquée que dans la deuxième partie du Traité présentée sous forme de tableau (voir Bensaude-Vincent Bernadette, Lavoisier, mémoires d’une révolution, op. cit., p. 304-307).

31 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, op. cit., p. 193-194.

32 Lavoisier, « Sur la nécessité de réformer et de perfectionner... », in Méthode de nomenclature chimique, op. cit., p. 69

33 Ibid., p. 70.

34 Beretta Marco, The Enligntenment of Matter. The Definition of Chemistry from Agricola to Lavoisier, op. cit.

35 Pasteur, par exemple, aimait à souligner le contraste entre l’inventeur fécond, expérimentateur chevronné qu’était Priestley et l’homme de méthode, le législateur qu’était Lavoisier. Pasteur Louis, « Lavoisier », in Le Moniteur universel, 4 septembre 1865, in Œuvres, t. 7, Paris, Masson, 1939, p. 281-285 ; voir aussi Bensaude-Vincent Bernadette, Lavoisier, mémoires d’une révolution, op. cit., p. 370-373.

36 Holmes Frederic, L. Antoine Lavoisier. The Next Crucial Year, Princeton, Princeton University Press, 1998.

37 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, Discours préliminaire, op. cit., p. xxx.

38 Voir plus haut chapitre 3 et Duhem Pierre, Le Mixte et la combinaison chimique. Essai sur l’évolution d’une idée, op. cit.

39 Lavoisier, « La dissolution des métaux dans les acides », in Œuvres, t. 2, Paris, Imprimerie impériale, 1862, p. 545.

40 Ibid. p. 526

41 Hahn Roger, « Lavoisier et ses collaborateurs », in Il y a deux cents ans, Lavoisier, Actes de colloque, Paris, Académie des sciences, 1995, p. 55-65.

42 Ce travail exige des compétences mathématiques qui dépassaient un peu celles de Lavoisier. C’est la collaboration avec Jean-Baptiste Meusnier de la Place, officier d’état-major formé à la géométrie et à la physique, qui lui a permis d’arriver à une analyse plus sophistiquée des données de l’expérience. Toutefois en 1789, quand il écarte la question des affinités de son Traité élémentaire, Lavoisier avoue que ce projet reste un vœu pieux. « La science des affinités, qui est à la chimie ordinaire ce que la géométrie transcendante est à la géométrie élémentaire » est un rêve inaccompli.

43 Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, op. cit., partie I, chapitre XIII, p. 140-141.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540