Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matière à penser

 | 
Bernadette Bensaude-Vincent

Première partie : Entre science et art

Le corps refoulé des chimistes

Texte intégral

1Ce chapitre est issu d’une communication donnée à la Maison française d’Oxford dans le cadre d’un meeting sur la thématique « Corps-Esprit-Machine » (23 mai 1997).

  • 1 Guyton de Morveau, Lavoisier, Berthollet, Fourcroy, Méthode de nomenclature chimique, Paris, Éditi (...)

2L’idée d’un refoulement du corps des chimistes est suggérée par la lecture de la réforme de la nomenclature chimique opérée en 1787 par Guyton de Morveau, Lavoisier, Berthollet et Fourcroy1. En effet, une rapide comparaison des noms anciens et des noms nouveaux manifeste un refoulement massif des dénominations impliquant le corps. Le principe de la nouvelle nomenclature est que chaque dénomination reflète la composition des substances et, dans bien des cas, la proportion des constituants. Cela implique une double éclipse du corps. Se trouvent évacuées premièrement les références au corps comme cible d’action des substances, ou comme consommateur des substances dénommées, c’est-à-dire de la foule des noms évoquant les propriétés médicinales de certaines substances chimiques. L’émétique doit disparaître au profit du tartre de potasse antimoniale et les eaux hépatiques deviennent sulfureuses ou sulfurées. Les interactions multiples et hautement spécifiques des substances matérielles avec le corps malade ou souffrant qui justifient leur valeur d’usage et leur intérêt pour la société doivent être bannies au profit de la description objective de leur composition.

3Mais ce n’est pas tout. Sont également évacuées les références aux qualités sensibles des substances qui permettaient aux chimistes de les repérer et de les identifier. Et c’est sur ces dernières que je concentrerai mon attention. Tous les noms évoquant l’apparence sensible des corps, comme beurre d’antimoine, crème de tartre, foie de soufre, huile grasse, sont à remplacer par des binômes exprimant le genre et l’espèce… Les fleurs de benjoin deviennent acide benzoïque sublimé. Au premier chef sont éliminées les couleurs qui permettaient de se repérer dans la multiplicité des sels d’une même espèce : par exemple les couperoses bleues, blanches ou vertes deviennent sulfate de zinc, cuivre, fer. Le blanc de plomb utilisé en cosmétique et le bleu de Prusse utilisé en teinture deviennent respectivement oxyde de plomb et prussiate de fer. La vue n’était pas seule mobilisée dans la terminologie des chimistes : on parlait de fluor pesant, de mercure doux, d’alcali caustique ou d’air puant, lequel devient gaz hydrogène sulfuré.

4Le langage de la nouvelle chimie se caractérise donc par l’exclusion du goût, de l’odorat, du toucher, bref du corps comme sujet du savoir doué de facultés sensibles. Par contraste avec l’ancienne nomenclature qui désignait les substances par leur signification pour nous, par rapport à la connaissance qu’on en prend ou par rapport aux usages qu’on en fait, la nouvelle nomenclature cherche à construire une objectivité substantielle.

  • 2 Roberts Lissa, « The death of the sensuous chemist : The new chemistry and the transformation of s (...)
  • 3 Sur les usages de la balance chez Lavoisier voir Bensaude-Vincent Bernadette, « Between chemistry (...)
  • 4 Golinski Jan, Science as Public Culture. Chemistry and Enlightenment in Britain, 1760-1820, Cambri (...)

5Cette mutation est solidaire d’un renversement des priorités entre données qualitatives et quantitatives. Comme l’a montré Lissa Roberts dans un article intitulé « The death of the sensuous chemist », l’éducation sensorielle des chimistes de l’école de Guillaume-François Rouelle et l’utilisation du corps comme instrument d’analyse cèdent la place à une éducation fondée sur l’analyse au sens logique, sur une langue analytique2. Certes, comme ne manque pas de le préciser Roberts, les chimistes continuent d’observer les changements de couleur, de sentir, de renifler leurs préparations ou les émanations, ils continuent même de goûter, mais ces données qualitatives ne suffisent plus à déterminer l’interprétation du phénomène. Elles sont disqualifiées. À la limite, le corps devient un parasite de la réaction quand, par exemple, la chaleur du corps de l’expérimentateur influe sur le calorimètre. Le chimiste sensoriel est mort comme sujet historique producteur de savoir. L’évidence sensible, la production de lumière, le changement de couleur, ne peuvent rien contre le jugement de la balance, contre les bilans de réaction qui permettent à Lavoisier d’interpréter ce qui se passe dans la boîte noire de la transformation chimique3. Lissa Roberts, à la suite de Jan Golinski, souligne, à juste titre, que la priorité donnée au verdict des instruments de mesure s’inscrit dans la culture locale de l’Académie royale des sciences de Paris et plus généralement dans un contexte d’obsession pour les poids et mesures dans la France révolutionnaire4.

  • 5 Sur la culture de la précision à l’Académie royale des sciences de Paris à la fin du XVIIIe siècle (...)

6On voit donc, premièrement, qu’il s’agit moins d’un refoulement du corps que d’une délégitimation de sa fonction de sujet du savoir et, deuxièmement, que la disqualification du corps a partie liée avec l’essor d’une culture instrumentale, d’un véritable culte de la précision5.

  • 6 Meyerson Émile, « Le sens commun et la quantité », in Essais, Paris, Vrin, 1936, p. 18.

7Sans contester ces deux thèses qui paraissent, somme toute, assez triviales, je voudrais apporter quelques précisions qui compliquent la relation entre disqualification du corps et promotion des instruments de mesure. Il faut, en effet, nuancer l’évidence de ce lien. Tout d’abord, l’analyse qualitative n’a pas totalement disparu de la chimie au xixe siècle. Comme le souligne Émile Meyerson, Lavoisier n’a pas débarrassé la chimie de tout ce qui a trait à la qualité6. La recherche analytique exploitait encore les données qualitatives sur les composants et ce n’est pas un hasard si, au xixe siècle, on a choisi des noms évoquant des couleurs – comme chlore ou chrome par exemple – pour désigner des corps simples qui forment des sels très colorés.

Instrument/Truchement

8Il faut encore nuancer le contraste entre corps et instrument. La thèse du corps supplanté par les instruments dans l’investigation de la nature repose sur une conception présentiste moderne des instruments. On a tendance à imaginer les savants du xviiie siècle entourés de dispositifs techniques bien calibrés, standardisés et mis en marche en pressant un bouton. Or, au milieu du xviiie siècle, les instruments à disposition du chimiste sont pour la plupart inventés par les savants eux-mêmes, à des fins bien précises et pour des usages souvent locaux. Qu’est-ce qu’un instrument pour le médecin professeur de chimie à l’université de Leyde, Hermann Boerhaave ?

  • 7 Boerhaave Hermann, Éléments de chymie, Paris, Allamant, t. 1, 1754, p. 267.

Dans quelque art que ce soit, où l’on se propose de changer les corps, on appelle instrument celui à qui on a pu imprimer, ou auquel on a déjà imprimé un mouvement capable de produire le changement qu’on a en vu7.

9Cette définition montre bien que l’instrument n’est pas forcément un appareil inventé pour interroger la nature, pour la soumettre à nos questions. Cette conception de l’expérience, qui soumet l’objet au projet d’un sujet rationnel, codifiée par Kant à la fin du xviiie siècle, fait obstacle à notre compréhension des pratiques expérimentales du milieu du xviiie siècle. L’instrument est un concept plus large que l’appareil ou artefact, conçu en vue d’une fin, auquel on réservait le terme de « machine ». L’instrument est plus proche de la notion aristotélicienne d’organon. Est instrument toute médiation pour l’accomplissement d’un projet, quelle que soit sa fonction. L’instrument n’est pas forcément maîtrisé. Bien que le feu soit l’instrument par excellence du chimiste, sa nature fait débat. Boerhaave qui considère le feu – ainsi que les trois autres éléments : air, terre, et eau – comme les instruments du chimiste, consacre un volume entier à la nature du feu et dans les années 1740 un concours de l’Académie soumet cette question aux candidats. C’est dire que l’instrument n’est pas une théorie matérialisée, comme le voulait Bachelard. C’est un moyen, un intermédiaire ou truchement pour opérer sur la nature, mais il ne relève pas nécessairement de l’artifice, encore moins de la ruse. L’instrument du chimiste brouille les catégories de nature et d’artifice. Rien pas même la loi d’attraction de Newton, ni les tables de rapports, ne distingue l’action d’une substance sur une autre de l’action du chimiste sur la nature. Les opérations de la nature et de l’art usent des mêmes instruments des mêmes procédés des mêmes agents. La nature elle-même est un laboratoire qui met à disposition du chimiste des moyens. Les substances naturelles sont autant d’instruments pour l’industrie humaine ou l’investigation de la nature, comme l’exprime Rousseau dans ses Institutions chymiques :

  • 8 Voir par exemple Rousseau Jean-Jacques, Institutions chymiques, Paris, Fayard, « Corpus des œuvres (...)

Ces diverses substances en vertu de leurs différents rapports devenant de véritables instruments entre les mains du chymiste pour séparer, réunir, combiner tous les corps simples, mixtes, ou composés qu’il veut soumettre à ses recherches, j’ai cru devoir les compter au nombre des instruments que l’industrie humaine a trouvé le moyen d’appliquer aux travaux de la chimie8.

10Le corps n’est pas un instrument d’exploration de la nature, pas plus que le thermomètre. Ce dernier est d’abord conçu comme un instrument manifestant les propriétés du feu, ou le baromètre comme manifestation de la pression. Les instruments donnent à voir, font du spectacle. Ils mettent en scène les phénomènes de la nature.

11Il importe donc de souligner que la valorisation du corps comme sujet épistémique s’inscrivait dans un cadre où l’homme et la nature formaient un tout, où la distinction entre sujet et objet n’était pas l’axe privilégié de la connaissance.

La distinction par le corps

12Quel est donc le rôle attribué au corps chez les chimistes du siècle des Lumières, avant la révolution lavoisienne ? Historiquement on constate que chaque fois que les chimistes mettent l’accent sur le rôle du corps dans la connaissance, c’est dans une situation polémique et pour affirmer leur identité face à d’autres modes de savoir. J’en donnerai deux exemples :

13Le premier remonte bien avant le xviiie siècle et concerne Paracelse, réputé fondateur de la chimie pharmaceutique. Comme l’a souligné John Christie, la rhétorique paracelsienne exalte le corps sujet de connaissance contre le livre, contre l’école, c’est-à-dire contre la médecine galénique dominante.

  • 9 Paracelse, Sämtliche Werke, Munich/Berlin, Éditions Sudhoff und Watthiesen, vol. 8, 1922-1933, p. (...)

Laissez-moi vous dire ceci : le moindre petit cheveu sur mon cou en sait plus que tous vos scribes ; et les boucles de mes chaussures sont plus savantes que vos Galien et Avicenne, et ma barbe a plus d’expérience que toutes vos grandes écoles9.

14Ces paroles, d’authenticité douteuse, sont néanmoins colportées par les disciples de Paracelse. Elles suggèrent que le savoir n’est pas localisé là où on l’attend et certainement pas dans les maisons destinées à produire ou trans-mettre du savoir. Le chimiste est d’abord un corps qui voyage, qui découvre le code de la nature avec ses pieds. Il est avant tout explorateur. Mais Paracelse va plus loin. Pour défier la culture du livre ou de l’école, il présente le corps comme un conservatoire de savoir. Pareil à une bibliothèque, il concentre, emmagasine et capitalise le savoir.

15Deuxième exemple, au milieu du xviiie siècle, le corps redevient un recours stratégique pour lutter contre le mécanisme triomphant. Dans l’article « chymie » de l’Encyclopédie, déjà cité plus haut, Venel exalte le corps en une sorte de manifeste anti-cartésien. Il ne s’agit plus cette fois d’une révolte contre le livre, mais contre l’intellect. L’épistémê des idées claires et distinctes telle qu’exprimée dans la célèbre méditation sur le morceau de cire n’admet comme sujet légitime de la connaissance des corps que l’entendement.

  • 10 Descartes, « Méditations métaphysiques », in Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiad (...)

Prenons comme exemple ce morceau de cire qui vient d’être tiré de la ruche : il n’a pas perdu la douceur du miel qu’il contenait, il retient quelque chose de l’odeur des fleurs dont il a été recueilli ; sa couleur, sa figure, sa grandeur sont apparentes ; il est dur, froid si on le touche, et si vous le frappez, il rend quelque son. Or quelle est cette cire, qui ne peut être conçue que par l’entendement ou l’esprit ? Certes c’est la même que je vois, que je touche, que j’imagine, et la même que je connaissais depuis le commencement. Mais ce qui est à remarquer, sa perception, ou bien l’action par laquelle on l’aperçoit, n’est point une vision, ni un attouchement, ni une imagination, et ne l’a jamais été, quoiqu’il semblât ainsi auparavant, mais seulement une inspection de l’esprit10.

16Descartes souligne donc le caractère superficiel et instable de l’approche sensorielle qui croit connaître en mobilisant tous les sens.

Or, ni l’odorat, ni le toucher, ni la vue, ne peuvent me donner une connaissance claire et distincte des choses matérielles. Seul l’entendement peut saisir ce qui demeure quand j’approche la cire du feu et qu’elle fond, l’essence invariante par changement d’état, c’est-à-dire l’étendue en longueur, largeur et profondeur.

17Cette métaphore constitue un véritable défi pour les chimistes car Descartes ne disqualifie pas seulement les sens pour la connaissance de la matière en général (ce qui relève aujourd’hui de la physique) mais aussi pour la connaissance de ce morceau de cire concret placé devant moi. Pour connaître clairement et distinctement la nature et la composition de ce morceau de cire singulier, il faut refouler les sens et procéder par inspection de l’esprit.

18Face à cette prétention à mieux connaître les choses matérielles par une approche intellectuelle que par une approche sensorielle, face à cette réduction de la matière à de l’étendue géométrique, Gabriel-François Venel proteste dans l’article « chymie » de l’Encyclopédie en exaltant les pouvoirs du corps.

19Loin d’être un signe de la perfection de la mécanique, la connaissance intellectuelle, l’abstraction et la mathématisation sont pour Venel un écran, un masque au réel. L’abstraction et les agents mécaniques sont des fictions, des apparences d’explication, qui satisfont l’esprit à peu de frais. Des vertus dormitives, en quelque sorte :

  • 11 Venel Gabriel-François, « Chymie », in Diderot D., D’Alembert J., Encyclopédie ou Dictionnaire rai (...)

Les chymistes ne s’honorent d’aucun agent mécanique et ils trouvent même fort singulier que la seule circonstance d’être éloigné d’un seul degré de la cause inconnue ait rendu les principes mécaniques si chers aux philosophes et leur ait fait rejeter toute théorie fondée immédiatement sur les causes cachées, comme si être vrai n’était autre chose qu’être intelligible, ou comme si un prétendu principe mécanique interposé entre un effet et la cause inconnue, les rassurait contre l’horreur de l’inintelligible11.

  • 12 La robe que portaient les médecins leur interdisait de faire des expériences dans les cours public (...)
  • 13 Venel Gabriel-François, « Chymie », op. cit., p. 421.
  • 14 Voir l’analyse fine de François Pépin, Philosophie expérimentale et chimie chez Diderot, Thèse de (...)

20Parce que le réel n’est pas forcément rationnel, parce que la nature est complexe, le travail du corps est indispensable. Venel proclame donc que le vrai chimiste doit mettre bas la robe et se salir les mains12. L’éducation des sens et l’acquisition d’un art sont nécessaires à l’investigation des principes de la nature. Le chimiste éclairé ne se contente pas de l’exercice immédiat des sens ; il doit allier à des connaissances générales acquises au contact des faits et des manipulations – comme la différence entre « agrégé » et « mixte » – le « pressentiment expérimental » acquis à force d’exercices répétés. Le vrai chimiste artiste dénonce donc l’arrogance des mécaniciens et de leur esprit géométrique. Il reconnaît qu’un art chimique ne pourra jamais être « réformé » ou « perfectionné » que par un artiste « qui aura acquis cette faculté de juger par sentiment qui s’appelle coup d’œil chez l’ouvrier, et que celui-ci doit à l’habitude de manier son sujet13 ». Ce jugement par sentiment – sorte de flair, de connaissance intime, familière, non verbale – est un thème essentiel dans la philosophie expérimentale promue par Diderot dans ses Pensées sur l’interprétation de la nature, parues en même temps que l’article de Venel14.

  • 15 Venel Gabriel-François, « Chymie », op. cit., p. 420.

21Afin de parvenir à la connaissance des principes qui composent les corps, le chimiste doit donc mobiliser toutes les ressources humaines. À la raison, il faut ajouter une passion et un art consommé acquis à force de patience et de dépenses. Venel demande au chimiste de « garder son thermomètre au bout des doigts et son horloge dans la tête » et juge un peu ridicules toutes les « mesures artificielles » qu’on voudrait substituer à la lecture experte des indices grossiers et sensibles15.

Corps en labeur

  • 16 Diderot Denis, Pensées sur l’interprétation de la nature, 1753, section 1.
  • 17 Ibid., sections 27 à 30.

22Le rôle du corps dans la connaissance chimique n’est pas seulement de sentir. Le corps est aussi une puissance de travail. Venel souligne la singularité de la chimie par la nécessité de subvertir la division sociale et intellectuelle entre le chimiste scientifique et le chimiste artisan. Il fait écho aux Pensées sur l’interprétation de la nature, où Diderot opposait deux catégories de philosophes : ceux « qui réfléchissent », ont beaucoup d’idées et peu d’instruments et ceux qui « se remuent » ont beaucoup d’instruments et peu d’idées16. Ces derniers « ont vu si souvent et de si près la nature dans ces opérations » qu’ils ont fini par acquérir « cet esprit de divination par lequel on subodore pour ainsi dire des procédés inconnus, des expériences nouvelles, des résultats ignorés ». En revanche, ceux qui réfléchissent mettent en œuvre les faits, tentent de les lier, « s’opiniâtrant à la solution de problèmes peut-être impossibles17 ».

23Pourquoi les sciences ont-elles fait si peu de progrès ? se demande Diderot. Et il répond « parce que les sciences abstraites ont occupé trop longtemps et avec trop peu de fruits les meilleurs esprits », tandis que les « manouvriers de l’expérience », les philosophes ouvriers qui peinent toute leur vie pour sonder la nature, passent souvent à côté des découvertes. Aussi Diderot appelle-t-il de ses vœux la formation d’une « ligue philosophique » entre les deux catégories de philosophes.

24À quelle catégorie de philosophe appartient le chimiste ? Il est clair que les chimistes qui inventèrent ce lieu que l’on nomme « laboratoire » fournissent le modèle du philosophe qui se remue, s’agite et « labore » pour interpréter la nature. S’il existe un trait permanent dans l’histoire de la chimie, c’est bien l’existence du laboratoire. Le chimiste est un travailleur manuel, alors même qu’il évolue dans un laboratoire empli d’instruments de physique.

  • 18 Holmes Frederic L., Antoine-Laurent Lavoisier. The Next Crucial Year, Princeton, Princeton Univers (...)
  • 19 Lavoisier Antoine-Laurent, Traité élémentaire de chimie, Paris, 1789 ; réédition Jacques Gabay, 19 (...)

25Cette configuration du corps au travail fut-elle effacée par le développement d’une chimie quantitative et instrumentale ? Certes Lavoisier, qui avait débuté la recherche par des excursions géologiques en compagnie de Jean-Étienne Guettard dans l’Est de la France, s’est vite fatigué des voyages. Aux aléas du travail de terrain, il préféra le confort d’un laboratoire bien équipé, et même à demeure à partir du moment où il s’est installé à l’Arsenal en 1774. Le laboratoire de Lavoisier est plein d’instruments : balances, thermomètres, baromètres, gazomètres, hydromètres ; est-il pour autant un lieu où les expériences de chimie ne fatiguent plus le corps ? Certes, Lavoisier prétend, dans le discours préliminaire au Traité élémentaire de chimie, être en mesure de former un chimiste en peu de temps, grâce à une langue bien faite, en procédant du connu à l’inconnu. Mais cela ne supprime pas le travail de production et de stabilisation des faits que l’analyse doit combiner. Le recours aux instruments n’allège pas la tâche. Il faut tout un travail d’éducation aux manipulations d’appareils de mesure extrêmement sensibles que requiert le culte de la précision. Comme l’a montré l’étude de Frederic L. Holmes sur les cahiers de laboratoire de 1773, Lavoisier a beaucoup peiné, fait beaucoup d’essais et d’erreurs, avant de parvenir à conclure quelque chose de ses bilans gravimétriques18. Dans la troisième partie du Traité élémentaire, consacrée à la « description des appareils et des opérations manuelles de la chimie », Lavoisier souligne : i) qu’un livre ne remplacera jamais les manipulations en laboratoire ; ii) qu’il faut plusieurs balances et que la manipulation des balances permettant d’atteindre le degré de précision requis pour la recherche est extrêmement délicate – « mais ce n’est pas assez d’avoir d’excellentes balances, il faut les connaître, les avoir étudiées, savoir s’en servir, et l’on n’y parvient qu’après un long usage et beaucoup d’attention19 ». Là où le coup d’œil d’un artiste suffisait, le chimiste expérimenté doit répéter des pesées à longueur de journée, attendre entre chacune que le fléau revienne à l’équilibre, etc. ; iii) aux lenteurs des manipulations s’ajoute toute une gymnastique arithmétique avec de longs calculs fastidieux pour estimer les résultats, évaluer les erreurs, jongler avec les unités de mesure ; iv) la balance toute seule ne prouve rien. Un instrument de mesure en appelle un autre et chacun exige un apprentissage, des étalonnages, des manipulations délicates. Lavoisier reconnaît le coût financier autant qu’énergétique de la chimie moderne. Ainsi à propos du gazomètre conclut-il :

  • 20 Ibid., p. 359-60.

C’est un instrument précieux par le grand nombre des applications qu’on en peut faire, et parce qu’il est des expériences à peu près impossibles sans lui. Ce qui le renchérit, c’est qu’un seul ne suffit pas, il le faut double dans un grand nombre de cas, comme dans la formation de l’eau, dans celle de l’acide nitreux, etc. C’est un effet inévitable de l’état de perfection dont la chimie commence à s’approcher, que d’exiger des instruments et des appareils dispendieux et compliqués ; il faut s’attacher sans doute à les simplifier, mais il ne faut jamais que ce soit aux dépens de leur commodité et surtout de leur exactitude20.

  • 21 Lavoisier Antoine-Laurent, Œuvres, t. 2, Paris, Imprimerie impériale, 1864, p. 120.

26Lavoisier n’ignore pas le coût de la précision qu’il valorise plus que tout. Il l’ignore si peu qu’il recommande à tout propos des instruments plus commodes et moins dispendieux pour les usages du commerce ou de l’industrie. v) Enfin, malgré la rhétorique très codifiée des récits d’expérience dans les mémoires académiques, il arrive que Lavoisier confesse les fatigues et labeurs de l’expérimentateur. S’il déclare que seuls les poids et mesures peuvent donner accès à la nature des substances, il ajoute aussitôt que cela exige de la vigueur, que les expériences sont longues et difficiles, si pénibles qu’il renonce parfois à mener jusqu’au bout une campagne d’expériences en vue de tester une hypothèse. Ainsi, par exemple, à la fin du mémoire sur la calcination de l’étain, Lavoisier déclare qu’il manque de courage pour poursuivre l’investigation21.

  • 22 Ibid., p. 698-699.

27Loin donc de dispenser du travail physique, la pratique instrumentale oblige le corps à de nouvelles fatigues, à de nouveaux apprentissages, comme à une nouvelle économie de la recherche. Même si l’habitude permet d’acquérir des automatismes, des réflexes, le corps de l’expérimentateur ne peut jamais agir comme une machine. Les pratiques instrumentales développées à la fin du xviiie siècle, en particulier dans le laboratoire de Lavoisier, n’ont pas produit d’effet de rupture : le corps participe toujours à l’aventure chimique. La seule différence est que le corps de l’expérimentateur lui-même devient objet de recherche. On connaît le fameux sépia de Marie-Anne Lavoisier représentant le laboratoire de Lavoisier lors des expériences de physiologie. Armand Seguin, collaborateur de Lavoisier, et co-signataire du mémoire sur la respiration, est pris comme cobaye pour étudier la dépense en oxygène d’un travail quelconque. Ce mémoire est celui-là même où Lavoisier et Seguin se laissent aller à des visions ergonomiques en suggérant d’établir une sorte d’unité de mesure de tout travail animal. Ils envisagent la possibilité d’évaluer à combien de livres en poids répondent les efforts d’un homme qui récite un discours, d’un musicien qui joue d’un instrument. On pourrait même évaluer ce qu’il y a de mécanique dans le travail du philosophe qui réfléchit, de l’homme de lettres qui écrit, du musicien qui compose22.

28En conclusion, l’essor de la culture de précision dans les laboratoires de chimie à la fin du xviiie siècle ne correspond pas vraiment à un refoulement du corps mais plutôt à un déplacement des fonctions mobilisées. Les fonctions sensorielles de connaissance sont certes disqualifiées au profit des instruments, mais le corps reste au travail. La connaissance chimique s’acquiert au prix d’un labeur. La chimie instrumentale et quantitative qui émerge au tournant du xixe siècle n’a pas profondément ébranlé la conception traditionnelle du laboratoire comme un lieu de travail pénible, fatigant, coûteux. Mieux, elle transforme ce travail nécessaire à la production du savoir en objet d’investigation. Loin d’être considéré comme un élément d’imperfection, un résidu opaque d’irrationalité dans les sciences de la nature, le travail du corps et tout le savoir tacite qu’il enveloppe deviennent eux-mêmes objets de savoir et doivent être évalués à l’aide d’une balance.

Notes

1 Guyton de Morveau, Lavoisier, Berthollet, Fourcroy, Méthode de nomenclature chimique, Paris, Éditions du Seuil, 1994.

2 Roberts Lissa, « The death of the sensuous chemist : The new chemistry and the transformation of sensuous technology », in Studies in the History and Philosophy of Science, n° 26, 4, 1995, p. 503-529. Voir aussi l’ouvrage de Riskin Jessica, Science in the age of Sensibility. The Sentimal Empiricists of the French Enlightenment, University of Chicago Press, 2002 ; sur la langue analytique voir le chapitre 7.

3 Sur les usages de la balance chez Lavoisier voir Bensaude-Vincent Bernadette, « Between chemistry and politics : Lavoisier and the Balance », in Eighteenth-cen-tury, Essays and Interpretation, n° 33, 1992, p. 217-237.

4 Golinski Jan, Science as Public Culture. Chemistry and Enlightenment in Britain, 1760-1820, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

5 Sur la culture de la précision à l’Académie royale des sciences de Paris à la fin du XVIIIe siècle voir, Christian Licoppe, La Formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La Découverte, 1996.

6 Meyerson Émile, « Le sens commun et la quantité », in Essais, Paris, Vrin, 1936, p. 18.

7 Boerhaave Hermann, Éléments de chymie, Paris, Allamant, t. 1, 1754, p. 267.

8 Voir par exemple Rousseau Jean-Jacques, Institutions chymiques, Paris, Fayard, « Corpus des œuvres philosophiques en langue française », 1999, p. 276.

9 Paracelse, Sämtliche Werke, Munich/Berlin, Éditions Sudhoff und Watthiesen, vol. 8, 1922-1933, p. 65.

10 Descartes, « Méditations métaphysiques », in Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1953, p. 279-281.

11 Venel Gabriel-François, « Chymie », in Diderot D., D’Alembert J., Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 3, 1753, p. 408-437, citation p. 415.

12 La robe que portaient les médecins leur interdisait de faire des expériences dans les cours publics et privés de chimie. C’est pourquoi les médecins professeurs de chimie faisaient alliance avec un pharmacien pour réaliser les démonstrations qui accompagnaient leurs discours. Voir Lehman Christine, Gabriel-François Venel : le chimiste à travers ses cours et ses recherches, Thèse de l’Université Paris 10, 2007.

13 Venel Gabriel-François, « Chymie », op. cit., p. 421.

14 Voir l’analyse fine de François Pépin, Philosophie expérimentale et chimie chez Diderot, Thèse de l’Université Paris 10, 2007, p. 274-307.

15 Venel Gabriel-François, « Chymie », op. cit., p. 420.

16 Diderot Denis, Pensées sur l’interprétation de la nature, 1753, section 1.

17 Ibid., sections 27 à 30.

18 Holmes Frederic L., Antoine-Laurent Lavoisier. The Next Crucial Year, Princeton, Princeton University Press, 1998. Sur les tentatives de Lavoisier pour mettre au point un hydromètre, voir Bensaude-Vincent Bernadette, « The Chemists’ Balance for Fluids : Hydrometers and their Multiple Identities, 1770-1810 », in Holmes Frederic L., Levere Trevor H. (éds.), Instruments and Experiments in the History of Chemistry, Cambridge, MIT Press, 2000, p. 153-183.

19 Lavoisier Antoine-Laurent, Traité élémentaire de chimie, Paris, 1789 ; réédition Jacques Gabay, 1992, p. 335.

20 Ibid., p. 359-60.

21 Lavoisier Antoine-Laurent, Œuvres, t. 2, Paris, Imprimerie impériale, 1864, p. 120.

22 Ibid., p. 698-699.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540