Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matière à penser

 | 
Bernadette Bensaude-Vincent

Première partie : Entre science et art

Chimique ou naturel ?

Texte intégral

1Ce chapitre reprend le texte d’une conférence donnée devant l’Union des Industries Chimiques en novembre 2004.

2Chimique ou naturel ; ce « ou » disjonctif suggère une véritable alternative. Pour bien des consommateurs qui veulent des remèdes ou des aliments « naturels », la chimie est l’autre de la nature. Son extérieur, voire son antithèse. Comment peut-on dire d’une science de la nature qu’elle est dans un rapport d’exclusion avec son objet. Comment en est-on arrivé là ?

3D’abord, il faut bien reconnaître que la démarcation entre chimique et naturel n’est pas fondée puisque « tout est chimique » dans la nature. Que la vie reposant sur des réactions chimiques, l’opposition du biologique au chimique ne se justifie pas. De même, pour un chimiste, l’association courante entre nature et pureté est un vrai scandale, puisqu’il faut beaucoup de chimie pour atteindre un état de pureté acceptable. Les produits naturels sont toujours impurs, mélangés d’ingrédients extérieurs, non contrôlés ; ils sont donc moins fiables et donc potentiellement plus dangereux que les produits de synthèse.

4Mais ces arguments rationnels répétés à satiété ne peuvent rien contre les attitudes du public dans la mesure où ils ne s’attaquent pas à la racine du problème. Car les sciences en général et la chimie en particulier ne procèdent pas d’une « raison pure ». Elles participent d’une culture et d’une société dont dépend leur légitimité. La chimie n’est pas seulement la source de denrées matérielles innombrables, elle est créatrice de valeurs fortes qui l’ont façonnée dans un rapport de tension et de concurrence avec d’autres valeurs de notre civilisation. L’identification de la chimie avec l’artifice n’est pas une croyance irrationnelle d’un public ignorant. C’est le résultat d’une alliance très ancienne, qui est la source d’une forte ambivalence dans les valeurs qui s’attachent aux produits de la chimie.

5Au lieu de repousser avec mépris la disjonction courante entre chimique et naturel, cherchons à repérer sur quoi elle se fonde. C’est en allant jusqu’aux racines du problème qu’on peut espérer inventer une solution, ou à tout le moins mieux gérer l’héritage de ce long passé tumultueux qui reste inscrit dans la mémoire de notre culture.

6Lorsque je parle de la chimie, j’entends aussi bien la science que l’industrie. À mes yeux, il n’y a pas de distinction fondamentale quant au problème de l’alternative chimique ou naturel. En effet, ce qui distingue la chimie parmi toutes les sciences de la nature c’est qu’elle est un art, au sens fort, où elle produit des artifices. C’est en créant des artifices, en laboratoire, qu’elle explore la nature. Ce choix épistémologique qui oriente indéniablement la connaissance chimique vers le comment plutôt que vers le pourquoi, vers les procédés et leurs protocoles plutôt que vers l’être intime des choses, semble motivé par la conviction que nous ne pouvons connaître rationnellement que ce nous avons créé ou engendré. Or une telle conviction implique un engagement de la part des chimistes sur le statut des artifices. Non seulement, ils assument implicitement une certaine vision des rapports entre la nature et l’artifice qui les place en position d’imitateur, ou de rival, de continuateur ou de redresseur de la nature, mais ils ont la possibilité de reconfigurer ces rapports, de susciter l’harmonie ou le conflit, la protection ou la guerre avec la nature.

Un lieu de transgressions

7La première leçon à retenir du passé est que la chimie est un lieu de transgression. Elle transgresse le grand partage entre nature et artifice. C’est la raison pour laquelle les alchimistes ont eu des ennuis. La raison est essentiellement théorique :

  • 1 Aristote, Physique II, 193b.

8Au-delà des soupçons de charlatanerie, la condamnation plus sérieuse de l’art alchimique repose sur la lecture d’Aristote. On sait que pour Aristote l’art imite la nature, l’analogie entre les deux se fondant sur le rôle de cause finale. Mais les êtres de nature ont en eux-mêmes un principe interne de mouvement et de repos. Tandis que le produit de l’art – lit, manteau – ne possède aucune tendance au changement. « Un homme naît d’un homme, mais, objecte-t-on, non un lit d’un lit1. » La différence est radicale, elle est de nature ontologique. Car l’art ne peut pas créer une essence, une forme substantielle. Dès lors l’alchimiste est soit un charlatan, soit un sorcier.

9La fabrication d’artifices relève soit de la duperie, soit de la magie. C’est pourquoi l’alchimie qui fut au Moyen Âge une entreprise expérimentale et artisanale n’a jamais été admise parmi les arts libéraux enseignés à l’université. À la fin du xiiie siècle, l’alchimie est condamnée par les dominicains et en 1317 une bulle du pape Jean XXII dénonce l’alchimie contre une contre-façon au terme d’une dispute entre pro et contra ; puis en 1396 l’Inquisition condamne à son tour les alchimistes. On voit donc qu’au Moyen Âge le débat suscité par les alchimistes met en scène quelques-uns des arguments qu’on retrouve aujourd’hui : l’artifice est contre-nature, il s’oppose à l’ordre de la création, à la distribution des espèces et trahit l’arrogance de l’homme qui veut s’égaler à dieu.

10Mais les alchimistes ne se laissent pas faire. Ils ripostent sur deux tableaux : D’une part, au moyen des expériences, ils s’efforcent de montrer la possibilité d’artifice en mettant au point un certain nombre de tests prouvant l’authenticité de l’or produit dans leur coupelle (coupellation et cémentation). Plus tard ils mettent au point la méthode d’union et désunion, analyse et synthèse, afin de prouver que le produit fabriqué dans leurs fioles et fourneaux est identique au produit extrait de la nature.

11D’autre part, les alchimistes ont aussi recours à des arguments. En particulier le livre d’Hermès (première moitié du xiiie siècle) démontre la supériorité des productions humaines. Il ne dénie pas que l’art imite la nature mais dans certains cas il est plus efficace et inférieur. Non seulement « le feu de la foudre naturelle et le feu allumé à l’aide d’un silex sont le même feu… le sel vert, le vitriol et le sel ammoniac sont aussi bien naturels qu’artificiels. Mais les artificiels sont meilleurs que les naturels et quiconque connaît les minéraux ne me contredira pas sur ce point. L’arbre sauvage naturel et l’arbre artificiellement greffé sont tous deux des arbres. Ce n’est pas l’art qui fait toutes ces choses, il aide plutôt la nature à les faire. C’est pourquoi l’assistance de l’art n’altère pas la nature des choses ». Ainsi les travaux humains peuvent être à la fois naturels, eu égard à l’essence, et artificiels eu égard au mode de production. Bien avant Francis Bacon et Descartes, les alchimistes ont exalté l’idée du pouvoir de l’homme sur la nature. Depuis le Moyen Âge, ils n’ont cessé de se battre pour la dignité de l’artifice, c’est-à-dire plus généralement de la technique. Et c’est l’une des contributions majeures de la chimie à notre culture. Mais le revers de la médaille, c’est la figure de la transgression qui leur colle à la peau.

Aspirations faustiennes

  • 2 Newman William R., Promethean Ambitions. Alchemy and the Art-Nature Debate, Chicago University Pre (...)
  • 3 On sait que Goethe était profondément instruit d’alchimie comme de chimie. Le personnage de Franke (...)

12Il faut dire que nombreux furent les chimistes aux ambitions prométhéennes qui proclamèrent la possibilité de surpasser la nature, d’égaler le créateur, voire de créer de la vie. Donner vie à un morceau de matière inanimée dans une fiole est un espoir tenace chez les chimistes. C’est ainsi par exemple que Paracelse, jugeant les rapports sexuels indignes des humains, voulut fabriquer un homonculus en faisant putréfier du sperme dans du fumier de cheval pendant quarante jours2. Le fantasme de l’homoncule est repris au xixe siècle par Goethe dans Faust. Le mythe de Faust, savant qui signe un pacte avec le diable prend racine dans un personnage historique, un certain Johann Faust, alchimiste et astrologue, qui vécut au début du xvie siècle et se vantait de ses exploits en magie noire et nécromancie. La fabrication de l’homoncule inspire aussi Mary Shelley dans Frankenstein ou le Prométhée moderne3. Deux œuvres à grand succès, maintes fois reprises, revues, réinterprétées dont l’impact culturel reste considérable. Les chimistes ont longtemps caressé le projet de faire de la vie artificielle et ces projets – toujours controversés – semblaient animés par une volonté de prouver la puissance de la chimie.

  • 4 Berthelot Marcellin, La Synthèse chimique, Paris, Félix Alcan, 1897, p. 271.
  • 5 Si elle fit événement ce n’est pas parce qu’elle détruisait la croyance en la force vitale, mais p (...)

13Alors même qu’ils semblaient avoir renoncé à créer la vie artificielle, les chimistes du xixe siècle n’ont pas perdu tout espoir de rivaliser avec la nature. Ainsi Marcellin Berthelot reconnaît certes que « jamais le chimiste ne prétendra former dans son laboratoire une feuille, un fruit, un muscle, un organe4 ». Son ambition la plus haute, dit-il, est la synthèse des principes immédiats (éthylène, acétylène, etc.), non celle des plantes ou des animaux. Mais cela ne l’empêche pas de proclamer avec d’autres chimistes de son époque que la synthèse de produits jusqu’ici fabriqués par le vivant détruit la croyance en la force vitale. William Hofmann et Hermann Kolbe, qui tous deux se sont illustrés par de remarquables synthèses, ont propagé cette légende tenace que la synthèse de l’urée accomplie par Friedrich Wöhler en 1828 aurait détruit la force vitale. Or cette synthèse effectuée à partir du cyanate d’ammonium et non à partir des éléments n’était pas une synthèse totale au sens de Berthelot et ne prouvait rien5. Seule une synthèse totale à partir des éléments aurait pu à la rigueur remettre en cause la croyance en la force vitale.

  • 6 Ce n’est sans doute pas un hasard si Berthelot fut l’un des protagonistes de la controverse sur la (...)

14Mais l’enjeu est clair. Les chimistes du xixe siècle voulaient forcer la barrière entre l’inerte et le vivant, étendre le territoire et la puissance d’action du chimiste à la physiologie animale et végétale. Si l’on admet que les substances renfermées dans les êtres vivants relèvent des mêmes éléments et des mêmes lois que la chimie minérale, alors le chimiste peut occuper le territoire de la physiologie animale et végétale. Il est parfaitement légitime de parler de « chimie appliquée » à l’agriculture, à la physiologie, à la médecine, etc. Derrière les nombreuses controverses du xixe siècle au sujet de la fermentation, de la génération spontanée, etc., pointe toujours la question de la puissance et de l’extension du règne de la chimie. La chimie fut perçue tout au long du xixe siècle comme une science réductionniste et animée d’une volonté de puissance. Elle semblait véhiculer le matérialisme et l’athéisme. Tandis que l’histoire naturelle se prêtait à l’exaltation des desseins de Dieu dans la création et pouvait nourrir la théologie naturelle, la chimie semblait menacer les valeurs spirituelles et la religion6.

15Transgression de la frontière entre le naturel et l’artifice par les alchimistes médiévaux, transgression de la frontière entre l’inerte et le vivant par les chimistes du xixe siècle : décidément la chimie défie les grands partages et semble cultiver les chemins de traverse qui franchissent les barrières et repères de la civilisation.

Noblesse du factice

16Science rebelle, un peu sauvage, la chimie transgresse aussi le partage entre nature et société. C’est-à-dire qu’elle mêle les ressources de la nature avec une logique économique, de compétition, à l’œuvre dans les sociétés industrielles modernes. C’est au xviiie siècle que les chimistes ont commencé à substituer aux produits extraits de la nature des produits fabriqués par eux que l’on nommait alors factices. Le terme se répand en même temps que le passage de la fabrication artisanale à la fabrication industrielle avec l’introduction des procédés de fabrication en continu dans les manufactures chimiques. La distinction se justifie plutôt par rapport aux procédés de fabrication que par rapport aux produits, car entre la soude factice et la soude naturelle, la seule différence est que l’une est fabriquée à partir de végétaux, l’autre à partir de sel de mer et d’acide sulfurique.

17Or les produits factices qui sortent des manufactures où l’on fabrique en continu changent fondamentalement le rapport à la nature. D’abord les manufactures qui produisent en masse bouleversent le paysage et polluent l’atmosphère. De plus, ces produits factices sont souvent inventés pour diminuer la dépendance à l’égard d’un fournisseur en matière première, permettent de s’émanciper à l’égard de la distribution géographique des ressources naturelles, du pouvoir des localités.

18Autant que la nature, les produits factices changent profondément la société dans la mesure où ils permettent de réduire les coûts de production ainsi que la main-d’œuvre, et de travailler dans de meilleures conditions de sécurité que dans la production par étapes. C’est pourquoi les produits factices ou substituts mis sur le marché par les chimistes à partir du xviiie siècle ne sont pas perçus comme des faux. Rien ne laisse soupçonner une volonté de tromper. Ils sont traités comme des suppléants, palliatifs aux carences de la nature ou du marché, comme des produits activement recherchés. Leur fabrication est encouragée par des concours de l’Académie car elle répond à une volonté politique de s’affranchir des contraintes et aléas de l’approvisionnement, des taxes douanières, etc.

19La chimie est la science qui proclame la dignité et la noblesse du factice. On oublie trop souvent qu’il a fallu opérer une véritable « transmutation des valeurs » pour que les substituts des produits extraits de la nature soient considérés comme autre chose que des palliatifs temporaires, des ersatz. Les vigoureuses campagnes de marketing qui ont accompagné l’essor des poly-mères synthétiques au xxe siècle ont créé plus qu’un marché, une culture nouvelle qu’on appelle « l’âge des plastics ».

20« Better things for better living… through chemistry » ce slogan lancé par Du Pont visait au départ à contrecarrer les images associant la chimie à la mort à cause des productions de guerre. Mais il va beaucoup plus loin en créant l’image de la chimie comme un art de vivre, fondé sur la prospérité matérielle. La chimie est parée de mille vertus : elle répand l’abondance de biens dans toutes les couches de la société, elle fournit du travail en période de crise, elle garantit la santé avec des produits purs standards, sans surprise ; elle économie les ressources naturelles, etc.

  • 7 Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2000.

21L’un des secrets de la réussite fut le choix du mot « plastique ». Car le fait que les polymères synthétiques autorisent une grande variété de formes, et se prêtent à toutes sortes d’usages comme de goûts était au départ (à l’époque de la bakélite) un signe de leur infériorité. Leur « adaptabilité protéenne » jointe à leur faible densité, leur faible coût de revient et leur faible durée de vie étaient des signes de faiblesse. Or tous ces caractères deviennent en quelques décennies des signes positifs. Les polymères synthétiques se prêtent à multiples fonctions, s’adaptent à tous les besoins, se présentent comme des serviteurs zélés de la ménagère. Ces caractères utilisés et exploités par des artistes, architectes, designers ou couturiers, ont pu créer une nouvelle ligne esthétique jouant sur les formes courbes et des lignes aériennes. Ainsi les plastiques ont-ils acquis une dignité culturelle. La plasticité est devenue une valeur culturelle et désigne l’aptitude à la déformation suivant l’ordre des désirs ou de la société. Dès lors, loin de se dissimuler dans les tons pastel, ils se répandent en couleurs vives, brillantes et tapageuses ; loin de chercher à se faire passer pour naturels, ils affichent leur artificialité avec un rien d’insolence. Avec cette insoutenable légèreté qui fait de leur être une presque virtualité, les plastiques deviennent un modèle à suivre et imiter. Flexibilité, légèreté, disponibilité, et même l’impermanence sont tenues pour des qualités non seulement des matériaux mais des humains qui s’entourent de ces matériaux. Le terme plastic fonctionne comme un code qui déclenche toute une série d’associations sur la culture américaine. « Plastic man », l’individu souriant, léger, flexible, indéfiniment changeant, adaptable à toutes les situations est un « type » social caractéristique d’un « nouvel esprit du capitalisme7 », le modèle dans une société néo-libérale qui valorise la flexibilité.

22Ainsi la chimie des plastiques a-t-elle concouru à l’émergence d’une valorisation culturelle de l’artificiel. Disparues les connotations de tromperie, ou falsification qui éveillaient les soupçons de charlatanerie. L’artificiel est beaucoup plus qu’un palliatif de la nature, pâle imitation ou substitut économique des matériaux offerts par la nature. L’artificiel a supplanté le naturel et redéfini notre rapport au monde. Le plastic exprime une foi dans la capacité des techniques à transmuter les imperfections de la nature pour atteindre la perfection d’un monde de rêve. Leur but semble moins d’améliorer la nature que de créer un monde de rêve, utopique, un Disney World, un monde refuge sourd et aveugle aux bruits et grincements issus de la nature.

En guerre contre la nature

23D’où l’inévitable retour du bâton. La perfection du monde de rêve que promeut la chimie se retourne en cauchemar. L’image du paradis artificiel devient une figure diabolique du mal. Au moment même où triomphe la civilisation du plastic et la société de consommation, la chimie est attaquée de front par les défenseurs de la nature.

  • 8 Carson Rachel, Silent Spring, New York, 1962 (Le Printemps silencieux, Paris, Plon, 1963).

24En 1962, Rachel Carson, une scientifique américaine spécialiste de biologie marine, publie Silent Spring8, après plusieurs tentatives infructueuses pour signaler sous forme d’articles les dégâts causés par le DDT, elle eut recours au genre « les merveilles de la nature ». Elle mobilise les ressources de la littérature populaire. Le livre se présente comme une fiction futuriste en forme de fable qui délivre une leçon de morale. Une vision riante très bucolique est mise en contraste avec une vision d’apocalypse, comme si les « plaies » d’Égypte c’est-à-dire une calamité surnaturelle s’abattait sur la ville. Le nuage de DDT apparaît comme une force aveugle qui détruit tout signe de vie sur son passage. Plus d’insectes, plus d’oiseaux, plus d’harmonie. Le message est clair. La chimie tue, elle élimine toute trace de vie. La force du livre tient à l’utilisation consciente des mythes mêlés avec des informations réalistes glanées dans les pages des journaux sur les dégâts causés à la nature par les organochlorés. C’est donc une fiction qui s’appuie sur des faits connus du public mais grossis par un effet d’accumulation. De plus, la puissance de mort du nuage de DDT réactive les souvenirs de la guerre des gaz. Mais la thèse de Carson est claire : si la chimie aboutit à cette vision d’apocalypse c’est parce qu’elle est en lutte contre la nature, au lieu d’être à son écoute.

25Et l’ampleur des réactions que suscita Silent Spring montre à quel point la fable et le mythe sont de puissants moyens d’action économique et politique. Tantôt adulée, tantôt traitée d’hystérique, Rachel Carson devint une célébrité. La National Agricultural Chemical Association a dépensé un quart de million de dollars pour discréditer le livre dans les journaux et à la télévision. Une firme chimique publia également une parodie décrivant un monde sans pesticide, monde désolé, peuplé d’hommes affamés, et souffrant mille douleurs. Ces ripostes hyperboliques eurent pour effet principal d’assurer une publicité formidable à ce livre. Au point qu’il est aujourd’hui considéré comme un tournant historique car le mouvement d’opinion qu’il suscita fut suivi de mesures politiques : le Président Kennedy demande une enquête qui conduit en 1970 à la création d’une agence pour la protection de l’environnement (Environmental Protection Agency) et à l’interdiction du DDT en 1972. Les Nations Unies organisent en 1972 la première Conference on the Human Environment à Stockholm qui souligne publiquement l’urgence de maintenir la capacité de la terre à produire des ressources renouvelables et instaure une politique de l’environnement. C’est pourquoi Silent Spring est aujourd’hui considéré comme l’acte fondateur de l’écologie environnementale.

  • 9 Boulding, K.E., « The economics of the coming spaceship earth », in Environment Quality in a Growi (...)

26Cet épisode est important car il souligne la solidarité entre l’essor d’une pensée écologique et la diabolisation de la chimie. Le mécanisme de rejet se renforce quand le danger annoncé par Carson à propos des pesticides est étendu à l’ensemble de l’économie de consommation et de gaspillage des ressources, quand de la préservation de la vie sur terre on est passé à la préservation de la planète elle-même. Dès lors, la chimie avec ses produits de grande consommation à base de pétrole apparaît sous la figure du prédateur qui ne tient pas compte de la nature. Le mouvement d’écologie industrielle instruisant le procès de l’économie cow boy, qui exploite les ressources sans égard pour ce qui reste derrière elle, cible précisément toutes les productions chimiques qui produisent en masse des produits éphémères démultipliant les flux matériels et les prélèvements d’énergie comme de matière sur la planète9. À force d’accumuler des produits et des déchets nettement visibles et partout présents, la chimie se trouve, à nouveau, responsable de méfaits sur l’environnement et une nouvelle fois désignée comme ennemie de la nature.

27On voit donc que la dichotomie « chimique ou naturel » avec toutes les connotations qu’elle véhicule – poison, souillure, nuisance et ravage – ne procède pas de l’ignorance ou de la crédulité d’un public ignare et assez ingrat pour rester aveugle à tout ce qu’il doit à la chimie. Elle repose sur un trait historique de l’industrie chimique, à savoir son développement dans le contexte d’une économie visant la production de masse et la société de consommation. C’est l’administration massive de gaz ou de pesticides qui associa la chimie à une puissance aveugle, brutale et stupide. C’est la consommation en masse de produits jetables qui associa la chimie à l’immoralité, aux notions de vanité, de superficialité, et d’inauthenticité. Et la question doit être débattue en référence à ce contexte historique et culturel global, plutôt qu’à coup de slogans ou de propagande. Le temps des croisades où les compagnies chimiques redoraient leur blason en finançant des campagnes publicitaires est révolu.

À l’école de la nature

28Pour renverser cette image diabolique, on a fait longtemps confiance aux campagnes de marketing, mais n’est-il pas plus raisonnable de changer la réalité des systèmes de production et des produits ? Deux voies semblent se préciser dans les pratiques de la synthèse depuis la fin du xxe siècle qui reportent l’attention des chimistes vers la nature, plus précisément vers le vivant. Tout se passe comme si, en cultivant l’artifice, la chimie redécouvrait que son modèle se trouve dans la nature. À l’ambition de rivaliser avec la nature succède une attitude beaucoup plus modeste de devenir l’élève qui apprend son métier à l’école de la nature. La nature vivante nous apprend le recyclage des déchets. Pour que la chimie entre pour de bon – et non à reculons – dans l’ère du développement durable, il est indispensable d’intégrer dans la conception même des produits la question de leur devenir après usage, de leur recyclage. Le fameux principe « du berceau à la tombe » mis en application dans plusieurs secteurs chimiques, exige une véritable mutation des modes de pensée et de conception, tant il est vrai que les connaissances sur les divers matériaux en usage dans notre environnement ont été élaborées dans le cadre d’une « chimie réductionniste » alors que le problème exige le recours à un mode de pensée systémique. Pour évaluer le cycle de vie des substances, il faut rassembler toutes les données possibles concernant la toxicologie des matériaux du passé et mobiliser toutes les ressources de l’expérience comme de la simulation pour se faire une idée de leurs impacts sur la santé et l’environnement. Mais force est d’avouer qu’en dépit des efforts déployés, c’est une nouvelle culture de la chimie qui est à développer.

29Un autre changement manifeste dans la production des objets les plus communs issus des industries chimiques réside dans le « sur-mesure ». Au lieu de viser la production en masse des matériaux standards et polyvalents (celle qui permit l’invasion des produits chimiques dans notre environnement), on cherche à réaliser un matériau singulier adapté à une application bien précise. Paradoxalement, c’est en poussant à l’extrême la logique de l’artifice et de la transgression que les chimistes retrouvent la nature.

  • 10 Voir Bensaude-Vincent Bernadette, Éloge du mixte. Matériaux nouveaux et philosophie ancienne, Pari (...)

30À l’époque des grands programmes nucléaires et spatiaux, où l’argent coulait à flots, il fut demandé aux chimistes d’inventer des matériaux inouïs : légers et tenaces, résistants en température comme à la corrosion, etc. Les composites qui sortirent de leur imagination sont légers comme le plastique, tenaces comme l’acier, rigides comme les céramiques. Rien de plus artificiel, à première vue, que ces étranges composites. Bien qu’ils nous soient devenus familiers depuis qu’on a fait de certains des produits de consommation courante, ils sont pareils à des animaux fantasmagoriques associant deux espèces, chien et lion, chèvre et loup. Parce qu’ils réunissent souvent dans une même structure le minéral et l’organique, les composites semblaient atteindre le comble de la transgression des grands partages de la nature. Chassez le naturel, il revient au galop. Les matériaux chimères, anisotropes, qui présentent des propriétés extraordinaires, ressemblent plus aux matériaux que la nature met à notre disposition que les substances pures, homogènes et de composition stable produites dans les laboratoires et les usines. Dans le monde du vivant le composite est la règle et la pureté l’exception. Les matériaux du vivant sont le produit d’une évolution aveugle qui ne redoute pas les impuretés, les défauts, les mélanges compliqués, un peu baroques. C’est pourquoi la culture du composite a soudainement rapproché le synthétique et le naturel. Tout comme le vivant fabrique un tissu ou un muscle adapté à de multiples fonctions dans un environnement bien précis, les artefacts chimiques, la recherche de « matériaux sur mesure » ou « by design » conduisent à produire des matériaux avec une géométrie propre à une pièce particulière en fonction des efforts à fournir et des conditions d’utilisation10.

31Aux produits bon marché qui permirent à l’industrie chimique du début du xxe siècle de formidables économies d’échelle succèdent des produits chers et plus rares à forte valeur ajoutée. Chaque matériau est unique, singulier, voisin d’une œuvre d’art. C’est dans ce cadre qu’est systématisée une logique de conception qui procède de la fonction aux propriétés et à la structure et qui transforme le matériau en support de propriétés en vue des fonctions requises pour une tâche donnée. Mais ici encore cela engage une véritable mutation des techniques de production. La fabrication du « sur-mesure » emprunte des méthodes de conception et de fabrication bien différentes de la production en série.

32Ainsi, après des siècles de transgression des frontières entre art et nature et des années de guerre entre le chimique et le naturel, verrait-on s’esquisser une sorte de réconciliation entre chimie et nature ? Les chimistes découvrent les merveilles de la nature, ils tentent de copier ses structures multifonctionnelles, ses procédés, mais cela signifie-t-il qu’ils aient délaissé l’ambition de la corriger, ou de la dépasser ? Rien n’est moins sûr.

Notes

1 Aristote, Physique II, 193b.

2 Newman William R., Promethean Ambitions. Alchemy and the Art-Nature Debate, Chicago University Press, 2004, chap. 4.

3 On sait que Goethe était profondément instruit d’alchimie comme de chimie. Le personnage de Frankenstein fut forgé par Mary Shelley en 1817 suite à l’évocation d’une génération spontanée dans un tube à essai. L’intrigue du roman semble inspirée d’une conversation entre son mari Percy Shelley et Lord Byron sur un exploit de génération spontanée d’Erasmus Darwin ; Lecourt Dominique, Prométhée, Faust, Frankenstein. Fondements imaginaires de l’éthique, Paris, Synthélabo, 1996, p. 85-87.

4 Berthelot Marcellin, La Synthèse chimique, Paris, Félix Alcan, 1897, p. 271.

5 Si elle fit événement ce n’est pas parce qu’elle détruisait la croyance en la force vitale, mais plutôt parce qu’elle obligeait les chimistes à affronter un nouveau problème, plus tard nommé isomérisme : à savoir que deux substances formées des mêmes éléments, comme le cyanate de potassium et l’urée, présentent cependant des propriétés différentes. Voir Brooke John, « Wöhler’s Urea and its Vital Force. A Verdict from the Chemists », in Ambix, n° 15, 1968, p. 84-114.

6 Ce n’est sans doute pas un hasard si Berthelot fut l’un des protagonistes de la controverse sur la banqueroute de la science à la fin du xixe siècle.

7 Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2000.

8 Carson Rachel, Silent Spring, New York, 1962 (Le Printemps silencieux, Paris, Plon, 1963).

9 Boulding, K.E., « The economics of the coming spaceship earth », in Environment Quality in a Growing Economy, Johns Hopkins University Press, 1966, p. 3-14. Erkman Suren, Vers une écologie industrielle. Comment mettre en pratique le développement durable dans une société hyper-industrielle, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2004.

10 Voir Bensaude-Vincent Bernadette, Éloge du mixte. Matériaux nouveaux et philosophie ancienne, Paris, Hachette Littératures, 1998.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540