Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Produire autrement, les nouveaux marchés de l’environnement

La dynamique du marché des services environnementaux : le cas de la Suisse

Harald A. Mieg

Texte intégral

1Le marché des services environnementaux reflète un aspect important de la relation entre les entreprises et la durabilité, c’est-à-dire la mise à disposition de services environnementaux professionnels. Ceux-ci comprennent aussi bien des expertises que des services de conseil en management environnemental, ou bien des offres de services environnementaux. Plusieurs questions méritent alors d’être posées : Quels sont les facteurs qui contrôlent le développement de ce marché ? Quel rôle joue le savoir écologique ? En quoi consiste la durabilité ?

2L’objet de cette contribution est d’essayer de reconstruire le marché des services environnementaux à l’aide du modèle de durabilité dpsir (Driving forces-Pressures-State-Impacts-Responses). On analysera également le rôle des entreprises et de la connaissance écologique. L’exemple retenu est le marché suisse des services environnementaux sur lequel une enquête générale a été menée en 2001. Les principaux résultats de notre étude sont les suivants :

  • sur le marché suisse des services environnementaux il existe des entreprises selon la conception de l’économiste Schumpeter ;
  • le modèle de durabilité dpsir s’est révélé bien adapté à la structure du marché suisse des activités professionnelles de l’environnement. Il peut de ce fait être validé ;
  • le modèle de durabilité dpsir a été reconstruit à partir d’une analyse statistique des activités du marché suisse des services environnementaux. Ce marché peut être présenté comme étant un ensemble de clusters de véritables concurrents et moins comme des clusters de savoir professionnel appliqué.

3Après une présentation du marché helvétique des services environnementaux, on analysera l’étude de 2001 et le modèle dpsir. L’étude est menée à deux niveaux : l’analyse au niveau individuel qui vise à répondre à la question suivante : quels sont les entrepreneurs et en conséquence les déterminants de ce marché ? L’étude au niveau du marché a pour objectif une reconstitution du marché des services environnementaux à l’aide du modèle dpsir.

1980-2004 : l’invention du marché helvétique des services environnementaux

4Le marché suisse de l’environnement, plus exactement le marché des services environnementaux, est une relative nouveauté dont l’émergence est due à toute une série de processus et de personnes. Pour la protection des cours d’eau et de l’approvisionnement en eau potable, les origines historiques de ce marché remontent au xixe siècle. Les premiers éléments d’une réglementation de la protection des cours d’eau remontent à la loi suisse sur la pêche de 1888. Mais cette loi resta « largement lettre morte » (Bussmann, 1981). Un progrès important se produisit en 1944, lorsque fut fondée l’association suisse des professionnels du traitement de l’eau (vsa). L’initiative est venue d’ingénieurs libéraux qui cherchaient à exercer une influence sur la politique helvétique. De plus, les professions de l’agriculture et de la foresterie avaient acquis une place importante car à l’époque des guerres mondiales, ces secteurs étaient considérés comme vitaux pour la Suisse.

5L’évolution récente du marché suisse des services environnementaux est reconstituable à partir de l’histoire du syndicat professionnel de l’environnement (Mieg, 2008). Celui-ci a été fondé en 1980 sous le nom d’OeVs, le syndicat écologique de Suisse. Sa fondation a eu lieu avec pour point de mire la loi suisse sur l’environnement votée en 1983. L’OeVs a débuté avec 43 membres issus de différents groupes professionnels, parmi lesquels des biologistes, des jardiniers et des géographes. Le syndicat avait des objectifs à la fois écologiques et politiques. Depuis la fin des années 1980, de nouveaux cursus orientés vers l’environnement ont été mis en place à tous les niveaux de la formation académique, parmi lesquels les ingénieurs de l’environnement et les sciences naturelles de l’environnement à l’université polytechnique de Zurich, l’université fédérale de la Suisse. En 1989 est constituée la sanu, une académie professionnelle qui propose de la formation initiale et continue aux professionnels de l’environnement. Le marché suisse a alors connu un élargissement de ses offres de services environnementaux et un accroissement du professionnalisme et de la spécialisation. En 1996, l’OeVs a été rebaptisé svu, syndicat suisse des professionnels de l’environnement. Le changement de nom se voulait un signe de professionnalisation et l’on voulait en particulier effacer l’image « verte ». Au début du xxie siècle, le svu comptait environ 700 membres, parmi lesquels prédominaient la composante biologie et le nouveau cursus des sciences de l’environnement. Un renforcement de la formation universitaire s’était produit : les jardiniers et les autres représentants de professions sans formation universitaire étaient désormais en minorité. Au cours de l’année 2004, le svu est entré dans l’influent syndicat des ingénieurs et architectes (sia). Le svu a rassemblé non seulement les ingénieurs de l’environnement du sia, mais il a aussi obtenu le statut de représentation générale de tous les professionnels de l’environnement en Suisse. Par ailleurs, avec l’entrée du svu dans le syndicat des ingénieurs, il y a eu une intégration des différentes approches concernant les questions environnementales, un grand pas en direction de la durabilité.

6Le marché suisse des services environnementaux est un champ d’étude idéal pour l’évolution de la problématique environnementale et son application professionnelle car il s’agit :

  • d’un marché relativement isolé (la Suisse n’appartient pas à l’Union européenne) ;
  • d’un petit marché (8 000 à 10 000 professionnels) ;
  • d’un marché très diversifié avec des normes professionnelles de haut niveau technique.

L’enquête sur les activités professionnelles de l’environnement en Suisse en 2001

7Une enquête sur les activités professionnelles de l’environnement en Suisse a été menée en 2001 (de Sombre, Woschnack, Näf & Mieg, 2002). Cette enquête a été conçue et réalisée en coopération avec tous les organismes de formation et les organisations environnementales de Suisse. D’après les critères retenus dans l’étude (par exemple la distribution par âge, la part des femmes suivant les professions, etc.), l’enquête peut être considérée comme représentative. 3541professionnels de l’environnement ont fait l’objet de cette enquête. Le tableau 1montre les caractéristiques des dix plus importants groupes professionnels. On peut y voir une forte proportion d’agriculteurs et de forestiers. En dehors des biologistes, les ingénieurs jouent un rôle important ; les naturalistes (Sciences naturelles de l’environnement) et les ingénieurs de l’environnement sont des nouveaux venus dans ce domaine. La proportion importante d’économistes, supérieure même à celle des géologues, apparaît au premier abord plutôt surprenante. Cela vient de l’importance du management environnemental et des audits environnementaux pour les entreprises suisses. 23,9 % des enquêtés étaient à leur compte ; ce taux est nettement supérieur à la moyenne suisse qui est de 16,2 % des actifs.

8Dans cette enquête, on a recensé plus de 8 000 activités appartenant à plus de 90 %à 88branches d’activités (de Sombre et al., 2002). Les services à l’agriculture, au bâtiment et la formation initiale et continue constituent les principaux champs d’activités.

Tableau 1. – Formation des professionnels suisses de l'environnement (Survey 2001, N = 3541, sans double compte).

Tableau 2. – Principaux champs d'activité sur le marché suisse services environnementaux (N = 8376 activités).

Figure1. – Le modèle dpsir.

9Afin d’établir des corrélations entre les 88 champs activités, on les a placés dans le modèle dpsir voir eea, 2002). Ce modèle est utilisé dans le contexte du développement durable afin d’établir un classification suivant les indices de durabilité. Le modèle dpsir décrit une chaîne causale de facteurs (figure 1).

  • les forces motrices (driving forces) correspondent aux secteurs d’activité qui peuvent exercer une pression sur l’environnement, par exemple l’industrie ou la circulation ; – les pressions (pressures) correspondent aux pollutions de l’environnement en résultant : par exemple la pollution de l’air, ou la consommation de sol ;
  • l’état (state) est relatif à l’état d’un compartiment environnemental soumis à des pollutions, par exemple l’atmosphère ou la lithosphère ;
  • les impacts (impacts) : ils sont relatifs aux effets spécifiques de la pollution de l’environnement, par exemple l’effet de serre, la pollution des sols, les réactions allergiques ;
  • les réponses (responses) : il s’agit de la réaction de la société à la pollution de l’environnement, par exemple la recherche ou la législation sur l’environnement.

10La figure2 montre la répartition des activités environnementales suivant le modèle dpsir(7 138 activités).Comme nous allons le voir, il y a une prédominance, d’une part, des activités dans le domaine des forces motrices (21,5 %), d’autre part, dans le domaine du système homme-environnement(12 %), en fin des réponses (54,7 %), notamment dans le domaine de l’aménagement. Le secteur des impacts (3,2 %), c’est-à-dire la prise en compte des effets environnementaux, est relativement négligé.

Le niveau individuel : les entrepreneurs

11La valeur ajoutée dans les nouveaux marchés vient largement des entreprises qui s’y sont engagées ou qui viennent d’être créées. On en vient alors à la question suivante : qui sont les professionnels ayant leur propre entreprise dans le secteur de l’environnement ? Le tableau 3 montrelasituationdesprofessionnelsenquêtésen2001.L’étude a concerné 381 managers ou chefs d’entreprise, 497 travailleurs indépendants et 1 427 professionnels de l’environnement, pour la plupart travailleurs qualifiés.

Tableau 3. – Situation des professionnels suisses de l’environnement (Survey 2001).

Tableau 4. – Qui sont les entrepreneurs ?

12Pour répondre à la question, on peut partir de trois hypothèses (voir tableau 4). D’après la conception classique de Schumpeter (1912) les entrepreneurs sont des innovateurs prêts à prendre des risques. Ils recherchent de nouveaux produits ou de nouveaux processus de production plus efficaces et sont capables de restructurer des marchés entiers. Schumpeter a caractérisé l’activité entrepreneuriale comme une « destruction créatrice » des combinaisons de ressources existantes. Comme alternatives aux entrepreneurs selon la conception de Schumpeter, nous proposons ici deux autres hypothèses, celle de la compétence et celle de la profession. Selon la conception de la compétence, on peut former des entrepreneurs par acquisition du savoir spécialisé nécessaire dans le cadre de leur activité. L’hypothèse de la profession considère par contre que le savoir spécialisé à lui seul n’est pas suffisant. Les entrepreneurs font partie de professions influentes comme les ingénieurs ou les économistes et ont besoin de réseaux importants.

13L’enquête de 2001 a analysé (sous une forme simplifiée) la compétence des professionnels de l’environnement. Les résultats peuvent ainsi servir à caractériser les entrepreneurs et à établir une classification. L’enquête de 2001 a été menée en relation avec la discussion sur les qualifications déterminantes, en l’occurrence les compétences générales et le développement personnel. L’enquête a utilisé une subdivision en trois modèles de développement des compétences selon Woschnack et Mieg (2003). Le tableau 5 résume les caractéristiques de ces modèles.

14Le savoir spécialisé : le premier modèle repose sur l’idée que le savoir professionnel se transmet systématiquement par le biais des établissements de formation. Cela correspond au modèle normal de l’école et à l’idée de l’acquisition du savoir : pour résoudre de nouveaux problèmes on crée une offre supplémentaire d’enseignement professionnel spécialisé. La vérification de la qualification réside dans l’obtention du diplôme et des notes correspondantes.

Tableau 5. – Modèles du développement des compétences (d’après Woschnack & Mieg, 2003).

15L’expertise : le deuxième modèle correspond à l’idée que le savoir et les compétences de haut niveau reposent sur l’expérience et ne peuvent être obtenus que par une pratique spécifique. Ce modèle de l’expérience professionnelle est confirmé du point de vue psychologique par les résultats de la recherche sur l’expertise (Ericsson, Charness, Feltovich & Hoffman, 2006). On ne peut devenir expert que par une longue pratique d’apprentissage. En règle générale, cela demande environ dix ans d’expérience de formation professionnelle.

16La qualification déterminante : les qualifications déterminantes reposent sur la capacité à apprendre à apprendre (Mertens, 1974). Selon une interprétation large, la qualification déterminante correspond à une capacité à transmettre. Selon une interprétation restreinte, elle repose sur la capacité de certaines personnes qui s’exprime dans la rapidité à apprendre et la compétence à communiquer. La vérification de la qualification réside dans la biographie et la personnalité.

17L’enquête de 2001 a concerné les trois modèles de développement de la compétence suivant différentes dimensions. Celles-ci sont présentées dans la dernière ligne du tableau 5. Par exemple, le savoir spécialisé se subdivise en trois dimensions : le management, la connaissance de l’écosystème et le savoir technique.

18Le tableau 6 montre quelle combinaison de compétences doivent se retrouver suivant le profil des entrepreneurs (voir tableau 4), ainsi que les résultats effectifs. Selon le point de vue de l’hypothèse de la compétence les entrepreneurs devraient se caractériser par leur capacité de management et leur connaissance de la branche d’activité. On constate cependant que les entrepreneurs dans l’environnement ont certes plutôt pas mal de capacité de management, mais une connaissance de la branche relativement inférieure à la moyenne ; en l’occurence en ce qui concerne les écosystèmes. Suivant l’hypothèse de la profession on pourrait s’attendre à une corrélation avec une profession. On a donc examiné le professionalisme (comme substitut aux critères professionnels) : les entrepreneurs y sont plutôt discrets. Les entrepreneurs sont beaucoup plus souvent ingénieurs qu’économistes. Il apparaît cependant nettement que les entrepreneurs ont une qualification déterminante : la capacité à diriger. Cela va plutôt dans le sens de la conception de Schumpeter qui considère les entrepreneurs comme des personnalités particulières. La capacité à diriger est essentielle pour faire émerger des innovations.

Tableau 6. – Profil de qualification des entrepreneurs.

19Remarques : toutes les valeurs sont normées avec la moyenne de 0 et les écarts à la moyenne avec 1. Écarts à la moyenne entre parenthèses. ** : différences significatives par rapport à l’ensemble de la population d’entrepreneurs. Toutes les données viennent d’estimations personnelles.

20D’après les résultats du tableau 6, on pourrait en déduire que les entrepreneurs sont simplement les meilleurs managers. En effet, les valeurs des compétences vont souvent dans le même sens, de façon cependant plus marquée chez les entrepreneurs. Cette impression est contredite si l’on prend les données d’autres variables de l’enquête de 2001. Les entrepreneurs et les managers présentent des profils différents. Les entrepreneurs en particulier font preuve de plus d’initiative personnelle que les managers qui sont par contre davantage prêts à la coopération et qui maîtrisent plus les langues étrangères. On peut alors dégager comme résultat principal : sur le marché suisse des services environnementaux il y a des entrepreneurs au sens de Schumpeter.

Le niveau du marché : la concurrence

21Revenons maintenant aux champs d’activités du marché suisse de l’environnement. Comme on l’a présenté dans la figure 2, les 88 champs d’activités de l’enquête de 2001 ont été structurés suivant le modèle dpsir. La question qui se pose est la suivante : la structure du modèle dpsir permet-elle d’expliquer les grandes différences existant entre les activités professionnelles, par exemple dans le domaine de la connaissance ? Quatre domaine sont été étudiés :

  • les avoir (par exemple le management et le savoir en sciences naturelles) ;
  • la branche d’activité (par exemple la construction, les médias) ;
  • la concurrence pour une activité (par exemple faire des diagnostics) exercée par d’autres professions ;
  • la clientèle (privée, l’administration publique, les associations, interne).

22L’enquête de 2001 a repéré plus ou moins de variables dans les quatre domaines : cela va de 4 pour la clientèle à 20 pour les branches. Le tableau 7 montre les résultats de l’analyse de variance avec les variables des quatre domaines choisis. Dans les analyses de variance, les champs d’activités ont été groupés suivant les 5 catégories du modèle dpsir qui s’est révélé être un schéma parfait pour les activités environnementales, du moins tant que l’on a pris en compte les variables sur le plan des activités (branche, concurrence, clientèle). Suivant les composantes du modèle dpsir, il en résulte d’autres branches, d’autres concurrents ou d’autres clients. La différenciation suivant la connaissance ne fonctionne pas complètement. Les composantes du modèle dpsir ne se différencient que dans 8 des 10 variables du savoir.

23Ce résultat a ceci de particulier que suivant les composantes du modèle dpsir (forces motrices, pressions, etc.), on a trouvé des différences en fonction des branches, des clients ou du savoir. Le plus important est surtout que l’on a ainsi indirectement une validation du modèle dpsir. Bien qu’ayant été employé à maintes reprises, le modèle de durabilité dpsir n’avait pas encore été testé. On peut ainsi en tirer un deuxième résultat principal : le modèle de durabilité dpsir se révèle un schéma pertinent pour la structure du marché suisse des activités professionnelles de l’environnement et peut donc être validé.

  • 1 Analyse de variance (df = 4), différence significative à 1 %.

24Note *1

Tableau 7. – Interprétation des différences entre les 88 champs d’activités à partir du modèle dpsir

25On peut encore aller un peu plus loin et essayer de reconstruire le modèle dpsir à partir des données de l’enquête de 2001 sur les activités professionnelles de l’environnement en Suisse. On se fonde ici sur les analyses statistiques de clusters. La question est de savoir si une analyse de cluster des 88 champs d’activités du secteur de l’environnement permet de reconnaître que les cinq composantes du modèle dpsir constituent un cluster.

26Le tableau 8 montre les essais de reconstruction des analyses de cluster du modèle dpsir. En raison du nombre de cas constitué par plus de 7 000 activités les analyses de cluster ont été réalisées sur des calculateurs de l’Institut de recherche sur le changement climatique de Potsdam (Pr Gerstengarbe, Pr Werner). Trois variantes ont été calculées : dans la première, les activités n’ont été caractérisées qu’en fonction du savoir qu’elles nécessitent ; on a aussi utilisé les dix variables du savoir de l’enquête de 2001. Dans la seconde variante, les activités ont été caractérisées en fonction des professions concurrentes de l’activité concernée. Dans la troisième variante, les activités ont été caractérisées en fonction des quatre domaines (le savoir, les branches, la concurrence, les clients). De plus, des analyses factorielles ont été réalisées pour les quatre domaines (analyses en composantes principales) ; chacun des 3 principaux facteurs a été intégré à l’analyse de cluster.

27Les analyses de cluster ont été menées à deux reprises, une fois pour les activités principales des 3 541 professionnels, une fois pour toutes les activités citées, c’est-à-dire jusqu’à trois activités par personne enquêtée. Comme le montre le tableau 8, il en ressort entre 7 et 29 clusters. L’analyse de cluster des variables concurrentielles a donné les meilleurs résultats. On a pu reconstruire les cinq composantes du modèle dpsir. L’analyse, qui a pris en compte toutes les activités, y parvient presque parfaitement : il en résulte 7 clusters, dont 5 correspondent aux composantes du modèle dpsir. Si l’on ajoute des variables d’autres secteurs le résultat devient plus mauvais : l’analyse avec le modèle à 4 domaines qui prend en compte toutes les activités a donné 27 clusters, dont 5 composantes du modèle dpsir. Ces clusters à 5 composantes du modèle dpsir sont loin derrière, seuls deux sont parmi les sept plus gros clusters. Si dans l’analyse de cluster l’on s’appuie seulement sur le savoir nécessaire à la pratique des activités, le modèle dpsir est alors partiellement adapté : pour l’analyse qui prend en compte toutes les activités, il manque un cluster correspondant aux composantes de pression ; pour l’analyse de cluster des activités principales il manque le cluster des réponses.

  • 2 * A : activités principales seules.

28Note **2

  • 3 ** B : toutes les activités.

29Note ***3*

Tableau 8. – Reconstitution de l’analyse de cluster à partir du modèle dpsir.

30On peut en déduire un troisième résultat : le modèle de durabilité dpsir peut être reconstitué à partir d’une analyse statistique de cluster des activités du marché suisse des services environnementaux. Ce marché peut être présenté comme un ensemble de clusters de concurrents et moins par des clusters de savoir professionnel utilisable.

Conclusion

31Les trois résultats ci-dessus concernant le marché suisse des services environnementaux sont de diverses manières étonnants. Il n’est pas surprenant de trouver des entreprises au sens de Schumpeter sur le marché des services environnementaux. On pourrait cependant s’attendre à ce que ces entrepreneurs disposent d’un savoir particulier en matière d’environnement. Ce n’est pas le cas. Au contraire, par rapport à d’autres spécialistes de l’environnement, ces entrepreneurs ont un savoir nettement inférieur à la moyenne en ce qui concerne les écosystèmes.

32Le modèle dpsir est un modèle analytique très répandu afin de classifier les indicateurs de durabilité. C’est un modèle simplifié pour présenter la problématique environnementale : des facteurs déclenchants (par exemple l’industrie) jusqu’aux réactions sociales (par exemple la législation). Ce qui est étonnant c’est que jusqu’à présent il n’avait pas été validé. Cela a été fait à partir de nos analyses des activités du marché suisse de l’environnement. Les activités environnementales reflètent la structure de la problématique environnementale.

33Les résultats des analyses de cluster font ressortir que le savoir professionnel ne joue qu’un rôle secondaire. On pourrait s’attendre à ce que le marché des services environnementaux soit reconstitué à partir de données empiriques concernant la distribution du savoir nécessaire aux différentes activités. Les résultats le montrent pourtant : ce n’est pas le savoir mais la concurrence entre les professions qui structure le marché. Cela correspond à la conception du sociologue des professions Andrew Abbott (1988) qui part d’un « système des professions » (voir aussi Mieg, 2002). Cela ne peut pas être développé plus avant, mais cela doit donner l’occasion de repenser le rôle du savoir.

Bibliographie

Bibliographie

Abbott Andrew, The System of Professions, Chicago, The University of Chicago Press, 1988.

Bussmann W., Gewässerschutz und kooperativer Föderalismus in der Schweiz, Berne, Haupt, 1981.

De Sombre Steffen, Woschnack Ute, Näf Matthias, Mieg H., Professionelle Umwelt-Tätigkeiten in der Schweiz 2001: Bericht zur Befragung Herbst 2001, Berne, Schweizerischer Verband der Umweltfachleute svu, 2002.

European environmental agency, Information for improving Europe’s Environment, Copenhague, eea, 2002.

Ericsson K. Anders, Charness Neil, Feltovich Paul, Hoffman Robert. (dir.), The Cambridge Handbook of Expertise and Expert Performance, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

Mertens Dieter, «Schlüsselqualifikationen. Thesen zur Schulung für eine moderne Gesellschaft», in Mitteilungen aus der Arbeitsmarkt-und Berufsforschung, no 7, 1974, p. 36-43.

Mieg Harald, «The Use of Abstract Knowledge in Professional Competition: A Study on the Swiss Market for Professional Environmental Services», in Schweizerische Zeitschrift für Soziologie / Swiss Journal of Sociology, no 28, 2002, p. 27-45.

–, «Professionalization and Professional Identities of Environmental Experts: The Case of Switzerland», in Environmental Sciences, no5, 2008, p. 41-51.

Schumpeter Joseph A., Theorie der wirtschaftlichen Entwicklung, Leipzig, Duncker & Humblot, 1912.

Woschnack Ute, Mieg Harald, «Fachwissen - xpertise - Schlüssel - qualifikationen: Drei Dimensionen eines integrativen Modells der Qualifikation für professionalisierte Dienstleistungen», in arbeit, no 12, 2003, p. 54-67.

Notes

1 Analyse de variance (df = 4), différence significative à 1 %.

2 * A : activités principales seules.

3 ** B : toutes les activités.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Formation des professionnels suisses de l'environnement (Survey 2001, N = 3541, sans double compte).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Tableau 2. – Principaux champs d'activité sur le marché suisse services environnementaux (N = 8376 activités).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Figure1. – Le modèle dpsir.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1267/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Tableau 3. – Situation des professionnels suisses de l’environnement (Survey 2001).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1267/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Tableau 4. – Qui sont les entrepreneurs ?
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1267/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Tableau 5. – Modèles du développement des compétences (d’après Woschnack & Mieg, 2003).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1267/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Tableau 6. – Profil de qualification des entrepreneurs.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1267/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1267/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1267/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

Auteur

Humboldt-Universität zu Berlin

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540