Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Produire autrement, les nouveaux marchés de l’environnement

De l’industrie prédatrice aux « Clean Tech » : jeux d’acteurs, construction des savoirs et concurrences territoriales dans la région du Nord-Pas-de-Calais

Christine Liefooghe

Texte intégral

1Du capitalisme prédateur aux éco-entreprises, l’intérêt pour l’environnement n’est-il qu’un green washing, du développement durable en trompe-l’œil ? L’élaboration de technologies respectueuses de l’environnement favorisera-t-elle les régions du monde les plus avancées en matière d’innovation et de compétences scientifiques, ou bien les territoires de tradition industrielle ont-ils une chance de profiter des marchés environnementaux émergents ? La littérature économique et géographique tend à se diviser entre vision micro-économique d’adaptation des entreprises à la donne environnementale et analyse des synergies institutionnelles destinées à faciliter la mutation du capitalisme. Nous proposons de croiser ces niveaux d’information pour étudier le cas d’une région où l’environnement a été malmené par plus d’un siècle d’industrialisation. Sous la pression normative et réglementaire, et au moment où émerge la notion de développement durable, le Nord-Pas-de-Calais est devenu un territoire d’expérimentations institutionnelles et économiques, dans un contexte d’incertitudes scientifiques et techniques vis-à-vis de l’environnement. De la réparation des paysages à la résorption des pollutions, de la construction de nouveaux savoirs à la création d’éco-entreprises, le Nord-Pas-de-Calais cherche un nouveau chemin de développement. Mais logiques des territoires et stratégies des entreprises ne se rencontrent pas toujours. Les espaces qui ont le plus souffert d’un mode de développement non durable ne sont pas forcément les bénéficiaires de dynamiques économiques intégrant la donne environnementale, en dépit des incitations des pouvoirs publics.

Entreprise, environnement et territoire : quelles grilles de lecture ?

2La littérature sur les relations entre entreprises et environnement nous offre un panel de problématiques, mais la question du coût de l’environnement et de la compétitivité à l’échelle des entreprises et des territoires y est dominante. Néanmoins, les travaux sur les éco-activités et le rôle de l’innovation renouvellent l’approche, jusqu’à poser la question d’une mutation du capitalisme, et du rôle des groupes sociaux dans la création et la diffusion des nouveaux savoirs nécessaires.

Environnement et capitalisme : un changement de paradigme ?

3À partir d’études faisant un inventaire critique de publications académiques internationales et de rapports institutionnels sur la question des relations entre entreprises et environnement (Schulz, 2000 et 2005 ; Soyez, 2002 ; Longuépée et Zuindeau, 2004 ; Hamdouch et Depret, 2008), on peut distinguer une progression des préoccupations scientifiques et politiques. Le débat s’ouvre sur la compétitivité des entreprises et des territoires qui internalisent les coûts environnementaux sous la pression de la réglementation et des normes, dans un monde de concurrence internationale. Le respect de l’environnement constitue-t-il alors un avantage ou un désavantage comparatif ? La question est de savoir si le capitalisme peut intégrer la donne environnementale sans détruire sa dynamique interne. La modernisation écologique de l’industrie passe par une phase de résistance des entreprises (Soyez, 2002) mais engendre peu à peu un nouveau paradigme techno-économique qui fait de la donne environnementale un moteur de développement. Sans aller jusqu’au modèle idéal de l’écologie industrielle, certains économistes avancent qu’à terme le capitalisme peut intégrer le paradigme du développement durable au point de passer à un nouveau mode de régulation. Le géographe C. Schulz suggère au contraire que l’émergence d’éco-entreprises de services participe de la flexibilisation de la production dans le contexte post-fordiste actuel. En attendant que l’histoire tranche ces débats, des travaux analysent à plus court terme comment l’environnement devient un marché créateur d’emplois et recensent les éco-entreprises. Un nouveau secteur d’éco-activités est-il en émergence ? A. Hamdouch et M. H. Depret montrent que les réglementations environnementales peu strictes et les technologies en bout de chaîne (end of pipe) n’engendrent que des innovations incrémentales, tandis que des réglementations plus strictes et les technologies propres (Clean Tech) génèrent des innovations radicales, de nouvelles activités et un développement économique à long terme. La mutation du système productif implique l’élaboration et la diffusion de nouvelles connaissances, ce qui dépend de la lente évolution des dimensions sociales, institutionnelles et cognitives (Soyez, 2002). Une dernière catégorie d’études s’intéresse à l’émergence de réseaux et de clusters dans la mesure où ces formes d’organisation favorisent l’apprentissage par échange de connaissances et de savoir-faire, au profit du développement régional (Schulz, 2000 ; Hamdouch, 2008).

Des « Dirty Industries » aux « Clean Tech »

4En matière de comportements microéconomiques, il se dégage de la littérature une typologie des entreprises existantes qui peut se lire comme une évolution historique de la prise en compte par les entreprises de leur impact sur l’environnement.

– Type 1 : l’entreprise prédatrice ou « Dirty Industries »

5Le caractère prédateur de l’entreprise se traduit par un épuisement des ressources non renouvelables et la dégradation de l’environnement local. La prise de conscience d’une menace systémique pour l’humanité a émergé au paroxysme de la croissance économique des Trente Glorieuses, pour resurgir plus récemment avec la dénonciation du changement climatique et la crainte renouvelée d’une raréfaction des ressources.

– Type 2 : l’entreprise sous surveillance

6La prise de conscience citoyenne et politique des problèmes environnementaux s’est traduite par l’élaboration progressive de deux types d’outils : d’une part, un arsenal de lois et de réglementations qui s’imposent aux entreprises ; d’autre part, des normes environnementales, comme le smae européen ou la norme internationale iso 14 001, adoptables par les entreprises qui le souhaitent.

– Type 3 : l’entreprise éco-citoyenne

7La notion d’éco-citoyenneté relève de la stratégie proactive d’une entreprise qui vise soit à soigner son image médiatique (compétitivité hors coût), soit à faire des économies de coût de production par l’adoption de process plus respectueux de l’environnement. Cette phase correspond à ce que les articles internationaux appellent the Greening of Industry, et qui pourrait se traduire en français par modernisation écologique de l’industrie.

– Type 4 : l’entreprise « Clean Tech »

8La problématique entreprise/environnement vise cette fois à concevoir des biens et services susceptibles de réparer l’environnement ou de consommer moins d’énergie et de ressources lors de leur production et de leur utilisation. Une niche de marché à fort potentiel de développement émerge au profit d’un nouveau domaine d’activités, dénommé tantôt Green Tech, tantôt Clean Tech.

Environnement et compétitivité des territoires au regard de la mondialisation

9Si, du point de vue de la société, il convient que les entreprises respectent l’environnement, du point de vue économique se pose la question de la concurrence internationale qui pousse à la compétition entre entreprises comme entre les territoires. L’analyse économique a tenté de faire le lien entre les intérêts des entreprises, l’équilibre du système macro-économique et le développement des territoires à différentes échelles. Dans le cas de l’entreprise prédatrice, les effets de la production économique sur l’environnement ne sont pas intégrés dans le calcul coûts/bénéfices. La gestion des déchets et les coûts de dépollution, les problèmes de santé des populations, la dégradation des paysages et la perte consécutive d’attractivité des villes sont des externalités négatives que les territoires assument ou simplement subissent. Cette prédation a longtemps été perçue comme une fatalité contre laquelle il était difficile, voire impossible, de lutter. À l’inverse, l’entreprise sous surveillance et l’entreprise éco-citoyenne internalisent ces coûts environnementaux, ou tout au moins une partie d’entre eux. Dès lors se pose la question de la compétitivité des nations qui imposent des réglementations environnementales ou suggèrent une modernisation du processus de production dans le respect de l’environnement. La mondialisation favorise en effet la délocalisation des activités les plus polluantes vers les pays en développement qui n’ont pas adopté les normes et réglementations environnementales, et met en danger les entreprises vertueuses des pays développés qui perdent en compétitivité au moment même où le développement des pays émergents accroît la pression sur l’environnement à l’échelle planétaire. L’hypothèse de Porter (Longuépée, Zuindeau, 2004) avance au contraire que les pays ayant mis en place des politiques en faveur de l’environnement bénéficient à terme d’un avantage comparatif grâce aux gains de coût de production liés à la modernisation environnementale des process (entreprise éco-citoyenne) et grâce aux innovations de produits développés par les entreprises Green Tech ou Clean Tech. Dans cette hypothèse, entreprises et nations retrouvent un domaine de compétitivité et la mondialisation favorise alors la conquête de nouveaux marchés pour les éco-activités, pour autant que les États ne rétablissent pas une forme de protectionnisme par l’instauration de normes spécifiques).

La construction sociale de nouveaux savoirs environnementaux

10Néanmoins, le passage d’une économie prédatrice à une économie des Clean Tech nécessite de construire un nouveau corpus de savoir-faire et de connaissances. S’agit-il simplement d’activer des politiques en faveur de l’innovation, des sciences et des technologies dans les laboratoires publics, ou de la recherche et développement en entreprise ? A. Hamdouch et M.-H. Depret (2008) dénoncent le manque de coordination entre politiques de l’environnement et politiques de soutien à l’innovation, au détriment de l’émergence de nouvelles technologies environnementales et du domaine des éco-entreprises. D. Soyez (2002) montre quant à lui que le nouveau cadre paradigmatique du développement durable est le fruit d’une construction sociale lente et progressive de la question de l’environnement, notamment à l’échelle internationale. Mais il constate également que les acteurs du monde de l’entreprise et les acteurs de la défense de l’environnement s’ignorent mutuellement, empêchant la diffusion des nouvelles connaissances nécessaires à la transition vers une (géo)économie de l’environnement. Ces allégations peu optimistes sont confirmées par les travaux de N. Semal (2006) sur la construction collective de la norme iso 14 001. Testant la théorie des parties prenantes ou stakeholder theory, l’auteur constate que consommateurs et riverains sont exclus de la dynamique d’apprentissage collectif d’une gestion plus environnementale des entreprises. La normalisation des savoirs et des pratiques professionnelles s’opère au contraire par une diffusion contrôlée de l’information entre les producteurs de la norme, les managers des entreprises et les experts institutionnels locaux. Le nouveau paradigme sociétal du développement durable, qu’on peut idéaliser sous la forme d’un consensus démocratique entre parties prenantes à l’échelle globale, se heurte à une structure en « petits mondes » qui s’ignorent et préservent leurs intérêts au détriment d’une économie de la connaissance au service de l’environnement (Soyez, 2002).

Le développement durable comme ressource territoriale ?

11Le Nord-Pas-de-Calais constitue un cas d’école en matière de renversement de la problématique des relations entre entreprises, environnement et territoire. Fer de lance du développement industriel français pendant près d’un siècle, la région subit aujourd’hui un lourd passif environnemental. La construction d’une politique en faveur de la résorption des friches puis du développement durable et des éco-entreprises révèle un changement de mentalité et de stratégie économique, pour aller au-delà de la réparation des prédations et transformer un passif environnemental en actif économique.

Des séquelles environnementales au développement durable

12La politique environnementale de la Région Nord-Pas-de-Calais a fait l’objet d’un certain nombre de travaux, dont ceux de Laganier (2000), Gonçalves (2004), Beaurain (2006), Scarwell (2008). Il se dégage de ces études une évolution des politiques en trois phases. La première s’amorce dans les années 1970, au moment de la crise des industries traditionnelles et d’une rétractation spatiale des Houillères. Sous la houlette de l’État, les institutions locales se posent la question de la résorption des friches industrielles. La problématique est alors celle de l’amélioration du cadre de vie et du changement d’image pour garder les populations qualifiées et attirer de nouvelles entreprises dans le Nord-Pas-de-Calais. La seconde phase découle de cette première politique : la requalification des friches fait découvrir la face invisible d’un développement industriel prédateur, celle de la pollution des eaux, de l’air et surtout des sols, ainsi que la désorganisation hydrogéologique engendrée par l’exploitation minière. La problématique de la réparation des paysages se double d’une incertitude scientifique et pratique quant au traitement des pollutions et à la responsabilité juridique et financière de ces dégradations environnementales. L’ampleur des problèmes à traiter nécessite un appui renforcé de l’État, d’un point de vue financier, législatif et réglementaire, et pousse à l’ouverture vers d’autres parties prenantes locales. Le contexte politique régional porte le parti des Verts à la présidence de Région, en 1992, au moment même où le paradigme du développement durable émerge à l’échelle internationale. La conséquence en est l’élaboration d’une politique régionale plus ambitieuse de développement durable, qui ajoute à la requalification des espaces dégradés (friches, pollutions), les questions de la biodiversité, des transports et de la ville durable, dans une région à forte densité de population. Le volet des éco-entreprises découle de cette nouvelle orientation, de manière à transformer le passif environnemental en actif économique et à construire une ressource territoriale spécifique. Il faut cependant voir cette construction progressive d’une politique régionale de développement durable comme le résultat d’un jeu systémique entre des acteurs locaux, régionaux, nationaux, voire internationaux, qui mène au changement progressif des mentalités, des politiques et des modes d’action sur la sphère publique et citoyenne comme sur le monde de l’entreprise.

Jeux d’acteurs : de la réglementation à la régulation

13Jusqu’aux années 1990, le débat régional sur les relations entre entreprises et environnement est d’ordre conflictuel. D’une part, les industries sont régulièrement attaquées par les associations de défense de la nature et de la santé des riverains (Sawicki, 2001). De l’autre, le monde économique perçoit la législation environnementale en cours de constitution comme une contrainte, la drire faisant figure de gendarme de la République. Le rapprochement entre ces deux « petits mondes » qui s’affrontent est le fruit d’un lent travail institutionnel qui incite les entreprises à intégrer la question environnementale dans leur stratégie de développement et d’insertion territoriale. Jouant de l’arsenal réglementaire autant que de l’appel à projet, les institutions publiques participent de cet apprentissage collectif, en modifiant leurs modes d’action, voire leur organisation, et en développant les échanges de bonnes pratiques avec d’autres territoires, français ou européens. La décentralisation des années 1980 puis les lois Chevènement et Voynet ont permis l’élaboration d’une gouvernance de la question environnementale associant les différents échelons territoriaux (Zuindeau, in Scarwell, 2008). Le Conseil régional, et surtout certains de ses élus et chargés de mission, est un agent de la transformation des mentalités et des pratiques, mais les chambres consulaires, représentant le monde économique, ne sont pas en reste (Gonçalves, 2004 ; Beaurain, 2006). Les agences spécialisées et autres dispositifs ad hoc se multiplient pour réguler les conflits environnementaux, construire de nouvelles connaissances scientifiques et techniques, diffuser l’information et même promouvoir l’environnement comme nouveau marché à conquérir. Il s’agit peu à peu de passer d’une approche en termes de réparation à une stratégie proactive de construction de ressources territoriales spécifiques, notamment dans la question des sites et sols pollués.

Miser sur la recherche et les éco-entreprises

14Un des objectifs de l’institution régionale est la création d’emplois dans le domaine de l’environnement. La littérature économique distingue trois catégories d’emplois, qui résultent de la relation évolutive entre entreprises et environnement : les emplois des technologies en bout de chaîne de production (déchets, dépollution, réparation), ceux qui visent l’amélioration des processus de production (smae, iso 14 000, réduction des déchets…) et les emplois liés à la conception de produits respectueux de l’environnement. Les politiques de résorption des friches industrielles et de récupération des déchets bénéficient depuis plus de vingt ans aux entreprises régionales de btp, de collecte et de recyclage. Mais les étapes ultérieures nécessitent des connaissances et des savoir-faire qui n’existent pas toujours dans le Nord-Pas-de-Calais, notamment en matière de dépollution complexe. C’est pourquoi, dès le milieu des années 1990, des initiatives institutionnelles ont œuvré pour inventorier les compétences existantes (600 chercheurs, 50 laboratoires) et structurer les milieux de la recherche dans les différents domaines liés à l’environnement (pollutions, droit, économie, santé, risques). En 2002, ce maillage d’acteurs publics et privés aboutit à la création du cd2e (Centre de développement des éco-entreprises), qui accompagne les éco-entrepreneurs dans la création d’activités et la conquête de marchés. La Région vise à faire du cd2e une référence régionale et même internationale en matière de marché de l’environnement et de promotion des compétences productives du Nord-Pas-de-Calais. Symboliquement situé sur un ancien site minier à Loos-en-Gohelle près de Lens, le cd2e est en concurrence avec l’Agence de développement des éco-entreprises créée en 2000 au sein de Douaisis Technopole Environnement. Fruit d’une volonté politique locale, cette structure vise à valoriser le regroupement, autour de l’École des mines de Douai, de diverses institutions s’occupant d’environnement (drire, ademe, Agence de l’eau…). Cette multiplication des initiatives institutionnelles révèle autant un souci sociétal pour la préservation de l’environnement que le besoin de positionner les territoires dans la dynamique des marchés environnementaux émergents. Reste que la réussite de ces politiques dépend en grande partie de la capacité des entreprises régionales à répondre à ces sollicitations.

Les éco-entreprises : entre savoir-faire hérités et nouvelles compétences

15Dans une région de tradition industrielle, la question des relations entre entreprises et environnement se lit souvent sous l’angle de la prédation. Comment y construire alors une offre de produits et services de type Clean Tech ou tout au moins capable de réparer les destructions environnementales ? A priori, on imagine plutôt un renouvellement du tissu industriel, les éco-entreprises remplaçant les entreprises historiques. Mais dans le Nord-Pas-de-Calais que nous avons étudié, il apparaît qu’un savoir-faire régional en matière de produits et services environnementaux émerge de la mutation des métiers traditionnels, par effet de concurrence et de conquête du nouveau marché environnemental.

Les éco-entreprises du Nord-Pas-de-Calais : un secteur en émergence ?

  • 1 Une enquête du minefi (2002) dénombrait en 1997 moins de 2 000 éco-entreprises à l’échelle de la F (...)
  • 2 Nous ne disposons pas d’informations permettant d’évaluer la volatilité de ce secteur (création/di (...)

16En 1998, un premier recensement des éco-entreprises, réalisé par l’Agence régionale de développement du Nord-Pas-de-Calais, avait détecté près de 400 société1. L’annuaire 2007 du cd2e en dénombre 468. Le stock semble donc stable en dix ans, compte non tenu des effets de notoriété du cd2e mais surtout de la croissance du marché de l’environnement qui poussent les entreprises à accroître leur visibilité via les annuaire2. La part des services d’assainissement des eaux, de ramassage et de traitement des déchets, ainsi que d’entreprises de production de matériel est importante, en lien avec la densité démographique et industrielle de la région. La structure des éco-entreprises par type de cible environnementale (eau, air, sols, déchets…) est quant à elle semblable à la moyenne française (minefi, 2002). Pour comprendre l’émergence de savoir-faire dans le domaine de l’environnement, nous nous sommes intéressée aux sociétés proposant du conseil ou des études techniques, en distinguant l’offre des sociétés de services avancés et celle des entreprises de production et de services environnementaux plus classiques. On constate, dans les annuaires du cd2e, une forte propension des entreprises de production, notamment dans des secteurs industriels traditionnels, à se présenter également comme prestataires de conseil ou d’études techniques en environnement. Dans les services à haut niveau de compétences, le panel des activités est tout aussi éclectique, puisqu’on y trouve des entreprises d’analyse et de contrôle, mais aussi des sociétés de conseil, d’ingénierie, d’architecture, de publicité, de formation et de recherche et développement (carte 1). Nos enquêtes ont montré la transformation de certains marchés traditionnels en marchés environnementaux. Ainsi, les services de collecte des déchets se diversifient dans le recyclage ; des entreprises de btp se tournent vers la dépollution des sols ; des sociétés de contrôle passent de la sécurité du travail aux études d’impact puis à la législation sur l’amiante. Les exemples sont légion de cette adaptation du tissu économique régional aux marchés environnementaux émergents. Si le rôle des institutions pour structurer l’offre et la demande n’est pas négligeable, le moteur essentiel de ces transformations est la concurrence et la survie des entreprises, comme nous le montre l’exemple des services de contrôle et d’analyse du Nord-Pas-de-Calais.

Les services de contrôle et d’analyse : la conquête du marché environnemental

17Le marché régional de l’environnement s’est progressivement construit à partir de compétences et savoir-faire hérités de l’histoire industrielle de la région. Ainsi, les questions de sécurité et d’organisation du travail dans les Houillères ont engendré la création de services d’analyse et de contrôle, services externalisés en sociétés indépendantes au début des années 1990 lors de l’arrêt de l’exploitation minière (Lie-fooghe, 2006). Les savoir-faire en analyse sont désormais réinvestis dans les marchés de la pollution, tandis que les compétences en organisation et qualité de la production ont été valorisées auprès de l’industrie automobile régionale et nationale au moment où le marché de la normalisation (smae, iso) se construisait. Les sociétés de contrôle technique se sont en outre historiquement multipliées pour répondre aux besoins des industries sidérurgiques, métallurgiques et du btp, ainsi que pour le marché de l’énergie (qualité des soudures), à l’arrivée du gaz de Hollande dans la région puis pour la chaudronnerie à destination des centrales nucléaires françaises. Les sociétés locales et régionales, issues de l’externalisation des services créés au sein des entreprises industrielles, ont ensuite subi l’âpre concurrence de sociétés de contrôle nationales ou internationales attirées par un marché en développement. Il s’ensuivit des stratégies de fusion d’entreprises, de travail en réseau, de redéploiement vers le marché national, mais surtout une diversification de la gamme des services, en particulier vers le marché de l’environnement au gré de l’évolution de la législation. Cette histoire économique mouvementée, qu’on retrouve dans d’autres types de service, a des implications sur la répartition régionale des éco-entreprises et les concurrences territoriales qui en découlent.

Carte 1 : Services de conseil et études techniques en environnement dans le Nort / Pas-de-Calais

Carte 1 : Services de conseil et études techniques en environnement dans le Nort / Pas-de-Calais

Localisations héritées et dynamiques spatiales

18La répartition des services de conseil et études en environnement recensés par le cd2e montre une corrélation avec l’histoire industrielle de la région (carte 1). Dans l’ancien bassin minier, sur Lille, dans le Dunkerquois voire la Sambre, se lit l’héritage de l’implantation de l’ingénierie et des sociétés de contrôle, d’analyse et d’essai. Mais la concentration spatiale sur la métropole lilloise est accentuée depuis par la métropolisation, le marché des services aux entreprises étant plus mûr et plus important dans la capitale régionale. Non qu’il n’y ait de créations ailleurs, mais le jeu de la concurrence en lien avec l’évolution des marchés de l’environnement se fait d’autant plus au détriment des zones non métropolitaines que l’évolution des technologies et l’amélioration des réseaux de transport desserrent la contrainte de proximité spatiale des services vis-à-vis de leurs clients. La localisation des éco-entreprises est cependant moins spatialement discriminante quand les services de conseil et d’études sont proposés par des entreprises industrielles en lien avec leur production. Il faut enfin tenir compte du choix des entrepreneurs, qui ont parfois un intérêt personnel à ne pas s’installer sur la métropole, ou qui peuvent être sensibles à des politiques locales d’attractivité. Ainsi Douaisis Technopole Environnement souhaite attirer des éco-entreprises sur son territoire, à trente minutes par autoroute du cd2e qui vise à en faire autant sur le territoire de Lens. À l’inverse, l’attractivité de la métropole lilloise est renforcée par certaines opérations urbaines dédiées à l’innovation (pépinières ou parcs d’activités dédiés), sans qu’il y ait d’ailleurs de lien avec les nouvelles connaissances environnementales élaborées par la recherche régionale. L’effet d’image et de notoriété joue d’autant plus dans ces choix de localisation que la construction du nouveau marché de l’environnement est plus aléatoire et risquée que pour les services avancés plus classiques (Schulz, 2000, 2005).

Conclusion

19Si la création de nouveaux produits et services respectueux de l’environnement dépend pour partie du progrès des technologies, la mutation du système productif et la consolidation du marché environnemental en émergence dépendent de l’acceptation par les acteurs publics et privés du paradigme du développement durable. Le Nord-Pas-de-Calais offre l’exemple de ce jeu d’acteurs qui permet l’évolution des mentalités au profit de la construction de savoir-faire et du développement d’éco-activités. Il n’est pourtant pas certain que ces actions convergentes aboutissent à une spécificité productive régionale, compte tenu de la faiblesse des relations entre les entreprises et la recherche régionale. Les sociétés nationales et internationales sont peut-être plus à même, en termes de capital humain et financier, d’intégrer les connaissances et techniques nécessaires à la conquête du marché environnemental, au risque de construire rapidement des barrières à l’entrée pour les pme innovantes de dimension régionale. Cette remarque remet en cause l’idée que l’analyse géo-économique de l’environnement est un champ particulier de la recherche. Il apparaît que les services à l’environnement, par exemple, peuvent s’analyser à travers la grille des travaux sur les services aux entreprises. Dans un cadre économique plus général, il peut s’agir de la prolongation, dans un nouveau domaine, du système de production flexible post-fordiste. À moins que la multiplication des innovations et la crise du capitalisme financier n’entraînent le développement d’un autre mode de régulation, pour un capitalisme qui remet l’homme au cœur de sa dynamique.

Bibliographie

Bibliographie

Beaurain C., Maillefert M., Liefooghe C., Zuindeau B., Longuépée J., Politiques régionales de l’environnement et développement économique. Une approche territoriale, Paris, Ministère de l’Environnement et du Développement durable, 2006, 187 p.

Gonçalves A., La Politique de reconquête des espaces dégradés de la région Nord-Pas-de-Calais. Évolution et perspective, Rapport de stage, dess ecodev, Université de Lille I, UFR de géographie et aménagement, juin 2004, 119 p. (dactyl.).

Hamdouch A., Depret M-H., La Dynamique d’émergence et de développement des clusters et réseaux d’innovation dans les nouvelles technologies et les nouveaux services liés à l’environnement, Colloque international « Services, innovation et développement durable », Poitiers, 26-28 mars 2008, 43 p. (dactyl.).

Laganier R., Roussel F. X., Roussel I., « De la ville renouvelée à la ville durable. Enjeux et défis des villes du Nord-Pas-de-Calais pour le xxie siècle », in Hommes et terres du Nord, n° 1, 2000, p. 3-12.

Liefooghe C., La Diffusion spatiale des services aux entreprises. Application à l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, Thèse de géographie, Université de Lille I, ufr de géographie et aménagement, décembre 2002, 2 tomes, 458 p. (dactyl.).

–, « Les services : le futur de l’industrie ? Le devenir des savoir-faire industriels à haut niveau de connaissance dans le Nord/Pas-de-Calais », in Territoires en mouvement, n° 1, 2006, p. 78-86.

Longuépée J., Zuindeau B., Environnement et développement économique. Une étude bibliographique, Lille, Région Nord/Pas-de-Calais/Réseau atemis, 2004, 71 p.

Minefi, Les Éco-activités de l’industrie et des services en 1997, Paris, digi-tip/seSSI, « Références chiffres clés », 2002, 137 p.

Sawicki F., Neveu C., Villalba B., Epée A., Lefebvre R., Les Mobilisations et les Associations liées au cadre de vie et à l’environnement dans une région de tradition industrielle. Le cas de l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, Paris, Ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, 2001, 237 p.

Scarwell H.-J., Kergomard C., Laganier R. (dir.), Environnement et gouvernance des territoires. Enjeux, expériences et perspectives en région Nord-Pas-de-Calais, Lille, Presses universitaires du Septentrion, « Environnement et société », 2008, 388 p.

Schulz C., Environmental Service-Providers, Knowledge Transfer and the Greening of Industry, IGU Conference « Industry, Knowledge and Environment », Commission on the Organization of Industrial Space, Dongguan/ China, 8-12 août 2000, 16 p. (dactyl.).

–, « Foreign Environments. The Internationalisation of Environmental Producer Services », in The Service Industries Journal, vol. 25, n° 3, 2005, p. 337-354.

Semal N., « Quelle place pour le citoyen dans les processus de qualification environnementale des entreprises ? », in Développement durable et territoire, Dossier 5 (« Économie plurielle, responsabilité sociétale et développement durable »), mis en ligne le 10 janvier 2006 [url : http://developpementdurable.revues.org/document1656.html].

Soyez D., « Environmental Knowledge, The Power of Framing and Industrial Change », in Knowledge, Industry and Environment. Institutions and innovation in Territorial Perspective, Hayter R. et Le Heron R. (dir.), Aldershot, Ashgate Publishing, 2002, p. 187-208.

Notes

1 Une enquête du minefi (2002) dénombrait en 1997 moins de 2 000 éco-entreprises à l’échelle de la France. On voit la difficulté de mesurer selon des critères stables ce phénomène.

2 Nous ne disposons pas d’informations permettant d’évaluer la volatilité de ce secteur (création/disparition).

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Services de conseil et études techniques en environnement dans le Nort / Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/1265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k

Auteur

Maître de conférences en géographie Laboratoire TVES (EA 4019), université de Lille I

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540